Délinquants encadrés par des militaires et serment d’allégeance aux armes : le retour de la physique sociale ?

Student pledging to the flag, 1892.[Public domain]
Student pledging to the flag, Wikimedia

Pour Montesquieu, si l’honneur était le principe de gouvernement de la monarchie, la crainte celui du despotisme, c’est la vertu, « l’amour des lois de la patrie », « cet amour demandant une préférence continuelle de l’intérêt public au sien propre » qui assure le bon fonctionnement de la République. Avec sa disparition, « la république est une dépouille ; et sa force n’est plus que le pouvoir de quelques uns et la licence de tous » (dans le chapitre Du Principe de la démocratie dans l’Esprit des Lois).

Un certain nombre de travaux socio- logiques, puis de pamphlets, et enfin de discours politiques tendent à renforcer l’idée (le constat ?) que nous vivrions une crise sociale et démocratique, résultat de la perte d’une forme de vertu, proche de celle caractérisée par Montesquieu. La désertion du forum politique par nombre de citoyens, la multiplication des actes d’incivilité, l’augmentation de « l’insécurité » ou du « sentiment d’insécurité »1, la montée de l’individualisme (?) seraient les symptômes d’une remise en cause profonde du « vivre ensemble ». Sous cet angle, certains projets ou annonces récentes – un serment d’allégeance aux armes, une forme d’encadrement militaire des délinquants au sein des Établissements publics d’insertion de la Défense (Epide) – peuvent être perçus comme autant d’outils pouvant servir une forme d’ingénierie sociale et démocratique.

Une réponse militaire à la nouvelle question sociale ?

A une échelle historique réduite, ces récents éléments rejoignent un certain nombre d’initiatives de droite comme de gauche qui ont ponctué ces dernières années : la lecture obligatoire de la lettre de Guy Môquet dans les lycées, le souhait de la candidate Ségolène Royal en 2007 que tous les Français possèdent un drapeau national chez eux, ou encore les propositions récurrentes de remise en place du service national, et on en oublie…

Avec beaucoup plus de profondeur historique, tout ceci semble d’abord faire écho à la conception d’une armée outil de la réforme sociale telle que la concevait certains disciples de Saint-Simon dans la première moitié du 19ème siècle. Même si l’attitude des réformistes sociaux à l’égard de l’armée a pu beaucoup évoluer en même temps que le développement de la pensée socialiste dans les années qui suivirent, c’est une conception proche qui fut développée par la Troisième République, véritable période de production de notre mythologie républicaine. A travers le service militaire universel et obligatoire, c’est le sacre du Soldat-citoyen et de la « caserne éducatrice » qu’on institue2. En 1891, Lyautey soulignait :

Le régiment est quelque chose de plus qu’une grande famille : c’est une école. Le maître d’école se prolonge dans l’officier, qui est l’enseignant de la nation.3

Plus d’un siècle plus tard, même si le service militaire a disparu, l’armée (et les valeurs qui lui sont encore associées) semble encore pouvoir participer à une forme d’orthopédie sociale.

Selon la philosophie qui sous-tend les récentes propositions, les « pathologies » sociales précédemment évoquées pourraient être « corrigées », « soignées » par l’intervention de l’armée ou par l’adoption d’un certain nombre de valeurs et de comportements qu’on pourraient qualifier de martiaux. Ainsi décryptée, on retrouve bien certaines analyses d’une sociologie naissante. Bien que très critique à l’égard de ce dernier, Durkheim citait Herbert Spencer dans Les règles de la méthode sociologique :

(…) partant de ce principe que la coopération est l’essence de la vie sociale, il [H. Spencer] distingue les sociétés en deux classes suivant la nature de la coopération qui y domine. Il y a, dit-il, une coopération spontanée qui s’effectue sans préméditation durant la poursuite des fins d’un caractère privé ; il y a aussi une coopération consciemment instituée qui suppose des fins d’intérêt public nettement reconnues. Aux premières, il donne le nom de sociétés industrielles ; aux secondes, celui de militaires, et on peut dire de cette distinction qu’elle est l’idée mère de sa sociologie.4

Un décalage ?

Une fois rapidement identifiés les ressorts et la généalogie de ce recours, somme toute classique, à l’institution militaire au sens large se pose évidemment la question de sa pertinence et de sa future réussite. Il ne tient pas à nous de répondre ici à l’une ou l’autre de ces interrogations. Toutefois, on peut évoquer le décalage éventuel qui semble exister aujourd’hui entre la représentation d’une armée rêvée, idéalisée, issue de notre patrimoine républicain, et la réalité d’une institution qui s’est largement transformée tant par ses missions que par son fonctionnement au cours des trois dernières décennies.


 

Photo sous licence  Wikimedia Commons[Public domain]

 

  1. Voir, Sébastien Roché, Tolérance zéro ? Incivilités et insécurité, Paris, Odile Jacob, 2002 ;  Laurent Muchielli, « Note statistique de (re)cadrage sur la délinquance des mineurs », Champ pénal/Penal field [En ligne], Confrontations, mis en ligne le 16 décembre 2009, Consulté le 27 septembre 2011. URL : http://champpenal.revues.org/7053 ; DOI : 10.4000/champpenal.7053 []
  2. Michel Auvray, L’âge des casernes. Histoire et mythes du service militaire, Paris, L’aube (col.essai), 1998. []
  3. Hubert Lyautey, « Du rôle social de l’officier dans le service universel », Revue des deux mondes, 1891. []
  4. Émile Durkheim, Les règles de la méthode sociologique, Paris, PUF(coll. Quadrige), 8ème éd., 1995, p. 21. []