Communiqué de presse : n°840 de la Revue Défense Nationale

L’équipe a le plaisir de vous transmettre le communiqué de presse relatif à la sortie du nouveau numéro de la Revue Défense Nationale (RDN) consacré aux actes de la journée d’étude « Revenir du combat. Revenir du terrain sensible ».

La Revue Défense Nationale, dirigée par le général (2S) Jérôme Pellistrandi, consacre le dossier central de son numéro 840 aux actes de la journée d’étude « Revenir du combat. Revenir du terrain sensible », organisée en ligne par le domaine « défense et société » de l’Institut de Recherche Stratégique de l’École Militaire (IRSEM), le mercredi 14 octobre 2020. Ce dossier propose d’explorer les enjeux du retour, dans une perspective comparée entre militaires, journalistes et chercheurs.

Les articles du cahier central suivent la problématique de la journée d’étude. La pratique du terrain en sciences sociales est guidée par la préoccupation centrale de l’accès aux données des chercheurs sur le terrain, et ce d’autant plus lorsqu’il est considéré comme « sensible ». Les observations, les entretiens achevés, les informations recueillies, les problématiques liées au retour peuvent être considérées comme secondaires, ses modalités pratiques mises en arrière-plan. Or, c’est aussi dans les conditions du retour du chercheur (ou du journaliste) que semblent se jouer plusieurs dimensions incontournables de la conduite et de la continuité des recherches en sciences humaines et sociales : comment contrôler la transmission des informations sensibles recueillies ? Comment s’assurer de la bonne utilisation de ces informations par les institutions de rattachement ? Comment maintenir la continuité du lien avec les enquêté(e)s et de leur sécurité lors de la mise en forme et la publication des données ? Cette journée d’étude entendait confronter cette première approche du retour avec celle, plus singulière, des militaires, pour en analyser les modalités pratiques et les dispositifs d’encadrement.

Les lecteurs pourront découvrir les contributions du colonel (er) Michel Goya (« Ce que la guerre fait au combattant »), de Bénédicte Chéron (« La parole combattante dans les récits sur le contexte militarisé : imbrications et concurrences »), du lieutenant Camille Trotoux (« Militaire et chercheuse : les enjeux du retour du terrain sensible »), de Claire Billet (« Embarquée avec les Taliban : la mise en forme du discours journalistique »), de Romain Huet (« L’ethnographe comme traitre en puissance »), du général (2S) Jacques Manet (« L’institution militaire face au « retour d’expérience » du « terrain de guerre » ») ainsi qu’une synthèse rédigée par Anne Muxel (« Retours d’expérience »), directrice du domaine défense et société de l’IRSEM. L’introduction est cosignée par Camille Boutron, Christophe Lafaye et Florian Opillard (« Confronter les expériences pour saisir les enjeux du retour »). La coordination du numéro est assurée par Christophe Lafaye.

Vous trouverez ici le sommaire complet de ce numéro en suivant ce lien : https://www.defnat.com/revue-defense-nationale.php

Pour commander le numéro : https://www.defnat.com/revue-defense-nationale.php

Vous pouvez retrouver en ligne l’intégralité des interventions de cette journée sur la Web-TV de l’IRSEM : https://youtu.be/QQ83yW4Uvck

Pour aller plus loin, il est aussi possible de visionner le reportage réalisé par Claire Billet en Afghanistan pour France 24 à partir duquel se bâtit son témoignage présenté dans la revue (lien : https://youtu.be/qz-hCokn5j8) ainsi que le documentaire consacré au déploiement du 6e Régiment Etranger du Génie (REG) durant la guerre du Golfe (1990-1991) auquel fait référence la général (2S) Jacques Manet (lien : https://www.dailymotion.com/video/xja0za).

Toutes les actualités de l’historien et archiviste, Christophe Lafaye, chercheur associé à l’IRSEM et au groupe de recherche d’histoire (GRHIS) de l’université de Rouen, sont disponibles sur son blog de recherche « Expérience(s) Combattante(s) » : https://experiencecombattantelafaye.blogspot.com/

Contact : christophe.lafaye@gmail.com

Ouvrage : « Les transformations de l’action publique »

Le dernier ouvrage de Sébastien Jakubowski interroge les processus de transformation que rencontrent aujourd’hui en France les institutions publiques. Issu de son HDR, il pose la problématique suivante : En quoi les changements repérés impliquent-ils une transformation de l’action publique ? Dans quelle mesure une réinstitutionnalisation par le politique est-elle en cours pour recomposer et reconfigurer des institutions en prise avec le marché comme mécanisme de coordination ?

Trois institutions sont étudiées sur la base de travaux de recherche conduits depuis une quinzaine d’années : les armées, l’enseignement supérieur, les établissements scolaires. Elles sont confrontées à trois processus : la professionnalisation, la rencontre avec la figure coordinatrice du marché, l’intervention du politique. Ces processus servent de grilles d’analyse des terrains investis. Ils sont une invitation à réfléchir de manière plus large encore aux transformations de l’État, de l’action publique et à leurs conséquences sur les institutions publiques, leur forme organisationnelle et les individus qui y travaillent.


Toutes les informations sont disponibles ici : https://www.editions-harmattan.fr/livre-les_transformations_institutionnelles_de_l_action_publique_armees_enseignement_superieur_et_enseignement_scolaire_sebastien_jakubowski-9782343231327-69773.html

« L’armée de l’air en quête de son identité »

FACON Patrick, L’armée de l’air en quête de son identité, Paris, 2020, La documentation française, 487 p.

Préfacé par le général Lavigne, introduit par Marie-Catherine et Paul Villatoux, l’ouvrage est un hommage à Patrick Facon qui a passé la majeure partie de sa vie d’historien à étudier l’armée de l’air française. Le volume, constitué de son mémoire d’habilitation à diriger des recherches (HDR) et d’un recueil de 32 de ses articles, retrace la quête identitaire de la composante aérienne entre 1900 et 1960.

La démonstration s’articule autour d’une « trilogie identitaire ». Ainsi, après avoir rappelé les fondements stratégiques et les étapes clefs de la construction identitaire de l’armée de l’air, l’auteur développe tour à tour les discours doctrinal, technicien et symbolique qui se sont déployés durant le processus d’institutionnalisation de la composante aérienne.

