Professions et Catégories Socio-professionnelles (PCS) des militaires (actualisé)

INSEEJe profite de ce magnifique mois d’août passé à « faire du quanti » (expression de sociologue qui signifie tester mes nouvelles lunettes sur le même fichier Excel 8 heures pas jour) pour faire un bref point sur la question suivante : comment coder les PCS des militaires français aujourd’hui?

Revenons sur mes stéréotypes. J’ai longtemps cru que Militaire du Rang = Classes populaires, Sous-officiers = classes moyennes , et Officiers = classes sup’. Ce serait trop facile : la sociologie est un sport de combat. Puis j’ai lu (si je le retrouve, je l’ajoute) que les officiers subalternes n’étaient pas dans la case « cadre » mais professions intermédiaires. Plutôt que de m’engager sur une longue introspection coûteuse (sinon ça marche pas, c’est le principe),  je reviens au fondamentaux, l’institut norvé.. l’INSEE : les nomenclatures PCS 2003. (« on ne dit plus CSP? », « non »)

Ainsi, comment coder les PCS des militaires? D’abord, il faut remonter au 4e niveau de précision. Ici, vous ne trouverez rien d’intéressant. Nous irons alors  , au 4e niveau de cette nomenclature. Dans une optique de partage, pour faire vivre ce carnet, et pour rendre service aux 5 sociologues francophones (à 5 près) qui ont l’utilité du codage fin des professions militaires, voici le résultat d’une ballade sur le site de l’INSEE, avec l’arbre hiérarchique (à trois niveaux) correspondant à la profession :

Officiers et officiers généraux

Profession 331a Personnels de direction de la fonction publique (Etat, collectivités locales, hôpitaux).. Général

3 Cadres et professions intellectuelles supérieures

32 Cadres de la fonction publique, professions intellectuelles et artistiques

33 Cadres de la fonction publique

Profession 334a Officiers des Armées et de la Gendarmerie (sauf officiers généraux)

3 Cadres et professions intellectuelles supérieures

32 Cadres de la fonction publique, professions intellectuelles et artistiques

33 Cadres de la fonction publique

Sous-officiers

Profession 452b Adjudants-chefs, adjudants et sous-officiers de rang supérieur de l’Armée et de la Gendarmerie

4 Professions Intermédiaires

41 Professions intermédiaires de l’enseignement, de la santé, de la fonction publique et assimilés

45 Professions intermédiaires administratives de la fonction publique

Profession 532a Gendarmes (de grade inférieur à adjudant)

5 Employés

51 Employés de la fonction publique

53 Policiers et militaires

Profession 532b Sergents et sous-officiers de grade équivalent des Armées (sauf pompiers militaires)

5 Employés

51 Employés de la fonction publique

53 Policiers et militaires

Hommes du rang

Profession 532a Gendarmes (de grade inférieur à adjudant)

5 Employés

51 Employés de la fonction publique

53 Policiers et militaires

Profession 532c Hommes du rang (sauf pompiers militaires)

5 Employés

51 Employés de la fonction publique

53 Policiers et militaires

Bon, ceci étant écrit, que peut-on en dire ? On retrouve la distinction des cadres (officiers généraux et officiers), dès le grade d’Aspirant (including Volontaire Aspirant, si si). Le grade d’élève officier, on le met où? Il doivent être considérés comme étudiants 8400? Non, ce sont des cadres 334a, comme Colonel. 😉

La distinction officier supérieur/ subalterne n’apparaît pas, le type de recrutement, non plus. Sauf erreur de ma part, ma psychanalyse attendra.

Seuls les Adjudants, Adjudants-chefs et Majors, sont considérés comme professions intermédiaires. Sauf.. l’adjudant de gendarmerie. Parmi les lecteurs de ce billet, quelqu’un peut-il m’expliquer ce qui, dans la carrière (les diplômes, les concours internes, la taille de la moustache)  justifie cette différence de traitement?

