Élite(s) militaire(s) : quel objet de recherche ?

Un nouveau chef d’état-major des armées devrait être nommé cette année, provoquant un jeu de chaises musicales au sein des différents états-majors[1]. Ces processus de nomination aux plus hauts postes de la hiérarchie militaire nourrissent les commentaires autour des machines à café dans les enceintes militaires et sur les blogs des journalistes spécialisés.

La recherche universitaire est beaucoup moins prolixe. Comme le soulignait William Genieys en 2006, le concept d’élite n’a pas eu grand succès en France. En effet, « la théorie des élites a été traditionnellement considérée comme non démocratique et illégitime dans l’analyse du pouvoir »[2]. Si Mosca et Pareto apparaissent bien dans nos introductions à la sociologie, comme The Power Elite de Whright Mills (dont la traduction en français a été rééditée en 2012), le concept est plus rarement mobilisé dans les recherches récentes. On préfère des approches sectorielles et souvent sous l’angle de la sociologie de la reproduction et de la socialisation. De manière spontanée, on pense par exemple à La fabrique des énarques de Jean-Michel Eymeri ou encore à Splendeurs et misères du travail des diplomates de Françoise Piotet, Marc Loriol et David Delfolie.

 A ce titre, la question des élites militaires en France ne déroge pas à la règle… au contraire.  Intégrés au thème des relations civilo-militaires et, de manière déclinée à celui des relations politico-militaires, les travaux en France sont peu nombreux. Sans ordre de priorité, on peut évoquer la socialisation des futurs officiers (on pense par exemple au désormais incontournable A genou les hommes, debout les officiers du non moins indispensable Claude Weber), l’approche des trajectoires professionnelles (Christel Coton, Officiers. Des classes en lutte sous l’uniforme) ou encore les nombreux travaux de Jean Joana sur l’économie générale des relations entre le politique et le militaire[3] qui rejoignent toute une part de la littérature anglo-saxonne classique en sociologie du militaire.

Cependant, des travaux consacrés plus spécifiquement aux groupes des généraux/amiraux et aux processus de leur choix et de leur nomination restent rares ou très anciens[4]. Alors que ce sont eux qui vont incarner auprès des institutions politiques (exécutif ou législatif) les conditions de leur sélection, les stratégies d’influence mises en œuvre et les réseaux politiques impliqués restent peu étudiés. Encore un beau champ à explorer…


[1] https://www.air-cosmos.com/article/dfense-comment-sorganise-la-succession-du-cema-24295 ; https://www.lopinion.fr/blog/secret-defense/elysee-l-amiral-rolland-nomme-chef-d-etat-major-particulier-219751

[2]  Genieys William, « Nouveaux regards sur les élites du politique », Revue française de science politique, 2006/1 (Vol. 56), pages 121 à 147

[3] JOANA Jean, « La démocratie face à ses militaires. Où en est l’analyse des relations civils-militaires ? », Revue Française de Sociologie, vol. 48, n° 1, 2007, p. 133-159.

[4] Jean Guisnel, Les Généraux: Enquête sur le pouvoir militaire en France (1990) ; Samy Cohen, La Défaite des généraux: Le pouvoir politique et l’armée sous la Vème République (1994).

Agression sexuelle, harcèlement sexuel et environnement de travail dans les forces armées américaines.

The Relationship Between Sexual Assault and Sexual Harassment in the U.S. Military. Findings from the RAND Military Workplace Study by Terry L. Schell, Matthew Cefalu, Coreen Farris, Andrew R. Morral

La Rand Corporation vient de publier une très intéressante étude sur les liens entre environnement de travail, harcèlement sexuel et agression sexuelle dans les forces armées américaines. Avec l’objectif initial affiché d’établir une prédictibilité des risques d’agression sexuelle au sein des unités militaires des Etats-Unis à la lumière des taux de cas de harcèlement sexuel, elle se conclut par l’hypothèse d’un lien de causalité entre les caractéristiques de l’environnement de travail et les taux de harcèlement sexuel et d’agression sexuel. Si cette conclusion peut sembler relever du fameux « sens commun », la rigueur de l’étude ainsi que les données recueillies conduisent à la confirmation ou à l’infirmation de nombreuses hypothèses encore peu souvent validées empiriquement. Un travail dont il est difficile de trouver l’équivalent pour d’autres armées occidentales.

A télécharger et lire !

https://www.rand.org/pubs/research_reports/RR3162.html

Et si on faisait de la recherche…. en sociologie du militaire !

Les dernières semaines et les derniers mois ont été riches en actualités et, les résultats pouvant donner lieu à une réflexion en sociologie du militaire, nous essaierons de poursuivre ici ce travail de veille qui pourra, sait-on jamais, initier et nourrir de futures recherches.

Les politiques d’armement à l’honneur !

Depuis plusieurs semaines voire mois, la presse spécialisée ou généraliste, comme certains blogs, bruissent d’analyses et de tribunes plus ou moins expertes, plus ou moins informées, plus ou moins prescriptives sur les grands programmes d’armement français (européens ?). SCAF, armements terrestres, porte-avions du futur, autant de systèmes d’armes qui représentent des enjeux capacitaires, mais aussi et bien sûr industriels, et qui questionnent les alliances politiques interétatiques. Ils sont, pour le lecteur averti, un moyen intéressant d’appliquer différentes grilles de lectures et de cadres théoriques développés depuis plusieurs décennies pour l’analyse des politiques de défense.

Adoptant et appliquant les grandes approches dites des « politiques publiques », il s’agit d’identifier les acteurs, leurs intérêts, leurs logiques (leur « référentiel » pour citer Pierre Muller), leur rang dans le processus de production d’une politique d’armement, sa mise en œuvre et ses résultats. On pense immédiatement aux travaux réunis dans le désormais classique Choix des armes (dir. William Genieys). En raison du caractère multinational de ces projets, il est également possible de mobiliser les grilles de lecture des travaux sur les coopérations militaires bilatérales ou multilatérales.

A titre d’illustrations :

https://www.lopinion.fr/edition/international/scaf-si-on-se-trompait-d-avion-combat-237043

https://www.latribune.fr/opinions/scaf-faut-il-perseverer-dans-l-erreur-878756.html

https://www.valeursactuelles.com/clubvaleurs/societe/famas-scaf-char-leclercvingt-annees-dabandon-de-lindustrie-de-la-defense/

https://www.contrepoints.org/2021/03/24/393790-armement-terrestre-la-question-allemande

Pour aller plus loin :

Robert Art, The TFX Decision. McNamara and the Military, 1968 https://www.jstor.org/stable/3102028

William Genieys (dir.), Le choix des armes : Théories, acteurs et politiques, 2004 https://www.amazon.fr/choix-armes-Th%C3%A9ories-acteurs-politiques/dp/2271062942

Lauren H. Holland, Robert Hoover, The MX Decision: A New Direction in US Weapons Procurement Policy,  1985 https://www.lavoisier.fr/livre/autre/the-mx-decision/descriptif_4359505

Jean Joana, Les armées contemporaines, 2012 https://www.cairn.info/les-armees-contemporaines–9782724612752.htm

Pierre Muller, Les Politiques publiques, 2018 https://www.cairn.info/les-politiques-publiques–9782130575924.htm

Les femmes militaires, en chemin vers la normalité ?

Comme s’en est fait écho ce site, le Centre de recherche des Ecoles de Coëtquidan, organisait le 12-13 novembre 2013 un colloque consacré aux femmes militaires dans l’enceinte prestigieuse du Musée des Armées.

