Appel à communication : Les patriotismes

Académie militaire de Saint-Cyr Coëtquidan

Depuis le 20ième siècle, la mondialisation (Dufour 2006), la massification de la mobilité internationale des populations (Withol de Wenden, 2017), l’insécurité culturelle (Bouvet, 2015) et les multiples revendications identitaires (Baudry, 2015) mettent à rude épreuve l’appartenance, l’enracinement et l’attachement des individus au territoire national. Du patriotisme économique, synonyme de contrôle du commerce et du capital, au patriotisme d’État porté par des institutions politiques ou au patriotisme du soldat engagé pour défendre son pays contre une menace extérieure, en passant par la figure du patriote associée au personnel hospitalier qui émerge au plus fort des crises sanitaires ou encore du patriotisme sociétal lié aux actions citoyennes du quotidien (Billig, 2004; Augé, 2020), l’expression des formes patriotiques apparait diversifiée. Il existe donc des patriotismes, au pluriel, dont les formes d’expression diffèrent selon les époques, les contextes et les situations (Daucé, Houérou, Rousselet, 2013). Dans une étude publiée en 2001, l’historien néerlandais Von Sas diagnostiquait un sentiment patriotique en mutation, encastré dans des contextes singuliers. Pourquoi l’expression – collective ou individuelle – du sentiment patriotique en France est-elle si discrète ? Comment expliquer l’approbation citoyenne du discours patriotique par les institutions d’État (armée, administration publique), les partis ou les acteurs du domaine politique ? Comment fabriquer un sentiment patriotique banal auquel recourrait l’individu dans des mobilisations pour l’agir ?

Ce colloque propose d’analyser le patriotisme en s’intéressant aux pratiques et aux récits collectifs aux origines du sentiment d’appartenance ou d’attachement à un territoire politique et national. Il privilégie une méthodologie multidisciplinaire à partir des travaux des sciences humaines et sociales comme la sociologie, l’histoire, la science politique, le droit, l’économie, la philosophie, la psychologie sociale, les sciences de gestion ou de la communication, etc.

Les propositions de communication pourront s’articuler autour des trois axes suivants :

Axe 1. Contours et définitions du concept

Comment définir les patriotismes ?

Axe 2. Des enjeux de méthode

Quelles méthodes mobilisées dans l’analyse des patriotismes ?

Axe 3. Les évolutions du patriotisme dans le temps : contextes et formes

Comment le sentiment patriotique s’est-il transformé selon les époques et les contextes ? Quel(s) patriotisme(s) demain ?

1. Contours et définitions du concept

Le patriotisme renvoie à des sens multiples, il est parfois bien difficile à définir. En première approche, il désigne l’attachement d’un individu envers le pays qu’il reconnait comme étant sa patrie. Il est aussi un sentiment qui unit un collectif d’individu au-delà des diversités culturelles et confessionnelles et transcende leurs différences socioculturelles selon une logique d’appartenance.

Les études en science politique consacrée au patriotisme mettent en valeur le rôle des institutions politiques comme l’Etat, les partis politiques ou l’armée pour produire auprès d’un individu ou d’un collectif un sentiment d’attachement au territoire et au groupe national (Viroli, 2003). Ce patriotisme est une construction sociale générée par le haut à l’échelle des institutions. Il repose sur des ressources aussi bien matérielles que symboliques comme le drapeau, l’impôt, l’engagement dans l’armée ou le respect des traditions locales, des coutumes, des mythes et l’adhésion à une histoire nationale partagée (Hobsbawm, 1983). Sous cette forme, il engendre une identité construite qui produit un enracinement du citoyen à sa nation. On parle « d’un patriotisme d’État ». Or, le sentiment patriotique ne se limite pas aux constructions sociales, à l’échelle des institutions. Il est également repérable dans le geste quotidien du citoyen à partir d’une sociologie de l’action et de l’expérience (Dubet, 1995). S’il existe un patriotisme « d’en haut », celui des institutions, il est possible d’observer un patriotisme banal (Billig, 2004), sous la forme d’un sentiment d’attachement « par le bas » préparé par des institutions sociales telles que l’école et diffusé dans les interactions du quotidien et la socialisation collective.

Toutefois, les institutions de la socialisation collective comme l’école, la famille ou l’armée changent. L’union sacrée n’est-il pas un mythe ? Car le sentiment patriotique est également question de détails (Rousseau, 2018). Les mobilisations appelées par l’État ou suscitées par rapport à des causes ne sont que la continuation diffuse des logiques sociales de mobilisation par d’autres moyens. Le sentiment d’attachement est donc « affaire » du quotidien fondé sur de petites décisions banales. « Le « patriotisme par le bas » apparaît partout dans la société civile : dans les maisons, les jardins, dans les rues d’un quartier ou sur les terrains de sport. Les gens peuvent également l’exprimer de manières différentes : en payant leurs impôts, en faisant flotter le drapeau national sur leur balcon ou en enseignant à leurs enfants les sacrifices militaires consentis par leur pays au cours des guerres passées » (Raney, 2013).

Les propositions de communication pourront interroger le concept en faisant état des sens divers qu’il endosse et des forme qu’il prend au fil de l’histoire des sociétés et des événements qu’elles vivent.

2. Des enjeux de méthode

La question patriotique est traitée en sciences humaines et sociales depuis l’Antiquité grecque et connaît un succès renouvelé dans ses usages depuis le début du 21ième siècle. La Russie, la Chine, les Etats-Unis d’Amérique ou la France dans le jeu des relations internationales réhabilite la doctrine patriotique. Pour le sociologue ou le juriste, pour le politologue ou le soldat, praticien d’un sens du devoir exalté, le sens et les manières d’aborder ou de définir le patriotisme changent. Comment les différentes sciences sociales examinent la question patriotique ? Quelle définition donnent-elles au patriotisme en fonction des méthodes d’analyse qu’elles privilégient ? L’expression patriotique du soldat est-il de la même teneur que celle du patriote hospitalier apparu durant la crise épidémique due à la Covid-19 en France et dans les autres pays du monde ?

Le patriotisme questionne aussi les sources à partir desquelles travaille l’analyste : les journaux intimes, les correspondances familiales, les appels publics à la mobilisation collective, les discours politiques, les discours familiaux ? Comment étudier le patriotisme à l’aide des sources disponibles ? Quel statut leur attribuer et selon quels critères ?

L’analyse de l’expression patriotique mobilise plusieurs échelles d’analyses. Tantôt il est traité comme un fait social collectif, tantôt il est affaire de conscience individuelle. Quel statut donner aux variables mobilisées pour définir l’expression patriotique ? La conscience de l’attachement suffit-elle à dire son patriotisme ? Quelle valeur attribuer à la dimension socio-culturelle associée au patriotisme lorsque l’on observe des formes d’expression variée du patriotisme selon les lieux et les pays ? L’attachement à la terre des pairs diffère selon les régions du monde et par rapport à des caractéristiques singulières : le sentiment patriotique en Amérique du Nord (Canada ou États-Unis) n’est pas le même qu’en Europe occidentale (France, Allemagne, Belgique) ou en Afrique Sub-Saharienne. Comment aborder la dimension comparative et rendre compte des singularités culturelles des Etats dans leur relation au patriotisme ?

Les propositions engagées dans cet axe pourront étudier les différentes manières d’étudier la question patriotique selon différentes échelles d’analyses et en fonction des méthodologies associées aux disciplines en sciences humaines et sociales (SHS).

3. Évolutions du concept

De la figure du patriote militaire lié à la défense du territoire au patriotisme du professionnel hospitalier associé à défendre la population contre la menace épidémique de la Covid-19 en France, les formes d’expression patriotique varient en fonction du contexte. Si l’expression patriotique désigne la mobilisation du groupe face à la menace, quelle qu’elle soit, les manières de dire son sentiment patriotique diffèrent. Elles évoluent dans le temps en fonction des historicités et des temporalités. Comment aborder ces diverses formes d’expression ? le sentiment patriotique du milieu du 20ième siècle est-il semblable dans ses formes au patriotisme attaché à la société du 21ième siècle ? Pourquoi en dépit de l’expression de la diversité culturelle dans les sociétés occidentales contemporaines et de la montée des individualismes, le lien charnel des citoyens à leur territoire, ses traditions, ses paysages, ses institutions et ses coutumes n’a pas disparu ? Comment penser les formes contemporaines de l’expression patriotique ? Si les historiens évoquent la notion de « consentement » de l’opinion préparé par des institutions telles que l’école ou la famille pour rendre compte de l’engagement patriotique à la fin du 19ième siècle et au début du 20ième siècle, comment examiner le rôle des institutions dans la construction/déconstruction de l’expression du sentiment patriotique ?

Les propositions de communication de cet axe pourront interroger le concept en revenant à sa définition première, mais également en faisant état de sa malléabilité et de ses usages à travers le temps, les situations et les époques tout en montrant comment le sentiment d’attachement et d’appartenance des collectifs et des individus existe bien dans des sociétés marquées par l’individualisme où l’attachement à la patrie et à la nation s’est transformé sans disparaître. Quels patriotismes demain ?

Informations techniques :

Dates du colloque : jeudi 7 et vendredi 8 octobre 2021

Lieux : Académie militaire de Saint-Cyr Coëtquidan – Amphithéâtre Napoléon

Calendrier :

  • Date limite pour l’envoi des propositions : 31 juin 2021
  • Réponse des organisateurs : 15 juillet 2021 au plus tard
  • Etablissement du programme : 30 juillet 2021
  • Format des propositions de communication : un résumé d’environ 2500 signes max. (espace compris), mentionnant le nom du ou des auteurs, leur rattachement institutionnel, leur fonction, le titre de la communication, une adresse électronique, leur discipline et le thème dans lequel cette proposition s’inscrit.

Contacts :

Axel Augé (MCF HDR) axel.auge@st-cyr.terre-net.defense.gouv.fr

Stéphane Callens (PU) s.callens@univ-artois.fr

Comité d’organisation :

Stéphane Baudens (MCF), directeur du Centre de recherches de l’Académie militaire de Saint-Cyr Coëtquidan

Commandant Frédéric Sol, administrateur du Centre de recherches de l’Académie militaire de Saint-Cyr Coëtquidan

Sabrina Denoyelle, Adjudant-chef, chef du secrétariat du centre de recherche de l’Académie militaire de Saint-Cyr Coëtquidan

Axel Augé (MCF HDR), Académie militaire de Saint-Cyr Coëtquidan

Stephane Callens, (PU), université d’Artois, LEM (Lille Economie et Management), UMR9 221 CNRS

Comité scientifique :

Stéphane Baudens (MCF), directeur du Crec Saint-Cyr, académie militaire de Saint-Cyr Coëtquidan,
Axel Augé (MCF HDR), académie militaire de Saint-Cyr Coëtquidan, membre du Liris EA 7481, université de Rennes 2

Stephane Callens (PU), université d’Artois, LEM (Lille Economie et Management), UMR 9221 CNRS
Jean-Yves Dartiguenave (PU), université de Rennes 2, membre du Liris EA 7481, université de Rennes 2

Gilles Ferréol (PU), Université de Franche-Comté, directeur du C3S (Culture, Sport, Santé). Saïd Haddad, (MCF), académie militaire de Saint-Cyr Coëtquidan et membre du Liris EA 7481, université de Rennes 2
Gaël Henaff, (MCF HDR), co-directeur du Liris EA 7481, université de Rennes 2 Anne-Laure Le Nadant (PU), co-directrice du Liris EA 7481, université de Rennes 2

Bibliographie indicative

AUGÉ, A., « Covid-19 : le patriotisme « d’en bas » des travailleurs invisibles (T 1164) », Revue de la Défense Nationale, avril 2020

BAKER, J., «As Loved Our Fathers: The Strength of Patriotism among Young Newfoundlanders », National Identities, 14 (4), december, 2012

BILLIG, M., Banal Nationalism, Londres, Sage Publications, 2004

BOUVET, J., L’insécurité culturelle : sortir du malaise identitaire français, Paris, Fayard, 2015

DANKEDER CH., « Nationalism and Violence », Londres, Transaction Publishers, 1997

DAUCE, F., Le Huérou, A., Rousselet K., « Introduction. Les diversités du patriotisme contemporain », Critique internationale, 2013/1 , n° 58, pp. 9-17

DELANNOI, G.,« La nation contre le nationalisme », PUF, 2018
DUBET, FR., Sociologie de l’expérience, Paris, Seuil, 1995

DOUZET, FR., « Patriotisme et nationalisme américain », Hérodote, 2003-2, n° 109, pp. 37-56

DUFOUR, D-R., L’art de réduire les têtes. Sur la nouvelle servitude de l’homme libéré à l’ère du capitalisme total. Paris, Denoël, 2003

FOURQUET, J., L’Archipel français. Naissance d’une nation multiple et divisée. Paris, Seuil, 2019

HUISKAMP, G., « Support the Troops ! : The Social and Political Currency of Patriotism in the United States », New Political Science, 33 -3, septembre 2011, pp. 285-310

HOBSBAWM, E., « Introduction : Inventing Traditions » in Hobsbawm, E., Ranger, T. (sous la dir.de), The Invention of Tradition, Cambridge, Cambridge University Press, 1983

ORWELL, G., “Notes on Nationalism”, 1945

ROUSSEAU, FR., 14-18, Penser le patriotisme, Paris, Gallimard, 2018

VAN SAS, F., « L’impératif patriotique, mutation conceptuelle et conjoncture politique, 1795- 1813 », Annales historiques de la Révolution française, n° 326, octobre- décembre 2001

VIROLI, M., For Love of Country : An Essay on Patriotism and Nationalism, Oxford United Kingdom, Oxford University Press, 2e édition, 2003

WITHOL DE WENDEN, C., La question migratoire au XXIè siècle. Paris, Presses de Sciencespo, 2017

« Institutions totales : évolutions et usages du concept au XXIe siècle » Société d’ethnologie française

La Société d’ethnologie française (SEF) publie son appel à communication pour la 11ème séance de son colloque « Ethnographies plurielles ».

