« L’armée de l’air en quête de son identité »

FACON Patrick, L’armée de l’air en quête de son identité, Paris, 2020, La documentation française, 487 p.

Préfacé par le général Lavigne, introduit par Marie-Catherine et Paul Villatoux, l’ouvrage est un hommage à Patrick Facon qui a passé la majeure partie de sa vie d’historien à étudier l’armée de l’air française. Le volume, constitué de son mémoire d’habilitation à diriger des recherches (HDR) et d’un recueil de 32 de ses articles, retrace la quête identitaire de la composante aérienne entre 1900 et 1960.

La démonstration s’articule autour d’une « trilogie identitaire ». Ainsi, après avoir rappelé les fondements stratégiques et les étapes clefs de la construction identitaire de l’armée de l’air, l’auteur développe tour à tour les discours doctrinal, technicien et symbolique qui se sont déployés durant le processus d’institutionnalisation de la composante aérienne.

Dès les débuts de l’aéronautique militaire, les aviateurs cherchent à valoriser les spécificités de l’avion et notamment ses avantages stratégiques. En défendant une indépendance de ce domaine d’action ils se dotent d’une puissante justification à l’autonomie institutionnelle. Néanmoins, la naissance de l’armée de l’air en 1934 constitue moins un aboutissement qu’une étape dans « une véritable errance » identitaire. Éminemment stratégique, le discours doctrinal constitue l’expression la plus visible et la plus significative de cette quête. Entendu comme les moyens intellectuels mis en œuvre par les aviateurs, il évolue en fonction des époques et des intérêts des aviateurs. Tour à tour défensif, intégriste, assagi, il varie également de niveaux et glisse de l’opératif au stratégique. Les réflexions s’articulent autour de l’utilité stratégique d’une composante aérienne devant justifier de sa spécificité notamment grâce à son caractère décisif dans la conduite des guerres.

Adossé à ce premier discours, on retrouve une rhétorique technicienne qui se veut l’antithèse de la stagnation intellectuelle en ce que l’arme aérienne est génératrice de progrès. L’idée d’un esprit professionnel et technicien propre aux aviateurs y est largement développée. L’auteur aborde également l’instrumentalisation de ce progrès technique. Les enjeux sont majeurs et concernent les luttes interarmées pour le contrôle des armes nouvelles ou pour la répartition des missions. Ainsi la capacité à maîtriser des armes nouvelles et à intégré leur emploi dans la doctrine constitue l’une des spécificités fondamentales des aviateurs : « leur statut de technicien qui éclaire lui-même l’identité de l’arme aérienne » (p. 64).

Enfin, le discours mythique vient clore cette « trilogie identitaire » avec l’invention du mythe des chevaliers du ciel et de nouveaux symboles. L’armée de l’air poursuit sa dynamique performative de différenciation. Que ce soit par l’adoption de terminologies propres à l’aviation militaire ou par le développement d’un discours de survie suite aux événements de 1940, il s’agit de couper toute attache avec l’armée génitrice, l’armée de terre, afin de pouvoir recommencer sur des bases nouvelles. Grâce à Patrick Facon et à son analyse historique de la construction de l’idéal-type wébérien du pilote de chasse, le lecteur comprendra plus aisément les hiérarchies symboliques et les rapports de domination qui existent encore aujourd’hui entre les différents groupes professionnels de l’armée de l’air et de l’espace.

Si l’auteur cloisonne chaque discours – par chapitre puis par thématique pour organiser ses articles – il s’agit d’une commodité à destination du lecteur. Il est fondamental d’appréhender la construction identitaire de l’armée de l’air selon une intrication étroite des discours. Ainsi la technique vient soutenir le discours doctrinal qui trouve une part de justification dans le mythe, lui-même largement abreuvé par le discours technicien. Le tout constituant un discours politique global de la différenciation au profit de l’institutionnalisation.

Cet ouvrage posthume fera date pour qui souhaite comprendre la place qu’occupe aujourd’hui l’armée de l’air dans le système de forces français. Particulièrement pertinent dans le cadre de travaux sociologiques, il permet de mettre en lumière les ressorts historiques des dynamiques actuelles de représentations et d’interactions de la composante aérienne. On ne pourra que regretter que l’absence de recherches similaires pour la période de 1960 à nos jours.

Pour aller plus loin :

AUBOUT Mickaël, Les bases de la puissance aérienne 1909 – 2012, Paris, 2015, La Documentation française

GRAND Camille, BOUTHERIN Grégory (dir.), Envol vers 2025, Paris, 2011, La Documentation française

FACON Patrick, Histoire de l’armée de l’air, Paris, 2009, La Documentation française

MAZOYER Sébastien et all., Les drones aériens : passé, présent, avenir. Approche globale, Paris, 2013, La Documentation française

PAJON Christophe, « Officiers de l’armée de l’air et pensée stratégique : de la formation à la construction du goût », Penser les Ailes françaises, n°34

PÉNA Louis, 50 ans d’enseignement pour une doctrine aérienne générale (1949 – 1999), Paris, 2014, La Documentation française

SCHWEISGUTH Étienne, SINEAU Mariette, SUBILEAU Françoise, Techniciens en uniforme. Les sous-officiers de l’armée de l’air et de la marine, Paris, 1979, Les Presses de la fondation nationale des sciences politiques

VENNESSON Pascal, Les chevaliers de l’air. Aviation et conflits au XXème siècle, Paris, 1997, Presses de la fondation nationale des sciences politiques

Élite(s) militaire(s) : quel objet de recherche ?

Un nouveau chef d’état-major des armées devrait être nommé cette année, provoquant un jeu de chaises musicales au sein des différents états-majors[1]. Ces processus de nomination aux plus hauts postes de la hiérarchie militaire nourrissent les commentaires autour des machines à café dans les enceintes militaires et sur les blogs des journalistes spécialisés.

La recherche universitaire est beaucoup moins prolixe. Comme le soulignait William Genieys en 2006, le concept d’élite n’a pas eu grand succès en France. En effet, « la théorie des élites a été traditionnellement considérée comme non démocratique et illégitime dans l’analyse du pouvoir »[2]. Si Mosca et Pareto apparaissent bien dans nos introductions à la sociologie, comme The Power Elite de Whright Mills (dont la traduction en français a été rééditée en 2012), le concept est plus rarement mobilisé dans les recherches récentes. On préfère des approches sectorielles et souvent sous l’angle de la sociologie de la reproduction et de la socialisation. De manière spontanée, on pense par exemple à La fabrique des énarques de Jean-Michel Eymeri ou encore à Splendeurs et misères du travail des diplomates de Françoise Piotet, Marc Loriol et David Delfolie.

 A ce titre, la question des élites militaires en France ne déroge pas à la règle… au contraire.  Intégrés au thème des relations civilo-militaires et, de manière déclinée à celui des relations politico-militaires, les travaux en France sont peu nombreux. Sans ordre de priorité, on peut évoquer la socialisation des futurs officiers (on pense par exemple au désormais incontournable A genou les hommes, debout les officiers du non moins indispensable Claude Weber), l’approche des trajectoires professionnelles (Christel Coton, Officiers. Des classes en lutte sous l’uniforme) ou encore les nombreux travaux de Jean Joana sur l’économie générale des relations entre le politique et le militaire[3] qui rejoignent toute une part de la littérature anglo-saxonne classique en sociologie du militaire.

Cependant, des travaux consacrés plus spécifiquement aux groupes des généraux/amiraux et aux processus de leur choix et de leur nomination restent rares ou très anciens[4]. Alors que ce sont eux qui vont incarner auprès des institutions politiques (exécutif ou législatif) les conditions de leur sélection, les stratégies d’influence mises en œuvre et les réseaux politiques impliqués restent peu étudiés. Encore un beau champ à explorer…


[1] https://www.air-cosmos.com/article/dfense-comment-sorganise-la-succession-du-cema-24295 ; https://www.lopinion.fr/blog/secret-defense/elysee-l-amiral-rolland-nomme-chef-d-etat-major-particulier-219751

[2]  Genieys William, « Nouveaux regards sur les élites du politique », Revue française de science politique, 2006/1 (Vol. 56), pages 121 à 147

[3] JOANA Jean, « La démocratie face à ses militaires. Où en est l’analyse des relations civils-militaires ? », Revue Française de Sociologie, vol. 48, n° 1, 2007, p. 133-159.