Dès les débuts de l’aéronautique militaire, les aviateurs cherchent à valoriser les spécificités de l’avion et notamment ses avantages stratégiques. En défendant une indépendance de ce domaine d’action ils se dotent d’une puissante justification à l’autonomie institutionnelle. Néanmoins, la naissance de l’armée de l’air en 1934 constitue moins un aboutissement qu’une étape dans « une véritable errance » identitaire. Éminemment stratégique, le discours doctrinal constitue l’expression la plus visible et la plus significative de cette quête. Entendu comme les moyens intellectuels mis en œuvre par les aviateurs, il évolue en fonction des époques et des intérêts des aviateurs. Tour à tour défensif, intégriste, assagi, il varie également de niveaux et glisse de l’opératif au stratégique. Les réflexions s’articulent autour de l’utilité stratégique d’une composante aérienne devant justifier de sa spécificité notamment grâce à son caractère décisif dans la conduite des guerres.

Adossé à ce premier discours, on retrouve une rhétorique technicienne qui se veut l’antithèse de la stagnation intellectuelle en ce que l’arme aérienne est génératrice de progrès. L’idée d’un esprit professionnel et technicien propre aux aviateurs y est largement développée. L’auteur aborde également l’instrumentalisation de ce progrès technique. Les enjeux sont majeurs et concernent les luttes interarmées pour le contrôle des armes nouvelles ou pour la répartition des missions. Ainsi la capacité à maîtriser des armes nouvelles et à intégré leur emploi dans la doctrine constitue l’une des spécificités fondamentales des aviateurs : « leur statut de technicien qui éclaire lui-même l’identité de l’arme aérienne » (p. 64).

Enfin, le discours mythique vient clore cette « trilogie identitaire » avec l’invention du mythe des chevaliers du ciel et de nouveaux symboles. L’armée de l’air poursuit sa dynamique performative de différenciation. Que ce soit par l’adoption de terminologies propres à l’aviation militaire ou par le développement d’un discours de survie suite aux événements de 1940, il s’agit de couper toute attache avec l’armée génitrice, l’armée de terre, afin de pouvoir recommencer sur des bases nouvelles. Grâce à Patrick Facon et à son analyse historique de la construction de l’idéal-type wébérien du pilote de chasse, le lecteur comprendra plus aisément les hiérarchies symboliques et les rapports de domination qui existent encore aujourd’hui entre les différents groupes professionnels de l’armée de l’air et de l’espace.

Si l’auteur cloisonne chaque discours – par chapitre puis par thématique pour organiser ses articles – il s’agit d’une commodité à destination du lecteur. Il est fondamental d’appréhender la construction identitaire de l’armée de l’air selon une intrication étroite des discours. Ainsi la technique vient soutenir le discours doctrinal qui trouve une part de justification dans le mythe, lui-même largement abreuvé par le discours technicien. Le tout constituant un discours politique global de la différenciation au profit de l’institutionnalisation.

Cet ouvrage posthume fera date pour qui souhaite comprendre la place qu’occupe aujourd’hui l’armée de l’air dans le système de forces français. Particulièrement pertinent dans le cadre de travaux sociologiques, il permet de mettre en lumière les ressorts historiques des dynamiques actuelles de représentations et d’interactions de la composante aérienne. On ne pourra que regretter que l’absence de recherches similaires pour la période de 1960 à nos jours.

Pour aller plus loin :

AUBOUT Mickaël, Les bases de la puissance aérienne 1909 – 2012, Paris, 2015, La Documentation française

GRAND Camille, BOUTHERIN Grégory (dir.), Envol vers 2025, Paris, 2011, La Documentation française

FACON Patrick, Histoire de l’armée de l’air, Paris, 2009, La Documentation française

MAZOYER Sébastien et all., Les drones aériens : passé, présent, avenir. Approche globale, Paris, 2013, La Documentation française

PAJON Christophe, « Officiers de l’armée de l’air et pensée stratégique : de la formation à la construction du goût », Penser les Ailes françaises, n°34

PÉNA Louis, 50 ans d’enseignement pour une doctrine aérienne générale (1949 – 1999), Paris, 2014, La Documentation française

SCHWEISGUTH Étienne, SINEAU Mariette, SUBILEAU Françoise, Techniciens en uniforme. Les sous-officiers de l’armée de l’air et de la marine, Paris, 1979, Les Presses de la fondation nationale des sciences politiques

VENNESSON Pascal, Les chevaliers de l’air. Aviation et conflits au XXème siècle, Paris, 1997, Presses de la fondation nationale des sciences politiques

Recension de l’ouvrage de Christel Coton

Après quelques années d’absence, ce blog consacré à la sociologie militaire va peu à peu reprendre ses activités et faire état de l’actualité des réseaux et travaux scientifiques au sein de l’Association française de sociologie, de l’Association internationale des sociologues de langue française, de l’Association pour les études sur la guerre et la stratégie, du réseau ERGOMAS ou encore de l’IRSEM…

Pour commencer, et pour inviter les lecteurs à lire de la sociologie militaire, voici une recension de l’ouvrage de Christel Coton publiée sur le site de l’AEGES.

A bientôt, Sébastien Jakubowski

https://aegeslectures.wordpress.com/2017/08/25/officiers-des-classes-en-lutte-sous-luniforme/

L’IUS, one step beyond….

 

Chicago, quelques jours avant Halloween et le Hilton Palmer House… trois éléments qui feront immédiatement sens pour ceux qui s’intéressent à la sociologie militaire. La célèbre conférence de l’Inter-University Seminar on Armed Forces and Society (aussi éditeur de la non moins fameuse revue Armed Forces and Society) s’est en effet achevée dimanche matin 27 octobre sur les bords du Lac Michigan.

Malgré les craintes des effets du shutdown des Etats-Unis sur la participation, une nouvelle fois, la vénérable institution fut pendant quelques jours the place to be pour la sociologie militaire et plus généralement pour les sciences sociales appliquées aux affaires militaires. Plusieurs centaines de participants, des représentants de tous les continents, de très (trop ?) nombreux panels en parallèle… de quoi nourrir le plus boulimique des penseurs de la chose militaire.

