Call for papers : Corps habillés. Politique des métiers de l’ordre

Nous reproduisons ci-dessous l’appel à contribution pour la revue Politique africaine. Merci à Emmanuelle Zolesio de me l’avoir transmis. English version below.

Corps habillés. Politique des métiers de l’ordre

Les corps habillés (i.e.: militaires, gendarmes, policiers, gardes nationaux, gardiens de préfectures, gardes frontières, forestiers, sapeurs pompiers, etc.) constituent un champ professionnel central dans les appareils d’Etat africains. Formant dans certains Etats jusqu’à près de la moitié des fonctionnaires, présents à tous les étages des appareils d’Etat, des carrefours de circulation aux antichambres du pouvoir, ils participent à plein du fonctionnement de l’Etat postcolonial. Redécouverts récemment par les organisations internationales et les bailleurs de fonds sur le mode de la « Réforme du Secteur de la Sécurité » (SSR), ils restent mal connus des sciences sociales. Alors que les acteurs non étatiques de l’exercice de la violence sont de mieux en mieux étudiés, les fonctionnaires en charge de l’exercice de la violence d’Etat restent un objet à explorer.

Prenant acte des impulsions venant de la recherche sur des terrains connexes (les milices, les trajectoires combattantes, la police coloniale, les administrations publiques africaines, les carrières des fonctionnaires, la coercition étatique et non-étatique, etc.), ce numéro se propose d’articuler perspectives historiques, sociologiques et anthropologiques, afin de mieux comprendre la formation des forces de l’ordre, les pratiques de leurs agents et les rapports qu’ils entretiennent avec le pouvoir d’Etat en Afrique. Se distinguant de deux poncifs, celui de l’homogénéité (« esprit de corps ») et celui de la fragmentation (« guerres des polices »), il s’attachera à retracer les caractéristiques communes, les croyances partagées, les circulations, mais aussi les tensions, les luttes de position et les conflits propres au champ des forces de l’ordre. En rompant avec les discours normatifs (type paradigme SSR) et téléologiques, les articles repenseront à nouveau frais les trajectoires collectives et individuelles des professionnels de l’ordre et leurs relations avec l’Etat. On mettra notamment l’accent les axes suivants:

            Socio-histoire d’un champ professionnel. Les institutions de maintien de l’ordre sont pour l’essentiel héritées de l’époque coloniale. Elles ont été étudiées le plus souvent de façon séparée, en reprenant les labels institutionnels. Il apparaît au contraire fécond d’envisager ces institutions comme un espace social, tout en mettant l’accent sur les projets successifs de (ré)organisation des forces de l’ordre. En quoi les compagnies de Tirailleurs Sénégalais, les Gardes Indigènes ou la Royal West African Frontier Force par exemple furent-ils les matrices des forces de l’ordre de leur territoire respectif ? Comment, à partir des troupes de conquête ou des premiers postes administratifs, se détachèrent progressivement les différentes institutions spécialisées, les corps et les unités participant des forces de l’ordre ? Les périodes clés sont aussi la période de la transmission de l’appareil sécuritaire durant les Indépendances, les années 1960 et 1970 où les forces de l’ordre des Etats post-coloniaux se forment, les années 1980 avec les politiques d’ajustement structurel, et les années 1990 où l’on observe un processus de démocratisation souvent accompagné d’une restauration autoritaire.

Cultures matérielles et représentations populaires. Habits de camouflage, AK47, talkie-walkie, machines à dactylographier : l’univers matériel des agents de l’ordre se double d’un univers symbolique qui organise d’une part l’opposition entre les membres de la profession et les non-initiés (qui ne portent pas uniforme, ne savent pas lire les insignes, n’ont pas d’arme, etc.), et d’autre part les oppositions internes à l’espace professionnel du maintien de l’ordre (« tenue » contre agents « en civil », porteurs de fusils contre porteurs de matraques, etc.). Quelles sont les langages et les mythes auxquels sont associées les forces de l’ordre ? Quelles sont les croyances partagées, les codes compris par tous, la doxa professionnelle des forces de l’ordre ? A l’inverse, où se situent les conflits symboliques, les luttes de classement, les enjeux de mémoire professionnelle? En quoi cet espace social est-il structuré par des idiomes professionnels (langage de l’uniforme, images de l’ordre, hexis corporelle, codes hiérarchiques, etc.) réglant à la fois l’unité et les distinctions d’un ensemble professionnel ?

