Briller sous l’épaulette : Compte rendu de lecture

Marcel nous propose sa lecture de l’article de Christel Coton, « Briller sous l’épaulette » Capital culturel et capital combattant dans le corps des officiers de l’armée de terre,  dont nous avions fait l’annonce dans un précédent billet.

Dès l’introduction, l’auteur s’inscrit explicitement dans le cadre d’une « sociologie de l’institution militaire » qui s’émancipe (1) d’une tradition américaine qui n’aborde les élites militaires qu’au prisme de ses homologues civils1 , et (2) d’une représentation néophyte et homogène du corps des officiers de l’AT (armée de terre). Nous proposons une relecture des propos de l’auteur en les inscrivant dans le cadre d’un modèle idéal typique de la carrière, qui fait écho, comme le suggère l’auteur, aux singularités des parcours de certains officiers [Hamelin, 2003].

Il s’agit, à l’échelle individuelle, de retracer les différentes étapes « les dispositifs de sélection et de consécration » institutionnels (p.17).  Le problème soulevé par l’auteur est celui de la circulation, de « transmutation » des capitaux en capital symbolique.

En effet, analyser le poids (dénié) des capitaux scolaires dans la carrière professionnelle des officiers conduit à s’interroger plus généralement sur tout ce qui permet la reconnaissance du capital scolaire et culturel dans un espace professionnel et social a priori distant des accréditations scolaires. (p.17)

Dans cette lecture diachronique plusieurs éléments mettent en avant la sélection en amont d’un capital scolaire par un concours à l’issue d’une CPGE. Ces classes, parfois militaires, préparent bien plus qu’aux épreuves scolaires du concours puisqu’elles (1) transmettent un capital combattant anticipé2, (2) et créent une rupture avec les élites scolaires dans le cadre d’une institution totale.3

Le capital scolaire crédité par la réussite au concours, le classement à l’entrée et le classement à la sortie de l’ESM (p.18) , et in fine le choix d’une arme combattante (p.23) constitue les éléments déterminants de l’entrée dans la carrière d’un officier de l’armée de terre.  La première partie de carrière offre des possibilités « d’action au feu » (p.20). Elles ne sont monnayables sur le marché de la légitimité que dans la mesure où ces actions sont offertes significativement4 aux individus ayant fait les choix de carrière les plus prisés (arme, régiment), eux-mêmes subordonnés aux différents classements « scolaires ». La réussite contingente  de l’exercice du commandement ou du terrain  n’est pas, « en théorie », reliée « aux qualités scolaires et académiques (p.22). Le prestige du terrain n’exerce pas un effet objectif sur la légitimité de l’individu et s’éprouve au prisme de « dispositions langagières et corporelles » créatrices de « réputations ». Ces dispositions objectivées par la sociologue s’incarnent dans :

[L’imposition] dans l’entre-soi en monopolisant les discours, en se distinguant dans le collectif et en apparaissant comme des « figures » reconnues dans le groupe. L’attention au langage et le goût pour le bon mot qui vont de pair avec l’entretien et le maintien de la face en public constituent des ressources à part entière dans les stratégies de distinction engagées entre officiers. (p.24)

L’utilisation régulière du registre sociologique bourdieusien souligne l’importance de la domination d’une élite dans le champ considéré. Celle-ci se reproduit en partie dans la transmission précoce (en amont du concours) des codes pour rentabiliser les ressources rares qui mènent à la légitimité et « aux étoiles ». Cette transmission s’effectue dans les corniches (lycée et CPGE militaires) . Ces institutions jouissent d’individus largement (pré)disposés à recevoir les « dits codes ». L’étude de ces « prédispositions » en CPGE militaires, voire en lycées militaires, demeure, même dans l’excellent article de Christel Cotton et dans la littérature sociologique, une boîte noire. Cela méritera un travail de déconstruction méthodique.

