Appel à communication : Les patriotismes

Académie militaire de Saint-Cyr Coëtquidan

Depuis le 20ième siècle, la mondialisation (Dufour 2006), la massification de la mobilité internationale des populations (Withol de Wenden, 2017), l’insécurité culturelle (Bouvet, 2015) et les multiples revendications identitaires (Baudry, 2015) mettent à rude épreuve l’appartenance, l’enracinement et l’attachement des individus au territoire national. Du patriotisme économique, synonyme de contrôle du commerce et du capital, au patriotisme d’État porté par des institutions politiques ou au patriotisme du soldat engagé pour défendre son pays contre une menace extérieure, en passant par la figure du patriote associée au personnel hospitalier qui émerge au plus fort des crises sanitaires ou encore du patriotisme sociétal lié aux actions citoyennes du quotidien (Billig, 2004; Augé, 2020), l’expression des formes patriotiques apparait diversifiée. Il existe donc des patriotismes, au pluriel, dont les formes d’expression diffèrent selon les époques, les contextes et les situations (Daucé, Houérou, Rousselet, 2013). Dans une étude publiée en 2001, l’historien néerlandais Von Sas diagnostiquait un sentiment patriotique en mutation, encastré dans des contextes singuliers. Pourquoi l’expression – collective ou individuelle – du sentiment patriotique en France est-elle si discrète ? Comment expliquer l’approbation citoyenne du discours patriotique par les institutions d’État (armée, administration publique), les partis ou les acteurs du domaine politique ? Comment fabriquer un sentiment patriotique banal auquel recourrait l’individu dans des mobilisations pour l’agir ?

Ce colloque propose d’analyser le patriotisme en s’intéressant aux pratiques et aux récits collectifs aux origines du sentiment d’appartenance ou d’attachement à un territoire politique et national. Il privilégie une méthodologie multidisciplinaire à partir des travaux des sciences humaines et sociales comme la sociologie, l’histoire, la science politique, le droit, l’économie, la philosophie, la psychologie sociale, les sciences de gestion ou de la communication, etc.

Les propositions de communication pourront s’articuler autour des trois axes suivants :

Axe 1. Contours et définitions du concept

Comment définir les patriotismes ?

Axe 2. Des enjeux de méthode

Quelles méthodes mobilisées dans l’analyse des patriotismes ?

Axe 3. Les évolutions du patriotisme dans le temps : contextes et formes

Comment le sentiment patriotique s’est-il transformé selon les époques et les contextes ? Quel(s) patriotisme(s) demain ?

1. Contours et définitions du concept

Le patriotisme renvoie à des sens multiples, il est parfois bien difficile à définir. En première approche, il désigne l’attachement d’un individu envers le pays qu’il reconnait comme étant sa patrie. Il est aussi un sentiment qui unit un collectif d’individu au-delà des diversités culturelles et confessionnelles et transcende leurs différences socioculturelles selon une logique d’appartenance.

Les études en science politique consacrée au patriotisme mettent en valeur le rôle des institutions politiques comme l’Etat, les partis politiques ou l’armée pour produire auprès d’un individu ou d’un collectif un sentiment d’attachement au territoire et au groupe national (Viroli, 2003). Ce patriotisme est une construction sociale générée par le haut à l’échelle des institutions. Il repose sur des ressources aussi bien matérielles que symboliques comme le drapeau, l’impôt, l’engagement dans l’armée ou le respect des traditions locales, des coutumes, des mythes et l’adhésion à une histoire nationale partagée (Hobsbawm, 1983). Sous cette forme, il engendre une identité construite qui produit un enracinement du citoyen à sa nation. On parle « d’un patriotisme d’État ». Or, le sentiment patriotique ne se limite pas aux constructions sociales, à l’échelle des institutions. Il est également repérable dans le geste quotidien du citoyen à partir d’une sociologie de l’action et de l’expérience (Dubet, 1995). S’il existe un patriotisme « d’en haut », celui des institutions, il est possible d’observer un patriotisme banal (Billig, 2004), sous la forme d’un sentiment d’attachement « par le bas » préparé par des institutions sociales telles que l’école et diffusé dans les interactions du quotidien et la socialisation collective.

