Les femmes militaires, en chemin vers la normalité ?

Comme s’en est fait écho ce site, le Centre de recherche des Ecoles de Coëtquidan, organisait le 12-13 novembre 2013 un colloque consacré aux femmes militaires dans l’enceinte prestigieuse du Musée des Armées.

 Le préambule du programme annonçait qu’il s’agissait entre autres de réaliser un point sur la situation des femmes militaires aujourd’hui, alors que la féminisation semble avoir franchi une étape. De l’exclusion à l’égalité formelle (ouverture des carrières, spécialités, progression professionnelle), on en serait déjà à l’heure du bilan. La « question féminine » n’en serait plus tout à fait une, convergeant dès lors avec les conclusions du 7ème rapport du Haut comité d’évaluation de la condition militaire.

 Et effectivement, même si être une femme militaire représente encore pour certains une « contradiction de statuts »[1], les temps des pionnières semblent déjà révolus. C’est ce qu’ont tendu à confirmer tant les interventions universitaires, que les témoignages de femmes militaires invitées et judicieusement insérés dans le programme parmi les communications scientifiques. Plus nombreuses, plus présentes à tous les échelons et dans tous les secteurs, les femmes tendent à ne plus être perçues, ou de moins en moins souvent, comme exceptionnelles du simple fait de leur genre.

 Du panorama historique, en passant par les comparaisons interarmées et internationales, le colloque a tenté de fournir aussi un tableau plus nuancé que la seule affirmation des chiffres des taux de féminisation des forces armées. Ces nuances, de manière synthétique, concernent trois acceptions que l’on peut donner la normalité évoquée en titre.

 Tout d’abord, être une femme militaire, tant dans sa carrière (progression, métier) que dans son expérience vécue professionnelle, n’est pas une réalité unique. Plus concrètement, et au-delà du truisme, ce colloque a souligné que « l’être militaire » au féminin est multiple selon la composante considérée (Terre, Air, Marine, Gendarmerie) ou la nationalité. Sans sombrer dans un déterminisme fonctionnaliste ou le culturalisme, les emplois, les missions, les outils technologiques créent des environnements et des identités professionnels qui  rendent sensiblement différentes les réalités vécues par les femmes qui ont fait le choix de s’engager. S’il est possible de dégager des régularités, comme on va le voir, il n’existe pas non plus un « être militaire » féminin, une norme interarmées ou internationale. En ce sens, il n’y a pas de « normalité » des femmes militaires.

 Toutefois, les témoignages comme les analyses ont aussi tendu à prouver qu’être militaire quand on est une femme conduisait à une recomposition plus ou moins forte de l’identité féminine. Avec des acclimatations selon le degré de virilisation de l’identité militaire rencontrée, les femmes militaires semblent avoir en commun l’adoption de comportements « appropriés », de stratégies, devant faciliter leur intégration. Il fut ainsi possible de déceler des normes et des comportements partagés par les femmes militaires.

 Enfin, la normalité de la féminisation pourrait être à rechercher dans leur visibilité. Un intervenant souligna qu’il lui semblait que les femmes militaires étaient peu visibles dans les vecteurs de communication de la Défense. Par ailleurs, la « couverture » médiatique serait moins forte, le sensationnalisme ayant laissé place à un quotidien de la femme militaire. La « normalité » serait alors à chercher dans une forme d’anonymisation.

 En conclusion, on ne peut que féliciter les Ecoles de Coëtquidan de leur initiative et pour la liberté de ton et de parole qu’elles ont laissé aux participants. Si l’objectif a été atteint, le panorama réalisé, on peut espérer que d’autres évènements de cette nature suivront, et permettront d’aborder et d’approfondir certaines questions. En effet, s’il n’y a peut-être plus de « question féminine » dans les armées françaises, il reste des questions à résoudre comme l’intervention lors de ce colloque de Madame Françoise Gaudin, Haut fonctionnaire à l’égalité des droits pour le ministère de la Défense, l’a souligné.

 C.P.



[1] Emmanuelle Prevot, « Féminisation de l’armée de terre et virilité du métier des armes », Cahiers du Genre, 2010/1 (n° 48), p.81-101.

Valeurs, métier et action : évolutions et permanences de l’institution militaire

La revue l’Année sociologique, dans son deuxième numéro de 2011, consacre un dossier à la sociologie militaire.

 Il ne s’agit pas à proprement parlé d’une première hexagonale puisqu’une autre revue, la revue française de sociologie, avait présenté, par le passé, des numéros spéciaux où la chose militaire était étudiée sous l’angle de la sociologie1.

Ce mouvement participe d’un processus, déjà bien amorcé, de légitimation de notre champ (sous discipline, espace social) au sein de la communauté des sociologues francophones2. Les précédents épisodes étaient coordonnés par des sociologues comme François Gresle, Bernard Boëne, et Michel-Louis Martin. Le premier épisode, sauf erreur de ma part, avait souligné, dès 1961, la contingence du travail du sociologue militaire.

Dans cet ensemble qui peut paraître disparate, nous avons voulu montrer la diversité d’un sujet multidimensionnel plutôt que de donner une vue cavalière générale. N’ayant pour rôle ni de développer une éthique sociale, ni de suivre l’actualité politique, la Revue Française de Sociologie s’est donnée une tâche bien définie en publiant ce numéro spécial : susciter l’intérêt et la recherche sur un sujet d’importance majeure et mal exploré.3

 

Nous reproduisons ci dessous la présentation qui en est faite par l’éditeur. Vous trouverez ici même, à sa sortie, prévue  le 26 octobre 2011, des fiches de lectures de contributeurs de ce numéro.

La livraison d’octobre 2011 (vol. 61, n° 2) de L’Année sociologique est consacrée à l’institution militaire. Les études réunies par Éric Letonturier portent sur les valeurs qui l’animent, les logiques professionnelles qui la traversent et les finalités opérationnelles qui lui sont assignées. La spécificité militaire, la représentativité des armées, leur reconnaissance sociale ou encore les lieux de mémoire de la guerre et la gestion des émotions sur les théâtres d’opération constituent quelques-uns des thèmes qui s’y trouvent abordés.

Valeurs, métier et action : évolutions et permanences de l’institution militaire
Études réunies et présentées par Éric Letonturier

É. Letonturier, Présentation
L. Bardiès, Du concept de spécificité militaire
S. Jakubowski, L’institution militaire confrontée aux réformes organisationnelles
É. Letonturier, Reconnaissance, institution et identités militaires
B. Boëne, La représentativité des armées et ses enjeux
C. Martin, C. Pajon, Max Weber, le charisme routinisé et l’armée de l’air. L’éducation charismatique au sein d’une école d’officiers
L. Weibull, La gestion des émotions dans les opérations en faveur de la paix
N. Léonhard, Les relations civils-militaires en Allemagne entre « post-héroïsme » et poids du passé : le monument aux morts de la Bundeswehr

Note de lecture
B. Valade, À propos de La Sociologie comme science
Analyses bibliographiques générales


 

 

  1. Revue française de sociologie. 1961, 2-2. Guerre – Armée – Société. ; Revue française de sociologie. 1978, 19-3. Revue française de sociologie. 1981, 22-1. Revue française de sociologie. 2003, 44-4. []
  2. Laure Bardiès (2008), Deux siècles de sociologie militaire en France (1815-1991) ; sociologie d’une sociologie, Thèse de doctorat en Sociologie (sous la direction de Bernard Boëne), Université Toulouse I []
  3. Présentation. In: Revue française de sociologie. 1961, 2-2. Guerre – Armée – Société. p. 3. []