Colloque  » Les femmes militaires  » – 12 et 13 novembre 2013 à Paris

Claude Weber nous informe que le pôle « Action globale et forces terrestres » du centre de recherche des écoles de Saint-Cyr Coëtquidan organise un colloque consacré aux Femmes Militaires les 12 et 13 novembre 2013 à l’Hôtel des Invalides, Musée de l’Armée, Amphithéâtre Austerlitz à Paris.

Ce colloque a pour but de replacer les réalités et les enjeux inhérents à la présence des femmes en uniforme au centre des débats et analyses et d’établir un état des lieux des récentes évolutions.

Ces deux journées seront conclues par une intervention de Mme Françoise Gaudin, Haut-fonctionnaire à l’égalité des droits au sein du ministère de la Défense.

PHOTO1

Le programme c’est ici, le lien institutionnel, .

Retour sur la conférence de l’IUS (21-23 October 2011)

IUS
IUS

Inter-University Seminar on Armed Forces and Society Conference

21-23 October 2011

The Palmer House Hilton

Chicago, Illinois, USA

Organisée tous les deux ans, la conférence de l’Inter-University Seminar on Armed Forces and Society rassemble, comme son nom le laisse présager, des académiciens et des militaires intéressés par le fonctionnement des organisations militaires mais également par les dimensions sociales et sociétales qui y sont liées. D’années en années, cette association rassemble ainsi un nombre croissant de participants, plus de trois cents cette année encore. Parmi la cinquantaine de panels proposés, l’éventail des thèmes de recherche était fort riche : processus de démocratisation, résilience, relations civilo-militaires, profession militaire, recrutement, … etc. Certaines thématiques ont toutefois reçu une attention particulière ; c’était notamment le cas pour les trois panels se rapportant aux dix années écoulées depuis les attentats du 11 septembre. Un deuxième sujet d’étude particulièrement développé lors de cette dernière édition renvoyait aux dimensions socio-culturelles à l’œuvre dans les organisations militaires. Tantôt axé sur leurs implications opérationnelles ou davantage sur la mise en avant d’éléments de culture militaire, le nombre élevé de participants ayant abordé ce sujet d’étude reflète indéniablement l’intérêt accru de ces facteurs dans le milieu militaire… et c’est tant mieux !

Les activités ‘sociales’ ont eu également la part belle lors de cette conférence de l’IUS et, comme chaque année, la réception suivie du banquet fut organisée à la fin du premier jour. Lors de cette soirée, deux Morris Janowitz career achievement awards ont été remis à des sociologues qui se sont distingués par leur carrière exceptionnelle. Le premier fut remis par James Burk à Christopher Dandeker, titulaire de la chaire de sociologie militaire au Département War Studies du King’s College London. Le second fut remis par le Président d’ERGOMAS, René Moelker, à Mady Wechsler Segal, professeure émérite de sociologie à l’université du Maryland. Armé d’aiguilles à tricoter, il a retracé, dans un discours teinté d’humour, le parcours professionnel de Mady.

Lors de la traditionnelle « levée de mains » organisée lors du lunch du samedi, on apprendra également qu’un nombre relativement élevé de participants assistaient pour la première fois à cette conférence, avec notamment beaucoup de jeunes participants… ce qui laisse présager le meilleur pour les années à venir. John A. Williams, Président de l’IUS, a ensuite félicité Patricia Shields pour le formidable travail qu’elle a effectué depuis 10 ans pour Armed Forces and Society et, en cadeau, lui a remis l’ensemble des volumes qu’elle a édité sous un format relié.

Malgré les limitations budgétaires rencontrées dans la plupart des armées et qui ont contraint certains ‘habitués’ à ne pas pouvoir participer à la présente édition, cette conférence fur un vrai succès tant par la qualité des présentations proposées que par la convivialité qui y régnait.

Delphine Resteigne

Chaire de Sociologie

Ecole Royale Militaire, Bruxelles

Être militaire dans l’armée de terre (actualisé)

L’ouvrage sur le métier militaire dans l’armée de terre est maintenant effectivement sorti.

Sébastien Jakubowski et Claude Weber, maîtres de conférences en sociologie respectivement à AgroSup Dijon et aux écoles de Saint-Cyr vont prochainement publier aux Editions Lieux-Dits (Lyon) un ouvrage qui s’intitule « Etre militaire dans l’armée de terre ».

Cet ouvrage destiné à un large public vient élargir une collection consacrée aux métiers d’aujourd’hui. Le but est de donner des informations à tous ceux qui souhaiteraient s’engager dans l’armée de terre ou mieux connaître l’institution militaire. L’ouvrage devrait être disponible en octobre.

