Un blog Sociologie militaire : pour quoi faire (maintenant) ?

Il est et serait possible d’expliquer la reprise d’activité du blog Sociologie militaire par les mêmes arguments avancés lors de sa création, il y a dix ans, par son fondateur (qu’il soit ici encore remercié pour son passage de témoin cordial, bienveillant et toujours goguenard).

Si certains relevant d’un credo commun à toute pensée scientifique (partage des savoir, débats et échanges) restent d’actualité, d’autres renvoyaient plus spécialement à la position de la sous-discipline au sein de la sociologie française : rendre visible, diffuser, valoriser une partie de la pensée sociologique consacrée aux questions militaires tout en soulignant justement son inscription dans une réflexion scientifique répondant aux standards académiques…. éviter que des étudiants en première année de thèse débutent leur intervention lors de leur premier colloque scientifique par cette assertion : « Rien d’important n’a jamais été écrit en sociologie sur les forces armées ».

Un profession de foi fondatrice à réviser ?

Différents travaux doctoraux et projets éditoriaux éclairent aujourd’hui l’histoire de la pensée en sciences sociales consacrées aux organisations militaires et aux phénomènes conflictuels. Il n’est pas temps ici d’en fournir une synthèse. On se permettra seulement de postuler que la multiplication des travaux sur l’ontologie de la sociologie du militaire, et ses défis épistémologiques, atteste d’une forme de maturité disciplinaire. On renverra ici à l’un des projets éditoriaux les plus récents à ce sujet (Le numéro 30 de la Revue des Champs de Mars en 2018 intitulé « La relève stratégique », en ligne ici).

Cette maturation, depuis 20 ans, s’est d’ailleurs appuyée sur l’existence et le renforcement d’un écosystème éditorial spécialisé sur les travaux en sciences sociales sur les affaires militaires. Profitant de la transformation numérique de la publication scientifique, des revues dont certaines tendant à un référencement parmi les revues dites « classées », ont favorisé la diffusion de ces travaux. Produire des résultats sur des problématiques communes aux sciences sociales mais dont le « terrain » est militaire conduit moins souvent que par le passé à des impasses en termes d’édition. Il ne s’agit toutefois là que d’une demi-victoire dans la mesure où des publications sur ces thèmes dans des revues généralistes passent le plus souvent encore par des numéros spéciaux, expression d’une forme de cantonnement épistémologique dont certains souhaiteraient sortir. Il faut enfin mentionner la visibilité croissante des sociologues du militaire dans une presse spécialisée grand public ainsi que dans la presse quotidienne nationale et régionale lorsque l’actualité l’exige. Ils ont intégré aux cotés de « géopoliticiens », officiers en retraite, et autres spécialistes autoproclamés, le bassin des « experts » que les grands médias sollicitent. Enfin, des moteurs de recherche dédiés permettent par ailleurs aujourd’hui d’accéder aisément à un catalogue des travaux en sociologie du militaire.

À cette plus forte visibilité médiatique, répond une certaine amélioration de la position des sociologues militaires dans le champ académique. Le nombre de sociologues ayant de manière principale ou secondaire « produit » en sociologie du militaire a crû. Le nombre de doctorants sur des problématiques relevant de cette dernière reste stable. Ensuite, de nombreux réseaux scientifiques ou sociétés savantes se sont institutionnalisés ou développés. Ils permettent aux chercheurs de sortir de leur isolement et de fédérer leurs efforts afin de rayonner autour de la sociologie du militaire. Toutefois, cette situation ne doit pas masquer que la production en sociologie du militaire ne représente toujours pas un « capital » axiologiquement neutre dans le champ académique français. C’est souvent un regard a minima circonspect qui se trouve posé sur ce type d’objets. C’est toujours et encore souvent le Ministère des Armées qui maintient, finance et recrute les sociologues du militaire, suscitant parfois tensions et méfiances de la part de l’Université.

La question de l’existence et de la place de la sociologie militaire n’appartient pas encore au passé.  

Les derniers paragraphes pourraient partiellement conduire à une nécessaire réorientation du projet scientifique, ou au moins sa dimension appelant à un travail autour d’une forme de reconnaissance disciplinaire des objets et des problématiques de la sociologie du militaire.