Le colloque se déploie autour du concept d’institution totale d’Erving Goffman. Nous faisons le choix de retranscrire et de partager cet appel à communication car la typologie goffmanienne a pu être utilisée dans la recherche sur le milieu militaire (Ricks 1997 ; Pinto 1975 ; Saglio 1998) et intéresse de fait la sociologie du militaire.

Appel  à communications :

Lorsqu’il élabore le concept d’institution totale, à la suite d’un terrain en hôpital psychiatrique au milieu des années 1950, Erving Goffman le circonscrit ainsi : « On peut définir une institution totale comme un lieu de résidence et de travail où un grand nombre d’individus, placés dans la même situation, coupés du monde extérieur pour une période relativement longue, mènent ensemble une vie recluse dont les modalités sont explicitement et minutieusement réglées. Les prisons constituent un bon exemple de ce type d’institutions mais nombre de leurs traits caractéristiques se retrouvent dans les collectivités dont les membres n’ont pas contrevenu aux lois. » (Goffman, 1968 (1961), p. 41)

La typologie goffmanienne des institutions totales définit ces dernières par un certain nombre de caractéristiques et de pratiques communes, au titre desquelles une frontière qui sépare l’intérieur de l’extérieur, une vie en communauté régie par des règles strictes, la promiscuité, la prise en charge des besoins et l’assignation aux individus qui y vivent d’un statut défini par l’institution, au détriment de leur identité propre. 

La fortune de ce concept a notamment permis d’affiner la compréhension sociologique des lieux d’enfermement en encourageant leur appréhension par l’ethnographie (Mahi 2015 ; Bruslé, Michalon, 2016), mais pourrait avoir pour revers une relative banalisation qui en a réduit la portée et la créativité heuristique (Amourous, Blanc, Peuclestrade, 2001 ; Chevallier, 2015). Ainsi le concept se trouve-t-il régulièrement remis sur le métier : à titre d’exemple, les réflexions quant à l’actualité et la pertinence de l’application de l’idéal-type d’« institution totale » au contexte carcéral actuel sont nombreuses (Chauvenet et al., 1996 ; Marchetti, 2001 ; Vacheret et Lemire, 2007 ; Bony, 2015 ; Rostaing, 2009 ; Chantraine 2004, Kensey 2007), et les recherches autour de l’institution hospitalière, notamment psychiatrique, de même que les travaux consacrés aux institutions spécialisées dans le domaine du handicap, connaissent ces dernières années un effet d’accélération (Fassin, Memmi, 2004 ; Fassin, Lecompte, 2013 ; Giami, 2013 ; Dargère, 2014 ; Velpry, 2016 ; Moreau, 2017 ; Nayak, 2017).

On assiste en effet aujourd’hui, au sein des institutions d’enfermement, à un certain nombre de changements : un mouvement amorcé de désenclavement au cours des dernières années, la multiplication des moyens de communication et une plus grande implication, voire participation, des individus pris en charge par les institutions totales à la définition des modalités de leur parcours (Gardien, 2010 ; Bureau, Hermann-Mesfen, 2014 ; Vuattoux, 2021). Le concept d’institution totale ne cesse de faire l’objet d’un questionnement dense et fécond, dans le cadre de colloques (notamment Les institutions totales d’Erving Goffman : fortune d’un concept sociologique, 1999 ; Pratiques, acteurs et espaces de l’enfermement : circulations et transferts, 2011 ; très récemment Gouverner les corps et les conduites, 2020), et des groupes de recherche se sont constitués autour de problématiques liées directement au concept (Criminocorpus, ANR « TerrFerme », CONTRAST, De la contrainte et du consentement. Recompositions des régulations dans les pratiques en santé mentale, groupe de jeunes chercheurs Traitements et Contraintes). Ces travaux multiples proposent une lecture renouvelée du concept d’institution totale, au regard des mutations qu’a connues par la société occidentale dans les dernières décennies, notamment dans le domaine juridique, de plus en plus protecteur des droits de la personne. Il paraît donc pertinent de revenir à la définition première du concept, d’en faire l’examen, d’interroger sa pertinence, sa vitalité et l’ampleur de ses évolutions.  

Les propositions de communication pourront s’articuler autour de trois axes :

1.     Contours et définitions du concept

Forgé pour les hôpitaux psychiatriques, étendu par Goffman lui-même dès sa définition aux prisons, puis à des institutions aussi différentes que des camps de concentration, des casernes ou des monastères, le concept a ensuite été régulièrement mobilisé dans les sciences sociales, qu’il s’agisse, de manière non-exhaustive, de l’étude historique ou sociologique de l’institution militaire (Pinto, 1975), des lycées professionnels (Vienne, 2005), des classes préparatoires (Darmon, 2013), de centres éducatifs fermés (Lenzi, Milburn, 2015), de centres de demandeurs et demandeuses d’asile et camps de réfugié.e.s (Fischer, 2005), d’institutions spécialisées hébergeant des personnes désignées comme « handicapées » (Diederich, 1990 ; Barillet-Lepley, 2001 ; Santamaria, 2009 ; Fournier, 2020), de maisons de retraite (Planson, 2000), de foyers ou camps de travailleurs et travailleuses (Bruslé, Morelle, 2014) ou encore de refuges pour animaux « de ferme » ou utilisés en laboratoire (Donaldson, Kymlicka, 2015 ; Gallino-Visman, 2018).

Les propositions de communication pourront ainsi analyser le concept en faisant retour sur son acception originelle mais aussi en faisant état de sa malléabilité et de ses usages à travers le temps. Seront également bienvenues les propositions qui s’efforceront de mettre en évidence puis d’étudier des notions proches du concept d’institution totale ou constitutives de celui-ci, afin de l’éclairer utilement et de compléter la définition goffmanienne.

On peut penser par exemple à l’« institution disciplinaire » analysée par Michel Foucault (1975), laquelle présente des caractéristiques communes avec l’institution totale d’Erving Goffman (vie recluse ; dispositifs de pouvoir et de mise en conformité des comportements individuels au règlement et aux normes d’un cadre collectif, reposant sur des processus de rationalisation, des moyens de surveillance et de contrôle visant à réduire la liberté des acteurs et à accroître leur obéissance ; façonnage des esprits par le dressage des corps, etc.). Pour autant, toutes les institutions totales sont-elles des institutions disciplinaires, et vice-versa ?

On peut par ailleurs faire appel aux concepts foucaldiens de « gouvernementalité » (2004) et d’« hétérotopie » (2009) – en tant que l’institution totale, comme structure plus ou moins fermée, tend à construire des mondes et espaces « autres » – ou encore aux notions de « frontière », de « totalitarisme » (Arendt, 1951, 1972) et de silence voire de secret (Simmel, 1908), qui la croisent à des degrés divers…

Une attention particulière sera également portée aux propositions qui ouvriront leurs interrogations sur la question des circulations entre institutions dites totales, leurs frontières, et/ou se placeront dans une perspective comparatiste desdites institutions. Les communications pourront notamment analyser la manière dont l’institution totale agit au-delà des personnes recluses, par l’intermédiaire de leurs proches (Touraut, 2012) ou des personnes qui évoluent au sein de l’institution.

2.     Evolutions et transformations des institutions totales

Les propositions pourront en outre interroger les évolutions des institutions totales, notamment à l’aune de leur « détotalisation » (Rostaing, 2009). Il pourra ainsi s’agir d’analyser les modalités de « décloisonnement » des établissements pénitentiaires (Bonnemaison, 1989 ; Combessie, 2000 ; Lhuilier, Veil, 2000 ; Darley, Lancelevée, 2016 ; Dubois, 2008), de la désinstitutionnalisation (Castel, 2011 ; Goussot, Canevaro, 2010 ; Heyer, 2013) dans les domaines de la santé mentale et du handicap ou encore des transformations des maisons de retraite (Loffeier, 2015) et du développement d’alternatives à l’institutionnalisation des personnes âgées (maintien à domicile, émergence de lieux de vie communautaires autonomes etc.). En somme, méritent d’être étudiés les processus qui sous-tendent une importante reconfiguration des institutions totales, de leurs missions, de leur cadre juridique et de leurs pratiques, ainsi que des représentations qui leur sont associées.

Plus profondément, on pourra se demander ce que ces évolutions ou transformations des institutions totales disent de notre société et des changements qui s’y opèrent, de la « gouvernementalité » actuelle et des attentes de nos contemporain.e.s, étant entendu que lesdites institutions fonctionnent tout à la fois comme des organisations reposant sur des principes de séparation / différenciation vis-à-vis du reste du monde, et des miroirs (fussent-ils inversés) de ce monde dont elles prétendent se mettre à l’écart. Par exemple, qu’est-ce que l’étude des règlements intérieurs et autres mécanismes de régulation spécifiques des institutions totales peut révéler des lois communes d’une société ? En cela, nous rejoignons Michael Pollak, qui déclarait dans le cadre de ses enquêtes sur l’expérience de la vie en camps de concentration nazis et dans la lignée de Goffman, que « toute expérience sociale extrême est révélatrice des constituants et conditions de l’expérience sociale « normale », dont le caractère familier fait souvent écran à l’analyse » (Pollak, 1990).

En effet, si les sociétés modernes n’ont sans doute pas « inventé » l’institution totale, ainsi que le prouve l’existence fort ancienne des monastères, elles semblent cependant en avoir démultiplié le nombre et les formes. Aussi convient-il de comprendre les causes de ce développement, ainsi que les nouveaux facteurs de transformation qui sont à l’œuvre depuis quelques décennies.

3.     Ethnographier les institutions totales : enjeux méthodologiques

Les propositions engagées dans cet axe pourront, en premier lieu, analyser les modalités d’entrée et d’enquête au sein de terrains supposés clos, fermés, en somme potentiellement difficiles d’accès. Comment l’ethnographe aborde-t-il l’institution et la relation enquêté.e.s-enquêteur.trice.s  (Bernard, 2017 ; Bryon-Portet, 2011 ; Le Caisne 2000 ; de Galembert, Henneguelle et Touraut, 2017) ? Comment la recherche se développe-t-elle ? Globalement, quels sont les effets d’une institution totale sur la recherche, quels sont les appuis théoriques et méthodologiques mobilisés, quelles sont les démarches ethnographiques adoptées ? Dans quelle mesure les recherches en institutions totales posent-elles des spécificités, ou constituent-elles des « terrains difficiles » (Ayimpam, Bouju, 2015 ; Boumaza, Campana, 2007) ?