Bibliographie

Burawoy Michael, « La domination est-elle si profonde ? Au-delà de Bourdieu et de Gramsci », Actuel Marx, 2011/2 n° 50, p. 166-190.

Coton Christel, « Briller sous l’épaulette » Capital culturel et capital combattant dans le corps des officiers de l’armée de terre, Actes de la recherche en sciences sociales, 2012/1 n° 191-192, p. 14-27.

Darmon Muriel, « La notion de carrière : un instrument interactionniste d’objectivation », Politix. Revue des Sciences Sociales du Politique, vol. 21, n° 82, juin 2008, p. 149-167.

Hamelin Fabrice, « Le combattant et le technocrate. La formation des officiers à l’aune du modèle des élites civiles », Revue française de science politique, 2003/3 Vol. 53, p. 435-463.

Paveau Marie-Anne « Les frontières discursives de la militarité », Langage et société 4/2000 (n° 94), p. 45-74.

  1. L’auteur évoquera la référence aux élites civiles (p.22) pour souligner la volonté de maintenir les référents propres dans la sélection des élites militaires []
  2. L’auteur parle tour à tour « projections anticipées », de « dispositions spécifiquement militaires » dans la conclusion de son article. Le capital combattant est constitué par l’expérience combattante et de commandement, elle se rapproche du concept de militarité [Paveau, 2000]. []
  3. C’est la fameuse singularité développée par Hamelin []
  4. Voir les traitements préférentiels ceteris paribus dans les corps de troupe (p.23). []

Être militaire dans l’armée de terre (actualisé)

L’ouvrage sur le métier militaire dans l’armée de terre est maintenant effectivement sorti.

Sébastien Jakubowski et Claude Weber, maîtres de conférences en sociologie respectivement à AgroSup Dijon et aux écoles de Saint-Cyr vont prochainement publier aux Editions Lieux-Dits (Lyon) un ouvrage qui s’intitule « Etre militaire dans l’armée de terre ».

Cet ouvrage destiné à un large public vient élargir une collection consacrée aux métiers d’aujourd’hui. Le but est de donner des informations à tous ceux qui souhaiteraient s’engager dans l’armée de terre ou mieux connaître l’institution militaire. L’ouvrage devrait être disponible en octobre.

Vous pouvez désormais télécharger la couverture de cet ouvrage en format pdf : Etre militaire

Ci dessous, vous trouverez la quatrième de couverture :

« L’uniforme représente le pays. On peut aller jusqu’au sacrifice pour lui. Je me suis engagé pour servir, pour être là au déploiement. » Sergent-chef, 21 ans.

15 000 recrutements en 2009, dont 5 000 femmes : l’armée de terre est en pleine restructuration, mais elle est aussi le premier employeur de France. Être militaire aujourd’hui, c’est être un soldat professionnel qui exerce l’un des 400 métiers de l’armée : mécanicien, tireur d’élite, informaticien… Le soldat est devenu plus qualifié, il utilise des armements technologiquement pointus et travaille dans le cadre de coalitions internationales.

Mais être militaire, c’est aussi ne pas exercer un métier comme un autre. C’est se mettre au service de la France, accepter de nombreuses contraintes comme les missions à l’étranger ; accepter aussi de devoir tuer, et consentir à mettre sa vie en danger pour servir des intérêts supérieurs et protéger celle de ses camarades. Cet ouvrage présente l’organisation complexe de l’armée et rend compte des réalités quotidiennes des militaires, de la formation jusqu’aux opérations de guerre. Un guide précieux pour qui compte intégrer l’armée, que ce soit en tant que militaire du rang, sous-officier, officier ou réserviste.

Les auteurs : Sociologues et enseignants-chercheurs, ils sont spécialisés dans l’étude du monde militaire. Sébastien Jakubowski est maître de conférences à AgroSup Dijon. Claude Weber est maître de conférences aux Écoles militaires de Saint-Cyr Coëtquidan où il dirige le département de sociologie.

Que sont les Héros devenus ?

