Appel à cotisation des membres du RT8

Didier Demazière, Président de l’AFS, dans une lettre adressée1 aux membres de l’Association, nous apprend que la situation financière de l’Association est critique. Nous reproduisons ci-dessous une partie de son appel à cotisation, en espérant qu’il touchera les lecteurs de ce carnet, en particulier les membres du réseau thématique n°8 de l’AFS.

(…)
Pour concrétiser ces projets, l’AFS s’appuiera sur les engagements individuels, dont sont directement dépendantes les dynamiques collectives. Elle devra mobiliser également des ressources financières. Or sur ce point la situation actuelle de l’AFS est particulièrement difficile, en raison particulièrement de l’option consistant à organiser un congrès peu coûteux pour les participants. Il en résulte que le congrès de Grenoble a généré un déficit supérieur à 30.000 euros, quand en principe les congrès des associations scientifiques dégagent un excédent permettant de financer les initiatives et le fonctionnement entre deux congrès.
Actuellement la trésorerie de l’AFS est inférieure à 50.000 euros, ce qui est insuffisant pour assurer le fonctionnement minimal (secrétariat à 60%, réunions du CE, des bureaux de RT-GT) d’ici le prochain congrès de 2013. Le lancement d’initiatives et projets nouveaux est aussi gravement compromis.
Aussi est-il vital pour l’Association Française de Sociologie que chacun d’entre vous adhère à l’AFS pour l’année universitaire 2011-2012 (www.afs-socio.fr/formInscription.html).
L’AFS compte sur vous : pour être à jour de cotisation, pour diffuser ce message le plus largement possible auprès de vos collègues, et les inciter à nous rejoindre. Car adhérer, c’est agir pour renforcer notre discipline.
Il me reste à vous souhaiter une excellente année, et à espérer vous retrouver nombreux et actifs dans le soutien à nos actions. Votre fidélité à notre association est notre meilleur encouragement pour poursuivre la défense et le développement de la discipline.

  1. http://www.afs-socio.fr/actu/actu30012012.html []

Valeurs, métier et action : évolutions et permanences de l’institution militaire

La revue l’Année sociologique, dans son deuxième numéro de 2011, consacre un dossier à la sociologie militaire.

 Il ne s’agit pas à proprement parlé d’une première hexagonale puisqu’une autre revue, la revue française de sociologie, avait présenté, par le passé, des numéros spéciaux où la chose militaire était étudiée sous l’angle de la sociologie1.

Ce mouvement participe d’un processus, déjà bien amorcé, de légitimation de notre champ (sous discipline, espace social) au sein de la communauté des sociologues francophones2. Les précédents épisodes étaient coordonnés par des sociologues comme François Gresle, Bernard Boëne, et Michel-Louis Martin. Le premier épisode, sauf erreur de ma part, avait souligné, dès 1961, la contingence du travail du sociologue militaire.

Dans cet ensemble qui peut paraître disparate, nous avons voulu montrer la diversité d’un sujet multidimensionnel plutôt que de donner une vue cavalière générale. N’ayant pour rôle ni de développer une éthique sociale, ni de suivre l’actualité politique, la Revue Française de Sociologie s’est donnée une tâche bien définie en publiant ce numéro spécial : susciter l’intérêt et la recherche sur un sujet d’importance majeure et mal exploré.3

 

Nous reproduisons ci dessous la présentation qui en est faite par l’éditeur. Vous trouverez ici même, à sa sortie, prévue  le 26 octobre 2011, des fiches de lectures de contributeurs de ce numéro.

La livraison d’octobre 2011 (vol. 61, n° 2) de L’Année sociologique est consacrée à l’institution militaire. Les études réunies par Éric Letonturier portent sur les valeurs qui l’animent, les logiques professionnelles qui la traversent et les finalités opérationnelles qui lui sont assignées. La spécificité militaire, la représentativité des armées, leur reconnaissance sociale ou encore les lieux de mémoire de la guerre et la gestion des émotions sur les théâtres d’opération constituent quelques-uns des thèmes qui s’y trouvent abordés.