[4] Jean Guisnel, Les Généraux: Enquête sur le pouvoir militaire en France (1990) ; Samy Cohen, La Défaite des généraux: Le pouvoir politique et l’armée sous la Vème République (1994).

Agression sexuelle, harcèlement sexuel et environnement de travail dans les forces armées américaines.

The Relationship Between Sexual Assault and Sexual Harassment in the U.S. Military. Findings from the RAND Military Workplace Study by Terry L. Schell, Matthew Cefalu, Coreen Farris, Andrew R. Morral

La Rand Corporation vient de publier une très intéressante étude sur les liens entre environnement de travail, harcèlement sexuel et agression sexuelle dans les forces armées américaines. Avec l’objectif initial affiché d’établir une prédictibilité des risques d’agression sexuelle au sein des unités militaires des Etats-Unis à la lumière des taux de cas de harcèlement sexuel, elle se conclut par l’hypothèse d’un lien de causalité entre les caractéristiques de l’environnement de travail et les taux de harcèlement sexuel et d’agression sexuel. Si cette conclusion peut sembler relever du fameux « sens commun », la rigueur de l’étude ainsi que les données recueillies conduisent à la confirmation ou à l’infirmation de nombreuses hypothèses encore peu souvent validées empiriquement. Un travail dont il est difficile de trouver l’équivalent pour d’autres armées occidentales.

A télécharger et lire !

https://www.rand.org/pubs/research_reports/RR3162.html

Et si on faisait de la recherche…. en sociologie du militaire !

Les dernières semaines et les derniers mois ont été riches en actualités et, les résultats pouvant donner lieu à une réflexion en sociologie du militaire, nous essaierons de poursuivre ici ce travail de veille qui pourra, sait-on jamais, initier et nourrir de futures recherches.

Les politiques d’armement à l’honneur !

Depuis plusieurs semaines voire mois, la presse spécialisée ou généraliste, comme certains blogs, bruissent d’analyses et de tribunes plus ou moins expertes, plus ou moins informées, plus ou moins prescriptives sur les grands programmes d’armement français (européens ?). SCAF, armements terrestres, porte-avions du futur, autant de systèmes d’armes qui représentent des enjeux capacitaires, mais aussi et bien sûr industriels, et qui questionnent les alliances politiques interétatiques. Ils sont, pour le lecteur averti, un moyen intéressant d’appliquer différentes grilles de lectures et de cadres théoriques développés depuis plusieurs décennies pour l’analyse des politiques de défense.

Adoptant et appliquant les grandes approches dites des « politiques publiques », il s’agit d’identifier les acteurs, leurs intérêts, leurs logiques (leur « référentiel » pour citer Pierre Muller), leur rang dans le processus de production d’une politique d’armement, sa mise en œuvre et ses résultats. On pense immédiatement aux travaux réunis dans le désormais classique Choix des armes (dir. William Genieys). En raison du caractère multinational de ces projets, il est également possible de mobiliser les grilles de lecture des travaux sur les coopérations militaires bilatérales ou multilatérales.

A titre d’illustrations :

https://www.lopinion.fr/edition/international/scaf-si-on-se-trompait-d-avion-combat-237043

https://www.latribune.fr/opinions/scaf-faut-il-perseverer-dans-l-erreur-878756.html

https://www.valeursactuelles.com/clubvaleurs/societe/famas-scaf-char-leclercvingt-annees-dabandon-de-lindustrie-de-la-defense/

https://www.contrepoints.org/2021/03/24/393790-armement-terrestre-la-question-allemande

Pour un premier cadrage théorique :

William Genieys (dir.), Le choix des armes : Théories, acteurs et politiques, https://www.amazon.fr/choix-armes-Th%C3%A9ories-acteurs-politiques/dp/2271062942

Pierre Muller, Les Politiques publiques, https://www.cairn.info/les-politiques-publiques–9782130575924.htm

« Institutions totales : évolutions et usages du concept au XXIe siècle » Société d’ethnologie française

La Société d’ethnologie française (SEF) publie son appel à communication pour la 11ème séance de son colloque « Ethnographies plurielles ».

Le colloque se déploie autour du concept d’institution totale d’Erving Goffman. Nous faisons le choix de retranscrire et de partager cet appel à communication car la typologie goffmanienne a pu être utilisée dans la recherche sur le milieu militaire (Ricks 1997 ; Pinto 1975 ; Saglio 1998) et intéresse de fait la sociologie du militaire.

Appel  à communications :

Lorsqu’il élabore le concept d’institution totale, à la suite d’un terrain en hôpital psychiatrique au milieu des années 1950, Erving Goffman le circonscrit ainsi : « On peut définir une institution totale comme un lieu de résidence et de travail où un grand nombre d’individus, placés dans la même situation, coupés du monde extérieur pour une période relativement longue, mènent ensemble une vie recluse dont les modalités sont explicitement et minutieusement réglées. Les prisons constituent un bon exemple de ce type d’institutions mais nombre de leurs traits caractéristiques se retrouvent dans les collectivités dont les membres n’ont pas contrevenu aux lois. » (Goffman, 1968 (1961), p. 41)

La typologie goffmanienne des institutions totales définit ces dernières par un certain nombre de caractéristiques et de pratiques communes, au titre desquelles une frontière qui sépare l’intérieur de l’extérieur, une vie en communauté régie par des règles strictes, la promiscuité, la prise en charge des besoins et l’assignation aux individus qui y vivent d’un statut défini par l’institution, au détriment de leur identité propre. 

La fortune de ce concept a notamment permis d’affiner la compréhension sociologique des lieux d’enfermement en encourageant leur appréhension par l’ethnographie (Mahi 2015 ; Bruslé, Michalon, 2016), mais pourrait avoir pour revers une relative banalisation qui en a réduit la portée et la créativité heuristique (Amourous, Blanc, Peuclestrade, 2001 ; Chevallier, 2015). Ainsi le concept se trouve-t-il régulièrement remis sur le métier : à titre d’exemple, les réflexions quant à l’actualité et la pertinence de l’application de l’idéal-type d’« institution totale » au contexte carcéral actuel sont nombreuses (Chauvenet et al., 1996 ; Marchetti, 2001 ; Vacheret et Lemire, 2007 ; Bony, 2015 ; Rostaing, 2009 ; Chantraine 2004, Kensey 2007), et les recherches autour de l’institution hospitalière, notamment psychiatrique, de même que les travaux consacrés aux institutions spécialisées dans le domaine du handicap, connaissent ces dernières années un effet d’accélération (Fassin, Memmi, 2004 ; Fassin, Lecompte, 2013 ; Giami, 2013 ; Dargère, 2014 ; Velpry, 2016 ; Moreau, 2017 ; Nayak, 2017).

On assiste en effet aujourd’hui, au sein des institutions d’enfermement, à un certain nombre de changements : un mouvement amorcé de désenclavement au cours des dernières années, la multiplication des moyens de communication et une plus grande implication, voire participation, des individus pris en charge par les institutions totales à la définition des modalités de leur parcours (Gardien, 2010 ; Bureau, Hermann-Mesfen, 2014 ; Vuattoux, 2021). Le concept d’institution totale ne cesse de faire l’objet d’un questionnement dense et fécond, dans le cadre de colloques (notamment Les institutions totales d’Erving Goffman : fortune d’un concept sociologique, 1999 ; Pratiques, acteurs et espaces de l’enfermement : circulations et transferts, 2011 ; très récemment Gouverner les corps et les conduites, 2020), et des groupes de recherche se sont constitués autour de problématiques liées directement au concept (Criminocorpus, ANR « TerrFerme », CONTRAST, De la contrainte et du consentement. Recompositions des régulations dans les pratiques en santé mentale, groupe de jeunes chercheurs Traitements et Contraintes). Ces travaux multiples proposent une lecture renouvelée du concept d’institution totale, au regard des mutations qu’a connues par la société occidentale dans les dernières décennies, notamment dans le domaine juridique, de plus en plus protecteur des droits de la personne. Il paraît donc pertinent de revenir à la définition première du concept, d’en faire l’examen, d’interroger sa pertinence, sa vitalité et l’ampleur de ses évolutions.  