Toutefois, les institutions de la socialisation collective comme l’école, la famille ou l’armée changent. L’union sacrée n’est-il pas un mythe ? Car le sentiment patriotique est également question de détails (Rousseau, 2018). Les mobilisations appelées par l’État ou suscitées par rapport à des causes ne sont que la continuation diffuse des logiques sociales de mobilisation par d’autres moyens. Le sentiment d’attachement est donc « affaire » du quotidien fondé sur de petites décisions banales. « Le « patriotisme par le bas » apparaît partout dans la société civile : dans les maisons, les jardins, dans les rues d’un quartier ou sur les terrains de sport. Les gens peuvent également l’exprimer de manières différentes : en payant leurs impôts, en faisant flotter le drapeau national sur leur balcon ou en enseignant à leurs enfants les sacrifices militaires consentis par leur pays au cours des guerres passées » (Raney, 2013).

Les propositions de communication pourront interroger le concept en faisant état des sens divers qu’il endosse et des forme qu’il prend au fil de l’histoire des sociétés et des événements qu’elles vivent.

2. Des enjeux de méthode

La question patriotique est traitée en sciences humaines et sociales depuis l’Antiquité grecque et connaît un succès renouvelé dans ses usages depuis le début du 21ième siècle. La Russie, la Chine, les Etats-Unis d’Amérique ou la France dans le jeu des relations internationales réhabilite la doctrine patriotique. Pour le sociologue ou le juriste, pour le politologue ou le soldat, praticien d’un sens du devoir exalté, le sens et les manières d’aborder ou de définir le patriotisme changent. Comment les différentes sciences sociales examinent la question patriotique ? Quelle définition donnent-elles au patriotisme en fonction des méthodes d’analyse qu’elles privilégient ? L’expression patriotique du soldat est-il de la même teneur que celle du patriote hospitalier apparu durant la crise épidémique due à la Covid-19 en France et dans les autres pays du monde ?

Le patriotisme questionne aussi les sources à partir desquelles travaille l’analyste : les journaux intimes, les correspondances familiales, les appels publics à la mobilisation collective, les discours politiques, les discours familiaux ? Comment étudier le patriotisme à l’aide des sources disponibles ? Quel statut leur attribuer et selon quels critères ?

L’analyse de l’expression patriotique mobilise plusieurs échelles d’analyses. Tantôt il est traité comme un fait social collectif, tantôt il est affaire de conscience individuelle. Quel statut donner aux variables mobilisées pour définir l’expression patriotique ? La conscience de l’attachement suffit-elle à dire son patriotisme ? Quelle valeur attribuer à la dimension socio-culturelle associée au patriotisme lorsque l’on observe des formes d’expression variée du patriotisme selon les lieux et les pays ? L’attachement à la terre des pairs diffère selon les régions du monde et par rapport à des caractéristiques singulières : le sentiment patriotique en Amérique du Nord (Canada ou États-Unis) n’est pas le même qu’en Europe occidentale (France, Allemagne, Belgique) ou en Afrique Sub-Saharienne. Comment aborder la dimension comparative et rendre compte des singularités culturelles des Etats dans leur relation au patriotisme ?

Les propositions engagées dans cet axe pourront étudier les différentes manières d’étudier la question patriotique selon différentes échelles d’analyses et en fonction des méthodologies associées aux disciplines en sciences humaines et sociales (SHS).