 Le préambule du programme annonçait qu’il s’agissait entre autres de réaliser un point sur la situation des femmes militaires aujourd’hui, alors que la féminisation semble avoir franchi une étape. De l’exclusion à l’égalité formelle (ouverture des carrières, spécialités, progression professionnelle), on en serait déjà à l’heure du bilan. La « question féminine » n’en serait plus tout à fait une, convergeant dès lors avec les conclusions du 7ème rapport du Haut comité d’évaluation de la condition militaire.

 Et effectivement, même si être une femme militaire représente encore pour certains une « contradiction de statuts »[1], les temps des pionnières semblent déjà révolus. C’est ce qu’ont tendu à confirmer tant les interventions universitaires, que les témoignages de femmes militaires invitées et judicieusement insérés dans le programme parmi les communications scientifiques. Plus nombreuses, plus présentes à tous les échelons et dans tous les secteurs, les femmes tendent à ne plus être perçues, ou de moins en moins souvent, comme exceptionnelles du simple fait de leur genre.

 Du panorama historique, en passant par les comparaisons interarmées et internationales, le colloque a tenté de fournir aussi un tableau plus nuancé que la seule affirmation des chiffres des taux de féminisation des forces armées. Ces nuances, de manière synthétique, concernent trois acceptions que l’on peut donner la normalité évoquée en titre.

 Tout d’abord, être une femme militaire, tant dans sa carrière (progression, métier) que dans son expérience vécue professionnelle, n’est pas une réalité unique. Plus concrètement, et au-delà du truisme, ce colloque a souligné que « l’être militaire » au féminin est multiple selon la composante considérée (Terre, Air, Marine, Gendarmerie) ou la nationalité. Sans sombrer dans un déterminisme fonctionnaliste ou le culturalisme, les emplois, les missions, les outils technologiques créent des environnements et des identités professionnels qui  rendent sensiblement différentes les réalités vécues par les femmes qui ont fait le choix de s’engager. S’il est possible de dégager des régularités, comme on va le voir, il n’existe pas non plus un « être militaire » féminin, une norme interarmées ou internationale. En ce sens, il n’y a pas de « normalité » des femmes militaires.

 Toutefois, les témoignages comme les analyses ont aussi tendu à prouver qu’être militaire quand on est une femme conduisait à une recomposition plus ou moins forte de l’identité féminine. Avec des acclimatations selon le degré de virilisation de l’identité militaire rencontrée, les femmes militaires semblent avoir en commun l’adoption de comportements « appropriés », de stratégies, devant faciliter leur intégration. Il fut ainsi possible de déceler des normes et des comportements partagés par les femmes militaires.

 Enfin, la normalité de la féminisation pourrait être à rechercher dans leur visibilité. Un intervenant souligna qu’il lui semblait que les femmes militaires étaient peu visibles dans les vecteurs de communication de la Défense. Par ailleurs, la « couverture » médiatique serait moins forte, le sensationnalisme ayant laissé place à un quotidien de la femme militaire. La « normalité » serait alors à chercher dans une forme d’anonymisation.

 En conclusion, on ne peut que féliciter les Ecoles de Coëtquidan de leur initiative et pour la liberté de ton et de parole qu’elles ont laissé aux participants. Si l’objectif a été atteint, le panorama réalisé, on peut espérer que d’autres évènements de cette nature suivront, et permettront d’aborder et d’approfondir certaines questions. En effet, s’il n’y a peut-être plus de « question féminine » dans les armées françaises, il reste des questions à résoudre comme l’intervention lors de ce colloque de Madame Françoise Gaudin, Haut fonctionnaire à l’égalité des droits pour le ministère de la Défense, l’a souligné.

 C.P.



[1] Emmanuelle Prevot, « Féminisation de l’armée de terre et virilité du métier des armes », Cahiers du Genre, 2010/1 (n° 48), p.81-101.

Financer sa thèse en sociologie militaire, quelques ingrédients

La parution récente des thèmes susceptibles d’être financés par le Ministère de la Défense français en SHS (Sciences humaines et sociales) est le prétexte pour évoquer la thèse de doctorat portant sur la sociologie militaire. J’en profite pour livrer quelques réflexions inspirées librement d’un cours de MTU (Méthodologie du Travail Universitaire) dispensé il y a quelque temps.

Pour faire (et soutenir) une thèse, quelques ingrédients me semblent importants. 1 : de l’envie, 2: l’opportunité et 3 : un cadre adéquat. Combien de thèses abandonnées par manque de motivation?1. L’opportunité renvoie au parcours scolaire précédant l’inscription en thèse, au rapport avec le directeur de mémoire de M2.. Le cadre, c’est le directeur de thèse, mais aussi l’équipe de recherche, l’éventuelle école doctorale (émulation, présentations devant ses pairs), et la sociabilité entre doctorants.

Pour faire une bonne thèse, il vaut mieux un financement : pour des raisons bien évidemment pratiques, mais également scolaires et symboliques. Pratique, parce qu’un investissement intellectuel coûte du temps. A priori nous disposons d’un “capital temps” limité. Scolaire, parce que dans votre futur dossier de qualification aux fonctions de MCF auprès du CNU (Le Conseil national des universités) ou de recrutement (quel qu’il soit) cela fait plus sérieux. D’autant qu’à priori Financement= dossier de financement = sélection. Cela fait partie des signes distinctifs dans un univers concurrentiel. Symbolique, parce que, une fois sur le terrain, par exemple militaire, la légitimité du sociologue, à fortiori débutant, me semble nécessaire. Cela peut contribuer à une insertion plus facile. Cela oblige dans l’univers des sociologies militaires, à concilier une demande institutionnelle, et les exigences sociologiques (universitaires).2

Après on peut se demander, comment choisir son directeur de thèse?3 Mon opinion est qu’il faut trouver un barycentre entre4 reconnaissance par ses pairs, investissement “doctoral” du cadre, et soutien professionnel dans l'”après thèse”. Ces informations ne sont pas forcément disponibles..

En parallèle se pose la question, sur quoi vais-je me lancer? Pour certains le sujet choisit davantage qu’il n’est choisi.. A méditer, notamment dans la désormais incontournable socio analyse de votre future thèse de doctorat. Le thème de la thèse (en toute hypothèse) mérite qu’on s’y attarde puisque l’on peut identifier des sujets porteurs (par exemple financés..). Ces informations sont disponibles. Des économistes parleront de transparence de l’information..5

C’est l’objet de ce dernier paragraphe. En effet, sous l’égide de la DGA (Direction générale de l’Armement), une quinzaine de thèses en sciences sociales seront financées (plutôt co-financées) en 2012. Les thématiques SHS sont ici. En sociologie militaire, au moins deux organismes peuvent financer votre futur travail doctoral. J’ai opéré une première sélection en ne gardant que celles qui, à priori, étaient liées à la sociologie militaire. Il y a les thématiques soutenues par la DGA et celles par l’IRSEM :

Thématiques SHS DGA

(1) Nouvelles menaces, nouveaux modes d’actions, nouveaux acteurs, nouvelles organisations, nouveaux espaces d’information, et nouveaux conflits : quelles perspectives et quelles conséquences ?
(3) Europe de la défense: évolutions budgétaires, institutionnelles et industrielles, aspects culturels et organisationnels.
(4) Culture et diversité au sein des forces.
(6) Aspects socioculturels des acteurs (forces, centre de commandement, populations…) liés à la réalisation des opérations militaires avec ou sans usage de la force ; compréhension de “l’autre” .
(8)  Sciences et technologie, culture morale, éthique et défense.

