Le métier de sociologue.. militaire?

Pour inaugurer la rubrique « citations » (que j’emprunte à Socio Voce ), nous vous proposons d’abord les mots d’Éric Letonturier, repris dans sa présentation du numéro spécial de l’Année Sociologique « Valeurs, métier et action : évolutions et permanences de l’institution militaire »1. La pratique du métier doit interroger le sociologue. Cette interrogation porte sur la scientificité de ses choix théoriques, du recueil de son matériau, de son analyse, de sa valorisation, de son impact social et de son instrumentalisation.. Bon on a dit ça, mais jusqu’ici on avance en territoire connu.. Comment s’incarne, au quotidien, l’éventuelle spécificité de la sociologie militaire?

Plusieurs raisons peuvent être évoquées pour rendre compte de cette situation paradoxale et de ces conditions quasi structurelles, par delà les fortunes épisodiques de la discipline que révèle le travail de périodisation2. La spécificité, voire l’étanchéité, d’emblée supposée de l’objet même et de ses contenus propres, l’investissement lourd qu’implique, sans garantie de retour pour la carrière la connaissance fine d’un milieu très vaste et diversifié, l’accès difficile au terrain, les précautions méthodologiques particulières du dispositif d’enquête, et les enjeux de confidentialité expliquent la relative marginalisation scientifique de cet objet pris en charge, en grande partie, par l’institution elle-même au moyen d’organismes voués à sa propre expertise. [268]

 (…) Les phénomènes militaires feront l’objet de deux types d’investissement parallèles. Certains, incidemment, y verront une opportunité supplémentaire d’importer une conceptualisation du social selon les termes d’un programme formulé ailleurs ; d’autres, très spécialisés, en feront un domaine réservé pour exiger des expertises pointues en réponse, bien souvent, à des intérêts indigènes immédiats. [269]

A partir  « du concept de spécificité militaire », Laure Bardiès3 rajoute :

Et le fait est que semble se concentrer sur le thème de la spécificité militaire une bonne partie des difficultés rencontrées par la sociologie du domaine militaire4 pour être reconnue en tant que spécialité pleinement légitime. Existe-t-il quelque chose de particulier dans l’existence, le fonctionnement et l’action des armées qui justifie qu’on ne leur applique pas mécaniquement des grilles d’analyses issues de la sociologie des institutions, des organisations ou du conflit social? Ceux qui répondent par l’affirmative à cette question essaient, au travers du concept de spécificité militaire, de préciser quelles réalités sociales et culturelles particularisent les armées, de quelle manière et à quel degré.

Et, comme il est d’usage sur ce blog, le dernier mot va au « sociologue enrégimenté »5, que l’honnêteté m’oblige à transformer en sociologue « cockpitisé » (sic).

Ainsi, l’absence de reconnaissance et de valorisation des recherches sur ce champ conduit de jeunes sociologues, soucieux d’appliquer des schèmes de lectures faisant d’eux des sociologues professionnels, à « redécouvrir la roue » dans un champ qui leur semble vierge, et si extérieur, que le travail de rupture avec les prénotions est quasiment instantané.[47]

(…) Instrument de caractérisation de l’objet, cette analyse méthodologique peut permettre aussi de souligner les difficultés communes aux sociologues du militaire et à leurs confrères. Trois points principaux : la rupture objectivante, l’accès au terrain, l’immersion et l’observation. [48]

  1. Letonturier É., « Présentation », L’Année Sociologique, 2011, vol. 61. n°2, p.268 -269 []
  2. Martin M.L. , 1999, « Prometteur ou marginal ? Le champ de la sociologie militaire en France », Les champs de Mars, 6, 5-36. []
  3. Bardiès L., « Du concept de spécificité militaire »,  L’Année Sociologique, 2011, vol. 61. n°2, p.274 []
  4. (…)Voir l’introduction de la thèse d’état de Bernard Boëne, Emergence et développement d’un sociologie spécialisée, le cas de la sociologie militaire aux Etats -unis (Boëne, 1995) []
  5. Pajon C. , « Le sociologue enrégimenté : méthodes et techniques d’enquête en milieu militaire », in Gresle F. (dir.), Sociologie du milieu militaire, les conséquences de la professionnalisation sur les armées et l’identité militaire, Paris, L’Harmattan, p.45-56 []

