Call for papers : Corps habillés. Politique des métiers de l’ordre

Nous reproduisons ci-dessous l’appel à contribution pour la revue Politique africaine. Merci à Emmanuelle Zolesio de me l’avoir transmis. English version below.

Corps habillés. Politique des métiers de l’ordre

Les corps habillés (i.e.: militaires, gendarmes, policiers, gardes nationaux, gardiens de préfectures, gardes frontières, forestiers, sapeurs pompiers, etc.) constituent un champ professionnel central dans les appareils d’Etat africains. Formant dans certains Etats jusqu’à près de la moitié des fonctionnaires, présents à tous les étages des appareils d’Etat, des carrefours de circulation aux antichambres du pouvoir, ils participent à plein du fonctionnement de l’Etat postcolonial. Redécouverts récemment par les organisations internationales et les bailleurs de fonds sur le mode de la « Réforme du Secteur de la Sécurité » (SSR), ils restent mal connus des sciences sociales. Alors que les acteurs non étatiques de l’exercice de la violence sont de mieux en mieux étudiés, les fonctionnaires en charge de l’exercice de la violence d’Etat restent un objet à explorer.

Prenant acte des impulsions venant de la recherche sur des terrains connexes (les milices, les trajectoires combattantes, la police coloniale, les administrations publiques africaines, les carrières des fonctionnaires, la coercition étatique et non-étatique, etc.), ce numéro se propose d’articuler perspectives historiques, sociologiques et anthropologiques, afin de mieux comprendre la formation des forces de l’ordre, les pratiques de leurs agents et les rapports qu’ils entretiennent avec le pouvoir d’Etat en Afrique. Se distinguant de deux poncifs, celui de l’homogénéité (« esprit de corps ») et celui de la fragmentation (« guerres des polices »), il s’attachera à retracer les caractéristiques communes, les croyances partagées, les circulations, mais aussi les tensions, les luttes de position et les conflits propres au champ des forces de l’ordre. En rompant avec les discours normatifs (type paradigme SSR) et téléologiques, les articles repenseront à nouveau frais les trajectoires collectives et individuelles des professionnels de l’ordre et leurs relations avec l’Etat. On mettra notamment l’accent les axes suivants:

            Socio-histoire d’un champ professionnel. Les institutions de maintien de l’ordre sont pour l’essentiel héritées de l’époque coloniale. Elles ont été étudiées le plus souvent de façon séparée, en reprenant les labels institutionnels. Il apparaît au contraire fécond d’envisager ces institutions comme un espace social, tout en mettant l’accent sur les projets successifs de (ré)organisation des forces de l’ordre. En quoi les compagnies de Tirailleurs Sénégalais, les Gardes Indigènes ou la Royal West African Frontier Force par exemple furent-ils les matrices des forces de l’ordre de leur territoire respectif ? Comment, à partir des troupes de conquête ou des premiers postes administratifs, se détachèrent progressivement les différentes institutions spécialisées, les corps et les unités participant des forces de l’ordre ? Les périodes clés sont aussi la période de la transmission de l’appareil sécuritaire durant les Indépendances, les années 1960 et 1970 où les forces de l’ordre des Etats post-coloniaux se forment, les années 1980 avec les politiques d’ajustement structurel, et les années 1990 où l’on observe un processus de démocratisation souvent accompagné d’une restauration autoritaire.

Cultures matérielles et représentations populaires. Habits de camouflage, AK47, talkie-walkie, machines à dactylographier : l’univers matériel des agents de l’ordre se double d’un univers symbolique qui organise d’une part l’opposition entre les membres de la profession et les non-initiés (qui ne portent pas uniforme, ne savent pas lire les insignes, n’ont pas d’arme, etc.), et d’autre part les oppositions internes à l’espace professionnel du maintien de l’ordre (« tenue » contre agents « en civil », porteurs de fusils contre porteurs de matraques, etc.). Quelles sont les langages et les mythes auxquels sont associées les forces de l’ordre ? Quelles sont les croyances partagées, les codes compris par tous, la doxa professionnelle des forces de l’ordre ? A l’inverse, où se situent les conflits symboliques, les luttes de classement, les enjeux de mémoire professionnelle? En quoi cet espace social est-il structuré par des idiomes professionnels (langage de l’uniforme, images de l’ordre, hexis corporelle, codes hiérarchiques, etc.) réglant à la fois l’unité et les distinctions d’un ensemble professionnel ?