La thématique “Homme et système” n’est pas à exclure à priori, puisque “(…), les thématiques de thèses, affichées pour le domaine Homme et systèmes dans la liste des thématiques “sciences dures” peuvent être abordées sous une dimension majoritaire voire exclusive par les champs des sciences humaines et sociales.”6

Thématique soutenue par l’IRSEM

(6)  Défense et société7

Le calendrier est assez précis, ne ratez pas les étapes.

Bibliographie

Piriou Odile (1999)  “La Sociologie des sociologues”. Formation, identité, profession. ENS Éditions. Paris  France.

Terray Emmanuel (1996), “Réflexions sur la violence symbolique”, in Actuel Marx: “Autour de Pierre Bourdieu”, n.20, 2ème semestre 1996.

La formation par la recherche. Site de la DGA http://www.ixarm.com/Theses-DGA

  1. Je ne sais pas. C’est juste de la rhétorique.. Plus sérieusement Howard Becker parle du principe de plaisir au niveau du compromis entre demande personnelle et institutionnelle. Le carnet de recherche ACT (Aspects concrets de la thèse) présente, entre autres, cet aspect. Voir http://act.hypotheses.org/1406 []
  2. La connaissance et la reconnaissance des “intérêts indigènes immédiats” me semblent particulièrement important dans notre domaine pour éviter tout effet d’imposition, de violence symbolique. On pourra voir notamment http://sociomili.hypotheses.org/730 []
  3. La question peut ne pas se poser. Merci de passer ce paragraphe. []
  4. Ces critères ne sont pas exhaustifs. []
  5. voir la définition en cinq moments de la concurrence pure et parfaite, par exemple sur Wikipedia. Relayer l’information, c’est aussi cela. []
  6. http://www.ixarm.com/IMG/pdf/Thematiques_SHS_2012.pdf []
  7. Vous conviendrez que ce thème est plutôt ouvert. []

L’uniforme militaire : la production d’une identité collective

Un billet d’Alexandre Rigal1

L’uniforme est un signe de distinction sociale envers les civils, envers les autres. L’objet modifie le rapport au corps : il le cache, le camoufle, le supprime, l’engonce, le contraint, le marque, l’esthétise. C’est ce rapport à soi du porteur de l’uniforme qui est à questionner, le rapport collectif de l’institution au corps du sujet, le rapport du sujet à son corps. L’uniforme est cet objet qui traduit le conflit entre singulier et collectif. La subjectivité du sujet disparaît, recouverte par l’uniforme, mais celui-ci est aussi couvert par lui, comme protégé par le collectif, à la fois repère rassurant et objet oppressif. Souvent, l’uniforme est un habit traditionnel géographiquement marqué, recoupant ainsi la définition du costume. Par ailleurs, l’uniforme est le symbole du monopole de la violence légitime. Il fait ainsi toute la différence entre la jacquerie, l’armée, la police, les mercenaires, les terroristes. Aussi terminons cette introduction par une sémiotique de l’uniforme. Le signe est une marque, naturelle ou conventionnelle, désignant pour quelqu’un un objet ou un concept, et destiné à être interprété par un tiers. L’uniforme est un signifiant dans la mesure où il se voit, se porte, selon trois critères : style, rituel, et mode. L’uniforme est un signifié dans la mesure où il exprime une identité collective.

Origine de l’uniforme militaire

Dans son étude des langues indo-européennes, Benveniste démontre par la linguistique, la tripartition originelle des fonctions sociales à l’intérieur des sociétés indo-européennes. Celles-ci sont structurées et hiérarchisées selon trois fonctions fondamentales, celles de prêtre, de guerrier, et d’agriculteur. En Inde ces castes s’appellent couleurs. En Iran, c’est également par la couleur de leurs vêtements que les trois classes se distinguaient : le blanc pour les prêtres, le rouge pour les guerriers, et enfin le bleu pour les cultivateurs (hommes du peuple)2. Divers drapeaux et de très nombreux uniformes sont tricolores. La division tripartite est la plus ancienne connue et constitue l’origine de l’uniforme. Dans un passé lointain déjà, des couleurs, des uniformes possédaient des propriétés classificatoires et différenciatrices.

Poursuivant son étude, Benveniste relève aussi chez Tacite, souvent partial mais significatif, que les barbares de la Germanie se servaient déjà de l’aura des uniformes :

Ces hommes farouches, pour enchérir encore sur leur sauvage nature, empruntent le secours de l’art et du temps : ils noircissent leurs boucliers, se teignent la peau, choisissent pour combattre la nuit la plus obscure. L’horreur seule et l’ombre qui enveloppe cette lugubre armée répandent l’épouvante : il n’est pas d’ennemi qui soutienne cet aspect nouveau et pour ainsi dire infernal ; car dans tout combat les yeux sont les premiers vaincus.3

Ce peuple, ce sont les Harii, terme qui signifie l’armée de Wotan. Ces barbares sont déguisés en soldats de l’armée des morts, l’armée du dieu de la guerre Wotan, qui correspond à Odin pour les peuples scandinaves. La modernité reprendra les uniformes représentant la divinité pour en faire des objets rationnels et qui rationalisent.

L’uniforme militaire moderne, un instrument de classification et de disciplinarisation

Les hommes de guerre se différencient par des costumes et des mises particulières, ils influencent fortement la mode de leur temps. Cependant, tant que le costume fut financièrement à leur charge et non imposé par une autorité tierce, on ne peut guère parler d’uniforme malgré les phénomènes mimétiques. Les légions romaines ne se rassemblaient pas simplement suivant leurs costumes, mais avant tout sur la foi de leurs étendards, étant donné qu’ils s’équipaient sur leur solde propre.

Au début du XVIIème siècle, le soldat c’est d’abord quelqu’un que l’on reconnaît de loin. Il porte en lui des signes naturels de sa vigueur et de son courage, les marques de sa fierté, son corps c’est le blason de sa force et de sa vaillance, d’où les critères physiques de recrutement longtemps en vigueur. À travers l’uniforme et l’uniformisation, se développe une rhétorique corporelle de l’honneur. Comme décrit par Foucault, le XVIIème et le XVIIIème siècles sont des périodes de rationalisation et de réduction des châtiments4. La disciplinarisation des corps et la médiatisation de leur traitement trouve un moyen efficace dans l’apparition de l’artifice disciplinaire qu’est l’uniforme moderne. L’uniforme devient le moyen symbolique de rompre avec le corps et l’animalité. Au courant de la seconde moitié du XVIIIème siècle, le soldat est devenu un objet, qui se fabrique, à la façon du corps machine de Descartes. Du corps inapte on produit la machine : les postures se redressent peu à peu, une contrainte calculée est imposée à chaque partie du corps. L’uniforme est la marque du corps perpétuellement disponible, outil d’ubiquité. Le paysan chassé, on lui a donné l’air du soldat en gommant ses traits caractéristiques. Les détenteurs du pouvoir à travers les institutions doivent valoriser l’assujettissement du soldat pour susciter la servitude volontaire. L’uniforme devient la condition de l’exercice de la puissance physique, son instrument par la médiatisation. L’uniforme individualise les corps et les fait circuler dans un réseau de relations qui garantissent l’obéissance des individus (plutôt qu’un étendard et un porte drapeau pour tous, il y a un uniforme par sujet). L’uniforme fait entrer le sujet dans un corps à corps avec l’institution, dont il était sorti symboliquement avec l’abolition des tatouages et autres marquages tégumentaires (Deslandres Yvonne, 2002)5.