3. Évolutions du concept

De la figure du patriote militaire lié à la défense du territoire au patriotisme du professionnel hospitalier associé à défendre la population contre la menace épidémique de la Covid-19 en France, les formes d’expression patriotique varient en fonction du contexte. Si l’expression patriotique désigne la mobilisation du groupe face à la menace, quelle qu’elle soit, les manières de dire son sentiment patriotique diffèrent. Elles évoluent dans le temps en fonction des historicités et des temporalités. Comment aborder ces diverses formes d’expression ? le sentiment patriotique du milieu du 20ième siècle est-il semblable dans ses formes au patriotisme attaché à la société du 21ième siècle ? Pourquoi en dépit de l’expression de la diversité culturelle dans les sociétés occidentales contemporaines et de la montée des individualismes, le lien charnel des citoyens à leur territoire, ses traditions, ses paysages, ses institutions et ses coutumes n’a pas disparu ? Comment penser les formes contemporaines de l’expression patriotique ? Si les historiens évoquent la notion de « consentement » de l’opinion préparé par des institutions telles que l’école ou la famille pour rendre compte de l’engagement patriotique à la fin du 19ième siècle et au début du 20ième siècle, comment examiner le rôle des institutions dans la construction/déconstruction de l’expression du sentiment patriotique ?

Les propositions de communication de cet axe pourront interroger le concept en revenant à sa définition première, mais également en faisant état de sa malléabilité et de ses usages à travers le temps, les situations et les époques tout en montrant comment le sentiment d’attachement et d’appartenance des collectifs et des individus existe bien dans des sociétés marquées par l’individualisme où l’attachement à la patrie et à la nation s’est transformé sans disparaître. Quels patriotismes demain ?

Informations techniques :

Dates du colloque : jeudi 7 et vendredi 8 octobre 2021

Lieux : Académie militaire de Saint-Cyr Coëtquidan – Amphithéâtre Napoléon

Calendrier :

  • Date limite pour l’envoi des propositions : 31 juin 2021
  • Réponse des organisateurs : 15 juillet 2021 au plus tard
  • Etablissement du programme : 30 juillet 2021
  • Format des propositions de communication : un résumé d’environ 2500 signes max. (espace compris), mentionnant le nom du ou des auteurs, leur rattachement institutionnel, leur fonction, le titre de la communication, une adresse électronique, leur discipline et le thème dans lequel cette proposition s’inscrit.

Contacts :

Axel Augé (MCF HDR) axel.auge@st-cyr.terre-net.defense.gouv.fr

Stéphane Callens (PU) s.callens@univ-artois.fr

Comité d’organisation :

Stéphane Baudens (MCF), directeur du Centre de recherches de l’Académie militaire de Saint-Cyr Coëtquidan

Commandant Frédéric Sol, administrateur du Centre de recherches de l’Académie militaire de Saint-Cyr Coëtquidan

Sabrina Denoyelle, Adjudant-chef, chef du secrétariat du centre de recherche de l’Académie militaire de Saint-Cyr Coëtquidan

Axel Augé (MCF HDR), Académie militaire de Saint-Cyr Coëtquidan

Stephane Callens, (PU), université d’Artois, LEM (Lille Economie et Management), UMR9 221 CNRS

Comité scientifique :

Stéphane Baudens (MCF), directeur du Crec Saint-Cyr, académie militaire de Saint-Cyr Coëtquidan,
Axel Augé (MCF HDR), académie militaire de Saint-Cyr Coëtquidan, membre du Liris EA 7481, université de Rennes 2

Stephane Callens (PU), université d’Artois, LEM (Lille Economie et Management), UMR 9221 CNRS
Jean-Yves Dartiguenave (PU), université de Rennes 2, membre du Liris EA 7481, université de Rennes 2

Gilles Ferréol (PU), Université de Franche-Comté, directeur du C3S (Culture, Sport, Santé). Saïd Haddad, (MCF), académie militaire de Saint-Cyr Coëtquidan et membre du Liris EA 7481, université de Rennes 2
Gaël Henaff, (MCF HDR), co-directeur du Liris EA 7481, université de Rennes 2 Anne-Laure Le Nadant (PU), co-directrice du Liris EA 7481, université de Rennes 2

