Élite(s) militaire(s) : quel objet de recherche ?

Un nouveau chef d’état-major des armées devrait être nommé cette année, provoquant un jeu de chaises musicales au sein des différents états-majors[1]. Ces processus de nomination aux plus hauts postes de la hiérarchie militaire nourrissent les commentaires autour des machines à café dans les enceintes militaires et sur les blogs des journalistes spécialisés.

La recherche universitaire est beaucoup moins prolixe. Comme le soulignait William Genieys en 2006, le concept d’élite n’a pas eu grand succès en France. En effet, « la théorie des élites a été traditionnellement considérée comme non démocratique et illégitime dans l’analyse du pouvoir »[2]. Si Mosca et Pareto apparaissent bien dans nos introductions à la sociologie, comme The Power Elite de Whright Mills (dont la traduction en français a été rééditée en 2012), le concept est plus rarement mobilisé dans les recherches récentes. On préfère des approches sectorielles et souvent sous l’angle de la sociologie de la reproduction et de la socialisation. De manière spontanée, on pense par exemple à La fabrique des énarques de Jean-Michel Eymeri ou encore à Splendeurs et misères du travail des diplomates de Françoise Piotet, Marc Loriol et David Delfolie.

 A ce titre, la question des élites militaires en France ne déroge pas à la règle… au contraire.  Intégrés au thème des relations civilo-militaires et, de manière déclinée à celui des relations politico-militaires, les travaux en France sont peu nombreux. Sans ordre de priorité, on peut évoquer la socialisation des futurs officiers (on pense par exemple au désormais incontournable A genou les hommes, debout les officiers du non moins indispensable Claude Weber), l’approche des trajectoires professionnelles (Christel Coton, Officiers. Des classes en lutte sous l’uniforme) ou encore les nombreux travaux de Jean Joana sur l’économie générale des relations entre le politique et le militaire[3] qui rejoignent toute une part de la littérature anglo-saxonne classique en sociologie du militaire.

Cependant, des travaux consacrés plus spécifiquement aux groupes des généraux/amiraux et aux processus de leur choix et de leur nomination restent rares ou très anciens[4]. Alors que ce sont eux qui vont incarner auprès des institutions politiques (exécutif ou législatif) les conditions de leur sélection, les stratégies d’influence mises en œuvre et les réseaux politiques impliqués restent peu étudiés. Encore un beau champ à explorer…


[1] https://www.air-cosmos.com/article/dfense-comment-sorganise-la-succession-du-cema-24295 ; https://www.lopinion.fr/blog/secret-defense/elysee-l-amiral-rolland-nomme-chef-d-etat-major-particulier-219751

[2]  Genieys William, « Nouveaux regards sur les élites du politique », Revue française de science politique, 2006/1 (Vol. 56), pages 121 à 147

[3] JOANA Jean, « La démocratie face à ses militaires. Où en est l’analyse des relations civils-militaires ? », Revue Française de Sociologie, vol. 48, n° 1, 2007, p. 133-159.

[4] Jean Guisnel, Les Généraux: Enquête sur le pouvoir militaire en France (1990) ; Samy Cohen, La Défaite des généraux: Le pouvoir politique et l’armée sous la Vème République (1994).

Et si on faisait de la recherche…. en sociologie du militaire !

Les dernières semaines et les derniers mois ont été riches en actualités et, les résultats pouvant donner lieu à une réflexion en sociologie du militaire, nous essaierons de poursuivre ici ce travail de veille qui pourra, sait-on jamais, initier et nourrir de futures recherches.

Les politiques d’armement à l’honneur !

Depuis plusieurs semaines voire mois, la presse spécialisée ou généraliste, comme certains blogs, bruissent d’analyses et de tribunes plus ou moins expertes, plus ou moins informées, plus ou moins prescriptives sur les grands programmes d’armement français (européens ?). SCAF, armements terrestres, porte-avions du futur, autant de systèmes d’armes qui représentent des enjeux capacitaires, mais aussi et bien sûr industriels, et qui questionnent les alliances politiques interétatiques. Ils sont, pour le lecteur averti, un moyen intéressant d’appliquer différentes grilles de lectures et de cadres théoriques développés depuis plusieurs décennies pour l’analyse des politiques de défense.