« Que sont les Héros devenus ? » :

Revue Inflexions N° 16, 2011 (dir. A. Thiéblemont), La Documentation française.

Compte rendu de lecture de Christophe Pajon

Revue Inflexions n°16La question mise en titre de ce numéro de la revue Inflexions suggère évidemment un début de réponse. Les interrogations soulevées et auxquelles les auteurs tentent de répondre sont cependant bien plus nombreuses au regard de la densité de cet opus dirigé par André Thiéblemont. Notre époque produit-elle encore des héros ? Y-a-t-il encore d’ailleurs une place pour ces derniers ici-bas ? Qu’est-ce qui fait un héros ? Quelle place sociale est accordée à la mort au regard du traitement du héros et de l’héroïsme ? N’y-a-t-il d’héroïsme que militaire ?

Les quatorze contributions et l’entretien avec Dominique Schnapper offrent un éclairage disciplinaire diversifié ainsi que des objets originaux et des perspectives stimulantes. Leur format et le choix d’écarter un appareillage théorique trop explicite peuvent parfois dérouter, mais correspondent au credo de cette revue qui se veut un lieu d’échanges et de débat entre civils et militaires. Par ailleurs, malgré la diversité des approches, la ou les lignes éditoriales qui traversent ce numéro lui donnent une véritable cohérence. Un effort constant pour alterner régulièrement entre le héros-concept et ses diverses incarnations historiques ou contemporaines apparaît clairement. Cependant, ce sont deux principaux axes qui retiennent l’attention : d’une part, celui classique de la tension entre approches individualiste et holiste appliquées au cas du héros et, d’autre part, celui de la condition historique du héros.

L’essence du héros

Ainsi, la nature individuelle et/ou holiste de l’essence du héros constitue, sans que cela soit fait de manière systématique ou explicite dans l’ensemble des contributions, une tension récurrente. Chercher à définir le héros peut ainsi conduire dans un premier temps à l’essentialiser, voire à le « naturaliser ». Il s’agit par exemple de mettre en évidence des éléments distinctifs dans les comportements, non seulement héroïques (extra-ordinaires), mais aussi quotidiens, des individus qualifiés de héros. Ceci tend alors, non pas à occulter, mais à réduire l’importance de la réception sociale de ces actes.

La contribution originale de Michel Goya sur les As de l’aéronautique militaire relève de cette perspective. En soulignant les ressorts psychologiques de l’accès de ces derniers au statut de « héros », il tend finalement à insister sur le caractère irréductiblement individuel de l’héroïsation, phénomène allant jusqu’à la transformation physiologique :

On s’est aperçu en effet que l’accumulation des victoires et des honneurs diminuait la pression sanguine (et donc les risques cardiaques), accroissait le taux de spermatozoïdes et de testostérone, ce qui augmente considérablement la confiance en soi (p.19).

Les sources de la « surhumanité » du héros sont aussi à découvrir dans sa quête spirituelle individuelle, comme le propose Monique Castillon dans son analyse de la pensée de Bergson et de Péguy. « Est héroïque l’action qui fait aspirer à un nouveau mode de vie morale » (p.36). On touche alors au religieux non pas seulement dans la sacralisation de la figure du héros reconnu, mais dans la mystique chrétienne ou politique qui animerait le héros.

Cette recherche de ce qui distingue le héros, ou plutôt des marques d’héroïsme qui le font, est récurrent dans la galerie de portraits que nous offrent de nombreux articles – astronaute ou cosmonaute, ancien otage dans la contribution de Patrick Clervoy ; officiers choisis pour « donner » leur nom à des promotions d’élèves-officiers chez Xavier Boniface.