Bibliographie indicative

AUGÉ, A., « Covid-19 : le patriotisme « d’en bas » des travailleurs invisibles (T 1164) », Revue de la Défense Nationale, avril 2020

BAKER, J., «As Loved Our Fathers: The Strength of Patriotism among Young Newfoundlanders », National Identities, 14 (4), december, 2012

BILLIG, M., Banal Nationalism, Londres, Sage Publications, 2004

BOUVET, J., L’insécurité culturelle : sortir du malaise identitaire français, Paris, Fayard, 2015

DANKEDER CH., « Nationalism and Violence », Londres, Transaction Publishers, 1997

DAUCE, F., Le Huérou, A., Rousselet K., « Introduction. Les diversités du patriotisme contemporain », Critique internationale, 2013/1 , n° 58, pp. 9-17

DELANNOI, G.,« La nation contre le nationalisme », PUF, 2018
DUBET, FR., Sociologie de l’expérience, Paris, Seuil, 1995

DOUZET, FR., « Patriotisme et nationalisme américain », Hérodote, 2003-2, n° 109, pp. 37-56

DUFOUR, D-R., L’art de réduire les têtes. Sur la nouvelle servitude de l’homme libéré à l’ère du capitalisme total. Paris, Denoël, 2003

FOURQUET, J., L’Archipel français. Naissance d’une nation multiple et divisée. Paris, Seuil, 2019

HUISKAMP, G., « Support the Troops ! : The Social and Political Currency of Patriotism in the United States », New Political Science, 33 -3, septembre 2011, pp. 285-310

HOBSBAWM, E., « Introduction : Inventing Traditions » in Hobsbawm, E., Ranger, T. (sous la dir.de), The Invention of Tradition, Cambridge, Cambridge University Press, 1983

ORWELL, G., “Notes on Nationalism”, 1945

ROUSSEAU, FR., 14-18, Penser le patriotisme, Paris, Gallimard, 2018

VAN SAS, F., « L’impératif patriotique, mutation conceptuelle et conjoncture politique, 1795- 1813 », Annales historiques de la Révolution française, n° 326, octobre- décembre 2001

VIROLI, M., For Love of Country : An Essay on Patriotism and Nationalism, Oxford United Kingdom, Oxford University Press, 2e édition, 2003

WITHOL DE WENDEN, C., La question migratoire au XXIè siècle. Paris, Presses de Sciencespo, 2017

“L’armée de l’air en quête de son identité”

FACON Patrick, L’armée de l’air en quête de son identité, Paris, 2020, La documentation française, 487 p.

Préfacé par le général Lavigne, introduit par Marie-Catherine et Paul Villatoux, l’ouvrage est un hommage à Patrick Facon qui a passé la majeure partie de sa vie d’historien à étudier l’armée de l’air française. Le volume, constitué de son mémoire d’habilitation à diriger des recherches (HDR) et d’un recueil de 32 de ses articles, retrace la quête identitaire de la composante aérienne entre 1900 et 1960.

La démonstration s’articule autour d’une « trilogie identitaire ». Ainsi, après avoir rappelé les fondements stratégiques et les étapes clefs de la construction identitaire de l’armée de l’air, l’auteur développe tour à tour les discours doctrinal, technicien et symbolique qui se sont déployés durant le processus d’institutionnalisation de la composante aérienne.

Dès les débuts de l’aéronautique militaire, les aviateurs cherchent à valoriser les spécificités de l’avion et notamment ses avantages stratégiques. En défendant une indépendance de ce domaine d’action ils se dotent d’une puissante justification à l’autonomie institutionnelle. Néanmoins, la naissance de l’armée de l’air en 1934 constitue moins un aboutissement qu’une étape dans « une véritable errance » identitaire. Éminemment stratégique, le discours doctrinal constitue l’expression la plus visible et la plus significative de cette quête. Entendu comme les moyens intellectuels mis en œuvre par les aviateurs, il évolue en fonction des époques et des intérêts des aviateurs. Tour à tour défensif, intégriste, assagi, il varie également de niveaux et glisse de l’opératif au stratégique. Les réflexions s’articulent autour de l’utilité stratégique d’une composante aérienne devant justifier de sa spécificité notamment grâce à son caractère décisif dans la conduite des guerres.