Adoptant et appliquant les grandes approches dites des « politiques publiques », il s’agit d’identifier les acteurs, leurs intérêts, leurs logiques (leur « référentiel » pour citer Pierre Muller), leur rang dans le processus de production d’une politique d’armement, sa mise en œuvre et ses résultats. On pense immédiatement aux travaux réunis dans le désormais classique Choix des armes (dir. William Genieys). En raison du caractère multinational de ces projets, il est également possible de mobiliser les grilles de lecture des travaux sur les coopérations militaires bilatérales ou multilatérales.

A titre d’illustrations :

https://www.lopinion.fr/edition/international/scaf-si-on-se-trompait-d-avion-combat-237043

https://www.latribune.fr/opinions/scaf-faut-il-perseverer-dans-l-erreur-878756.html

https://www.valeursactuelles.com/clubvaleurs/societe/famas-scaf-char-leclercvingt-annees-dabandon-de-lindustrie-de-la-defense/

https://www.contrepoints.org/2021/03/24/393790-armement-terrestre-la-question-allemande

Pour aller plus loin :

Robert Art, The TFX Decision. McNamara and the Military, 1968 https://www.jstor.org/stable/3102028

William Genieys (dir.), Le choix des armes : Théories, acteurs et politiques, 2004 https://www.amazon.fr/choix-armes-Th%C3%A9ories-acteurs-politiques/dp/2271062942

Lauren H. Holland, Robert Hoover, The MX Decision: A New Direction in US Weapons Procurement Policy,  1985 https://www.lavoisier.fr/livre/autre/the-mx-decision/descriptif_4359505

Jean Joana, Les armées contemporaines, 2012 https://www.cairn.info/les-armees-contemporaines–9782724612752.htm

Pierre Muller, Les Politiques publiques, 2018 https://www.cairn.info/les-politiques-publiques–9782130575924.htm

Un blog Sociologie militaire : pour quoi faire (maintenant) ?

Il est et serait possible d’expliquer la reprise d’activité du blog Sociologie militaire par les mêmes arguments avancés lors de sa création, il y a dix ans, par son fondateur (qu’il soit ici encore remercié pour son passage de témoin cordial, bienveillant et toujours goguenard).

Si certains relevant d’un credo commun à toute pensée scientifique (partage des savoir, débats et échanges) restent d’actualité, d’autres renvoyaient plus spécialement à la position de la sous-discipline au sein de la sociologie française : rendre visible, diffuser, valoriser une partie de la pensée sociologique consacrée aux questions militaires tout en soulignant justement son inscription dans une réflexion scientifique répondant aux standards académiques…. éviter que des étudiants en première année de thèse débutent leur intervention lors de leur premier colloque scientifique par cette assertion : « Rien d’important n’a jamais été écrit en sociologie sur les forces armées ».

Un profession de foi fondatrice à réviser ?

Différents travaux doctoraux et projets éditoriaux éclairent aujourd’hui l’histoire de la pensée en sciences sociales consacrées aux organisations militaires et aux phénomènes conflictuels. Il n’est pas temps ici d’en fournir une synthèse. On se permettra seulement de postuler que la multiplication des travaux sur l’ontologie de la sociologie du militaire, et ses défis épistémologiques, atteste d’une forme de maturité disciplinaire. On renverra ici à l’un des projets éditoriaux les plus récents à ce sujet (Le numéro 30 de la Revue des Champs de Mars en 2018 intitulé « La relève stratégique », en ligne ici).