La dimension sociale du héros

Ces contributions, si elles insistent sur le héros-individu, laissent cependant poindre, plus ou moins explicitement, la dimension sociale du héros. En effet, « hors du commun », « exceptionnel », « surhumain » sont autant d’expressions servant à qualifier le héros, mais qui induisent a minima qu’il existe un système d’évaluation sociale. Plus encore, l’individu accède au statut de héros lorsqu’il est reconnu socialement, lorsque son essence héroïque aura été « objectivée » au travers d’actes que des témoignages confirmeront, essence qui sera finalement consacrée institutionnellement. Cette dimension du héros, l’autre pôle de la tension évoquée plus haut, est largement illustrée et déconstruite dans différentes contributions.

Il s’agit de traiter des mécanismes socio-historiques et politiques qui vont conduire à l’émergence d’un panthéon et à sa perpétuation. Claude Weber, Michaël Bourlet, Frédéric Dessberg soulignent les liens étroits qu’entretiennent les héros et les traditions au sein de l’Ecole Spécial Militaire de Saint-Cyr dans le processus de formation identitaire. Ils rejoignent également la problématique de l’article déjà évoqué de Xavier Boniface, selon laquelle la figure du « héros » élu (le parrain choisi) est à la fois un révélateur de la représentation que se font les futurs officiers d’eux-mêmes et un enjeu institutionnel. L’institution, ou plutôt l’institutionnalisation, surgit nettement dans la description/témoignage que nous fournit Bruno Dary du retour des corps des soldats tués en opérations, entre appropriation sociale et reconnaissance du don réalisé par les familles. Le héros peut devenir alors politique. La description par Jean-Clément Martin des évolutions de la période révolutionnaire, faisant rapidement passer du statut de héros à celui de criminel, est ainsi particulièrement éclairante. D’un autre coté, les analyses autour des figures de Louis-Nathaniel Rossel, Dreyfus ou Picquart renforce la démonstration soulignant le caractère contingent des valeurs, à la fois au sein d’une société mais aussi à travers le temps, qui conduisent certains à être qualifiés de héros, parfois pour un temps donné, et d’autres pas du tout.

Enfin, sorte de boucle démonstrative, se pose la question de l’existence en-soi du héros… L’arbre qui tombe au milieu de la forêt est-il bruyant même si personne ne l’entend ? André Thiéblemont tente de répondre à cette question en distinguant héros et héroïsme. L’héroïsme peut exister sans qu’il soit reconnu, fêté ou commémoré, le héros non.

Héros et individualisme

Cette forme de relativisme – l’un des auteurs ne parle-t-il d’ailleurs pas du « héros, modèle à géométrie variable » (François Goguenheim, p. 108)- nous amène alors au deuxième axe qui traverse selon nous ce numéro d’Inflexions. Il s’agit de l’observation, non teintée parfois de normativité, de l’inadéquation actuelle entre ce qui fait, ou faisait, le héros et les valeurs individualistes de nos démocraties, de la démocratie « providentielle » pour reprendre le concept de Dominique Schnapper, interviewée. Si chaque société historiquement située possède ses héros ou leur fait porter des valeurs particulières selon les époques, nous serions aujourd’hui dans une société dont les valeurs seraient antinomiques à toute forme d’héroïsation. Rappelant certaines analyses de Fustel de Coulange dans La Cité antique1, on s’interroge alors à voix haute sur la capacité de nos militaires à se sacrifier pour des valeurs qui ne sont plus celles de la société environnante. La nature complexe et évolutive du héros (le « grand homme », le « personnage historique » sont-ils des héros ou des catégories distinctes ?) conduit alors certains à proposer – ou à admettre – un processus de civilianisation du héros, « de construire des héros non violents » (Marc Tourret, p. 102).

Il ne s’agit là que d’un bref aperçu d’un numéro très dynamique et original – on pense ici par exemple à l’analyse de l’œuvre du réalisateur Pierre Schoendoerffer proposée par Yann Andruétan. Enfin, il est évidemment possible d’apporter quelques critiques, mais qui sont d’abord le signe d’une envie d’aller plus loin.