Concernant le déroulé et les coulisses de l’enquête en elle-même, il sera par exemple possible d’examiner la place occupée par les sociologues et anthropologues au sein de l’institution et de son quotidien, et l’usage de méthodes ethnographiques dans d’autres disciplines (Artières, 2014). On peut notamment suggérer d’articuler les communications autour d’une démarche réflexive et introspective dans l’expérience du terrain et dans la relation ou l’engagement par rapport à celui-ci (notamment Cefaï, 2010 ; Olivier de Sardan, 2000 ; Favret-Saada, 1990). Faire appel à la question de l’engagement émotionnel dans l’ethnographie (Jeantet 2018) peut ainsi être une piste de réflexion (Fernandez, 2005 ; Dassié, Istasse, 2015). Que produit une expérience à la fois concrète, approfondie et distanciée (puisque personnellement non concernée, à moins d’une observation participante ou participation observante) (Soulé, 2007) des institutions totales ? Peut-on perdre toute distance par une longue immersion en leur sein, comme cela fut parfois reproché à des chercheurs ayant enquêté dans des sectes (Duval, 2002) ?

Enfin, une enquête sur les institutions totales peut-elle se mener uniquement via ses responsables, abstraction faite de ses patient.e.s ou occupant.e.s ? On peut ainsi songer aux prisons ou hôpitaux psychiatriques, dans lesquels la libre participation des enquêté.e.s est parfois sujette à caution.  Plus largement, quels sont les enjeux éthiques auxquels peuvent être confronté.e.s les ethnographes, entre « tentation de la dénonciation » (Rostaing, 2017) et risque de « participation passive » aux restrictions des libertés sur les terrains des institutions totales  (Gillepsie, 2019 ; Blattner, Donaldson, Wilcox, 2020) ?

Le comité scientifique sera particulièrement attentif aux propositions de communication qui participeront d’une approche originale, voire critique du concept d’institution totale. Les propositions, d’une longueur de 3000 à 5000 signes espaces compris, devront être envoyées le 22 mai 2021 au plus tard à l’adresse suivante : colloquesefit@gmail.com.

Les propositions seront évaluées en double aveugle par les membres du comité scientifique. Le résultat de la sélection sera communiqué aux contributeur.trice.s le 15 juin 2021.

Dates du colloque : 2 et 3 Novembre 2021, Campus Condorcet Paris – Aubervilliers.

Comité d’organisation : Céline Bryon-Portet (Université Paul Valéry – Montpellier 3, SEF), Audrey Higelin (Laboratoire Sophiapol, Université Paris Nanterre, SEF), Eléonore Hourt (Université Paris Nanterre, SEF), Lucie Nayak (Université de Liège, SEF).

Comité scientifique :

Axel Augé (Centre de recherche des écoles de Saint-Cyr Coëtquidan, Laboratoire LIRIS EA 7481 – Université de Rennes 2) ;

Lucie Bony (CNRS, UMR 5319 Passages) ;

Céline Bryon-Portet (Université Paul Valéry – Montpellier 3, SEF) ;

Gilles Chantraine (CNRS, Laboratoire Clersé) ;

Philippe Combessie (Laboratoire Sophiapol, Université Paris Nanterre, ComUE Université Paris Lumières, SEF) ;

Vincent Dubois (Laboratoire SAGE – UMR 7363, Université de Strasbourg, IEP) ;

Eve Gardien (Laboratoire ESO – Espaces et Sociétés Université Rennes 2) ;

Alain Giami (Inserm-CESP) ;

Fabrice Guilbaud (OFDT, Curapp-ESS, UMR 7319 CNRS / Université de Picardie Jules Verne) ;

Audrey Higelin (Laboratoire Sophiapol, Université Paris Nanterre, SEF) ;

Eléonore Hourt (Université Paris Nanterre, SEF) ;

Annie Kensey (CNRS/CESDIP)

Camille Lancelevée (Laboratoire SAGE – UMR 7363, Université de Strasbourg) ;

Xavier de Larminat (Laboratoire CUREJ, Université de Rouen Normandie) ;

Lara Mahi (Centre Max Weber, UMR 5283, Université Jean Monnet) ;

Paul Mbanzoulou (ENAP) ;

Philip Milburn (Université Rennes 2) ;

Delphine Moreau (EHESP, Laboratoire Arènes – UMR 6051) ;

Lucie Nayak (Université de Liège, SEF).

Corinne Rostaing (Centre Max Weber, UMR 5283, Université de Lyon 2) ;

Caroline Touraut (Direction de l’Administration Pénitentiaire, CESDIP) ;

Livia Velpry (Laboratoire CERMES3, Université de Paris 8-Saint-Denis) ;

Arthur Vuattoux (Laboratoire IRIS, Université Sorbonne Paris Nord) 

Bibliographie

Amourous Charles et Blanc Alain, 2001, Erving Goffman et les institutions totales, Paris, L’Harmattan.

Artières Philippe, 2014, « Une ethnographie rétrospective. A propos d’une histoire contemporaine de l’écriture », in Barthélémy T., Combessie P., Fournier L. S. et Monjaret A. (dir.), Ethnographies plurielles. Déclinaisons selon les disciplines, Paris, Éditions du Comité des travaux historiques et scientifiques, Société d’ethnologie, p. 49-66.

Ayimpam Sylvie et Bouju Jacky, 2015, « Objets tabous, sujets sensibles, lieux dangereux », Civilisations, 64, p. 11-20.

Barillet-Lepley Maryline, 2001, Sexualité et handicap : le paradoxe des modèles, Paris, L’Harmattan.

Bernard Julien, 2017, La Concurrence des sentiments. Une sociologie des émotions, Paris, Métailié.

Blattner Charlotte E., Donaldson Sue, Wilcox Ryan, 2020, « Animal Agency in Community. A Political Multispecies Ethnography of VINE Sanctuary », Politics and Animals, 6, p. 2-22.

Bonnemaison Gilbert, 1989, La modernisation du service public pénitentiaire, Rapport au Premier Ministre et au Garde des Sceaux, Paris, Ministère de la Justice.

Bony Lucie, 2015, « La prison, une « cité avec des barreaux » ? Continuum socio-spatial par-delà les murs », Annales de géographie, 2-3, p. 275 à 299.

Boumaza Magali et Campana Aurélie, 2007, « Enquêter en milieu « difficile », Revue française de science politique, vol. 57 (1), p. 5-25.

Brusle Tristan et Michalon Bénédicte (dir.), 2016, « Enfermement et catégorisations », Critique internationale, 72.

Brusle Tristan et Morelle Marie, 2014, « Le lit, un objet entre contrainte et réaffirmation de soi », Géographie et cultures, 91-92, p. 153-174.

Bryon-Portet Céline, 2011, « La tension au cœur de la recherche anthropologique : la dialectique intérieur / extérieur, théorie / pratique, une nécessité pour l’étude des institutions fermées », Anthropologie & Sociétés, vol. 35 (3), p. 209-231.

Bureau Eve et Hermann-Mesfen Judith, 2014, « Les patients contemporains face à la démocratie sanitaire », Anthropologie et santé, 8.

Castel Robert, 2011, La gestion des risques. De l’anti-psychiatrie à l’après-psychanalyse, Paris, Éditions de Minuit.

Cefaï Daniel (dir.), 2010, L’engagement ethnographique, Paris, Éditions de l’EHESS. 

Chantraine Gilles, 2004, Par-delà les murs. Expériences et trajectoires en maisons d’arrêt, Paris, PUF.

Chauvenet Antoinette, 1996, « L’échange et la prison », in Faugeron C., Chauvenet A., Combessie P. (dir.), Approches de la prison, Montréal, Presses Universitaires de Montréal, p. 45-70.

Chevallier Jacques, 2015, Heurs et malheurs de l’institution psychiatrique. L’institution psychiatrique au prisme du droit. La folie entre administration et justice, Paris, Éditions Panthéon Assas.

Combessie Philippe, 2000, « Ouverture des prisons… Jusqu’à quel point ? », in Veil C. et Lhuilier D. (dir.), La prison en changement, Toulouse, Érès, p. 69-99.

Darley Mathilde et Lancelevée Camille, 2016, « Introduction. Faire tenir les murs. Pratiques professionnelles en milieu fermé », Sociétés Contemporaines, 103-3, p. 5-18.

Dargere Christophe, 2014, « La stigmatisation des adolescents placés en institution médico-sociale », Déviance et Société, 38-3, p. 259-284.

Darmon Muriel, 2013, Classes préparatoires. La fabrique d’une jeunesse dominante, Paris, La Découverte.

Dassie Véronique et Istasse Manon, 2015, « Le chercheur face aux émotions, terrains et théories », Influxus, [en ligne], http://www.influxus.eu/article835.html.

Diederich Nicole, 1990, Les naufragés de l’intelligence. Paroles et trajectoires de personnes désignées comme handicapées mentales, Paris, La Découverte.

Donaldson Sue et Kymlicka Will, 2015, « Farmed Animal Sanctuaries : The Heart of the Movement ? A Socio-Political Perspective », Politics and Animals, 1, p. 50-74.

Dubois Christophe, 2008, « Action publique en détention : décloisonnement, réinsertion et réparation. Le cas d’une prison ouverte », Recherches sociologiques et anthropologiques, 39/2, p. 79-101.

Duval Maurice, 2002, Un ethnologue au Mandarom. Enquête à l’intérieur d’une « secte », Paris, PUF.

Fassin Didier et Memmi Dominique (dir.), 2004, Le Gouvernement des corps, Paris, Editions de l’EHESS.

Favret-Saada Jeanne, 1990, « Être affecté », Gradhiva, 8, p. 3-10.

Fernandez Fabrice, 2005, « L’engagement émotionnel durant l’enquête sociologique : retour sur une observation « anonyme » auprès d’ex-usages de drogues », Carnets de bord de la recherche en science humaines, p. 78-87.

Fischer Nicolas, 2005, « Clandestins au secret. Contrôle et circulation de l’information dans les centres de rétention administrative français », Cultures & Conflits, 57, p. 91-118.

Foucault Michel, 1975, Surveiller et punir. Naissance de la prison, Paris, Gallimard.

Foucault Michel, 2004, Sécurité, Territoire, Population. Cours au Collège de France. 1977-1978, Paris, Seuil.

Foucault Michel, 2009, Le Corps utopique, les Hétérotopies, Paris, Nouvelles Éditions Lignes.

Fournier Jennifer, 2020, Expériences du handicap et de la sexualité. Entendre, comprendre pour penser et agir, Toulouse, Érès.

De Galembert Claire, Henneguelle Anaïs et Touraut Caroline (dir.), 2017, « Prison et méthodes de recherche (Actes de la journée d’études) : introduction au dossier thématique », Criminocorpus, revue hypermédia.

Gallino-Visman Sophie, 2018, « La notion d’institution totale appliquée aux relations anthropozoologiques. Ethnographies et analyse sociologique de centres de recherche en primatologie », Thèse de doctorat en sociologie, Université Grenoble Alpes.

Gardien Eve, 2010, « La pairémulation dans le champ du handicap : Histoire, pratiques et débats en France », Rhizome, Orspere-Samdarra.

Giami Alain, 2013, « Les organisations institutionnelles de la sexualité », in Giami, A., Py, B., Toniolo, A.-M. (dir.), Des Sexualités et des Handicaps. Questions d’intimités, Nancy, Presses Universitaires de Nancy. Editions Universitaires de Lorraine, p. 21-58.

Gillepsie Kathryn A., 2019, « For a politicized multispecies ethnography: Reflections on a feminist geographic pedagogical experiment », Politics and Animals, 5, p. 17–32.

Goffman Erving, 1968, Asiles. Etudes sur la condition sociale des malades mentaux, présentation de Robert Castel, traduction française, Paris, Éditions de Minuit.

Goussot Alain et Canevaro Andrea, 2010, « En Italie, la culture de la désinstitutionnalisation », in Charles Gardou (dir.), Le handicap au risque des cultures, Toulouse, Érès, p. 285-299.

Guilbaud Fabrice, 2008, « Le travail pénitentiaire : sens et articulation des temps vécus des travailleurs incarcérés », Revue française de sociologie, 49(4), p. 763-791

Heyer Katharina, 2013, « Droits ou quotas ? L’American with disabilities act (ADA) comme modèle des droits des personnes handicapées », Terrains & Travaux, 23, p. 127-158.

