Le militaire en opérations multinationales {MAJ}

Le militaire en opérations multinationales
Le militaire en opérations multinationales

La thèse de doctorat de  Delphine Resteigne vient d’être publiée aux éditions Bruylant  sous le titre suivant :

Le militaire en opérations multinationales. Regards croisés en Afghanistan,  en Bosnie, au Liban.

Vous trouverez toutes les informations utiles sur la page de l‘éditeur

 

Voici la 4ème de couverture :

Au cours de ces dernières années, les forces armées de différents pays ont de plus en plus été amenées à travailler sur les mêmes théâtres d’opérations. C’est ce cadre multinational et de spécialisation croissante, mais aussi les interactions avec les intervenants civils et les populations locales qui caractérisent les missions actuelles. Et, même si les décisions d’engagement restent fixées en dernier ressort par les gouvernements nationaux, la configuration multinationale et modulaire des forces est devenue inévitable. Pour mieux comprendre ces contextes professionnels particuliers, la première partie de ce livre s’attache tout d’abord à retracer les principaux changements rencontrés dans les organisations militaires. Traditionnellement considérées comme des milieux homogénéisés par une culture organisationnelle forte et cohésive, cette première partie relève les éléments de différenciation qui les ont rendu progressivement plus diverses. Le deuxième volet propose ensuite une analyse empirique de trois études de cas menées en Afghanistan, en Bosnie-Herzégovine et au Liban et décrit minutieusement la vie quotidienne des militaires déployés ainsi que les principaux déterminants de collaboration observés. Sur base d’entretiens et d’observations menées in situ, l’auteur s’attache ainsi à dépeindre la dimension multinationale des opérations actuelles à travers ses facteurs organisationnels et culturels, en montrant combien ces milieux présentent non seulement des avantages mais aussi d’importants défis pour des militaires davantage habitués à une unité de commandement.1

F de Saint Victor a publié une recension de cet ouvrage:

Du fait de différents facteurs (géopolitiques, économiques, technologiques, socio-culturels, etc.), l’action des forces armées a, ces dernières années, de plus en plus tendance à s’inscrire dans un cadre multi acteurs. Il est caractérisé à la fois par la présence en un même lieu de contingents de différentes nationalités ainsi que par la présence à un niveau élevé d’acteurs civils (population, experts, etc.). Ces caractéristiques ne sont pas sans conséquences pour l’action des militaires. Elles influencent au quotidien sur le plan organisationnel et culturel leur mission.  S’appuyant pour son étude sur le cas des militaires belges, Delphine Resteigne décrypte ces rapports entre acteurs et propose une modélisation de la coopération militaire pour aider à comprendre les pratiques observées et les interactions. Pour cette enseignante en sociologie à l’École Royale Militaire belge, ce travail est l’aboutissement d’un doctorat qui s‘appuie sur une importante enquête de terrain. Les entretiens, les observations et les questionnaires ayant été menés auprès de militaires belges, en garnison et en opérations, principalement au Liban, en Bosnie et en Afghanistan… (lire la suite)
La revue DSI a fait de même :
Sociologue de défense en poste à l’Ecole Royale Militaire de Bruxelles, Delphine Resteigne livre dans cet ouvrage la substantifique moelle de sa thèse de doctorat, durant la préparation de laquelle elle a été amenée à suivre les militaires belges en opération en Afghanistan, au Liban et en Bosnie. Elle y a alors mené des recherches sur les environnements multinationaux et leurs impacts sur les armées, de la vie au quotidien jusqu’aux questions de gestion des forces en opération… (lire la suite)

  1. http://www.bruylant.be/st/nl/fiche.php?id=14095 []

Colloque « Armées de frontières, frontières des armées » le 02 décembre.

Le 2 décembre 2011 aura lieu un colloque  » Armées de frontières, frontières des armées », de 9h15 à 18h30, Salle Jean Monnet 56 rue Jacob 75006 Paris.

Cette manifestation est organisée avec le soutien de l’ANR Transtur : « Ordonner et transiger : modalités de gouvernement et d’administration en Turquie et dans l’Empire ottoman, du XIXe siècle à nos jours ».