Des genres de guerre au genre dans la guerre

Au-delà de la traditionnelle dimension pantagruélique de l’évènement – au total plus de 150 communications et environ 50 panels en parallèle, et plusieurs dizaine de nationalité représentées), que peut-on retenir de cette édition ? Il est évidemment difficile d’être exhaustif, l’auteur de ces lignes n’ayant pu par définition assisté à l’ensemble des communications.

Sans sombrer dans un trop fort impressionnisme voire à pointillisme, il semble qu’il soit possible de noter que l’influence (brûlante) de l’actualité guerrière de cette dernière décennie semble s’estomper.

Bien que certains panels fussent encore consacrés explicitement au terrorisme, à la contre insurrection ou au combat asymétrique, les thèmes classiques de la sociologie militaire ont repris le pas : identité militaire, relation civilo-militaire (conscription, relations politico-militaires, coopération civilo-militaire), profession et professionalisme, multinationalité, familles militaires, aires culturelles, etc. Si les conflits afghans et irakiens n’ont pas disparu des discours, il s’agit semble-t-il aujourd’hui plus d’en mesurer les conséquences dans les différentes problématiques générales du champ, que de les considérer comme des objets en soi.

Il s’agissait par exemple de la très stimulante communication d’Anthony King de l’université d’Exeter sur le combat urbain, selon une approche micro-sociologique. S’appuyant son prochain ouvrage, le sociologue anglais, à partir de l’observation et de l’analyse de la formation des forces spéciales,  présenta des pistes intéressantes sur l’avenir de la cohésion dans les unités militaires. Discutables et discutés, ses propos s’appuient sur l’hypothèse d’une rupture d’une importance comparable à celle identifiée par Morris Janowitz en son temps.

Parmi les thèmes mainstream de cette conférence, il convient de souligner le succès des panels consacrés au Gender Studies. Au nombre de trois, ils ont accueilli un public très nombreux. Autour de la figure tutélaire de Mady W. Segal, les différentes interventions ont souligné combien la question de la « féminisation des armées» – pour employer une terminologie plus répandue – était loin d’être close. Des politiques d’intégration dans les spécialités combattantes à l’effet de la présence des femmes en opérations, les diverses communications ont bien démontré combien le sujet restait pertinent.

Il est à souligner également le tenue de panels consacrés à des thèmes émergents comme la cyberdefense ou la « robotisation » de la guerre (même si on peut discuter de la pertinence de l’emploi du terme « robot ».

Ces quelques lignes, il faut à nouveau le souligner, n’ont pas vocation à rendre totalement compte de la conférence, mais à expliciter une vision forcément subjective de cette évènement.

Ambiance et vie administrative

Une demi-douzaine de chercheurs français était présente lors de cet évènement. Tous communicants, on pouvait compter parmi eux des membres du Centre de recherche de l’armée de l’air (CReA), du Centre de recherche des Ecoles de Coëtquidan (CREC) ainsi que de l’Institut de recherche stratégique de l’Ecole militaire (IRSEM). A l’échelle européenne, de très nombres centres ou laboratoires spécialisés dans la sociologie militaire et les questions de défense étaient également représentés.

Toujours très stimulante, cette conférence a permis de nombreux échanges qu’il n’est pas toujours possible d’avoir au regard du nombre parfois réduit du nombre de chercheurs spécialisés dans ce domaine.

Enfin la conférence de l’IUS a été l’occasion d’annoncer officiellement le changement de présidence. James Burk, sociologue, professeur à l’Université du Texas, spécialisé dans l’étude des relations civilo-militaire (et auteur de l’unique biographie de Morris Janowitz) a succédé à John Allen Williams, professeur de Science Politique à la Loyola University Chicago (spécialiste des politiques de défense et de sécurité américaine).

CP

L’internat militaire

Alors que la journée d’études consacrée aux ficelles du métier de chercheur dans le contexte militaire approche, je vous présente  un moyen d’étudier le fait militaire à la lumière d’une approche de la sociologie de l’éducation.  Cette démarche s’inscrit à la fois dans une approche non spécifique de l’objet militaire1, et les aléas de mes lectures.

En l’occurrence, il s’agit de l’ouvrage de Philippe Glassman intitulé  «L’internat scolaire. Travail, cadre et construction de soi. » paru aux PUR dans la collection sens social au premier semestre 2012. Notre texte est moins une fiche de lecture qu’un essai invitant les sociologues militaires à sortir de leur bulle2 et les sociologues tout court à venir voir ce qui se passe chez nous.

Nous commencerons notre propos par l’analyse des internats militaires au regard des autres internats. Nous mettrons l’accent,  à partir de l’ouvrage précité, sur l’inscription des internats militaires dans le cadre interprétatif de l’auteur afin d’éclairer la notion de spécificité militaire. Nous conclurons sur le rapport qu’entretient le sociologue avec son terrain, son objet.

L’auteur étudie avec un corpus très fourni l’internat en France. Il écarte d’emblée les internats des CPGE pour se consacrer aux collèges et lycées. Ce choix est légitime en ce sens que l’auteur et ses disciples se consacrent au sens donné par les individus à son installation hors de sa famille et à l’idée d’une contrainte de scolarisation. [Glassman, 2012 : 19]. Cette mise au ban des CPGE ne nous arrange pas. Ce que nos recherches ont montré, c’est la difficulté en France à accéder au terrain « internat d’une CPGE » a fortiori militaire. D’une part il faut y avoir accès physiquement  (Glassman bénéficie d’un contrat de recherche lui ayant ouvert beaucoup de portes) et individuellement : le temps scolaire des CPGE n’est pas immédiatement accessible pour l’enquēte sociologique ; elle demande la confection d’un corpus divers;

Avant de présenter son corpus quantitatif et qualitatif l’auteur donne quelques précautions quant à ses intentions. Nous en retiendrons une qui nous a paru particulièrement saillante dans le domaine des internats militaires :

« L’objectif n’est pas de travailler ici sur le fonctionnement ou les dysfonctionnements des internats, ni sur leur « réussite « ou leurs « échecs » ; ce travail se situe dans le champ de la sociologie de l’éducation, non dans la sociologie des organisations »   [Glassman, 2012 : 24]

L’ambigüité du statut du chercheur doit être impérativement levée, a fortiori militaire, puisque les audits sont légions. Étrangères à la différence entre enquête sociologique et enquête d’audit, les forces doivent être rassurées par le chercheur.

