Appel à communication : la pratique des sciences sociales en terrain militaire

Les membres du comité organisateur nous ont aimablement demandé de relayer leur appel concernant une journée d’étude dont vous trouverez les modalités recopiées ci-dessous. La version originale est ici. Nous nous réjouissons de la thématique de cet appel qui pose notamment la question de la scientificité de la pratique sociologique en terrain militaire.

APPEL À COMMUNICATIONS

JOURNÉE D’ÉTUDE

La pratique des sciences sociales en terrain militaire : une « opération spéciale » ?

Quelle(s) spécificité(s) du travail de recherche au sein des forces armées ?

L’étude sociologique et historique des armées s’est constituée comme un domaine spécialisé des sciences sociales, par sa littérature, ses références et ses concepts (Boëne, 1995, 2011 ; Gresle, 2005 ; Bardiès, 2008). Cette journée d’étude se donne pour objectif d’inverser les termes du raisonnement habituellement admis, qui postule que l’armée est spécifique par son statut et sa place dans l’ordre institutionnel de l’État- Nation (Boëne, 1990 ; Hamelin, 2000 ; Bardiès, 2011). La spécificité institutionnelle suffit-elle à fonder la spécificité d’un objet scientifiquement construit ?

Les sciences sociales ont franchi les enceintes des régiments et des administrations centrales de l’Armée (Pinto, 1975 ; Larmet, 1995 ; Weber, 2001 ; Martin et Pajon, 2011 ; Prévot, 2007 ; Coton, 2008 ; Deschaux-Beaume, 2011), sans compter les militaires s’étant faits historiens, sociologues ou ethnographes (Thiéblemont, 1983, 1999 ; Goya, 2004 ; Montagnon, 2008 ; Porte, 2011). Elles ont pourtant rarement interrogé la « spécificité militaire » sur le « terrain » de la recherche. Une spécificité susceptible d’affecter la manière de mener la recherche dans l’institution. Tout terrain de recherche présente des caractéristiques propres et des situations d’enquête découlent de cette particularité. Dans quelle mesure celles rencontrées dans les armées sont-elles spécifiques au regard des problématiques d’enquête auxquelles sont confrontées plus généralement les sciences sociales sur le terrain ?

Si la professionnalisation décidée en France en 1996 réorganise profondément l’institution (Gresle, 2003 ; Léger, 2003), ces transformations ne sont jamais abordées sous l’angle de la modification des conditions d’enquête pour le chercheur : la professionnalisation les rend-elle plus favorables qu’auparavant ? Sur ces différents points, la réflexion est quasi-inexistante, du moins, est-elle loin d’être systématique ; raison d’être de cette journée d’étude.

A partir des expériences concrètes de chercheurs, français et étrangers, au sein des forces armées, régulières ou non, nous voudrions, au travers de l’examen des conditions de la recherche en sciences sociales dans les armées, interroger la spécificité militaire in situ. L’observateur sur le terrain – quelle que soit sa discipline d’appartenance – est toujours en prise avec ce dernier, leur relation n’est pas empreinte de neutralité axiologique : les contraintes pesant sur le chercheur, les dispositifs institutionnels – au sein desquels enquêtent le sociologue (Bourdieu, Chamboredon et Passeron, 1968 ; Becker, 1970), l’ethnographe (Beaud et Weber, 2003, Bizeul, 2007) et l’historien (Jauffret, 2000, Henninger, 1999) – sont autant de perspectives pour penser empiriquement la prégnance de la spécificité militaire. Mais est-ce l’objet « Armée » qui est spécifique, ou est-ce l’apparente spécificité des situations d’enquête qui en crée l’illusion ? Existe-t-il réellement dans la pratique de la recherche, une spécificité militaire ? Afin de mettre cette spécificité en perspective, les contributions permettant une comparaison internationale seront les bienvenues.

La journée d’étude s’articulera autour de trois axes de réflexion :

  1. 1.      Le chercheur, l’institution militaire et le monde universitaire:

Il s’agit ici de parcourir les expériences de chercheurs, quels que soient leur discipline et leur milieu académique, sur le terrain des forces armées. La place donnée ou trouvée par le chercheur au sein de l’institution oriente la recherche, d’autant plus dans l’Armée, où une forte différenciation civils/militaires demeure structurante. Ainsi, les caractéristiques sociales (de genre, de classe, d’âge, ethnique, etc.), la trajectoire biographique du chercheur et sa relation à l’institution ont une incidence directe sur les conditions d’enquête. Par ailleurs, la stratégie d’enquête retenue n’est pas sans produire des effets sur la réception de ses travaux par le monde universitaire dont il est issu. Quelles sont les ressources (institutionnelles, familiales, etc.) mobilisables par l’enquêteur pour accéder et se mouvoir dans l’institution ? Ce point ouvre une réflexion sur les conditions d’engagement du chercheur sur son terrain : si certains semblent plus « difficiles » que d’autres (Boumaza et Campana, 2007), voire dangereux (Fournier, 2001), qu’en est-il des terrains dans l’armée ?