Etre professionnel-le de l’ordre : carrières et trajectoires. Malgré un regain récent des travaux anthropologiques sur l’Etat au quotidien et les bureaucraties africaines, on sait encore peu de choses des carrières et des pratiques des agents des forces de l’ordre. Comment est-on recruté dans les armées et les polices africaines ? Dans les pays marqués par des conflits, notamment au Tchad, les agents passés par des écoles spécialisées travaillent au quotidien avec d’anciens rebelles intégrés à la faveur d’accords de paix. Comment se déroulent les carrières ? Comment les agents perçoivent-ils leur rôle ? Une attention particulière pourra notamment être portée aux procédures routinières et pratiques quotidiennes des forces de l’ordre.

            Luttes de position, conflits latents et violence. En raison de leur position spécifique au sein de l’Etat, les conflits internes aux forces de l’ordre sont des enjeux politiques centraux dans les Etats postcoloniaux (bagarres entre policiers et gendarmes à Dakar, mutineries au Niger, rebellions au Burkina-Faso, mais aussi retournements soudains, comme on l’a vu récemment notamment en Tunisie, en Egypte et en Libye, peut-être en Guinée et ailleurs). Trop souvent, ces conflits sont ramenés à une lutte univoque entre corps concurrents (le poncif de l’opposition entre militaires et policiers par exemple) ou encore à des luttes endémiques entre clans ou groupes ethniques (officiers du nord contre ceux du sud par exemple). Qu’en est-il vraiment des luttes de position au sein des forces de l’ordre ? Comment s’organisent les réseaux d’officiers, les liens verticaux entre individus de rangs différents, les alliances entre unités, compagnies et brigades ? Comment les hiérarchies au sein des forces de l’ordre sont-elles négociées, débattues, contestées ?

            Modes d’action politique. Situés à la fois au cœur de l’Etat et à la périphérie du champ bureaucratique, les agents de l’ordre disposent de moyens de pression. Dans de nombreux Etats, le pouvoir accorde une attention particulière aux revendications des agents de l’ordre. Pourtant, dans le même temps, les agents de l’ordre sont des fonctionnaires surveillés de près par les autorités (interdiction de syndicat, interdiction des grèves, code disciplinaire, baraquement et logements séparés, etc.). Les agents de maintien de l’ordre disposent-ils de modes spécifiques d’action politique ? Au-delà des coups d’Etat et du déclenchement de « nouvelles guerres » dont l’étude fut centrale respectivement dans les années 1970 et 1990, peut-on identifier un spectre plus large de modes d’action et d’expression politique propres aux forces de l’ordre ?

Casernes, camps, commissariats : les lieux des forces de l’ordre. Parmi les lieux les mieux protégés des villes africaines se trouvent les camps militaires, les casernes, les commissariats, les maisons des combattants, les baraques, les buvettes des officiers, etc. Ces lieux protégés sont aussi parmi les plus surveillés par le pouvoir, inquiet de ce qu’il s’y passe (que l’on pense à Alassane Ouattara exigeant des familles qu’ils quittent les camps militaires ou à Alpha Condé voulant « encaserner les militaires »). Il s’agira ici de saisir ce qui se passe dans les lieux de formation, de travail et de socialisation des forces de l’ordre, mais aussi de réfléchir aux frontières entre les espaces réservés aux forces de l’ordre et les autres espaces de la vie sociale et économique. Dans certains contextes, le camp apparaît comme un espace à part sans être une hétérotopie. Ailleurs, par exemple au Tchad, les militaires restent rarement cantonnés dans leurs casernes. Comment les agents de l’ordre s’emparent-ils de ces lieux, comment y travaillent-ils, comment y vivent-ils avec ou sans leur famille ? Quels rôles jouent les événements tels que les fêtes nationales, les grandes manœuvres, ou les tournois de foot dans la socialisation des militaires et agents de l’ordre ?

Genre et forces de l’ordre. Les métiers de l’ordre restent, dans les pays considérés comme ailleurs, très majoritairement exercés par des hommes. L’approche de genre permet ici de mettre en évidence la division genrée du travail. Quelle est la part des femmes ? Dans quelles institutions, à quels rangs et à quelles fonctions sont-elles présentes ? Comment négocient-elles la division genrée du travail ? Quels capitaux mobilisent-elles dans ces mondes professionnels pensés comme masculins ? Les institutions de l’ordre participent en outre de la fabrique d’une masculinité postcoloniale qu’il convient d’étudier. Comment les autorités gèrent-elles les questions de la famille, de la sexualité, du corps et de l’intimité des agents de l’ordre ? Certains pays, comme le Bénin, se prévalent de forces féminines de maintien de l’ordre associées à un passé précolonial idéalisé. Pour d’autres pays, comme la Guinée, les forces féminines sont perçues comme participant d’un passé socialiste. D’autres, comme le Rwanda, semblent faire de la féminisation des forces de l’ordre un enjeu politique de rupture avec le passé. D’autres enfin, comme le Togo, tentent à échéance régulière, mais pour le moment sans grand succès, d’étendre aux femmes le recrutement policier et militaire. En quoi le recrutement féminin participe-t-il d’un nouveau discours sur la modernisation et la démocratisation des forces de l’ordre ?

