Les femmes militaires, en chemin vers la normalité ?

Comme s’en est fait écho ce site, le Centre de recherche des Ecoles de Coëtquidan, organisait le 12-13 novembre 2013 un colloque consacré aux femmes militaires dans l’enceinte prestigieuse du Musée des Armées.

 Le préambule du programme annonçait qu’il s’agissait entre autres de réaliser un point sur la situation des femmes militaires aujourd’hui, alors que la féminisation semble avoir franchi une étape. De l’exclusion à l’égalité formelle (ouverture des carrières, spécialités, progression professionnelle), on en serait déjà à l’heure du bilan. La « question féminine » n’en serait plus tout à fait une, convergeant dès lors avec les conclusions du 7ème rapport du Haut comité d’évaluation de la condition militaire.

 Et effectivement, même si être une femme militaire représente encore pour certains une « contradiction de statuts »[1], les temps des pionnières semblent déjà révolus. C’est ce qu’ont tendu à confirmer tant les interventions universitaires, que les témoignages de femmes militaires invitées et judicieusement insérés dans le programme parmi les communications scientifiques. Plus nombreuses, plus présentes à tous les échelons et dans tous les secteurs, les femmes tendent à ne plus être perçues, ou de moins en moins souvent, comme exceptionnelles du simple fait de leur genre.

 Du panorama historique, en passant par les comparaisons interarmées et internationales, le colloque a tenté de fournir aussi un tableau plus nuancé que la seule affirmation des chiffres des taux de féminisation des forces armées. Ces nuances, de manière synthétique, concernent trois acceptions que l’on peut donner la normalité évoquée en titre.

 Tout d’abord, être une femme militaire, tant dans sa carrière (progression, métier) que dans son expérience vécue professionnelle, n’est pas une réalité unique. Plus concrètement, et au-delà du truisme, ce colloque a souligné que « l’être militaire » au féminin est multiple selon la composante considérée (Terre, Air, Marine, Gendarmerie) ou la nationalité. Sans sombrer dans un déterminisme fonctionnaliste ou le culturalisme, les emplois, les missions, les outils technologiques créent des environnements et des identités professionnels qui  rendent sensiblement différentes les réalités vécues par les femmes qui ont fait le choix de s’engager. S’il est possible de dégager des régularités, comme on va le voir, il n’existe pas non plus un « être militaire » féminin, une norme interarmées ou internationale. En ce sens, il n’y a pas de « normalité » des femmes militaires.

 Toutefois, les témoignages comme les analyses ont aussi tendu à prouver qu’être militaire quand on est une femme conduisait à une recomposition plus ou moins forte de l’identité féminine. Avec des acclimatations selon le degré de virilisation de l’identité militaire rencontrée, les femmes militaires semblent avoir en commun l’adoption de comportements « appropriés », de stratégies, devant faciliter leur intégration. Il fut ainsi possible de déceler des normes et des comportements partagés par les femmes militaires.

 Enfin, la normalité de la féminisation pourrait être à rechercher dans leur visibilité. Un intervenant souligna qu’il lui semblait que les femmes militaires étaient peu visibles dans les vecteurs de communication de la Défense. Par ailleurs, la « couverture » médiatique serait moins forte, le sensationnalisme ayant laissé place à un quotidien de la femme militaire. La « normalité » serait alors à chercher dans une forme d’anonymisation.

 En conclusion, on ne peut que féliciter les Ecoles de Coëtquidan de leur initiative et pour la liberté de ton et de parole qu’elles ont laissé aux participants. Si l’objectif a été atteint, le panorama réalisé, on peut espérer que d’autres évènements de cette nature suivront, et permettront d’aborder et d’approfondir certaines questions. En effet, s’il n’y a peut-être plus de « question féminine » dans les armées françaises, il reste des questions à résoudre comme l’intervention lors de ce colloque de Madame Françoise Gaudin, Haut fonctionnaire à l’égalité des droits pour le ministère de la Défense, l’a souligné.

 C.P.



[1] Emmanuelle Prevot, « Féminisation de l’armée de terre et virilité du métier des armes », Cahiers du Genre, 2010/1 (n° 48), p.81-101.