Sergents et hommes du rang sont considérés comme des employés. De recrutement bac minimum (souvent plus), les jeunes sous officiers, de mémoire, sont durant leur formation, deuxième classe puis caporal chef,  avant de devenir sergent. La seconde marche de l’escalier social est un peu plus haute que prévue!

Dernières questions. Il est fait référence aux officiers de carrière, « Militaires de carrière ayant un grade d’officier supérieur ou subalterne ». Quid des sous contrat? On les a oublié? La statistique publique a eu le nez fin.. Les mauvaises langues diront qu’elle a repris les catégories indigènes. En ce qui concerne les Sous-officiers aux grades de Sergent ou Sergent Chef (à priori sous contrat), l’administrateur nous dit « Sous-officiers subalternes de l’armée de l’air, de l’armée de terre et de la marine, servant « après la durée légale » ». Cette durée légale renvoie à la conscription?

La pyramide statistique française, par un système de classement arbitraire (ce n’est pas péjoratif ici) renseigne sur la perception administrative (socio-démographique, certes, politique assurément) de l’institution militaire à un moment donné. Pour info, il y a un très bon papier sur les PCS, l’arbitraire nécessaire de toute convention. Il s’agit d’un article issu de l’ouvrage de Serge Bosc, Stratification et classes sociales : La société française en mutation. Vous noterez qu’une réédition sortira ce mois-ci. (pas de lien commercial)

Pierre Bourdieu disait (en tout cas écrivait, enfin de mémoire..) que les données brutes n’existaient pas,  » les données ne sont pas données, mais construites ». La citation exacte, retrouvée le 18 octobre 2011, est :

(…) en sociologie, « les données », même les plus objectives sont obtenues par l’application de grilles (classes d’âge, tranches de revenus, etc.) qui engagent des présupposés théoriques et laissent par là échapper une information qu’aurait pu appréhender une autre construction des faits. (…) « les faits ne parlent pas ».1

(…) Rien n’est plus faux que l’idée que « les faits parles d’eux mêmes » (…) Les faits sont produits par et pour les luttes pour l’imposition du sens et de la valeur du monde social.2

  1. Bourdieu P., Chamboredon J.C., Passeron J.C., Le métier de sociologue, 1968, Editions Mouton-Bordas, p62-65 []
  2. Bourdieu P., A.R.S.S., n°61, mars 1986, p.2 []

Valeurs, métier et action : évolutions et permanences de l’institution militaire

La revue l’Année sociologique, dans son deuxième numéro de 2011, consacre un dossier à la sociologie militaire.

 Il ne s’agit pas à proprement parlé d’une première hexagonale puisqu’une autre revue, la revue française de sociologie, avait présenté, par le passé, des numéros spéciaux où la chose militaire était étudiée sous l’angle de la sociologie1.

Ce mouvement participe d’un processus, déjà bien amorcé, de légitimation de notre champ (sous discipline, espace social) au sein de la communauté des sociologues francophones2. Les précédents épisodes étaient coordonnés par des sociologues comme François Gresle, Bernard Boëne, et Michel-Louis Martin. Le premier épisode, sauf erreur de ma part, avait souligné, dès 1961, la contingence du travail du sociologue militaire.

Dans cet ensemble qui peut paraître disparate, nous avons voulu montrer la diversité d’un sujet multidimensionnel plutôt que de donner une vue cavalière générale. N’ayant pour rôle ni de développer une éthique sociale, ni de suivre l’actualité politique, la Revue Française de Sociologie s’est donnée une tâche bien définie en publiant ce numéro spécial : susciter l’intérêt et la recherche sur un sujet d’importance majeure et mal exploré.3

 

Nous reproduisons ci dessous la présentation qui en est faite par l’éditeur. Vous trouverez ici même, à sa sortie, prévue  le 26 octobre 2011, des fiches de lectures de contributeurs de ce numéro.