Or, comme on a pu le laisser entendre, de nombreuses voies d’effort existent, peut-être plus précises que par le passé, mais convergeant encore sur une meilleure connaissance et reconnaissance de la sociologie du militaire et de ses travaux.

Ainsi, encore peu nombreux sont les enseignements consacrés à cette dernière dans les cursus en sociologie. Quelques séminaires existent dans certains Master 2, mais de manière générale les étudiants souhaitant développer un travail de recherche sur des problématiques relevant de la sociologie du militaire n’ont que peu d’outils pour les guider. Ils n’ont à leur disposition aujourd’hui que deux manuels, dont un édité il y a plus de 20 ans. Quelques revues font un louable travail de recension, mais les travaux de sociologie du militaire doivent faire leur place parmi une large production relevant des Security ou War Studies. Il existe toujours une nécessité de créer un espace centralisé de diffusion d’un savoir de la sociologie du militaire, de mise à disposition de ressources numériques, de communications des évènements scientifiques et de débats. La sociologie du militaire n’en manque pas et il serait heureux de pouvoir faire de ce blog un lieu de discussion.

Et c’est sur ce dernier point que ce blog devrait poursuivre son effort. Les développements précédents ont employé les expressions de « Sociologie du militaire » et de « Sciences sociales appliquées aux affaires militaires ». Il a pu sembler aux lecteurs que les deux étaient interchangeables. En évoquant les travaux en sciences économiques ou de gestion, on peut évidemment d’ores et déjà remettre en cause cette perception. Toutefois, selon certains, la sociologie du militaire associerait travaux de sociologie et de science politique. Le spectre de ce qui relèverait de la sociologie du militaire est dès lors encore très large, puisqu’on pourrait aussi bien y trouver des travaux sur les motivations à l’engagement comme des analyses de nature géostratégique des conflits contemporains.

Un débat sur les méthodes et les objets de la sociologie du militaire est peut-être encore à poursuivre !

Nous espérons que le blog Sociologie militaire reprendra son rôle de passeur, en apportant des informations et une veille, en diffusant et en suscitant les échanges à travers différentes rubriques, supports auxquels chacun et chacune pourra contribuer.

L’équipe Sociomili

François Gresle (1945-2012)

Les membres du bureau du RT8 au sein de l’AFS et les membres du réseau présentent leurs condoléances à la famille du Professeur François Gresle et souhaitent s’associer à leur douleur en lui rendant hommage. François Gresle a grandement contribué au développement et à l’institutionnalisation de la sociologie militaire en France en la fondant auprès des autorités militaires et en assurant sa reconnaissance académique dans l’univers scientifique sociologique. Premier responsable du réseau thématique 8 au sein de l’association française de sociologie, il a fortement participé à sa création lors, notamment, d’une réunion en mars 2003 à l’ENS Cachan à laquelle un certain nombre d’entre nous avaient déjà assisté. Ses publications et sa rigueur scientifique ont incontestablement apporté du crédit à ce champ de la sociologie. Chercheur mais aussi enseignant et formateur, François Gresle aura contribué à former un grand nombre de doctorants et de futurs docteurs en accompagnement de thèse ou par sa présence lors des jurys de soutenance.

Le sociologue François Gresle (†) était un des spécialistes de la sociologie du militaire. Un autre hommage lui a été rendu par deux de ses collègues de Paris I, Françoise Piotet et David Delfolie. Avec leur autorisation, nous le publions sur ce carnet :