Congrès international de l’IPSA : Call for papers

IPSA

Le 22ème Congrès Mondial IPSA de Science Politique se tiendra à Madrid, en Espagne. Attention deadline le 17 octobre!

http://www.ipsa.org/sites/default/files/madrid2012_save_the_date.pdf

Deux thématiques retiennent notre attention. La science politique étant un axe non négligeable des sociologies militaires, nous nous en faisons l’écho. La langue des 7 « panels » est l’anglais. En ce qui concerne la suite de ce billet, un coup de clique important m’a été fourni par un traducteur en ligne. Excusez-moi par avance pour les incompréhensions. Voici, donc les deux thématiques proposées, avec les posters déjà soumis:

Panels in Armed Forces and Society RC24

Armed Forces and Society: Learning from Regional Cases
Armed Forces and Society: Leadership Lessons in Civil-Military Relations
Civil-Military Relations and the Arab Spring

Panels in Military’s Role in Democratization RC44

Future of military or the military in future
Changing role of military in the 21st century
Comparative study of military’s role in two or more countries
Changing role of military within a country with special focus on Nigeria

L’ensemble des « research commitees » est ici.

Logo

Le délai pour soumettre des propositions de papiers pour le Congrès Mondial IPSA de Science Politique a été prolongé au 17 octobre pour promouvoir la participation la plus grande.
Pour proposer une communication, il faut créer un compte sur le site Web IPSA et soumettre ensuite votre papier ici .

La liste des propositions acceptées est, comme vous l’avez remarqué ci-dessus, déjà disponible. Vous pouvez spécifier le thème et le panel (jury) pour votre soumission, ou vous pouvez soumettre votre papier de façon globale ( sans affiliation à un panel préexistant). La notification concernant les propositions sera envoyée après le 2 décembre 2011. Le délai pour compléter les communications soumis reste le 10 novembre 2011.

Merci à Jonskinowitch et Naultskaya d’avoir relayé l’information!

Congrès de l’AISLF à Rabat en 2012 (actualisé)

Le prochain congrès de l’Association internationale des sociologues de langue française aura lieu à Rabat au Maroc l’été 2012.

Dans le programme  disponible sur le site de l’AISLF, Penser l’incertain, les trois axes de ce congrès seront :

AISLF1. À l’épreuve de l’incertain

2. Agir face à l’incertain

3. Les défis de l’incertain

Pour plus de renseignements, voici l’adresse du congrès :

http://congres2012.aislf.org/

Nous vous relayons l’appel à communication du GT05 . Il est désormais en ligne sur le site de l’AISLF: http://congres2012.aislf.org/pages/page42.php

 « Discerner dans la complexité. Décider dans l’incertitude. Agir dans l’adversité », telles s’expriment et se résument depuis quelques années les aptitudes au commandement recherchées dans le cadre de la formation initiale des officiers de l’armée de terre française aux Écoles militaires de Saint-Cyr Coëtquidan. « Penser et maitriser l’incertain » et agir dans le « brouillard de la guerre » sont, en effet, depuis toujours des caractéristiques de l’action militaire. L’imprévisibilité doit être intégrée en permanence et l’incertitude est autant celle de l’attitude de l’adversaire que du comportement de sa propre troupe. De la même manière, les risques et les aléas sont indissociables d’une analyse de la chose militaire, notamment dans sa finalité opérationnelle. Si le thème général de ce Congrès peut dès lors apparaître commun dans le champ de la sociologie militaire, qui plus est dans un contexte actuel d’intense activité opérationnelle, force est toutefois de constater que rares sont les travaux portant sur ces dimensions. La manière, par exemple, dont l’incertitude est intégrée dans la formation des militaires ou encore dont elle se gère au quotidien. Le Congrès constitue par conséquent une formidable occasion de remédier à cela.

