Débats autour du RT8 (3)

Sur le rapport défense/sécurité : billet de Thomas Meszaro

Je pense que Grégory a raison: le champ militaire n’est pas devenu celui de la sécurité. Cela fait maintenant plusieurs années que je travaille sur les questions de sécurité et j’ai pu constater que le secteur de la défense gardait une relative autonomie par rapport à celui de la sécurité.

Ce qui m’a frappé, en tant qu’internationaliste, c’est que les questions de défense ont été progressivement écartées au profit des questions de sécurité, du moins en Relations internationales. Ceci est en partie la conséquence de l’élargissement du concept de sécurité et de la nature des menaces. Je pense aussi qu’il serait très intéressant de se plonger dans le débat sur le rapport entre défense et sécurité. Une approche combinée entre sociologie des relations internationales, théories des relations internationales et sociologie militaire  pourrait être constructive. Ce premier chantier pourrait être un moyen de souligner l’identité de la sociologie militaire tout en l’inscrivant dans une démarche plus globale et plurielle.

Thomas Meszaros

L’auteur est docteur en droit/science politique.

Débats autour du RT8 (2)

Dimensions du Débat

Les questionnements de Grégory renvoient hélas à une antienne de la sociologie militaire en France. Déjà évoquée lors de différentes réunions du RT8, et bien avant l’AFS par d’autres éminents chercheurs dans différents articles, cette question n’en demeure pas centrale, du moins en France, et n’est absolument pas tautologique. Cependant, reprenant quelques réflexions réalisées dans un travail en cours, ce billet m’inspire quelques remarques.

Tout d’abord il convient de distinguer deux dimensions dans le débat. La première, ontologique, est celle de la qualification de l’armée ou des forces armées : fait social/objet ou seulement terrain. La seconde est celle du positionnement de cette sociologie spécialisée dans le champ sociologique français et des éventuelles stratégies à développer pour assurer sa visibilité et sa pérennité. Les deux sont évidemment liées. Pour les deux, je renvoie, en bibliographie, à d’excellents travaux plus ou moins récents (thèses, articles) décrivant la sociogénèse (et les résistances) de cette discipline.

Ensuite, comme les lignes précédentes le laissent supposer, nous sommes dans un débat très franco-français. Malgré son caractère anecdotique, je conseille d’aller lire les entrées respectives « Sociologie militaire » et « Military Sociology«  sur Wikipédia). La version française insiste dès les premières lignes sur les difficultés de la discipline à se constituer de manière autonome, la version anglophone pas. Prophétie autoréalisatrice ou statut différent?

Enfin, il reste pour revenir sur la proposition de Grégory la notion d’élargissement par l’introduction de concepts plus fédérateurs, plus « Science politique ». Là encore, au regard des relations entretenues d’une part entre la Science politique et la Sociologie, et, d’autre part, entre la Sociologie militaire et la Science politique (je pense aux Relations internationales, et au phénomène Guerre), le débat reste pendant.
En conclusion, on ne peut faire l’économie de cette réflexion même si pendant ce temps le chantier se poursuit (et doit se poursuivre) par l’accumulation d’enquêtes et de résultats empiriques. Il n’y aura sûrement pas de consensus. Mais y-en-a-t-il ailleurs? Et ce questionnement riche, nécessaire, et toujours repris, n’est-il pas déjà, au-delà de l’expression d’une quête de légitimité institutionnelle, la preuve de l’existence d’un espace scientifique?

Bibliographie (non exhaustive)

Michel Louis Martin (1999), « Prometteur ou marginal ? Le champ de la sociologie militaire en France », Les Champs de Mars, n°6, p.5-36

Laure Bardiès (2009), Deux siècles de sociologie militaire en France (1815-1991) ; sociologie d’une sociologie, Thèse de doctorat en Sociologie (sous la direction de Bernard Boëne), Université Toulouse I