“L’armée de l’air en quête de son identité”

FACON Patrick, L’armée de l’air en quête de son identité, Paris, 2020, La documentation française, 487 p.

Préfacé par le général Lavigne, introduit par Marie-Catherine et Paul Villatoux, l’ouvrage est un hommage à Patrick Facon qui a passé la majeure partie de sa vie d’historien à étudier l’armée de l’air française. Le volume, constitué de son mémoire d’habilitation à diriger des recherches (HDR) et d’un recueil de 32 de ses articles, retrace la quête identitaire de la composante aérienne entre 1900 et 1960.

La démonstration s’articule autour d’une « trilogie identitaire ». Ainsi, après avoir rappelé les fondements stratégiques et les étapes clefs de la construction identitaire de l’armée de l’air, l’auteur développe tour à tour les discours doctrinal, technicien et symbolique qui se sont déployés durant le processus d’institutionnalisation de la composante aérienne.

Dès les débuts de l’aéronautique militaire, les aviateurs cherchent à valoriser les spécificités de l’avion et notamment ses avantages stratégiques. En défendant une indépendance de ce domaine d’action ils se dotent d’une puissante justification à l’autonomie institutionnelle. Néanmoins, la naissance de l’armée de l’air en 1934 constitue moins un aboutissement qu’une étape dans « une véritable errance » identitaire. Éminemment stratégique, le discours doctrinal constitue l’expression la plus visible et la plus significative de cette quête. Entendu comme les moyens intellectuels mis en œuvre par les aviateurs, il évolue en fonction des époques et des intérêts des aviateurs. Tour à tour défensif, intégriste, assagi, il varie également de niveaux et glisse de l’opératif au stratégique. Les réflexions s’articulent autour de l’utilité stratégique d’une composante aérienne devant justifier de sa spécificité notamment grâce à son caractère décisif dans la conduite des guerres.

Adossé à ce premier discours, on retrouve une rhétorique technicienne qui se veut l’antithèse de la stagnation intellectuelle en ce que l’arme aérienne est génératrice de progrès. L’idée d’un esprit professionnel et technicien propre aux aviateurs y est largement développée. L’auteur aborde également l’instrumentalisation de ce progrès technique. Les enjeux sont majeurs et concernent les luttes interarmées pour le contrôle des armes nouvelles ou pour la répartition des missions. Ainsi la capacité à maîtriser des armes nouvelles et à intégré leur emploi dans la doctrine constitue l’une des spécificités fondamentales des aviateurs : « leur statut de technicien qui éclaire lui-même l’identité de l’arme aérienne » (p. 64).

Enfin, le discours mythique vient clore cette « trilogie identitaire » avec l’invention du mythe des chevaliers du ciel et de nouveaux symboles. L’armée de l’air poursuit sa dynamique performative de différenciation. Que ce soit par l’adoption de terminologies propres à l’aviation militaire ou par le développement d’un discours de survie suite aux événements de 1940, il s’agit de couper toute attache avec l’armée génitrice, l’armée de terre, afin de pouvoir recommencer sur des bases nouvelles. Grâce à Patrick Facon et à son analyse historique de la construction de l’idéal-type wébérien du pilote de chasse, le lecteur comprendra plus aisément les hiérarchies symboliques et les rapports de domination qui existent encore aujourd’hui entre les différents groupes professionnels de l’armée de l’air et de l’espace.

Si l’auteur cloisonne chaque discours – par chapitre puis par thématique pour organiser ses articles – il s’agit d’une commodité à destination du lecteur. Il est fondamental d’appréhender la construction identitaire de l’armée de l’air selon une intrication étroite des discours. Ainsi la technique vient soutenir le discours doctrinal qui trouve une part de justification dans le mythe, lui-même largement abreuvé par le discours technicien. Le tout constituant un discours politique global de la différenciation au profit de l’institutionnalisation.

Cet ouvrage posthume fera date pour qui souhaite comprendre la place qu’occupe aujourd’hui l’armée de l’air dans le système de forces français. Particulièrement pertinent dans le cadre de travaux sociologiques, il permet de mettre en lumière les ressorts historiques des dynamiques actuelles de représentations et d’interactions de la composante aérienne. On ne pourra que regretter que l’absence de recherches similaires pour la période de 1960 à nos jours.

Pour aller plus loin :

AUBOUT Mickaël, Les bases de la puissance aérienne 1909 – 2012, Paris, 2015, La Documentation française

GRAND Camille, BOUTHERIN Grégory (dir.), Envol vers 2025, Paris, 2011, La Documentation française

FACON Patrick, Histoire de l’armée de l’air, Paris, 2009, La Documentation française

MAZOYER Sébastien et all., Les drones aériens : passé, présent, avenir. Approche globale, Paris, 2013, La Documentation française

PAJON Christophe, « Officiers de l’armée de l’air et pensée stratégique : de la formation à la construction du goût », Penser les Ailes françaises, n°34

PÉNA Louis, 50 ans d’enseignement pour une doctrine aérienne générale (1949 – 1999), Paris, 2014, La Documentation française

SCHWEISGUTH Étienne, SINEAU Mariette, SUBILEAU Françoise, Techniciens en uniforme. Les sous-officiers de l’armée de l’air et de la marine, Paris, 1979, Les Presses de la fondation nationale des sciences politiques

VENNESSON Pascal, Les chevaliers de l’air. Aviation et conflits au XXème siècle, Paris, 1997, Presses de la fondation nationale des sciences politiques

camilletrotoux

Officier sous contrat à l'armée de l'air, Camille Trotoux est chercheuse en sociologie du militaire.

More Posts


Publié par

camilletrotoux

Officier sous contrat à l'armée de l'air, Camille Trotoux est chercheuse en sociologie du militaire.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.