Congrès international de l’IPSA : Call for papers

IPSA

Le 22ème Congrès Mondial IPSA de Science Politique se tiendra à Madrid, en Espagne. Attention deadline le 17 octobre!

http://www.ipsa.org/sites/default/files/madrid2012_save_the_date.pdf

Deux thématiques retiennent notre attention. La science politique étant un axe non négligeable des sociologies militaires, nous nous en faisons l’écho. La langue des 7 « panels » est l’anglais. En ce qui concerne la suite de ce billet, un coup de clique important m’a été fourni par un traducteur en ligne. Excusez-moi par avance pour les incompréhensions. Voici, donc les deux thématiques proposées, avec les posters déjà soumis:

Panels in Armed Forces and Society RC24

Armed Forces and Society: Learning from Regional Cases
Armed Forces and Society: Leadership Lessons in Civil-Military Relations
Civil-Military Relations and the Arab Spring

Panels in Military’s Role in Democratization RC44

Future of military or the military in future
Changing role of military in the 21st century
Comparative study of military’s role in two or more countries
Changing role of military within a country with special focus on Nigeria

L’ensemble des « research commitees » est ici.

Logo

Le délai pour soumettre des propositions de papiers pour le Congrès Mondial IPSA de Science Politique a été prolongé au 17 octobre pour promouvoir la participation la plus grande.
Pour proposer une communication, il faut créer un compte sur le site Web IPSA et soumettre ensuite votre papier ici .

La liste des propositions acceptées est, comme vous l’avez remarqué ci-dessus, déjà disponible. Vous pouvez spécifier le thème et le panel (jury) pour votre soumission, ou vous pouvez soumettre votre papier de façon globale ( sans affiliation à un panel préexistant). La notification concernant les propositions sera envoyée après le 2 décembre 2011. Le délai pour compléter les communications soumis reste le 10 novembre 2011.

Merci à Jonskinowitch et Naultskaya d’avoir relayé l’information!

Débats autour du RT8 (2)

Dimensions du Débat

Les questionnements de Grégory renvoient hélas à une antienne de la sociologie militaire en France. Déjà évoquée lors de différentes réunions du RT8, et bien avant l’AFS par d’autres éminents chercheurs dans différents articles, cette question n’en demeure pas centrale, du moins en France, et n’est absolument pas tautologique. Cependant, reprenant quelques réflexions réalisées dans un travail en cours, ce billet m’inspire quelques remarques.

Tout d’abord il convient de distinguer deux dimensions dans le débat. La première, ontologique, est celle de la qualification de l’armée ou des forces armées : fait social/objet ou seulement terrain. La seconde est celle du positionnement de cette sociologie spécialisée dans le champ sociologique français et des éventuelles stratégies à développer pour assurer sa visibilité et sa pérennité. Les deux sont évidemment liées. Pour les deux, je renvoie, en bibliographie, à d’excellents travaux plus ou moins récents (thèses, articles) décrivant la sociogénèse (et les résistances) de cette discipline.

Ensuite, comme les lignes précédentes le laissent supposer, nous sommes dans un débat très franco-français. Malgré son caractère anecdotique, je conseille d’aller lire les entrées respectives « Sociologie militaire » et « Military Sociology«  sur Wikipédia). La version française insiste dès les premières lignes sur les difficultés de la discipline à se constituer de manière autonome, la version anglophone pas. Prophétie autoréalisatrice ou statut différent?

Enfin, il reste pour revenir sur la proposition de Grégory la notion d’élargissement par l’introduction de concepts plus fédérateurs, plus « Science politique ». Là encore, au regard des relations entretenues d’une part entre la Science politique et la Sociologie, et, d’autre part, entre la Sociologie militaire et la Science politique (je pense aux Relations internationales, et au phénomène Guerre), le débat reste pendant.
En conclusion, on ne peut faire l’économie de cette réflexion même si pendant ce temps le chantier se poursuit (et doit se poursuivre) par l’accumulation d’enquêtes et de résultats empiriques. Il n’y aura sûrement pas de consensus. Mais y-en-a-t-il ailleurs? Et ce questionnement riche, nécessaire, et toujours repris, n’est-il pas déjà, au-delà de l’expression d’une quête de légitimité institutionnelle, la preuve de l’existence d’un espace scientifique?

Bibliographie (non exhaustive)

Michel Louis Martin (1999), « Prometteur ou marginal ? Le champ de la sociologie militaire en France », Les Champs de Mars, n°6, p.5-36

Laure Bardiès (2009), Deux siècles de sociologie militaire en France (1815-1991) ; sociologie d’une sociologie, Thèse de doctorat en Sociologie (sous la direction de Bernard Boëne), Université Toulouse I