Valeurs, métier et action : évolutions et permanences de l’institution militaire
Études réunies et présentées par Éric Letonturier

É. Letonturier, Présentation
L. Bardiès, Du concept de spécificité militaire
S. Jakubowski, L’institution militaire confrontée aux réformes organisationnelles
É. Letonturier, Reconnaissance, institution et identités militaires
B. Boëne, La représentativité des armées et ses enjeux
C. Martin, C. Pajon, Max Weber, le charisme routinisé et l’armée de l’air. L’éducation charismatique au sein d’une école d’officiers
L. Weibull, La gestion des émotions dans les opérations en faveur de la paix
N. Léonhard, Les relations civils-militaires en Allemagne entre « post-héroïsme » et poids du passé : le monument aux morts de la Bundeswehr

Note de lecture
B. Valade, À propos de La Sociologie comme science
Analyses bibliographiques générales


 

 

  1. Revue française de sociologie. 1961, 2-2. Guerre – Armée – Société. ; Revue française de sociologie. 1978, 19-3. Revue française de sociologie. 1981, 22-1. Revue française de sociologie. 2003, 44-4. []
  2. Laure Bardiès (2008), Deux siècles de sociologie militaire en France (1815-1991) ; sociologie d’une sociologie, Thèse de doctorat en Sociologie (sous la direction de Bernard Boëne), Université Toulouse I []
  3. Présentation. In: Revue française de sociologie. 1961, 2-2. Guerre – Armée – Société. p. 3. []

Débats autour du RT8 (3)

Sur le rapport défense/sécurité : billet de Thomas Meszaro

Je pense que Grégory a raison: le champ militaire n’est pas devenu celui de la sécurité. Cela fait maintenant plusieurs années que je travaille sur les questions de sécurité et j’ai pu constater que le secteur de la défense gardait une relative autonomie par rapport à celui de la sécurité.

Ce qui m’a frappé, en tant qu’internationaliste, c’est que les questions de défense ont été progressivement écartées au profit des questions de sécurité, du moins en Relations internationales. Ceci est en partie la conséquence de l’élargissement du concept de sécurité et de la nature des menaces. Je pense aussi qu’il serait très intéressant de se plonger dans le débat sur le rapport entre défense et sécurité. Une approche combinée entre sociologie des relations internationales, théories des relations internationales et sociologie militaire  pourrait être constructive. Ce premier chantier pourrait être un moyen de souligner l’identité de la sociologie militaire tout en l’inscrivant dans une démarche plus globale et plurielle.

Thomas Meszaros

L’auteur est docteur en droit/science politique.

Débats autour du RT8 (2)

Dimensions du Débat

Les questionnements de Grégory renvoient hélas à une antienne de la sociologie militaire en France. Déjà évoquée lors de différentes réunions du RT8, et bien avant l’AFS par d’autres éminents chercheurs dans différents articles, cette question n’en demeure pas centrale, du moins en France, et n’est absolument pas tautologique. Cependant, reprenant quelques réflexions réalisées dans un travail en cours, ce billet m’inspire quelques remarques.

Tout d’abord il convient de distinguer deux dimensions dans le débat. La première, ontologique, est celle de la qualification de l’armée ou des forces armées : fait social/objet ou seulement terrain. La seconde est celle du positionnement de cette sociologie spécialisée dans le champ sociologique français et des éventuelles stratégies à développer pour assurer sa visibilité et sa pérennité. Les deux sont évidemment liées. Pour les deux, je renvoie, en bibliographie, à d’excellents travaux plus ou moins récents (thèses, articles) décrivant la sociogénèse (et les résistances) de cette discipline.

Ensuite, comme les lignes précédentes le laissent supposer, nous sommes dans un débat très franco-français. Malgré son caractère anecdotique, je conseille d’aller lire les entrées respectives « Sociologie militaire » et « Military Sociology«  sur Wikipédia). La version française insiste dès les premières lignes sur les difficultés de la discipline à se constituer de manière autonome, la version anglophone pas. Prophétie autoréalisatrice ou statut différent?

