Réseaux sociaux et militaires

Un réseau social : des militaires expatriés

Croisée par « hasard » pendant les après midis thématiques de l’AFS, la sociologue Catherine Comet nous a présenté une analyse des réseaux sociaux de militaires expatriés d’un pays occidental. Il s’agit d’une étude de cas d’une escroquerie.

Outre une belle leçon d’anonymisation des résultats d’une enquête ex post, cette présentation a mis en avant les liens de confiance. D’abord des individus (militaires expatriés dans les années 80-90) entre eux, puis envers ceux qui, issus de l’institution,  suscitent la confiance et s’en servent pour l’escroquerie.  Une nouvelle fois, cela me fait penser au papier de Pinto qui, parlant de la conscription, évoquait le « bon soldat » en tant que dépositaire de « dispositions serviles ».

Des échanges, suite à cette communication, en annoncent peut-être d’autres. Le background sur l’identité militaire mériterait d’être réinvesti! Une analyse en termes de réseaux (sur un terrain militaire et/ou en sociologie militaire) existe-t-elle d’ores et déjà ?

A suivre, donc..

Bibliographie

Comet Catherine, 2011, « Anatomy of a Fraud : Trust and Social Networks », Bulletin de méthodologie sociologique, n° 110, p. 45-57

Pinto Louis. L’armée, le contingent et les classes sociales. In: Actes de la recherche en sciences sociales. Vol. 1 N°3, mai 1975. Les catégories de l’entendement professoral. pp. 18-40.