La livraison d’octobre 2011 (vol. 61, n° 2) de L’Année sociologique est consacrée à l’institution militaire. Les études réunies par Éric Letonturier portent sur les valeurs qui l’animent, les logiques professionnelles qui la traversent et les finalités opérationnelles qui lui sont assignées. La spécificité militaire, la représentativité des armées, leur reconnaissance sociale ou encore les lieux de mémoire de la guerre et la gestion des émotions sur les théâtres d’opération constituent quelques-uns des thèmes qui s’y trouvent abordés.

Valeurs, métier et action : évolutions et permanences de l’institution militaire
Études réunies et présentées par Éric Letonturier

É. Letonturier, Présentation
L. Bardiès, Du concept de spécificité militaire
S. Jakubowski, L’institution militaire confrontée aux réformes organisationnelles
É. Letonturier, Reconnaissance, institution et identités militaires
B. Boëne, La représentativité des armées et ses enjeux
C. Martin, C. Pajon, Max Weber, le charisme routinisé et l’armée de l’air. L’éducation charismatique au sein d’une école d’officiers
L. Weibull, La gestion des émotions dans les opérations en faveur de la paix
N. Léonhard, Les relations civils-militaires en Allemagne entre « post-héroïsme » et poids du passé : le monument aux morts de la Bundeswehr

Note de lecture
B. Valade, À propos de La Sociologie comme science
Analyses bibliographiques générales


 

 

  1. Revue française de sociologie. 1961, 2-2. Guerre – Armée – Société. ; Revue française de sociologie. 1978, 19-3. Revue française de sociologie. 1981, 22-1. Revue française de sociologie. 2003, 44-4. []
  2. Laure Bardiès (2008), Deux siècles de sociologie militaire en France (1815-1991) ; sociologie d’une sociologie, Thèse de doctorat en Sociologie (sous la direction de Bernard Boëne), Université Toulouse I []
  3. Présentation. In: Revue française de sociologie. 1961, 2-2. Guerre – Armée – Société. p. 3. []

Appel à projet européen, 7e PCRD

Les nouveaux appels européens du 7e Programme Cadre de Recherche et Développement, sont sortis le 20 juillet de cette année.  Une date importante, donc, puisqu’il s’agit en outre des accords de Genève (1954) et des premiers pas de l’homme sur la lune (1969)..

eurosfaire

Nous retiendrons le programme « spécifique coopération  » qui présente 10 thèmes et 4 appels conjoints ou coordonnés, dont deux thématiques peuvent intéresser les lecteurs de ce carnet de recherche : « security » et « space »

Thématique 9 : Security

Vous trouverez le point d’entrée de cette thématique ici.  Le document de référence, en anglais et au format pdf se trouve .

Les objectifs (en anglais) de cet appel, ne me semblent pas exclure à priori, les études sociologiques. Soyez indulgents pour la traduction de « courtoisie » depuis l’anglais. Elles pourraient viser, dans les objectifs du document déjà cité, à « développer les connaissances pour construire les capacités pour répondre aux besoins » de différentes sous thématiques . Je retiens notamment : la sécurité des citoyens par rapport au terrorisme tout en respectant les droits fondamentaux du citoyen, la sécurité à l’échelle européenne civile, et enfin la coopération entre les fournisseurs et les utilisateurs pour les « solution de sécurité civile ».

La date de clôture est fixée au 23 novembre 2011, à 17h.

Thématique 10 : Space

Vous retrouverez les informations utiles ici.

Cet appel sera clos le 23 novembre 2011 à 17h00

Merci à Lyon Ingénierie Projets d’avoir relayé l’information.

14 juillet et analyse axiologique

J’adhère à la proposition précédente dans son esprit. Vive l’approche anthropologique et sociologique… Les analyses présentées dans l’ouvrage dirigé par A. Thiéblemont sur les « Cultures et logiques militaires », en illustration de ce carnet, offrent des modèles indiscutables1.

<p>Cultures et logiques militaires</p>

Un nuance toutefois, car le débat actuel peut aussi faire en soi l’objet d’une analyse en termes de valeurs, très riche, de la place des armées dans le débat et le champ politique.

