Professions et Catégories Socio-professionnelles (PCS) des militaires (actualisé)

INSEEJe profite de ce magnifique mois d’août passé à « faire du quanti » (expression de sociologue qui signifie tester mes nouvelles lunettes sur le même fichier Excel 8 heures pas jour) pour faire un bref point sur la question suivante : comment coder les PCS des militaires français aujourd’hui?

Revenons sur mes stéréotypes. J’ai longtemps cru que Militaire du Rang = Classes populaires, Sous-officiers = classes moyennes , et Officiers = classes sup’. Ce serait trop facile : la sociologie est un sport de combat. Puis j’ai lu (si je le retrouve, je l’ajoute) que les officiers subalternes n’étaient pas dans la case « cadre » mais professions intermédiaires. Plutôt que de m’engager sur une longue introspection coûteuse (sinon ça marche pas, c’est le principe),  je reviens au fondamentaux, l’institut norvé.. l’INSEE : les nomenclatures PCS 2003. (« on ne dit plus CSP? », « non »)

Ainsi, comment coder les PCS des militaires? D’abord, il faut remonter au 4e niveau de précision. Ici, vous ne trouverez rien d’intéressant. Nous irons alors  , au 4e niveau de cette nomenclature. Dans une optique de partage, pour faire vivre ce carnet, et pour rendre service aux 5 sociologues francophones (à 5 près) qui ont l’utilité du codage fin des professions militaires, voici le résultat d’une ballade sur le site de l’INSEE, avec l’arbre hiérarchique (à trois niveaux) correspondant à la profession :

Officiers et officiers généraux

Profession 331a Personnels de direction de la fonction publique (Etat, collectivités locales, hôpitaux).. Général

3 Cadres et professions intellectuelles supérieures

32 Cadres de la fonction publique, professions intellectuelles et artistiques

33 Cadres de la fonction publique

Profession 334a Officiers des Armées et de la Gendarmerie (sauf officiers généraux)

3 Cadres et professions intellectuelles supérieures

32 Cadres de la fonction publique, professions intellectuelles et artistiques

33 Cadres de la fonction publique

Sous-officiers

Profession 452b Adjudants-chefs, adjudants et sous-officiers de rang supérieur de l’Armée et de la Gendarmerie

4 Professions Intermédiaires

41 Professions intermédiaires de l’enseignement, de la santé, de la fonction publique et assimilés

45 Professions intermédiaires administratives de la fonction publique

Profession 532a Gendarmes (de grade inférieur à adjudant)

5 Employés

51 Employés de la fonction publique

53 Policiers et militaires

Profession 532b Sergents et sous-officiers de grade équivalent des Armées (sauf pompiers militaires)

5 Employés

51 Employés de la fonction publique

53 Policiers et militaires

Hommes du rang

Profession 532a Gendarmes (de grade inférieur à adjudant)

5 Employés

51 Employés de la fonction publique

53 Policiers et militaires

Profession 532c Hommes du rang (sauf pompiers militaires)

5 Employés

51 Employés de la fonction publique

53 Policiers et militaires

Bon, ceci étant écrit, que peut-on en dire ? On retrouve la distinction des cadres (officiers généraux et officiers), dès le grade d’Aspirant (including Volontaire Aspirant, si si). Le grade d’élève officier, on le met où? Il doivent être considérés comme étudiants 8400? Non, ce sont des cadres 334a, comme Colonel. 😉

La distinction officier supérieur/ subalterne n’apparaît pas, le type de recrutement, non plus. Sauf erreur de ma part, ma psychanalyse attendra.

Seuls les Adjudants, Adjudants-chefs et Majors, sont considérés comme professions intermédiaires. Sauf.. l’adjudant de gendarmerie. Parmi les lecteurs de ce billet, quelqu’un peut-il m’expliquer ce qui, dans la carrière (les diplômes, les concours internes, la taille de la moustache)  justifie cette différence de traitement?

Sergents et hommes du rang sont considérés comme des employés. De recrutement bac minimum (souvent plus), les jeunes sous officiers, de mémoire, sont durant leur formation, deuxième classe puis caporal chef,  avant de devenir sergent. La seconde marche de l’escalier social est un peu plus haute que prévue!

Dernières questions. Il est fait référence aux officiers de carrière, « Militaires de carrière ayant un grade d’officier supérieur ou subalterne ». Quid des sous contrat? On les a oublié? La statistique publique a eu le nez fin.. Les mauvaises langues diront qu’elle a repris les catégories indigènes. En ce qui concerne les Sous-officiers aux grades de Sergent ou Sergent Chef (à priori sous contrat), l’administrateur nous dit « Sous-officiers subalternes de l’armée de l’air, de l’armée de terre et de la marine, servant « après la durée légale » ». Cette durée légale renvoie à la conscription?

