Défilé militaire le 14 juillet : un fait social

« Eva Joly subit son baptême du feu, bien que ce terme soit pour elle un peu trop militaire.. »

Ainsi se clôt un reportage de France 3 consacré à la proposition d’Eva Joly, de supprimer le défilé militaire du 14  juillet. Cela illustre, selon moi, la difficulté de présenter objectivement les tenants et les aboutissants de ce fait social. Je n’évoque pas les réactions verbales violentes de part et d’autre de l’échiquier politique. Tout juste pourrait-on y voir des indicateurs d’une norme sociale. En effet, pour reprendre Durkheim, on mesure la norme à l’aune de la réaction contre ceux qui la transgressent.

Nous arrivons donc à nous représenter, d’une manière précise, le domaine de la sociologie. Il ne comprend qu’un groupe déterminé de phénomènes. Un fait social se reconnaît au pouvoir de coercition externe qu’il exerce ou est susceptible d’exercer sur les individus ; et la présence de ce pouvoir se reconnaît à son tour soit à l’existence de quelque sanction déterminée, soit à la résistance que le fait oppose à toute entreprise individuelle qui tend à lui faire violence.1

Serait-il possible de créer un espace où chacun puisse discuter avec une forme de neutralité axiologique de l’usage du 14 juillet?

Son impact sur le lien armée-nation? Sur la place (temporelle) dans un régiment de la préparation de ce défilé? Son impact en terme de sociabilité interne (cohésion)? de motivation? Cela suscite-t-il des vocations (recrutement)? Cela nourrit-t-il l’antimilitarisme? Les français sont-ils indifférents? A contrario, peut-on estimer le coût de cette manifestation? S’il est possible de raisonner en économiste, peut-on qualifier les retombées internes et externes de ce défilé militaire?  Le défilé du 14 juillet, une tradition? Nationale? Républicaine? L’histoire militaire pourrait nous rappeler le rôle de ce moment annuel. Éventuellement ses utilisations politiques..


  1. Émile Durkheim, Les règles de la méthode sociologique, 1894, page 21. []

Appel : communication et sacré

La revue Essachess – Journal for Communication Studies (revue indexée ProQuest CSA et EBSCO Publishing) a lancé un appel à contributions sur la communication et le sacré. Plusieurs indices me laissent penser que la communication militaire sera la bienvenue. Papiers théoriques et/ou empiriques attendus.

Vous en saurez plus sur Calenda.

Armed Forces and Society Vol 37-3

Dernière livraison de la Revue Armed Forces and Society : une session de Krav Maga soumise à l’analyse sociologique

Réception et rapide panorama du dernier numéro d’Armed Forces and Society (Vol. 37 Number 3 July 2011). Très hétéroclite par les sujets abordés, cette revue rappelle à chaque fois qu’il est possible de publier des articles scientifiques sur les affaires militaires au sens large sans soulever la question de leur légitimité (Cf. un billet récent).

7 articles et 2 synthèses sur des recherches en cours composent ce numéro. Ils reflètent bien le caractère interdisciplinaire de la publication et la multiplicité des approches (micro-, meso- et macro). 3 d’entre eux peuvent être associés au thème classique des relations civilo-militaires (Contrôle politique et sociétés militaires privées aux Etats-Unis, Le pouvoir militaire au Nigéria, L’acteur militaire dans le processus de démocratisation albanais).

2 ont pour objet l’impact des opérations extérieures sur les relations parentales et la santé mentale des adolescents dont les parents participent à ces missions.

Un article retient particulièrement l’attention par son objet et l’approche anthropologique adoptée : Once We Put Our Helmets On, There are No More Friends : The « Fights » Session in Israeli Army Course for Close-COmbat Instructors » de Einat Bar-On Cohen. Rituel, session de cooptation, rapports ambigus au corps et à la violence.. L’auteur fournit un éclairage désenchanté et fertile d’un objet appartenant le plus souvent au registre du fantasme.

Appels à consultance et à communication

Le premier appel a été envoyé par l’IRSEM. Il s’agit d’un appel à consultance « IRSEM C-2011-15 : Conseiller, éduquer, entraîner : la formation d’armées étrangères. Étude comparative des politiques et des pratiques : Afrique-Asie-Afghanistan des années 1950 à 2010 ».