Enfin, il reste pour revenir sur la proposition de Grégory la notion d’élargissement par l’introduction de concepts plus fédérateurs, plus « Science politique ». Là encore, au regard des relations entretenues d’une part entre la Science politique et la Sociologie, et, d’autre part, entre la Sociologie militaire et la Science politique (je pense aux Relations internationales, et au phénomène Guerre), le débat reste pendant.
En conclusion, on ne peut faire l’économie de cette réflexion même si pendant ce temps le chantier se poursuit (et doit se poursuivre) par l’accumulation d’enquêtes et de résultats empiriques. Il n’y aura sûrement pas de consensus. Mais y-en-a-t-il ailleurs? Et ce questionnement riche, nécessaire, et toujours repris, n’est-il pas déjà, au-delà de l’expression d’une quête de légitimité institutionnelle, la preuve de l’existence d’un espace scientifique?

Bibliographie (non exhaustive)

Michel Louis Martin (1999), « Prometteur ou marginal ? Le champ de la sociologie militaire en France », Les Champs de Mars, n°6, p.5-36

Laure Bardiès (2009), Deux siècles de sociologie militaire en France (1815-1991) ; sociologie d’une sociologie, Thèse de doctorat en Sociologie (sous la direction de Bernard Boëne), Université Toulouse I

Débats autour du RT8

Dans quelle mesure redéfinir les contours du RT8 ? Billet de Grégory Daho

Sociologiquement, ça sent le piège, voire la notion vide de sens. Cependant pour les acteurs du champ militaire, ça compte (au moins dans les discours et les postures ce qui ont des incidences sur les pratiques).

Je me suis penché là-dessus (communication AFSP septembre 2011 + colloque IRSEM novembre 2011) en posant une question simple : certaines évolutions sémantiques (de la « défense » à la « sécurité », des « menaces » aux « risques », des « guerres » aux « crises ») traduisent-elles des transformations structurales du champ de la défense (dilatation, porosité, dilution des objets référents ou à l’inverse, recentrage sur le coeur de métier) ?.

Je ne savais pas où cette réflexion me mènerait ; et si je n’en n’ai pas fais le tour, j’en conclue partiellement, que non, le champ militaire n’est pas devenu le champ de la sécurité (ce dernier regroupant des secteurs encore largement autonomes et structurés).

Si l’on veut comprendre la perméabilité accrue du champ militaire aux autres secteurs civils, en termes de normes, de techniques et d’identité, la dilatation du champ de la défense en champ de la sécurité me semble être une fausse piste. Là où je voulais en venir : si cette question sent le piège tautologique, pouvons-nous, en qualité de « sociologue militaire » en faire l’économie ou faire semblant de l’ignorer (surtout s’il s’agit de la relativiser)?

Grégory Daho

Doctorant en sciences politiques – membre du RT8

 

 

 

Sociologie(s) militaire(s) ?

Un blog, deux réseaux

Nous proposons aux internautes intéressés par la sociologie militaire une présentation régulièrement mise à jour de son état. Une mise en réseau des sociologies militaires s’appuiera sur les deux réseaux de sociologies militaires francophones. Il s’agit d’une part du Réseau thématique n° 8 de l’Association française de sociologie (Sociologie du militaire : sécurité, armées et société RT8-AFS), et d’autre part du Groupe de travail 05 de l’association internationale des sociologues de langue française (Forces armées et société GT05-AISLF). Les responsables de chacun de ces groupes soutiennent ce carnet de recherche.

Une vocation plurielle

Le carnet Sociologies Militaires se veut pluriel. La socialisation de ce « champ » scientifique est portée par de multiples disciplines, à l’intérieur de celles-ci de multiples courants et figures fondatrices. Cela n’en fait pour autant un thème mou. L’objet de ce carnet est de présenter de manière cohérente et thématique les sociologies militaires s’appuyant sur des objets, des thématiques, des problématiques théoriques ou méthodologiques, non congruentes.