Jeantet Aurélie, 2018, Les Emotions au travail, Paris, CNRS.

Kensey Annie, 2007, Prison et récidive. Des peines de plus en plus longues, la société est-elle vraiment mieux protégée ?, Paris, Armand Colin.

Le Caisne Léonore, 2000, Prison. Une ethnologue en centrale, Paris, Odile Jacob.

Lecompte Hélène, 2013, « Une institution « totale » ? Enquête ethnographique d’un service d’oncopédiatrie », Thèse de doctorat en sociologie, Université de Nantes.

Lemire Guy et Vacheret Marion, 2007, Anatomie de la prison contemporaine, Montréal, Presses Universitaires de Montréal.

Lenzi Catherine, Milburn Philip, 2015, « Les centres éducatifs fermés : de la clôture institutionnelle à l’espace éducatifs », Espaces et sociétés, 162, p. 95-110.

Lhuilier Dominique et Veil Claude (dir.), 2000, La Prison en changement, Toulouse, Erès.

Loffeier Iris, 2015, Panser des jambes de bois ? La vieillesse, catégorie d’existence et de travail en maison de retraite, Paris, PUF.

Mahi Lara, 2015, « Des patients détenus. Se soigner dans un environnement contraignant », Anthropologie & Santé [en ligne], 10, http://journals.openedition.org/anthropologiesante/1607.

Marchetti Anne-Marie, 2001, Perpétuités. Le temps infini des longues peines, Paris, Plon.

Moreau Delphine, 2017, « Limiter la contrainte ? Usages et régulation de la contrainte psychiatrique en Suisse », L’Information psychiatrique, vol. 93, p. 551-557.

Nayak Lucie, 2017, Sexualité et handicap mental. L’ère de la « santé sexuelle », Paris, INSHEA/Champ social.

Olivier de Sardan Jean-Pierre, 2000, « Le « je » méthodologique. Implication et explicitation dans l’enquête de terrain », Revue française de sociologie, 41-3, p. 417-445. 

Pinto Louis, 1975, « L’armée, le contingent et les classes sociales », Actes de la recherche en sciences sociales, 1-3, p. 18-40.

Planson Nadège, 2000, « La définition normative des résidents en maison de retraite et le travail de leurs personnels », Sociétés contemporaines, 40, p. 77-97.

Pollak Mickael, 1990, L’Expérience concentrationnaire. Essai sur le maintien de l’identité sociale, Paris, Métailié.

Rostaing Corinne, 2017, « Quelques ficelles de sociologie carcérale », Criminocorpus, Prison et méthodes de recherche, Communications, consulté le 1er février 2021, http://journals.openedition.org/criminocorpus/3552.

Rostaing Corinne, 2009, « Interroger les changements de la prison. Des processus de déprise et de reprise institutionnelle », Tracés, 17, https://journals.openedition.org/traces/4228.

Santamaria Éric, 2009, Handicap mental et majorité. Rites de passage à l’âge adulte en IME, Paris, L’Harmattan.

Simmel Georg, 1998 (1908), Secret et Sociétés secrètes, Paris, Circé.

Soule Bastien, 2007, « Observation participante ou participation observante ? Usages et justifications de la notion de participation observante en sciences sociales », Recherches qualitatives, vol. 27(1), p. 127-140. 

Touraut Caroline, 2012, La Famille à l’épreuve de la prison, Paris, Presses Universitaires de France, coll. « Le lien social ».

Velpry Livia, 2016, « ‘Moderniser’ l’enfermement en psychiatrie ? Le cas des unités pour malades difficiles », Sociétés contemporaines, 103, p. 65-90.

Vienne Philippe, 2005, « De l’institution totale à l’institution scolaire : La grille de lecture goffmanienne d’une ethnographie scolaire dans l’enseignement professionnel », La Matière et l’esprit, 2, p. 63-81.

Vuattoux Arthur, 2021, Adolescences sous contrôle. Genre, race, classe et âge au tribunal pour enfants, Paris, Presses de Sciences Po.

Aujourd’hui la perméabilité de l’institution militaire avec le monde civil n’est plus à prouver et la professionnalisation des armées s’est inscrite dans une logique consensuelle d’amendement du principe d’institution totale. À partir de là, il semblerait plus intéressant épistémologiquement de comparer l’institution militaire avec le monde civil au regard des similitudes qu’elle entretient avec lui (gestion RH, introduction de nouvelles technologies, division du travail, etc.) plutôt que selon les différences. L’objectif étant de sortir l’institution militaire de son statut d’objet d’étude extraordinaire qui l’inscrirait dans une sorte de sociologie tératologique comparative des institutions dites totalitaires (hôpitaux, prisons, etc.). Or le colloque offre l’opportunité de porter un regard novateur voire critique sur le concept d’institution totale.

Congrès 2021 de l’AFS

Appel à communications du réseau thématique 8 « Sociologie du militaire » dans le cadre du Congrès de l’Association Française de Sociologie qui se tiendra du 6 au 9 juillet 2021 à l’Université de Lille.

Les institutions de sécurité-défense face aux changements
 
La thématique générale du congrès retenue pour l’édition 2021 est la suivante : « Changer ? ».
 
Les institutions de sécurité-défense connaissent les changements qu’elles pratiquent depuis maintenant de nombreuses années. Au cours des vingt-cinq dernière années, ces changements se sont accélérés. Ils sont multiformes et touchent tout le spectre de ces institutions au point de conduire une transformation profonde de leur structuration, de leur organisation, de leur fonctionnement, etc.
 
Le présent appel à communications du RT08 s’inscrit dans la thématique générale du congrès et cherche à questionner ces logiques de changement et de transformation au sein des institutions de la sécurité et de la défense prises dans leur sens le plus large.
 
Ce congrès est ainsi l’occasion de revenir sur ces changements, d’en analyser les impacts et de se projeter vers les changements à venir pour ces institutions dans une perspective sociologique mais qui empruntera aussi à la science politique, à l’histoire, etc.
Cet appel à communications est organisé en cinq axes.
 
1/ Qu’est-ce qui change dans le secteur de la sécurité-défense ?
 
Nous pouvons constater depuis plusieurs mois un certain durcissement de la situation géopolitique. La situation internationale réactive des incertitudes quant aux alliances entre Etats-nations et met au premier plan des enjeux de conquête (territoires, énergie, etc.) qui questionnent le retour de conflits traditionnels (ou leur éventualité). Au regard des relations internationales changeantes, du terrorisme qui n’a pas disparu mais aussi du maintien des missions de pacification, les politiques de défense connaissent des changements importants qui touchent a minima les registres suivants :
– Les militaires et les acteurs de la sécurité : leur formation, leur carrière, leurs intérêts à entrer et à poursuivre dans le métier militaire,
– Les « nouvelles » menaces : cyberguerre, cybercriminalité, les évolutions techniques et
technologiques,
– Les institutions en elles-mêmes : leurs chefs et leur formation, leur positionnement (l’armée de l’air qui devient armée de l’air et de l’espace),
– L’impact de la situation internationale et de l’évolution des interventions militaires sur la doctrine, le discours institutionnel militaire,
– Les capacités d’innovation des armées que ce soit sur le plan de la réflexion (comité d’éthique de la défense) ou des matériels militaires (agence de l’innovation de défense), etc.
A l’aune de ces nouvelles politiques, les institutions de sécurité-défense se transforment. L’objectif de ce premier axe est d’aborder ces vecteurs de transformation de façon systémique, soit d’un point de vue global, soit les conséquences de certains de ces changements sur ces institutions.
 
2/ Les institutions de sécurité-défense changent-elles vraiment ? Si oui en quoi ? Ce que nous appelons des changements sont-ils de « vrais » changements ?
 
Dans ce second axe, il s’agit de revenir sur une analyse objective de ce que nous qualifions en sociologie et en sociologie militaire de changements. Mais ceux-ci en sont-ils véritablement par rapport aux périodes précédentes ? Il y a en effet des évolutions qui s’inscrivent en réalité dans des logiques de continuité de l’action et qui doivent être appréhendées de façon plus longitudinales, voire historiques. C’est le cas des opérations et des interventions, des modifications des structures organisationnelles.
Il s’agit ici d’un point de vue sociologique ce qui relève de changements avérés et qui annoncent des modifications de tendance durables.
 
3/ Quels nouveaux changements à venir dans les années qui viennent ?
 
Il s’agit ici de se projeter de façon prospective vers les changements nécessaires et à venir pour les institutions de sécurité-défense.
Cet axe concerne autant les institutions de sécurité-défense, les politiques publiques que les individus et acteurs de ces institutions et politiques. Qui seront les militaires de demain, qui seront les policiers, gendarmes et douaniers de demain ? Comment seront-ils et doivent-ils être formés ?
A l’heure où un Haut-commissaire au Plan vient d’être nommé et où des armées se penchent d’un point de vue prospectif sur leur stratégie à plus long terme, l’anticipation des menaces actuelles et futures nécessite de pouvoir définir le format d’armée de demain. La crise sanitaire actuelle a réactualisé la nécessité d’une programmation, d’une planification stratégique. Le savoir-faire des armées en la matière en lien avec les autres ministères peut être l’objet de réflexions nouvelles. De manière plus large encore, la sociologie doit pouvoir porter un regard scientifique sur la prospective et son usage dans la construction des politiques publiques.
 
4/ La sociologie militaire en changement ?
 
Ce quatrième axe de l’appel à communications questionne la place de la sociologie militaire en France et en Europe aujourd’hui. Change-t-elle et si oui comment ? Doit-elle changer ? Quelles sont les orientations pour le futur à adopter ?
Ces questions sont centrales pour poursuivre le processus de reconnaissance et de légitimation de la sociologie militaire. Les changements observés dans les institutions de sécurité-défense conduisent aussi à questionner les problématiques, les sujets et enjeux de la sociologie militaire en France. Les liens avec les réseaux étrangers, la place du sous-champ disciplinaire doivent être interrogés afin que la sociologie militaire « pèse » davantage par rapport aux autres disciplines qui s’intéressent également au secteur de la sécurité – défense. La sociologie doit aussi mieux construire la complémentarité avec ces autres disciplines (comment ?) et avec l’institution militaire elle-même.
Cet axe est l’occasion de recueillir des communications de nature à construire un programme de recherche pour les années futures.
 
5/ Quels changements dans la formation des militaires, en particulier des officiers en académies militaires ?
 
Les logiques de formation et de professionnalisation sont un enjeu déterminant pour les forces armées. La formation des officiers, en particulier, connaît de profondes mutations articulées aux changements qui s’introduisent dans les académies militaires, elles – mêmes directement connectées aux modifications de l’enseignement supérieur et à la situation politique nationale, européenne et internationale. Les parcours de formation des officiers sont très largement renouvelés et universitarisés depuis plusieurs années. C’est le cas dans toutes les académies militaires, en particulier de l’armée de terre et de l’armée de l’air. Pour autant, les travaux sur la formation des officiers sont peu nombreux. Ces enjeux méritent une réflexion approfondie. Tel est l’objectif de ce dernier axe de l’appel à communications.
Dans cet axe, il est attendu que les communications creusent en particulier le continuum de formation, le curriculum de formation et les enseignements en SHS dans les académies militaires.
 
Calendrier prévisionnel :
– Début décembre 2020 : mise en ligne de tous les appels à communications des RT de l’AFS, dont celui du RT08
– 31 janvier 2021 : fin de dépôt des propositions de communication sur le site de l’AFS
– 1er février – 15 mars : sélection des communications retenues par les RT
– 15 mars – 15 avril : construction et communication par les RT du programme définitif (répartition des communicants par session)
 
Le système est dématérialisé. Il appartient aux congressistes de déposer directement sur le site de l’AFS leur proposition de communication.

La place des femmes militaires au sein des armées : un état des lieux

Claude Weber nous demande de relayer cet appel à communication d’une journée d’études. Cette journée d’études consacrée à la féminisation des forces et traitera plus spécifiquement du recrutement, de l’exercice du métier et des carrières. Dead-line : 15 juillet.

Le Centre de Recherches des Ecoles de Coëtquidan, par l’intermédiaire du pôle d’excellence « Action globale et Forces Terrestres » organise une journée d’études consacrée aux personnels militaires féminins. Intitulée « La place des femmes militaires au sein des armées : un état des lieux », la journée ambitionne en effet de replacer les réalités et enjeux inhérents à la présence des femmes en uniforme au centre des débats et analyses.