Vous pouvez désormais télécharger la couverture de cet ouvrage en format pdf : Etre militaire

Ci dessous, vous trouverez la quatrième de couverture :

« L’uniforme représente le pays. On peut aller jusqu’au sacrifice pour lui. Je me suis engagé pour servir, pour être là au déploiement. » Sergent-chef, 21 ans.

15 000 recrutements en 2009, dont 5 000 femmes : l’armée de terre est en pleine restructuration, mais elle est aussi le premier employeur de France. Être militaire aujourd’hui, c’est être un soldat professionnel qui exerce l’un des 400 métiers de l’armée : mécanicien, tireur d’élite, informaticien… Le soldat est devenu plus qualifié, il utilise des armements technologiquement pointus et travaille dans le cadre de coalitions internationales.

Mais être militaire, c’est aussi ne pas exercer un métier comme un autre. C’est se mettre au service de la France, accepter de nombreuses contraintes comme les missions à l’étranger ; accepter aussi de devoir tuer, et consentir à mettre sa vie en danger pour servir des intérêts supérieurs et protéger celle de ses camarades. Cet ouvrage présente l’organisation complexe de l’armée et rend compte des réalités quotidiennes des militaires, de la formation jusqu’aux opérations de guerre. Un guide précieux pour qui compte intégrer l’armée, que ce soit en tant que militaire du rang, sous-officier, officier ou réserviste.

Les auteurs : Sociologues et enseignants-chercheurs, ils sont spécialisés dans l’étude du monde militaire. Sébastien Jakubowski est maître de conférences à AgroSup Dijon. Claude Weber est maître de conférences aux Écoles militaires de Saint-Cyr Coëtquidan où il dirige le département de sociologie.

RFI et La Croix donnent la parole à la sociologie militaire

La défenseDeux évènements retiennent notre attention estivale..

L’armée premier recruteur de France : interview du sociologue Eric Letonturier.

Edouard Zambeaux, journaliste à RFI, s’intéresse, dans son émission Microscopie, à la position de l’armée en termes de recrutement. Cette émission est proposée en deux parties (I et II). Vous pouvez dorénavant les écouter depuis notre carnet.

L’Armée, premier recruteur de France | 1ère partie |(19:30)
L’Armée, premier recruteur de France | 2ème partie |(26:31)

Sont interviewés le Colonel Conégéro, chef du bureau communication RH de l’armée de terre, et Eric Letonturier spécialiste de sociologie militaire, maître de conférence à l’université Paris Descartes, et responsable du réseau thématique 8 de la sociologie militaire.

 

J’ai écouté la seconde partie, voici un bref aperçu. Les idées de patriotisme et de la mort sont notamment évoquées. Elles brillent par leur absence  au début du recrutement. Le recruteur soutient l’idée que ces notions se développent lors de la « socialisation militaire ». Le sociologue parle plutôt d’abstraction du combat. L’égalité des chances et la diversité sociale sont présentées par le journaliste comme caractéristiques du recrutement des armées. Les civils posent la question de la spécificité du militaire : jusqu’à quel point les civils peuvent remplacer poste pour poste les militaires ?  Le sociologue parle de concurrence de légitimité. La banalisation est aussi évoquée. Pour le recruteur, non, la finalité c’est le combat et n’a pas d’équivalent par ailleurs. On comprend bien que le cœur de sa communication est concentré sur les groupes où les taux d’attrition sont les plus élevés : les « combattants ». Est-ce à dire que le militaire français est un combattant ? Celui visé par le recruteur, pour aller vite l’EVAT, l’est sans nul doute.

2001-2011, du service national au service civique

Un article dans la Croix, sous la plume de Pascal Charrier. Il met en perspective l’évolution récente du rapport de la « jeunesse » (excusez -moi de l’usage de la catégorie..) avec l’idée de service, la citoyenneté dans l’engagement.

Sont notamment interviewés trois sociologues : Vincenzo Cicchelli, Michel Fize, et Eric Letonturier.

Bibilographie

Bier B., Education et citoyenneté (coordonné par Bernard Bier et Joce Le Breton), 2007, Cahiers de l’action INJEP.
Bessin M., « Le recours au rite : l’exemple du service militaire », Agora Débats/Jeunesse, “ Rites et seuils, passages et continuités ”, n°28, 2ème trimestre 2002, pp. 34-45.
Pinto L., « L’armée, le contingent et les classes sociales« Actes de la recherche en sciences sociales. Numéro, vol. 1, no. 3, 1975.

Porteret V. (dir.), La Défense. Acteurs, légitimité, missions : perspectives sociologiques, Paris, L’Harmattan, « Logiques Sociales », 2007,