Politiques de réforme entre le global et le local. Les forces de l’ordre et de sécurité font l’objet d’une attention croissante de la part des acteurs internationaux. Loin d’opposer le « global », le « national » et le « local », il s’agira de saisir les recompositions des forces de l’ordre dans le contexte de la diffusion transnationale de normes, de référents et de techniques dans le domaine de la sécurité. Quels sont les effets des programmes dits de Réforme du Secteur de la Sécurité (RSS) ? Quelles furent les conséquences des réformes passées (créations successives de nouvelles institutions, politiques d’ajustement structurel, réformes des années 1990 et 2000) ? Par quels moyens les acteurs internationaux tentent-ils d’influer, avec ou contre les Etats, sur les forces de l’ordre (stages de formation, workshops, campagnes d’information, livraisons de matériel, déploiements d’observateurs internationaux, etc.) ? L’enjeu n’est pas ici d’étudier les échecs ou les succès de ces politiques, mais de saisir ce qui est en jeu aux points de rencontre entre les agents des forces de l’ordre et les experts internationaux.

Calendrier

Les propositions d’une page maximum sont à envoyer à Marielle Debos et Joël Glasman jusqu’au 15 avril 2012. Les articles retenus seront attendus pour le 15 juin 2012. Après le processus d’évaluation conduit par Politique africaine, les articles acceptés paraîtront dans le dossier du numéro de décembre 2012.

Contact:

Marielle Debos, mdebos@u-paris10.fr

Joel Glasman, glasmanj@cms.hu-berlin.de

« Corps habillés ». The Politics of security forces
Occupations, careers, practices

The corps habillés (i.e. army volunteers, gendarmes, police staff, national guards, prefects’ guards, border guards, forest agents, firefighters, etc.) constitute a professional field that plays a central role in the apparatus of the African state. In some countries, they represent up to half of public sector employees. Involved at every level from road intersections to backroom politics, they participate in the daily functioning of the postcolonial state. Recently rediscovered by international organizations and funding agencies under the framework of the “Security Sector Reform” (SSR), they remain an under-studied field in social sciences. While non-state modes of regulation of violence are a growing field of study, little attention has been paid to state employees in uniform.

Building on current research in related fields (militias, combatants’ trajectories, colonial police, public administrations, state and non-state coercion), this special issue aims to establish connections between historical, sociological and anthropological approaches. It seeks to build a better understanding of security forces’ formation, of their agents’ practices as well as of their relations to state power in Africa. This issue breaks with the commonplace of the supposed homogeneity of security forces (“esprit de corps”) and moves beyond the perspective of the fragmentation. It aims to analyze shared patterns and beliefs, alliances as well as competition, tensions, and conflicts within the security forces. Breaking with normative (such as the SSR paradigm) and teleological perspectives, articles will analyse collective and individual trajectories as well as the study of the relations of state employees in uniform to the state.

Authors are invited to address the following issues:

Socio-history of a professional field. Security forces are mainly inherited from the colonial period. They have mostly been analyzed separately according to institutions’ labels. Moving beyond this trend, this issue seeks to analyze institutions as social spaces while placing emphasis on successive projects to (re)organize them. For example, to what extent were the Tirailleurs Sénégalais companies, the Indigenous Guards or the Royal West African Frontier Force the origins of security forces on the respective territory? How did conquest troops or administrative outposts progressively became specialized institutions? Key historical periods are also the transmission of the security apparatus at the Independence, the 1960s and 1970s when post-colonial security forces developed, the 1980s when they were affected by Structural Adjustment Programs, and the 1990s when democratization was often followed by authoritarian restoration.

Material culture and popular representations. Camouflage fatigues, AK47, talkie-walkie, typing machines: security forces’ material culture participates in the distinction between professionals and non-professionals (who neither wear uniform nor bear arms, who are not able to read insignia, etc.) as well as in the distinctions within this professional field (for example staff in uniform as opposed to staff in civilian clothes, staff bearing arms as opposed to staff bearing truncheons, etc.). What are the languages and myths associated with security forces? Are there shared beliefs and references? A professional doxa specific to security forces? Are there symbolic conflicts, struggles for social positions? To what extent is this social space structured by professional idioms (uniform, body hexis, and hierarchical codes) that regulate both the unity of this professional field and distinctions within it?