Etre professionnel-le de l’ordre : carrières et trajectoires. Malgré un regain récent des travaux anthropologiques sur l’Etat au quotidien et les bureaucraties africaines, on sait encore peu de choses des carrières et des pratiques des agents des forces de l’ordre. Comment est-on recruté dans les armées et les polices africaines ? Dans les pays marqués par des conflits, notamment au Tchad, les agents passés par des écoles spécialisées travaillent au quotidien avec d’anciens rebelles intégrés à la faveur d’accords de paix. Comment se déroulent les carrières ? Comment les agents perçoivent-ils leur rôle ? Une attention particulière pourra notamment être portée aux procédures routinières et pratiques quotidiennes des forces de l’ordre.

            Luttes de position, conflits latents et violence. En raison de leur position spécifique au sein de l’Etat, les conflits internes aux forces de l’ordre sont des enjeux politiques centraux dans les Etats postcoloniaux (bagarres entre policiers et gendarmes à Dakar, mutineries au Niger, rebellions au Burkina-Faso, mais aussi retournements soudains, comme on l’a vu récemment notamment en Tunisie, en Egypte et en Libye, peut-être en Guinée et ailleurs). Trop souvent, ces conflits sont ramenés à une lutte univoque entre corps concurrents (le poncif de l’opposition entre militaires et policiers par exemple) ou encore à des luttes endémiques entre clans ou groupes ethniques (officiers du nord contre ceux du sud par exemple). Qu’en est-il vraiment des luttes de position au sein des forces de l’ordre ? Comment s’organisent les réseaux d’officiers, les liens verticaux entre individus de rangs différents, les alliances entre unités, compagnies et brigades ? Comment les hiérarchies au sein des forces de l’ordre sont-elles négociées, débattues, contestées ?

            Modes d’action politique. Situés à la fois au cœur de l’Etat et à la périphérie du champ bureaucratique, les agents de l’ordre disposent de moyens de pression. Dans de nombreux Etats, le pouvoir accorde une attention particulière aux revendications des agents de l’ordre. Pourtant, dans le même temps, les agents de l’ordre sont des fonctionnaires surveillés de près par les autorités (interdiction de syndicat, interdiction des grèves, code disciplinaire, baraquement et logements séparés, etc.). Les agents de maintien de l’ordre disposent-ils de modes spécifiques d’action politique ? Au-delà des coups d’Etat et du déclenchement de « nouvelles guerres » dont l’étude fut centrale respectivement dans les années 1970 et 1990, peut-on identifier un spectre plus large de modes d’action et d’expression politique propres aux forces de l’ordre ?

Casernes, camps, commissariats : les lieux des forces de l’ordre. Parmi les lieux les mieux protégés des villes africaines se trouvent les camps militaires, les casernes, les commissariats, les maisons des combattants, les baraques, les buvettes des officiers, etc. Ces lieux protégés sont aussi parmi les plus surveillés par le pouvoir, inquiet de ce qu’il s’y passe (que l’on pense à Alassane Ouattara exigeant des familles qu’ils quittent les camps militaires ou à Alpha Condé voulant « encaserner les militaires »). Il s’agira ici de saisir ce qui se passe dans les lieux de formation, de travail et de socialisation des forces de l’ordre, mais aussi de réfléchir aux frontières entre les espaces réservés aux forces de l’ordre et les autres espaces de la vie sociale et économique. Dans certains contextes, le camp apparaît comme un espace à part sans être une hétérotopie. Ailleurs, par exemple au Tchad, les militaires restent rarement cantonnés dans leurs casernes. Comment les agents de l’ordre s’emparent-ils de ces lieux, comment y travaillent-ils, comment y vivent-ils avec ou sans leur famille ? Quels rôles jouent les événements tels que les fêtes nationales, les grandes manœuvres, ou les tournois de foot dans la socialisation des militaires et agents de l’ordre ?