Date de clôture de l’appel à consultance : vendredi 02 septembre 2011 à 17h00 (cahier des charges et modalités de candidatures accessibles à l’adresse suivante:

http://www.irsem.defense.gouv.fr/spip.php?rubrique65

Le second appel à communication concerne un colloque intitulé « Pratiques militaires et globalisation, XIXe-XXe siècles. Combattre, administrer, acculturer », qui se déroulera les 31 mai, 1er et 2 juin 2012 à l’Institut d’Etudes Politiques d’Aix-en-Provence. Date limite d’envoi des propositions : 10 octobre 2011.

En ce qui concerne le second appel à communications, toutes les informations utiles se trouvent chez nos confrères carnetiers de l’IRHIS, Institut de Recherches Historiques du Septentrion.

Merci à Thomas Meszaros pour nous avoir signalé ces deux appels.

Élections au comité exécutif de l’AFS

Alex Alber élu au comité exécutif de l’AFS

Bien que présent sur les lieux du congrès, j’apprends par le web (par Pierre Mercklé serait plus honnête) qu’un de nos confrères, pour ne pas le nommer, Alex Alber a été élu, et brillamment, au comité executif de l’AFS. Vous retrouverez sur l’excellent site de Pierre Mercklé les autres résultats. La profession de foi d’Alex Alber est ici.

Il ne s’agit pas à proprement parlé d’actualité de la sociologie militaire, puisque le sociologue est désormais davantage reconnu pour Sonal. C’est un logiciel gratuit de retranscription et de dépouillement d’enquêtes par entretien, notamment mis en valeur par son carnet de recherche.

Membre du bureau du RT8 Sociologie du militaire, Alex Alber avait proposé, en 2009, une communication intitulée Religion et métier des armes : une approche quantitative de la situation saint-cyrienne pour le réseau thématique 8 de l’AFS. Docteur en sociologie, sa thèse s’intitule La formation initiale des officiers : une comparaison européenne. Un résumé est ici.

Réseaux sociaux et militaires

Un réseau social : des militaires expatriés

Croisée par « hasard » pendant les après midis thématiques de l’AFS, la sociologue Catherine Comet nous a présenté une analyse des réseaux sociaux de militaires expatriés d’un pays occidental. Il s’agit d’une étude de cas d’une escroquerie.

Outre une belle leçon d’anonymisation des résultats d’une enquête ex post, cette présentation a mis en avant les liens de confiance. D’abord des individus (militaires expatriés dans les années 80-90) entre eux, puis envers ceux qui, issus de l’institution,  suscitent la confiance et s’en servent pour l’escroquerie.  Une nouvelle fois, cela me fait penser au papier de Pinto qui, parlant de la conscription, évoquait le « bon soldat » en tant que dépositaire de « dispositions serviles ».

Des échanges, suite à cette communication, en annoncent peut-être d’autres. Le background sur l’identité militaire mériterait d’être réinvesti! Une analyse en termes de réseaux (sur un terrain militaire et/ou en sociologie militaire) existe-t-elle d’ores et déjà ?

A suivre, donc..

Bibliographie

Comet Catherine, 2011, « Anatomy of a Fraud : Trust and Social Networks », Bulletin de méthodologie sociologique, n° 110, p. 45-57

Pinto Louis. L’armée, le contingent et les classes sociales. In: Actes de la recherche en sciences sociales. Vol. 1 N°3, mai 1975. Les catégories de l’entendement professoral. pp. 18-40.

Le site se développe

Dans le  but de se faire connaître, vous avez peut être reçu ce jour une invitation pour notre carnet.  Nous la reproduisons ci-dessous. La mailing list est issue des participants aux derniers congrès des réseaux militaires français (RT8 AFS) et francophone (GT05 AISLF).

Mail d’invitation

Le portail hypotheses.org héberge, depuis peu, un carnet de recherche qui recense l’actualité de la sociologie militaire française et francophone. Il s’agit d’une initiative commune aux RT8 – Sociologie militaire – de l’Association française de sociologie (AFS) et au GT05 – Forces armées et société – de l’Association internationale des sociologues de langue française (AISLF).

http://sociomili.hypotheses.org/

Vous y trouverez les objectifs du site, une rubrique actualités, et la vie des deux réseaux mentionnés. Si vous désirez participer à cette aventure, deux modalités s’offrent à vous. Les commentaires vous permettent de réagir, d’échanger, d’ajouter des informations. Vous pouvez également publier des « billets ». Pour cela merci de me contacter afin que je vous ajoute à la liste des auteurs.