Security forces’ staff: careers and practices. Despite a recent interest in sociology and anthropology in the daily functioning of state bureaucracies, little is known on the careers and practices of security forces’ members. How do African armies and polices recruit? In countries characterized by recurrent conflicts, professional career security agents frequently work alongside former rebels who were appointed to positions within the army or the police after the signing of a peace agreement. How do their careers evolve? How do they perceive their role? Special attention will be paid to security forces’ routine procedures and daily practices.

Professional competition and violent struggles. Because security forces are central in the state apparatus, internal conflicts are highly politicized issues inpost-colonial states (fighting between policemen and gendarmes in Dakar, rebellions in Niger, or sudden reversals, as we have recently seen in Tunisia, Egypt and Libya). Too often, these conflicts are univocally seen as struggles among competing bodies(the stereotype of the oppositionbetween the military and police for example) or asendemic struggles among ethnic groups (officers from the north against officers from the south for example). This issue, in contrast, wishes to look at the effects of competition and conflicts within the security forces? How are networks and relationships organized: officers’ networks, vertical links among individuals ofdifferent ranks, alliances among units, brigades and companies? How are internal hierarchies within this very social space negotiated, debated, and challenged?

Modes of political action. Located both at the core of the state and at the periphery of the bureaucratic field, security forces agents resort to diverse tactical repertoires. In many countries, the government pays special attention to the corporatist claims of security forces personnel. However, policemen and soldiers are under the constant gaze of authorities (prohibition of trade unions and strikes, harsh disciplinary code, separatebarracks and housing, etc.). Do members of security forces have specific modes of political action? Beyond the coups and the outbreak of « new wars » whose studies were centralrespectively in the 1970s and 1990s, can we identify a broader spectrum of modes of action and political expression specific to security forces?

Barracks, camps, police stations: the social places of security forces. Among the most protected places of African cities are military camps, barracks, police stations, officers’ mess, etc. These places are also closely monitored by anxious state authorities (one thinks of Alassane Ouattara in Cote d’Ivoire requiring soldiers’ relativesto leave the camps or Alpha Conde in Guinea trying to keep soldiers confined in their barracks). In this respect, this special issue aims to understand what is at stake in spaces of training, work and socialization of men and women in uniform. It also aims to offer insights on the boundaries between these spaces and other spaces central in the social and economic life. In some contexts, the camp seems a separate and almost confined space. Elsewhere, the military rarely remain confined to their barracks. How do agents appropriate these spaces, how do they work, how do they live there with or without their relatives? Which role do events such as national holidays, training exercises orfootball tournaments play in the socialization of military and security forces staff?

Gender and security forces. Occupations linked to security in African countries as elsewhere are overwhelmingly seen as masculine. A gender approach will in the first place focus here on a gendered division of labour. What is the proportion of women in these institutions? Which functions, ranks and responsibilities do they have? How do they negotiate the gendered division of labour? Which specific resources and ideas can they mobilize in this field thought of as masculine? To which extent do these institutions partake in the construction of a postcolonial masculinity? How do authorities intervene in private and family matters, in issues of intimacy, body or sexuality? In some countries, like Benin, the presence of women in the army is seen as part of a (reinvented) precolonial tradition. In others, like Guinea, this is seen as part of a socialist past. In others, like Rwanda, the feminization of security forces is seen as a break with the recent past. Others, like Togo, made only unsuccessful attempts to extend the recruitment of police and army to women. To which extent do female recruitments and formations participate in narratives on the “modernization” and “democratization” of the state?

Security forces’ reforms between the global and the local. Security forces have increasingly been targeted by international programs. Far from opposing the « global », the « national » and the « local », the aim here is to analyze security forces’ recompositions in the context of the transnational dissemination of norms, standards and technical references in the field of security. What are the effects of Security Sector Reform (SSR) programs? What were the consequences of past reforms (successive creations of new institutions, structural adjustment policies, reforms of the 1990s and 2000s)? How do international actors attempt, with or against states institutions, to influence security forces’ practices (training courses, workshops, information campaigns, delivery of equipment, deployment of international observers, etc.)? The purpose here is not to study the failures or successes of these programs, but to grasp what is at stake at the intersection between local agents and international experts.

Deadlines :

Abstracts (maximum one page) should be sent to Marielle Debos and Joël Glasman before the 15th April 2012. Selected articles are expected on 15 June 2012. After the peer review evaluation conducted by Politique africaine, accepted articles will be published in the December 2012 issue.