Conséquence directe de la professionnalisation des armées françaises en 1996 – au même titre que l’augmentation sensible de la population des civils de la défense ou encore de celle des minorités dites visibles – la féminisation a fait l’objet de multiples travaux et recherches dès l’annonce de la réforme. Parmi les nombreux écrits, colloques et autres conférences sur le thème, citons parmi les seuls Rapports publiés par le Centre d’Etudes en Sciences Sociales de la Défense (aujourd’hui intégré au sein de l’IRSEM, l’Institut de Recherche Stratégique de l’Ecole Militaire) : Bouchard Marie-Emilie, La féminisation des écoles d’officiers : Ecole de l’air, Ecole spéciale militaire, Ecole navale – Rapport n°2, novembre 1996, 39 p. ; Dufoulon Serge, Saglio Jean, Trompette Pascale, La différence perdue : la féminisation de l’équipage du Montcalm, document n°16, février 1999, 182 p. ; Clément Sylvie, Femmes et forces armées, document n°25, octobre 1999, 41 p. ; Loriot Daniel, Friedmann Guy, Benkara Leïla, Métiers de la défense : le choix des femmes, document n°43, novembre 2001 ; Burot-Beson Isabelle, Chellig Nadia, Les enjeux de la féminisation du corps des médecins des armées, document n°41, novembre 2001 ; etc. On retiendra encore la thèse de Katia Sorin publiée en juin 2003, Femmes en armes, une place introuvable ? Le cas de la féminisation des armées françaises (L’Harmattan, Coll. Logiques sociales).

Les travaux produits ont permis d’appréhender le défi d’intégration des femmes, de comprendre leurs difficultés, les pratiques discriminatoires subies, les logiques et contraintes organisationnelles à l’origine de parcours et trajectoires professionnelles singulières, le fait pour les hommes de vouloir mécaniquement affecter les femmes dans des fonctions médicales, administratives et sociales avec un souhait souvent similaire de ces dernières d’intégrer des fonctions jugées moins contraignantes, sans oublier une suppression tardive des quotas (1997). Malgré la pertinence des analyses et enseignements produits, le début des années 2000 a vu se réduire considérablement le flux des études menées sur la féminisation, résultant, en partie, d’une sorte de saturation ressentie tant du côté des décideurs et commanditaires militaires que parmi les universitaires et scientifiques concernés.
Une décennie s’est écoulée et il nous semble donc important de remettre cette problématique au cœur des débats rejoignant, à cet égard, l’initiative récente du gouvernement avec le lancement d’un plan d’action visant à combattre ces inégalités et pris à bras le corps par le Ministère de la défense ou encore un numéro de la revue Inflexions de 2011 (« Hommes et femmes, frères d’armes ? L’épreuve de la mixité »).

Dans une perspective multidisciplinaire et donnant également la parole aux praticiens, la journée d’étude (trois demi-journées seront certainement programmées) cherchera ainsi à réactualiser les enjeux évoqués ci-dessus et surtout d’établir d’éventuelles évolutions. Le débat autour des femmes dans les armées est celui autour de la féminité et de la masculinité – deux faces indissociables d’une même pièce – tant il est vrai que l’intrusion d’outsiders comme les femmes dans un univers traditionnellement masculin génère des résistances et la mobilisation d’éléments culturels à des fins de différenciation. Les débats devront permettre de questionner ces résistances et leurs manifestations et d’aborder les dimensions centrales que sont l’identité militaire, l’identité professionnelle tout autant que les représentations qui jouent un rôle majeur dans ce domaine. Enfin, si la manifestation est consacrée aux femmes militaires, il s’agira de veiller à ne pas tomber dans le piège de la spécificité car les problématiques abordées se retrouvent dans beaucoup d’autres milieux professionnels.

Les propositions de communications pourront se formuler autour de quatre thèmes :

– Un premier consacré au Recrutement des femmes militaires. Il devra permettre de faire le point sur les raisons qui poussent, aujourd’hui, les femmes à rejoindre les armées mais aussi les raisons qui peuvent expliquer pourquoi elles s’en détournent (motivations, attentes, fonctions privilégiées, catégories concernées, évolutions constatées, obstacles rencontrés, etc.). Ces premières interventions devront permettre d’établir une photographie de la situation de l’armée la plus féminisée en Europe – l’Armée française, d’opérer les distinctions nécessaires selon les armées ou encore les perspectives envisagées.

– Un deuxième s’attachera à L’exercice du métier des armes. Les interventions devront aborder concrètement les réalités quotidiennes des femmes en uniforme tant du point de vue de l’activité en temps de paix et au quartier qu’en opération et au combat, et ce, dans la mesure du possible, avec une diversité de fonction, d’origine d’arme, de spécialités et d’armées. Diverses dimensions peuvent être questionnées : les relations avec les collègues, les compétences singulières ou une autre manière de servir, la vie en collectivité, les évolutions mises en évidence, les trajectoires et stratégies comportementales mises en place par les femmes, les violences faites aux femmes (harcèlement, viol) ainsi que les réponses apportées par les pouvoirs publics et les autorités militaires.

– Une troisième thématique traitera des carrières des femmes militaires. Il s’agira de dresser des constats relatifs aux parcours et carrières que font les femmes au sein des armées et de les analyser. Si le manque de visibilité des femmes aux plus hauts échelons de la hiérarchie militaire s’est longtemps expliqué par une suppression tardive des quotas (1997) ou encore par le fait qu’en cas d’arbitrage entre vie privée et vie professionnelle, les femmes faisaient tendanciellement davantage le choix de fonder une famille plutôt que de poursuivre leur carrière, qu’en est-il aujourd’hui ? Quid également de l’épineuse question des couples militaires et de leur gestion ? Quels types de carrière font les femmes en uniforme ? Qu’est-ce qui relève du choix librement consenti et de la contrainte supposée, réelle ou intériorisée ? Qu’en est-il de l’égalité réelle ? Etc.

– Et, enfin, le quatrième et dernier thème aura le souci de sortir du seul cas français et de comprendre et d’apprendre des armées étrangères et essentiellement européennes sur la question de l’intégration et de l’exercice du métier des armes par les femmes.

Lieu de la manifestation scientifique : Paris
Date : novembre 2013

Modalités de proposition d’une communication :

Langue de la proposition : français.
Langue de la journée d’études : français.

La proposition de contribution devra être présentée comme suit :
• 1. Coordonnées exactes (nom, prénom, fonction, établissement, adresse électronique) de chaque auteur.
• 2. Titre + Résumé de la proposition de 2 500 signes environ.

La proposition en format WORD, ODT ou PDF sera adressée par voie électronique à :
claude.weber@st-cyr.terre-net.defense.gouv.fr

Date limite de soumission des propositions : le 15 juillet 2013

Chaque proposition fera l’objet d’une évaluation par deux membres du comité scientifique.
Les auteurs des propositions retenues seront informés par voie électronique au plus tard le 15 septembre 2013.

Bourse de thèse : campagne de candidature

Le ministère de la défense attribue chaque année une douzaine de bourses de thèses, d’une durée de deux ou trois ans dans le domaine des sciences de l’homme et de la société, pour des travaux ayant trait aux questions de défense et de sécurité. L’IRSEM est partenaire de cette campagne pilotée par la Délégation générale pour l’armement (DGA) et encadre par la suite les doctorants pendant la durée de leur thèse.

Date limite de dépôt des dossiers de candidature : 15 avril 2013

 Détails de la campagne de candidature

 Soutien financier de l’IRSEM

Merci à Guillaume Pichard de nous avoir envoyé l’information.

Bonne année à tous.

 

Call for papers : ERGOMAS Conference in Madrid, Spain, June 4-7, 2013

Vous trouverez ci-dessous les appelsà communications de la prochaine conférence    » ERGOMAS Conference in Madrid, Spain, June 4-7, 2013″.

Peacekeeping and peace operations have expanded enormously over the last decade regarding violence. Within the framework of traditional peacekeeping operations as they were understood by the UN in 1956, the use of force was likely to be minimal. However, during complex conflicts within the context of the post-Cold War period, the traditional notion of self-defence has been broadened and the use of force during peace operations has been increased. Or, in other words, there has been a shift from a primarily reactive approach based on crisis response, to a proactive one that seizes the initiative and applies pressure on armed actors responsible for violence against the civilian populace. The norm relating to the use of force in peace operations has evolved from self-defence to mission defence.Consequently, the use of force has, on several occasions, contradicted the ideal of non-violence embodied by traditional peacekeeping. On the one hand, use of force, or at least the possibility of using coercion to defend themselves, gives UN, NATO or EU peacekeepers the credibility necessary for them to be efficient. On the other hand, the transition in peace operations from peacekeeping to peace enforcement (under Chapter VII) and the adaptation of the concept of self-defence to a context that more and more frequently requires the use of force entails numerous practical, strategic, political, sociocultural as well as moral challenges and risks for all levels involved. This panel invites papers that problematize the shift in peace operations to a heightened use of force and wants to critically discuss the numerous challenges and (moral) risks involved. Put differently: Can sustainable conflict transformation be reached via violence and an involvement in war “disguised” as peacekeeping?

Please send your abstracts (max. 200 words) until 28 February 2013 to marentomforde@suedsinn.de and to Karl.Yden@gri.gu.se.

 

De retour de la guerre. Femmes, autochtone et minorités ethniques : regards croisés

Nous vous invitons à lire cet appel à contribution sur le site de Calenda. La suite du résumé proposé ci-dessous est ici.

Comment l’armée en tant qu’expérience sociale colore-t-elle les épreuves qui jalonnent le retour à la vie civile des militaires ? Du point de vue historique et contemporain, ce colloque s’intéressera en particulier aux groupes minoritaires au sein de l’armée, mais occupant, depuis quelques années, une place importante dans l’historiographie militaire. Les femmes, les autochtones ou les minorités ethniques font-ils face à des épreuves singulières ? L’expérience du retour à la vie civile des anciens combattants ou des vétérans demeure relativement méconnue si ce n’est au travers des représentations médiatiques de jeunes vétérans meurtris physiquement, en détresse psychique ou de héros de guerre commémorant le souvenir de leurs camarades. Pour le dire autrement, les figures de la victime ou du héros s’imposent et révèlent en creux les enjeux de la construction d’un récit national. Afin d’explorer ces enjeux, ce colloque s’organisera selon deux axes distincts…1.

 

  1. Lire l’intégralité de cette annonce sur le site de Calenda : http://calenda.org/233106 []

La pratique des sciences sociales en terrain militaire {MAJ}

L’appel à communications pour la journée d’études La pratique des sciences sociales en terrain militaire : une « opération spéciale » ? a vu sa  deadline  repoussée au 20 juin 2012. La journée d’étude sera du coup
repoussée également à la fin d’année. Vous trouverez les détails sur le lien ci-dessous :

http://calenda.revues.org/nouvelle24239.html

Merci à Claude d’avoir relayé l’information.

Appel à communication : la pratique des sciences sociales en terrain militaire

Les membres du comité organisateur nous ont aimablement demandé de relayer leur appel concernant une journée d’étude dont vous trouverez les modalités recopiées ci-dessous. La version originale est ici. Nous nous réjouissons de la thématique de cet appel qui pose notamment la question de la scientificité de la pratique sociologique en terrain militaire.

APPEL À COMMUNICATIONS

JOURNÉE D’ÉTUDE

La pratique des sciences sociales en terrain militaire : une « opération spéciale » ?

Quelle(s) spécificité(s) du travail de recherche au sein des forces armées ?

L’étude sociologique et historique des armées s’est constituée comme un domaine spécialisé des sciences sociales, par sa littérature, ses références et ses concepts (Boëne, 1995, 2011 ; Gresle, 2005 ; Bardiès, 2008). Cette journée d’étude se donne pour objectif d’inverser les termes du raisonnement habituellement admis, qui postule que l’armée est spécifique par son statut et sa place dans l’ordre institutionnel de l’État- Nation (Boëne, 1990 ; Hamelin, 2000 ; Bardiès, 2011). La spécificité institutionnelle suffit-elle à fonder la spécificité d’un objet scientifiquement construit ?

