Appel à cotisation des membres du RT8

Didier Demazière, Président de l’AFS, dans une lettre adressée1 aux membres de l’Association, nous apprend que la situation financière de l’Association est critique. Nous reproduisons ci-dessous une partie de son appel à cotisation, en espérant qu’il touchera les lecteurs de ce carnet, en particulier les membres du réseau thématique n°8 de l’AFS.

(…)
Pour concrétiser ces projets, l’AFS s’appuiera sur les engagements individuels, dont sont directement dépendantes les dynamiques collectives. Elle devra mobiliser également des ressources financières. Or sur ce point la situation actuelle de l’AFS est particulièrement difficile, en raison particulièrement de l’option consistant à organiser un congrès peu coûteux pour les participants. Il en résulte que le congrès de Grenoble a généré un déficit supérieur à 30.000 euros, quand en principe les congrès des associations scientifiques dégagent un excédent permettant de financer les initiatives et le fonctionnement entre deux congrès.
Actuellement la trésorerie de l’AFS est inférieure à 50.000 euros, ce qui est insuffisant pour assurer le fonctionnement minimal (secrétariat à 60%, réunions du CE, des bureaux de RT-GT) d’ici le prochain congrès de 2013. Le lancement d’initiatives et projets nouveaux est aussi gravement compromis.
Aussi est-il vital pour l’Association Française de Sociologie que chacun d’entre vous adhère à l’AFS pour l’année universitaire 2011-2012 (www.afs-socio.fr/formInscription.html).
L’AFS compte sur vous : pour être à jour de cotisation, pour diffuser ce message le plus largement possible auprès de vos collègues, et les inciter à nous rejoindre. Car adhérer, c’est agir pour renforcer notre discipline.
Il me reste à vous souhaiter une excellente année, et à espérer vous retrouver nombreux et actifs dans le soutien à nos actions. Votre fidélité à notre association est notre meilleur encouragement pour poursuivre la défense et le développement de la discipline.

  1. http://www.afs-socio.fr/actu/actu30012012.html []

Financer sa thèse en sociologie militaire, quelques ingrédients

La parution récente des thèmes susceptibles d’être financés par le Ministère de la Défense français en SHS (Sciences humaines et sociales) est le prétexte pour évoquer la thèse de doctorat portant sur la sociologie militaire. J’en profite pour livrer quelques réflexions inspirées librement d’un cours de MTU (Méthodologie du Travail Universitaire) dispensé il y a quelque temps.

Pour faire (et soutenir) une thèse, quelques ingrédients me semblent importants. 1 : de l’envie, 2: l’opportunité et 3 : un cadre adéquat. Combien de thèses abandonnées par manque de motivation?1. L’opportunité renvoie au parcours scolaire précédant l’inscription en thèse, au rapport avec le directeur de mémoire de M2.. Le cadre, c’est le directeur de thèse, mais aussi l’équipe de recherche, l’éventuelle école doctorale (émulation, présentations devant ses pairs), et la sociabilité entre doctorants.

Pour faire une bonne thèse, il vaut mieux un financement : pour des raisons bien évidemment pratiques, mais également scolaires et symboliques. Pratique, parce qu’un investissement intellectuel coûte du temps. A priori nous disposons d’un « capital temps » limité. Scolaire, parce que dans votre futur dossier de qualification aux fonctions de MCF auprès du CNU (Le Conseil national des universités) ou de recrutement (quel qu’il soit) cela fait plus sérieux. D’autant qu’à priori Financement= dossier de financement = sélection. Cela fait partie des signes distinctifs dans un univers concurrentiel. Symbolique, parce que, une fois sur le terrain, par exemple militaire, la légitimité du sociologue, à fortiori débutant, me semble nécessaire. Cela peut contribuer à une insertion plus facile. Cela oblige dans l’univers des sociologies militaires, à concilier une demande institutionnelle, et les exigences sociologiques (universitaires).2

Après on peut se demander, comment choisir son directeur de thèse?3 Mon opinion est qu’il faut trouver un barycentre entre4 reconnaissance par ses pairs, investissement « doctoral » du cadre, et soutien professionnel dans l' »après thèse ». Ces informations ne sont pas forcément disponibles..