Contact:

Marielle Debos, mdebos@u-paris10.fr

Joel Glasman, glasmanj@cms.hu-berlin.de

L’uniforme militaire : la production d’une identité collective

Un billet d’Alexandre Rigal1

L’uniforme est un signe de distinction sociale envers les civils, envers les autres. L’objet modifie le rapport au corps : il le cache, le camoufle, le supprime, l’engonce, le contraint, le marque, l’esthétise. C’est ce rapport à soi du porteur de l’uniforme qui est à questionner, le rapport collectif de l’institution au corps du sujet, le rapport du sujet à son corps. L’uniforme est cet objet qui traduit le conflit entre singulier et collectif. La subjectivité du sujet disparaît, recouverte par l’uniforme, mais celui-ci est aussi couvert par lui, comme protégé par le collectif, à la fois repère rassurant et objet oppressif. Souvent, l’uniforme est un habit traditionnel géographiquement marqué, recoupant ainsi la définition du costume. Par ailleurs, l’uniforme est le symbole du monopole de la violence légitime. Il fait ainsi toute la différence entre la jacquerie, l’armée, la police, les mercenaires, les terroristes. Aussi terminons cette introduction par une sémiotique de l’uniforme. Le signe est une marque, naturelle ou conventionnelle, désignant pour quelqu’un un objet ou un concept, et destiné à être interprété par un tiers. L’uniforme est un signifiant dans la mesure où il se voit, se porte, selon trois critères : style, rituel, et mode. L’uniforme est un signifié dans la mesure où il exprime une identité collective.

Origine de l’uniforme militaire

Dans son étude des langues indo-européennes, Benveniste démontre par la linguistique, la tripartition originelle des fonctions sociales à l’intérieur des sociétés indo-européennes. Celles-ci sont structurées et hiérarchisées selon trois fonctions fondamentales, celles de prêtre, de guerrier, et d’agriculteur. En Inde ces castes s’appellent couleurs. En Iran, c’est également par la couleur de leurs vêtements que les trois classes se distinguaient : le blanc pour les prêtres, le rouge pour les guerriers, et enfin le bleu pour les cultivateurs (hommes du peuple)2. Divers drapeaux et de très nombreux uniformes sont tricolores. La division tripartite est la plus ancienne connue et constitue l’origine de l’uniforme. Dans un passé lointain déjà, des couleurs, des uniformes possédaient des propriétés classificatoires et différenciatrices.

Poursuivant son étude, Benveniste relève aussi chez Tacite, souvent partial mais significatif, que les barbares de la Germanie se servaient déjà de l’aura des uniformes :

Ces hommes farouches, pour enchérir encore sur leur sauvage nature, empruntent le secours de l’art et du temps : ils noircissent leurs boucliers, se teignent la peau, choisissent pour combattre la nuit la plus obscure. L’horreur seule et l’ombre qui enveloppe cette lugubre armée répandent l’épouvante : il n’est pas d’ennemi qui soutienne cet aspect nouveau et pour ainsi dire infernal ; car dans tout combat les yeux sont les premiers vaincus.3

Ce peuple, ce sont les Harii, terme qui signifie l’armée de Wotan. Ces barbares sont déguisés en soldats de l’armée des morts, l’armée du dieu de la guerre Wotan, qui correspond à Odin pour les peuples scandinaves. La modernité reprendra les uniformes représentant la divinité pour en faire des objets rationnels et qui rationalisent.

L’uniforme militaire moderne, un instrument de classification et de disciplinarisation

Les hommes de guerre se différencient par des costumes et des mises particulières, ils influencent fortement la mode de leur temps. Cependant, tant que le costume fut financièrement à leur charge et non imposé par une autorité tierce, on ne peut guère parler d’uniforme malgré les phénomènes mimétiques. Les légions romaines ne se rassemblaient pas simplement suivant leurs costumes, mais avant tout sur la foi de leurs étendards, étant donné qu’ils s’équipaient sur leur solde propre.

Au début du XVIIème siècle, le soldat c’est d’abord quelqu’un que l’on reconnaît de loin. Il porte en lui des signes naturels de sa vigueur et de son courage, les marques de sa fierté, son corps c’est le blason de sa force et de sa vaillance, d’où les critères physiques de recrutement longtemps en vigueur. À travers l’uniforme et l’uniformisation, se développe une rhétorique corporelle de l’honneur. Comme décrit par Foucault, le XVIIème et le XVIIIème siècles sont des périodes de rationalisation et de réduction des châtiments4. La disciplinarisation des corps et la médiatisation de leur traitement trouve un moyen efficace dans l’apparition de l’artifice disciplinaire qu’est l’uniforme moderne. L’uniforme devient le moyen symbolique de rompre avec le corps et l’animalité. Au courant de la seconde moitié du XVIIIème siècle, le soldat est devenu un objet, qui se fabrique, à la façon du corps machine de Descartes. Du corps inapte on produit la machine : les postures se redressent peu à peu, une contrainte calculée est imposée à chaque partie du corps. L’uniforme est la marque du corps perpétuellement disponible, outil d’ubiquité. Le paysan chassé, on lui a donné l’air du soldat en gommant ses traits caractéristiques. Les détenteurs du pouvoir à travers les institutions doivent valoriser l’assujettissement du soldat pour susciter la servitude volontaire. L’uniforme devient la condition de l’exercice de la puissance physique, son instrument par la médiatisation. L’uniforme individualise les corps et les fait circuler dans un réseau de relations qui garantissent l’obéissance des individus (plutôt qu’un étendard et un porte drapeau pour tous, il y a un uniforme par sujet). L’uniforme fait entrer le sujet dans un corps à corps avec l’institution, dont il était sorti symboliquement avec l’abolition des tatouages et autres marquages tégumentaires (Deslandres Yvonne, 2002)5.

