Communiqué de presse : n°840 de la Revue Défense Nationale

L’équipe a le plaisir de vous transmettre le communiqué de presse relatif à la sortie du nouveau numéro de la Revue Défense Nationale (RDN) consacré aux actes de la journée d’étude « Revenir du combat. Revenir du terrain sensible ».

La Revue Défense Nationale, dirigée par le général (2S) Jérôme Pellistrandi, consacre le dossier central de son numéro 840 aux actes de la journée d’étude « Revenir du combat. Revenir du terrain sensible », organisée en ligne par le domaine « défense et société » de l’Institut de Recherche Stratégique de l’École Militaire (IRSEM), le mercredi 14 octobre 2020. Ce dossier propose d’explorer les enjeux du retour, dans une perspective comparée entre militaires, journalistes et chercheurs.

Les articles du cahier central suivent la problématique de la journée d’étude. La pratique du terrain en sciences sociales est guidée par la préoccupation centrale de l’accès aux données des chercheurs sur le terrain, et ce d’autant plus lorsqu’il est considéré comme « sensible ». Les observations, les entretiens achevés, les informations recueillies, les problématiques liées au retour peuvent être considérées comme secondaires, ses modalités pratiques mises en arrière-plan. Or, c’est aussi dans les conditions du retour du chercheur (ou du journaliste) que semblent se jouer plusieurs dimensions incontournables de la conduite et de la continuité des recherches en sciences humaines et sociales : comment contrôler la transmission des informations sensibles recueillies ? Comment s’assurer de la bonne utilisation de ces informations par les institutions de rattachement ? Comment maintenir la continuité du lien avec les enquêté(e)s et de leur sécurité lors de la mise en forme et la publication des données ? Cette journée d’étude entendait confronter cette première approche du retour avec celle, plus singulière, des militaires, pour en analyser les modalités pratiques et les dispositifs d’encadrement.

Les lecteurs pourront découvrir les contributions du colonel (er) Michel Goya (« Ce que la guerre fait au combattant »), de Bénédicte Chéron (« La parole combattante dans les récits sur le contexte militarisé : imbrications et concurrences »), du lieutenant Camille Trotoux (« Militaire et chercheuse : les enjeux du retour du terrain sensible »), de Claire Billet (« Embarquée avec les Taliban : la mise en forme du discours journalistique »), de Romain Huet (« L’ethnographe comme traitre en puissance »), du général (2S) Jacques Manet (« L’institution militaire face au « retour d’expérience » du « terrain de guerre » ») ainsi qu’une synthèse rédigée par Anne Muxel (« Retours d’expérience »), directrice du domaine défense et société de l’IRSEM. L’introduction est cosignée par Camille Boutron, Christophe Lafaye et Florian Opillard (« Confronter les expériences pour saisir les enjeux du retour »). La coordination du numéro est assurée par Christophe Lafaye.

Vous trouverez ici le sommaire complet de ce numéro en suivant ce lien : https://www.defnat.com/revue-defense-nationale.php

Pour commander le numéro : https://www.defnat.com/revue-defense-nationale.php

Vous pouvez retrouver en ligne l’intégralité des interventions de cette journée sur la Web-TV de l’IRSEM : https://youtu.be/QQ83yW4Uvck

Pour aller plus loin, il est aussi possible de visionner le reportage réalisé par Claire Billet en Afghanistan pour France 24 à partir duquel se bâtit son témoignage présenté dans la revue (lien : https://youtu.be/qz-hCokn5j8) ainsi que le documentaire consacré au déploiement du 6e Régiment Etranger du Génie (REG) durant la guerre du Golfe (1990-1991) auquel fait référence la général (2S) Jacques Manet (lien : https://www.dailymotion.com/video/xja0za).

Toutes les actualités de l’historien et archiviste, Christophe Lafaye, chercheur associé à l’IRSEM et au groupe de recherche d’histoire (GRHIS) de l’université de Rouen, sont disponibles sur son blog de recherche « Expérience(s) Combattante(s) » : https://experiencecombattantelafaye.blogspot.com/

Contact : christophe.lafaye@gmail.com

Ouvrage : “Les transformations de l’action publique”

Le dernier ouvrage de Sébastien Jakubowski interroge les processus de transformation que rencontrent aujourd’hui en France les institutions publiques. Issu de son HDR, il pose la problématique suivante : En quoi les changements repérés impliquent-ils une transformation de l’action publique ? Dans quelle mesure une réinstitutionnalisation par le politique est-elle en cours pour recomposer et reconfigurer des institutions en prise avec le marché comme mécanisme de coordination ?