2)      L’institution militaire et les sciences sociales et historiques :

Ce deuxième axe interroge l’organisation de la recherche par l’armée et l’impératif d’autonomie relative du chercheur. Le champ scientifique n’obéit pas nécessairement aux intérêts et aux temporalités du champ militaire, malgré l’existence d’instituts de sciences sociales au sein même des institutions militaires (Porteret, 2003 ; Jankowski et Vennesson, 2005). Quelles sont les conditions de la pratique de la recherche en milieu militaire et quelles sont les possibilités effectives de faire des sciences sociales au sein des armées ? Ainsi, l’accès à certaines sources peut s’avérer problématique. La classification, par exemple, contraint le chercheur dans ses stratégies de recherche, qui parfois passent par son engagement au sens littéral. Les réticences des militaires, le devoir de réserve, voire l’autocensure du chercheur « employé » par l’armée, peuvent constituer des obstacles à la pratique non utilitariste des sciences sociales et historiques au sein de l’institution militaire. Le soupçon d’instrumentalisation du chercheur par l’institution peut s’avérer un véritable obstacle à la réception des enquêtes commanditées par les armées au sein de la communauté universitaire. En histoire, la question des sources disponibles se pose avec acuité pour l’étude des conflits très contemporains, car, si leur enjeu politique s’estompe, elles ne sont pas pour autant rendues accessibles. Par ailleurs, quelles sont les conséquences induites par la gestion des archives militaires par l’institution elle-même ? Tout univers social oppose des résistances à l’objectivation, celles de l’Armée sont-elles spécifiques ?

3)      Le domaine militaire face à l’épreuve du terrain : quel objet pour la sociologie et l’histoire militaire ?

Enfin, ce troisième axe explore à la fois empiriquement et épistémologiquement les fondements de la notion de « spécificité militaire » et de ceux de la sociologie militaire. Quel est l’objet de la sociologie militaire ? Au regard des discussions pointées par Laure Bardiès (art. cité) et par les chercheurs associés au RT 08 de l’AFS, le domaine de la sociologie militaire ne serait pas clairement délimité. La sociologie militaire se limite-t-elle aux formes institutionnelles des armées des États modernes et à l’évolution de ces dernières ? Que faire de l’étude des forces armées « non conventionnelles » de type guérillas et insurrections ? Comment mener une sociologie du fait militaire dans un contexte qui fixe comme horizon quasi inaccessible pour le sociologue l’accès aux zones de combat ? Comment faire une sociologie militaire sans accéder aux théâtres d’opérations ? La sociologie militaire doit-elle se cantonner aux « routines quotidiennes » de l’armée et s’apparenter uniquement à une sociologie de la profession militaire ? De même, doit-elle exclusivement se focaliser sur les régiments de métropole au détriment de l’outremer ? La sociologie militaire peut-elle nourrir des questions de sociologie générale et ainsi se désenclaver d’une définition par « le sujet traité » ?

La détermination de sources valables pour la construction de l’objet de l’histoire militaire pose une même interrogation : du recueil de témoignages (Tourtier-Bonazzi, 1990), à l’étude des sources écrites (lettres, compte-rendu de mission) en passant par les sources visuelles (photographies, illustrations, films), la pluralité des sources et leur croisement s’avère être une nécessité, a fortiori pour l’étude des conflits très contemporains (Soulet, 2010). Pour autant, tout peut-il faire « source » ?

Autrement dit, les objets de la sociologie et de l’histoire militaire ont-ils une quelconque spécificité ou bien l’adjectif renvoie-t-il seulement à une sous-catégorisation du champ disciplinaire ?