Tout d’abord, la position de la candidate d’Europe Ecologie – Les Verts Eva Joly est idéologiquement cohérente, je la cite :J’ai rêvé que nous puissions remplacer ce défilé [militaire] par un défilé citoyen où nous verrions les enfants des écoles, où nous verrions les étudiants, où nous verrions aussi les seniors défiler dans le bonheur d’être ensemble, de fêter les valeurs qui nous réunissent, [elle ajoute]: Ce n’est pas des valeurs que nous portons […]. Je pense que le temps est venu de supprimer les défilés militaires du 14-Juillet parce que ça correspond à une autre période.2

Cette opinion est logique avec une écologie politique, qui est aussi ontologiquement pacifiste. On a tendance à l’oublier en France, mais le débat autour de l’abandon du nucléaire comme source d’énergie n’est par exemple pas déconnecté de son usage militaire. Les mouvements de l’extrême-gauche et d’une partie de la gauche des années 70 étaient en cela explicites.

Une instrumentalisation identitaire

Toutefois, l’idée que le militaire et ses valeurs sont archaïques et totalement incompatibles avec celles d’une société moderne industrialisée est ancienne, et n’est pas forcément liée à un pacifisme internationaliste de gauche, comme le laisse entendre les réactions suscitées par la déclaration de Madame Joly. Ces dernières sont aussi révélatrices de l’instrumentalisation identitaire de l’institution du 14 juillet: Du citoyen pas citoyen, on glisse vers le Français/pas Français. Étonnement (on peut jouer les candides), les avis étaient plus pondérés dans le rapport parlementaire n°3605 du 29 juin 2011 sur le droit de la nationalité autour de la transformation du défilé du 14 juillet. M. Martin Hirsch [y propose]

(…) que les jeunes du service civique prennent part au défilé militaire du 14 juillet, éventuellement vêtus d’une tenue spécifique. Dans son esprit, il s’agirait d’un moyen de matérialiser symboliquement le lien maintenu entre les jeunes et la nation malgré l’abandon du service militaire et de montrer qu’il existe diverses possibilités de la servir qui valent sa reconnaissance à l’occasion de la fête nationale. L’Italie a fait ce choix en faisant défiler à côté des membres de ses forces armées ceux qui accomplissent un service national au service de la cohésion nationale, que ce soit par l’intermédiaire des collectivités territoriales ou des associations.3

Outre qu’aujourd’hui, des représentants de la sécurité civile ou de la police nationale sont au coté des militaires, le défilé resterait plus militaire que citoyen (mais les militaires sont-ils moins citoyens?).

Le reflet d’une société

Finalement, l’approche comparative (peu ou pas de défilé en Allemagne, folklore populaire militariste dans certains Etats sud-américains) ou historique nous rappelle d’abord que cette manifestation révèle beaucoup de choses sur ce que les individus et la société valorisent à un moment donné et dans un contexte donné. Le contenu axiologique de l’institution évolue et est vécu de manière différente (voir Les Lieux de Mémoire de P. Nora4, ou plus précisément, Pierre Vallin, « Fête, mémoire et politique : les 14 juillet en Limousin (1880- 1914)5, ou encore les débats autour du bicentenaire de 1989).


 

  1. Thieblemont A., Cultures et logiques militaires, Paris, Puf, 1999 []
  2. Le Monde, daté du 14/07/11. []
  3. Rapport parlementaire n°3605 du 29 juin 2011 consulté le 14 juillet 2011, http://www.assemblee-nationale.fr/13/pdf/rap-info/i3605.pdf, p.125-126. []
  4. Nora P., Les Lieux de mémoire, Gallimard (Bibliothèque illustrée des histoires), Paris, 3 tomes : t. 1 La République (1 vol., 1984), t. 2 La Nation (3 vol., 1986), t. 3 Les France (3 vol., 1992) []
  5. Vallin P., « Fête, mémoire et politique : les 14 juillet en Limousin (1880- 1914) », Revue française de science politique, 32e année, n°6, 1982. pp. 949-972 []