La pyramide statistique française, par un système de classement arbitraire (ce n’est pas péjoratif ici) renseigne sur la perception administrative (socio-démographique, certes, politique assurément) de l’institution militaire à un moment donné. Pour info, il y a un très bon papier sur les PCS, l’arbitraire nécessaire de toute convention. Il s’agit d’un article issu de l’ouvrage de Serge Bosc, Stratification et classes sociales : La société française en mutation. Vous noterez qu’une réédition sortira ce mois-ci. (pas de lien commercial)

Pierre Bourdieu disait (en tout cas écrivait, enfin de mémoire..) que les données brutes n’existaient pas,  » les données ne sont pas données, mais construites ». La citation exacte, retrouvée le 18 octobre 2011, est :

(…) en sociologie, « les données », même les plus objectives sont obtenues par l’application de grilles (classes d’âge, tranches de revenus, etc.) qui engagent des présupposés théoriques et laissent par là échapper une information qu’aurait pu appréhender une autre construction des faits. (…) « les faits ne parlent pas ».1

(…) Rien n’est plus faux que l’idée que « les faits parles d’eux mêmes » (…) Les faits sont produits par et pour les luttes pour l’imposition du sens et de la valeur du monde social.2

  1. Bourdieu P., Chamboredon J.C., Passeron J.C., Le métier de sociologue, 1968, Editions Mouton-Bordas, p62-65 []
  2. Bourdieu P., A.R.S.S., n°61, mars 1986, p.2 []

2 réflexions au sujet de « Professions et Catégories Socio-professionnelles (PCS) des militaires (actualisé) »

  1. Bonjour,
    je suis en train de finaliser ma thèse sur la reconversion des militaires par une approche identitaire (MRM/GRH – Directrice : Anne Loubès). Travaillant sur les catégories, je lis vos questions :
    * »La distinction officier supérieur/ subalterne n’apparaît pas, le type de recrutement, non plus ». Le distinguo traduit une progression professionnelle rythmée par les examens et concours, le plus souvent, notamment le Cours supérieur interarmes (ancien Diplôme d’état-major) et l’École de guerre (ancien Cours supérieur d’état-major, interarmées). Quant au recrutement il est (dans des proportions relatives) issu aussi bien de concours suivi de formation initiale, du recrutement direct et de promotion interne, de concours interne, etc.
    * « quelqu’un peut-il m’expliquer ce qui, dans la carrière (les diplômes, les concours internes, la taille de la moustache) justifie cette différence de traitement? ». Bien que votre demande date et que l’on pourrait imaginer que vous avez obtenu votre réponse, je pense pouvoir vous éclairer peut-être en répondant qu’un adjudant de gendarmerie est nécessairement Officier de police judiciaire (OPJ – examen-formation), ce qui lui confère un niveau de responsabilité supérieur.
    D’une manière générale, les rapports annuels du Haut Comité d’Evaluation à la Condition Militaire (HCECM) – en ligne – donnent une bonne température catégorielle ; les PV du Conseil de la Fonction Militaire (CFM), aussi.
    En espérant avoir apporté quelques éléments nouveaux à la connaissance du sujet, bien que le temps qui nous sépare de l’émission des questions ait déjà pu être profitable en ce sens.
    Bien cordialement.

  2. Cher Marcel, l’aridité de la taxinomie t’ouvre les bras, ceci me rappelle quel retournement de neurones j’ai pu rencontrer voici quelques années.
    D’une manière non spécifique je te renvoie à Foucault et ses fameuses analyses de la construction de la pensée scientifique : « Les choses et les mots sont très rigoureusement entrecroisés : la nature ne se donne qu’à travers la grille des dénominations, et elle qui, sans de tels noms, resterait muette et invisible, scintille au loin derrière eux, continûment présente au-delà de ce quadrillage qui l’offre pourtant au savoir et ne la rend visible que toute traversée de langage. » ; Michel Foucault (1993), Les mots et les choses, Paris, Gallimard (coll. Tel), p. 173.
    Par ailleurs, il y a la question de la hiérarchie selon le prestige social conféré à certaines professions, qui offre un classement sensiblement différent (indicateurs pris parfois en compte dans certaines nomenclatures étrangères)…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.