Comité scientifique :

Julie Andurain (CDEF)

Christel Coton (Paris I – CESSP/CSE)

Sébastien Jakubowski (Agrosup Dijon – CLERCE)

Pascal Vennesson (IUE de Florence – RSCAS)

Claude Weber (Rennes II/ESM – CIAPHS)

Comité d’organisation :

Christophe Lafaye (IEP d’Aix-en-Provence – CHERPA – IRSEM)

Alicia Paya Pastor (Lille II – CERAPS – IRSEM)

Mathias Thura (EHESS – CMH/ETT – IRSEM)

 

Bibliographie indicative

Bardiès Laure, 2008, Deux siècles de sociologie militaire en France, Thèse, Université Toulouse-I-Sciences sociales.

Bardiès Laure, 2011, « Du concept de spécificité militaire », Année sociologique, 2011/2, vol. 61, pp. 273-295.

Becker Howard S., 1970, Sociological Work: Method and Substance, Chicago, Adeline Publishing.

Bizeul Daniel, 2007, « Que faire des expériences d’enquête ? Apports et fragilité de l’observation directe », Revue française de science politique, n°1, vol. 57, pp. 69-80.

Boëne Bernard, 1990, La spécificité militaire, Paris, Armand Coli.

Boëne Bernard, 1995, Émergence et développement d’une sociologie spécialisée : le cas de la sociologie militaire aux États-Unis, Thèse d’État, Université Paris-V-René Descartes.

Boëne Bernard, 2011, « Classiques des sciences sociales dans le champ militaire », Res Militaris, vol. 1, n°3 [en ligne].

Boumaza Magali et Campana Aurélie, 2007, « Enquêter en milieu « difficile ». Introduction », Revue française de science politique, 2007/1, vol. 57, pp. 5-25.

Bourdieu Pierre, Chamboredon Jean-Claude et Passeron Jean-Claude, 1968, Le métier de sociologue, Paris, Mouton.

Coton Christel, 2008, « Luttes de prestige entre pairs. Le cas des officiers de l’armée de terre », Sociétés contemporaines, n°72, pp. 15-35.

Deschaux-Beaume Delphine, 2011, « Enquêter en milieu militaire. Stratégie qualitative et conduite d’entretiens dans le domaine de la défense », Res Militaris, vol. 1, n°2 [en ligne].

Fournier Pierre, 2001, « Attention dangers ! Enquête sur le travail dans le nucléaire », Ethnologie française, n°1, vol. 31, pp. 69-80.

Goya Michel, 2004, La Chair et l’acier – L’armée française et l’invention de la guerre moderne 1914-1918, Tallandier.

Gresle François, 2003, « La « société militaire ». Son devenir à la lumière de la professionnalisation », Revue française de sociologie, n°44, vol. 4, pp. 777-798.

Gresle François, 2005, Sociologie du militaire, Paris, L’Harmattan

Hamelin Fabrice, 2000, La spécificité militaire, une construction institutionnelle. Le cas de la formation des officiers du génie au XIXe et XXe siècle, Thèse, Institut d’Études Politiques de Paris.

Henninger Laurent (dir.) et alii., 1999, Histoire militaire et sciences humaines, Bruxelles, Complexes.

Jankowski Barbara, Pascal Vennesson, 2005, « Les sciences sociales au ministère de la Défense : inventer, négocier et promouvoir un rôle », in Bezes Philippe et alii. (dir.), L’État à l’épreuve des sciences sociales. La fonction de recherche dans les administrations sous la Vème République, Paris, La Découverte.

Jauffret Jean-Charles, 2004 [2000], Soldats en Algérie, 1954-1962. Expériences contrastées des hommes du contingent, Paris, Éditions Autrement, 5e édition.

Larmet Gwenaël, 1995, « Comment devient-on camarade de régiment ? », Critiques sociales, n°7, pp. 3-28.

Léger Jean-François, 2003, «Pourquoi les jeunes s’engagent-ils aujourd’hui dans les armées ? », Revue française de sociologie, n°44, vol. 4, pp. 713-734.

Martin Clément et Pajon Christophe, 2011, « Max Weber, le charisme routinisé et l’armée de l’air. L’éducation charismatique au sein d’une école d’officiers », Année sociologique, 2011/2, vol. 61, pp. 383-405.

Montagnon Pierre, 2008, L’Histoire de la légion de 1831 à nos jours, Pygmalion, Paris.

Pinto Louis, 1975, « L’armée, le contingent et les classes sociales », Actes de la recherche en sciences sociales, vol. 1, n°3, pp. 18-40.

Porte Rémy, 2011, Chronologie commentée de la Première Guerre mondiale, Éditions Perrin.

Porteret Vincent, 2003, « A la recherche du nouveau visage des armées et des militaires français : les études sociologiques du Centre d’études en sciences sociales de la défense », Revue française de sociologie, n°44, vol. 4, pp. 799-822.