Les propositions de communication pourront s’articuler autour de trois axes :

1.     Contours et définitions du concept

Forgé pour les hôpitaux psychiatriques, étendu par Goffman lui-même dès sa définition aux prisons, puis à des institutions aussi différentes que des camps de concentration, des casernes ou des monastères, le concept a ensuite été régulièrement mobilisé dans les sciences sociales, qu’il s’agisse, de manière non-exhaustive, de l’étude historique ou sociologique de l’institution militaire (Pinto, 1975), des lycées professionnels (Vienne, 2005), des classes préparatoires (Darmon, 2013), de centres éducatifs fermés (Lenzi, Milburn, 2015), de centres de demandeurs et demandeuses d’asile et camps de réfugié.e.s (Fischer, 2005), d’institutions spécialisées hébergeant des personnes désignées comme « handicapées » (Diederich, 1990 ; Barillet-Lepley, 2001 ; Santamaria, 2009 ; Fournier, 2020), de maisons de retraite (Planson, 2000), de foyers ou camps de travailleurs et travailleuses (Bruslé, Morelle, 2014) ou encore de refuges pour animaux « de ferme » ou utilisés en laboratoire (Donaldson, Kymlicka, 2015 ; Gallino-Visman, 2018).

Les propositions de communication pourront ainsi analyser le concept en faisant retour sur son acception originelle mais aussi en faisant état de sa malléabilité et de ses usages à travers le temps. Seront également bienvenues les propositions qui s’efforceront de mettre en évidence puis d’étudier des notions proches du concept d’institution totale ou constitutives de celui-ci, afin de l’éclairer utilement et de compléter la définition goffmanienne.

On peut penser par exemple à l’« institution disciplinaire » analysée par Michel Foucault (1975), laquelle présente des caractéristiques communes avec l’institution totale d’Erving Goffman (vie recluse ; dispositifs de pouvoir et de mise en conformité des comportements individuels au règlement et aux normes d’un cadre collectif, reposant sur des processus de rationalisation, des moyens de surveillance et de contrôle visant à réduire la liberté des acteurs et à accroître leur obéissance ; façonnage des esprits par le dressage des corps, etc.). Pour autant, toutes les institutions totales sont-elles des institutions disciplinaires, et vice-versa ?

On peut par ailleurs faire appel aux concepts foucaldiens de « gouvernementalité » (2004) et d’« hétérotopie » (2009) – en tant que l’institution totale, comme structure plus ou moins fermée, tend à construire des mondes et espaces « autres » – ou encore aux notions de « frontière », de « totalitarisme » (Arendt, 1951, 1972) et de silence voire de secret (Simmel, 1908), qui la croisent à des degrés divers…

Une attention particulière sera également portée aux propositions qui ouvriront leurs interrogations sur la question des circulations entre institutions dites totales, leurs frontières, et/ou se placeront dans une perspective comparatiste desdites institutions. Les communications pourront notamment analyser la manière dont l’institution totale agit au-delà des personnes recluses, par l’intermédiaire de leurs proches (Touraut, 2012) ou des personnes qui évoluent au sein de l’institution.

2.     Evolutions et transformations des institutions totales

Les propositions pourront en outre interroger les évolutions des institutions totales, notamment à l’aune de leur « détotalisation » (Rostaing, 2009). Il pourra ainsi s’agir d’analyser les modalités de « décloisonnement » des établissements pénitentiaires (Bonnemaison, 1989 ; Combessie, 2000 ; Lhuilier, Veil, 2000 ; Darley, Lancelevée, 2016 ; Dubois, 2008), de la désinstitutionnalisation (Castel, 2011 ; Goussot, Canevaro, 2010 ; Heyer, 2013) dans les domaines de la santé mentale et du handicap ou encore des transformations des maisons de retraite (Loffeier, 2015) et du développement d’alternatives à l’institutionnalisation des personnes âgées (maintien à domicile, émergence de lieux de vie communautaires autonomes etc.). En somme, méritent d’être étudiés les processus qui sous-tendent une importante reconfiguration des institutions totales, de leurs missions, de leur cadre juridique et de leurs pratiques, ainsi que des représentations qui leur sont associées.

Plus profondément, on pourra se demander ce que ces évolutions ou transformations des institutions totales disent de notre société et des changements qui s’y opèrent, de la « gouvernementalité » actuelle et des attentes de nos contemporain.e.s, étant entendu que lesdites institutions fonctionnent tout à la fois comme des organisations reposant sur des principes de séparation / différenciation vis-à-vis du reste du monde, et des miroirs (fussent-ils inversés) de ce monde dont elles prétendent se mettre à l’écart. Par exemple, qu’est-ce que l’étude des règlements intérieurs et autres mécanismes de régulation spécifiques des institutions totales peut révéler des lois communes d’une société ? En cela, nous rejoignons Michael Pollak, qui déclarait dans le cadre de ses enquêtes sur l’expérience de la vie en camps de concentration nazis et dans la lignée de Goffman, que « toute expérience sociale extrême est révélatrice des constituants et conditions de l’expérience sociale « normale », dont le caractère familier fait souvent écran à l’analyse » (Pollak, 1990).

En effet, si les sociétés modernes n’ont sans doute pas « inventé » l’institution totale, ainsi que le prouve l’existence fort ancienne des monastères, elles semblent cependant en avoir démultiplié le nombre et les formes. Aussi convient-il de comprendre les causes de ce développement, ainsi que les nouveaux facteurs de transformation qui sont à l’œuvre depuis quelques décennies.

3.     Ethnographier les institutions totales : enjeux méthodologiques

Les propositions engagées dans cet axe pourront, en premier lieu, analyser les modalités d’entrée et d’enquête au sein de terrains supposés clos, fermés, en somme potentiellement difficiles d’accès. Comment l’ethnographe aborde-t-il l’institution et la relation enquêté.e.s-enquêteur.trice.s  (Bernard, 2017 ; Bryon-Portet, 2011 ; Le Caisne 2000 ; de Galembert, Henneguelle et Touraut, 2017) ? Comment la recherche se développe-t-elle ? Globalement, quels sont les effets d’une institution totale sur la recherche, quels sont les appuis théoriques et méthodologiques mobilisés, quelles sont les démarches ethnographiques adoptées ? Dans quelle mesure les recherches en institutions totales posent-elles des spécificités, ou constituent-elles des « terrains difficiles » (Ayimpam, Bouju, 2015 ; Boumaza, Campana, 2007) ?

Concernant le déroulé et les coulisses de l’enquête en elle-même, il sera par exemple possible d’examiner la place occupée par les sociologues et anthropologues au sein de l’institution et de son quotidien, et l’usage de méthodes ethnographiques dans d’autres disciplines (Artières, 2014). On peut notamment suggérer d’articuler les communications autour d’une démarche réflexive et introspective dans l’expérience du terrain et dans la relation ou l’engagement par rapport à celui-ci (notamment Cefaï, 2010 ; Olivier de Sardan, 2000 ; Favret-Saada, 1990). Faire appel à la question de l’engagement émotionnel dans l’ethnographie (Jeantet 2018) peut ainsi être une piste de réflexion (Fernandez, 2005 ; Dassié, Istasse, 2015). Que produit une expérience à la fois concrète, approfondie et distanciée (puisque personnellement non concernée, à moins d’une observation participante ou participation observante) (Soulé, 2007) des institutions totales ? Peut-on perdre toute distance par une longue immersion en leur sein, comme cela fut parfois reproché à des chercheurs ayant enquêté dans des sectes (Duval, 2002) ?

Enfin, une enquête sur les institutions totales peut-elle se mener uniquement via ses responsables, abstraction faite de ses patient.e.s ou occupant.e.s ? On peut ainsi songer aux prisons ou hôpitaux psychiatriques, dans lesquels la libre participation des enquêté.e.s est parfois sujette à caution.  Plus largement, quels sont les enjeux éthiques auxquels peuvent être confronté.e.s les ethnographes, entre « tentation de la dénonciation » (Rostaing, 2017) et risque de « participation passive » aux restrictions des libertés sur les terrains des institutions totales  (Gillepsie, 2019 ; Blattner, Donaldson, Wilcox, 2020) ?

Le comité scientifique sera particulièrement attentif aux propositions de communication qui participeront d’une approche originale, voire critique du concept d’institution totale. Les propositions, d’une longueur de 3000 à 5000 signes espaces compris, devront être envoyées le 22 mai 2021 au plus tard à l’adresse suivante : colloquesefit@gmail.com.

Les propositions seront évaluées en double aveugle par les membres du comité scientifique. Le résultat de la sélection sera communiqué aux contributeur.trice.s le 15 juin 2021.

Dates du colloque : 2 et 3 Novembre 2021, Campus Condorcet Paris – Aubervilliers.