Les raisons de l’adoption de l’uniforme sont multiples et hypothétiques. La plus simple est celle du besoin de reconnaissance des combattants, par rapport aux civils en arme, et des troupes ennemies. Une autre est celle du désir de reconnaissance et de prestige qu’on retrouve avec les uniformes de parade. La parade reprend d’ailleurs là les traits d’un comportement animal, qui simule le combat réel entre les deux animaux. C’est un moyen d’éviter les pulsions singulières, et de faire peur à l’ennemi. Reflets de la puissance et de la tradition de l’armée, les coiffes, les décorations, les épaulettes et les couleurs vives abondent. La fonction symbolique d’expression collective de l’uniforme est évidente quand il s’agit de l’armée de l’air : pourquoi a t-elle besoin d’un uniforme distinct alors que les pilotes ne sortent pas de l’appareil, si ce n’est pour forger une identité collective et renforcer le sentiment d’appartenance ?

La lutte contre la désertion fournit un argument supplémentaire à l’adoption de l’uniforme. Le port d’un vêtement spécial paré de nombreux boutons et passementeries, et fait de tissus très colorés, chose rare alors, rend caduque toute tentative d’en dissimuler l’origine ou d’en changer l’apparence. Il faut aussi ajouter l’attrait certain de l’uniforme, à une époque où la situation de militaire était encore plus porteuse d’honneur.

L’action de Louvois, ministre de Louis XIV

Les uniformes apparaissent lors de périodes historiques en corrélation avec la constitution d’un état ou d’un pouvoir fort, ayant une volonté centralisatrice et intégratrice. Ils sont des attributs de la puissance. On peut avancer l’hypothèse fonctionnaliste selon laquelle l’habitude de fournir à un corps de troupe des habits semblables serait une mesure économique. Alors que Vauban rassemble les troupes royales dans les casernes, Louvois, secrétaire d’état français à la guerre de 1662 à 1691, fit adopter les premiers habits gris, de la couleur naturelle de la laine, afin d’éviter les frais de teinture des draps. Il était moins coûteux d’acheter le drap par grandes quantités et de faire des costumes sur un seul patron. L’armure métallique a par ailleurs pratiquement disparu sous Louis XIV. En France, le gris constitue la couleur de l’infanterie. Dans le même temps, le rouge et le bleu sont le domaine réservé de la Maison royale et de certains régiments étrangers ; ce furent les ordonnances de Louvois, ministre de Louis XIV de 1670 et 1690, qui imposèrent l’uniforme, préconisant l’habit blanc-gris avec parements rouges, veste ou gilet et culotte bleus, rouges ou blancs, les trois couleurs des Bourbon et comme coiffure, le lampion ou tricorne en feutre noir, avec cocarde aux couleurs du colonel en rappel des blasons médiévaux, les colonels étant de la noblesse d’épée 6 . Louis XIV vers 1690 va mettre en oeuvre l’uniformisation généralisée des militaires de la maison du roi. La maison du roi est réservée aux riches nobles du plus haut rang. Le monarque utilise l’uniforme pour priver l’aristocratie du privilège de posséder une identité familiale et un nom propre. Les uniformes sont tricolores : bleu, rouge et blanc. Le justaucorps à brevet, pièce de vêtement si convoitée était justement à ces couleurs. Il semble que hiérarchie et discipline dans les armées furent les soucis constants de Louvois.7 À partir de 1779, l’infanterie française est en blanc, avec un habit, une veste et une culotte de tricot doublée de toile ; les formes de l’habit sont dégagées, et il comporte une particularité qui ne passera qu’à la fin du siècle définitivement dans le costume civil, des revers ou pièces cousues aux devants de l’habit pouvant se croiser sur la poitrine, où ils se boutonnaient. Les dragons étaient en vert, la cavalerie en bleu. Voici à titre d’exemple la description de l’uniforme de l’infanterie de Pierre Carles:

