Débats autour du RT8

Dans quelle mesure redéfinir les contours du RT8 ? Billet de Grégory Daho

Sociologiquement, ça sent le piège, voire la notion vide de sens. Cependant pour les acteurs du champ militaire, ça compte (au moins dans les discours et les postures ce qui ont des incidences sur les pratiques).

Je me suis penché là-dessus (communication AFSP septembre 2011 + colloque IRSEM novembre 2011) en posant une question simple : certaines évolutions sémantiques (de la « défense » à la « sécurité », des « menaces » aux « risques », des « guerres » aux « crises ») traduisent-elles des transformations structurales du champ de la défense (dilatation, porosité, dilution des objets référents ou à l’inverse, recentrage sur le coeur de métier) ?.

Je ne savais pas où cette réflexion me mènerait ; et si je n’en n’ai pas fais le tour, j’en conclue partiellement, que non, le champ militaire n’est pas devenu le champ de la sécurité (ce dernier regroupant des secteurs encore largement autonomes et structurés).

Si l’on veut comprendre la perméabilité accrue du champ militaire aux autres secteurs civils, en termes de normes, de techniques et d’identité, la dilatation du champ de la défense en champ de la sécurité me semble être une fausse piste. Là où je voulais en venir : si cette question sent le piège tautologique, pouvons-nous, en qualité de « sociologue militaire » en faire l’économie ou faire semblant de l’ignorer (surtout s’il s’agit de la relativiser)?

Grégory Daho

Doctorant en sciences politiques – membre du RT8

 

 

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.