Comité d’organisation : Céline Bryon-Portet (Université Paul Valéry – Montpellier 3, SEF), Audrey Higelin (Laboratoire Sophiapol, Université Paris Nanterre, SEF), Eléonore Hourt (Université Paris Nanterre, SEF), Lucie Nayak (Université de Liège, SEF).

Comité scientifique :

Axel Augé (Centre de recherche des écoles de Saint-Cyr Coëtquidan, Laboratoire LIRIS EA 7481 – Université de Rennes 2) ;

Lucie Bony (CNRS, UMR 5319 Passages) ;

Céline Bryon-Portet (Université Paul Valéry – Montpellier 3, SEF) ;

Gilles Chantraine (CNRS, Laboratoire Clersé) ;

Philippe Combessie (Laboratoire Sophiapol, Université Paris Nanterre, ComUE Université Paris Lumières, SEF) ;

Vincent Dubois (Laboratoire SAGE – UMR 7363, Université de Strasbourg, IEP) ;

Eve Gardien (Laboratoire ESO – Espaces et Sociétés Université Rennes 2) ;

Alain Giami (Inserm-CESP) ;

Fabrice Guilbaud (OFDT, Curapp-ESS, UMR 7319 CNRS / Université de Picardie Jules Verne) ;

Audrey Higelin (Laboratoire Sophiapol, Université Paris Nanterre, SEF) ;

Eléonore Hourt (Université Paris Nanterre, SEF) ;

Annie Kensey (CNRS/CESDIP)

Camille Lancelevée (Laboratoire SAGE – UMR 7363, Université de Strasbourg) ;

Xavier de Larminat (Laboratoire CUREJ, Université de Rouen Normandie) ;

Lara Mahi (Centre Max Weber, UMR 5283, Université Jean Monnet) ;

Paul Mbanzoulou (ENAP) ;

Philip Milburn (Université Rennes 2) ;

Delphine Moreau (EHESP, Laboratoire Arènes – UMR 6051) ;

Lucie Nayak (Université de Liège, SEF).

Corinne Rostaing (Centre Max Weber, UMR 5283, Université de Lyon 2) ;

Caroline Touraut (Direction de l’Administration Pénitentiaire, CESDIP) ;

Livia Velpry (Laboratoire CERMES3, Université de Paris 8-Saint-Denis) ;

Arthur Vuattoux (Laboratoire IRIS, Université Sorbonne Paris Nord) 

Bibliographie

Amourous Charles et Blanc Alain, 2001, Erving Goffman et les institutions totales, Paris, L’Harmattan.

Artières Philippe, 2014, « Une ethnographie rétrospective. A propos d’une histoire contemporaine de l’écriture », in Barthélémy T., Combessie P., Fournier L. S. et Monjaret A. (dir.), Ethnographies plurielles. Déclinaisons selon les disciplines, Paris, Éditions du Comité des travaux historiques et scientifiques, Société d’ethnologie, p. 49-66.

Ayimpam Sylvie et Bouju Jacky, 2015, « Objets tabous, sujets sensibles, lieux dangereux », Civilisations, 64, p. 11-20.

Barillet-Lepley Maryline, 2001, Sexualité et handicap : le paradoxe des modèles, Paris, L’Harmattan.

Bernard Julien, 2017, La Concurrence des sentiments. Une sociologie des émotions, Paris, Métailié.

Blattner Charlotte E., Donaldson Sue, Wilcox Ryan, 2020, « Animal Agency in Community. A Political Multispecies Ethnography of VINE Sanctuary », Politics and Animals, 6, p. 2-22.

Bonnemaison Gilbert, 1989, La modernisation du service public pénitentiaire, Rapport au Premier Ministre et au Garde des Sceaux, Paris, Ministère de la Justice.

Bony Lucie, 2015, « La prison, une « cité avec des barreaux » ? Continuum socio-spatial par-delà les murs », Annales de géographie, 2-3, p. 275 à 299.

Boumaza Magali et Campana Aurélie, 2007, « Enquêter en milieu « difficile », Revue française de science politique, vol. 57 (1), p. 5-25.

Brusle Tristan et Michalon Bénédicte (dir.), 2016, « Enfermement et catégorisations », Critique internationale, 72.

Brusle Tristan et Morelle Marie, 2014, « Le lit, un objet entre contrainte et réaffirmation de soi », Géographie et cultures, 91-92, p. 153-174.

Bryon-Portet Céline, 2011, « La tension au cœur de la recherche anthropologique : la dialectique intérieur / extérieur, théorie / pratique, une nécessité pour l’étude des institutions fermées », Anthropologie & Sociétés, vol. 35 (3), p. 209-231.

Bureau Eve et Hermann-Mesfen Judith, 2014, « Les patients contemporains face à la démocratie sanitaire », Anthropologie et santé, 8.

Castel Robert, 2011, La gestion des risques. De l’anti-psychiatrie à l’après-psychanalyse, Paris, Éditions de Minuit.

Cefaï Daniel (dir.), 2010, L’engagement ethnographique, Paris, Éditions de l’EHESS. 

Chantraine Gilles, 2004, Par-delà les murs. Expériences et trajectoires en maisons d’arrêt, Paris, PUF.

Chauvenet Antoinette, 1996, « L’échange et la prison », in Faugeron C., Chauvenet A., Combessie P. (dir.), Approches de la prison, Montréal, Presses Universitaires de Montréal, p. 45-70.

Chevallier Jacques, 2015, Heurs et malheurs de l’institution psychiatrique. L’institution psychiatrique au prisme du droit. La folie entre administration et justice, Paris, Éditions Panthéon Assas.

Combessie Philippe, 2000, « Ouverture des prisons… Jusqu’à quel point ? », in Veil C. et Lhuilier D. (dir.), La prison en changement, Toulouse, Érès, p. 69-99.

Darley Mathilde et Lancelevée Camille, 2016, « Introduction. Faire tenir les murs. Pratiques professionnelles en milieu fermé », Sociétés Contemporaines, 103-3, p. 5-18.

Dargere Christophe, 2014, « La stigmatisation des adolescents placés en institution médico-sociale », Déviance et Société, 38-3, p. 259-284.

Darmon Muriel, 2013, Classes préparatoires. La fabrique d’une jeunesse dominante, Paris, La Découverte.

Dassie Véronique et Istasse Manon, 2015, « Le chercheur face aux émotions, terrains et théories », Influxus, [en ligne], http://www.influxus.eu/article835.html.

Diederich Nicole, 1990, Les naufragés de l’intelligence. Paroles et trajectoires de personnes désignées comme handicapées mentales, Paris, La Découverte.

Donaldson Sue et Kymlicka Will, 2015, « Farmed Animal Sanctuaries : The Heart of the Movement ? A Socio-Political Perspective », Politics and Animals, 1, p. 50-74.

Dubois Christophe, 2008, « Action publique en détention : décloisonnement, réinsertion et réparation. Le cas d’une prison ouverte », Recherches sociologiques et anthropologiques, 39/2, p. 79-101.

Duval Maurice, 2002, Un ethnologue au Mandarom. Enquête à l’intérieur d’une « secte », Paris, PUF.

Fassin Didier et Memmi Dominique (dir.), 2004, Le Gouvernement des corps, Paris, Editions de l’EHESS.

Favret-Saada Jeanne, 1990, « Être affecté », Gradhiva, 8, p. 3-10.

Fernandez Fabrice, 2005, « L’engagement émotionnel durant l’enquête sociologique : retour sur une observation « anonyme » auprès d’ex-usages de drogues », Carnets de bord de la recherche en science humaines, p. 78-87.

Fischer Nicolas, 2005, « Clandestins au secret. Contrôle et circulation de l’information dans les centres de rétention administrative français », Cultures & Conflits, 57, p. 91-118.

Foucault Michel, 1975, Surveiller et punir. Naissance de la prison, Paris, Gallimard.

Foucault Michel, 2004, Sécurité, Territoire, Population. Cours au Collège de France. 1977-1978, Paris, Seuil.

Foucault Michel, 2009, Le Corps utopique, les Hétérotopies, Paris, Nouvelles Éditions Lignes.

Fournier Jennifer, 2020, Expériences du handicap et de la sexualité. Entendre, comprendre pour penser et agir, Toulouse, Érès.

De Galembert Claire, Henneguelle Anaïs et Touraut Caroline (dir.), 2017, « Prison et méthodes de recherche (Actes de la journée d’études) : introduction au dossier thématique », Criminocorpus, revue hypermédia.