L’habillement du fantassin se présente ainsi : Une ample chemise de grosse toile blanche, fermée au col par une cravate de toile blanche bouclée sur la nuque ou nouée sur le devant. Une culotte de drap emboîtant le genou et dont la doublure de toile sert de caleçon ; elle boutonne devant par une brayette et audessus et à l’extérieur de chaque genou. Des bas de drap qui se roulent au-dessus de la culotte et sont fixés sous le genou de celle-ci par des jarretières à boucles. Les Suisses ont des culottes à fermeture archaïque par des rubans, qui sont bouffantes et le bas passe sous le genou de la culotte. Une veste à manches boutonnant devant et descendant à mi-cuisse, en drap. Un justaucorps, ancêtre de l’habit, en drap, boutonnant devant par une rangée de boutons, plus rarement deux ; ce justaucorps descend jusqu’aux jarretières, de façon à toucher le sol quand l’homme est à genoux ; il juponne légèrement à partir de la taille et il est fendu derrière et sur chaque hanche (où il forme des plis), ces fentes pouvant être ornées de boutons. En principe, le justaucorps de 1691 n’a pas de collet. Les manches s’évasent pour former des parements retroussés et boutonnés sur l’avant-bras sous le pli du coude. Les poches horizontales, plus rarement verticales, sont fermées par une pattelette boutonnée; l’ouverture de la poche est environ à trois travers de main au-dessus du bas du justaucorps. Le justaucorps s’orne d’un grand nombre de boutons en cuivre ou en étain du même diamètre et dont la couleur et la disposition varient avec les corps. Aux pieds le fantassin a des souliers en cuir noir, à bouts carrés, à hauts talons de bois. Ils sont semblables par paires et ne se différencient que par la façon de disposer la boucle de métal en laissant libre une des extrémités de la lanière de fermeture. Sur la tête, il a un chapeau de feutre noir aux larges bords roulés plutôt que relevés, à la forme basse et aplatie du dessus. L’avant de l’aile gauche porte une ganse où l’on peut fixer des rubans.8

Le pouvoir se sert de l’uniforme comme d’un moyen de contrôle et d’attrait. L’uniforme fut longtemps un symbole d’ascension sociale. C’est que l’uniforme militaire confère légitimité et autorité, puisqu’il représente une forme du monopole de la violence des uns, sur les autres (Weber). Cette période marque le point de départ de l’expansion de l’uniforme moderne, et de sa définition.

Évolutions et réduction progressive de la portée symbolique de l’uniforme

Au cours du XIXème siècle, le confort et l’hygiène prévalent progressivement comme la nécessité d’échapper à la vue de l’ennemi amènent les autorités à revoir leur point de vue sur les modalités pratiques de l’uniforme.

À la Révolution, l’uniforme ne change pas de forme, mais il adopte les couleurs nationales, habit bleu, veste blanche, col rouge et bicorne. Sous l’Empire, il prend la forme du frac (variante du queue de pie). Cette forme disparaîtra en 1845 au profit de la tunique boutonnée du haut en bas, bleu marine sur le pantalon rouge garance, les pans pouvant se relever pour faciliter la marche ou pour monter à cheval. L’accès à l’uniforme de toute la population masculine par la conscription ou le volontariat participe à répandre dans la population entière le désir d’accès à l’ancien privilège, au prestige de l’uniforme. À l’instar de la pratique du duel par exemple, l’égalisation des conditions se fait par le haut et la reprise de pratiques aristocratiques (Norbert Elias).

À la fin du siècle, le pragmatisme l’emporte, l’uniforme perd en partie ses fonctions de prestige sous l’effet de la banalisation de l’objet, puisque tous les hommes y ont désormais accès et que les pratiques aristocratiques perdent leur attrait. L’uniforme devient un moyen de camouflage dans un renversement complet des valeurs originelles de l’habit, vidé de sens. Les Allemands choisissent des uniformes vert de gris, les Anglais instruits par la guerre des Boers, passent des tuniques écarlates au kaki. En France, peut-être en raison de la traditionnelle lutte pour les marqueurs de l’aristocratie, le flamboyant de l’uniforme perdurera un peu. En 1915, les troupes françaises passeront du bleu rouge, au bleu horizon. En 1914, l’armée française est équipée de capotes de couleur dite « gris de fer bleuté » et de pantalons et képi de couleur dite « garance » nom de l’élément de teinture. Très visibles de loin, ces uniformes sont totalement inadaptés aux nouvelles armes que sont les mitrailleuses, les soldats se faisant abattre en grand nombre à distance. Le commandement français, averti sur la nécessité pour ses soldats d’arborer des couleurs discrètes, ne choisit pas le kaki, mais le bleu horizon. On pense en effet qu’un soldat se voit d’abord de loin, donc près de la ligne bleue du ciel, il s’agit de le camoufler. Ces uniformes sont produits dès 1914, et distribués à partir de fin 1914 à début 1915. Les troupes coloniales et la légion étrangère sont elles dotées d’uniformes jaune moutarde. L’armée française avait pourtant expérimenté un grand nombre de couleurs camouflantes avant 1914, mais le prestige de l’uniforme joua sans doute un rôle dans l’absence de modification des couleurs. D’ailleurs lit-on dans la presse,