On peut regretter ainsi l’absence de l’utilisation de la typologie des suicides d’E. Durkheim, alors que le terme « sacrifice » est souvent employé dans les développements évoqués. Bien qu’à reprendre et à « acclimater », l’application du concept de suicide altruiste aurait pu se révéler très productive (Cf., par exemple, Jeffrey W. Riemer (1998), « Durkheim’s « Heroic Suicide » in Military Combat », Armed Forces and Society, Vol. 25, N°1, p. 103-120). En restant parmi les classiques de la sociologie, les analyses wébériennes – le concept de Berserker (guerrier frénétique) ainsi que le rôle du sacré et de l’exemple dans la production de la domination – ne sont pas non plus mobilisées. Enfin, sûrement plus discutable, l’hypothèse d’ostracisation du guerrier/héros proposé par René Girard dans son « La violence et le sacré »2aurait pu éclairer d’un jour intéressant le processus d’héroïsation. Selon René Girard, en sacralisant le héros, en le mettant à la marge de la société en raison de sa « surhumanité », de son exceptionnalité, on écarte du même coup l’un de ses principes constitutifs, la violence, antisociale par excellence. Ainsi, la négation actuelle du héros suggérée par certains auteurs n’apparaitrait alors, peut-être, plus totalement différente en ses fins de la construction et de la sacralisation d’individus qualifiés de héros. C’est en effet toujours la violence qu’il faut mettre à distance.

On l’aura compris… dans tous les cas, un numéro à parcourir…


  1. Fustel De Coulanges, La cité antique, Flammarion, 1984. []
  2. René Girard (1972), La violence et le sacré, Hachette (coll. Pluriel, ed. 1998). []

Professions et Catégories Socio-professionnelles (PCS) des militaires (actualisé)

INSEEJe profite de ce magnifique mois d’août passé à « faire du quanti » (expression de sociologue qui signifie tester mes nouvelles lunettes sur le même fichier Excel 8 heures pas jour) pour faire un bref point sur la question suivante : comment coder les PCS des militaires français aujourd’hui?

Revenons sur mes stéréotypes. J’ai longtemps cru que Militaire du Rang = Classes populaires, Sous-officiers = classes moyennes , et Officiers = classes sup’. Ce serait trop facile : la sociologie est un sport de combat. Puis j’ai lu (si je le retrouve, je l’ajoute) que les officiers subalternes n’étaient pas dans la case « cadre » mais professions intermédiaires. Plutôt que de m’engager sur une longue introspection coûteuse (sinon ça marche pas, c’est le principe),  je reviens au fondamentaux, l’institut norvé.. l’INSEE : les nomenclatures PCS 2003. (« on ne dit plus CSP? », « non »)

Ainsi, comment coder les PCS des militaires? D’abord, il faut remonter au 4e niveau de précision. Ici, vous ne trouverez rien d’intéressant. Nous irons alors  , au 4e niveau de cette nomenclature. Dans une optique de partage, pour faire vivre ce carnet, et pour rendre service aux 5 sociologues francophones (à 5 près) qui ont l’utilité du codage fin des professions militaires, voici le résultat d’une ballade sur le site de l’INSEE, avec l’arbre hiérarchique (à trois niveaux) correspondant à la profession :

Officiers et officiers généraux

Profession 331a Personnels de direction de la fonction publique (Etat, collectivités locales, hôpitaux).. Général

3 Cadres et professions intellectuelles supérieures

32 Cadres de la fonction publique, professions intellectuelles et artistiques

33 Cadres de la fonction publique

Profession 334a Officiers des Armées et de la Gendarmerie (sauf officiers généraux)

3 Cadres et professions intellectuelles supérieures

32 Cadres de la fonction publique, professions intellectuelles et artistiques

33 Cadres de la fonction publique

Sous-officiers

Profession 452b Adjudants-chefs, adjudants et sous-officiers de rang supérieur de l’Armée et de la Gendarmerie

4 Professions Intermédiaires

41 Professions intermédiaires de l’enseignement, de la santé, de la fonction publique et assimilés

45 Professions intermédiaires administratives de la fonction publique

Profession 532a Gendarmes (de grade inférieur à adjudant)

