14 juillet et analyse axiologique

J’adhère à la proposition précédente dans son esprit. Vive l’approche anthropologique et sociologique… Les analyses présentées dans l’ouvrage dirigé par A. Thiéblemont sur les « Cultures et logiques militaires », en illustration de ce carnet, offrent des modèles indiscutables1.

<p>Cultures et logiques militaires</p>

Un nuance toutefois, car le débat actuel peut aussi faire en soi l’objet d’une analyse en termes de valeurs, très riche, de la place des armées dans le débat et le champ politique.

Tout d’abord, la position de la candidate d’Europe Ecologie – Les Verts Eva Joly est idéologiquement cohérente, je la cite :J’ai rêvé que nous puissions remplacer ce défilé [militaire] par un défilé citoyen où nous verrions les enfants des écoles, où nous verrions les étudiants, où nous verrions aussi les seniors défiler dans le bonheur d’être ensemble, de fêter les valeurs qui nous réunissent, [elle ajoute]: Ce n’est pas des valeurs que nous portons […]. Je pense que le temps est venu de supprimer les défilés militaires du 14-Juillet parce que ça correspond à une autre période.2

Cette opinion est logique avec une écologie politique, qui est aussi ontologiquement pacifiste. On a tendance à l’oublier en France, mais le débat autour de l’abandon du nucléaire comme source d’énergie n’est par exemple pas déconnecté de son usage militaire. Les mouvements de l’extrême-gauche et d’une partie de la gauche des années 70 étaient en cela explicites.

Une instrumentalisation identitaire

Toutefois, l’idée que le militaire et ses valeurs sont archaïques et totalement incompatibles avec celles d’une société moderne industrialisée est ancienne, et n’est pas forcément liée à un pacifisme internationaliste de gauche, comme le laisse entendre les réactions suscitées par la déclaration de Madame Joly. Ces dernières sont aussi révélatrices de l’instrumentalisation identitaire de l’institution du 14 juillet: Du citoyen pas citoyen, on glisse vers le Français/pas Français. Étonnement (on peut jouer les candides), les avis étaient plus pondérés dans le rapport parlementaire n°3605 du 29 juin 2011 sur le droit de la nationalité autour de la transformation du défilé du 14 juillet. M. Martin Hirsch [y propose]

(…) que les jeunes du service civique prennent part au défilé militaire du 14 juillet, éventuellement vêtus d’une tenue spécifique. Dans son esprit, il s’agirait d’un moyen de matérialiser symboliquement le lien maintenu entre les jeunes et la nation malgré l’abandon du service militaire et de montrer qu’il existe diverses possibilités de la servir qui valent sa reconnaissance à l’occasion de la fête nationale. L’Italie a fait ce choix en faisant défiler à côté des membres de ses forces armées ceux qui accomplissent un service national au service de la cohésion nationale, que ce soit par l’intermédiaire des collectivités territoriales ou des associations.3

Outre qu’aujourd’hui, des représentants de la sécurité civile ou de la police nationale sont au coté des militaires, le défilé resterait plus militaire que citoyen (mais les militaires sont-ils moins citoyens?).

Le reflet d’une société

Finalement, l’approche comparative (peu ou pas de défilé en Allemagne, folklore populaire militariste dans certains Etats sud-américains) ou historique nous rappelle d’abord que cette manifestation révèle beaucoup de choses sur ce que les individus et la société valorisent à un moment donné et dans un contexte donné. Le contenu axiologique de l’institution évolue et est vécu de manière différente (voir Les Lieux de Mémoire de P. Nora4, ou plus précisément, Pierre Vallin, « Fête, mémoire et politique : les 14 juillet en Limousin (1880- 1914)5, ou encore les débats autour du bicentenaire de 1989).


 

  1. Thieblemont A., Cultures et logiques militaires, Paris, Puf, 1999 []
  2. Le Monde, daté du 14/07/11. []
  3. Rapport parlementaire n°3605 du 29 juin 2011 consulté le 14 juillet 2011, http://www.assemblee-nationale.fr/13/pdf/rap-info/i3605.pdf, p.125-126. []
  4. Nora P., Les Lieux de mémoire, Gallimard (Bibliothèque illustrée des histoires), Paris, 3 tomes : t. 1 La République (1 vol., 1984), t. 2 La Nation (3 vol., 1986), t. 3 Les France (3 vol., 1992) []
  5. Vallin P., « Fête, mémoire et politique : les 14 juillet en Limousin (1880- 1914) », Revue française de science politique, 32e année, n°6, 1982. pp. 949-972 []

Une réflexion sur « 14 juillet et analyse axiologique »

  1. Merci Christophe. Pour compléter vos lectures, un article du Monde me semble pertinent. Il revient, à partir de certains historiens déjà cités, tant sur la genèse du défilé que sur la récurrence de ses remises en cause. Malheureusement il n’est disponible que pour les abonnés du Monde (celui daté du 18 juillet), c’est ici

    Le second article est l’exemple type, selon moi, de la difficulté d’avoir un débat serein, dégagé de la violence symbolique, en tant qu’imposition d’un arbitraire, méconnu comme tel. L’auteur, le journaliste Jean-Dominique Merchet, dispose d’une grande audience auprès de la communauté militaire et est le dépositaire d’une forte légitimité en son sein. Cet arbitraire je voudrais vous le montrer, de manière brute (et arbitraire), sous la forme de quelques extraits non commentés :

    « Cette proposition est consternante. Elle surfe sur un vieux fond d’antimilitarisme et de pacifisme, présent à l’extrême-gauche, que les écologistes cherchent à récupérer. »

    « Elles [les armées] défilent devant le président de la République et inclinent leurs drapeaux. Arma cedant togae : les armes le cèdent à la toge et il y a tout lieu d’en être fier, lorsque l’on est un citoyen. »

    « En France, il se trouve que, dans leur immense majorité, les Français sont, comme les Russes, les Britanniques et tant d’autres, attachés à leur armée »

    « les Russes le défilé du 9 mai sur la place rouge. « Pas glorieux » comme le dit Cohn-Bendit ? Pas glorieuse, cette armée russe qui a sauvé son pays et écrasé le nazisme ? « 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.