Les sciences sociales ont franchi les enceintes des régiments et des administrations centrales de l’Armée (Pinto, 1975 ; Larmet, 1995 ; Weber, 2001 ; Martin et Pajon, 2011 ; Prévot, 2007 ; Coton, 2008 ; Deschaux-Beaume, 2011), sans compter les militaires s’étant faits historiens, sociologues ou ethnographes (Thiéblemont, 1983, 1999 ; Goya, 2004 ; Montagnon, 2008 ; Porte, 2011). Elles ont pourtant rarement interrogé la « spécificité militaire » sur le « terrain » de la recherche. Une spécificité susceptible d’affecter la manière de mener la recherche dans l’institution. Tout terrain de recherche présente des caractéristiques propres et des situations d’enquête découlent de cette particularité. Dans quelle mesure celles rencontrées dans les armées sont-elles spécifiques au regard des problématiques d’enquête auxquelles sont confrontées plus généralement les sciences sociales sur le terrain ?

Si la professionnalisation décidée en France en 1996 réorganise profondément l’institution (Gresle, 2003 ; Léger, 2003), ces transformations ne sont jamais abordées sous l’angle de la modification des conditions d’enquête pour le chercheur : la professionnalisation les rend-elle plus favorables qu’auparavant ? Sur ces différents points, la réflexion est quasi-inexistante, du moins, est-elle loin d’être systématique ; raison d’être de cette journée d’étude.

A partir des expériences concrètes de chercheurs, français et étrangers, au sein des forces armées, régulières ou non, nous voudrions, au travers de l’examen des conditions de la recherche en sciences sociales dans les armées, interroger la spécificité militaire in situ. L’observateur sur le terrain – quelle que soit sa discipline d’appartenance – est toujours en prise avec ce dernier, leur relation n’est pas empreinte de neutralité axiologique : les contraintes pesant sur le chercheur, les dispositifs institutionnels – au sein desquels enquêtent le sociologue (Bourdieu, Chamboredon et Passeron, 1968 ; Becker, 1970), l’ethnographe (Beaud et Weber, 2003, Bizeul, 2007) et l’historien (Jauffret, 2000, Henninger, 1999) – sont autant de perspectives pour penser empiriquement la prégnance de la spécificité militaire. Mais est-ce l’objet « Armée » qui est spécifique, ou est-ce l’apparente spécificité des situations d’enquête qui en crée l’illusion ? Existe-t-il réellement dans la pratique de la recherche, une spécificité militaire ? Afin de mettre cette spécificité en perspective, les contributions permettant une comparaison internationale seront les bienvenues.

La journée d’étude s’articulera autour de trois axes de réflexion :

  1. 1.      Le chercheur, l’institution militaire et le monde universitaire:

Il s’agit ici de parcourir les expériences de chercheurs, quels que soient leur discipline et leur milieu académique, sur le terrain des forces armées. La place donnée ou trouvée par le chercheur au sein de l’institution oriente la recherche, d’autant plus dans l’Armée, où une forte différenciation civils/militaires demeure structurante. Ainsi, les caractéristiques sociales (de genre, de classe, d’âge, ethnique, etc.), la trajectoire biographique du chercheur et sa relation à l’institution ont une incidence directe sur les conditions d’enquête. Par ailleurs, la stratégie d’enquête retenue n’est pas sans produire des effets sur la réception de ses travaux par le monde universitaire dont il est issu. Quelles sont les ressources (institutionnelles, familiales, etc.) mobilisables par l’enquêteur pour accéder et se mouvoir dans l’institution ? Ce point ouvre une réflexion sur les conditions d’engagement du chercheur sur son terrain : si certains semblent plus « difficiles » que d’autres (Boumaza et Campana, 2007), voire dangereux (Fournier, 2001), qu’en est-il des terrains dans l’armée ?

2)      L’institution militaire et les sciences sociales et historiques :

Ce deuxième axe interroge l’organisation de la recherche par l’armée et l’impératif d’autonomie relative du chercheur. Le champ scientifique n’obéit pas nécessairement aux intérêts et aux temporalités du champ militaire, malgré l’existence d’instituts de sciences sociales au sein même des institutions militaires (Porteret, 2003 ; Jankowski et Vennesson, 2005). Quelles sont les conditions de la pratique de la recherche en milieu militaire et quelles sont les possibilités effectives de faire des sciences sociales au sein des armées ? Ainsi, l’accès à certaines sources peut s’avérer problématique. La classification, par exemple, contraint le chercheur dans ses stratégies de recherche, qui parfois passent par son engagement au sens littéral. Les réticences des militaires, le devoir de réserve, voire l’autocensure du chercheur « employé » par l’armée, peuvent constituer des obstacles à la pratique non utilitariste des sciences sociales et historiques au sein de l’institution militaire. Le soupçon d’instrumentalisation du chercheur par l’institution peut s’avérer un véritable obstacle à la réception des enquêtes commanditées par les armées au sein de la communauté universitaire. En histoire, la question des sources disponibles se pose avec acuité pour l’étude des conflits très contemporains, car, si leur enjeu politique s’estompe, elles ne sont pas pour autant rendues accessibles. Par ailleurs, quelles sont les conséquences induites par la gestion des archives militaires par l’institution elle-même ? Tout univers social oppose des résistances à l’objectivation, celles de l’Armée sont-elles spécifiques ?

3)      Le domaine militaire face à l’épreuve du terrain : quel objet pour la sociologie et l’histoire militaire ?

Enfin, ce troisième axe explore à la fois empiriquement et épistémologiquement les fondements de la notion de « spécificité militaire » et de ceux de la sociologie militaire. Quel est l’objet de la sociologie militaire ? Au regard des discussions pointées par Laure Bardiès (art. cité) et par les chercheurs associés au RT 08 de l’AFS, le domaine de la sociologie militaire ne serait pas clairement délimité. La sociologie militaire se limite-t-elle aux formes institutionnelles des armées des États modernes et à l’évolution de ces dernières ? Que faire de l’étude des forces armées « non conventionnelles » de type guérillas et insurrections ? Comment mener une sociologie du fait militaire dans un contexte qui fixe comme horizon quasi inaccessible pour le sociologue l’accès aux zones de combat ? Comment faire une sociologie militaire sans accéder aux théâtres d’opérations ? La sociologie militaire doit-elle se cantonner aux « routines quotidiennes » de l’armée et s’apparenter uniquement à une sociologie de la profession militaire ? De même, doit-elle exclusivement se focaliser sur les régiments de métropole au détriment de l’outremer ? La sociologie militaire peut-elle nourrir des questions de sociologie générale et ainsi se désenclaver d’une définition par « le sujet traité » ?

La détermination de sources valables pour la construction de l’objet de l’histoire militaire pose une même interrogation : du recueil de témoignages (Tourtier-Bonazzi, 1990), à l’étude des sources écrites (lettres, compte-rendu de mission) en passant par les sources visuelles (photographies, illustrations, films), la pluralité des sources et leur croisement s’avère être une nécessité, a fortiori pour l’étude des conflits très contemporains (Soulet, 2010). Pour autant, tout peut-il faire « source » ?

Autrement dit, les objets de la sociologie et de l’histoire militaire ont-ils une quelconque spécificité ou bien l’adjectif renvoie-t-il seulement à une sous-catégorisation du champ disciplinaire ?

Comité scientifique :

Julie Andurain (CDEF)

Christel Coton (Paris I – CESSP/CSE)

Sébastien Jakubowski (Agrosup Dijon – CLERCE)

Pascal Vennesson (IUE de Florence – RSCAS)

Claude Weber (Rennes II/ESM – CIAPHS)

Comité d’organisation :

Christophe Lafaye (IEP d’Aix-en-Provence – CHERPA – IRSEM)

Alicia Paya Pastor (Lille II – CERAPS – IRSEM)

Mathias Thura (EHESS – CMH/ETT – IRSEM)

 

Bibliographie indicative

Bardiès Laure, 2008, Deux siècles de sociologie militaire en France, Thèse, Université Toulouse-I-Sciences sociales.

Bardiès Laure, 2011, « Du concept de spécificité militaire », Année sociologique, 2011/2, vol. 61, pp. 273-295.

Becker Howard S., 1970, Sociological Work: Method and Substance, Chicago, Adeline Publishing.

Bizeul Daniel, 2007, « Que faire des expériences d’enquête ? Apports et fragilité de l’observation directe », Revue française de science politique, n°1, vol. 57, pp. 69-80.

Boëne Bernard, 1990, La spécificité militaire, Paris, Armand Coli.

Boëne Bernard, 1995, Émergence et développement d’une sociologie spécialisée : le cas de la sociologie militaire aux États-Unis, Thèse d’État, Université Paris-V-René Descartes.

Boëne Bernard, 2011, « Classiques des sciences sociales dans le champ militaire », Res Militaris, vol. 1, n°3 [en ligne].

Boumaza Magali et Campana Aurélie, 2007, « Enquêter en milieu « difficile ». Introduction », Revue française de science politique, 2007/1, vol. 57, pp. 5-25.

Bourdieu Pierre, Chamboredon Jean-Claude et Passeron Jean-Claude, 1968, Le métier de sociologue, Paris, Mouton.

Coton Christel, 2008, « Luttes de prestige entre pairs. Le cas des officiers de l’armée de terre », Sociétés contemporaines, n°72, pp. 15-35.

Deschaux-Beaume Delphine, 2011, « Enquêter en milieu militaire. Stratégie qualitative et conduite d’entretiens dans le domaine de la défense », Res Militaris, vol. 1, n°2 [en ligne].

Fournier Pierre, 2001, « Attention dangers ! Enquête sur le travail dans le nucléaire », Ethnologie française, n°1, vol. 31, pp. 69-80.

Goya Michel, 2004, La Chair et l’acier – L’armée française et l’invention de la guerre moderne 1914-1918, Tallandier.

Gresle François, 2003, « La « société militaire ». Son devenir à la lumière de la professionnalisation », Revue française de sociologie, n°44, vol. 4, pp. 777-798.

Gresle François, 2005, Sociologie du militaire, Paris, L’Harmattan

Hamelin Fabrice, 2000, La spécificité militaire, une construction institutionnelle. Le cas de la formation des officiers du génie au XIXe et XXe siècle, Thèse, Institut d’Études Politiques de Paris.

Henninger Laurent (dir.) et alii., 1999, Histoire militaire et sciences humaines, Bruxelles, Complexes.

Jankowski Barbara, Pascal Vennesson, 2005, « Les sciences sociales au ministère de la Défense : inventer, négocier et promouvoir un rôle », in Bezes Philippe et alii. (dir.), L’État à l’épreuve des sciences sociales. La fonction de recherche dans les administrations sous la Vème République, Paris, La Découverte.

Jauffret Jean-Charles, 2004 [2000], Soldats en Algérie, 1954-1962. Expériences contrastées des hommes du contingent, Paris, Éditions Autrement, 5e édition.

Larmet Gwenaël, 1995, « Comment devient-on camarade de régiment ? », Critiques sociales, n°7, pp. 3-28.

Léger Jean-François, 2003, «Pourquoi les jeunes s’engagent-ils aujourd’hui dans les armées ? », Revue française de sociologie, n°44, vol. 4, pp. 713-734.

Martin Clément et Pajon Christophe, 2011, « Max Weber, le charisme routinisé et l’armée de l’air. L’éducation charismatique au sein d’une école d’officiers », Année sociologique, 2011/2, vol. 61, pp. 383-405.

Montagnon Pierre, 2008, L’Histoire de la légion de 1831 à nos jours, Pygmalion, Paris.

Pinto Louis, 1975, « L’armée, le contingent et les classes sociales », Actes de la recherche en sciences sociales, vol. 1, n°3, pp. 18-40.

Porte Rémy, 2011, Chronologie commentée de la Première Guerre mondiale, Éditions Perrin.

Porteret Vincent, 2003, « A la recherche du nouveau visage des armées et des militaires français : les études sociologiques du Centre d’études en sciences sociales de la défense », Revue française de sociologie, n°44, vol. 4, pp. 799-822.

Prévot Emmanuelle, 2007, « Alcool et sociabilité militaire : de la cohésion au contrôle, de l’intégration à l’exclusion », Travailler, 2007/2, n°18, pp. 159-181.

Soulet Jean-François, 2010, L‘Histoire immédiate. Historiographie, sources et méthodes, Paris, Armand Colin.