5 Employés

51 Employés de la fonction publique

53 Policiers et militaires

Profession 532b Sergents et sous-officiers de grade équivalent des Armées (sauf pompiers militaires)

5 Employés

51 Employés de la fonction publique

53 Policiers et militaires

Hommes du rang

Profession 532a Gendarmes (de grade inférieur à adjudant)

5 Employés

51 Employés de la fonction publique

53 Policiers et militaires

Profession 532c Hommes du rang (sauf pompiers militaires)

5 Employés

51 Employés de la fonction publique

53 Policiers et militaires

Bon, ceci étant écrit, que peut-on en dire ? On retrouve la distinction des cadres (officiers généraux et officiers), dès le grade d’Aspirant (including Volontaire Aspirant, si si). Le grade d’élève officier, on le met où? Il doivent être considérés comme étudiants 8400? Non, ce sont des cadres 334a, comme Colonel. 😉

La distinction officier supérieur/ subalterne n’apparaît pas, le type de recrutement, non plus. Sauf erreur de ma part, ma psychanalyse attendra.

Seuls les Adjudants, Adjudants-chefs et Majors, sont considérés comme professions intermédiaires. Sauf.. l’adjudant de gendarmerie. Parmi les lecteurs de ce billet, quelqu’un peut-il m’expliquer ce qui, dans la carrière (les diplômes, les concours internes, la taille de la moustache)  justifie cette différence de traitement?

Sergents et hommes du rang sont considérés comme des employés. De recrutement bac minimum (souvent plus), les jeunes sous officiers, de mémoire, sont durant leur formation, deuxième classe puis caporal chef,  avant de devenir sergent. La seconde marche de l’escalier social est un peu plus haute que prévue!

Dernières questions. Il est fait référence aux officiers de carrière, « Militaires de carrière ayant un grade d’officier supérieur ou subalterne ». Quid des sous contrat? On les a oublié? La statistique publique a eu le nez fin.. Les mauvaises langues diront qu’elle a repris les catégories indigènes. En ce qui concerne les Sous-officiers aux grades de Sergent ou Sergent Chef (à priori sous contrat), l’administrateur nous dit « Sous-officiers subalternes de l’armée de l’air, de l’armée de terre et de la marine, servant « après la durée légale » ». Cette durée légale renvoie à la conscription?

La pyramide statistique française, par un système de classement arbitraire (ce n’est pas péjoratif ici) renseigne sur la perception administrative (socio-démographique, certes, politique assurément) de l’institution militaire à un moment donné. Pour info, il y a un très bon papier sur les PCS, l’arbitraire nécessaire de toute convention. Il s’agit d’un article issu de l’ouvrage de Serge Bosc, Stratification et classes sociales : La société française en mutation. Vous noterez qu’une réédition sortira ce mois-ci. (pas de lien commercial)

Pierre Bourdieu disait (en tout cas écrivait, enfin de mémoire..) que les données brutes n’existaient pas,  » les données ne sont pas données, mais construites ». La citation exacte, retrouvée le 18 octobre 2011, est :

(…) en sociologie, « les données », même les plus objectives sont obtenues par l’application de grilles (classes d’âge, tranches de revenus, etc.) qui engagent des présupposés théoriques et laissent par là échapper une information qu’aurait pu appréhender une autre construction des faits. (…) « les faits ne parlent pas ».1

(…) Rien n’est plus faux que l’idée que « les faits parles d’eux mêmes » (…) Les faits sont produits par et pour les luttes pour l’imposition du sens et de la valeur du monde social.2

  1. Bourdieu P., Chamboredon J.C., Passeron J.C., Le métier de sociologue, 1968, Editions Mouton-Bordas, p62-65 []
  2. Bourdieu P., A.R.S.S., n°61, mars 1986, p.2 []

Valeurs, métier et action : évolutions et permanences de l’institution militaire

La revue l’Année sociologique, dans son deuxième numéro de 2011, consacre un dossier à la sociologie militaire.