Les raisons de l’adoption de l’uniforme sont multiples et hypothétiques. La plus simple est celle du besoin de reconnaissance des combattants, par rapport aux civils en arme, et des troupes ennemies. Une autre est celle du désir de reconnaissance et de prestige qu’on retrouve avec les uniformes de parade. La parade reprend d’ailleurs là les traits d’un comportement animal, qui simule le combat réel entre les deux animaux. C’est un moyen d’éviter les pulsions singulières, et de faire peur à l’ennemi. Reflets de la puissance et de la tradition de l’armée, les coiffes, les décorations, les épaulettes et les couleurs vives abondent. La fonction symbolique d’expression collective de l’uniforme est évidente quand il s’agit de l’armée de l’air : pourquoi a t-elle besoin d’un uniforme distinct alors que les pilotes ne sortent pas de l’appareil, si ce n’est pour forger une identité collective et renforcer le sentiment d’appartenance ?

La lutte contre la désertion fournit un argument supplémentaire à l’adoption de l’uniforme. Le port d’un vêtement spécial paré de nombreux boutons et passementeries, et fait de tissus très colorés, chose rare alors, rend caduque toute tentative d’en dissimuler l’origine ou d’en changer l’apparence. Il faut aussi ajouter l’attrait certain de l’uniforme, à une époque où la situation de militaire était encore plus porteuse d’honneur.

L’action de Louvois, ministre de Louis XIV

Les uniformes apparaissent lors de périodes historiques en corrélation avec la constitution d’un état ou d’un pouvoir fort, ayant une volonté centralisatrice et intégratrice. Ils sont des attributs de la puissance. On peut avancer l’hypothèse fonctionnaliste selon laquelle l’habitude de fournir à un corps de troupe des habits semblables serait une mesure économique. Alors que Vauban rassemble les troupes royales dans les casernes, Louvois, secrétaire d’état français à la guerre de 1662 à 1691, fit adopter les premiers habits gris, de la couleur naturelle de la laine, afin d’éviter les frais de teinture des draps. Il était moins coûteux d’acheter le drap par grandes quantités et de faire des costumes sur un seul patron. L’armure métallique a par ailleurs pratiquement disparu sous Louis XIV. En France, le gris constitue la couleur de l’infanterie. Dans le même temps, le rouge et le bleu sont le domaine réservé de la Maison royale et de certains régiments étrangers ; ce furent les ordonnances de Louvois, ministre de Louis XIV de 1670 et 1690, qui imposèrent l’uniforme, préconisant l’habit blanc-gris avec parements rouges, veste ou gilet et culotte bleus, rouges ou blancs, les trois couleurs des Bourbon et comme coiffure, le lampion ou tricorne en feutre noir, avec cocarde aux couleurs du colonel en rappel des blasons médiévaux, les colonels étant de la noblesse d’épée 6 . Louis XIV vers 1690 va mettre en oeuvre l’uniformisation généralisée des militaires de la maison du roi. La maison du roi est réservée aux riches nobles du plus haut rang. Le monarque utilise l’uniforme pour priver l’aristocratie du privilège de posséder une identité familiale et un nom propre. Les uniformes sont tricolores : bleu, rouge et blanc. Le justaucorps à brevet, pièce de vêtement si convoitée était justement à ces couleurs. Il semble que hiérarchie et discipline dans les armées furent les soucis constants de Louvois.7 À partir de 1779, l’infanterie française est en blanc, avec un habit, une veste et une culotte de tricot doublée de toile ; les formes de l’habit sont dégagées, et il comporte une particularité qui ne passera qu’à la fin du siècle définitivement dans le costume civil, des revers ou pièces cousues aux devants de l’habit pouvant se croiser sur la poitrine, où ils se boutonnaient. Les dragons étaient en vert, la cavalerie en bleu. Voici à titre d’exemple la description de l’uniforme de l’infanterie de Pierre Carles:

L’habillement du fantassin se présente ainsi : Une ample chemise de grosse toile blanche, fermée au col par une cravate de toile blanche bouclée sur la nuque ou nouée sur le devant. Une culotte de drap emboîtant le genou et dont la doublure de toile sert de caleçon ; elle boutonne devant par une brayette et audessus et à l’extérieur de chaque genou. Des bas de drap qui se roulent au-dessus de la culotte et sont fixés sous le genou de celle-ci par des jarretières à boucles. Les Suisses ont des culottes à fermeture archaïque par des rubans, qui sont bouffantes et le bas passe sous le genou de la culotte. Une veste à manches boutonnant devant et descendant à mi-cuisse, en drap. Un justaucorps, ancêtre de l’habit, en drap, boutonnant devant par une rangée de boutons, plus rarement deux ; ce justaucorps descend jusqu’aux jarretières, de façon à toucher le sol quand l’homme est à genoux ; il juponne légèrement à partir de la taille et il est fendu derrière et sur chaque hanche (où il forme des plis), ces fentes pouvant être ornées de boutons. En principe, le justaucorps de 1691 n’a pas de collet. Les manches s’évasent pour former des parements retroussés et boutonnés sur l’avant-bras sous le pli du coude. Les poches horizontales, plus rarement verticales, sont fermées par une pattelette boutonnée; l’ouverture de la poche est environ à trois travers de main au-dessus du bas du justaucorps. Le justaucorps s’orne d’un grand nombre de boutons en cuivre ou en étain du même diamètre et dont la couleur et la disposition varient avec les corps. Aux pieds le fantassin a des souliers en cuir noir, à bouts carrés, à hauts talons de bois. Ils sont semblables par paires et ne se différencient que par la façon de disposer la boucle de métal en laissant libre une des extrémités de la lanière de fermeture. Sur la tête, il a un chapeau de feutre noir aux larges bords roulés plutôt que relevés, à la forme basse et aplatie du dessus. L’avant de l’aile gauche porte une ganse où l’on peut fixer des rubans.8

Le pouvoir se sert de l’uniforme comme d’un moyen de contrôle et d’attrait. L’uniforme fut longtemps un symbole d’ascension sociale. C’est que l’uniforme militaire confère légitimité et autorité, puisqu’il représente une forme du monopole de la violence des uns, sur les autres (Weber). Cette période marque le point de départ de l’expansion de l’uniforme moderne, et de sa définition.

Évolutions et réduction progressive de la portée symbolique de l’uniforme

Au cours du XIXème siècle, le confort et l’hygiène prévalent progressivement comme la nécessité d’échapper à la vue de l’ennemi amènent les autorités à revoir leur point de vue sur les modalités pratiques de l’uniforme.

À la Révolution, l’uniforme ne change pas de forme, mais il adopte les couleurs nationales, habit bleu, veste blanche, col rouge et bicorne. Sous l’Empire, il prend la forme du frac (variante du queue de pie). Cette forme disparaîtra en 1845 au profit de la tunique boutonnée du haut en bas, bleu marine sur le pantalon rouge garance, les pans pouvant se relever pour faciliter la marche ou pour monter à cheval. L’accès à l’uniforme de toute la population masculine par la conscription ou le volontariat participe à répandre dans la population entière le désir d’accès à l’ancien privilège, au prestige de l’uniforme. À l’instar de la pratique du duel par exemple, l’égalisation des conditions se fait par le haut et la reprise de pratiques aristocratiques (Norbert Elias).