Gallino-Visman Sophie, 2018, « La notion d’institution totale appliquée aux relations anthropozoologiques. Ethnographies et analyse sociologique de centres de recherche en primatologie », Thèse de doctorat en sociologie, Université Grenoble Alpes.

Gardien Eve, 2010, « La pairémulation dans le champ du handicap : Histoire, pratiques et débats en France », Rhizome, Orspere-Samdarra.

Giami Alain, 2013, « Les organisations institutionnelles de la sexualité », in Giami, A., Py, B., Toniolo, A.-M. (dir.), Des Sexualités et des Handicaps. Questions d’intimités, Nancy, Presses Universitaires de Nancy. Editions Universitaires de Lorraine, p. 21-58.

Gillepsie Kathryn A., 2019, « For a politicized multispecies ethnography: Reflections on a feminist geographic pedagogical experiment », Politics and Animals, 5, p. 17–32.

Goffman Erving, 1968, Asiles. Etudes sur la condition sociale des malades mentaux, présentation de Robert Castel, traduction française, Paris, Éditions de Minuit.

Goussot Alain et Canevaro Andrea, 2010, « En Italie, la culture de la désinstitutionnalisation », in Charles Gardou (dir.), Le handicap au risque des cultures, Toulouse, Érès, p. 285-299.

Guilbaud Fabrice, 2008, « Le travail pénitentiaire : sens et articulation des temps vécus des travailleurs incarcérés », Revue française de sociologie, 49(4), p. 763-791

Heyer Katharina, 2013, « Droits ou quotas ? L’American with disabilities act (ADA) comme modèle des droits des personnes handicapées », Terrains & Travaux, 23, p. 127-158.

Jeantet Aurélie, 2018, Les Emotions au travail, Paris, CNRS.

Kensey Annie, 2007, Prison et récidive. Des peines de plus en plus longues, la société est-elle vraiment mieux protégée ?, Paris, Armand Colin.

Le Caisne Léonore, 2000, Prison. Une ethnologue en centrale, Paris, Odile Jacob.

Lecompte Hélène, 2013, « Une institution « totale » ? Enquête ethnographique d’un service d’oncopédiatrie », Thèse de doctorat en sociologie, Université de Nantes.

Lemire Guy et Vacheret Marion, 2007, Anatomie de la prison contemporaine, Montréal, Presses Universitaires de Montréal.

Lenzi Catherine, Milburn Philip, 2015, « Les centres éducatifs fermés : de la clôture institutionnelle à l’espace éducatifs », Espaces et sociétés, 162, p. 95-110.

Lhuilier Dominique et Veil Claude (dir.), 2000, La Prison en changement, Toulouse, Erès.

Loffeier Iris, 2015, Panser des jambes de bois ? La vieillesse, catégorie d’existence et de travail en maison de retraite, Paris, PUF.

Mahi Lara, 2015, « Des patients détenus. Se soigner dans un environnement contraignant », Anthropologie & Santé [en ligne], 10, http://journals.openedition.org/anthropologiesante/1607.

Marchetti Anne-Marie, 2001, Perpétuités. Le temps infini des longues peines, Paris, Plon.

Moreau Delphine, 2017, « Limiter la contrainte ? Usages et régulation de la contrainte psychiatrique en Suisse », L’Information psychiatrique, vol. 93, p. 551-557.

Nayak Lucie, 2017, Sexualité et handicap mental. L’ère de la « santé sexuelle », Paris, INSHEA/Champ social.

Olivier de Sardan Jean-Pierre, 2000, « Le « je » méthodologique. Implication et explicitation dans l’enquête de terrain », Revue française de sociologie, 41-3, p. 417-445. 

Pinto Louis, 1975, « L’armée, le contingent et les classes sociales », Actes de la recherche en sciences sociales, 1-3, p. 18-40.

Planson Nadège, 2000, « La définition normative des résidents en maison de retraite et le travail de leurs personnels », Sociétés contemporaines, 40, p. 77-97.

Pollak Mickael, 1990, L’Expérience concentrationnaire. Essai sur le maintien de l’identité sociale, Paris, Métailié.

Rostaing Corinne, 2017, « Quelques ficelles de sociologie carcérale », Criminocorpus, Prison et méthodes de recherche, Communications, consulté le 1er février 2021, http://journals.openedition.org/criminocorpus/3552.

Rostaing Corinne, 2009, « Interroger les changements de la prison. Des processus de déprise et de reprise institutionnelle », Tracés, 17, https://journals.openedition.org/traces/4228.

Santamaria Éric, 2009, Handicap mental et majorité. Rites de passage à l’âge adulte en IME, Paris, L’Harmattan.

Simmel Georg, 1998 (1908), Secret et Sociétés secrètes, Paris, Circé.

Soule Bastien, 2007, « Observation participante ou participation observante ? Usages et justifications de la notion de participation observante en sciences sociales », Recherches qualitatives, vol. 27(1), p. 127-140. 

Touraut Caroline, 2012, La Famille à l’épreuve de la prison, Paris, Presses Universitaires de France, coll. « Le lien social ».

Velpry Livia, 2016, « ‘Moderniser’ l’enfermement en psychiatrie ? Le cas des unités pour malades difficiles », Sociétés contemporaines, 103, p. 65-90.

Vienne Philippe, 2005, « De l’institution totale à l’institution scolaire : La grille de lecture goffmanienne d’une ethnographie scolaire dans l’enseignement professionnel », La Matière et l’esprit, 2, p. 63-81.

Vuattoux Arthur, 2021, Adolescences sous contrôle. Genre, race, classe et âge au tribunal pour enfants, Paris, Presses de Sciences Po.

Aujourd’hui la perméabilité de l’institution militaire avec le monde civil n’est plus à prouver et la professionnalisation des armées s’est inscrite dans une logique consensuelle d’amendement du principe d’institution totale. À partir de là, il semblerait plus intéressant épistémologiquement de comparer l’institution militaire avec le monde civil au regard des similitudes qu’elle entretient avec lui (gestion RH, introduction de nouvelles technologies, division du travail, etc.) plutôt que selon les différences. L’objectif étant de sortir l’institution militaire de son statut d’objet d’étude extraordinaire qui l’inscrirait dans une sorte de sociologie tératologique comparative des institutions dites totalitaires (hôpitaux, prisons, etc.). Or le colloque offre l’opportunité de porter un regard novateur voire critique sur le concept d’institution totale.

Programme RT08 – Congrès 2021 AFS

Le programme présenté peut être soumis à modifications. Pour le moment le congrès est prévu de se tenir en « présentiel » sous réserve d’une évolution de la situation sanitaire.

Retrouvez dès à présent le programme court du congrès juste ICI.

Les institutions de sécurité-défense face aux changements

Session 1 – Mardi 6 juillet – 10h30 / 12h30 : Les changements stratégiques des missions de sécurité des armées

Rafael Martinez, Quatre rôles pervers dans lesquels l’armée peut tomber: ascenseur, allumeur de réverbère, épouvantail ou vétérinaire

Tewfik Hamel, Les dilemmes de la pensée et du récit de la doctrine de contre-insurrection américaine : l’exemple du FM 3-24

Félix Brêteau, La mise en place de la police judiciaire à Caen pendant la Révolution française : continuités et ruptures des pratiques de l’enquête pénale, 1789-1799

Antigoni Christakakou, Développement et perspectives d’une armée européenne

Julien Pomarède, Luttes et production de la sécurité euro-atlantique : Contre-terrorisme, contrôle maritime et changements des répertoires d’action militaires à l’OTAN

Session 2 – Mercredi 7 Juillet – 9h / 10h30 : Les changements dans la formation et le recrutement des militaires

Claude Weber, Retours sur des évolutions en cours sur la formation initiale des élèves-officiers à St- Cyr

Nicolas Alfano, L’autorité perdue ? Les nouvelles stratégies de commandement dans les formations militaires modernes

Julie Nolland, Les stéréotypes de genre dans les formations d’ingénieur.es du ministère des Armées : des représentations en mutation ? Une analyse lexicale et netnographique de l’offre curriculaire et du discours institutionnel public

Joël Zaffran, Pourquoi s’engager ? Eléments de problématisation de l’engagement des jeunes dans l’armée

Session 3 – Mercredi 7 juillet – 11h / 13h : Les changements pour le militaire au sein de son écosystème