Une inscription théorique ordonnée

« On se situe loin ici de la seule fonction d’accueil et d’hébergement, sans pour autant que ressurgisse l’idée d’un « dressage » qui a pu prévaloir en d’autres temps et que les travaux de Goffman ou de Foucault ont soulignée ; il n’est même pas certain que pour la majorité des établissements privés, on puisse encore parler, comme cela pouvait être le cas dans un collège jésuite des années 60 d’une « éducation totale »3 » [Glassman , 2012 : 40]

L’auteur préfèrera utiliser la notion de cadre (présent dans le titre de son ouvrage) [Glassman , 2012 : 125] qu’il estime moins forte que celle d’institution, et encore moinsh forte que celle d’institution totale acclimatée par Goffman. Cette notion présente plusieurs traits objectifs : un espace physique délimité (pas forcément fermé) ; un découpage du temps (rythmé et régulier) ; des permissions et des interdits ; des encadrants ; et enfin un système normatif explicite ou implicite. Et s’inscrit chez les individus  dans des représentations repérées par le sociologue : le cadre rythme, le cadre travail, le cadre protection et le cadre contrôle  [Glassman , 2012 : 129].

Cette inscription théorique semble une version épurée de celle de Goffman qui présente l’intérêt de fournir une grille de lecture et d’analyse au sociologue. Elle apparaît légitime au regard de l’évolution du personnel des internats et de son public. Pour faire simple, les cadres sont moins convertis aux logiques de l’institution et les internes « plus éduqués à l’auto contrôle qu’à une soumission passive à une force extérieure » [Glassman , 2012 : 172].

Voilà le modèle et il fonctionne !

Un petit village au nord de la Gaulle semble lui résister, le bougre : c’est celui des internats de la Défense nationale. Ici, contrairement au modèle que dresse Glassman « les éducateurs sont des militaires de carrière et veillent activement, avec les surveillants, à l’application des prescriptions réglementaires » [Glassman , 2012 : 172]. Là, le modèle des pensionnats 4, est une institution totale qui n’existe guère plus. Double coup au moral pour Marcel : arguments pour la « spécificité du militaire » ou formulation malheureuse de l’auteur ?

L’internat en CPGE militaire n’est pas un choix, juste un « prix à payer »

D’abord pour préparer un concours militaire dans un lycée militaire il faut faire un CPGE militaire : l’internat est obligatoire dans ce cas.5 Cela n’arrête pas l’enquête sociologique. En effet, quand un individu souligne qu’il n’avait pas le choix de l’internat militaire, il renseigne un choix rationnel, par exemple  en finalité : les avantages de cet internat (avoir un % de réussite au concours conséquent) dépassent les  désagréments. L’évidence  [Glassman , 2012 : 137] témoigne du primat accordé au résultat. Les élèves des CPGE sont plutôt des héritiers qui ont intégré, comme le souligne l’auteur, la connaissance et la reconnaissance des enjeux scolaires.

L’institution militaire, un modèle de socialisation anticipatrice

Choisir cet exemple n’a rien d’exceptionnel. Robert K. Merton l’a fait lorsqu’il forgea ce concept. Pourtant,sans s’inscrire dans les débats classiques de la sociologie militaire6 l’auteur jette un pavé dans la marre.

« On retrouve cette visée de socialisation anticipatrice à un milieu professionnel dans l’école militaire visitée au cours de cette enquête ; la quasi-totalité des garçons et filles y est interne, et ce, d’autant plus que l’école recrute sur tout le territoire français. (…) Ils sont doute prédisposés, par l’éducation reçue dans leur milieu et par leur ambition professionnelle, à accepter ou supporter un certain nombre de contraintes qui pourraient, autrement, apparaître comme surprenantes » [Glassman , 2012 : 148]

Dans quelle tribu s’est retrouvé cet ethnologue ? La surprise, que nous avons repris dans la citation ci-dessus, est-elle celle du chercheur profane ? De l’ethnologue qui exotise son terrain et n’en restitue, au mieux, qu’une partie visible, au pire, la projection de ses propres représentations ? Poursuivons ce paragraphe :

« Si la chambre n’est pas jugée impeccable, c’est toute la chambrée qui écope d’une punition collective. Les élèves sont en uniforme toute la journée, les éducateurs, des militaires, veillent à ce que ne s’introduisent aucun « débraillé » qui vienne rompre le bel ordonnancement de la tenue réglementaire et répriment sévèrement les élèves dont « le tee shirt sort du pantalon » » [Glassman , 2012 : 148]

« Punitions collectives », « répressions sévères », « bel ordonnancement », références ambiguës aux départs d’internes qui ne s’y sont pas faits selon leurs « camarades ». Ce tableau, à peine monté par mon  propos, fait peur.

L’étude d’un lycée militaire semblable7 met plutôt l’accent sur des cadres limitant les ardeurs des  jeunes qui se voient militaires avant que d’être ; un public composé en partie de pupilles de la Nation où les assistantes sociales ne chôment pas ; les punitions collectives sont prohibées dans les enceintes militaires; une vigilance envers le bizutage par la mise en place d’un cadre des traditions…

Ces deux positions questionnent l’éthos du chercheur et renvoient à un relativisme culturel, où :

« Une analyse des valeurs de la culture décrite qui s’opérerait  dans le langage de l’Etranger, c’est-à-dire par des références à des valeurs étrangères, serait en ce cas contre-sens symbolique généralisé, racisme pur si l’on préfère, puisqu’une telle description se ferait en même temps évaluation arbitraire de l’altérité en instaurant dans l’interprétation du sens un rapport inégal, dépourvu de tout répondant dans la réalité des rapports sociaux. » [Passeron, 1994 : 394]