 Il ne s’agit pas à proprement parlé d’une première hexagonale puisqu’une autre revue, la revue française de sociologie, avait présenté, par le passé, des numéros spéciaux où la chose militaire était étudiée sous l’angle de la sociologie1.

Ce mouvement participe d’un processus, déjà bien amorcé, de légitimation de notre champ (sous discipline, espace social) au sein de la communauté des sociologues francophones2. Les précédents épisodes étaient coordonnés par des sociologues comme François Gresle, Bernard Boëne, et Michel-Louis Martin. Le premier épisode, sauf erreur de ma part, avait souligné, dès 1961, la contingence du travail du sociologue militaire.

Dans cet ensemble qui peut paraître disparate, nous avons voulu montrer la diversité d’un sujet multidimensionnel plutôt que de donner une vue cavalière générale. N’ayant pour rôle ni de développer une éthique sociale, ni de suivre l’actualité politique, la Revue Française de Sociologie s’est donnée une tâche bien définie en publiant ce numéro spécial : susciter l’intérêt et la recherche sur un sujet d’importance majeure et mal exploré.3

 

Nous reproduisons ci dessous la présentation qui en est faite par l’éditeur. Vous trouverez ici même, à sa sortie, prévue  le 26 octobre 2011, des fiches de lectures de contributeurs de ce numéro.

La livraison d’octobre 2011 (vol. 61, n° 2) de L’Année sociologique est consacrée à l’institution militaire. Les études réunies par Éric Letonturier portent sur les valeurs qui l’animent, les logiques professionnelles qui la traversent et les finalités opérationnelles qui lui sont assignées. La spécificité militaire, la représentativité des armées, leur reconnaissance sociale ou encore les lieux de mémoire de la guerre et la gestion des émotions sur les théâtres d’opération constituent quelques-uns des thèmes qui s’y trouvent abordés.

Valeurs, métier et action : évolutions et permanences de l’institution militaire
Études réunies et présentées par Éric Letonturier

É. Letonturier, Présentation
L. Bardiès, Du concept de spécificité militaire
S. Jakubowski, L’institution militaire confrontée aux réformes organisationnelles
É. Letonturier, Reconnaissance, institution et identités militaires
B. Boëne, La représentativité des armées et ses enjeux
C. Martin, C. Pajon, Max Weber, le charisme routinisé et l’armée de l’air. L’éducation charismatique au sein d’une école d’officiers
L. Weibull, La gestion des émotions dans les opérations en faveur de la paix
N. Léonhard, Les relations civils-militaires en Allemagne entre « post-héroïsme » et poids du passé : le monument aux morts de la Bundeswehr

Note de lecture
B. Valade, À propos de La Sociologie comme science
Analyses bibliographiques générales


 

 

  1. Revue française de sociologie. 1961, 2-2. Guerre – Armée – Société. ; Revue française de sociologie. 1978, 19-3. Revue française de sociologie. 1981, 22-1. Revue française de sociologie. 2003, 44-4. []
  2. Laure Bardiès (2008), Deux siècles de sociologie militaire en France (1815-1991) ; sociologie d’une sociologie, Thèse de doctorat en Sociologie (sous la direction de Bernard Boëne), Université Toulouse I []
  3. Présentation. In: Revue française de sociologie. 1961, 2-2. Guerre – Armée – Société. p. 3. []

Armed Forces and Society Vol 37-3

Dernière livraison de la Revue Armed Forces and Society : une session de Krav Maga soumise à l’analyse sociologique

Réception et rapide panorama du dernier numéro d’Armed Forces and Society (Vol. 37 Number 3 July 2011). Très hétéroclite par les sujets abordés, cette revue rappelle à chaque fois qu’il est possible de publier des articles scientifiques sur les affaires militaires au sens large sans soulever la question de leur légitimité (Cf. un billet récent).