Axel Augé, La famille face au traumatisme de guerre. Le rôle des représentations sociales dans le travail familial sur la blessure psychique

Solène Poyraz, L’impact de la crise syrienne sur les représentations de l’armée turque

Stéphane Mortier, La nouvelle sociologie économique comme vecteur du processus d’adaptation du dispositif de sécurité économique de la gendarmerie nationale à la crise de la COVID-19

Sandy Brice, Une institution caméléon

Arnaud Daviré, Les jeux d’acteurs dans le cadre de la réhabilitation par le sport du blessé militaire

Session 4 – Jeudi 8 juillet – 9h / 10h30 : Les changements dans l’exercice du métier militaire

Hadrien Clouet, D’un temps statutaire à un temps localisé : les inflexions du temps de travail militaire

Marguerite Déon, Des femmes combattantes : Les raisons d’un refus

Haddad Said, « Nous sommes des opérationnels » ; Représentations et identité cybercombattante

Alber Alex, Joël Cabalion, Valérie Cohen, « Retourner l’ennemi » ou désembrigader ? Les paradoxes du recours au cadrage militaire pour « déradicaliser »

AG du RT08 – Vendredi 9 juillet – 13h / 14h

Session 5 – Vendredi 9 juillet – 14h / 16h : Les changements dans les politiques publiques de sécurité- défense

Violette Larrieu, Externaliser les activités de soutien des armées, un changement inéluctable ? Le cas de la restauration et de la maintenance des équipements aéronautiques sous Nicolas Sarkozy (2007- 2012)

Antoine Milot, Alina Surubaru, Faire face à l’avenir. Le cas du projet SCAF

Camille Boutron, Camille Trotoux, Le changement par au travers de la recherche-action, mission impossible ? Retours sur les pérégrinations de deux chercheuses en SHS au Ministère des Armées.

Sébastien Jakubowski, Le Service National Universel (SNU) : vers de nouvelles politiques publiques ?

Un blog Sociologie militaire : pour quoi faire (maintenant) ?

Il est et serait possible d’expliquer la reprise d’activité du blog Sociologie militaire par les mêmes arguments avancés lors de sa création, il y a dix ans, par son fondateur (qu’il soit ici encore remercié pour son passage de témoin cordial, bienveillant et toujours goguenard).

Si certains relevant d’un credo commun à toute pensée scientifique (partage des savoir, débats et échanges) restent d’actualité, d’autres renvoyaient plus spécialement à la position de la sous-discipline au sein de la sociologie française : rendre visible, diffuser, valoriser une partie de la pensée sociologique consacrée aux questions militaires tout en soulignant justement son inscription dans une réflexion scientifique répondant aux standards académiques…. éviter que des étudiants en première année de thèse débutent leur intervention lors de leur premier colloque scientifique par cette assertion : « Rien d’important n’a jamais été écrit en sociologie sur les forces armées ».

Un profession de foi fondatrice à réviser ?

Différents travaux doctoraux et projets éditoriaux éclairent aujourd’hui l’histoire de la pensée en sciences sociales consacrées aux organisations militaires et aux phénomènes conflictuels. Il n’est pas temps ici d’en fournir une synthèse. On se permettra seulement de postuler que la multiplication des travaux sur l’ontologie de la sociologie du militaire, et ses défis épistémologiques, atteste d’une forme de maturité disciplinaire. On renverra ici à l’un des projets éditoriaux les plus récents à ce sujet (Le numéro 30 de la Revue des Champs de Mars en 2018 intitulé « La relève stratégique », en ligne ici).

Cette maturation, depuis 20 ans, s’est d’ailleurs appuyée sur l’existence et le renforcement d’un écosystème éditorial spécialisé sur les travaux en sciences sociales sur les affaires militaires. Profitant de la transformation numérique de la publication scientifique, des revues dont certaines tendant à un référencement parmi les revues dites « classées », ont favorisé la diffusion de ces travaux. Produire des résultats sur des problématiques communes aux sciences sociales mais dont le « terrain » est militaire conduit moins souvent que par le passé à des impasses en termes d’édition. Il ne s’agit toutefois là que d’une demi-victoire dans la mesure où des publications sur ces thèmes dans des revues généralistes passent le plus souvent encore par des numéros spéciaux, expression d’une forme de cantonnement épistémologique dont certains souhaiteraient sortir. Il faut enfin mentionner la visibilité croissante des sociologues du militaire dans une presse spécialisée grand public ainsi que dans la presse quotidienne nationale et régionale lorsque l’actualité l’exige. Ils ont intégré aux cotés de « géopoliticiens », officiers en retraite, et autres spécialistes autoproclamés, le bassin des « experts » que les grands médias sollicitent. Enfin, des moteurs de recherche dédiés permettent par ailleurs aujourd’hui d’accéder aisément à un catalogue des travaux en sociologie du militaire.

À cette plus forte visibilité médiatique, répond une certaine amélioration de la position des sociologues militaires dans le champ académique. Le nombre de sociologues ayant de manière principale ou secondaire « produit » en sociologie du militaire a crû. Le nombre de doctorants sur des problématiques relevant de cette dernière reste stable. Ensuite, de nombreux réseaux scientifiques ou sociétés savantes se sont institutionnalisés ou développés. Ils permettent aux chercheurs de sortir de leur isolement et de fédérer leurs efforts afin de rayonner autour de la sociologie du militaire. Toutefois, cette situation ne doit pas masquer que la production en sociologie du militaire ne représente toujours pas un « capital » axiologiquement neutre dans le champ académique français. C’est souvent un regard a minima circonspect qui se trouve posé sur ce type d’objets. C’est toujours et encore souvent le Ministère des Armées qui maintient, finance et recrute les sociologues du militaire, suscitant parfois tensions et méfiances de la part de l’Université.

La question de l’existence et de la place de la sociologie militaire n’appartient pas encore au passé.  

Les derniers paragraphes pourraient partiellement conduire à une nécessaire réorientation du projet scientifique, ou au moins sa dimension appelant à un travail autour d’une forme de reconnaissance disciplinaire des objets et des problématiques de la sociologie du militaire.

Or, comme on a pu le laisser entendre, de nombreuses voies d’effort existent, peut-être plus précises que par le passé, mais convergeant encore sur une meilleure connaissance et reconnaissance de la sociologie du militaire et de ses travaux.

Ainsi, encore peu nombreux sont les enseignements consacrés à cette dernière dans les cursus en sociologie. Quelques séminaires existent dans certains Master 2, mais de manière générale les étudiants souhaitant développer un travail de recherche sur des problématiques relevant de la sociologie du militaire n’ont que peu d’outils pour les guider. Ils n’ont à leur disposition aujourd’hui que deux manuels, dont un édité il y a plus de 20 ans. Quelques revues font un louable travail de recension, mais les travaux de sociologie du militaire doivent faire leur place parmi une large production relevant des Security ou War Studies. Il existe toujours une nécessité de créer un espace centralisé de diffusion d’un savoir de la sociologie du militaire, de mise à disposition de ressources numériques, de communications des évènements scientifiques et de débats. La sociologie du militaire n’en manque pas et il serait heureux de pouvoir faire de ce blog un lieu de discussion.

Et c’est sur ce dernier point que ce blog devrait poursuivre son effort. Les développements précédents ont employé les expressions de « Sociologie du militaire » et de « Sciences sociales appliquées aux affaires militaires ». Il a pu sembler aux lecteurs que les deux étaient interchangeables. En évoquant les travaux en sciences économiques ou de gestion, on peut évidemment d’ores et déjà remettre en cause cette perception. Toutefois, selon certains, la sociologie du militaire associerait travaux de sociologie et de science politique. Le spectre de ce qui relèverait de la sociologie du militaire est dès lors encore très large, puisqu’on pourrait aussi bien y trouver des travaux sur les motivations à l’engagement comme des analyses de nature géostratégique des conflits contemporains.

Un débat sur les méthodes et les objets de la sociologie du militaire est peut-être encore à poursuivre !

Nous espérons que le blog Sociologie militaire reprendra son rôle de passeur, en apportant des informations et une veille, en diffusant et en suscitant les échanges à travers différentes rubriques, supports auxquels chacun et chacune pourra contribuer.

L’équipe Sociomili

Congrès 2021 de l’AFS

Appel à communications du réseau thématique 8 « Sociologie du militaire » dans le cadre du Congrès de l’Association Française de Sociologie qui se tiendra du 6 au 9 juillet 2021 à l’Université de Lille.