La première position et la seconde renvoient donc à des postures déjà identifiées par le sociologue JC Passeron dans son « raisonnement sociologique » : la première, s’apparente, à mon sens,  à une forme de misérabilisme : en outre, elle se nourrit « d’un air navré [de] toutes les différences comme autant de manques » [Passeron, 1994 : 397] ;  la seconde, la mienne, s’apparente à une forme de populisme qui rend hommage à l’identité culturelle des dominés via la « méconnaissance chaleureuse des privations et des exclusions » de cette culture. [Passeron, 1994 : 397]

L’idée qu’une position éloignée de ces deux pôles est souhaitable pour le sociologue fleure bon l’évidence. On peut aussi estimer que cette posture est un objet sociologique puisque, dans un cas comme dans l’autre, le chercheur entretient un rapport axiologique non neutre. Ainsi,  objectiver le rapport que l’on entretient avec son terrain permet de mettre en perspective ses propres résultats.

Exemple ? Un chercheur militaire s’intéressant au fait militaire ne peut mettre de côté sa loyauté et son adhésion, voire son désenchantement envers l’Institution pour rédiger ses analyses ; elles sont à l’origine de son ethos  de chercheur ; elles sont aussi le produit d’une socialisation militaire s’incarnant dans une disposition apprise, objet sociologique par excellence.

 

 

Bibliographie

 

J-P. Faguer  (1991) « Les effets d’une « éducation totale ». Un collège jésuite, 1960. » Actes de la recherche en sciences sociales, n°86-87, p.25-43.

D. Glassman (2012), L’internat scolaire. Travail, cadre et construction de soi. Presses Universitaires de Rennes, collection Le sens social, premier semestre 2012, 260 pages

E. Goffman (1968), Asiles, Etude sur la condition sociale des malades mentaux, Éditions de Minuit, Paris, (1ère éd. 1961)

J.-C. Passeron (2006), Le raisonnement sociologique. L’espace non-popperien du raisonnement naturel, Paris, Nathan, 1991 670 pages

  1. pour aller vite, le fait militaire est étudié sans s’inscrire dans une histoire de la pensée de la sociologie militaire []
  2. Entendez champ scientifique de la sous discipline []
  3. Voir les travaux de Faguer JP []
  4. entendre internat long, c’est-à-dire rester le weekend []
  5. Un internat « long » comme précisé auparavant. []
  6. déjà montrés sur ce carnet ;  voir notamment l’opposition de l’auto sélection et socialisation []
  7. à paraître prochainement dans  la fameuse collection « thèse de doctorat » []

La socialisation des élèves officiers

Notre collègue et ami Claude Weber publie un ouvrage aux Presses Universitaires de Rennes. Nous attendons de pouvoir le lire dès sa sortie : « A Genoux les Hommes Debout les Officiers ». Le  travail ethnographique de M. Weber s’inscrit dans une recherche de plusieurs années en sociologie militaire. Cela prend du temps ;  le temps de la recherche n’est pas forcément le temps militaire. Ce n’est pas le cas ici.

Qui sont les Saints-Cyriens ? Comment se déroule la formation militaire, académique et humaine des futurs offi ciers de l’armée de Terre ?  Comment, à partir d’un ensemble d’individus, naît une promotion ? Que revêtent les traditions saint-cyriennes et comment se transmettent-t-elles de génération en génération d’élèves ? Pour la première fois, un chercheur a suivi, sans restriction, une promotion de l’École Spéciale Militaire de Saint-Cyr. Dans ce livre, Claude Weber nous fait partager ses trois années d’observations et nous fait pénétrer au sein de cette prestigieuse institution créée par Napoléon il y a plus de deux cents ans. Des activités d’instructions au fond des landes bretonnes jusqu’aux forêts inhospitalières de Guyane, l’auteur nous donne à voir le quotidien des élèves et de leurs cadres et formateurs. Ce travail inédit sur la socialisation s’adresse à tous ceux qui s’intéressent aux questions de Défense (élèves, cadres militaires et civils, qui sont passés par Saint-Cyr ou s’y destinent), et plus largement, aux chercheurs, étudiants et enseignants en sciences sociales.

Ethnologue de formation et travaillant depuis près de 20 ans sur les thématiques militaires, Claude Weber est actuellement Maître de Conférences en sociologie aux Écoles Militaires de Saint-Cyr Coëtquidan où il dirige le département de sociologie. Chercheur au sein du pôle d’excellence « Action globale et Forces terrestres » du Centre de Recherche des Écoles de Coëtquidan, il est également membre du CIAPHS (Centre Interdisciplinaire d’Analyse des Processus Humains et Sociaux – EA 2241) de l’université Rennes 2.

 

Briller sous l’épaulette : Compte rendu de lecture

Marcel nous propose sa lecture de l’article de Christel Coton, « Briller sous l’épaulette » Capital culturel et capital combattant dans le corps des officiers de l’armée de terre,  dont nous avions fait l’annonce dans un précédent billet.

Dès l’introduction, l’auteur s’inscrit explicitement dans le cadre d’une « sociologie de l’institution militaire » qui s’émancipe (1) d’une tradition américaine qui n’aborde les élites militaires qu’au prisme de ses homologues civils1 , et (2) d’une représentation néophyte et homogène du corps des officiers de l’AT (armée de terre). Nous proposons une relecture des propos de l’auteur en les inscrivant dans le cadre d’un modèle idéal typique de la carrière, qui fait écho, comme le suggère l’auteur, aux singularités des parcours de certains officiers [Hamelin, 2003].

Il s’agit, à l’échelle individuelle, de retracer les différentes étapes « les dispositifs de sélection et de consécration » institutionnels (p.17).  Le problème soulevé par l’auteur est celui de la circulation, de « transmutation » des capitaux en capital symbolique.