Genre et forces de l’ordre. Les métiers de l’ordre restent, dans les pays considérés comme ailleurs, très majoritairement exercés par des hommes. L’approche de genre permet ici de mettre en évidence la division genrée du travail. Quelle est la part des femmes ? Dans quelles institutions, à quels rangs et à quelles fonctions sont-elles présentes ? Comment négocient-elles la division genrée du travail ? Quels capitaux mobilisent-elles dans ces mondes professionnels pensés comme masculins ? Les institutions de l’ordre participent en outre de la fabrique d’une masculinité postcoloniale qu’il convient d’étudier. Comment les autorités gèrent-elles les questions de la famille, de la sexualité, du corps et de l’intimité des agents de l’ordre ? Certains pays, comme le Bénin, se prévalent de forces féminines de maintien de l’ordre associées à un passé précolonial idéalisé. Pour d’autres pays, comme la Guinée, les forces féminines sont perçues comme participant d’un passé socialiste. D’autres, comme le Rwanda, semblent faire de la féminisation des forces de l’ordre un enjeu politique de rupture avec le passé. D’autres enfin, comme le Togo, tentent à échéance régulière, mais pour le moment sans grand succès, d’étendre aux femmes le recrutement policier et militaire. En quoi le recrutement féminin participe-t-il d’un nouveau discours sur la modernisation et la démocratisation des forces de l’ordre ?

Politiques de réforme entre le global et le local. Les forces de l’ordre et de sécurité font l’objet d’une attention croissante de la part des acteurs internationaux. Loin d’opposer le « global », le « national » et le « local », il s’agira de saisir les recompositions des forces de l’ordre dans le contexte de la diffusion transnationale de normes, de référents et de techniques dans le domaine de la sécurité. Quels sont les effets des programmes dits de Réforme du Secteur de la Sécurité (RSS) ? Quelles furent les conséquences des réformes passées (créations successives de nouvelles institutions, politiques d’ajustement structurel, réformes des années 1990 et 2000) ? Par quels moyens les acteurs internationaux tentent-ils d’influer, avec ou contre les Etats, sur les forces de l’ordre (stages de formation, workshops, campagnes d’information, livraisons de matériel, déploiements d’observateurs internationaux, etc.) ? L’enjeu n’est pas ici d’étudier les échecs ou les succès de ces politiques, mais de saisir ce qui est en jeu aux points de rencontre entre les agents des forces de l’ordre et les experts internationaux.

Calendrier

Les propositions d’une page maximum sont à envoyer à Marielle Debos et Joël Glasman jusqu’au 15 avril 2012. Les articles retenus seront attendus pour le 15 juin 2012. Après le processus d’évaluation conduit par Politique africaine, les articles acceptés paraîtront dans le dossier du numéro de décembre 2012.

Contact:

Marielle Debos, mdebos@u-paris10.fr

Joel Glasman, glasmanj@cms.hu-berlin.de

« Corps habillés ». The Politics of security forces
Occupations, careers, practices

The corps habillés (i.e. army volunteers, gendarmes, police staff, national guards, prefects’ guards, border guards, forest agents, firefighters, etc.) constitute a professional field that plays a central role in the apparatus of the African state. In some countries, they represent up to half of public sector employees. Involved at every level from road intersections to backroom politics, they participate in the daily functioning of the postcolonial state. Recently rediscovered by international organizations and funding agencies under the framework of the “Security Sector Reform” (SSR), they remain an under-studied field in social sciences. While non-state modes of regulation of violence are a growing field of study, little attention has been paid to state employees in uniform.

Building on current research in related fields (militias, combatants’ trajectories, colonial police, public administrations, state and non-state coercion), this special issue aims to establish connections between historical, sociological and anthropological approaches. It seeks to build a better understanding of security forces’ formation, of their agents’ practices as well as of their relations to state power in Africa. This issue breaks with the commonplace of the supposed homogeneity of security forces (“esprit de corps”) and moves beyond the perspective of the fragmentation. It aims to analyze shared patterns and beliefs, alliances as well as competition, tensions, and conflicts within the security forces. Breaking with normative (such as the SSR paradigm) and teleological perspectives, articles will analyse collective and individual trajectories as well as the study of the relations of state employees in uniform to the state.