Si le risque a toujours fait partie de la carrière des armes, il peut être intéressant de voir comment l’acceptation de ce risque a pu évoluer. La mort d’un militaire n’est plus aussi « naturelle » et admise que cela si l’on en juge les multiples réactions suite à la mort, lors d’une même opération, de dix soldats français à Uzbin en Afghanistan en 2008. Si l’imprévu a toujours caractérisé les conflits guerriers, les crises actuelles sont d’une complexité sans équivalent : adversaires peu ou pas identifiables ; logiques asymétriques ; imbrications de faits de guerre, d’actes terroristes, d’activités liées au grand banditisme, au crime organisé ou encore à divers trafics ; guerres au milieu des populations ; guerre de l’information et des opinions publiques avec une médiatisation en temps réel ; « victimisation » des morts au combat dans les discours politiques, innovations permanentes (arrivée des robots…), etc. Au-delà des seules finalité et action militaires, l’incertain peut tout autant être pensé dans le temps ordinaire, dès le temps de paix qui voit le militaire se préparer et au sein d’une institution qui ne cesse de se réformer depuis la fin des années 1990. La question budgétaire, les équipements et les moyens disponibles, les difficultés relatives au recrutement des effectifs et à leur fidélisation, les incertitudes inhérentes aux perspectives de carrière pour les personnels, l’interarmisation, l’établissement des bases de défense et la rationalisation du déploiement des personnels et structures sur le territoire, etc. sont autant d’exemples, non exhaustifs, pour lesquels, « penser et maitriser l’incertain et l’imprévisibilité » peuvent constituer un angle d’approche.

Pour tout renseignement, joindre Claude WEBER

Les propositions devront être soumises en ligne (uniquement ), sur espace personnel du site du congrès. Elles ne doivent pas être envoyées directement aux responsable des CR et des GT. Elles doivent être déposées avant le 15 février 2012. Dès qu’il sera possible de soumettre les résumés, nous vous ferons signe.

 

Illustration logo officiel du congrès.

 

Res Militaris Vol. 1, n° 3 – Été, 2011

Le dernier numéro de Res Militaris est désormais disponible, http://resmilitaris.net/index.php?ID=1013929

Le troisième numéro de Res Militaris traite de thèmes tout à la fois inhabituels et familiers. Un article (en français) examine le comportement d’officiers français engagés dans des négociations diplomatiques avant et pendant la Conférence de Dublin (2008) sur les armes à sous-munitions, qui conduira à l’interdiction de ces armes. Un autre (en anglais) aborde les questions relatives à la santé et à la forme physique des personnels militaires, et l’évolution qui affecte ces données ; il fournit, de manière fort utile, une revue de la littérature et une bibliographie récente sur ces sujets. Un troisième (en français) revient sur les débats autour de Clausewitz, pour situer les travaux et positions d’auteurs (Lénine, Ludendorff, Schmitt, Foucault, Girard) qui « retournent » la « Formule » clausewitzienne – la guerre comme continuation de la politique par d’autres moyens. Le quatrième et dernier article (en anglais) s’intéresse aux mesures destinées à améliorer le moral, le bien-être et les loisirs des militaires de l’US Army ; il attire l’attention sur l’influence qu’exercent ces mesures sur le niveau de préparation des forces et la fidélisation des personnels. (…)1

Lire la suite, c’est ici.

Je rappelle à nos lecteurs que nous suivons le flux RSS de cette revue. En bas à gauche de notre carnet, se trouvent, en effet, les derniers articles de Res Militaris.

  1. Il s’agit du début de la présentation qui en est faite sur le site   http://resmilitaris.net/index.php []