« C’est avec une grande tristesse que nous avons appris le décès, à l’âge de 67 ans, de notre collègue et ami François Gresle, emporté par la maladie dont il souffrait depuis longtemps. Parmi les sociologues de sa génération, au sein d’une sociologie du travail dominé par les recherches portant sur le salariat et le monde ouvrier, les agriculteurs s’agissant des travailleurs indépendants, il est le seul à s’être intéressé au petit patronat qui a fait l’objet de sa thèse d’Etat soutenue en 1978 à la Sorbonne. Cette thèse, publiée en 1981 aux Presses Universitaires de Lille sous le titre L’univers de la boutique. Famille et métier chez les petits patrons du Nord, 1920-1975), demeure une référence majeure de la sociologie du travail. Commencée à Lille, sa carrière s’est poursuivie à l’Université de Paris 1 Panthéon-Sorbonne où il fut, de nombreuses années, un professeur apprécié par ses collègues et, plus important sans doute, par ses étudiants. Infatigable lecteur, il possédait une rare connaissance de l’histoire de la discipline comme en témoignent les deux tomes, plusieurs fois réédités, de son Histoire de la sociologie rédigés en collaboration avec Charles-Henri Cuin. Il a également été, parmi d’autres responsabilités, membre du comité de rédaction de la Revue Française de Sociologie. Fortement investi dans le rayonnement et la défense de notre discipline, il ne s’est jamais laissé enfermer dans une approche théorique restrictive ou dans une étroite spécialisation. Passionné par l’histoire militaire, il fut un des pionniers en France, non sans difficulté, à militer contre les préjugés pour une reconnaissance légitime de l’étude sociologique des objets relatifs aux armées. Outre ses écrits, dont Le service national (PUF, Que Sais-Je) et La « société militaire » : son devenir à la lumière de la professionnalisation (RFS, 2003/4, Vol. 44), ainsi que la direction de l’ouvrage Sociologie du milieu militaire (L’Harmattan), il a été à l’origine de diverses initiatives – séminaire thématique de DEA, relais avec le ministère de la Défense, création d’un RT de l’Association Française de Sociologie, etc. – qui ont contribué avec d’autres à ouvrir progressivement une voie pour la réalisation, aujourd’hui devenue courante, de travaux sur les militaires, leur institution et les multiples problématiques qui leur sont attachées. Il avait un caractère et des convictions affirmés. Toutefois, ceux qui l’ont connu de manière privilégiée, ses doctorants notamment, peuvent témoigner de sa générosité, de sa gentillesse, de sa profonde humanité tout autant que de sa rectitude morale et intellectuelle. Au-delà d’une fin de carrière rendue particulièrement douloureuse en raison des effets du terrible mal contre lequel il luttait avec dignité et discrétion, domine le sentiment d’une sincère gratitude mêlée d’estime de la part de tous ceux à qui il a tant donné. Notre communauté présente ses condoléances à sa famille et s’associe à sa douleur. »1

François Gresle avait notamment dirigé l’ouvrage Sociologie du milieu militaire – Les conséquences de la professionnalisation sur les armées et l’identité militaire en 2005 chez l’Harmattan2. Alors président du RT8,  il avait notamment indiqué dans la préface :

Le premier des objectifs du réseau de Sociologie du militaire: sécurité armées et société ayant été créé dans le cadre de l’Association française de sociologie, qui elle-même venait de se constituer, est d’abord de favoriser la reconnaissance de cette thématique au sein de la discipline et, à terme, d’encourager les échanges avec d’autres réseaux afm de faire prendre conscience à tous de l’intérêt que peuvent présenter les recherches portant sur le milieu militaire. À cet effet, deux axes d’efforts complémentaires ont émergé du débat: a) considérer le monde militaire comme révélateur, sinon comme amplificateur de phénomènes sociaux de portée très générale; b) mettre en exergue les particularités de l’investigation scientifique en milieu militaire et les apports que ce dernier est susceptible d’offrir. Les difficultés auxquelles les chercheurs se heurtent ne sont pas négligeables: obstacles institutionnels qui viennent freiner la pénétration du milieu ainsi que le recueil des données; discours attendus et prédéterminés des acteurs eux-mêmes qui ont tendance à se draper dans leur fonction. Mais ces difficultés ne sauraient faire oublier les atouts que présente l’investigation du domaine, notamment sur le plan des concepts et des méthodes (voir la sociologie militaire anglo-saxonne dont les apports théoriques et méthodologiques en matière de sociologie ont été considérables).