Thiéblemont André, 1983, Les militaires sous le regard ethnographique, Revue Défense Nationale, n°06, pp.73-87.

Thiéblemont André, 1999, Cultures et logiques militaires, Paris, PUF.

Tourtier-Bonazzi Chantal (de) (sous dir.), Le Témoignage oral aux archives. De la collecte à la communication, Paris, Archives nationales, 1990.

Weber Claude, 2001, « Ethnographie en milieu militaire », Cahiers de publications doctorales de l’université de Strasbourg, n°2, pp. 79-91.

Déroulement de la journée d’étude

 

La journée d’étude se déroulera sous la forme de présentations organisées en tables rondes thématiques. Ces dernières seront suivies d’une discussion afin de mettre en perspective les différentes interventions et de générer un échange entre chercheurs et avec le public.

 

 

Mots-clefs :

Sciences sociales, institution militaire, méthodologie, observation, terrain, travail d’enquête

 

 

Modalité de soumission :

 

Les propositions ne devront pas excéder 7000 caractères (2 pages), espaces compris, titre inclus, bibliographie non incluse.

 

 

Une attention toute particulière sera portée à la présentation du terrain et des sources soutenant le propos de l’auteur. Les propositions permettant une mise en perspective internationale sont vivement encouragées, ainsi que celles apportant un éclairage depuis des institutions connexes aux forces armées.

 

 

Les contributeurs sont invités à faire figurer en page de garde de leur proposition une fiche de présentation précisant leurs noms, prénoms, statut et leurs rattachements institutionnels, qu’ils soient universitaires et/ou militaires (non compris dans les 7000 caractères).

 

 

Les propositions et les fiches de présentation sont à retourner au format suivant :

NOM-PRENOM-PROP.doc (docx, odt, pdf)

 

Elles sont à faire parvenir au comité organisateur à l’adresse suivante :

je.terrain.militaire@gmail.com

 

 

Date limite de candidature : 5 mai 2012

Sélection et réponse du comité : 15 juin 2012

Date de remise des papiers (15 pages environ) : fin du mois de septembre 2012

Date de la JE : début du mois de novembre 2012

Lieu : Paris (75000).

 

Contacts :

 

Christophe Lafaye : christophe.lafaye@gmail.com

Alicia Paya Pastor : aliciapaya@hotmail.fr

Mathias Thura : mathias.thura@ehess.fr

 

Appel à communications : Armées et révolutions arabes

Le Centre de Recherche des Écoles de Saint-Cyr Coëtquidan – pôle « Action globale et forces terrestres » organisera ses  Journées d’études 26 et 27 septembre, Cercle de la Monnaie (Rennes, 35). Vous trouverez ci dessous l’appel à contribution que le professeur Haddad nous a demandé de relayer. English version below

Les révolutions et les soulèvements populaires en cours dans la majeure partie du monde arabe ont souligné le rôle crucial que pouvaient jouer les forces armées intérieures dans les bouleversements politiques qui affectent les États de la région. Même si la plupart de ces pays ont été (ou sont toujours) gouvernés par les forces armées ou par des dirigeants issus de cette institution, les changements actuels prennent place dans des contextes socio-historiques et des configurations politiques diverses. De fait, ces armées ont eu un rôle différent dans l’histoire de leur pays respectif et entretiennent des relations particulières avec l’Etat, ainsi qu’avec les sociétés dont elles émanent. Cela étant et en dépit de ce large éventail dans les relations armées-États, plusieurs questions communes émergent. Qui sont ces forces armées ? Pourquoi ont-elles été longtemps considérées comme des acteurs mineurs ou au contraire majeurs sur les différentes scènes nationales ? Quels rôles peuvent jouer les militaires dans ce qui apparaît comme étant une nouvelle séquence politique pour les pays arabes ? Comment peuvent évoluer les relations armées-sociétés dans un proche avenir ? Ce rôle est d’autant plus crucial que ces pays sont confrontés à un paradoxe : s’il semble acquis que dans les transitions dites démocratiques, les militaires doivent être tenus éloignés de la vie politique intérieure, le chemin vers la transition ne saurait se dispenser d’une implication politique de ces mêmes forces armées.

Ce colloque consacré aux « Armées et révolutions arabes » tentera de répondre à ces questions. Cette manifestation accueillera également des contributions se penchant sur le rôle des armées dans les transitions démocratiques qui ont touché l’Amérique latine, le Portugal, l’Espagne, l’Afrique subsaharienne ou les pays de l’ancien bloc soviétique et qui permettront d’éclairer cette séquence historique inédite.

Les propositions de communication doivent être adressées avant le 30 juin 2012, par courrier électronique aux organisateurs, Saïd Haddad et Marie Baize-Robache, à l’adresse suivante : armees.revolutionsarabes@st-cyr.terre-net.defense.gouv.fr

Les résumés devront être rédigés en français ET en anglais, en une quinzaine de lignes, et accompagnés des coordonnées et de l’affiliation de l’auteur.

Date de notification : le 15 juillet 2012.

Date d’envoi des communications définitives : le 1er septembre 2012. Elles peuvent être rédigées en français OU en anglais.

Arab Armed Forces and Arab Revolutions

The ongoing revolutions or unrest in the Arab world underline the crucial roles of the domestic armed forces in the political changes which can affect the Arab states. Even if these countries have been (or are still) ruled by governments or political leaders from the armed forces, the current changes are taking place in different political contexts and structures. As a matter of fact, these armed forces played different role and have different relationships with the state and with their own social environment. Despite this large spectrum or variety of military-state profile, several common questions raise. Who are these Armed Forces? Why were they considered for many years as a minor actor or a major one on the domestic political theater? What future role can the militaries play in what is supposed to be a new political era? How can the civilians-militaries evolve? Dealing with all these questions, our colloquium will also try to discuss what it could be considered as a paradox: according to some democratic control of armed forces models, militaries have to be kept away from the political life but in the same time the transition path seems to need in some case a political military commitment. In a comparative perspective, this colloquium will accept also contributions concerning the role of the armed forces in societies moving towards democracy (Latin America, Portugal and Spain, Africa and former communist countries).

Abstracts should be sent, by e-mail, to the coordinators, Saïd Haddad and Marie Baize-Robache not later than June 30th 2012, at the following e-mail: armees.revolutionsarabes@st-cyr.terre-net.defense.gouv.fr

The abstract should not exceed fifteen lines, and the authors should specify their name, affiliation and address.

Submission of abstract: June 30th 2012

Acceptation: July 15th 2012

Submission of papers: September 1st 2012.

Call for papers : Corps habillés. Politique des métiers de l’ordre

Nous reproduisons ci-dessous l’appel à contribution pour la revue Politique africaine. Merci à Emmanuelle Zolesio de me l’avoir transmis. English version below.

Corps habillés. Politique des métiers de l’ordre

Les corps habillés (i.e.: militaires, gendarmes, policiers, gardes nationaux, gardiens de préfectures, gardes frontières, forestiers, sapeurs pompiers, etc.) constituent un champ professionnel central dans les appareils d’Etat africains. Formant dans certains Etats jusqu’à près de la moitié des fonctionnaires, présents à tous les étages des appareils d’Etat, des carrefours de circulation aux antichambres du pouvoir, ils participent à plein du fonctionnement de l’Etat postcolonial. Redécouverts récemment par les organisations internationales et les bailleurs de fonds sur le mode de la « Réforme du Secteur de la Sécurité » (SSR), ils restent mal connus des sciences sociales. Alors que les acteurs non étatiques de l’exercice de la violence sont de mieux en mieux étudiés, les fonctionnaires en charge de l’exercice de la violence d’Etat restent un objet à explorer.

Prenant acte des impulsions venant de la recherche sur des terrains connexes (les milices, les trajectoires combattantes, la police coloniale, les administrations publiques africaines, les carrières des fonctionnaires, la coercition étatique et non-étatique, etc.), ce numéro se propose d’articuler perspectives historiques, sociologiques et anthropologiques, afin de mieux comprendre la formation des forces de l’ordre, les pratiques de leurs agents et les rapports qu’ils entretiennent avec le pouvoir d’Etat en Afrique. Se distinguant de deux poncifs, celui de l’homogénéité (« esprit de corps ») et celui de la fragmentation (« guerres des polices »), il s’attachera à retracer les caractéristiques communes, les croyances partagées, les circulations, mais aussi les tensions, les luttes de position et les conflits propres au champ des forces de l’ordre. En rompant avec les discours normatifs (type paradigme SSR) et téléologiques, les articles repenseront à nouveau frais les trajectoires collectives et individuelles des professionnels de l’ordre et leurs relations avec l’Etat. On mettra notamment l’accent les axes suivants:

            Socio-histoire d’un champ professionnel. Les institutions de maintien de l’ordre sont pour l’essentiel héritées de l’époque coloniale. Elles ont été étudiées le plus souvent de façon séparée, en reprenant les labels institutionnels. Il apparaît au contraire fécond d’envisager ces institutions comme un espace social, tout en mettant l’accent sur les projets successifs de (ré)organisation des forces de l’ordre. En quoi les compagnies de Tirailleurs Sénégalais, les Gardes Indigènes ou la Royal West African Frontier Force par exemple furent-ils les matrices des forces de l’ordre de leur territoire respectif ? Comment, à partir des troupes de conquête ou des premiers postes administratifs, se détachèrent progressivement les différentes institutions spécialisées, les corps et les unités participant des forces de l’ordre ? Les périodes clés sont aussi la période de la transmission de l’appareil sécuritaire durant les Indépendances, les années 1960 et 1970 où les forces de l’ordre des Etats post-coloniaux se forment, les années 1980 avec les politiques d’ajustement structurel, et les années 1990 où l’on observe un processus de démocratisation souvent accompagné d’une restauration autoritaire.

Cultures matérielles et représentations populaires. Habits de camouflage, AK47, talkie-walkie, machines à dactylographier : l’univers matériel des agents de l’ordre se double d’un univers symbolique qui organise d’une part l’opposition entre les membres de la profession et les non-initiés (qui ne portent pas uniforme, ne savent pas lire les insignes, n’ont pas d’arme, etc.), et d’autre part les oppositions internes à l’espace professionnel du maintien de l’ordre (« tenue » contre agents « en civil », porteurs de fusils contre porteurs de matraques, etc.). Quelles sont les langages et les mythes auxquels sont associées les forces de l’ordre ? Quelles sont les croyances partagées, les codes compris par tous, la doxa professionnelle des forces de l’ordre ? A l’inverse, où se situent les conflits symboliques, les luttes de classement, les enjeux de mémoire professionnelle? En quoi cet espace social est-il structuré par des idiomes professionnels (langage de l’uniforme, images de l’ordre, hexis corporelle, codes hiérarchiques, etc.) réglant à la fois l’unité et les distinctions d’un ensemble professionnel ?

Etre professionnel-le de l’ordre : carrières et trajectoires. Malgré un regain récent des travaux anthropologiques sur l’Etat au quotidien et les bureaucraties africaines, on sait encore peu de choses des carrières et des pratiques des agents des forces de l’ordre. Comment est-on recruté dans les armées et les polices africaines ? Dans les pays marqués par des conflits, notamment au Tchad, les agents passés par des écoles spécialisées travaillent au quotidien avec d’anciens rebelles intégrés à la faveur d’accords de paix. Comment se déroulent les carrières ? Comment les agents perçoivent-ils leur rôle ? Une attention particulière pourra notamment être portée aux procédures routinières et pratiques quotidiennes des forces de l’ordre.

            Luttes de position, conflits latents et violence. En raison de leur position spécifique au sein de l’Etat, les conflits internes aux forces de l’ordre sont des enjeux politiques centraux dans les Etats postcoloniaux (bagarres entre policiers et gendarmes à Dakar, mutineries au Niger, rebellions au Burkina-Faso, mais aussi retournements soudains, comme on l’a vu récemment notamment en Tunisie, en Egypte et en Libye, peut-être en Guinée et ailleurs). Trop souvent, ces conflits sont ramenés à une lutte univoque entre corps concurrents (le poncif de l’opposition entre militaires et policiers par exemple) ou encore à des luttes endémiques entre clans ou groupes ethniques (officiers du nord contre ceux du sud par exemple). Qu’en est-il vraiment des luttes de position au sein des forces de l’ordre ? Comment s’organisent les réseaux d’officiers, les liens verticaux entre individus de rangs différents, les alliances entre unités, compagnies et brigades ? Comment les hiérarchies au sein des forces de l’ordre sont-elles négociées, débattues, contestées ?