Les institutions de sécurité-défense face aux changements
 
La thématique générale du congrès retenue pour l’édition 2021 est la suivante : « Changer ? ».
 
Les institutions de sécurité-défense connaissent les changements qu’elles pratiquent depuis maintenant de nombreuses années. Au cours des vingt-cinq dernière années, ces changements se sont accélérés. Ils sont multiformes et touchent tout le spectre de ces institutions au point de conduire une transformation profonde de leur structuration, de leur organisation, de leur fonctionnement, etc.
 
Le présent appel à communications du RT08 s’inscrit dans la thématique générale du congrès et cherche à questionner ces logiques de changement et de transformation au sein des institutions de la sécurité et de la défense prises dans leur sens le plus large.
 
Ce congrès est ainsi l’occasion de revenir sur ces changements, d’en analyser les impacts et de se projeter vers les changements à venir pour ces institutions dans une perspective sociologique mais qui empruntera aussi à la science politique, à l’histoire, etc.
Cet appel à communications est organisé en cinq axes.
 
1/ Qu’est-ce qui change dans le secteur de la sécurité-défense ?
 
Nous pouvons constater depuis plusieurs mois un certain durcissement de la situation géopolitique. La situation internationale réactive des incertitudes quant aux alliances entre Etats-nations et met au premier plan des enjeux de conquête (territoires, énergie, etc.) qui questionnent le retour de conflits traditionnels (ou leur éventualité). Au regard des relations internationales changeantes, du terrorisme qui n’a pas disparu mais aussi du maintien des missions de pacification, les politiques de défense connaissent des changements importants qui touchent a minima les registres suivants :
– Les militaires et les acteurs de la sécurité : leur formation, leur carrière, leurs intérêts à entrer et à poursuivre dans le métier militaire,
– Les « nouvelles » menaces : cyberguerre, cybercriminalité, les évolutions techniques et
technologiques,
– Les institutions en elles-mêmes : leurs chefs et leur formation, leur positionnement (l’armée de l’air qui devient armée de l’air et de l’espace),
– L’impact de la situation internationale et de l’évolution des interventions militaires sur la doctrine, le discours institutionnel militaire,
– Les capacités d’innovation des armées que ce soit sur le plan de la réflexion (comité d’éthique de la défense) ou des matériels militaires (agence de l’innovation de défense), etc.
A l’aune de ces nouvelles politiques, les institutions de sécurité-défense se transforment. L’objectif de ce premier axe est d’aborder ces vecteurs de transformation de façon systémique, soit d’un point de vue global, soit les conséquences de certains de ces changements sur ces institutions.
 
2/ Les institutions de sécurité-défense changent-elles vraiment ? Si oui en quoi ? Ce que nous appelons des changements sont-ils de « vrais » changements ?
 
Dans ce second axe, il s’agit de revenir sur une analyse objective de ce que nous qualifions en sociologie et en sociologie militaire de changements. Mais ceux-ci en sont-ils véritablement par rapport aux périodes précédentes ? Il y a en effet des évolutions qui s’inscrivent en réalité dans des logiques de continuité de l’action et qui doivent être appréhendées de façon plus longitudinales, voire historiques. C’est le cas des opérations et des interventions, des modifications des structures organisationnelles.
Il s’agit ici d’un point de vue sociologique ce qui relève de changements avérés et qui annoncent des modifications de tendance durables.
 
3/ Quels nouveaux changements à venir dans les années qui viennent ?
 
Il s’agit ici de se projeter de façon prospective vers les changements nécessaires et à venir pour les institutions de sécurité-défense.
Cet axe concerne autant les institutions de sécurité-défense, les politiques publiques que les individus et acteurs de ces institutions et politiques. Qui seront les militaires de demain, qui seront les policiers, gendarmes et douaniers de demain ? Comment seront-ils et doivent-ils être formés ?
A l’heure où un Haut-commissaire au Plan vient d’être nommé et où des armées se penchent d’un point de vue prospectif sur leur stratégie à plus long terme, l’anticipation des menaces actuelles et futures nécessite de pouvoir définir le format d’armée de demain. La crise sanitaire actuelle a réactualisé la nécessité d’une programmation, d’une planification stratégique. Le savoir-faire des armées en la matière en lien avec les autres ministères peut être l’objet de réflexions nouvelles. De manière plus large encore, la sociologie doit pouvoir porter un regard scientifique sur la prospective et son usage dans la construction des politiques publiques.
 
4/ La sociologie militaire en changement ?
 
Ce quatrième axe de l’appel à communications questionne la place de la sociologie militaire en France et en Europe aujourd’hui. Change-t-elle et si oui comment ? Doit-elle changer ? Quelles sont les orientations pour le futur à adopter ?
Ces questions sont centrales pour poursuivre le processus de reconnaissance et de légitimation de la sociologie militaire. Les changements observés dans les institutions de sécurité-défense conduisent aussi à questionner les problématiques, les sujets et enjeux de la sociologie militaire en France. Les liens avec les réseaux étrangers, la place du sous-champ disciplinaire doivent être interrogés afin que la sociologie militaire « pèse » davantage par rapport aux autres disciplines qui s’intéressent également au secteur de la sécurité – défense. La sociologie doit aussi mieux construire la complémentarité avec ces autres disciplines (comment ?) et avec l’institution militaire elle-même.
Cet axe est l’occasion de recueillir des communications de nature à construire un programme de recherche pour les années futures.
 
5/ Quels changements dans la formation des militaires, en particulier des officiers en académies militaires ?
 
Les logiques de formation et de professionnalisation sont un enjeu déterminant pour les forces armées. La formation des officiers, en particulier, connaît de profondes mutations articulées aux changements qui s’introduisent dans les académies militaires, elles – mêmes directement connectées aux modifications de l’enseignement supérieur et à la situation politique nationale, européenne et internationale. Les parcours de formation des officiers sont très largement renouvelés et universitarisés depuis plusieurs années. C’est le cas dans toutes les académies militaires, en particulier de l’armée de terre et de l’armée de l’air. Pour autant, les travaux sur la formation des officiers sont peu nombreux. Ces enjeux méritent une réflexion approfondie. Tel est l’objectif de ce dernier axe de l’appel à communications.
Dans cet axe, il est attendu que les communications creusent en particulier le continuum de formation, le curriculum de formation et les enseignements en SHS dans les académies militaires.
 
Calendrier prévisionnel :
– Début décembre 2020 : mise en ligne de tous les appels à communications des RT de l’AFS, dont celui du RT08
– 31 janvier 2021 : fin de dépôt des propositions de communication sur le site de l’AFS
– 1er février – 15 mars : sélection des communications retenues par les RT
– 15 mars – 15 avril : construction et communication par les RT du programme définitif (répartition des communicants par session)
 
Le système est dématérialisé. Il appartient aux congressistes de déposer directement sur le site de l’AFS leur proposition de communication.

Recension de l’ouvrage de Christel Coton

Après quelques années d’absence, ce blog consacré à la sociologie militaire va peu à peu reprendre ses activités et faire état de l’actualité des réseaux et travaux scientifiques au sein de l’Association française de sociologie, de l’Association internationale des sociologues de langue française, de l’Association pour les études sur la guerre et la stratégie, du réseau ERGOMAS ou encore de l’IRSEM…

Pour commencer, et pour inviter les lecteurs à lire de la sociologie militaire, voici une recension de l’ouvrage de Christel Coton publiée sur le site de l’AEGES.

A bientôt, Sébastien Jakubowski

https://aegeslectures.wordpress.com/2017/08/25/officiers-des-classes-en-lutte-sous-luniforme/

Actualités de la sociologie militaire

Sébastien Jakubowski nous signale la sortie de l’ouvrage de Caroline  Marchal  : Le politique et les hommages rendus aux soldats français morts en Afghanistan.

La quatrième de couverture se trouve ici : L’hommage politique aux soldats français morts en Afghanistan – Caroline Marchal

Nous essaierons de vous en proposer une lecture dans les semaines à venir.

J’en profite pour vous signaler la parution d’une offre d’emploi pouvant intéresser les jeunes diplômés en master 2 désirant s’orienter dans la sociologie militaire (dans l’armée de l’air).

Joyeuses Fêtes.

Les femmes militaires, en chemin vers la normalité ?

Comme s’en est fait écho ce site, le Centre de recherche des Ecoles de Coëtquidan, organisait le 12-13 novembre 2013 un colloque consacré aux femmes militaires dans l’enceinte prestigieuse du Musée des Armées.