Un espace de discussion

Cette pluralité, qui se retrouve dans l’intitulé même de ce carnet, devrait être discutée.  J’invite les internautes intéressés  à se joindre à ce questionnement via les commentaires. Est-elle objectivement plurielle ? Je ne sais pas.  La pluralité évoquée risque-t-elle de remettre en question la fragile légitimité de notre champ ? C’est possible. L’emploi du champ lexical de la socialisation plurielle me semble une possibilité de rendre compte du poids de l’histoire de cette discipline en se protégeant de « l’illusion biographique » disciplinaire.

Ainsi, pour reprendre le descriptif de notre RT8, la sociologie militaire « croise nombre de champs de recherche pratiqués par les sociologues : la culture, la famille, la jeunesse, la mémoire, les mouvements sociaux, les organisations, les professions, les rapports sociaux de sexe, le travail, sans parler de la sociologie politique (l’Etat) et de la sociologie historique. » La « ligne directrice » de ce carnet se veut ouverte aux disciples connexes, aux terrains inédits et aux méthodes originales. Néanmoins, La présentation de cette diversité s’arrêtera là où le fait militaire ne sera plus expliqué par des faits sociaux issus de corpus empiriques.

 

Les commentaires sont désormais ouverts.

Congrès de l’AFS à Grenoble

Congrès de l’Association française de sociologie – Grenoble 2011

Le rendez vous de l’association française de sociologie avance à grands pas.  Voici les communications qui ont été retenues par le RT8 :  Sociologie du militaire : sécurité, armées et société. L’innovation dans les armées s’illustrera en trois moments : L’armée, organisation innovante ? (mardi 14h30)  Méthodes et la socialisation militaire (mardi à 17h), Engagement individuel et création de soi au sein de l’institution militaire (mercredi 14h30). Les trois sessions se tiendront en IEP8.

Je rappelle ci dessous les interventions du RT 8 telles qu’elles apparaissent sur le site de l’Association Française de Sociologie :

RT 8 Session 1 – mardi 5 juillet 2011 – 17h/19h en IEP 8 en IEP 8. L’armée, organisation innovante (animation : Clément Martin)

Christophe Pajon Les bases de défense, l’autre visage de l’interarmisation : un cas d’isomorphisme structurel
Thomas Meszaros Les actions civilo-militaires dans les processus de sécurisation en sortie de crise : une expression du Smart power ?

RT 8 Session 2 – mardi 5 juillet 2011 – 17h/19h en IEP 8. Méthodes et socialisation militaire (animation : Christophe Pajon)

Clément Martin S’engager dans l’armée de l’air française : portraits sociologiques d’officiers.
Delphine Deschaux-Beaume Enquêter en milieu militaire : stratégie qualitative et conduite d’entretiens dans le domaine de la défense.
Audrey van Ouytsel L’intégration des officiers béninois dans l’armée de leur pays au terme de leur cursus de formation en Belgique: entre espoirs et désillusions.

Audrey Van Ouystel, malade, s’est excusée.

RT 8 Session 3 – mercredi 6 juillet 2011 – 14h30/16h30 en IEP 8. Engagement individuel et création de soi au sein de l’institution militaire (animation : Eric Letonturier)

Eric Letonturier Devenez vous-même. Création de soi et institution militaire
Grégory Daho Engagements individuels, mobilisations collectives et transformations organisationnelles au sein des armées françaises. Le cas de l’émergence du groupe civilo-militaire (CIMIC).

RT 8 Session 4 -mercredi 6 juillet 2011 – 17h/19h en IEP 8. Assemblée générale du RT 8

Étaient Présents : Eric letonturier (responsable du RT8), Christophe Pajon, Thomas Meszaros, Delphine Deschaux-Beaume, Clément Martin, Grégory Daho et Sebastien Jakubowski.

Eric Letonturier vient de communiquer (12 octobre) le CR de l’AG qui s’est tenue à Grenoble. Les destinataires sont les membres du bureau du RT8.