Un autre objectif, plus pratique, est ressorti des interventions. Faire du réseau un espace d’information sur les travaux existants et aussi une instance de proposition pour le développement de la recherche et de l’enseignement universitaires dans ce domaine. [Gresle, 2005 : 9]3

Des membres du réseau actuel voudraient lui rendre hommage. Ils trouveront sur ce carnet une place à part entière.

  1. Vous trouverez cet hommage sur le site de l’AFS : http://www.afs-socio.fr/FI136/Avis.F.Gresle.doc []
  2. Vous trouverez un extrait de cet ouvrage, ici : http://www.google.fr/url?sa=t&rct=j&q=%22le%20premier%20des%20objectifs%20du%20r%C3%A9seau%20de%20sociologie%20du%20militaire%22&source=web&cd=1&ved=0CCMQFjAA&url=http%3A%2F%2Fwww.didactibook.com%2Fextract%2Fshow%2F54460&ei=rgM5T8DsNsy6hAeTyOWFAg&usg=AFQjCNGqssEEcbhoCsLL6W8QNPDDijsS8g&cad=rja []
  3. Gresle F. (ss la dir.) (2005), Sociologie du milieu militaire, l’Harmattan, 262p. []

Élections au comité exécutif de l’AFS

Alex Alber élu au comité exécutif de l’AFS

Bien que présent sur les lieux du congrès, j’apprends par le web (par Pierre Mercklé serait plus honnête) qu’un de nos confrères, pour ne pas le nommer, Alex Alber a été élu, et brillamment, au comité executif de l’AFS. Vous retrouverez sur l’excellent site de Pierre Mercklé les autres résultats. La profession de foi d’Alex Alber est ici.

Il ne s’agit pas à proprement parlé d’actualité de la sociologie militaire, puisque le sociologue est désormais davantage reconnu pour Sonal. C’est un logiciel gratuit de retranscription et de dépouillement d’enquêtes par entretien, notamment mis en valeur par son carnet de recherche.

Membre du bureau du RT8 Sociologie du militaire, Alex Alber avait proposé, en 2009, une communication intitulée Religion et métier des armes : une approche quantitative de la situation saint-cyrienne pour le réseau thématique 8 de l’AFS. Docteur en sociologie, sa thèse s’intitule La formation initiale des officiers : une comparaison européenne. Un résumé est ici.

Le site se développe

Dans le  but de se faire connaître, vous avez peut être reçu ce jour une invitation pour notre carnet.  Nous la reproduisons ci-dessous. La mailing list est issue des participants aux derniers congrès des réseaux militaires français (RT8 AFS) et francophone (GT05 AISLF).

Mail d’invitation

Le portail hypotheses.org héberge, depuis peu, un carnet de recherche qui recense l’actualité de la sociologie militaire française et francophone. Il s’agit d’une initiative commune aux RT8 – Sociologie militaire – de l’Association française de sociologie (AFS) et au GT05 – Forces armées et société – de l’Association internationale des sociologues de langue française (AISLF).

http://sociomili.hypotheses.org/

Vous y trouverez les objectifs du site, une rubrique actualités, et la vie des deux réseaux mentionnés. Si vous désirez participer à cette aventure, deux modalités s’offrent à vous. Les commentaires vous permettent de réagir, d’échanger, d’ajouter des informations. Vous pouvez également publier des « billets ». Pour cela merci de me contacter afin que je vous ajoute à la liste des auteurs.

Je vous contacte car vous avez, ces dernières années, contribué à la recherche en sociologie militaire (via l’AFS et/ou l’AISLF). Si vous ne désirez plus être informé de l’actualité de la sociologie militaire, merci de le faire savoir par retour de mail pour que je vous enlève de la mailing list.

L’adresse publique du carnet est desormais : sociomili[at]gmail.com

Projets : créer du lien avec les internautes

Ayant bien conscience que ce site n’a pas pour objet d’être visité quotidiennement, plusieurs possibilités de « rappel » s’offrent à nous. Proposer un abonnement de type Flux RSS à nos internautes, ou bien une newsletter.  Dans ce dernier cas de figure, nous pensons qu’une périodicité de type une fois par mois ou tous les deux mois pourrait être pertinente. Cela dépendra bien sûr du rafraîchissement du site.

A suivre, donc..