En parallèle se pose la question, sur quoi vais-je me lancer? Pour certains le sujet choisit davantage qu’il n’est choisi.. A méditer, notamment dans la désormais incontournable socio analyse de votre future thèse de doctorat. Le thème de la thèse (en toute hypothèse) mérite qu’on s’y attarde puisque l’on peut identifier des sujets porteurs (par exemple financés..). Ces informations sont disponibles. Des économistes parleront de transparence de l’information..5

C’est l’objet de ce dernier paragraphe. En effet, sous l’égide de la DGA (Direction générale de l’Armement), une quinzaine de thèses en sciences sociales seront financées (plutôt co-financées) en 2012. Les thématiques SHS sont ici. En sociologie militaire, au moins deux organismes peuvent financer votre futur travail doctoral. J’ai opéré une première sélection en ne gardant que celles qui, à priori, étaient liées à la sociologie militaire. Il y a les thématiques soutenues par la DGA et celles par l’IRSEM :

Thématiques SHS DGA

(1) Nouvelles menaces, nouveaux modes d’actions, nouveaux acteurs, nouvelles organisations, nouveaux espaces d’information, et nouveaux conflits : quelles perspectives et quelles conséquences ?
(3) Europe de la défense: évolutions budgétaires, institutionnelles et industrielles, aspects culturels et organisationnels.
(4) Culture et diversité au sein des forces.
(6) Aspects socioculturels des acteurs (forces, centre de commandement, populations…) liés à la réalisation des opérations militaires avec ou sans usage de la force ; compréhension de « l’autre » .
(8)  Sciences et technologie, culture morale, éthique et défense.

La thématique « Homme et système » n’est pas à exclure à priori, puisque « (…), les thématiques de thèses, affichées pour le domaine Homme et systèmes dans la liste des thématiques « sciences dures » peuvent être abordées sous une dimension majoritaire voire exclusive par les champs des sciences humaines et sociales. »6

Thématique soutenue par l’IRSEM

(6)  Défense et société7

Le calendrier est assez précis, ne ratez pas les étapes.

Bibliographie

Piriou Odile (1999)  “La Sociologie des sociologues”. Formation, identité, profession. ENS Éditions. Paris  France.

Terray Emmanuel (1996), “Réflexions sur la violence symbolique”, in Actuel Marx: “Autour de Pierre Bourdieu”, n.20, 2ème semestre 1996.

La formation par la recherche. Site de la DGA http://www.ixarm.com/Theses-DGA

  1. Je ne sais pas. C’est juste de la rhétorique.. Plus sérieusement Howard Becker parle du principe de plaisir au niveau du compromis entre demande personnelle et institutionnelle. Le carnet de recherche ACT (Aspects concrets de la thèse) présente, entre autres, cet aspect. Voir http://act.hypotheses.org/1406 []
  2. La connaissance et la reconnaissance des « intérêts indigènes immédiats » me semblent particulièrement important dans notre domaine pour éviter tout effet d’imposition, de violence symbolique. On pourra voir notamment http://sociomili.hypotheses.org/730 []
  3. La question peut ne pas se poser. Merci de passer ce paragraphe. []
  4. Ces critères ne sont pas exhaustifs. []
  5. voir la définition en cinq moments de la concurrence pure et parfaite, par exemple sur Wikipedia. Relayer l’information, c’est aussi cela. []
  6. http://www.ixarm.com/IMG/pdf/Thematiques_SHS_2012.pdf []
  7. Vous conviendrez que ce thème est plutôt ouvert. []

Appel à contribution : le soutien humain du soldat blessé en service

Le Centre de recherches des écoles de Saint-Cyr Coëtquidan (Crec Saint-Cyr) organise une journée d’études sur le soutien humain du soldat blessé en service. Cette journée, prévue le 10 mai 2012, étudie les aspects psychosociologiques de la réinsertion en régiment du soldat blessé. Elle rassemble des experts issus de différents domaines (santé, armée, association, assurance) mais également des psychologues, des sociologues,des familles, des blessés.1

Lire la suite de l’appel, c’est ici :

http://calenda.revues.org/nouvelle22183.html

La date limite de renvoi des propositions est fixée au 28 février 2012.

 

 

 

  1. « Le soutien humain du soldat blessé en service », Appel à contribution, Calenda, publié le lundi 09 janvier 2012, http://calenda.revues.org/nouvelle22183.html  []

Offre d’emploi : doctorant sur le thème de la résistance

La Fondation de la Résistance propose un contrat à durée déterminée d’une durée d’un an (année universitaire 2012-2013),  destiné à un chercheur préparant une thèse concernant la Résistance pendant la 2e guerre mondiale.

 La Fondation de la Résistance est un organisme reconnu d’utilité publique et placé sous le haut patronage du Président de la République. Elle souhaite, dans le cadre d’un partenariat avec la Fondation Edmond de Rothschild et avec le soutien de la Caisse des Dépôts et Consignations, encourager les travaux universitaires concernant la Résistance pendant la Seconde Guerre Mondiale et susceptibles d’enrichir ou de renouveler la connaissance par leurs sources ou leur problématique.