Authors are invited to address the following issues:

Socio-history of a professional field. Security forces are mainly inherited from the colonial period. They have mostly been analyzed separately according to institutions’ labels. Moving beyond this trend, this issue seeks to analyze institutions as social spaces while placing emphasis on successive projects to (re)organize them. For example, to what extent were the Tirailleurs Sénégalais companies, the Indigenous Guards or the Royal West African Frontier Force the origins of security forces on the respective territory? How did conquest troops or administrative outposts progressively became specialized institutions? Key historical periods are also the transmission of the security apparatus at the Independence, the 1960s and 1970s when post-colonial security forces developed, the 1980s when they were affected by Structural Adjustment Programs, and the 1990s when democratization was often followed by authoritarian restoration.

Material culture and popular representations. Camouflage fatigues, AK47, talkie-walkie, typing machines: security forces’ material culture participates in the distinction between professionals and non-professionals (who neither wear uniform nor bear arms, who are not able to read insignia, etc.) as well as in the distinctions within this professional field (for example staff in uniform as opposed to staff in civilian clothes, staff bearing arms as opposed to staff bearing truncheons, etc.). What are the languages and myths associated with security forces? Are there shared beliefs and references? A professional doxa specific to security forces? Are there symbolic conflicts, struggles for social positions? To what extent is this social space structured by professional idioms (uniform, body hexis, and hierarchical codes) that regulate both the unity of this professional field and distinctions within it?

Security forces’ staff: careers and practices. Despite a recent interest in sociology and anthropology in the daily functioning of state bureaucracies, little is known on the careers and practices of security forces’ members. How do African armies and polices recruit? In countries characterized by recurrent conflicts, professional career security agents frequently work alongside former rebels who were appointed to positions within the army or the police after the signing of a peace agreement. How do their careers evolve? How do they perceive their role? Special attention will be paid to security forces’ routine procedures and daily practices.

Professional competition and violent struggles. Because security forces are central in the state apparatus, internal conflicts are highly politicized issues inpost-colonial states (fighting between policemen and gendarmes in Dakar, rebellions in Niger, or sudden reversals, as we have recently seen in Tunisia, Egypt and Libya). Too often, these conflicts are univocally seen as struggles among competing bodies(the stereotype of the oppositionbetween the military and police for example) or asendemic struggles among ethnic groups (officers from the north against officers from the south for example). This issue, in contrast, wishes to look at the effects of competition and conflicts within the security forces? How are networks and relationships organized: officers’ networks, vertical links among individuals ofdifferent ranks, alliances among units, brigades and companies? How are internal hierarchies within this very social space negotiated, debated, and challenged?

Modes of political action. Located both at the core of the state and at the periphery of the bureaucratic field, security forces agents resort to diverse tactical repertoires. In many countries, the government pays special attention to the corporatist claims of security forces personnel. However, policemen and soldiers are under the constant gaze of authorities (prohibition of trade unions and strikes, harsh disciplinary code, separatebarracks and housing, etc.). Do members of security forces have specific modes of political action? Beyond the coups and the outbreak of « new wars » whose studies were centralrespectively in the 1970s and 1990s, can we identify a broader spectrum of modes of action and political expression specific to security forces?

Barracks, camps, police stations: the social places of security forces. Among the most protected places of African cities are military camps, barracks, police stations, officers’ mess, etc. These places are also closely monitored by anxious state authorities (one thinks of Alassane Ouattara in Cote d’Ivoire requiring soldiers’ relativesto leave the camps or Alpha Conde in Guinea trying to keep soldiers confined in their barracks). In this respect, this special issue aims to understand what is at stake in spaces of training, work and socialization of men and women in uniform. It also aims to offer insights on the boundaries between these spaces and other spaces central in the social and economic life. In some contexts, the camp seems a separate and almost confined space. Elsewhere, the military rarely remain confined to their barracks. How do agents appropriate these spaces, how do they work, how do they live there with or without their relatives? Which role do events such as national holidays, training exercises orfootball tournaments play in the socialization of military and security forces staff?