J’ai tenu à protester en faveur du légendaire pantalon garance que les soldats de France n’ont pas toujours porté, mais qui est devenu la caractéristique même de notre soldat moderne, l’uniforme consacré par la gloire, et je dirai sacré par la défaite.9

Les débats à la Chambre des députés se font l’écho de cette pensée. Le ministre de la Guerre, Estienne, venu devant la commission de l’armée justifier ses demandes de crédits, écrit : « Supprimer le pantalon rouge ? Non ! Le pantalon rouge, c’est la France ! ». L’évolution de l’uniforme a en outre été marquée par les deux passions démocratiques reconnues par Tocqueville :

Il y a en effet une passion mâle et légitime pour l’égalité qui excite les hommes à vouloir être tous forts et estimés. Cette passion tend à élever les petits au rang des grands ; mais il se rencontre aussi dans le cœur humain un goût dépravé pour l’égalité, qui porte les faibles à vouloir attirer les forts à leur niveau, et qui réduit les hommes à préférer l’égalité dans la servitude à l’inégalité dans la liberté.10

La fin de la seconde guerre mondiale marque la fin progressive de l’uniforme en tant qu’objet de distinction et de privilège, quand tout individu de l’espèce humaine est reconnu comme sujet humain, comme même et non plus comme autre, à travers la pensée universaliste s’imposant au XXème siècle après la seconde guerre mondiale.

Aujourd’hui qu’en est-il de l’uniforme ?

Sans service militaire, avec le remplacement du policier visible par la caméra qui voit, la recherche du confort, de la performance ou du camouflage, l’uniforme perd son caractère symbolique dans le réel. Il ne disparaît pas en tant qu’objet de définition d’une identité collective et d’appartenance à un groupe. Mais son accès généralisé entraîne la perte de prestige, puisque les modifications de son style sont en contradiction avec l’objectif de départ de visibilité et de distinction envers les civils. Le kaki, ou le beige ne sont pas des couleurs ou des motifs valorisés socialement, ils sont surtout nécessaires au camouflage.

Au contraire, l’uniforme est présent sans cesse dans les imaginaires et les représentations, au cinéma, dans le roman, en peinture, dans la mode et l’habillement. On ne compte plus les manteaux militaires, les trench-coats, les déguisements, etc. L’uniforme devient ainsi objet de représentations quotidiennes, sans référence à un pouvoir institutionnel, un objet standard que tous peuvent acheter sans condition de force ou d’honneur particulières. Si le style de l’habit initial subsiste, il a perdu par la commercialisation, et la diffusion massive à la suite des guerres mondiales, la légitimation des supports institutionnels et sociaux, constitués depuis le XVIIIème siècle, perdant alors son aura.

  1. L’auteur est étudiant en M2 à Sciences po Lyon et en M2 recherche en communication. Vous trouverez des éléments plus détaillés, ici : http://collectif-confluence.fr/domaines/communication/auteurs-communication/alexandre-rigal.html []
  2. Benveniste Émile, 1989, Le vocabulaire des institutions indo-européennes, Livre 3, Chapitre 1 « la tripartition des fonctions », Paris, Les Éditions de Minuit, pp. 279-292. []
  3. Benveniste, Emile, 1974, Le vocabulaire des institutions indo-européennes, Livre 1, Section 2, Chapitre 8 « la fidélité personnelle », Paris, Les Éditions de Minuit, pp. 112-113. []
  4. Foucault Michel, 1993, Surveiller et punir, collection Tel, Gallimard []
  5. Deslandres Yvonne, 2002, Le costume, image de l’Homme, Institut français de La Mode []
  6. Carles Pierre, 1996, « L’infanterie du roi de France à la mort de Louvois », Histoire, économie et société, 15e année, n°1. pp. 57- 73. []
  7. Le Flem Jean-Paul, 1996,« Le marquis de Louvois ou le service de Mars (1641-1691) », Histoire, économie et société, 15e année, n°1. pp. 49-56 []
  8. Carles Pierre, 1996, « L’infanterie du roi de France à la mort de Louvois », Histoire, économie et société,15e année, n°1. pp. 66-67 []
  9. L’Illustration, n° 2459, 12 avril 1890 []
  10. Alexis de Tocqueville, 1990, De la démocratie en Amérique, T. I, première partie, chap. III, Vrin []