Prévot Emmanuelle, 2007, « Alcool et sociabilité militaire : de la cohésion au contrôle, de l’intégration à l’exclusion », Travailler, 2007/2, n°18, pp. 159-181.

Soulet Jean-François, 2010, L‘Histoire immédiate. Historiographie, sources et méthodes, Paris, Armand Colin.

Thiéblemont André, 1983, Les militaires sous le regard ethnographique, Revue Défense Nationale, n°06, pp.73-87.

Thiéblemont André, 1999, Cultures et logiques militaires, Paris, PUF.

Tourtier-Bonazzi Chantal (de) (sous dir.), Le Témoignage oral aux archives. De la collecte à la communication, Paris, Archives nationales, 1990.

Weber Claude, 2001, « Ethnographie en milieu militaire », Cahiers de publications doctorales de l’université de Strasbourg, n°2, pp. 79-91.

Déroulement de la journée d’étude

 

La journée d’étude se déroulera sous la forme de présentations organisées en tables rondes thématiques. Ces dernières seront suivies d’une discussion afin de mettre en perspective les différentes interventions et de générer un échange entre chercheurs et avec le public.

 

 

Mots-clefs :

Sciences sociales, institution militaire, méthodologie, observation, terrain, travail d’enquête

 

 

Modalité de soumission :

 

Les propositions ne devront pas excéder 7000 caractères (2 pages), espaces compris, titre inclus, bibliographie non incluse.

 

 

Une attention toute particulière sera portée à la présentation du terrain et des sources soutenant le propos de l’auteur. Les propositions permettant une mise en perspective internationale sont vivement encouragées, ainsi que celles apportant un éclairage depuis des institutions connexes aux forces armées.

 

 

Les contributeurs sont invités à faire figurer en page de garde de leur proposition une fiche de présentation précisant leurs noms, prénoms, statut et leurs rattachements institutionnels, qu’ils soient universitaires et/ou militaires (non compris dans les 7000 caractères).

 

 

Les propositions et les fiches de présentation sont à retourner au format suivant :

NOM-PRENOM-PROP.doc (docx, odt, pdf)

 

Elles sont à faire parvenir au comité organisateur à l’adresse suivante :

je.terrain.militaire@gmail.com

 

 

Date limite de candidature : 5 mai 2012

Sélection et réponse du comité : 15 juin 2012

Date de remise des papiers (15 pages environ) : fin du mois de septembre 2012

Date de la JE : début du mois de novembre 2012

Lieu : Paris (75000).

 

Contacts :

 

Christophe Lafaye : christophe.lafaye@gmail.com

Alicia Paya Pastor : aliciapaya@hotmail.fr

Mathias Thura : mathias.thura@ehess.fr

 

Partir, Inflexions n°18 (actualisé)

La nouvelle livraison de la revue Inflexions nous propose un dossier sur le thème « Partir ».

Le fait de partir, pour un militaire, peut consister en l’action de quitter un compagnon, une famille, un groupe, un régiment, une vie sociale.. Cette privation initiale se double de l’absence du “parti” chez ceux qu’il laisse. On songe ici autant à l’accompagnement qui est proposé par l’institution aux familles, qu’au stress partagé lié à l’incertitude du retour. Il est l’essence de la spécificité militaire, avec par exemple les mutations, les Opex et Opint, les formations, la reconversion des carrières courtes..

Ce départ est aussi un acte positif : il est ici nécessaire (rusticité de l’adaptabilité à un contexte nouveau Vs routine), là revendiqué (motivation à l’engagement : “voir du pays”). Il peut en outre être vécu comme une expérience extra-ordinaire, dont le retour (“partir et revenir”) nécessite parfois un cadre médico-psychologique ou un accompagnement social.

Ces quelques dimensions, et d’autres, structurent ce nouvel opus1 en donnant la parole à des cinéastes, des juristes, des historiens, des sociologues.. civils et militaires2 .. En attendant de lire ce document, nous vous proposons le sommaire du numéro 18 de la revue Inflexions (2011)3. Nous avons rajouté les présentations des différents articles, reprises depuis le site d’inflexions.

(..)