À la fin du siècle, le pragmatisme l’emporte, l’uniforme perd en partie ses fonctions de prestige sous l’effet de la banalisation de l’objet, puisque tous les hommes y ont désormais accès et que les pratiques aristocratiques perdent leur attrait. L’uniforme devient un moyen de camouflage dans un renversement complet des valeurs originelles de l’habit, vidé de sens. Les Allemands choisissent des uniformes vert de gris, les Anglais instruits par la guerre des Boers, passent des tuniques écarlates au kaki. En France, peut-être en raison de la traditionnelle lutte pour les marqueurs de l’aristocratie, le flamboyant de l’uniforme perdurera un peu. En 1915, les troupes françaises passeront du bleu rouge, au bleu horizon. En 1914, l’armée française est équipée de capotes de couleur dite “gris de fer bleuté” et de pantalons et képi de couleur dite “garance” nom de l’élément de teinture. Très visibles de loin, ces uniformes sont totalement inadaptés aux nouvelles armes que sont les mitrailleuses, les soldats se faisant abattre en grand nombre à distance. Le commandement français, averti sur la nécessité pour ses soldats d’arborer des couleurs discrètes, ne choisit pas le kaki, mais le bleu horizon. On pense en effet qu’un soldat se voit d’abord de loin, donc près de la ligne bleue du ciel, il s’agit de le camoufler. Ces uniformes sont produits dès 1914, et distribués à partir de fin 1914 à début 1915. Les troupes coloniales et la légion étrangère sont elles dotées d’uniformes jaune moutarde. L’armée française avait pourtant expérimenté un grand nombre de couleurs camouflantes avant 1914, mais le prestige de l’uniforme joua sans doute un rôle dans l’absence de modification des couleurs. D’ailleurs lit-on dans la presse,

J’ai tenu à protester en faveur du légendaire pantalon garance que les soldats de France n’ont pas toujours porté, mais qui est devenu la caractéristique même de notre soldat moderne, l’uniforme consacré par la gloire, et je dirai sacré par la défaite.9

Les débats à la Chambre des députés se font l’écho de cette pensée. Le ministre de la Guerre, Estienne, venu devant la commission de l’armée justifier ses demandes de crédits, écrit : « Supprimer le pantalon rouge ? Non ! Le pantalon rouge, c’est la France ! ». L’évolution de l’uniforme a en outre été marquée par les deux passions démocratiques reconnues par Tocqueville :

Il y a en effet une passion mâle et légitime pour l’égalité qui excite les hommes à vouloir être tous forts et estimés. Cette passion tend à élever les petits au rang des grands ; mais il se rencontre aussi dans le cœur humain un goût dépravé pour l’égalité, qui porte les faibles à vouloir attirer les forts à leur niveau, et qui réduit les hommes à préférer l’égalité dans la servitude à l’inégalité dans la liberté.10

La fin de la seconde guerre mondiale marque la fin progressive de l’uniforme en tant qu’objet de distinction et de privilège, quand tout individu de l’espèce humaine est reconnu comme sujet humain, comme même et non plus comme autre, à travers la pensée universaliste s’imposant au XXème siècle après la seconde guerre mondiale.

Aujourd’hui qu’en est-il de l’uniforme ?

Sans service militaire, avec le remplacement du policier visible par la caméra qui voit, la recherche du confort, de la performance ou du camouflage, l’uniforme perd son caractère symbolique dans le réel. Il ne disparaît pas en tant qu’objet de définition d’une identité collective et d’appartenance à un groupe. Mais son accès généralisé entraîne la perte de prestige, puisque les modifications de son style sont en contradiction avec l’objectif de départ de visibilité et de distinction envers les civils. Le kaki, ou le beige ne sont pas des couleurs ou des motifs valorisés socialement, ils sont surtout nécessaires au camouflage.

Au contraire, l’uniforme est présent sans cesse dans les imaginaires et les représentations, au cinéma, dans le roman, en peinture, dans la mode et l’habillement. On ne compte plus les manteaux militaires, les trench-coats, les déguisements, etc. L’uniforme devient ainsi objet de représentations quotidiennes, sans référence à un pouvoir institutionnel, un objet standard que tous peuvent acheter sans condition de force ou d’honneur particulières. Si le style de l’habit initial subsiste, il a perdu par la commercialisation, et la diffusion massive à la suite des guerres mondiales, la légitimation des supports institutionnels et sociaux, constitués depuis le XVIIIème siècle, perdant alors son aura.

  1. L’auteur est étudiant en M2 à Sciences po Lyon et en M2 recherche en communication. Vous trouverez des éléments plus détaillés, ici : http://collectif-confluence.fr/domaines/communication/auteurs-communication/alexandre-rigal.html []
  2. Benveniste Émile, 1989, Le vocabulaire des institutions indo-européennes, Livre 3, Chapitre 1 « la tripartition des fonctions », Paris, Les Éditions de Minuit, pp. 279-292. []
  3. Benveniste, Emile, 1974, Le vocabulaire des institutions indo-européennes, Livre 1, Section 2, Chapitre 8 « la fidélité personnelle », Paris, Les Éditions de Minuit, pp. 112-113. []
  4. Foucault Michel, 1993, Surveiller et punir, collection Tel, Gallimard []
  5. Deslandres Yvonne, 2002, Le costume, image de l’Homme, Institut français de La Mode []
  6. Carles Pierre, 1996, « L’infanterie du roi de France à la mort de Louvois », Histoire, économie et société, 15e année, n°1. pp. 57- 73. []
  7. Le Flem Jean-Paul, 1996,« Le marquis de Louvois ou le service de Mars (1641-1691) », Histoire, économie et société, 15e année, n°1. pp. 49-56 []
  8. Carles Pierre, 1996, « L’infanterie du roi de France à la mort de Louvois », Histoire, économie et société,15e année, n°1. pp. 66-67 []
  9. L’Illustration, n° 2459, 12 avril 1890 []
  10. Alexis de Tocqueville, 1990, De la démocratie en Amérique, T. I, première partie, chap. III, Vrin []

Le métier de sociologue… militaire?

Pour inaugurer la rubrique “citations” (que j’emprunte à Socio Voce ), nous vous proposons d’abord les mots d’Éric Letonturier, repris dans sa présentation du numéro spécial de l’Année Sociologique “Valeurs, métier et action : évolutions et permanences de l’institution militaire”1. La pratique du métier doit interroger le sociologue. Cette interrogation porte sur la scientificité de ses choix théoriques, du recueil de son matériau, de son analyse, de sa valorisation, de son impact social et de son instrumentalisation.. Bon on a dit ça, mais jusqu’ici on avance en territoire connu.. Comment s’incarne, au quotidien, l’éventuelle spécificité de la sociologie militaire?