Adossé à ce premier discours, on retrouve une rhétorique technicienne qui se veut l’antithèse de la stagnation intellectuelle en ce que l’arme aérienne est génératrice de progrès. L’idée d’un esprit professionnel et technicien propre aux aviateurs y est largement développée. L’auteur aborde également l’instrumentalisation de ce progrès technique. Les enjeux sont majeurs et concernent les luttes interarmées pour le contrôle des armes nouvelles ou pour la répartition des missions. Ainsi la capacité à maîtriser des armes nouvelles et à intégré leur emploi dans la doctrine constitue l’une des spécificités fondamentales des aviateurs : « leur statut de technicien qui éclaire lui-même l’identité de l’arme aérienne » (p. 64).

Enfin, le discours mythique vient clore cette « trilogie identitaire » avec l’invention du mythe des chevaliers du ciel et de nouveaux symboles. L’armée de l’air poursuit sa dynamique performative de différenciation. Que ce soit par l’adoption de terminologies propres à l’aviation militaire ou par le développement d’un discours de survie suite aux événements de 1940, il s’agit de couper toute attache avec l’armée génitrice, l’armée de terre, afin de pouvoir recommencer sur des bases nouvelles. Grâce à Patrick Facon et à son analyse historique de la construction de l’idéal-type wébérien du pilote de chasse, le lecteur comprendra plus aisément les hiérarchies symboliques et les rapports de domination qui existent encore aujourd’hui entre les différents groupes professionnels de l’armée de l’air et de l’espace.

Si l’auteur cloisonne chaque discours – par chapitre puis par thématique pour organiser ses articles – il s’agit d’une commodité à destination du lecteur. Il est fondamental d’appréhender la construction identitaire de l’armée de l’air selon une intrication étroite des discours. Ainsi la technique vient soutenir le discours doctrinal qui trouve une part de justification dans le mythe, lui-même largement abreuvé par le discours technicien. Le tout constituant un discours politique global de la différenciation au profit de l’institutionnalisation.

Cet ouvrage posthume fera date pour qui souhaite comprendre la place qu’occupe aujourd’hui l’armée de l’air dans le système de forces français. Particulièrement pertinent dans le cadre de travaux sociologiques, il permet de mettre en lumière les ressorts historiques des dynamiques actuelles de représentations et d’interactions de la composante aérienne. On ne pourra que regretter que l’absence de recherches similaires pour la période de 1960 à nos jours.

Pour aller plus loin :

AUBOUT Mickaël, Les bases de la puissance aérienne 1909 – 2012, Paris, 2015, La Documentation française

GRAND Camille, BOUTHERIN Grégory (dir.), Envol vers 2025, Paris, 2011, La Documentation française

FACON Patrick, Histoire de l’armée de l’air, Paris, 2009, La Documentation française

MAZOYER Sébastien et all., Les drones aériens : passé, présent, avenir. Approche globale, Paris, 2013, La Documentation française

PAJON Christophe, « Officiers de l’armée de l’air et pensée stratégique : de la formation à la construction du goût », Penser les Ailes françaises, n°34

PÉNA Louis, 50 ans d’enseignement pour une doctrine aérienne générale (1949 – 1999), Paris, 2014, La Documentation française

SCHWEISGUTH Étienne, SINEAU Mariette, SUBILEAU Françoise, Techniciens en uniforme. Les sous-officiers de l’armée de l’air et de la marine, Paris, 1979, Les Presses de la fondation nationale des sciences politiques

VENNESSON Pascal, Les chevaliers de l’air. Aviation et conflits au XXème siècle, Paris, 1997, Presses de la fondation nationale des sciences politiques