Défilé militaire le 14 juillet : un fait social

« Eva Joly subit son baptême du feu, bien que ce terme soit pour elle un peu trop militaire.. »

Ainsi se clôt un reportage de France 3 consacré à la proposition d’Eva Joly, de supprimer le défilé militaire du 14  juillet. Cela illustre, selon moi, la difficulté de présenter objectivement les tenants et les aboutissants de ce fait social. Je n’évoque pas les réactions verbales violentes de part et d’autre de l’échiquier politique. Tout juste pourrait-on y voir des indicateurs d’une norme sociale. En effet, pour reprendre Durkheim, on mesure la norme à l’aune de la réaction contre ceux qui la transgressent.

Nous arrivons donc à nous représenter, d’une manière précise, le domaine de la sociologie. Il ne comprend qu’un groupe déterminé de phénomènes. Un fait social se reconnaît au pouvoir de coercition externe qu’il exerce ou est susceptible d’exercer sur les individus ; et la présence de ce pouvoir se reconnaît à son tour soit à l’existence de quelque sanction déterminée, soit à la résistance que le fait oppose à toute entreprise individuelle qui tend à lui faire violence.1

Serait-il possible de créer un espace où chacun puisse discuter avec une forme de neutralité axiologique de l’usage du 14 juillet?

Son impact sur le lien armée-nation? Sur la place (temporelle) dans un régiment de la préparation de ce défilé? Son impact en terme de sociabilité interne (cohésion)? de motivation? Cela suscite-t-il des vocations (recrutement)? Cela nourrit-t-il l’antimilitarisme? Les français sont-ils indifférents? A contrario, peut-on estimer le coût de cette manifestation? S’il est possible de raisonner en économiste, peut-on qualifier les retombées internes et externes de ce défilé militaire?  Le défilé du 14 juillet, une tradition? Nationale? Républicaine? L’histoire militaire pourrait nous rappeler le rôle de ce moment annuel. Éventuellement ses utilisations politiques..


  1. Émile Durkheim, Les règles de la méthode sociologique, 1894, page 21. []

Appel : communication et sacré

La revue Essachess – Journal for Communication Studies (revue indexée ProQuest CSA et EBSCO Publishing) a lancé un appel à contributions sur la communication et le sacré. Plusieurs indices me laissent penser que la communication militaire sera la bienvenue. Papiers théoriques et/ou empiriques attendus.

Vous en saurez plus sur Calenda.

Armed Forces and Society Vol 37-3

Dernière livraison de la Revue Armed Forces and Society : une session de Krav Maga soumise à l’analyse sociologique

Réception et rapide panorama du dernier numéro d’Armed Forces and Society (Vol. 37 Number 3 July 2011). Très hétéroclite par les sujets abordés, cette revue rappelle à chaque fois qu’il est possible de publier des articles scientifiques sur les affaires militaires au sens large sans soulever la question de leur légitimité (Cf. un billet récent).

7 articles et 2 synthèses sur des recherches en cours composent ce numéro. Ils reflètent bien le caractère interdisciplinaire de la publication et la multiplicité des approches (micro-, meso- et macro). 3 d’entre eux peuvent être associés au thème classique des relations civilo-militaires (Contrôle politique et sociétés militaires privées aux Etats-Unis, Le pouvoir militaire au Nigéria, L’acteur militaire dans le processus de démocratisation albanais).

2 ont pour objet l’impact des opérations extérieures sur les relations parentales et la santé mentale des adolescents dont les parents participent à ces missions.

Un article retient particulièrement l’attention par son objet et l’approche anthropologique adoptée : Once We Put Our Helmets On, There are No More Friends : The « Fights » Session in Israeli Army Course for Close-COmbat Instructors » de Einat Bar-On Cohen. Rituel, session de cooptation, rapports ambigus au corps et à la violence.. L’auteur fournit un éclairage désenchanté et fertile d’un objet appartenant le plus souvent au registre du fantasme.