 Dans ce cadre, elle propose un poste de chercheur sous contrat à durée déterminée à un doctorant préparant une thèse concernant la Résistance pendant la seconde guerre mondiale. Les sujets peuvent déborder de la période et aborder la Résistance dans une perspective comparatiste. Ils peuvent aussi déborder de la Résistance pour  traiter plus généralement de la façon dont les sociétés, en Europe ou hors d’Europe, ont réagi à des systèmes d’oppression et de domination.

 Ce poste destiné à assurer un complément de formation professionnelle est à pourvoir pour une durée d’un an, pour la période allant du 1er septembre 2012 au 31 août 2013. Les candidats devront obligatoirement justifier de leur inscription en thèse.

 En sa qualité de chercheur, le doctorant devra consacrer tout son temps à ses travaux de recherche, sous la direction de son directeur de thèse. Les travaux de recherche effectués seront limités à ceux directement liés à la préparation de la thèse. Le chercheur bénéficiera de l’aide et du soutien de la Fondation qui pourra notamment l’orienter dans ses recherches. Un membre du comité historique et pédagogique de la Fondation sera chargé du suivi des travaux effectués par le chercheur conjointement avec le directeur de recherche du candidat.

 Au titre de ses travaux de recherche, le chercheur percevra une rémunération annuelle brute de 24 000 euros, payable en douze mensualités égales de 2 000 euros.

 Les doctorants désirant postuler à ce poste de chercheur pourront déposer leur candidature du  15 janvier au 15 mars 2012 dernier délai. Aucun dossier de candidature reçu après cette date ne pourra être examiné.

 Toutes les informations nécessaires, les dossiers de candidature et le règlement des «contrats de recherche de la Fondation de la Résistance en partenariat avec la Fondation Edmond de Rothschild et avec le soutien de la Caisse des Dépôts et Consignations» sont disponibles à partir du 15 janvier 2012 sur le site de la Fondation, http://www.fondationresistance.org, rubrique « Recherche et documentation », sous-rubrique « contrats de recherche », ou peuvent être demandés par courrier adressé à M. Bruno Leroux, Directeur historique de la Fondation de la Résistance, 30, boulevard des Invalides, 75007 Paris.

Contact : Bruno Leroux,  tél. 01 47 05 67 88 ; courriel : bleroux_fondation@sfr.fr

Agenda de la rentrée

L’équipe vous souhaite à tous et à toutes une bonne et heureuse année 2011  2012.1

Ce mois de Janvier, quatre évènements retiendront l’attention des amateurs de la sociologie militaire :

D’abord, Sociologie des identités militaires sous la direction d’Éric Letonturier devrait voir le jour. On en trouve mention, ici. Son contenu reste encore non précisé. Dans la tradition des précédents volumes sortis chez l’Harmattan, on s’attend à y retrouver, remaniées, quelques-unes des présentations de l’avant dernier congrès de l’AFS.2

Les Champs de Mars sortiront également un numéro (22) coordonné par Windy Marty et Frédéric Ramel : Rationalités des terrorismes. Le site de la DF propose d’ores et déjà un visuel et quelques mots de présentation, , et l’IRSEM propose un panorama plus complet du numéro, ici.

Avec le 11 Septembre, les réflexions sur les formes que peuvent revêtir le terrorisme international se sont considérablement développées. Les attentats de New York et Washington suscitèrent notamment un regain d’intérêt pour le facteur religieux afin d’expliquer l’engagement radical. Mais cet élargissement dans l’analyse n’a pas forcément résisté aux tendances majeures outre-atlantiques qui manifestent un engouement sans pareil pour l’outil statistique et les approches quantitatives. Dix ans après le 11 Septembre, ce numéro de Champs de mars offre une photographie de ce champ d’études traversée, notamment, par des débats entre approches classiques et approches critiques.  Il privilégie l’angle de la rationalité : les terroristes sont-ils rationnels ? Existe-t-il plusieurs types de rationalité en la matière ? Les travaux de Max Weber sur la rationalité sont-ils encore utiles aujourd’hui pour penser ces phénomènes ?  Loin des monographies consacrées à des groupuscules précis, il s’agit, ici, de se familiariser avec les outils à disposition du chercheur afin d’appréhender les rationalités sous-jacentes aux actes terroristes  et aux attentats-suicides.