Cette maturation, depuis 20 ans, s’est d’ailleurs appuyée sur l’existence et le renforcement d’un écosystème éditorial spécialisé sur les travaux en sciences sociales sur les affaires militaires. Profitant de la transformation numérique de la publication scientifique, des revues dont certaines tendant à un référencement parmi les revues dites « classées », ont favorisé la diffusion de ces travaux. Produire des résultats sur des problématiques communes aux sciences sociales mais dont le « terrain » est militaire conduit moins souvent que par le passé à des impasses en termes d’édition. Il ne s’agit toutefois là que d’une demi-victoire dans la mesure où des publications sur ces thèmes dans des revues généralistes passent le plus souvent encore par des numéros spéciaux, expression d’une forme de cantonnement épistémologique dont certains souhaiteraient sortir. Il faut enfin mentionner la visibilité croissante des sociologues du militaire dans une presse spécialisée grand public ainsi que dans la presse quotidienne nationale et régionale lorsque l’actualité l’exige. Ils ont intégré aux cotés de « géopoliticiens », officiers en retraite, et autres spécialistes autoproclamés, le bassin des « experts » que les grands médias sollicitent. Enfin, des moteurs de recherche dédiés permettent par ailleurs aujourd’hui d’accéder aisément à un catalogue des travaux en sociologie du militaire.

À cette plus forte visibilité médiatique, répond une certaine amélioration de la position des sociologues militaires dans le champ académique. Le nombre de sociologues ayant de manière principale ou secondaire « produit » en sociologie du militaire a crû. Le nombre de doctorants sur des problématiques relevant de cette dernière reste stable. Ensuite, de nombreux réseaux scientifiques ou sociétés savantes se sont institutionnalisés ou développés. Ils permettent aux chercheurs de sortir de leur isolement et de fédérer leurs efforts afin de rayonner autour de la sociologie du militaire. Toutefois, cette situation ne doit pas masquer que la production en sociologie du militaire ne représente toujours pas un « capital » axiologiquement neutre dans le champ académique français. C’est souvent un regard a minima circonspect qui se trouve posé sur ce type d’objets. C’est toujours et encore souvent le Ministère des Armées qui maintient, finance et recrute les sociologues du militaire, suscitant parfois tensions et méfiances de la part de l’Université.

La question de l’existence et de la place de la sociologie militaire n’appartient pas encore au passé.  

Les derniers paragraphes pourraient partiellement conduire à une nécessaire réorientation du projet scientifique, ou au moins sa dimension appelant à un travail autour d’une forme de reconnaissance disciplinaire des objets et des problématiques de la sociologie du militaire.

Or, comme on a pu le laisser entendre, de nombreuses voies d’effort existent, peut-être plus précises que par le passé, mais convergeant encore sur une meilleure connaissance et reconnaissance de la sociologie du militaire et de ses travaux.

Ainsi, encore peu nombreux sont les enseignements consacrés à cette dernière dans les cursus en sociologie. Quelques séminaires existent dans certains Master 2, mais de manière générale les étudiants souhaitant développer un travail de recherche sur des problématiques relevant de la sociologie du militaire n’ont que peu d’outils pour les guider. Ils n’ont à leur disposition aujourd’hui que deux manuels, dont un édité il y a plus de 20 ans. Quelques revues font un louable travail de recension, mais les travaux de sociologie du militaire doivent faire leur place parmi une large production relevant des Security ou War Studies. Il existe toujours une nécessité de créer un espace centralisé de diffusion d’un savoir de la sociologie du militaire, de mise à disposition de ressources numériques, de communications des évènements scientifiques et de débats. La sociologie du militaire n’en manque pas et il serait heureux de pouvoir faire de ce blog un lieu de discussion.

Et c’est sur ce dernier point que ce blog devrait poursuivre son effort. Les développements précédents ont employé les expressions de « Sociologie du militaire » et de « Sciences sociales appliquées aux affaires militaires ». Il a pu sembler aux lecteurs que les deux étaient interchangeables. En évoquant les travaux en sciences économiques ou de gestion, on peut évidemment d’ores et déjà remettre en cause cette perception. Toutefois, selon certains, la sociologie du militaire associerait travaux de sociologie et de science politique. Le spectre de ce qui relèverait de la sociologie du militaire est dès lors encore très large, puisqu’on pourrait aussi bien y trouver des travaux sur les motivations à l’engagement comme des analyses de nature géostratégique des conflits contemporains.

Un débat sur les méthodes et les objets de la sociologie du militaire est peut-être encore à poursuivre !

Nous espérons que le blog Sociologie militaire reprendra son rôle de passeur, en apportant des informations et une veille, en diffusant et en suscitant les échanges à travers différentes rubriques, supports auxquels chacun et chacune pourra contribuer.

L’équipe Sociomili