Plusieurs raisons peuvent être évoquées pour rendre compte de cette situation paradoxale et de ces conditions quasi structurelles, par delà les fortunes épisodiques de la discipline que révèle le travail de périodisation2. La spécificité, voire l’étanchéité, d’emblée supposée de l’objet même et de ses contenus propres, l’investissement lourd qu’implique, sans garantie de retour pour la carrière la connaissance fine d’un milieu très vaste et diversifié, l’accès difficile au terrain, les précautions méthodologiques particulières du dispositif d’enquête, et les enjeux de confidentialité expliquent la relative marginalisation scientifique de cet objet pris en charge, en grande partie, par l’institution elle-même au moyen d’organismes voués à sa propre expertise. [268]

 (…) Les phénomènes militaires feront l’objet de deux types d’investissement parallèles. Certains, incidemment, y verront une opportunité supplémentaire d’importer une conceptualisation du social selon les termes d’un programme formulé ailleurs ; d’autres, très spécialisés, en feront un domaine réservé pour exiger des expertises pointues en réponse, bien souvent, à des intérêts indigènes immédiats. [269]

A partir  “du concept de spécificité militaire”, Laure Bardiès3 rajoute :

Et le fait est que semble se concentrer sur le thème de la spécificité militaire une bonne partie des difficultés rencontrées par la sociologie du domaine militaire4 pour être reconnue en tant que spécialité pleinement légitime. Existe-t-il quelque chose de particulier dans l’existence, le fonctionnement et l’action des armées qui justifie qu’on ne leur applique pas mécaniquement des grilles d’analyses issues de la sociologie des institutions, des organisations ou du conflit social? Ceux qui répondent par l’affirmative à cette question essaient, au travers du concept de spécificité militaire, de préciser quelles réalités sociales et culturelles particularisent les armées, de quelle manière et à quel degré.

Et, comme il est d’usage sur ce blog, le dernier mot va au “sociologue enrégimenté”5, que l’honnêteté m’oblige à transformer en sociologue “cockpitisé” (sic).

Ainsi, l’absence de reconnaissance et de valorisation des recherches sur ce champ conduit de jeunes sociologues, soucieux d’appliquer des schèmes de lectures faisant d’eux des sociologues professionnels, à « redécouvrir la roue » dans un champ qui leur semble vierge, et si extérieur, que le travail de rupture avec les prénotions est quasiment instantané.[47]

(…) Instrument de caractérisation de l’objet, cette analyse méthodologique peut permettre aussi de souligner les difficultés communes aux sociologues du militaire et à leurs confrères. Trois points principaux : la rupture objectivante, l’accès au terrain, l’immersion et l’observation. [48]

  1. Letonturier É., “Présentation”, L’Année Sociologique, 2011, vol. 61. n°2, p.268 -269 []
  2. Martin M.L. , 1999, « Prometteur ou marginal ? Le champ de la sociologie militaire en France », Les champs de Mars, 6, 5-36. []
  3. Bardiès L., “Du concept de spécificité militaire”,  L’Année Sociologique, 2011, vol. 61. n°2, p.274 []
  4. (…)Voir l’introduction de la thèse d’état de Bernard Boëne, Emergence et développement d’un sociologie spécialisée, le cas de la sociologie militaire aux Etats -unis (Boëne, 1995) []
  5. Pajon C. , « Le sociologue enrégimenté : méthodes et techniques d’enquête en milieu militaire », in Gresle F. (dir.), Sociologie du milieu militaire, les conséquences de la professionnalisation sur les armées et l’identité militaire, Paris, L’Harmattan, p.45-56 []

Délinquants encadrés par des militaires et serment d’allégeance aux armes : le retour de la physique sociale ?

Student pledging to the flag, 1892.[Public domain]
Student pledging to the flag, Wikimedia

Pour Montesquieu, si l’honneur était le principe de gouvernement de la monarchie, la crainte celui du despotisme, c’est la vertu, « l’amour des lois de la patrie », « cet amour demandant une préférence continuelle de l’intérêt public au sien propre » qui assure le bon fonctionnement de la République. Avec sa disparition, « la république est une dépouille ; et sa force n’est plus que le pouvoir de quelques uns et la licence de tous » (dans le chapitre Du Principe de la démocratie dans l’Esprit des Lois).

Un certain nombre de travaux socio- logiques, puis de pamphlets, et enfin de discours politiques tendent à renforcer l’idée (le constat ?) que nous vivrions une crise sociale et démocratique, résultat de la perte d’une forme de vertu, proche de celle caractérisée par Montesquieu. La désertion du forum politique par nombre de citoyens, la multiplication des actes d’incivilité, l’augmentation de “l’insécurité” ou du “sentiment d’insécurité”1, la montée de l’individualisme (?) seraient les symptômes d’une remise en cause profonde du « vivre ensemble ». Sous cet angle, certains projets ou annonces récentes – un serment d’allégeance aux armes, une forme d’encadrement militaire des délinquants au sein des Établissements publics d’insertion de la Défense (Epide) – peuvent être perçus comme autant d’outils pouvant servir une forme d’ingénierie sociale et démocratique.

Une réponse militaire à la nouvelle question sociale ?

A une échelle historique réduite, ces récents éléments rejoignent un certain nombre d’initiatives de droite comme de gauche qui ont ponctué ces dernières années : la lecture obligatoire de la lettre de Guy Môquet dans les lycées, le souhait de la candidate Ségolène Royal en 2007 que tous les Français possèdent un drapeau national chez eux, ou encore les propositions récurrentes de remise en place du service national, et on en oublie…

Avec beaucoup plus de profondeur historique, tout ceci semble d’abord faire écho à la conception d’une armée outil de la réforme sociale telle que la concevait certains disciples de Saint-Simon dans la première moitié du 19ème siècle. Même si l’attitude des réformistes sociaux à l’égard de l’armée a pu beaucoup évoluer en même temps que le développement de la pensée socialiste dans les années qui suivirent, c’est une conception proche qui fut développée par la Troisième République, véritable période de production de notre mythologie républicaine. A travers le service militaire universel et obligatoire, c’est le sacre du Soldat-citoyen et de la « caserne éducatrice » qu’on institue2. En 1891, Lyautey soulignait :

Le régiment est quelque chose de plus qu’une grande famille : c’est une école. Le maître d’école se prolonge dans l’officier, qui est l’enseignant de la nation.3

Plus d’un siècle plus tard, même si le service militaire a disparu, l’armée (et les valeurs qui lui sont encore associées) semble encore pouvoir participer à une forme d’orthopédie sociale.

Selon la philosophie qui sous-tend les récentes propositions, les « pathologies » sociales précédemment évoquées pourraient être « corrigées », « soignées » par l’intervention de l’armée ou par l’adoption d’un certain nombre de valeurs et de comportements qu’on pourraient qualifier de martiaux. Ainsi décryptée, on retrouve bien certaines analyses d’une sociologie naissante. Bien que très critique à l’égard de ce dernier, Durkheim citait Herbert Spencer dans Les règles de la méthode sociologique :

(…) partant de ce principe que la coopération est l’essence de la vie sociale, il [H. Spencer] distingue les sociétés en deux classes suivant la nature de la coopération qui y domine. Il y a, dit-il, une coopération spontanée qui s’effectue sans préméditation durant la poursuite des fins d’un caractère privé ; il y a aussi une coopération consciemment instituée qui suppose des fins d’intérêt public nettement reconnues. Aux premières, il donne le nom de sociétés industrielles ; aux secondes, celui de militaires, et on peut dire de cette distinction qu’elle est l’idée mère de sa sociologie.4

Un décalage ?

Une fois rapidement identifiés les ressorts et la généalogie de ce recours, somme toute classique, à l’institution militaire au sens large se pose évidemment la question de sa pertinence et de sa future réussite. Il ne tient pas à nous de répondre ici à l’une ou l’autre de ces interrogations. Toutefois, on peut évoquer le décalage éventuel qui semble exister aujourd’hui entre la représentation d’une armée rêvée, idéalisée, issue de notre patrimoine républicain, et la réalité d’une institution qui s’est largement transformée tant par ses missions que par son fonctionnement au cours des trois dernières décennies.