Débats autour du RT8 (3)

Sur le rapport défense/sécurité : billet de Thomas Meszaro

Je pense que Grégory a raison: le champ militaire n’est pas devenu celui de la sécurité. Cela fait maintenant plusieurs années que je travaille sur les questions de sécurité et j’ai pu constater que le secteur de la défense gardait une relative autonomie par rapport à celui de la sécurité.

Ce qui m’a frappé, en tant qu’internationaliste, c’est que les questions de défense ont été progressivement écartées au profit des questions de sécurité, du moins en Relations internationales. Ceci est en partie la conséquence de l’élargissement du concept de sécurité et de la nature des menaces. Je pense aussi qu’il serait très intéressant de se plonger dans le débat sur le rapport entre défense et sécurité. Une approche combinée entre sociologie des relations internationales, théories des relations internationales et sociologie militaire  pourrait être constructive. Ce premier chantier pourrait être un moyen de souligner l’identité de la sociologie militaire tout en l’inscrivant dans une démarche plus globale et plurielle.

Thomas Meszaros

L’auteur est docteur en droit/science politique.

Débats autour du RT8 (2)

Dimensions du Débat

Les questionnements de Grégory renvoient hélas à une antienne de la sociologie militaire en France. Déjà évoquée lors de différentes réunions du RT8, et bien avant l’AFS par d’autres éminents chercheurs dans différents articles, cette question n’en demeure pas centrale, du moins en France, et n’est absolument pas tautologique. Cependant, reprenant quelques réflexions réalisées dans un travail en cours, ce billet m’inspire quelques remarques.

Tout d’abord il convient de distinguer deux dimensions dans le débat. La première, ontologique, est celle de la qualification de l’armée ou des forces armées : fait social/objet ou seulement terrain. La seconde est celle du positionnement de cette sociologie spécialisée dans le champ sociologique français et des éventuelles stratégies à développer pour assurer sa visibilité et sa pérennité. Les deux sont évidemment liées. Pour les deux, je renvoie, en bibliographie, à d’excellents travaux plus ou moins récents (thèses, articles) décrivant la sociogénèse (et les résistances) de cette discipline.

Ensuite, comme les lignes précédentes le laissent supposer, nous sommes dans un débat très franco-français. Malgré son caractère anecdotique, je conseille d’aller lire les entrées respectives « Sociologie militaire » et « Military Sociology«  sur Wikipédia). La version française insiste dès les premières lignes sur les difficultés de la discipline à se constituer de manière autonome, la version anglophone pas. Prophétie autoréalisatrice ou statut différent?

Enfin, il reste pour revenir sur la proposition de Grégory la notion d’élargissement par l’introduction de concepts plus fédérateurs, plus « Science politique ». Là encore, au regard des relations entretenues d’une part entre la Science politique et la Sociologie, et, d’autre part, entre la Sociologie militaire et la Science politique (je pense aux Relations internationales, et au phénomène Guerre), le débat reste pendant.
En conclusion, on ne peut faire l’économie de cette réflexion même si pendant ce temps le chantier se poursuit (et doit se poursuivre) par l’accumulation d’enquêtes et de résultats empiriques. Il n’y aura sûrement pas de consensus. Mais y-en-a-t-il ailleurs? Et ce questionnement riche, nécessaire, et toujours repris, n’est-il pas déjà, au-delà de l’expression d’une quête de légitimité institutionnelle, la preuve de l’existence d’un espace scientifique?