En effet, analyser le poids (dénié) des capitaux scolaires dans la carrière professionnelle des officiers conduit à s’interroger plus généralement sur tout ce qui permet la reconnaissance du capital scolaire et culturel dans un espace professionnel et social a priori distant des accréditations scolaires. (p.17)

Dans cette lecture diachronique plusieurs éléments mettent en avant la sélection en amont d’un capital scolaire par un concours à l’issue d’une CPGE. Ces classes, parfois militaires, préparent bien plus qu’aux épreuves scolaires du concours puisqu’elles (1) transmettent un capital combattant anticipé2, (2) et créent une rupture avec les élites scolaires dans le cadre d’une institution totale.3

Le capital scolaire crédité par la réussite au concours, le classement à l’entrée et le classement à la sortie de l’ESM (p.18) , et in fine le choix d’une arme combattante (p.23) constitue les éléments déterminants de l’entrée dans la carrière d’un officier de l’armée de terre.  La première partie de carrière offre des possibilités « d’action au feu » (p.20). Elles ne sont monnayables sur le marché de la légitimité que dans la mesure où ces actions sont offertes significativement4 aux individus ayant fait les choix de carrière les plus prisés (arme, régiment), eux-mêmes subordonnés aux différents classements « scolaires ». La réussite contingente  de l’exercice du commandement ou du terrain  n’est pas, « en théorie », reliée « aux qualités scolaires et académiques (p.22). Le prestige du terrain n’exerce pas un effet objectif sur la légitimité de l’individu et s’éprouve au prisme de « dispositions langagières et corporelles » créatrices de « réputations ». Ces dispositions objectivées par la sociologue s’incarnent dans :

[L’imposition] dans l’entre-soi en monopolisant les discours, en se distinguant dans le collectif et en apparaissant comme des « figures » reconnues dans le groupe. L’attention au langage et le goût pour le bon mot qui vont de pair avec l’entretien et le maintien de la face en public constituent des ressources à part entière dans les stratégies de distinction engagées entre officiers. (p.24)

L’utilisation régulière du registre sociologique bourdieusien souligne l’importance de la domination d’une élite dans le champ considéré. Celle-ci se reproduit en partie dans la transmission précoce (en amont du concours) des codes pour rentabiliser les ressources rares qui mènent à la légitimité et « aux étoiles ». Cette transmission s’effectue dans les corniches (lycée et CPGE militaires) . Ces institutions jouissent d’individus largement (pré)disposés à recevoir les « dits codes ». L’étude de ces « prédispositions » en CPGE militaires, voire en lycées militaires, demeure, même dans l’excellent article de Christel Cotton et dans la littérature sociologique, une boîte noire. Cela méritera un travail de déconstruction méthodique.

Bibliographie

Burawoy Michael, « La domination est-elle si profonde ? Au-delà de Bourdieu et de Gramsci », Actuel Marx, 2011/2 n° 50, p. 166-190.

Coton Christel, « Briller sous l’épaulette » Capital culturel et capital combattant dans le corps des officiers de l’armée de terre, Actes de la recherche en sciences sociales, 2012/1 n° 191-192, p. 14-27.

Darmon Muriel, « La notion de carrière : un instrument interactionniste d’objectivation », Politix. Revue des Sciences Sociales du Politique, vol. 21, n° 82, juin 2008, p. 149-167.

Hamelin Fabrice, « Le combattant et le technocrate. La formation des officiers à l’aune du modèle des élites civiles », Revue française de science politique, 2003/3 Vol. 53, p. 435-463.

Paveau Marie-Anne « Les frontières discursives de la militarité », Langage et société 4/2000 (n° 94), p. 45-74.

  1. L’auteur évoquera la référence aux élites civiles (p.22) pour souligner la volonté de maintenir les référents propres dans la sélection des élites militaires []
  2. L’auteur parle tour à tour « projections anticipées », de « dispositions spécifiquement militaires » dans la conclusion de son article. Le capital combattant est constitué par l’expérience combattante et de commandement, elle se rapproche du concept de militarité [Paveau, 2000]. []
  3. C’est la fameuse singularité développée par Hamelin []
  4. Voir les traitements préférentiels ceteris paribus dans les corps de troupe (p.23). []

ARSS n°191-192

Le dernier opus des Actes de la recherche en sciences sociales n°191-192 présente, dans son dossier consacré aux « Légitimités culturelles Classes sociales et modes de domination (2) », un article de Christel Coton intitulé  Briller sous l’épaulette Capital culturel et capital combattant dans le corps des officiers de l’armée de terre. Nous reproduisons ci-dessous le résumé de cet article :

À l’armée comme ailleurs, les ressources scolaires et culturelles conditionnent l’accès aux plus hautes fonctions. Mais si l’institution militaire est de plus en plus engagée dans la mobilisation de critères et de dispositifs universitaires pour orchestrer la sélection de ses élites en interne, elle entretient également l’idée qu’en définitive, seules les qualités militaires peuvent motiver l’avancement de ses élites. L’enquête menée en milieu officier donne à voir combien capital scolaire et capital combattant ne sauraient être compris dans une stricte relation d’opposition. En effet, un certain nombre de dispositifs travaillent en réalité à convertir les dispositions scolaires des plus dotés de l’institution en capital combattant, c’est-à-dire en sources de reconnaissance toute personnelle, attestant du déploiement de qualités spécifiquement militaires. Cet article se propose d’étudier les processus institutionnels et sociaux qui autorisent, dans le corps des officiers, la conversion des titres scolaires et des ressources culturelles en capital symbolique, c’est-à-dire, dans le cas de l’armée de terre, en distinctions et qualités proprement militaires.

Le site lectures propose de faire un compte rendu de ce numéro de revue. Plus d’infos : http://lectures.revues.org/7930

Le militaire en opérations multinationales {MAJ}

Le militaire en opérations multinationales
Le militaire en opérations multinationales

La thèse de doctorat de  Delphine Resteigne vient d’être publiée aux éditions Bruylant  sous le titre suivant :

Le militaire en opérations multinationales. Regards croisés en Afghanistan,  en Bosnie, au Liban.