DOSSIER
Pour être « une petite chandelle émerveillée de la vie »entretien avec Pierre Schoendoerffer
Comment peut-on s’en aller en guerre ? Inflexions a posé la question au cinéaste et romancier qui s’est confié avec chaleur, confiance et émotion. Le parcours d’une vie, l’annonce de projets et l’évocation de la mort, la sienne, celle qui met fin à tout départ.
Abraham, aventurier de Dieu et de l’humanitéFrançois Clavairoly
Partir est un geste éloquent. Et ce que dit ce geste est illustré de façon exemplaire dans la littérature biblique par la figure d’Abraham : partir est à la fois éloignement et retrouvailles.
« Engagez-vous, vous verrez du pays ! »Éric Deroo
Les armées françaises ont toujours fait appel aux images et aux slogans pour attirer des volontaires. Avec l’épopée coloniale, l’exotisme offre un nouvel argument de poids. La fascination pour l’Orient, le séjour initiatique outre-mer deviennent constitutifs d’une véritable culture, en particulier au sein des troupes de marine.
Un rêve saharien ?Jacques Frémeaux
Le Sahara, dont la conquête fut l’une des grandes entreprises impériales françaises, demeure sans doute un de ses mythes les plus marquants. Et contribua à former un type d’officier français qui sut partager la vie des nomades, les comprendre et imposer ses arbitrages.
Prendre le large. La vie de « marin de guerre »Arnaud Provost-Fleury
Partir constitue depuis toujours une destinée consubstantielle de la condition de marin, qu’il soit plaisancier, pêcheur ou militaire. Prendre la mer implique une relation particulière au bateau, à l’action, au milieu naturel, au danger, à la famille, au temps, à l’équipage, au commandement…
En photos… (ECPAD)
« Je vous dis à très bientôt »Nicolas Barthe
« Heureux en famille, heureux en amour, entouré d’amis, pourquoi je quitte ce monde doré pour six mois ? » Le témoignage d’un jeune lieutenant.
Carnet d’un sergentChristophe Tran Van Can
Difficulté de l’arrachement à la famille mais fierté d’être responsable de ses hommes et de tester « pour de vrai » ce qu’on a appris. Le sergent Tran Van Can livre ici des extraits du journal qu’il a tenu à l’occasion de sa mission en Afghanistan.
« Partir, c’est mourir un peu… » Nostalgies d’hier et d’aujourd’huiYann Andruétan
Louis XIV est inquiet. Ses meilleurs soldats, ses gardes suisses, sont pris de langueur lorsque résonne le Ranz des vaches. Paralysés par le « mal du retour », la « nostalgie ».
Légion étrangère : partir en chantant Benoît Durieux
Celui qui rejoint la Légion cherche à trouver autre chose, mais aussi à quitter son passé et à recommencer sa vie. Une fois engagé, sa quête se poursuit, son esprit tout entier tourné vers son prochain départ pour le combat. Et, cela, ce sont les chants de la Légion qui en parlent le mieux et nous révèlent son âme…
En chansons…
Vingt ans d’absence. Le cas des soldats marocains – Abdeslam Benali
Les très longues durées d’absence du militaire sont une particularité des forces armées royales marocaines. L’organisation traditionnelle des familles, les aides et solidarités permettent que le fonctionnement familial se stabilise avec l’éloignement du père.
Celles qui restentEmmanuelle Diolot
Pendant l’absence se met en place un jeu de dupe pour le bien de l’autre. Un jeu qui laisse des traces, d’autant que « celles qui restent » ne se sentent pas valorisées : « double peine » affirme l’auteur.
Il n’est pas plutôt revenu qu’il lui faut repartir !André Thiéblemont
Les soldats français sont aujourd’hui des semi-nomades. Ce qui n’est pas sans poser de problèmes. Sur le plan professionnel avec l’instauration implicite d’une hiérarchie de compétence fondée sur la participation aux opérations extérieures, mais aussi sur le plan familial et affectif.
Un choix assumé, des contraintes partagéesSéverine Barbier
Une grande majorité de jeunes recrues embrassent la carrière militaire dans le cadre d’une quête identitaire ou par tradition familiale. Elles n’ignorent pas que leur carrière sera ponctuée de nombreux déplacements, missions ou affectations à l’étranger. Quelles relations les militaires nouent-ils avec la notion de départ ?
Se préparer au départBertrand Noirtin
Plus que jamais, la préparation opérationnelle des forces doit intégrer les dimensions humaines, notamment la culture et l’organisation sociale des pays dans lesquels elles vont être projetées. C’est le rôle de l’École militaire de spécialisation de l’outre-mer et de l’étranger.
Quand la famille part aussi…Délia Dascalescu
Du départ en urgence, seul, pour une mission de courte durée, au départ de longue durée en famille, attendu et minutieusement préparé, les contraintes et les effets sont radicalement différents.
Quels enjeux pour ceux qui restent ? Regards sur les familles de militairesVirginie Vautier
Depuis la première guerre du Golfe, une attention particulière est portée au sein des armées aux conséquences psychiques des missions opérationnelles. Mais cette préoccupation est centrée sur le soldat. Qu’en est-il des familles ?
Partir en Algérie, partir d’AlgérieMarc Bressant
Entre 1956 et 1962, deux millions de jeunes Français « appelés sous les drapeaux » ont passé deux années de leur vie en Algérie. Dans quel état d’esprit sont-ils partis ? Qui étaient-ils devenus et que ressentaient-ils quand, deux ans plus tard, ils repartaient ?
Dromomanies militairesPatrick Clervoy
Dans les armées, la fugue prend le nom de désertion. Un fait grave. Or les experts du XIXe siècle ont regardé les fugueurs comme de grands malades, victimes d’une pathologie appelée « dromomanie ».