Bibliographie (non exhaustive)

Michel Louis Martin (1999), « Prometteur ou marginal ? Le champ de la sociologie militaire en France », Les Champs de Mars, n°6, p.5-36

Laure Bardiès (2009), Deux siècles de sociologie militaire en France (1815-1991) ; sociologie d’une sociologie, Thèse de doctorat en Sociologie (sous la direction de Bernard Boëne), Université Toulouse I

Appels à consultance et à communication

Le premier appel a été envoyé par l’IRSEM. Il s’agit d’un appel à consultance « IRSEM C-2011-15 : Conseiller, éduquer, entraîner : la formation d’armées étrangères. Étude comparative des politiques et des pratiques : Afrique-Asie-Afghanistan des années 1950 à 2010 ».

Date de clôture de l’appel à consultance : vendredi 02 septembre 2011 à 17h00 (cahier des charges et modalités de candidatures accessibles à l’adresse suivante:

http://www.irsem.defense.gouv.fr/spip.php?rubrique65

Le second appel à communication concerne un colloque intitulé « Pratiques militaires et globalisation, XIXe-XXe siècles. Combattre, administrer, acculturer », qui se déroulera les 31 mai, 1er et 2 juin 2012 à l’Institut d’Etudes Politiques d’Aix-en-Provence. Date limite d’envoi des propositions : 10 octobre 2011.

En ce qui concerne le second appel à communications, toutes les informations utiles se trouvent chez nos confrères carnetiers de l’IRHIS, Institut de Recherches Historiques du Septentrion.

Merci à Thomas Meszaros pour nous avoir signalé ces deux appels.

Débats autour du RT8

Dans quelle mesure redéfinir les contours du RT8 ? Billet de Grégory Daho

Sociologiquement, ça sent le piège, voire la notion vide de sens. Cependant pour les acteurs du champ militaire, ça compte (au moins dans les discours et les postures ce qui ont des incidences sur les pratiques).

Je me suis penché là-dessus (communication AFSP septembre 2011 + colloque IRSEM novembre 2011) en posant une question simple : certaines évolutions sémantiques (de la « défense » à la « sécurité », des « menaces » aux « risques », des « guerres » aux « crises ») traduisent-elles des transformations structurales du champ de la défense (dilatation, porosité, dilution des objets référents ou à l’inverse, recentrage sur le coeur de métier) ?.

Je ne savais pas où cette réflexion me mènerait ; et si je n’en n’ai pas fais le tour, j’en conclue partiellement, que non, le champ militaire n’est pas devenu le champ de la sécurité (ce dernier regroupant des secteurs encore largement autonomes et structurés).

Si l’on veut comprendre la perméabilité accrue du champ militaire aux autres secteurs civils, en termes de normes, de techniques et d’identité, la dilatation du champ de la défense en champ de la sécurité me semble être une fausse piste. Là où je voulais en venir : si cette question sent le piège tautologique, pouvons-nous, en qualité de « sociologue militaire » en faire l’économie ou faire semblant de l’ignorer (surtout s’il s’agit de la relativiser)?

Grégory Daho

Doctorant en sciences politiques – membre du RT8

 

 

 

Élections au comité exécutif de l’AFS

Alex Alber élu au comité exécutif de l’AFS

Bien que présent sur les lieux du congrès, j’apprends par le web (par Pierre Mercklé serait plus honnête) qu’un de nos confrères, pour ne pas le nommer, Alex Alber a été élu, et brillamment, au comité executif de l’AFS. Vous retrouverez sur l’excellent site de Pierre Mercklé les autres résultats. La profession de foi d’Alex Alber est ici.

Il ne s’agit pas à proprement parlé d’actualité de la sociologie militaire, puisque le sociologue est désormais davantage reconnu pour Sonal. C’est un logiciel gratuit de retranscription et de dépouillement d’enquêtes par entretien, notamment mis en valeur par son carnet de recherche.

Membre du bureau du RT8 Sociologie du militaire, Alex Alber avait proposé, en 2009, une communication intitulée Religion et métier des armes : une approche quantitative de la situation saint-cyrienne pour le réseau thématique 8 de l’AFS. Docteur en sociologie, sa thèse s’intitule La formation initiale des officiers : une comparaison européenne. Un résumé est ici.