Le métier de sociologue.. militaire?

Pour inaugurer la rubrique « citations » (que j’emprunte à Socio Voce ), nous vous proposons d’abord les mots d’Éric Letonturier, repris dans sa présentation du numéro spécial de l’Année Sociologique « Valeurs, métier et action : évolutions et permanences de l’institution militaire »1. La pratique du métier doit interroger le sociologue. Cette interrogation porte sur la scientificité de ses choix théoriques, du recueil de son matériau, de son analyse, de sa valorisation, de son impact social et de son instrumentalisation.. Bon on a dit ça, mais jusqu’ici on avance en territoire connu.. Comment s’incarne, au quotidien, l’éventuelle spécificité de la sociologie militaire?

Plusieurs raisons peuvent être évoquées pour rendre compte de cette situation paradoxale et de ces conditions quasi structurelles, par delà les fortunes épisodiques de la discipline que révèle le travail de périodisation2. La spécificité, voire l’étanchéité, d’emblée supposée de l’objet même et de ses contenus propres, l’investissement lourd qu’implique, sans garantie de retour pour la carrière la connaissance fine d’un milieu très vaste et diversifié, l’accès difficile au terrain, les précautions méthodologiques particulières du dispositif d’enquête, et les enjeux de confidentialité expliquent la relative marginalisation scientifique de cet objet pris en charge, en grande partie, par l’institution elle-même au moyen d’organismes voués à sa propre expertise. [268]

 (…) Les phénomènes militaires feront l’objet de deux types d’investissement parallèles. Certains, incidemment, y verront une opportunité supplémentaire d’importer une conceptualisation du social selon les termes d’un programme formulé ailleurs ; d’autres, très spécialisés, en feront un domaine réservé pour exiger des expertises pointues en réponse, bien souvent, à des intérêts indigènes immédiats. [269]

A partir  « du concept de spécificité militaire », Laure Bardiès3 rajoute :

Et le fait est que semble se concentrer sur le thème de la spécificité militaire une bonne partie des difficultés rencontrées par la sociologie du domaine militaire4 pour être reconnue en tant que spécialité pleinement légitime. Existe-t-il quelque chose de particulier dans l’existence, le fonctionnement et l’action des armées qui justifie qu’on ne leur applique pas mécaniquement des grilles d’analyses issues de la sociologie des institutions, des organisations ou du conflit social? Ceux qui répondent par l’affirmative à cette question essaient, au travers du concept de spécificité militaire, de préciser quelles réalités sociales et culturelles particularisent les armées, de quelle manière et à quel degré.

Et, comme il est d’usage sur ce blog, le dernier mot va au « sociologue enrégimenté »5, que l’honnêteté m’oblige à transformer en sociologue « cockpitisé » (sic).

Ainsi, l’absence de reconnaissance et de valorisation des recherches sur ce champ conduit de jeunes sociologues, soucieux d’appliquer des schèmes de lectures faisant d’eux des sociologues professionnels, à « redécouvrir la roue » dans un champ qui leur semble vierge, et si extérieur, que le travail de rupture avec les prénotions est quasiment instantané.[47]

(…) Instrument de caractérisation de l’objet, cette analyse méthodologique peut permettre aussi de souligner les difficultés communes aux sociologues du militaire et à leurs confrères. Trois points principaux : la rupture objectivante, l’accès au terrain, l’immersion et l’observation. [48]

  1. Letonturier É., « Présentation », L’Année Sociologique, 2011, vol. 61. n°2, p.268 -269 []
  2. Martin M.L. , 1999, « Prometteur ou marginal ? Le champ de la sociologie militaire en France », Les champs de Mars, 6, 5-36. []
  3. Bardiès L., « Du concept de spécificité militaire »,  L’Année Sociologique, 2011, vol. 61. n°2, p.274 []
  4. (…)Voir l’introduction de la thèse d’état de Bernard Boëne, Emergence et développement d’un sociologie spécialisée, le cas de la sociologie militaire aux Etats -unis (Boëne, 1995) []
  5. Pajon C. , « Le sociologue enrégimenté : méthodes et techniques d’enquête en milieu militaire », in Gresle F. (dir.), Sociologie du milieu militaire, les conséquences de la professionnalisation sur les armées et l’identité militaire, Paris, L’Harmattan, p.45-56 []

Une réflexion sur « Le métier de sociologue.. militaire? »

  1. Frédéric Charillon, dans son éditorial de la Lettre de l’Irsem n°8, « Défense et société : l’indispensable volet sociologique des études stratégiques », propose de répondre à une question, posée par ailleurs par des grands noms de notre discipline : à quoi sert la sociologie.. militaire? Le directeur de l’IRSEM contribue à l’entreprise de légitimation institutionnelle (MinDef) de notre discipline en insistant sur le lien entre recherche-action et assise scientifique des réflexions stratégiques.
    Vous trouverez son édito ici.
    http://www.irsem.defense.gouv.fr/
    Pour reprendre la 4e de couverture de l’ouvrage précédemment non cité, nous poserons la question, « à quoi ne doit-elle surtout pas servir? », qui, si elle ne
    concoure pas à une entreprise de légitimation institutionnelle, ouvre une discussion sur les frontières épistémologiques de la sociologie militaire.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.