 

Photo sous licence  Wikimedia Commons[Public domain]

 

  1. Voir, Sébastien Roché, Tolérance zéro ? Incivilités et insécurité, Paris, Odile Jacob, 2002 ;  Laurent Muchielli, “Note statistique de (re)cadrage sur la délinquance des mineurs », Champ pénal/Penal field [En ligne], Confrontations, mis en ligne le 16 décembre 2009, Consulté le 27 septembre 2011. URL : http://champpenal.revues.org/7053 ; DOI : 10.4000/champpenal.7053 []
  2. Michel Auvray, L’âge des casernes. Histoire et mythes du service militaire, Paris, L’aube (col.essai), 1998. []
  3. Hubert Lyautey, « Du rôle social de l’officier dans le service universel », Revue des deux mondes, 1891. []
  4. Émile Durkheim, Les règles de la méthode sociologique, Paris, PUF(coll. Quadrige), 8ème éd., 1995, p. 21. []

Professions et Catégories Socio-professionnelles (PCS) des militaires (actualisé)

INSEEJe profite de ce magnifique mois d’août passé à “faire du quanti” (expression de sociologue qui signifie tester mes nouvelles lunettes sur le même fichier Excel 8 heures pas jour) pour faire un bref point sur la question suivante : comment coder les PCS des militaires français aujourd’hui?

Revenons sur mes stéréotypes. J’ai longtemps cru que Militaire du Rang = Classes populaires, Sous-officiers = classes moyennes , et Officiers = classes sup’. Ce serait trop facile : la sociologie est un sport de combat. Puis j’ai lu (si je le retrouve, je l’ajoute) que les officiers subalternes n’étaient pas dans la case “cadre” mais professions intermédiaires. Plutôt que de m’engager sur une longue introspection coûteuse (sinon ça marche pas, c’est le principe),  je reviens au fondamentaux, l’institut norvé.. l’INSEE : les nomenclatures PCS 2003. (“on ne dit plus CSP?”, “non”)

Ainsi, comment coder les PCS des militaires? D’abord, il faut remonter au 4e niveau de précision. Ici, vous ne trouverez rien d’intéressant. Nous irons alors  , au 4e niveau de cette nomenclature. Dans une optique de partage, pour faire vivre ce carnet, et pour rendre service aux 5 sociologues francophones (à 5 près) qui ont l’utilité du codage fin des professions militaires, voici le résultat d’une ballade sur le site de l’INSEE, avec l’arbre hiérarchique (à trois niveaux) correspondant à la profession :

Officiers et officiers généraux

Profession 331a Personnels de direction de la fonction publique (Etat, collectivités locales, hôpitaux).. Général

3 Cadres et professions intellectuelles supérieures

32 Cadres de la fonction publique, professions intellectuelles et artistiques

33 Cadres de la fonction publique

Profession 334a Officiers des Armées et de la Gendarmerie (sauf officiers généraux)

3 Cadres et professions intellectuelles supérieures

32 Cadres de la fonction publique, professions intellectuelles et artistiques

33 Cadres de la fonction publique

Sous-officiers

Profession 452b Adjudants-chefs, adjudants et sous-officiers de rang supérieur de l’Armée et de la Gendarmerie

4 Professions Intermédiaires

41 Professions intermédiaires de l’enseignement, de la santé, de la fonction publique et assimilés

45 Professions intermédiaires administratives de la fonction publique

Profession 532a Gendarmes (de grade inférieur à adjudant)

5 Employés

51 Employés de la fonction publique

53 Policiers et militaires

Profession 532b Sergents et sous-officiers de grade équivalent des Armées (sauf pompiers militaires)

5 Employés

51 Employés de la fonction publique

53 Policiers et militaires

Hommes du rang

Profession 532a Gendarmes (de grade inférieur à adjudant)

5 Employés

51 Employés de la fonction publique

53 Policiers et militaires

Profession 532c Hommes du rang (sauf pompiers militaires)

5 Employés

51 Employés de la fonction publique

53 Policiers et militaires

Bon, ceci étant écrit, que peut-on en dire ? On retrouve la distinction des cadres (officiers généraux et officiers), dès le grade d’Aspirant (including Volontaire Aspirant, si si). Le grade d’élève officier, on le met où? Il doivent être considérés comme étudiants 8400? Non, ce sont des cadres 334a, comme Colonel. 😉

La distinction officier supérieur/ subalterne n’apparaît pas, le type de recrutement, non plus. Sauf erreur de ma part, ma psychanalyse attendra.

Seuls les Adjudants, Adjudants-chefs et Majors, sont considérés comme professions intermédiaires. Sauf.. l’adjudant de gendarmerie. Parmi les lecteurs de ce billet, quelqu’un peut-il m’expliquer ce qui, dans la carrière (les diplômes, les concours internes, la taille de la moustache)  justifie cette différence de traitement?

Sergents et hommes du rang sont considérés comme des employés. De recrutement bac minimum (souvent plus), les jeunes sous officiers, de mémoire, sont durant leur formation, deuxième classe puis caporal chef,  avant de devenir sergent. La seconde marche de l’escalier social est un peu plus haute que prévue!

Dernières questions. Il est fait référence aux officiers de carrière, “Militaires de carrière ayant un grade d’officier supérieur ou subalterne”. Quid des sous contrat? On les a oublié? La statistique publique a eu le nez fin.. Les mauvaises langues diront qu’elle a repris les catégories indigènes. En ce qui concerne les Sous-officiers aux grades de Sergent ou Sergent Chef (à priori sous contrat), l’administrateur nous dit “Sous-officiers subalternes de l’armée de l’air, de l’armée de terre et de la marine, servant “après la durée légale””. Cette durée légale renvoie à la conscription?

La pyramide statistique française, par un système de classement arbitraire (ce n’est pas péjoratif ici) renseigne sur la perception administrative (socio-démographique, certes, politique assurément) de l’institution militaire à un moment donné. Pour info, il y a un très bon papier sur les PCS, l’arbitraire nécessaire de toute convention. Il s’agit d’un article issu de l’ouvrage de Serge Bosc, Stratification et classes sociales : La société française en mutation. Vous noterez qu’une réédition sortira ce mois-ci. (pas de lien commercial)

Pierre Bourdieu disait (en tout cas écrivait, enfin de mémoire..) que les données brutes n’existaient pas, ” les données ne sont pas données, mais construites”. La citation exacte, retrouvée le 18 octobre 2011, est :

(…) en sociologie, “les données”, même les plus objectives sont obtenues par l’application de grilles (classes d’âge, tranches de revenus, etc.) qui engagent des présupposés théoriques et laissent par là échapper une information qu’aurait pu appréhender une autre construction des faits. (…) “les faits ne parlent pas”.1

(…) Rien n’est plus faux que l’idée que “les faits parles d’eux mêmes” (…) Les faits sont produits par et pour les luttes pour l’imposition du sens et de la valeur du monde social.2

  1. Bourdieu P., Chamboredon J.C., Passeron J.C., Le métier de sociologue, 1968, Editions Mouton-Bordas, p62-65 []
  2. Bourdieu P., A.R.S.S., n°61, mars 1986, p.2 []

14 juillet et analyse axiologique

J’adhère à la proposition précédente dans son esprit. Vive l’approche anthropologique et sociologique… Les analyses présentées dans l’ouvrage dirigé par A. Thiéblemont sur les “Cultures et logiques militaires”, en illustration de ce carnet, offrent des modèles indiscutables1.

