14 juillet et analyse axiologique

J’adhère à la proposition précédente dans son esprit. Vive l’approche anthropologique et sociologique… Les analyses présentées dans l’ouvrage dirigé par A. Thiéblemont sur les « Cultures et logiques militaires », en illustration de ce carnet, offrent des modèles indiscutables1.

<p>Cultures et logiques militaires</p>

Un nuance toutefois, car le débat actuel peut aussi faire en soi l’objet d’une analyse en termes de valeurs, très riche, de la place des armées dans le débat et le champ politique.

Tout d’abord, la position de la candidate d’Europe Ecologie – Les Verts Eva Joly est idéologiquement cohérente, je la cite :J’ai rêvé que nous puissions remplacer ce défilé [militaire] par un défilé citoyen où nous verrions les enfants des écoles, où nous verrions les étudiants, où nous verrions aussi les seniors défiler dans le bonheur d’être ensemble, de fêter les valeurs qui nous réunissent, [elle ajoute]: Ce n’est pas des valeurs que nous portons […]. Je pense que le temps est venu de supprimer les défilés militaires du 14-Juillet parce que ça correspond à une autre période.2

Cette opinion est logique avec une écologie politique, qui est aussi ontologiquement pacifiste. On a tendance à l’oublier en France, mais le débat autour de l’abandon du nucléaire comme source d’énergie n’est par exemple pas déconnecté de son usage militaire. Les mouvements de l’extrême-gauche et d’une partie de la gauche des années 70 étaient en cela explicites.

Une instrumentalisation identitaire

Toutefois, l’idée que le militaire et ses valeurs sont archaïques et totalement incompatibles avec celles d’une société moderne industrialisée est ancienne, et n’est pas forcément liée à un pacifisme internationaliste de gauche, comme le laisse entendre les réactions suscitées par la déclaration de Madame Joly. Ces dernières sont aussi révélatrices de l’instrumentalisation identitaire de l’institution du 14 juillet: Du citoyen pas citoyen, on glisse vers le Français/pas Français. Étonnement (on peut jouer les candides), les avis étaient plus pondérés dans le rapport parlementaire n°3605 du 29 juin 2011 sur le droit de la nationalité autour de la transformation du défilé du 14 juillet. M. Martin Hirsch [y propose]

(…) que les jeunes du service civique prennent part au défilé militaire du 14 juillet, éventuellement vêtus d’une tenue spécifique. Dans son esprit, il s’agirait d’un moyen de matérialiser symboliquement le lien maintenu entre les jeunes et la nation malgré l’abandon du service militaire et de montrer qu’il existe diverses possibilités de la servir qui valent sa reconnaissance à l’occasion de la fête nationale. L’Italie a fait ce choix en faisant défiler à côté des membres de ses forces armées ceux qui accomplissent un service national au service de la cohésion nationale, que ce soit par l’intermédiaire des collectivités territoriales ou des associations.3

Outre qu’aujourd’hui, des représentants de la sécurité civile ou de la police nationale sont au coté des militaires, le défilé resterait plus militaire que citoyen (mais les militaires sont-ils moins citoyens?).

Le reflet d’une société

Finalement, l’approche comparative (peu ou pas de défilé en Allemagne, folklore populaire militariste dans certains Etats sud-américains) ou historique nous rappelle d’abord que cette manifestation révèle beaucoup de choses sur ce que les individus et la société valorisent à un moment donné et dans un contexte donné. Le contenu axiologique de l’institution évolue et est vécu de manière différente (voir Les Lieux de Mémoire de P. Nora4, ou plus précisément, Pierre Vallin, « Fête, mémoire et politique : les 14 juillet en Limousin (1880- 1914)5, ou encore les débats autour du bicentenaire de 1989).


 

  1. Thieblemont A., Cultures et logiques militaires, Paris, Puf, 1999 []
  2. Le Monde, daté du 14/07/11. []
  3. Rapport parlementaire n°3605 du 29 juin 2011 consulté le 14 juillet 2011, http://www.assemblee-nationale.fr/13/pdf/rap-info/i3605.pdf, p.125-126. []
  4. Nora P., Les Lieux de mémoire, Gallimard (Bibliothèque illustrée des histoires), Paris, 3 tomes : t. 1 La République (1 vol., 1984), t. 2 La Nation (3 vol., 1986), t. 3 Les France (3 vol., 1992) []
  5. Vallin P., « Fête, mémoire et politique : les 14 juillet en Limousin (1880- 1914) », Revue française de science politique, 32e année, n°6, 1982. pp. 949-972 []

Défilé militaire le 14 juillet : un fait social

« Eva Joly subit son baptême du feu, bien que ce terme soit pour elle un peu trop militaire.. »

Ainsi se clôt un reportage de France 3 consacré à la proposition d’Eva Joly, de supprimer le défilé militaire du 14  juillet. Cela illustre, selon moi, la difficulté de présenter objectivement les tenants et les aboutissants de ce fait social. Je n’évoque pas les réactions verbales violentes de part et d’autre de l’échiquier politique. Tout juste pourrait-on y voir des indicateurs d’une norme sociale. En effet, pour reprendre Durkheim, on mesure la norme à l’aune de la réaction contre ceux qui la transgressent.

Nous arrivons donc à nous représenter, d’une manière précise, le domaine de la sociologie. Il ne comprend qu’un groupe déterminé de phénomènes. Un fait social se reconnaît au pouvoir de coercition externe qu’il exerce ou est susceptible d’exercer sur les individus ; et la présence de ce pouvoir se reconnaît à son tour soit à l’existence de quelque sanction déterminée, soit à la résistance que le fait oppose à toute entreprise individuelle qui tend à lui faire violence.1

Serait-il possible de créer un espace où chacun puisse discuter avec une forme de neutralité axiologique de l’usage du 14 juillet?

Son impact sur le lien armée-nation? Sur la place (temporelle) dans un régiment de la préparation de ce défilé? Son impact en terme de sociabilité interne (cohésion)? de motivation? Cela suscite-t-il des vocations (recrutement)? Cela nourrit-t-il l’antimilitarisme? Les français sont-ils indifférents? A contrario, peut-on estimer le coût de cette manifestation? S’il est possible de raisonner en économiste, peut-on qualifier les retombées internes et externes de ce défilé militaire?  Le défilé du 14 juillet, une tradition? Nationale? Républicaine? L’histoire militaire pourrait nous rappeler le rôle de ce moment annuel. Éventuellement ses utilisations politiques..


  1. Émile Durkheim, Les règles de la méthode sociologique, 1894, page 21. []