Vous trouverez toutes les informations utiles sur la page de l‘éditeur

 

Voici la 4ème de couverture :

Au cours de ces dernières années, les forces armées de différents pays ont de plus en plus été amenées à travailler sur les mêmes théâtres d’opérations. C’est ce cadre multinational et de spécialisation croissante, mais aussi les interactions avec les intervenants civils et les populations locales qui caractérisent les missions actuelles. Et, même si les décisions d’engagement restent fixées en dernier ressort par les gouvernements nationaux, la configuration multinationale et modulaire des forces est devenue inévitable. Pour mieux comprendre ces contextes professionnels particuliers, la première partie de ce livre s’attache tout d’abord à retracer les principaux changements rencontrés dans les organisations militaires. Traditionnellement considérées comme des milieux homogénéisés par une culture organisationnelle forte et cohésive, cette première partie relève les éléments de différenciation qui les ont rendu progressivement plus diverses. Le deuxième volet propose ensuite une analyse empirique de trois études de cas menées en Afghanistan, en Bosnie-Herzégovine et au Liban et décrit minutieusement la vie quotidienne des militaires déployés ainsi que les principaux déterminants de collaboration observés. Sur base d’entretiens et d’observations menées in situ, l’auteur s’attache ainsi à dépeindre la dimension multinationale des opérations actuelles à travers ses facteurs organisationnels et culturels, en montrant combien ces milieux présentent non seulement des avantages mais aussi d’importants défis pour des militaires davantage habitués à une unité de commandement.1

F de Saint Victor a publié une recension de cet ouvrage:

Du fait de différents facteurs (géopolitiques, économiques, technologiques, socio-culturels, etc.), l’action des forces armées a, ces dernières années, de plus en plus tendance à s’inscrire dans un cadre multi acteurs. Il est caractérisé à la fois par la présence en un même lieu de contingents de différentes nationalités ainsi que par la présence à un niveau élevé d’acteurs civils (population, experts, etc.). Ces caractéristiques ne sont pas sans conséquences pour l’action des militaires. Elles influencent au quotidien sur le plan organisationnel et culturel leur mission.  S’appuyant pour son étude sur le cas des militaires belges, Delphine Resteigne décrypte ces rapports entre acteurs et propose une modélisation de la coopération militaire pour aider à comprendre les pratiques observées et les interactions. Pour cette enseignante en sociologie à l’École Royale Militaire belge, ce travail est l’aboutissement d’un doctorat qui s‘appuie sur une importante enquête de terrain. Les entretiens, les observations et les questionnaires ayant été menés auprès de militaires belges, en garnison et en opérations, principalement au Liban, en Bosnie et en Afghanistan… (lire la suite)
La revue DSI a fait de même :
Sociologue de défense en poste à l’Ecole Royale Militaire de Bruxelles, Delphine Resteigne livre dans cet ouvrage la substantifique moelle de sa thèse de doctorat, durant la préparation de laquelle elle a été amenée à suivre les militaires belges en opération en Afghanistan, au Liban et en Bosnie. Elle y a alors mené des recherches sur les environnements multinationaux et leurs impacts sur les armées, de la vie au quotidien jusqu’aux questions de gestion des forces en opération… (lire la suite)

  1. http://www.bruylant.be/st/nl/fiche.php?id=14095 []

Partir, Inflexions n°18 (actualisé)

La nouvelle livraison de la revue Inflexions nous propose un dossier sur le thème « Partir ».

Le fait de partir, pour un militaire, peut consister en l’action de quitter un compagnon, une famille, un groupe, un régiment, une vie sociale.. Cette privation initiale se double de l’absence du « parti » chez ceux qu’il laisse. On songe ici autant à l’accompagnement qui est proposé par l’institution aux familles, qu’au stress partagé lié à l’incertitude du retour. Il est l’essence de la spécificité militaire, avec par exemple les mutations, les Opex et Opint, les formations, la reconversion des carrières courtes..

Ce départ est aussi un acte positif : il est ici nécessaire (rusticité de l’adaptabilité à un contexte nouveau Vs routine), là revendiqué (motivation à l’engagement : « voir du pays »). Il peut en outre être vécu comme une expérience extra-ordinaire, dont le retour (« partir et revenir ») nécessite parfois un cadre médico-psychologique ou un accompagnement social.

Ces quelques dimensions, et d’autres, structurent ce nouvel opus1 en donnant la parole à des cinéastes, des juristes, des historiens, des sociologues.. civils et militaires2 .. En attendant de lire ce document, nous vous proposons le sommaire du numéro 18 de la revue Inflexions (2011)3. Nous avons rajouté les présentations des différents articles, reprises depuis le site d’inflexions.

(..)