Je vous contacte car vous avez, ces dernières années, contribué à la recherche en sociologie militaire (via l’AFS et/ou l’AISLF). Si vous ne désirez plus être informé de l’actualité de la sociologie militaire, merci de le faire savoir par retour de mail pour que je vous enlève de la mailing list.

L’adresse publique du carnet est desormais : sociomili[at]gmail.com

Projets : créer du lien avec les internautes

Ayant bien conscience que ce site n’a pas pour objet d’être visité quotidiennement, plusieurs possibilités de « rappel » s’offrent à nous. Proposer un abonnement de type Flux RSS à nos internautes, ou bien une newsletter.  Dans ce dernier cas de figure, nous pensons qu’une périodicité de type une fois par mois ou tous les deux mois pourrait être pertinente. Cela dépendra bien sûr du rafraîchissement du site.

A suivre, donc..

 

RFI et La Croix donnent la parole à la sociologie militaire

La défenseDeux évènements retiennent notre attention estivale..

L’armée premier recruteur de France : interview du sociologue Eric Letonturier.

Edouard Zambeaux, journaliste à RFI, s’intéresse, dans son émission Microscopie, à la position de l’armée en termes de recrutement. Cette émission est proposée en deux parties (I et II). Vous pouvez dorénavant les écouter depuis notre carnet.

L’Armée, premier recruteur de France | 1ère partie |(19:30)
L’Armée, premier recruteur de France | 2ème partie |(26:31)

Sont interviewés le Colonel Conégéro, chef du bureau communication RH de l’armée de terre, et Eric Letonturier spécialiste de sociologie militaire, maître de conférence à l’université Paris Descartes, et responsable du réseau thématique 8 de la sociologie militaire.

 

J’ai écouté la seconde partie, voici un bref aperçu. Les idées de patriotisme et de la mort sont notamment évoquées. Elles brillent par leur absence  au début du recrutement. Le recruteur soutient l’idée que ces notions se développent lors de la « socialisation militaire ». Le sociologue parle plutôt d’abstraction du combat. L’égalité des chances et la diversité sociale sont présentées par le journaliste comme caractéristiques du recrutement des armées. Les civils posent la question de la spécificité du militaire : jusqu’à quel point les civils peuvent remplacer poste pour poste les militaires ?  Le sociologue parle de concurrence de légitimité. La banalisation est aussi évoquée. Pour le recruteur, non, la finalité c’est le combat et n’a pas d’équivalent par ailleurs. On comprend bien que le cœur de sa communication est concentré sur les groupes où les taux d’attrition sont les plus élevés : les « combattants ». Est-ce à dire que le militaire français est un combattant ? Celui visé par le recruteur, pour aller vite l’EVAT, l’est sans nul doute.

2001-2011, du service national au service civique

Un article dans la Croix, sous la plume de Pascal Charrier. Il met en perspective l’évolution récente du rapport de la « jeunesse » (excusez -moi de l’usage de la catégorie..) avec l’idée de service, la citoyenneté dans l’engagement.

Sont notamment interviewés trois sociologues : Vincenzo Cicchelli, Michel Fize, et Eric Letonturier.

Bibilographie

Bier B., Education et citoyenneté (coordonné par Bernard Bier et Joce Le Breton), 2007, Cahiers de l’action INJEP.
Bessin M., « Le recours au rite : l’exemple du service militaire », Agora Débats/Jeunesse, “ Rites et seuils, passages et continuités ”, n°28, 2ème trimestre 2002, pp. 34-45.
Pinto L., « L’armée, le contingent et les classes sociales« Actes de la recherche en sciences sociales. Numéro, vol. 1, no. 3, 1975.

Porteret V. (dir.), La Défense. Acteurs, légitimité, missions : perspectives sociologiques, Paris, L’Harmattan, « Logiques Sociales », 2007,