POUR NOURRIR LE DÉBAT
Afghanistan : comment en sortir ?Jean-Charles Jauffret
Au moment où la mort de Ben Laden marque un premier succès d’importance sur le terrorisme, il convient de s’interroger sur les diverses possibilités de sortie de crise en Afghanistan où les Américains et la quarantaine de nations qui composent la fias interviennent contre un ennemi diffus mais tenace depuis 2001.
Mesurer les violences sur le champ de bataille européen au XIXe siècleWalter Bruyère-Ostells
Quelle est l’évolution des formes de violences dans les batailles ? De l’usage intensifié de l’artillerie et de l’efficacité renouvelée des armes à feu individuelles, au combat à la baïonnette revisité par la vision héroïque des mémorialistes.
Droit et spécificité militaire – Emmanuel-Marie Peton
La spécificité militaire a souvent été étudiée d’un point de vue philosophique et sociologique. Or l’approche juridique permet également de comprendre son évolution.4

  1. Nous ne nous sommes pas encore procuré l’ouvrage. []
  2. Le lecteur averti fera le lien avec le sous-titre de la revue “civils et militaires : pouvoir dire” []
  3. http://www.ladocumentationfrancaise.fr/catalogue/3303334100185/index.shtml []
  4. http://inflexions.fr/revue/numero-18 []

Afghanistan, au nom du peuple français

France Inter

Émission “Interception” du dimanche 11 septembre 2011: Afghanistan au nom du peuple français

A l’occasion du dixième anniversaire du 11 septembre 2001, des séries de reportages et documentaires en tous genres se consacrent au rappel des faits et/ou à l’analyse des conséquences de ces événements sur les relations internationales mais aussi sur notre pays et notre armée. C’est, dans ce cadre-là, qu’Alain Le Gouguec (Journaliste à France Inter) a réalisé un reportage sur la présence des militaires français en Afghanistan. Il a cherché à mieux comprendre le sentiment d’indifférence qu’éprouvent certains militaires, blessés ou pas, à leur retour de mission. Le reportage s’intitule : « Afghanistan : au nom du peuple français », France Inter, Emission « Interception » par Alain Le Gouguec. Il a été diffusé ce dimanche 11 septembre 2011 à 9h15.

Evidemment, il est possible de le réécouter sur le site de France Inter. Vous trouverez la ressource “embeed”, puis le  lien ci-dessous.

A noter enfin que Sébastien Jakubowski, sociologue du militaire, maître de conférences en sociologie à AgroSup Dijon / Eduter Recherche est interviewé à la fin du reportage.

http://www.franceinter.fr/emission-interception-afghanistan-au-nom-du-peuple-francais
http://www.franceinter.fr/player/reecouter?tools=export&content=140461

Professions et Catégories Socio-professionnelles (PCS) des militaires (actualisé)

INSEEJe profite de ce magnifique mois d’août passé à “faire du quanti” (expression de sociologue qui signifie tester mes nouvelles lunettes sur le même fichier Excel 8 heures pas jour) pour faire un bref point sur la question suivante : comment coder les PCS des militaires français aujourd’hui?