Gender and security forces. Occupations linked to security in African countries as elsewhere are overwhelmingly seen as masculine. A gender approach will in the first place focus here on a gendered division of labour. What is the proportion of women in these institutions? Which functions, ranks and responsibilities do they have? How do they negotiate the gendered division of labour? Which specific resources and ideas can they mobilize in this field thought of as masculine? To which extent do these institutions partake in the construction of a postcolonial masculinity? How do authorities intervene in private and family matters, in issues of intimacy, body or sexuality? In some countries, like Benin, the presence of women in the army is seen as part of a (reinvented) precolonial tradition. In others, like Guinea, this is seen as part of a socialist past. In others, like Rwanda, the feminization of security forces is seen as a break with the recent past. Others, like Togo, made only unsuccessful attempts to extend the recruitment of police and army to women. To which extent do female recruitments and formations participate in narratives on the “modernization” and “democratization” of the state?

Security forces’ reforms between the global and the local. Security forces have increasingly been targeted by international programs. Far from opposing the « global », the « national » and the « local », the aim here is to analyze security forces’ recompositions in the context of the transnational dissemination of norms, standards and technical references in the field of security. What are the effects of Security Sector Reform (SSR) programs? What were the consequences of past reforms (successive creations of new institutions, structural adjustment policies, reforms of the 1990s and 2000s)? How do international actors attempt, with or against states institutions, to influence security forces’ practices (training courses, workshops, information campaigns, delivery of equipment, deployment of international observers, etc.)? The purpose here is not to study the failures or successes of these programs, but to grasp what is at stake at the intersection between local agents and international experts.

Deadlines :

Abstracts (maximum one page) should be sent to Marielle Debos and Joël Glasman before the 15th April 2012. Selected articles are expected on 15 June 2012. After the peer review evaluation conducted by Politique africaine, accepted articles will be published in the December 2012 issue.

Contact:

Marielle Debos, mdebos@u-paris10.fr

Joel Glasman, glasmanj@cms.hu-berlin.de

Agenda de la rentrée

L’équipe vous souhaite à tous et à toutes une bonne et heureuse année 2011  2012.1

Ce mois de Janvier, quatre évènements retiendront l’attention des amateurs de la sociologie militaire :

D’abord, Sociologie des identités militaires sous la direction d’Éric Letonturier devrait voir le jour. On en trouve mention, ici. Son contenu reste encore non précisé. Dans la tradition des précédents volumes sortis chez l’Harmattan, on s’attend à y retrouver, remaniées, quelques-unes des présentations de l’avant dernier congrès de l’AFS.2

Les Champs de Mars sortiront également un numéro (22) coordonné par Windy Marty et Frédéric Ramel : Rationalités des terrorismes. Le site de la DF propose d’ores et déjà un visuel et quelques mots de présentation, , et l’IRSEM propose un panorama plus complet du numéro, ici.

Avec le 11 Septembre, les réflexions sur les formes que peuvent revêtir le terrorisme international se sont considérablement développées. Les attentats de New York et Washington suscitèrent notamment un regain d’intérêt pour le facteur religieux afin d’expliquer l’engagement radical. Mais cet élargissement dans l’analyse n’a pas forcément résisté aux tendances majeures outre-atlantiques qui manifestent un engouement sans pareil pour l’outil statistique et les approches quantitatives. Dix ans après le 11 Septembre, ce numéro de Champs de mars offre une photographie de ce champ d’études traversée, notamment, par des débats entre approches classiques et approches critiques.  Il privilégie l’angle de la rationalité : les terroristes sont-ils rationnels ? Existe-t-il plusieurs types de rationalité en la matière ? Les travaux de Max Weber sur la rationalité sont-ils encore utiles aujourd’hui pour penser ces phénomènes ?  Loin des monographies consacrées à des groupuscules précis, il s’agit, ici, de se familiariser avec les outils à disposition du chercheur afin d’appréhender les rationalités sous-jacentes aux actes terroristes  et aux attentats-suicides.

