Billet : “Commander : quel travail et quels enjeux au quotidien ?”

Merci à Nicolas Alfano de partager avec nous une partie de son travail de doctorat sur la Gendarmerie départementale :

Si le commandement est volontiers décrit comme un art par ses principaux praticiens, il l’est plus rarement au prisme des activités très concrètes qui le constituent et conditionnent son exercice. La doctrine française, éminemment plurielle et chaque fois réinventée en fonction de l’endroit d’où elle est invoquée (Livre Bleu de l’armée de terre en 2016, Livret de la Gendarmerie en 2020, etc), renforce cette tendance en se focalisant sur les grands principes auxquels il est censé répondre. Au delà d’un travail ou d’un métier, le commandement serait ainsi à comprendre comme une philosophie de l’action, voire du gouvernement, propre aux systèmes d’armes militaires.

Mais dès lors, que font concrètement les officiers et sous-officiers qui occupent les positions de commandement dans l’institution militaire ? En quoi consiste leur travail au quotidien ?

Pour tenter de répondre à ces questions, j’ai mené entre, 2014 et 2017, une recherche de terrain au sein de différents échelons de la Gendarmerie Départementale. Centrée sur les officiers qui occupaient les positions de commandement les plus archétypales (commandant d’unité, d’échelons opérationnels, …), la collecte de données d’observations a tout d’abord permis d’identifier différents rôles régulièrement endossés par les chefs dans leur travail au quotidien.

Au travers de cette grille de lecture, la pratique du commandement elle-même s’est révélée plus complexe et problématique que ne le laissait entendre la doctrine. Loin de se résumer à la mise en œuvre de formules standardisées par la culture militaire, ou à l’application de grands principes intemporels qui garantiraient son succès, elle s’est présentée comme un exercice actif de positionnement tant vis-à-vis des subordonnés que des partenaires extérieurs, ainsi qu’au sein d’une chaîne hiérarchique hétérogène et soumise, en interne, à ses propres règles du jeux.

Ainsi, les praticiens du commandement modifient volontiers leur positionnement en fonction des contextes et des enjeux, privilégiant les rôles qui leur apportent le plus de ressources utiles. Cette dynamique opportuniste, où le commandement se déploie en fonction de son contexte, mérite d’être soulignée en cela qu’elle contredit l’idée d’une démarche unique dans sa formulation et toujours efficace dans son application. Dans de nombreux cas, rester prisonnier d’une posture ou d’un certain registre d’attitude se révèle en effet contre-productif et tend à renforcer l’isolement du chef, diminuant du même coup sa capacité d’action.

En Gendarmerie, ces observations sont à mettre en regard du développement de nouveaux droits sociaux pour les militaires ainsi que de nouveaux canaux d’expression et de représentation. La multiplication des interlocuteurs, du volume d’information disponible et des paramètres de l’action génèrent de nouveaux temps d’activité et transforment le quotidien de travail. Elle contredit également, de plus en plus, la vision parfois tenace du décideur solitaire et éclairé, tout en favorisant l’alternance entre un commandement d’autorité, centré sur un contrôle direct et directif des opérations, et un commandement de soutien où le chef se pose en facilitateur et en médiateur de crise.

Nicolas ALFANO


L’ensemble de la recherche et des résultats sont disponibles en accès libre à l’adresse suivante : https://www.researchgate.net/publication/331354642_ALFANO_Nicolas_-De_l’autorite_au_soutien-_These_de_Doctorat_2018

camilletrotoux

Officier sous contrat à l'armée de l'air, Camille Trotoux est chercheuse en sociologie du militaire.

More Posts


Publié par

camilletrotoux

Officier sous contrat à l'armée de l'air, Camille Trotoux est chercheuse en sociologie du militaire.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.