9h15-9h45    Introduction

Présentation du projet « Armées des frontières, frontières des armées »
Béatrice Hibou, CNRS/Sciences Po-CERI
Elise Massicard, IFEA, ANR Transtur, chercheur associé au CERI
Sümbül Kaya, Université Paris I, CRPS-CESSP
Gabriela Anouck Côrte-réal, Sciences Po-CEE
Du militaire au sécuritaire. Note sur le changement de notre perspective et de nos outils d’analyse
Elizabeth Picard, CNRS

9h45-11h15    Marchandisation de la sécurité et transformation organisationnelle des armées

Président et discutant : Jean Joana, Université Montpellier I-CEPEL
Institution, marché et politique. Les armées face à l’indifférence sociale
Sébastien Jakubowski, AgroSup Dijon / Eduter Recherche, Clersé CNRS-Université Lille I
Transformation des logiques de sécurité : nouveaux enjeux collectifs et risques sociétaux
Renaud Bellais, ENSTA Bretagne, chargé d’études économiques, Affaires publiques France, EADS
Vincent Boulanin, EHESS, SIPRI

11h15-11h30    Pause café

11h30-13h00    Guerre, contrôle et sécurisation
Président et discutant : Jean-François Bayart, CNRS/Sciences Po-CERI
Le marché global de la violence. Economie politique de la « guerre hors limite »
Mathieu Rigouste, Université Paris VIII, Institut Maghreb-Europe
Etatiser, nationaliser et sécuriser  les individus par l’expérience de la conscription et de la caserne en Turquie
Sümbül Kaya, Université Paris I, CRPS-CESSP

14h30-16h00   Redéploiement des relations militaro-policières : entre concurrence et coopération

Président et discutant : Gilles Favarel-Garrigues, CNRS/Sciences Po-CERI
Les conséquences de la révolution néo-libérale dans le champ militaire et policier en Italie
Salvatore Palidda, Université de Gênes, Italie
Euphémisation du militaire et militarisation de l’Etat : une reconfiguration de la coercition
Jean-Paul Hanon, ESM Saint Cyr et Sciences Po

16h00-16h15    Pause café

16h15-17h45    Armée rhizomatique ou la reconfiguration militaire par les marges

Président et discutant : Roland Marchal, CNRS/Sciences Po-CERI
L’armée et ses frontières : les transformations du dispositif sécuritaire « frontalier » israélien et l’externalisation des checkpoints
Shira Havkin, Sciences Po, CERI
Défense de la société et quotidiannisation du pouvoir militaire par les dons en Turquie
Gabriela Anouck Côrte-Réal, Sciences Po-CEE

17h45-18h15    Débat

18h15-18h30    Conclusion générale

Béatrice Hibou, CNRS/Sciences Po-CERI

Organisation :
Béatrice Hibou, CNRS/Sciences Po-CERI
Elise Massicard, IFEA, ANR Transtur, chercheur associé au CERI
Gabriela Anouck Côrte-Réal, Sciences Po-CEE
Sümbül Kaya, Université Paris I, CRPS-CESSP

Appels à consultance et à communication

Le premier appel a été envoyé par l’IRSEM. Il s’agit d’un appel à consultance « IRSEM C-2011-15 : Conseiller, éduquer, entraîner : la formation d’armées étrangères. Étude comparative des politiques et des pratiques : Afrique-Asie-Afghanistan des années 1950 à 2010 ».

Date de clôture de l’appel à consultance : vendredi 02 septembre 2011 à 17h00 (cahier des charges et modalités de candidatures accessibles à l’adresse suivante:

http://www.irsem.defense.gouv.fr/spip.php?rubrique65

Le second appel à communication concerne un colloque intitulé « Pratiques militaires et globalisation, XIXe-XXe siècles. Combattre, administrer, acculturer », qui se déroulera les 31 mai, 1er et 2 juin 2012 à l’Institut d’Etudes Politiques d’Aix-en-Provence. Date limite d’envoi des propositions : 10 octobre 2011.

En ce qui concerne le second appel à communications, toutes les informations utiles se trouvent chez nos confrères carnetiers de l’IRHIS, Institut de Recherches Historiques du Septentrion.

Merci à Thomas Meszaros pour nous avoir signalé ces deux appels.