De la guerre urbaine à la ville en guerre

Le séminaire  « De la guerre urbaine à la ville en guerre » se déroulera le Mardi 10 janvier 2012- 12h30-14h00 à l’amphithéâtre de Bourcet- Ecole militaire.

Programme en ligne sur :www.irsem.defense.gouv.fr
Inscriptions : inscription.irsem@defense.gouv.fr

Intervenants :
Colonel Michel Goya, directeur du domaine d’études : « Nouveaux conflits » de l’IRSEM et Bénédicte Tratnjek, doctorante en géographie à l’université paris Sorbonne IV, rattachée à l’Irsem et auteure du blog « Géographie de la ville en guerre ».

PRÉSENTATION DES PROBLÉMATIQUES DU SÉMINAIRE :

« Comprendre la symbolique des lieux et la territorialisation de et par la violence est aujourd’hui un enjeu de la pacification des territoires dans les « bourbiers urbains ».

La recherche stratégique et doctrinale a intégré la question de la « guerre urbaine » et des « interventions militaires en zone urbaine », en pensant la ville comme un espace unique à plusieurs échelles : à l’échelle du monde, à l’échelle du pays ou à l’échelle de la ville, la « zone urbaine » est pensée comme une « zone de zones », stable dans l’espace et dans le temps, où l’intervention armée est complexifiée par la présence de la population et par les trois dimensions (sol, sous-sol, hauteurs des bâtiments).

Si ces aspects techniques de l’intervention militaire sont bien « acquis » et nécessaires, il n’en reste pas moins qu’à Bagdad ou Kaboul, les armées sont « embourbées » dans une impossible gestion de crise.

Déplacer le paradigme de la « guerre urbaine », permet de penser la reconstruction et la réconciliation des populations dans des espaces politiques en transition.

Cette approche par le local et le micro-local vise à replacer la population, mais aussi les belligérants, les réseaux criminels comme acteurs déstabilisateurs et les acteurs de la paix (militaires, humanitaires, médias…) au cœur de la réflexion. Elle vise la réintégration des spatialités dans la compréhension des processus politiques de déstabilisation, des processus sociaux de fragmentations urbaines, et dans la construction d’une « nouvelle » urbanité dans l’après-guerre. »

Voir le blog de Michel Goya :
http://lavoiedelepee.blogspot.com/2012/01/de-la-guerre-urbaine-la-ville-en-guerre.html

Et l’annonce sur le blog « Géographie de la ville en guerre » :
http://geographie-ville-en-guerre.blogspot.com/2011/12/de-la-guerre-urbaine-la-ville-en-guerre.html