François Gresle (1945-2012)

Les membres du bureau du RT8 au sein de l’AFS et les membres du réseau présentent leurs condoléances à la famille du Professeur François Gresle et souhaitent s’associer à leur douleur en lui rendant hommage. François Gresle a grandement contribué au développement et à l’institutionnalisation de la sociologie militaire en France en la fondant auprès des autorités militaires et en assurant sa reconnaissance académique dans l’univers scientifique sociologique. Premier responsable du réseau thématique 8 au sein de l’association française de sociologie, il a fortement participé à sa création lors, notamment, d’une réunion en mars 2003 à l’ENS Cachan à laquelle un certain nombre d’entre nous avaient déjà assisté. Ses publications et sa rigueur scientifique ont incontestablement apporté du crédit à ce champ de la sociologie. Chercheur mais aussi enseignant et formateur, François Gresle aura contribué à former un grand nombre de doctorants et de futurs docteurs en accompagnement de thèse ou par sa présence lors des jurys de soutenance.

Le sociologue François Gresle (†) était un des spécialistes de la sociologie du militaire. Un autre hommage lui a été rendu par deux de ses collègues de Paris I, Françoise Piotet et David Delfolie. Avec leur autorisation, nous le publions sur ce carnet :

« C’est avec une grande tristesse que nous avons appris le décès, à l’âge de 67 ans, de notre collègue et ami François Gresle, emporté par la maladie dont il souffrait depuis longtemps. Parmi les sociologues de sa génération, au sein d’une sociologie du travail dominé par les recherches portant sur le salariat et le monde ouvrier, les agriculteurs s’agissant des travailleurs indépendants, il est le seul à s’être intéressé au petit patronat qui a fait l’objet de sa thèse d’Etat soutenue en 1978 à la Sorbonne. Cette thèse, publiée en 1981 aux Presses Universitaires de Lille sous le titre L’univers de la boutique. Famille et métier chez les petits patrons du Nord, 1920-1975), demeure une référence majeure de la sociologie du travail. Commencée à Lille, sa carrière s’est poursuivie à l’Université de Paris 1 Panthéon-Sorbonne où il fut, de nombreuses années, un professeur apprécié par ses collègues et, plus important sans doute, par ses étudiants. Infatigable lecteur, il possédait une rare connaissance de l’histoire de la discipline comme en témoignent les deux tomes, plusieurs fois réédités, de son Histoire de la sociologie rédigés en collaboration avec Charles-Henri Cuin. Il a également été, parmi d’autres responsabilités, membre du comité de rédaction de la Revue Française de Sociologie. Fortement investi dans le rayonnement et la défense de notre discipline, il ne s’est jamais laissé enfermer dans une approche théorique restrictive ou dans une étroite spécialisation. Passionné par l’histoire militaire, il fut un des pionniers en France, non sans difficulté, à militer contre les préjugés pour une reconnaissance légitime de l’étude sociologique des objets relatifs aux armées. Outre ses écrits, dont Le service national (PUF, Que Sais-Je) et La « société militaire » : son devenir à la lumière de la professionnalisation (RFS, 2003/4, Vol. 44), ainsi que la direction de l’ouvrage Sociologie du milieu militaire (L’Harmattan), il a été à l’origine de diverses initiatives – séminaire thématique de DEA, relais avec le ministère de la Défense, création d’un RT de l’Association Française de Sociologie, etc. – qui ont contribué avec d’autres à ouvrir progressivement une voie pour la réalisation, aujourd’hui devenue courante, de travaux sur les militaires, leur institution et les multiples problématiques qui leur sont attachées. Il avait un caractère et des convictions affirmés. Toutefois, ceux qui l’ont connu de manière privilégiée, ses doctorants notamment, peuvent témoigner de sa générosité, de sa gentillesse, de sa profonde humanité tout autant que de sa rectitude morale et intellectuelle. Au-delà d’une fin de carrière rendue particulièrement douloureuse en raison des effets du terrible mal contre lequel il luttait avec dignité et discrétion, domine le sentiment d’une sincère gratitude mêlée d’estime de la part de tous ceux à qui il a tant donné. Notre communauté présente ses condoléances à sa famille et s’associe à sa douleur. »1

François Gresle avait notamment dirigé l’ouvrage Sociologie du milieu militaire – Les conséquences de la professionnalisation sur les armées et l’identité militaire en 2005 chez l’Harmattan2. Alors président du RT8,  il avait notamment indiqué dans la préface :

Le premier des objectifs du réseau de Sociologie du militaire: sécurité armées et société ayant été créé dans le cadre de l’Association française de sociologie, qui elle-même venait de se constituer, est d’abord de favoriser la reconnaissance de cette thématique au sein de la discipline et, à terme, d’encourager les échanges avec d’autres réseaux afm de faire prendre conscience à tous de l’intérêt que peuvent présenter les recherches portant sur le milieu militaire. À cet effet, deux axes d’efforts complémentaires ont émergé du débat: a) considérer le monde militaire comme révélateur, sinon comme amplificateur de phénomènes sociaux de portée très générale; b) mettre en exergue les particularités de l’investigation scientifique en milieu militaire et les apports que ce dernier est susceptible d’offrir. Les difficultés auxquelles les chercheurs se heurtent ne sont pas négligeables: obstacles institutionnels qui viennent freiner la pénétration du milieu ainsi que le recueil des données; discours attendus et prédéterminés des acteurs eux-mêmes qui ont tendance à se draper dans leur fonction. Mais ces difficultés ne sauraient faire oublier les atouts que présente l’investigation du domaine, notamment sur le plan des concepts et des méthodes (voir la sociologie militaire anglo-saxonne dont les apports théoriques et méthodologiques en matière de sociologie ont été considérables).