            Modes d’action politique. Situés à la fois au cœur de l’Etat et à la périphérie du champ bureaucratique, les agents de l’ordre disposent de moyens de pression. Dans de nombreux Etats, le pouvoir accorde une attention particulière aux revendications des agents de l’ordre. Pourtant, dans le même temps, les agents de l’ordre sont des fonctionnaires surveillés de près par les autorités (interdiction de syndicat, interdiction des grèves, code disciplinaire, baraquement et logements séparés, etc.). Les agents de maintien de l’ordre disposent-ils de modes spécifiques d’action politique ? Au-delà des coups d’Etat et du déclenchement de « nouvelles guerres » dont l’étude fut centrale respectivement dans les années 1970 et 1990, peut-on identifier un spectre plus large de modes d’action et d’expression politique propres aux forces de l’ordre ?

Casernes, camps, commissariats : les lieux des forces de l’ordre. Parmi les lieux les mieux protégés des villes africaines se trouvent les camps militaires, les casernes, les commissariats, les maisons des combattants, les baraques, les buvettes des officiers, etc. Ces lieux protégés sont aussi parmi les plus surveillés par le pouvoir, inquiet de ce qu’il s’y passe (que l’on pense à Alassane Ouattara exigeant des familles qu’ils quittent les camps militaires ou à Alpha Condé voulant « encaserner les militaires »). Il s’agira ici de saisir ce qui se passe dans les lieux de formation, de travail et de socialisation des forces de l’ordre, mais aussi de réfléchir aux frontières entre les espaces réservés aux forces de l’ordre et les autres espaces de la vie sociale et économique. Dans certains contextes, le camp apparaît comme un espace à part sans être une hétérotopie. Ailleurs, par exemple au Tchad, les militaires restent rarement cantonnés dans leurs casernes. Comment les agents de l’ordre s’emparent-ils de ces lieux, comment y travaillent-ils, comment y vivent-ils avec ou sans leur famille ? Quels rôles jouent les événements tels que les fêtes nationales, les grandes manœuvres, ou les tournois de foot dans la socialisation des militaires et agents de l’ordre ?

Genre et forces de l’ordre. Les métiers de l’ordre restent, dans les pays considérés comme ailleurs, très majoritairement exercés par des hommes. L’approche de genre permet ici de mettre en évidence la division genrée du travail. Quelle est la part des femmes ? Dans quelles institutions, à quels rangs et à quelles fonctions sont-elles présentes ? Comment négocient-elles la division genrée du travail ? Quels capitaux mobilisent-elles dans ces mondes professionnels pensés comme masculins ? Les institutions de l’ordre participent en outre de la fabrique d’une masculinité postcoloniale qu’il convient d’étudier. Comment les autorités gèrent-elles les questions de la famille, de la sexualité, du corps et de l’intimité des agents de l’ordre ? Certains pays, comme le Bénin, se prévalent de forces féminines de maintien de l’ordre associées à un passé précolonial idéalisé. Pour d’autres pays, comme la Guinée, les forces féminines sont perçues comme participant d’un passé socialiste. D’autres, comme le Rwanda, semblent faire de la féminisation des forces de l’ordre un enjeu politique de rupture avec le passé. D’autres enfin, comme le Togo, tentent à échéance régulière, mais pour le moment sans grand succès, d’étendre aux femmes le recrutement policier et militaire. En quoi le recrutement féminin participe-t-il d’un nouveau discours sur la modernisation et la démocratisation des forces de l’ordre ?

Politiques de réforme entre le global et le local. Les forces de l’ordre et de sécurité font l’objet d’une attention croissante de la part des acteurs internationaux. Loin d’opposer le « global », le « national » et le « local », il s’agira de saisir les recompositions des forces de l’ordre dans le contexte de la diffusion transnationale de normes, de référents et de techniques dans le domaine de la sécurité. Quels sont les effets des programmes dits de Réforme du Secteur de la Sécurité (RSS) ? Quelles furent les conséquences des réformes passées (créations successives de nouvelles institutions, politiques d’ajustement structurel, réformes des années 1990 et 2000) ? Par quels moyens les acteurs internationaux tentent-ils d’influer, avec ou contre les Etats, sur les forces de l’ordre (stages de formation, workshops, campagnes d’information, livraisons de matériel, déploiements d’observateurs internationaux, etc.) ? L’enjeu n’est pas ici d’étudier les échecs ou les succès de ces politiques, mais de saisir ce qui est en jeu aux points de rencontre entre les agents des forces de l’ordre et les experts internationaux.

Calendrier

Les propositions d’une page maximum sont à envoyer à Marielle Debos et Joël Glasman jusqu’au 15 avril 2012. Les articles retenus seront attendus pour le 15 juin 2012. Après le processus d’évaluation conduit par Politique africaine, les articles acceptés paraîtront dans le dossier du numéro de décembre 2012.

Contact:

Marielle Debos, mdebos@u-paris10.fr

Joel Glasman, glasmanj@cms.hu-berlin.de

« Corps habillés ». The Politics of security forces
Occupations, careers, practices

The corps habillés (i.e. army volunteers, gendarmes, police staff, national guards, prefects’ guards, border guards, forest agents, firefighters, etc.) constitute a professional field that plays a central role in the apparatus of the African state. In some countries, they represent up to half of public sector employees. Involved at every level from road intersections to backroom politics, they participate in the daily functioning of the postcolonial state. Recently rediscovered by international organizations and funding agencies under the framework of the “Security Sector Reform” (SSR), they remain an under-studied field in social sciences. While non-state modes of regulation of violence are a growing field of study, little attention has been paid to state employees in uniform.

Building on current research in related fields (militias, combatants’ trajectories, colonial police, public administrations, state and non-state coercion), this special issue aims to establish connections between historical, sociological and anthropological approaches. It seeks to build a better understanding of security forces’ formation, of their agents’ practices as well as of their relations to state power in Africa. This issue breaks with the commonplace of the supposed homogeneity of security forces (“esprit de corps”) and moves beyond the perspective of the fragmentation. It aims to analyze shared patterns and beliefs, alliances as well as competition, tensions, and conflicts within the security forces. Breaking with normative (such as the SSR paradigm) and teleological perspectives, articles will analyse collective and individual trajectories as well as the study of the relations of state employees in uniform to the state.

Authors are invited to address the following issues:

Socio-history of a professional field. Security forces are mainly inherited from the colonial period. They have mostly been analyzed separately according to institutions’ labels. Moving beyond this trend, this issue seeks to analyze institutions as social spaces while placing emphasis on successive projects to (re)organize them. For example, to what extent were the Tirailleurs Sénégalais companies, the Indigenous Guards or the Royal West African Frontier Force the origins of security forces on the respective territory? How did conquest troops or administrative outposts progressively became specialized institutions? Key historical periods are also the transmission of the security apparatus at the Independence, the 1960s and 1970s when post-colonial security forces developed, the 1980s when they were affected by Structural Adjustment Programs, and the 1990s when democratization was often followed by authoritarian restoration.

Material culture and popular representations. Camouflage fatigues, AK47, talkie-walkie, typing machines: security forces’ material culture participates in the distinction between professionals and non-professionals (who neither wear uniform nor bear arms, who are not able to read insignia, etc.) as well as in the distinctions within this professional field (for example staff in uniform as opposed to staff in civilian clothes, staff bearing arms as opposed to staff bearing truncheons, etc.). What are the languages and myths associated with security forces? Are there shared beliefs and references? A professional doxa specific to security forces? Are there symbolic conflicts, struggles for social positions? To what extent is this social space structured by professional idioms (uniform, body hexis, and hierarchical codes) that regulate both the unity of this professional field and distinctions within it?

Security forces’ staff: careers and practices. Despite a recent interest in sociology and anthropology in the daily functioning of state bureaucracies, little is known on the careers and practices of security forces’ members. How do African armies and polices recruit? In countries characterized by recurrent conflicts, professional career security agents frequently work alongside former rebels who were appointed to positions within the army or the police after the signing of a peace agreement. How do their careers evolve? How do they perceive their role? Special attention will be paid to security forces’ routine procedures and daily practices.

Professional competition and violent struggles. Because security forces are central in the state apparatus, internal conflicts are highly politicized issues inpost-colonial states (fighting between policemen and gendarmes in Dakar, rebellions in Niger, or sudden reversals, as we have recently seen in Tunisia, Egypt and Libya). Too often, these conflicts are univocally seen as struggles among competing bodies(the stereotype of the oppositionbetween the military and police for example) or asendemic struggles among ethnic groups (officers from the north against officers from the south for example). This issue, in contrast, wishes to look at the effects of competition and conflicts within the security forces? How are networks and relationships organized: officers’ networks, vertical links among individuals ofdifferent ranks, alliances among units, brigades and companies? How are internal hierarchies within this very social space negotiated, debated, and challenged?

Modes of political action. Located both at the core of the state and at the periphery of the bureaucratic field, security forces agents resort to diverse tactical repertoires. In many countries, the government pays special attention to the corporatist claims of security forces personnel. However, policemen and soldiers are under the constant gaze of authorities (prohibition of trade unions and strikes, harsh disciplinary code, separatebarracks and housing, etc.). Do members of security forces have specific modes of political action? Beyond the coups and the outbreak of « new wars » whose studies were centralrespectively in the 1970s and 1990s, can we identify a broader spectrum of modes of action and political expression specific to security forces?

Barracks, camps, police stations: the social places of security forces. Among the most protected places of African cities are military camps, barracks, police stations, officers’ mess, etc. These places are also closely monitored by anxious state authorities (one thinks of Alassane Ouattara in Cote d’Ivoire requiring soldiers’ relativesto leave the camps or Alpha Conde in Guinea trying to keep soldiers confined in their barracks). In this respect, this special issue aims to understand what is at stake in spaces of training, work and socialization of men and women in uniform. It also aims to offer insights on the boundaries between these spaces and other spaces central in the social and economic life. In some contexts, the camp seems a separate and almost confined space. Elsewhere, the military rarely remain confined to their barracks. How do agents appropriate these spaces, how do they work, how do they live there with or without their relatives? Which role do events such as national holidays, training exercises orfootball tournaments play in the socialization of military and security forces staff?

Gender and security forces. Occupations linked to security in African countries as elsewhere are overwhelmingly seen as masculine. A gender approach will in the first place focus here on a gendered division of labour. What is the proportion of women in these institutions? Which functions, ranks and responsibilities do they have? How do they negotiate the gendered division of labour? Which specific resources and ideas can they mobilize in this field thought of as masculine? To which extent do these institutions partake in the construction of a postcolonial masculinity? How do authorities intervene in private and family matters, in issues of intimacy, body or sexuality? In some countries, like Benin, the presence of women in the army is seen as part of a (reinvented) precolonial tradition. In others, like Guinea, this is seen as part of a socialist past. In others, like Rwanda, the feminization of security forces is seen as a break with the recent past. Others, like Togo, made only unsuccessful attempts to extend the recruitment of police and army to women. To which extent do female recruitments and formations participate in narratives on the “modernization” and “democratization” of the state?

Security forces’ reforms between the global and the local. Security forces have increasingly been targeted by international programs. Far from opposing the « global », the « national » and the « local », the aim here is to analyze security forces’ recompositions in the context of the transnational dissemination of norms, standards and technical references in the field of security. What are the effects of Security Sector Reform (SSR) programs? What were the consequences of past reforms (successive creations of new institutions, structural adjustment policies, reforms of the 1990s and 2000s)? How do international actors attempt, with or against states institutions, to influence security forces’ practices (training courses, workshops, information campaigns, delivery of equipment, deployment of international observers, etc.)? The purpose here is not to study the failures or successes of these programs, but to grasp what is at stake at the intersection between local agents and international experts.

Deadlines :

Abstracts (maximum one page) should be sent to Marielle Debos and Joël Glasman before the 15th April 2012. Selected articles are expected on 15 June 2012. After the peer review evaluation conducted by Politique africaine, accepted articles will be published in the December 2012 issue.

Contact:

Marielle Debos, mdebos@u-paris10.fr

Joel Glasman, glasmanj@cms.hu-berlin.de