 Le préambule du programme annonçait qu’il s’agissait entre autres de réaliser un point sur la situation des femmes militaires aujourd’hui, alors que la féminisation semble avoir franchi une étape. De l’exclusion à l’égalité formelle (ouverture des carrières, spécialités, progression professionnelle), on en serait déjà à l’heure du bilan. La « question féminine » n’en serait plus tout à fait une, convergeant dès lors avec les conclusions du 7ème rapport du Haut comité d’évaluation de la condition militaire.

 Et effectivement, même si être une femme militaire représente encore pour certains une « contradiction de statuts »[1], les temps des pionnières semblent déjà révolus. C’est ce qu’ont tendu à confirmer tant les interventions universitaires, que les témoignages de femmes militaires invitées et judicieusement insérés dans le programme parmi les communications scientifiques. Plus nombreuses, plus présentes à tous les échelons et dans tous les secteurs, les femmes tendent à ne plus être perçues, ou de moins en moins souvent, comme exceptionnelles du simple fait de leur genre.

 Du panorama historique, en passant par les comparaisons interarmées et internationales, le colloque a tenté de fournir aussi un tableau plus nuancé que la seule affirmation des chiffres des taux de féminisation des forces armées. Ces nuances, de manière synthétique, concernent trois acceptions que l’on peut donner la normalité évoquée en titre.

 Tout d’abord, être une femme militaire, tant dans sa carrière (progression, métier) que dans son expérience vécue professionnelle, n’est pas une réalité unique. Plus concrètement, et au-delà du truisme, ce colloque a souligné que « l’être militaire » au féminin est multiple selon la composante considérée (Terre, Air, Marine, Gendarmerie) ou la nationalité. Sans sombrer dans un déterminisme fonctionnaliste ou le culturalisme, les emplois, les missions, les outils technologiques créent des environnements et des identités professionnels qui  rendent sensiblement différentes les réalités vécues par les femmes qui ont fait le choix de s’engager. S’il est possible de dégager des régularités, comme on va le voir, il n’existe pas non plus un « être militaire » féminin, une norme interarmées ou internationale. En ce sens, il n’y a pas de « normalité » des femmes militaires.

 Toutefois, les témoignages comme les analyses ont aussi tendu à prouver qu’être militaire quand on est une femme conduisait à une recomposition plus ou moins forte de l’identité féminine. Avec des acclimatations selon le degré de virilisation de l’identité militaire rencontrée, les femmes militaires semblent avoir en commun l’adoption de comportements « appropriés », de stratégies, devant faciliter leur intégration. Il fut ainsi possible de déceler des normes et des comportements partagés par les femmes militaires.

 Enfin, la normalité de la féminisation pourrait être à rechercher dans leur visibilité. Un intervenant souligna qu’il lui semblait que les femmes militaires étaient peu visibles dans les vecteurs de communication de la Défense. Par ailleurs, la « couverture » médiatique serait moins forte, le sensationnalisme ayant laissé place à un quotidien de la femme militaire. La « normalité » serait alors à chercher dans une forme d’anonymisation.

 En conclusion, on ne peut que féliciter les Ecoles de Coëtquidan de leur initiative et pour la liberté de ton et de parole qu’elles ont laissé aux participants. Si l’objectif a été atteint, le panorama réalisé, on peut espérer que d’autres évènements de cette nature suivront, et permettront d’aborder et d’approfondir certaines questions. En effet, s’il n’y a peut-être plus de « question féminine » dans les armées françaises, il reste des questions à résoudre comme l’intervention lors de ce colloque de Madame Françoise Gaudin, Haut fonctionnaire à l’égalité des droits pour le ministère de la Défense, l’a souligné.

 C.P.



[1] Emmanuelle Prevot, « Féminisation de l’armée de terre et virilité du métier des armes », Cahiers du Genre, 2010/1 (n° 48), p.81-101.

L’IUS, one step beyond….

 

Chicago, quelques jours avant Halloween et le Hilton Palmer House… trois éléments qui feront immédiatement sens pour ceux qui s’intéressent à la sociologie militaire. La célèbre conférence de l’Inter-University Seminar on Armed Forces and Society (aussi éditeur de la non moins fameuse revue Armed Forces and Society) s’est en effet achevée dimanche matin 27 octobre sur les bords du Lac Michigan.

Malgré les craintes des effets du shutdown des Etats-Unis sur la participation, une nouvelle fois, la vénérable institution fut pendant quelques jours the place to be pour la sociologie militaire et plus généralement pour les sciences sociales appliquées aux affaires militaires. Plusieurs centaines de participants, des représentants de tous les continents, de très (trop ?) nombreux panels en parallèle… de quoi nourrir le plus boulimique des penseurs de la chose militaire.

Des genres de guerre au genre dans la guerre

Au-delà de la traditionnelle dimension pantagruélique de l’évènement – au total plus de 150 communications et environ 50 panels en parallèle, et plusieurs dizaine de nationalité représentées), que peut-on retenir de cette édition ? Il est évidemment difficile d’être exhaustif, l’auteur de ces lignes n’ayant pu par définition assisté à l’ensemble des communications.

Sans sombrer dans un trop fort impressionnisme voire à pointillisme, il semble qu’il soit possible de noter que l’influence (brûlante) de l’actualité guerrière de cette dernière décennie semble s’estomper.

Bien que certains panels fussent encore consacrés explicitement au terrorisme, à la contre insurrection ou au combat asymétrique, les thèmes classiques de la sociologie militaire ont repris le pas : identité militaire, relation civilo-militaire (conscription, relations politico-militaires, coopération civilo-militaire), profession et professionalisme, multinationalité, familles militaires, aires culturelles, etc. Si les conflits afghans et irakiens n’ont pas disparu des discours, il s’agit semble-t-il aujourd’hui plus d’en mesurer les conséquences dans les différentes problématiques générales du champ, que de les considérer comme des objets en soi.

Il s’agissait par exemple de la très stimulante communication d’Anthony King de l’université d’Exeter sur le combat urbain, selon une approche micro-sociologique. S’appuyant son prochain ouvrage, le sociologue anglais, à partir de l’observation et de l’analyse de la formation des forces spéciales,  présenta des pistes intéressantes sur l’avenir de la cohésion dans les unités militaires. Discutables et discutés, ses propos s’appuient sur l’hypothèse d’une rupture d’une importance comparable à celle identifiée par Morris Janowitz en son temps.

Parmi les thèmes mainstream de cette conférence, il convient de souligner le succès des panels consacrés au Gender Studies. Au nombre de trois, ils ont accueilli un public très nombreux. Autour de la figure tutélaire de Mady W. Segal, les différentes interventions ont souligné combien la question de la « féminisation des armées» – pour employer une terminologie plus répandue – était loin d’être close. Des politiques d’intégration dans les spécialités combattantes à l’effet de la présence des femmes en opérations, les diverses communications ont bien démontré combien le sujet restait pertinent.

Il est à souligner également le tenue de panels consacrés à des thèmes émergents comme la cyberdefense ou la « robotisation » de la guerre (même si on peut discuter de la pertinence de l’emploi du terme « robot ».

Ces quelques lignes, il faut à nouveau le souligner, n’ont pas vocation à rendre totalement compte de la conférence, mais à expliciter une vision forcément subjective de cette évènement.

Ambiance et vie administrative

Une demi-douzaine de chercheurs français était présente lors de cet évènement. Tous communicants, on pouvait compter parmi eux des membres du Centre de recherche de l’armée de l’air (CReA), du Centre de recherche des Ecoles de Coëtquidan (CREC) ainsi que de l’Institut de recherche stratégique de l’Ecole militaire (IRSEM). A l’échelle européenne, de très nombres centres ou laboratoires spécialisés dans la sociologie militaire et les questions de défense étaient également représentés.

Toujours très stimulante, cette conférence a permis de nombreux échanges qu’il n’est pas toujours possible d’avoir au regard du nombre parfois réduit du nombre de chercheurs spécialisés dans ce domaine.

Enfin la conférence de l’IUS a été l’occasion d’annoncer officiellement le changement de présidence. James Burk, sociologue, professeur à l’Université du Texas, spécialisé dans l’étude des relations civilo-militaire (et auteur de l’unique biographie de Morris Janowitz) a succédé à John Allen Williams, professeur de Science Politique à la Loyola University Chicago (spécialiste des politiques de défense et de sécurité américaine).

CP