Revenons sur mes stéréotypes. J’ai longtemps cru que Militaire du Rang = Classes populaires, Sous-officiers = classes moyennes , et Officiers = classes sup’. Ce serait trop facile : la sociologie est un sport de combat. Puis j’ai lu (si je le retrouve, je l’ajoute) que les officiers subalternes n’étaient pas dans la case “cadre” mais professions intermédiaires. Plutôt que de m’engager sur une longue introspection coûteuse (sinon ça marche pas, c’est le principe),  je reviens au fondamentaux, l’institut norvé.. l’INSEE : les nomenclatures PCS 2003. (“on ne dit plus CSP?”, “non”)

Ainsi, comment coder les PCS des militaires? D’abord, il faut remonter au 4e niveau de précision. Ici, vous ne trouverez rien d’intéressant. Nous irons alors  , au 4e niveau de cette nomenclature. Dans une optique de partage, pour faire vivre ce carnet, et pour rendre service aux 5 sociologues francophones (à 5 près) qui ont l’utilité du codage fin des professions militaires, voici le résultat d’une ballade sur le site de l’INSEE, avec l’arbre hiérarchique (à trois niveaux) correspondant à la profession :

Officiers et officiers généraux

Profession 331a Personnels de direction de la fonction publique (Etat, collectivités locales, hôpitaux).. Général

3 Cadres et professions intellectuelles supérieures

32 Cadres de la fonction publique, professions intellectuelles et artistiques

33 Cadres de la fonction publique

Profession 334a Officiers des Armées et de la Gendarmerie (sauf officiers généraux)

3 Cadres et professions intellectuelles supérieures

32 Cadres de la fonction publique, professions intellectuelles et artistiques

33 Cadres de la fonction publique

Sous-officiers

Profession 452b Adjudants-chefs, adjudants et sous-officiers de rang supérieur de l’Armée et de la Gendarmerie

4 Professions Intermédiaires

41 Professions intermédiaires de l’enseignement, de la santé, de la fonction publique et assimilés

45 Professions intermédiaires administratives de la fonction publique

Profession 532a Gendarmes (de grade inférieur à adjudant)

5 Employés

51 Employés de la fonction publique

53 Policiers et militaires

Profession 532b Sergents et sous-officiers de grade équivalent des Armées (sauf pompiers militaires)

5 Employés

51 Employés de la fonction publique

53 Policiers et militaires

Hommes du rang

Profession 532a Gendarmes (de grade inférieur à adjudant)

5 Employés

51 Employés de la fonction publique

53 Policiers et militaires

Profession 532c Hommes du rang (sauf pompiers militaires)

5 Employés

51 Employés de la fonction publique

53 Policiers et militaires

Bon, ceci étant écrit, que peut-on en dire ? On retrouve la distinction des cadres (officiers généraux et officiers), dès le grade d’Aspirant (including Volontaire Aspirant, si si). Le grade d’élève officier, on le met où? Il doivent être considérés comme étudiants 8400? Non, ce sont des cadres 334a, comme Colonel. 😉

La distinction officier supérieur/ subalterne n’apparaît pas, le type de recrutement, non plus. Sauf erreur de ma part, ma psychanalyse attendra.

Seuls les Adjudants, Adjudants-chefs et Majors, sont considérés comme professions intermédiaires. Sauf.. l’adjudant de gendarmerie. Parmi les lecteurs de ce billet, quelqu’un peut-il m’expliquer ce qui, dans la carrière (les diplômes, les concours internes, la taille de la moustache)  justifie cette différence de traitement?

Sergents et hommes du rang sont considérés comme des employés. De recrutement bac minimum (souvent plus), les jeunes sous officiers, de mémoire, sont durant leur formation, deuxième classe puis caporal chef,  avant de devenir sergent. La seconde marche de l’escalier social est un peu plus haute que prévue!

Dernières questions. Il est fait référence aux officiers de carrière, “Militaires de carrière ayant un grade d’officier supérieur ou subalterne”. Quid des sous contrat? On les a oublié? La statistique publique a eu le nez fin.. Les mauvaises langues diront qu’elle a repris les catégories indigènes. En ce qui concerne les Sous-officiers aux grades de Sergent ou Sergent Chef (à priori sous contrat), l’administrateur nous dit “Sous-officiers subalternes de l’armée de l’air, de l’armée de terre et de la marine, servant “après la durée légale””. Cette durée légale renvoie à la conscription?