La revue Inflexions sortira un numéro (19) « Le sport et la guerre », dont la sortie est prévue à la fin de ce mois de janvier. Le contenu (sous réserve) semble être le suivant :

Comparer l’incomparable ?
Leni Riefenstahl/Georges Perec : un olympisme martial
Convergences et limites
Un élément indispensable a la mission
La force physique au service de la victoire
D’une équitation utilitaire a une équitation sportive
Dopage et conduites dopantes
Des gestes de l’éducation physique aux gestes de la guerre
Georges Hebert et l’éducation virile et morale par la méthode naturelle
L’entrainement physique militaire et sportif aujourd’hui
Maurice Herzog, architecte d’une politique du sport comme grande cause nationale
Armées et sport de haut niveau
Alain Mimoun, soldat olympique assoiffe de France
1918 : football en guerre, football des campagnes

Et, pour finir, l’anniversaire de la mort de Pierre Bourdieu. Merci aux Inrocks de nous l’avoir rappelé. Ce serait formidable si un lecteur pouvait revenir sur les quelques contributions directes du sociologue au fait militaire. On pense surtout à l’un de ses disciples, Louis Pinto, qui avait fait une ethnographie de son service militaire dans un article qui fera date aux ARSS. Il y a tout de même quelques allusions aux grandes écoles militaires dans la Noblesse d’État. A suivre, donc.

Bibliographie

Éric Letonturier (dir.), Sociologie des identités militaires, Paris, L’Harmattan, coll. Logiques sociales, à paraître début 2012.

 

Crédits photo :

Flickr – The U.S. Army – Christmas Dinner in Iraq.jpg – libre de droits

  1. Vous l’aurez compris, la photo illustre les politiques américaines d’intégration des minorités visibles dans ses rangs militaires, par le biais d’une politique d’affirmative action volontariste. []
  2. La liste des intervenants  du RT n°8 au congrès parisien de l’afs (2009) se trouve à cette adresse : http://www.afs-socio.fr/formLivreProgB.php []

Que sont les Héros devenus ?

« Que sont les Héros devenus ? » :

Revue Inflexions N° 16, 2011 (dir. A. Thiéblemont), La Documentation française.

Compte rendu de lecture de Christophe Pajon

Revue Inflexions n°16La question mise en titre de ce numéro de la revue Inflexions suggère évidemment un début de réponse. Les interrogations soulevées et auxquelles les auteurs tentent de répondre sont cependant bien plus nombreuses au regard de la densité de cet opus dirigé par André Thiéblemont. Notre époque produit-elle encore des héros ? Y-a-t-il encore d’ailleurs une place pour ces derniers ici-bas ? Qu’est-ce qui fait un héros ? Quelle place sociale est accordée à la mort au regard du traitement du héros et de l’héroïsme ? N’y-a-t-il d’héroïsme que militaire ?

Les quatorze contributions et l’entretien avec Dominique Schnapper offrent un éclairage disciplinaire diversifié ainsi que des objets originaux et des perspectives stimulantes. Leur format et le choix d’écarter un appareillage théorique trop explicite peuvent parfois dérouter, mais correspondent au credo de cette revue qui se veut un lieu d’échanges et de débat entre civils et militaires. Par ailleurs, malgré la diversité des approches, la ou les lignes éditoriales qui traversent ce numéro lui donnent une véritable cohérence. Un effort constant pour alterner régulièrement entre le héros-concept et ses diverses incarnations historiques ou contemporaines apparaît clairement. Cependant, ce sont deux principaux axes qui retiennent l’attention : d’une part, celui classique de la tension entre approches individualiste et holiste appliquées au cas du héros et, d’autre part, celui de la condition historique du héros.

L’essence du héros

Ainsi, la nature individuelle et/ou holiste de l’essence du héros constitue, sans que cela soit fait de manière systématique ou explicite dans l’ensemble des contributions, une tension récurrente. Chercher à définir le héros peut ainsi conduire dans un premier temps à l’essentialiser, voire à le « naturaliser ». Il s’agit par exemple de mettre en évidence des éléments distinctifs dans les comportements, non seulement héroïques (extra-ordinaires), mais aussi quotidiens, des individus qualifiés de héros. Ceci tend alors, non pas à occulter, mais à réduire l’importance de la réception sociale de ces actes.

La contribution originale de Michel Goya sur les As de l’aéronautique militaire relève de cette perspective. En soulignant les ressorts psychologiques de l’accès de ces derniers au statut de « héros », il tend finalement à insister sur le caractère irréductiblement individuel de l’héroïsation, phénomène allant jusqu’à la transformation physiologique :

On s’est aperçu en effet que l’accumulation des victoires et des honneurs diminuait la pression sanguine (et donc les risques cardiaques), accroissait le taux de spermatozoïdes et de testostérone, ce qui augmente considérablement la confiance en soi (p.19).