Trois institutions sont étudiées sur la base de travaux de recherche conduits depuis une quinzaine d’années : les armées, l’enseignement supérieur, les établissements scolaires. Elles sont confrontées à trois processus : la professionnalisation, la rencontre avec la figure coordinatrice du marché, l’intervention du politique. Ces processus servent de grilles d’analyse des terrains investis. Ils sont une invitation à réfléchir de manière plus large encore aux transformations de l’État, de l’action publique et à leurs conséquences sur les institutions publiques, leur forme organisationnelle et les individus qui y travaillent.


Toutes les informations sont disponibles ici : https://www.editions-harmattan.fr/livre-les_transformations_institutionnelles_de_l_action_publique_armees_enseignement_superieur_et_enseignement_scolaire_sebastien_jakubowski-9782343231327-69773.html

Billet : “Commander : quel travail et quels enjeux au quotidien ?”

Merci à Nicolas Alfano de partager avec nous une partie de son travail de doctorat sur la Gendarmerie départementale :

Si le commandement est volontiers décrit comme un art par ses principaux praticiens, il l’est plus rarement au prisme des activités très concrètes qui le constituent et conditionnent son exercice. La doctrine française, éminemment plurielle et chaque fois réinventée en fonction de l’endroit d’où elle est invoquée (Livre Bleu de l’armée de terre en 2016, Livret de la Gendarmerie en 2020, etc), renforce cette tendance en se focalisant sur les grands principes auxquels il est censé répondre. Au delà d’un travail ou d’un métier, le commandement serait ainsi à comprendre comme une philosophie de l’action, voire du gouvernement, propre aux systèmes d’armes militaires.

Mais dès lors, que font concrètement les officiers et sous-officiers qui occupent les positions de commandement dans l’institution militaire ? En quoi consiste leur travail au quotidien ?

Pour tenter de répondre à ces questions, j’ai mené entre, 2014 et 2017, une recherche de terrain au sein de différents échelons de la Gendarmerie Départementale. Centrée sur les officiers qui occupaient les positions de commandement les plus archétypales (commandant d’unité, d’échelons opérationnels, …), la collecte de données d’observations a tout d’abord permis d’identifier différents rôles régulièrement endossés par les chefs dans leur travail au quotidien.

Au travers de cette grille de lecture, la pratique du commandement elle-même s’est révélée plus complexe et problématique que ne le laissait entendre la doctrine. Loin de se résumer à la mise en œuvre de formules standardisées par la culture militaire, ou à l’application de grands principes intemporels qui garantiraient son succès, elle s’est présentée comme un exercice actif de positionnement tant vis-à-vis des subordonnés que des partenaires extérieurs, ainsi qu’au sein d’une chaîne hiérarchique hétérogène et soumise, en interne, à ses propres règles du jeux.

Ainsi, les praticiens du commandement modifient volontiers leur positionnement en fonction des contextes et des enjeux, privilégiant les rôles qui leur apportent le plus de ressources utiles. Cette dynamique opportuniste, où le commandement se déploie en fonction de son contexte, mérite d’être soulignée en cela qu’elle contredit l’idée d’une démarche unique dans sa formulation et toujours efficace dans son application. Dans de nombreux cas, rester prisonnier d’une posture ou d’un certain registre d’attitude se révèle en effet contre-productif et tend à renforcer l’isolement du chef, diminuant du même coup sa capacité d’action.

En Gendarmerie, ces observations sont à mettre en regard du développement de nouveaux droits sociaux pour les militaires ainsi que de nouveaux canaux d’expression et de représentation. La multiplication des interlocuteurs, du volume d’information disponible et des paramètres de l’action génèrent de nouveaux temps d’activité et transforment le quotidien de travail. Elle contredit également, de plus en plus, la vision parfois tenace du décideur solitaire et éclairé, tout en favorisant l’alternance entre un commandement d’autorité, centré sur un contrôle direct et directif des opérations, et un commandement de soutien où le chef se pose en facilitateur et en médiateur de crise.

Nicolas ALFANO


L’ensemble de la recherche et des résultats sont disponibles en accès libre à l’adresse suivante : https://www.researchgate.net/publication/331354642_ALFANO_Nicolas_-De_l’autorite_au_soutien-_These_de_Doctorat_2018