La pyramide statistique française, par un système de classement arbitraire (ce n’est pas péjoratif ici) renseigne sur la perception administrative (socio-démographique, certes, politique assurément) de l’institution militaire à un moment donné. Pour info, il y a un très bon papier sur les PCS, l’arbitraire nécessaire de toute convention. Il s’agit d’un article issu de l’ouvrage de Serge Bosc, Stratification et classes sociales : La société française en mutation. Vous noterez qu’une réédition sortira ce mois-ci. (pas de lien commercial)

Pierre Bourdieu disait (en tout cas écrivait, enfin de mémoire..) que les données brutes n’existaient pas, ” les données ne sont pas données, mais construites”. La citation exacte, retrouvée le 18 octobre 2011, est :

(…) en sociologie, “les données”, même les plus objectives sont obtenues par l’application de grilles (classes d’âge, tranches de revenus, etc.) qui engagent des présupposés théoriques et laissent par là échapper une information qu’aurait pu appréhender une autre construction des faits. (…) “les faits ne parlent pas”.1

(…) Rien n’est plus faux que l’idée que “les faits parles d’eux mêmes” (…) Les faits sont produits par et pour les luttes pour l’imposition du sens et de la valeur du monde social.2

  1. Bourdieu P., Chamboredon J.C., Passeron J.C., Le métier de sociologue, 1968, Editions Mouton-Bordas, p62-65 []
  2. Bourdieu P., A.R.S.S., n°61, mars 1986, p.2 []

Valeurs, métier et action : évolutions et permanences de l’institution militaire

La revue l’Année sociologique, dans son deuxième numéro de 2011, consacre un dossier à la sociologie militaire.

 Il ne s’agit pas à proprement parlé d’une première hexagonale puisqu’une autre revue, la revue française de sociologie, avait présenté, par le passé, des numéros spéciaux où la chose militaire était étudiée sous l’angle de la sociologie1.

Ce mouvement participe d’un processus, déjà bien amorcé, de légitimation de notre champ (sous discipline, espace social) au sein de la communauté des sociologues francophones2. Les précédents épisodes étaient coordonnés par des sociologues comme François Gresle, Bernard Boëne, et Michel-Louis Martin. Le premier épisode, sauf erreur de ma part, avait souligné, dès 1961, la contingence du travail du sociologue militaire.

Dans cet ensemble qui peut paraître disparate, nous avons voulu montrer la diversité d’un sujet multidimensionnel plutôt que de donner une vue cavalière générale. N’ayant pour rôle ni de développer une éthique sociale, ni de suivre l’actualité politique, la Revue Française de Sociologie s’est donnée une tâche bien définie en publiant ce numéro spécial : susciter l’intérêt et la recherche sur un sujet d’importance majeure et mal exploré.3

 

Nous reproduisons ci dessous la présentation qui en est faite par l’éditeur. Vous trouverez ici même, à sa sortie, prévue  le 26 octobre 2011, des fiches de lectures de contributeurs de ce numéro.

La livraison d’octobre 2011 (vol. 61, n° 2) de L’Année sociologique est consacrée à l’institution militaire. Les études réunies par Éric Letonturier portent sur les valeurs qui l’animent, les logiques professionnelles qui la traversent et les finalités opérationnelles qui lui sont assignées. La spécificité militaire, la représentativité des armées, leur reconnaissance sociale ou encore les lieux de mémoire de la guerre et la gestion des émotions sur les théâtres d’opération constituent quelques-uns des thèmes qui s’y trouvent abordés.

Valeurs, métier et action : évolutions et permanences de l’institution militaire
Études réunies et présentées par Éric Letonturier

É. Letonturier, Présentation
L. Bardiès, Du concept de spécificité militaire
S. Jakubowski, L’institution militaire confrontée aux réformes organisationnelles
É. Letonturier, Reconnaissance, institution et identités militaires
B. Boëne, La représentativité des armées et ses enjeux
C. Martin, C. Pajon, Max Weber, le charisme routinisé et l’armée de l’air. L’éducation charismatique au sein d’une école d’officiers
L. Weibull, La gestion des émotions dans les opérations en faveur de la paix
N. Léonhard, Les relations civils-militaires en Allemagne entre « post-héroïsme » et poids du passé : le monument aux morts de la Bundeswehr

Note de lecture
B. Valade, À propos de La Sociologie comme science
Analyses bibliographiques générales


 

 

  1. Revue française de sociologie. 1961, 2-2. Guerre – Armée – Société. ; Revue française de sociologie. 1978, 19-3. Revue française de sociologie. 1981, 22-1. Revue française de sociologie. 2003, 44-4. []
  2. Laure Bardiès (2008), Deux siècles de sociologie militaire en France (1815-1991) ; sociologie d’une sociologie, Thèse de doctorat en Sociologie (sous la direction de Bernard Boëne), Université Toulouse I []
  3. Présentation. In: Revue française de sociologie. 1961, 2-2. Guerre – Armée – Société. p. 3. []