7 articles et 2 synthèses sur des recherches en cours composent ce numéro. Ils reflètent bien le caractère interdisciplinaire de la publication et la multiplicité des approches (micro-, meso- et macro). 3 d’entre eux peuvent être associés au thème classique des relations civilo-militaires (Contrôle politique et sociétés militaires privées aux Etats-Unis, Le pouvoir militaire au Nigéria, L’acteur militaire dans le processus de démocratisation albanais).

2 ont pour objet l’impact des opérations extérieures sur les relations parentales et la santé mentale des adolescents dont les parents participent à ces missions.

Un article retient particulièrement l’attention par son objet et l’approche anthropologique adoptée : Once We Put Our Helmets On, There are No More Friends : The « Fights » Session in Israeli Army Course for Close-COmbat Instructors » de Einat Bar-On Cohen. Rituel, session de cooptation, rapports ambigus au corps et à la violence.. L’auteur fournit un éclairage désenchanté et fertile d’un objet appartenant le plus souvent au registre du fantasme.

RFI et La Croix donnent la parole à la sociologie militaire

La défenseDeux évènements retiennent notre attention estivale..

L’armée premier recruteur de France : interview du sociologue Eric Letonturier.

Edouard Zambeaux, journaliste à RFI, s’intéresse, dans son émission Microscopie, à la position de l’armée en termes de recrutement. Cette émission est proposée en deux parties (I et II). Vous pouvez dorénavant les écouter depuis notre carnet.

L’Armée, premier recruteur de France | 1ère partie |(19:30)
L’Armée, premier recruteur de France | 2ème partie |(26:31)

Sont interviewés le Colonel Conégéro, chef du bureau communication RH de l’armée de terre, et Eric Letonturier spécialiste de sociologie militaire, maître de conférence à l’université Paris Descartes, et responsable du réseau thématique 8 de la sociologie militaire.

 

J’ai écouté la seconde partie, voici un bref aperçu. Les idées de patriotisme et de la mort sont notamment évoquées. Elles brillent par leur absence  au début du recrutement. Le recruteur soutient l’idée que ces notions se développent lors de la « socialisation militaire ». Le sociologue parle plutôt d’abstraction du combat. L’égalité des chances et la diversité sociale sont présentées par le journaliste comme caractéristiques du recrutement des armées. Les civils posent la question de la spécificité du militaire : jusqu’à quel point les civils peuvent remplacer poste pour poste les militaires ?  Le sociologue parle de concurrence de légitimité. La banalisation est aussi évoquée. Pour le recruteur, non, la finalité c’est le combat et n’a pas d’équivalent par ailleurs. On comprend bien que le cœur de sa communication est concentré sur les groupes où les taux d’attrition sont les plus élevés : les « combattants ». Est-ce à dire que le militaire français est un combattant ? Celui visé par le recruteur, pour aller vite l’EVAT, l’est sans nul doute.

2001-2011, du service national au service civique

Un article dans la Croix, sous la plume de Pascal Charrier. Il met en perspective l’évolution récente du rapport de la « jeunesse » (excusez -moi de l’usage de la catégorie..) avec l’idée de service, la citoyenneté dans l’engagement.

Sont notamment interviewés trois sociologues : Vincenzo Cicchelli, Michel Fize, et Eric Letonturier.

Bibilographie

Bier B., Education et citoyenneté (coordonné par Bernard Bier et Joce Le Breton), 2007, Cahiers de l’action INJEP.
Bessin M., « Le recours au rite : l’exemple du service militaire », Agora Débats/Jeunesse, “ Rites et seuils, passages et continuités ”, n°28, 2ème trimestre 2002, pp. 34-45.
Pinto L., « L’armée, le contingent et les classes sociales« Actes de la recherche en sciences sociales. Numéro, vol. 1, no. 3, 1975.

Porteret V. (dir.), La Défense. Acteurs, légitimité, missions : perspectives sociologiques, Paris, L’Harmattan, « Logiques Sociales », 2007,