Élite(s) militaire(s) : quel objet de recherche ?

Un nouveau chef d’état-major des armées devrait être nommé cette année, provoquant un jeu de chaises musicales au sein des différents états-majors[1]. Ces processus de nomination aux plus hauts postes de la hiérarchie militaire nourrissent les commentaires autour des machines à café dans les enceintes militaires et sur les blogs des journalistes spécialisés.

La recherche universitaire est beaucoup moins prolixe. Comme le soulignait William Genieys en 2006, le concept d’élite n’a pas eu grand succès en France. En effet, « la théorie des élites a été traditionnellement considérée comme non démocratique et illégitime dans l’analyse du pouvoir »[2]. Si Mosca et Pareto apparaissent bien dans nos introductions à la sociologie, comme The Power Elite de Whright Mills (dont la traduction en français a été rééditée en 2012), le concept est plus rarement mobilisé dans les recherches récentes. On préfère des approches sectorielles et souvent sous l’angle de la sociologie de la reproduction et de la socialisation. De manière spontanée, on pense par exemple à La fabrique des énarques de Jean-Michel Eymeri ou encore à Splendeurs et misères du travail des diplomates de Françoise Piotet, Marc Loriol et David Delfolie.

 A ce titre, la question des élites militaires en France ne déroge pas à la règle… au contraire.  Intégrés au thème des relations civilo-militaires et, de manière déclinée à celui des relations politico-militaires, les travaux en France sont peu nombreux. Sans ordre de priorité, on peut évoquer la socialisation des futurs officiers (on pense par exemple au désormais incontournable A genou les hommes, debout les officiers du non moins indispensable Claude Weber), l’approche des trajectoires professionnelles (Christel Coton, Officiers. Des classes en lutte sous l’uniforme) ou encore les nombreux travaux de Jean Joana sur l’économie générale des relations entre le politique et le militaire[3] qui rejoignent toute une part de la littérature anglo-saxonne classique en sociologie du militaire.

Cependant, des travaux consacrés plus spécifiquement aux groupes des généraux/amiraux et aux processus de leur choix et de leur nomination restent rares ou très anciens[4]. Alors que ce sont eux qui vont incarner auprès des institutions politiques (exécutif ou législatif) les conditions de leur sélection, les stratégies d’influence mises en œuvre et les réseaux politiques impliqués restent peu étudiés. Encore un beau champ à explorer…


[1] https://www.air-cosmos.com/article/dfense-comment-sorganise-la-succession-du-cema-24295 ; https://www.lopinion.fr/blog/secret-defense/elysee-l-amiral-rolland-nomme-chef-d-etat-major-particulier-219751

[2]  Genieys William, « Nouveaux regards sur les élites du politique », Revue française de science politique, 2006/1 (Vol. 56), pages 121 à 147

[3] JOANA Jean, « La démocratie face à ses militaires. Où en est l’analyse des relations civils-militaires ? », Revue Française de Sociologie, vol. 48, n° 1, 2007, p. 133-159.

[4] Jean Guisnel, Les Généraux: Enquête sur le pouvoir militaire en France (1990) ; Samy Cohen, La Défaite des généraux: Le pouvoir politique et l’armée sous la Vème République (1994).


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.