<p>Cultures et logiques militaires</p>

Un nuance toutefois, car le débat actuel peut aussi faire en soi l’objet d’une analyse en termes de valeurs, très riche, de la place des armées dans le débat et le champ politique.

Tout d’abord, la position de la candidate d’Europe Ecologie – Les Verts Eva Joly est idéologiquement cohérente, je la cite :J’ai rêvé que nous puissions remplacer ce défilé [militaire] par un défilé citoyen où nous verrions les enfants des écoles, où nous verrions les étudiants, où nous verrions aussi les seniors défiler dans le bonheur d’être ensemble, de fêter les valeurs qui nous réunissent, [elle ajoute]: Ce n’est pas des valeurs que nous portons […]. Je pense que le temps est venu de supprimer les défilés militaires du 14-Juillet parce que ça correspond à une autre période.2

Cette opinion est logique avec une écologie politique, qui est aussi ontologiquement pacifiste. On a tendance à l’oublier en France, mais le débat autour de l’abandon du nucléaire comme source d’énergie n’est par exemple pas déconnecté de son usage militaire. Les mouvements de l’extrême-gauche et d’une partie de la gauche des années 70 étaient en cela explicites.

Une instrumentalisation identitaire

Toutefois, l’idée que le militaire et ses valeurs sont archaïques et totalement incompatibles avec celles d’une société moderne industrialisée est ancienne, et n’est pas forcément liée à un pacifisme internationaliste de gauche, comme le laisse entendre les réactions suscitées par la déclaration de Madame Joly. Ces dernières sont aussi révélatrices de l’instrumentalisation identitaire de l’institution du 14 juillet: Du citoyen pas citoyen, on glisse vers le Français/pas Français. Étonnement (on peut jouer les candides), les avis étaient plus pondérés dans le rapport parlementaire n°3605 du 29 juin 2011 sur le droit de la nationalité autour de la transformation du défilé du 14 juillet. M. Martin Hirsch [y propose]

(…) que les jeunes du service civique prennent part au défilé militaire du 14 juillet, éventuellement vêtus d’une tenue spécifique. Dans son esprit, il s’agirait d’un moyen de matérialiser symboliquement le lien maintenu entre les jeunes et la nation malgré l’abandon du service militaire et de montrer qu’il existe diverses possibilités de la servir qui valent sa reconnaissance à l’occasion de la fête nationale. L’Italie a fait ce choix en faisant défiler à côté des membres de ses forces armées ceux qui accomplissent un service national au service de la cohésion nationale, que ce soit par l’intermédiaire des collectivités territoriales ou des associations.3

Outre qu’aujourd’hui, des représentants de la sécurité civile ou de la police nationale sont au coté des militaires, le défilé resterait plus militaire que citoyen (mais les militaires sont-ils moins citoyens?).

Le reflet d’une société

Finalement, l’approche comparative (peu ou pas de défilé en Allemagne, folklore populaire militariste dans certains Etats sud-américains) ou historique nous rappelle d’abord que cette manifestation révèle beaucoup de choses sur ce que les individus et la société valorisent à un moment donné et dans un contexte donné. Le contenu axiologique de l’institution évolue et est vécu de manière différente (voir Les Lieux de Mémoire de P. Nora4, ou plus précisément, Pierre Vallin, “Fête, mémoire et politique : les 14 juillet en Limousin (1880- 1914)5, ou encore les débats autour du bicentenaire de 1989).


 

  1. Thieblemont A., Cultures et logiques militaires, Paris, Puf, 1999 []
  2. Le Monde, daté du 14/07/11. []
  3. Rapport parlementaire n°3605 du 29 juin 2011 consulté le 14 juillet 2011, http://www.assemblee-nationale.fr/13/pdf/rap-info/i3605.pdf, p.125-126. []
  4. Nora P., Les Lieux de mémoire, Gallimard (Bibliothèque illustrée des histoires), Paris, 3 tomes : t. 1 La République (1 vol., 1984), t. 2 La Nation (3 vol., 1986), t. 3 Les France (3 vol., 1992) []
  5. Vallin P., “Fête, mémoire et politique : les 14 juillet en Limousin (1880- 1914)”, Revue française de science politique, 32e année, n°6, 1982. pp. 949-972 []

Défilé militaire le 14 juillet : un fait social

“Eva Joly subit son baptême du feu, bien que ce terme soit pour elle un peu trop militaire..”

Ainsi se clôt un reportage de France 3 consacré à la proposition d’Eva Joly, de supprimer le défilé militaire du 14  juillet. Cela illustre, selon moi, la difficulté de présenter objectivement les tenants et les aboutissants de ce fait social. Je n’évoque pas les réactions verbales violentes de part et d’autre de l’échiquier politique. Tout juste pourrait-on y voir des indicateurs d’une norme sociale. En effet, pour reprendre Durkheim, on mesure la norme à l’aune de la réaction contre ceux qui la transgressent.

Nous arrivons donc à nous représenter, d’une manière précise, le domaine de la sociologie. Il ne comprend qu’un groupe déterminé de phénomènes. Un fait social se reconnaît au pouvoir de coercition externe qu’il exerce ou est susceptible d’exercer sur les individus ; et la présence de ce pouvoir se reconnaît à son tour soit à l’existence de quelque sanction déterminée, soit à la résistance que le fait oppose à toute entreprise individuelle qui tend à lui faire violence.1

Serait-il possible de créer un espace où chacun puisse discuter avec une forme de neutralité axiologique de l’usage du 14 juillet?

Son impact sur le lien armée-nation? Sur la place (temporelle) dans un régiment de la préparation de ce défilé? Son impact en terme de sociabilité interne (cohésion)? de motivation? Cela suscite-t-il des vocations (recrutement)? Cela nourrit-t-il l’antimilitarisme? Les français sont-ils indifférents? A contrario, peut-on estimer le coût de cette manifestation? S’il est possible de raisonner en économiste, peut-on qualifier les retombées internes et externes de ce défilé militaire?  Le défilé du 14 juillet, une tradition? Nationale? Républicaine? L’histoire militaire pourrait nous rappeler le rôle de ce moment annuel. Éventuellement ses utilisations politiques..


  1. Émile Durkheim, Les règles de la méthode sociologique, 1894, page 21. []

Débats autour du RT8 (3)

Sur le rapport défense/sécurité : billet de Thomas Meszaro

Je pense que Grégory a raison: le champ militaire n’est pas devenu celui de la sécurité. Cela fait maintenant plusieurs années que je travaille sur les questions de sécurité et j’ai pu constater que le secteur de la défense gardait une relative autonomie par rapport à celui de la sécurité.

Ce qui m’a frappé, en tant qu’internationaliste, c’est que les questions de défense ont été progressivement écartées au profit des questions de sécurité, du moins en Relations internationales. Ceci est en partie la conséquence de l’élargissement du concept de sécurité et de la nature des menaces. Je pense aussi qu’il serait très intéressant de se plonger dans le débat sur le rapport entre défense et sécurité. Une approche combinée entre sociologie des relations internationales, théories des relations internationales et sociologie militaire  pourrait être constructive. Ce premier chantier pourrait être un moyen de souligner l’identité de la sociologie militaire tout en l’inscrivant dans une démarche plus globale et plurielle.

Thomas Meszaros

L’auteur est docteur en droit/science politique.