La revue Inflexions sortira un numéro (19) « Le sport et la guerre », dont la sortie est prévue à la fin de ce mois de janvier. Le contenu (sous réserve) semble être le suivant :

Comparer l’incomparable ?
Leni Riefenstahl/Georges Perec : un olympisme martial
Convergences et limites
Un élément indispensable a la mission
La force physique au service de la victoire
D’une équitation utilitaire a une équitation sportive
Dopage et conduites dopantes
Des gestes de l’éducation physique aux gestes de la guerre
Georges Hebert et l’éducation virile et morale par la méthode naturelle
L’entrainement physique militaire et sportif aujourd’hui
Maurice Herzog, architecte d’une politique du sport comme grande cause nationale
Armées et sport de haut niveau
Alain Mimoun, soldat olympique assoiffe de France
1918 : football en guerre, football des campagnes

Et, pour finir, l’anniversaire de la mort de Pierre Bourdieu. Merci aux Inrocks de nous l’avoir rappelé. Ce serait formidable si un lecteur pouvait revenir sur les quelques contributions directes du sociologue au fait militaire. On pense surtout à l’un de ses disciples, Louis Pinto, qui avait fait une ethnographie de son service militaire dans un article qui fera date aux ARSS. Il y a tout de même quelques allusions aux grandes écoles militaires dans la Noblesse d’État. A suivre, donc.

Bibliographie

Éric Letonturier (dir.), Sociologie des identités militaires, Paris, L’Harmattan, coll. Logiques sociales, à paraître début 2012.

 

Crédits photo :

Flickr – The U.S. Army – Christmas Dinner in Iraq.jpg – libre de droits

  1. Vous l’aurez compris, la photo illustre les politiques américaines d’intégration des minorités visibles dans ses rangs militaires, par le biais d’une politique d’affirmative action volontariste. []
  2. La liste des intervenants  du RT n°8 au congrès parisien de l’afs (2009) se trouve à cette adresse : http://www.afs-socio.fr/formLivreProgB.php []

De la guerre urbaine à la ville en guerre

Le séminaire  « De la guerre urbaine à la ville en guerre » se déroulera le Mardi 10 janvier 2012- 12h30-14h00 à l’amphithéâtre de Bourcet- Ecole militaire.

Programme en ligne sur :www.irsem.defense.gouv.fr
Inscriptions : inscription.irsem@defense.gouv.fr

Intervenants :
Colonel Michel Goya, directeur du domaine d’études : « Nouveaux conflits » de l’IRSEM et Bénédicte Tratnjek, doctorante en géographie à l’université paris Sorbonne IV, rattachée à l’Irsem et auteure du blog « Géographie de la ville en guerre ».

PRÉSENTATION DES PROBLÉMATIQUES DU SÉMINAIRE :

« Comprendre la symbolique des lieux et la territorialisation de et par la violence est aujourd’hui un enjeu de la pacification des territoires dans les « bourbiers urbains ».

La recherche stratégique et doctrinale a intégré la question de la « guerre urbaine » et des « interventions militaires en zone urbaine », en pensant la ville comme un espace unique à plusieurs échelles : à l’échelle du monde, à l’échelle du pays ou à l’échelle de la ville, la « zone urbaine » est pensée comme une « zone de zones », stable dans l’espace et dans le temps, où l’intervention armée est complexifiée par la présence de la population et par les trois dimensions (sol, sous-sol, hauteurs des bâtiments).

Si ces aspects techniques de l’intervention militaire sont bien « acquis » et nécessaires, il n’en reste pas moins qu’à Bagdad ou Kaboul, les armées sont « embourbées » dans une impossible gestion de crise.

Déplacer le paradigme de la « guerre urbaine », permet de penser la reconstruction et la réconciliation des populations dans des espaces politiques en transition.

Cette approche par le local et le micro-local vise à replacer la population, mais aussi les belligérants, les réseaux criminels comme acteurs déstabilisateurs et les acteurs de la paix (militaires, humanitaires, médias…) au cœur de la réflexion. Elle vise la réintégration des spatialités dans la compréhension des processus politiques de déstabilisation, des processus sociaux de fragmentations urbaines, et dans la construction d’une « nouvelle » urbanité dans l’après-guerre. »

Voir le blog de Michel Goya :
http://lavoiedelepee.blogspot.com/2012/01/de-la-guerre-urbaine-la-ville-en-guerre.html

Et l’annonce sur le blog « Géographie de la ville en guerre » :
http://geographie-ville-en-guerre.blogspot.com/2011/12/de-la-guerre-urbaine-la-ville-en-guerre.html