DOSSIER
Pour être « une petite chandelle émerveillée de la vie »entretien avec Pierre Schoendoerffer
Comment peut-on s’en aller en guerre ? Inflexions a posé la question au cinéaste et romancier qui s’est confié avec chaleur, confiance et émotion. Le parcours d’une vie, l’annonce de projets et l’évocation de la mort, la sienne, celle qui met fin à tout départ.
Abraham, aventurier de Dieu et de l’humanitéFrançois Clavairoly
Partir est un geste éloquent. Et ce que dit ce geste est illustré de façon exemplaire dans la littérature biblique par la figure d’Abraham : partir est à la fois éloignement et retrouvailles.
« Engagez-vous, vous verrez du pays ! »Éric Deroo
Les armées françaises ont toujours fait appel aux images et aux slogans pour attirer des volontaires. Avec l’épopée coloniale, l’exotisme offre un nouvel argument de poids. La fascination pour l’Orient, le séjour initiatique outre-mer deviennent constitutifs d’une véritable culture, en particulier au sein des troupes de marine.
Un rêve saharien ?Jacques Frémeaux
Le Sahara, dont la conquête fut l’une des grandes entreprises impériales françaises, demeure sans doute un de ses mythes les plus marquants. Et contribua à former un type d’officier français qui sut partager la vie des nomades, les comprendre et imposer ses arbitrages.
Prendre le large. La vie de « marin de guerre »Arnaud Provost-Fleury
Partir constitue depuis toujours une destinée consubstantielle de la condition de marin, qu’il soit plaisancier, pêcheur ou militaire. Prendre la mer implique une relation particulière au bateau, à l’action, au milieu naturel, au danger, à la famille, au temps, à l’équipage, au commandement…
En photos… (ECPAD)
« Je vous dis à très bientôt »Nicolas Barthe
« Heureux en famille, heureux en amour, entouré d’amis, pourquoi je quitte ce monde doré pour six mois ? » Le témoignage d’un jeune lieutenant.
Carnet d’un sergentChristophe Tran Van Can
Difficulté de l’arrachement à la famille mais fierté d’être responsable de ses hommes et de tester « pour de vrai » ce qu’on a appris. Le sergent Tran Van Can livre ici des extraits du journal qu’il a tenu à l’occasion de sa mission en Afghanistan.
« Partir, c’est mourir un peu… » Nostalgies d’hier et d’aujourd’huiYann Andruétan
Louis XIV est inquiet. Ses meilleurs soldats, ses gardes suisses, sont pris de langueur lorsque résonne le Ranz des vaches. Paralysés par le « mal du retour », la « nostalgie ».
Légion étrangère : partir en chantant Benoît Durieux
Celui qui rejoint la Légion cherche à trouver autre chose, mais aussi à quitter son passé et à recommencer sa vie. Une fois engagé, sa quête se poursuit, son esprit tout entier tourné vers son prochain départ pour le combat. Et, cela, ce sont les chants de la Légion qui en parlent le mieux et nous révèlent son âme…
En chansons…
Vingt ans d’absence. Le cas des soldats marocains – Abdeslam Benali
Les très longues durées d’absence du militaire sont une particularité des forces armées royales marocaines. L’organisation traditionnelle des familles, les aides et solidarités permettent que le fonctionnement familial se stabilise avec l’éloignement du père.
Celles qui restentEmmanuelle Diolot
Pendant l’absence se met en place un jeu de dupe pour le bien de l’autre. Un jeu qui laisse des traces, d’autant que « celles qui restent » ne se sentent pas valorisées : « double peine » affirme l’auteur.
Il n’est pas plutôt revenu qu’il lui faut repartir !André Thiéblemont
Les soldats français sont aujourd’hui des semi-nomades. Ce qui n’est pas sans poser de problèmes. Sur le plan professionnel avec l’instauration implicite d’une hiérarchie de compétence fondée sur la participation aux opérations extérieures, mais aussi sur le plan familial et affectif.
Un choix assumé, des contraintes partagéesSéverine Barbier
Une grande majorité de jeunes recrues embrassent la carrière militaire dans le cadre d’une quête identitaire ou par tradition familiale. Elles n’ignorent pas que leur carrière sera ponctuée de nombreux déplacements, missions ou affectations à l’étranger. Quelles relations les militaires nouent-ils avec la notion de départ ?
Se préparer au départBertrand Noirtin
Plus que jamais, la préparation opérationnelle des forces doit intégrer les dimensions humaines, notamment la culture et l’organisation sociale des pays dans lesquels elles vont être projetées. C’est le rôle de l’École militaire de spécialisation de l’outre-mer et de l’étranger.
Quand la famille part aussi…Délia Dascalescu
Du départ en urgence, seul, pour une mission de courte durée, au départ de longue durée en famille, attendu et minutieusement préparé, les contraintes et les effets sont radicalement différents.
Quels enjeux pour ceux qui restent ? Regards sur les familles de militairesVirginie Vautier
Depuis la première guerre du Golfe, une attention particulière est portée au sein des armées aux conséquences psychiques des missions opérationnelles. Mais cette préoccupation est centrée sur le soldat. Qu’en est-il des familles ?
Partir en Algérie, partir d’AlgérieMarc Bressant
Entre 1956 et 1962, deux millions de jeunes Français « appelés sous les drapeaux » ont passé deux années de leur vie en Algérie. Dans quel état d’esprit sont-ils partis ? Qui étaient-ils devenus et que ressentaient-ils quand, deux ans plus tard, ils repartaient ?
Dromomanies militairesPatrick Clervoy
Dans les armées, la fugue prend le nom de désertion. Un fait grave. Or les experts du XIXe siècle ont regardé les fugueurs comme de grands malades, victimes d’une pathologie appelée « dromomanie ».

POUR NOURRIR LE DÉBAT
Afghanistan : comment en sortir ?Jean-Charles Jauffret
Au moment où la mort de Ben Laden marque un premier succès d’importance sur le terrorisme, il convient de s’interroger sur les diverses possibilités de sortie de crise en Afghanistan où les Américains et la quarantaine de nations qui composent la fias interviennent contre un ennemi diffus mais tenace depuis 2001.
Mesurer les violences sur le champ de bataille européen au XIXe siècleWalter Bruyère-Ostells
Quelle est l’évolution des formes de violences dans les batailles ? De l’usage intensifié de l’artillerie et de l’efficacité renouvelée des armes à feu individuelles, au combat à la baïonnette revisité par la vision héroïque des mémorialistes.
Droit et spécificité militaire – Emmanuel-Marie Peton
La spécificité militaire a souvent été étudiée d’un point de vue philosophique et sociologique. Or l’approche juridique permet également de comprendre son évolution.4

  1. Nous ne nous sommes pas encore procuré l’ouvrage. []
  2. Le lecteur averti fera le lien avec le sous-titre de la revue « civils et militaires : pouvoir dire » []
  3. http://www.ladocumentationfrancaise.fr/catalogue/3303334100185/index.shtml []
  4. http://inflexions.fr/revue/numero-18 []

« Le soldat et la Nation »

Diploweb
Diploweb

Je vous invite à lire l’article de l’historienne Catherine DURANDIN sur http://www.diploweb.com/Le-soldat-et-la-Nation.html

A l’occasion des commémorations du 11 novembre 1918, Catherine Durandin s’interroge sur le lien qui unit en France l’Armée et la Nation. L’auteur construit sa réflexion sur des exemples récents en Afghanistan puis en Libye. C. Durandin constate que les Français ont une vision très fragmentaire de leur Armée. Tantôt, elle est vue comme « ces jeunes soldats mourant pour rien dans des opérations à éviter » parce que le sens fait défaut, tantôt elle est appréciée comme dans un « show » de technologie triomphante.1

  1. Le soldat et la nation http://www.diploweb.com/Le-soldat-et-la-Nation.html, publié le 4 novembre 2011 Copyright Novembre 2011-Durandin/Diploweb.com []