Colloque  » Les femmes militaires  » – 12 et 13 novembre 2013 à Paris

Claude Weber nous informe que le pôle « Action globale et forces terrestres » du centre de recherche des écoles de Saint-Cyr Coëtquidan organise un colloque consacré aux Femmes Militaires les 12 et 13 novembre 2013 à l’Hôtel des Invalides, Musée de l’Armée, Amphithéâtre Austerlitz à Paris.

Ce colloque a pour but de replacer les réalités et les enjeux inhérents à la présence des femmes en uniforme au centre des débats et analyses et d’établir un état des lieux des récentes évolutions.

Ces deux journées seront conclues par une intervention de Mme Françoise Gaudin, Haut-fonctionnaire à l’égalité des droits au sein du ministère de la Défense.

PHOTO1

Le programme c’est ici, le lien institutionnel, .

La place des femmes militaires au sein des armées : un état des lieux

Claude Weber nous demande de relayer cet appel à communication d’une journée d’études. Cette journée d’études consacrée à la féminisation des forces et traitera plus spécifiquement du recrutement, de l’exercice du métier et des carrières. Dead-line : 15 juillet.

Le Centre de Recherches des Ecoles de Coëtquidan, par l’intermédiaire du pôle d’excellence « Action globale et Forces Terrestres » organise une journée d’études consacrée aux personnels militaires féminins. Intitulée « La place des femmes militaires au sein des armées : un état des lieux », la journée ambitionne en effet de replacer les réalités et enjeux inhérents à la présence des femmes en uniforme au centre des débats et analyses.

Conséquence directe de la professionnalisation des armées françaises en 1996 – au même titre que l’augmentation sensible de la population des civils de la défense ou encore de celle des minorités dites visibles – la féminisation a fait l’objet de multiples travaux et recherches dès l’annonce de la réforme. Parmi les nombreux écrits, colloques et autres conférences sur le thème, citons parmi les seuls Rapports publiés par le Centre d’Etudes en Sciences Sociales de la Défense (aujourd’hui intégré au sein de l’IRSEM, l’Institut de Recherche Stratégique de l’Ecole Militaire) : Bouchard Marie-Emilie, La féminisation des écoles d’officiers : Ecole de l’air, Ecole spéciale militaire, Ecole navale – Rapport n°2, novembre 1996, 39 p. ; Dufoulon Serge, Saglio Jean, Trompette Pascale, La différence perdue : la féminisation de l’équipage du Montcalm, document n°16, février 1999, 182 p. ; Clément Sylvie, Femmes et forces armées, document n°25, octobre 1999, 41 p. ; Loriot Daniel, Friedmann Guy, Benkara Leïla, Métiers de la défense : le choix des femmes, document n°43, novembre 2001 ; Burot-Beson Isabelle, Chellig Nadia, Les enjeux de la féminisation du corps des médecins des armées, document n°41, novembre 2001 ; etc. On retiendra encore la thèse de Katia Sorin publiée en juin 2003, Femmes en armes, une place introuvable ? Le cas de la féminisation des armées françaises (L’Harmattan, Coll. Logiques sociales).

Les travaux produits ont permis d’appréhender le défi d’intégration des femmes, de comprendre leurs difficultés, les pratiques discriminatoires subies, les logiques et contraintes organisationnelles à l’origine de parcours et trajectoires professionnelles singulières, le fait pour les hommes de vouloir mécaniquement affecter les femmes dans des fonctions médicales, administratives et sociales avec un souhait souvent similaire de ces dernières d’intégrer des fonctions jugées moins contraignantes, sans oublier une suppression tardive des quotas (1997). Malgré la pertinence des analyses et enseignements produits, le début des années 2000 a vu se réduire considérablement le flux des études menées sur la féminisation, résultant, en partie, d’une sorte de saturation ressentie tant du côté des décideurs et commanditaires militaires que parmi les universitaires et scientifiques concernés.
Une décennie s’est écoulée et il nous semble donc important de remettre cette problématique au cœur des débats rejoignant, à cet égard, l’initiative récente du gouvernement avec le lancement d’un plan d’action visant à combattre ces inégalités et pris à bras le corps par le Ministère de la défense ou encore un numéro de la revue Inflexions de 2011 (« Hommes et femmes, frères d’armes ? L’épreuve de la mixité »).