Les sources de la « surhumanité » du héros sont aussi à découvrir dans sa quête spirituelle individuelle, comme le propose Monique Castillon dans son analyse de la pensée de Bergson et de Péguy. « Est héroïque l’action qui fait aspirer à un nouveau mode de vie morale » (p.36). On touche alors au religieux non pas seulement dans la sacralisation de la figure du héros reconnu, mais dans la mystique chrétienne ou politique qui animerait le héros.

Cette recherche de ce qui distingue le héros, ou plutôt des marques d’héroïsme qui le font, est récurrent dans la galerie de portraits que nous offrent de nombreux articles – astronaute ou cosmonaute, ancien otage dans la contribution de Patrick Clervoy ; officiers choisis pour « donner » leur nom à des promotions d’élèves-officiers chez Xavier Boniface.

La dimension sociale du héros

Ces contributions, si elles insistent sur le héros-individu, laissent cependant poindre, plus ou moins explicitement, la dimension sociale du héros. En effet, « hors du commun », « exceptionnel », « surhumain » sont autant d’expressions servant à qualifier le héros, mais qui induisent a minima qu’il existe un système d’évaluation sociale. Plus encore, l’individu accède au statut de héros lorsqu’il est reconnu socialement, lorsque son essence héroïque aura été « objectivée » au travers d’actes que des témoignages confirmeront, essence qui sera finalement consacrée institutionnellement. Cette dimension du héros, l’autre pôle de la tension évoquée plus haut, est largement illustrée et déconstruite dans différentes contributions.

Il s’agit de traiter des mécanismes socio-historiques et politiques qui vont conduire à l’émergence d’un panthéon et à sa perpétuation. Claude Weber, Michaël Bourlet, Frédéric Dessberg soulignent les liens étroits qu’entretiennent les héros et les traditions au sein de l’Ecole Spécial Militaire de Saint-Cyr dans le processus de formation identitaire. Ils rejoignent également la problématique de l’article déjà évoqué de Xavier Boniface, selon laquelle la figure du « héros » élu (le parrain choisi) est à la fois un révélateur de la représentation que se font les futurs officiers d’eux-mêmes et un enjeu institutionnel. L’institution, ou plutôt l’institutionnalisation, surgit nettement dans la description/témoignage que nous fournit Bruno Dary du retour des corps des soldats tués en opérations, entre appropriation sociale et reconnaissance du don réalisé par les familles. Le héros peut devenir alors politique. La description par Jean-Clément Martin des évolutions de la période révolutionnaire, faisant rapidement passer du statut de héros à celui de criminel, est ainsi particulièrement éclairante. D’un autre coté, les analyses autour des figures de Louis-Nathaniel Rossel, Dreyfus ou Picquart renforce la démonstration soulignant le caractère contingent des valeurs, à la fois au sein d’une société mais aussi à travers le temps, qui conduisent certains à être qualifiés de héros, parfois pour un temps donné, et d’autres pas du tout.

Enfin, sorte de boucle démonstrative, se pose la question de l’existence en-soi du héros… L’arbre qui tombe au milieu de la forêt est-il bruyant même si personne ne l’entend ? André Thiéblemont tente de répondre à cette question en distinguant héros et héroïsme. L’héroïsme peut exister sans qu’il soit reconnu, fêté ou commémoré, le héros non.

