Défilé militaire le 14 juillet : un fait social

« Eva Joly subit son baptême du feu, bien que ce terme soit pour elle un peu trop militaire.. »

Ainsi se clôt un reportage de France 3 consacré à la proposition d’Eva Joly, de supprimer le défilé militaire du 14  juillet. Cela illustre, selon moi, la difficulté de présenter objectivement les tenants et les aboutissants de ce fait social. Je n’évoque pas les réactions verbales violentes de part et d’autre de l’échiquier politique. Tout juste pourrait-on y voir des indicateurs d’une norme sociale. En effet, pour reprendre Durkheim, on mesure la norme à l’aune de la réaction contre ceux qui la transgressent.

Nous arrivons donc à nous représenter, d’une manière précise, le domaine de la sociologie. Il ne comprend qu’un groupe déterminé de phénomènes. Un fait social se reconnaît au pouvoir de coercition externe qu’il exerce ou est susceptible d’exercer sur les individus ; et la présence de ce pouvoir se reconnaît à son tour soit à l’existence de quelque sanction déterminée, soit à la résistance que le fait oppose à toute entreprise individuelle qui tend à lui faire violence.1

Serait-il possible de créer un espace où chacun puisse discuter avec une forme de neutralité axiologique de l’usage du 14 juillet?

Son impact sur le lien armée-nation? Sur la place (temporelle) dans un régiment de la préparation de ce défilé? Son impact en terme de sociabilité interne (cohésion)? de motivation? Cela suscite-t-il des vocations (recrutement)? Cela nourrit-t-il l’antimilitarisme? Les français sont-ils indifférents? A contrario, peut-on estimer le coût de cette manifestation? S’il est possible de raisonner en économiste, peut-on qualifier les retombées internes et externes de ce défilé militaire?  Le défilé du 14 juillet, une tradition? Nationale? Républicaine? L’histoire militaire pourrait nous rappeler le rôle de ce moment annuel. Éventuellement ses utilisations politiques..


  1. Émile Durkheim, Les règles de la méthode sociologique, 1894, page 21. []