Un autre objectif, plus pratique, est ressorti des interventions. Faire du réseau un espace d’information sur les travaux existants et aussi une instance de proposition pour le développement de la recherche et de l’enseignement universitaires dans ce domaine. [Gresle, 2005 : 9]3

Des membres du réseau actuel voudraient lui rendre hommage. Ils trouveront sur ce carnet une place à part entière.

  1. Vous trouverez cet hommage sur le site de l’AFS : http://www.afs-socio.fr/FI136/Avis.F.Gresle.doc []
  2. Vous trouverez un extrait de cet ouvrage, ici : http://www.google.fr/url?sa=t&rct=j&q=%22le%20premier%20des%20objectifs%20du%20r%C3%A9seau%20de%20sociologie%20du%20militaire%22&source=web&cd=1&ved=0CCMQFjAA&url=http%3A%2F%2Fwww.didactibook.com%2Fextract%2Fshow%2F54460&ei=rgM5T8DsNsy6hAeTyOWFAg&usg=AFQjCNGqssEEcbhoCsLL6W8QNPDDijsS8g&cad=rja []
  3. Gresle F. (ss la dir.) (2005), Sociologie du milieu militaire, l’Harmattan, 262p. []

Le militaire en opérations multinationales {MAJ}

Le militaire en opérations multinationales
Le militaire en opérations multinationales

La thèse de doctorat de  Delphine Resteigne vient d’être publiée aux éditions Bruylant  sous le titre suivant :

Le militaire en opérations multinationales. Regards croisés en Afghanistan,  en Bosnie, au Liban.

Vous trouverez toutes les informations utiles sur la page de l‘éditeur

 

Voici la 4ème de couverture :

Au cours de ces dernières années, les forces armées de différents pays ont de plus en plus été amenées à travailler sur les mêmes théâtres d’opérations. C’est ce cadre multinational et de spécialisation croissante, mais aussi les interactions avec les intervenants civils et les populations locales qui caractérisent les missions actuelles. Et, même si les décisions d’engagement restent fixées en dernier ressort par les gouvernements nationaux, la configuration multinationale et modulaire des forces est devenue inévitable. Pour mieux comprendre ces contextes professionnels particuliers, la première partie de ce livre s’attache tout d’abord à retracer les principaux changements rencontrés dans les organisations militaires. Traditionnellement considérées comme des milieux homogénéisés par une culture organisationnelle forte et cohésive, cette première partie relève les éléments de différenciation qui les ont rendu progressivement plus diverses. Le deuxième volet propose ensuite une analyse empirique de trois études de cas menées en Afghanistan, en Bosnie-Herzégovine et au Liban et décrit minutieusement la vie quotidienne des militaires déployés ainsi que les principaux déterminants de collaboration observés. Sur base d’entretiens et d’observations menées in situ, l’auteur s’attache ainsi à dépeindre la dimension multinationale des opérations actuelles à travers ses facteurs organisationnels et culturels, en montrant combien ces milieux présentent non seulement des avantages mais aussi d’importants défis pour des militaires davantage habitués à une unité de commandement.1

F de Saint Victor a publié une recension de cet ouvrage:

Du fait de différents facteurs (géopolitiques, économiques, technologiques, socio-culturels, etc.), l’action des forces armées a, ces dernières années, de plus en plus tendance à s’inscrire dans un cadre multi acteurs. Il est caractérisé à la fois par la présence en un même lieu de contingents de différentes nationalités ainsi que par la présence à un niveau élevé d’acteurs civils (population, experts, etc.). Ces caractéristiques ne sont pas sans conséquences pour l’action des militaires. Elles influencent au quotidien sur le plan organisationnel et culturel leur mission.  S’appuyant pour son étude sur le cas des militaires belges, Delphine Resteigne décrypte ces rapports entre acteurs et propose une modélisation de la coopération militaire pour aider à comprendre les pratiques observées et les interactions. Pour cette enseignante en sociologie à l’École Royale Militaire belge, ce travail est l’aboutissement d’un doctorat qui s‘appuie sur une importante enquête de terrain. Les entretiens, les observations et les questionnaires ayant été menés auprès de militaires belges, en garnison et en opérations, principalement au Liban, en Bosnie et en Afghanistan… (lire la suite)
La revue DSI a fait de même :
Sociologue de défense en poste à l’Ecole Royale Militaire de Bruxelles, Delphine Resteigne livre dans cet ouvrage la substantifique moelle de sa thèse de doctorat, durant la préparation de laquelle elle a été amenée à suivre les militaires belges en opération en Afghanistan, au Liban et en Bosnie. Elle y a alors mené des recherches sur les environnements multinationaux et leurs impacts sur les armées, de la vie au quotidien jusqu’aux questions de gestion des forces en opération… (lire la suite)

  1. http://www.bruylant.be/st/nl/fiche.php?id=14095 []