Héros et individualisme

Cette forme de relativisme – l’un des auteurs ne parle-t-il d’ailleurs pas du « héros, modèle à géométrie variable » (François Goguenheim, p. 108)- nous amène alors au deuxième axe qui traverse selon nous ce numéro d’Inflexions. Il s’agit de l’observation, non teintée parfois de normativité, de l’inadéquation actuelle entre ce qui fait, ou faisait, le héros et les valeurs individualistes de nos démocraties, de la démocratie « providentielle » pour reprendre le concept de Dominique Schnapper, interviewée. Si chaque société historiquement située possède ses héros ou leur fait porter des valeurs particulières selon les époques, nous serions aujourd’hui dans une société dont les valeurs seraient antinomiques à toute forme d’héroïsation. Rappelant certaines analyses de Fustel de Coulange dans La Cité antique1, on s’interroge alors à voix haute sur la capacité de nos militaires à se sacrifier pour des valeurs qui ne sont plus celles de la société environnante. La nature complexe et évolutive du héros (le « grand homme », le « personnage historique » sont-ils des héros ou des catégories distinctes ?) conduit alors certains à proposer – ou à admettre – un processus de civilianisation du héros, « de construire des héros non violents » (Marc Tourret, p. 102).

Il ne s’agit là que d’un bref aperçu d’un numéro très dynamique et original – on pense ici par exemple à l’analyse de l’œuvre du réalisateur Pierre Schoendoerffer proposée par Yann Andruétan. Enfin, il est évidemment possible d’apporter quelques critiques, mais qui sont d’abord le signe d’une envie d’aller plus loin.

On peut regretter ainsi l’absence de l’utilisation de la typologie des suicides d’E. Durkheim, alors que le terme « sacrifice » est souvent employé dans les développements évoqués. Bien qu’à reprendre et à « acclimater », l’application du concept de suicide altruiste aurait pu se révéler très productive (Cf., par exemple, Jeffrey W. Riemer (1998), « Durkheim’s « Heroic Suicide » in Military Combat », Armed Forces and Society, Vol. 25, N°1, p. 103-120). En restant parmi les classiques de la sociologie, les analyses wébériennes – le concept de Berserker (guerrier frénétique) ainsi que le rôle du sacré et de l’exemple dans la production de la domination – ne sont pas non plus mobilisées. Enfin, sûrement plus discutable, l’hypothèse d’ostracisation du guerrier/héros proposé par René Girard dans son « La violence et le sacré »2aurait pu éclairer d’un jour intéressant le processus d’héroïsation. Selon René Girard, en sacralisant le héros, en le mettant à la marge de la société en raison de sa « surhumanité », de son exceptionnalité, on écarte du même coup l’un de ses principes constitutifs, la violence, antisociale par excellence. Ainsi, la négation actuelle du héros suggérée par certains auteurs n’apparaitrait alors, peut-être, plus totalement différente en ses fins de la construction et de la sacralisation d’individus qualifiés de héros. C’est en effet toujours la violence qu’il faut mettre à distance.

On l’aura compris… dans tous les cas, un numéro à parcourir…


  1. Fustel De Coulanges, La cité antique, Flammarion, 1984. []
  2. René Girard (1972), La violence et le sacré, Hachette (coll. Pluriel, ed. 1998). []

Armed Forces and Society Vol 37-3

Dernière livraison de la Revue Armed Forces and Society : une session de Krav Maga soumise à l’analyse sociologique

Réception et rapide panorama du dernier numéro d’Armed Forces and Society (Vol. 37 Number 3 July 2011). Très hétéroclite par les sujets abordés, cette revue rappelle à chaque fois qu’il est possible de publier des articles scientifiques sur les affaires militaires au sens large sans soulever la question de leur légitimité (Cf. un billet récent).

7 articles et 2 synthèses sur des recherches en cours composent ce numéro. Ils reflètent bien le caractère interdisciplinaire de la publication et la multiplicité des approches (micro-, meso- et macro). 3 d’entre eux peuvent être associés au thème classique des relations civilo-militaires (Contrôle politique et sociétés militaires privées aux Etats-Unis, Le pouvoir militaire au Nigéria, L’acteur militaire dans le processus de démocratisation albanais).

2 ont pour objet l’impact des opérations extérieures sur les relations parentales et la santé mentale des adolescents dont les parents participent à ces missions.

Un article retient particulièrement l’attention par son objet et l’approche anthropologique adoptée : Once We Put Our Helmets On, There are No More Friends : The « Fights » Session in Israeli Army Course for Close-COmbat Instructors » de Einat Bar-On Cohen. Rituel, session de cooptation, rapports ambigus au corps et à la violence.. L’auteur fournit un éclairage désenchanté et fertile d’un objet appartenant le plus souvent au registre du fantasme.