Dans une perspective multidisciplinaire et donnant également la parole aux praticiens, la journée d’étude (trois demi-journées seront certainement programmées) cherchera ainsi à réactualiser les enjeux évoqués ci-dessus et surtout d’établir d’éventuelles évolutions. Le débat autour des femmes dans les armées est celui autour de la féminité et de la masculinité – deux faces indissociables d’une même pièce – tant il est vrai que l’intrusion d’outsiders comme les femmes dans un univers traditionnellement masculin génère des résistances et la mobilisation d’éléments culturels à des fins de différenciation. Les débats devront permettre de questionner ces résistances et leurs manifestations et d’aborder les dimensions centrales que sont l’identité militaire, l’identité professionnelle tout autant que les représentations qui jouent un rôle majeur dans ce domaine. Enfin, si la manifestation est consacrée aux femmes militaires, il s’agira de veiller à ne pas tomber dans le piège de la spécificité car les problématiques abordées se retrouvent dans beaucoup d’autres milieux professionnels.

Les propositions de communications pourront se formuler autour de quatre thèmes :

– Un premier consacré au Recrutement des femmes militaires. Il devra permettre de faire le point sur les raisons qui poussent, aujourd’hui, les femmes à rejoindre les armées mais aussi les raisons qui peuvent expliquer pourquoi elles s’en détournent (motivations, attentes, fonctions privilégiées, catégories concernées, évolutions constatées, obstacles rencontrés, etc.). Ces premières interventions devront permettre d’établir une photographie de la situation de l’armée la plus féminisée en Europe – l’Armée française, d’opérer les distinctions nécessaires selon les armées ou encore les perspectives envisagées.

– Un deuxième s’attachera à L’exercice du métier des armes. Les interventions devront aborder concrètement les réalités quotidiennes des femmes en uniforme tant du point de vue de l’activité en temps de paix et au quartier qu’en opération et au combat, et ce, dans la mesure du possible, avec une diversité de fonction, d’origine d’arme, de spécialités et d’armées. Diverses dimensions peuvent être questionnées : les relations avec les collègues, les compétences singulières ou une autre manière de servir, la vie en collectivité, les évolutions mises en évidence, les trajectoires et stratégies comportementales mises en place par les femmes, les violences faites aux femmes (harcèlement, viol) ainsi que les réponses apportées par les pouvoirs publics et les autorités militaires.

– Une troisième thématique traitera des carrières des femmes militaires. Il s’agira de dresser des constats relatifs aux parcours et carrières que font les femmes au sein des armées et de les analyser. Si le manque de visibilité des femmes aux plus hauts échelons de la hiérarchie militaire s’est longtemps expliqué par une suppression tardive des quotas (1997) ou encore par le fait qu’en cas d’arbitrage entre vie privée et vie professionnelle, les femmes faisaient tendanciellement davantage le choix de fonder une famille plutôt que de poursuivre leur carrière, qu’en est-il aujourd’hui ? Quid également de l’épineuse question des couples militaires et de leur gestion ? Quels types de carrière font les femmes en uniforme ? Qu’est-ce qui relève du choix librement consenti et de la contrainte supposée, réelle ou intériorisée ? Qu’en est-il de l’égalité réelle ? Etc.

– Et, enfin, le quatrième et dernier thème aura le souci de sortir du seul cas français et de comprendre et d’apprendre des armées étrangères et essentiellement européennes sur la question de l’intégration et de l’exercice du métier des armes par les femmes.

Lieu de la manifestation scientifique : Paris
Date : novembre 2013

Modalités de proposition d’une communication :

Langue de la proposition : français.
Langue de la journée d’études : français.

La proposition de contribution devra être présentée comme suit :
• 1. Coordonnées exactes (nom, prénom, fonction, établissement, adresse électronique) de chaque auteur.
• 2. Titre + Résumé de la proposition de 2 500 signes environ.

La proposition en format WORD, ODT ou PDF sera adressée par voie électronique à :
claude.weber@st-cyr.terre-net.defense.gouv.fr

Date limite de soumission des propositions : le 15 juillet 2013

Chaque proposition fera l’objet d’une évaluation par deux membres du comité scientifique.
Les auteurs des propositions retenues seront informés par voie électronique au plus tard le 15 septembre 2013.