Retour sur la conférence de l’IUS (21-23 October 2011)

IUS
IUS

Inter-University Seminar on Armed Forces and Society Conference

21-23 October 2011

The Palmer House Hilton

Chicago, Illinois, USA

Organisée tous les deux ans, la conférence de l’Inter-University Seminar on Armed Forces and Society rassemble, comme son nom le laisse présager, des académiciens et des militaires intéressés par le fonctionnement des organisations militaires mais également par les dimensions sociales et sociétales qui y sont liées. D’années en années, cette association rassemble ainsi un nombre croissant de participants, plus de trois cents cette année encore. Parmi la cinquantaine de panels proposés, l’éventail des thèmes de recherche était fort riche : processus de démocratisation, résilience, relations civilo-militaires, profession militaire, recrutement, … etc. Certaines thématiques ont toutefois reçu une attention particulière ; c’était notamment le cas pour les trois panels se rapportant aux dix années écoulées depuis les attentats du 11 septembre. Un deuxième sujet d’étude particulièrement développé lors de cette dernière édition renvoyait aux dimensions socio-culturelles à l’œuvre dans les organisations militaires. Tantôt axé sur leurs implications opérationnelles ou davantage sur la mise en avant d’éléments de culture militaire, le nombre élevé de participants ayant abordé ce sujet d’étude reflète indéniablement l’intérêt accru de ces facteurs dans le milieu militaire… et c’est tant mieux !

Les activités ‘sociales’ ont eu également la part belle lors de cette conférence de l’IUS et, comme chaque année, la réception suivie du banquet fut organisée à la fin du premier jour. Lors de cette soirée, deux Morris Janowitz career achievement awards ont été remis à des sociologues qui se sont distingués par leur carrière exceptionnelle. Le premier fut remis par James Burk à Christopher Dandeker, titulaire de la chaire de sociologie militaire au Département War Studies du King’s College London. Le second fut remis par le Président d’ERGOMAS, René Moelker, à Mady Wechsler Segal, professeure émérite de sociologie à l’université du Maryland. Armé d’aiguilles à tricoter, il a retracé, dans un discours teinté d’humour, le parcours professionnel de Mady.

Lors de la traditionnelle « levée de mains » organisée lors du lunch du samedi, on apprendra également qu’un nombre relativement élevé de participants assistaient pour la première fois à cette conférence, avec notamment beaucoup de jeunes participants… ce qui laisse présager le meilleur pour les années à venir. John A. Williams, Président de l’IUS, a ensuite félicité Patricia Shields pour le formidable travail qu’elle a effectué depuis 10 ans pour Armed Forces and Society et, en cadeau, lui a remis l’ensemble des volumes qu’elle a édité sous un format relié.

Malgré les limitations budgétaires rencontrées dans la plupart des armées et qui ont contraint certains ‘habitués’ à ne pas pouvoir participer à la présente édition, cette conférence fur un vrai succès tant par la qualité des présentations proposées que par la convivialité qui y régnait.

Delphine Resteigne

Chaire de Sociologie

Ecole Royale Militaire, Bruxelles

Congrès international de l’IPSA : Call for papers

IPSA

Le 22ème Congrès Mondial IPSA de Science Politique se tiendra à Madrid, en Espagne. Attention deadline le 17 octobre!

http://www.ipsa.org/sites/default/files/madrid2012_save_the_date.pdf

Deux thématiques retiennent notre attention. La science politique étant un axe non négligeable des sociologies militaires, nous nous en faisons l’écho. La langue des 7 « panels » est l’anglais. En ce qui concerne la suite de ce billet, un coup de clique important m’a été fourni par un traducteur en ligne. Excusez-moi par avance pour les incompréhensions. Voici, donc les deux thématiques proposées, avec les posters déjà soumis:

Panels in Armed Forces and Society RC24

Armed Forces and Society: Learning from Regional Cases
Armed Forces and Society: Leadership Lessons in Civil-Military Relations
Civil-Military Relations and the Arab Spring

Panels in Military’s Role in Democratization RC44

Future of military or the military in future
Changing role of military in the 21st century
Comparative study of military’s role in two or more countries
Changing role of military within a country with special focus on Nigeria

L’ensemble des « research commitees » est ici.

Logo

Le délai pour soumettre des propositions de papiers pour le Congrès Mondial IPSA de Science Politique a été prolongé au 17 octobre pour promouvoir la participation la plus grande.
Pour proposer une communication, il faut créer un compte sur le site Web IPSA et soumettre ensuite votre papier ici .

La liste des propositions acceptées est, comme vous l’avez remarqué ci-dessus, déjà disponible. Vous pouvez spécifier le thème et le panel (jury) pour votre soumission, ou vous pouvez soumettre votre papier de façon globale ( sans affiliation à un panel préexistant). La notification concernant les propositions sera envoyée après le 2 décembre 2011. Le délai pour compléter les communications soumis reste le 10 novembre 2011.

Merci à Jonskinowitch et Naultskaya d’avoir relayé l’information!

Congrès de l’AISLF à Rabat en 2012 (actualisé)

Le prochain congrès de l’Association internationale des sociologues de langue française aura lieu à Rabat au Maroc l’été 2012.

Dans le programme  disponible sur le site de l’AISLF, Penser l’incertain, les trois axes de ce congrès seront :

AISLF1. À l’épreuve de l’incertain

2. Agir face à l’incertain

3. Les défis de l’incertain

Pour plus de renseignements, voici l’adresse du congrès :

http://congres2012.aislf.org/

Nous vous relayons l’appel à communication du GT05 . Il est désormais en ligne sur le site de l’AISLF: http://congres2012.aislf.org/pages/page42.php

 « Discerner dans la complexité. Décider dans l’incertitude. Agir dans l’adversité », telles s’expriment et se résument depuis quelques années les aptitudes au commandement recherchées dans le cadre de la formation initiale des officiers de l’armée de terre française aux Écoles militaires de Saint-Cyr Coëtquidan. « Penser et maitriser l’incertain » et agir dans le « brouillard de la guerre » sont, en effet, depuis toujours des caractéristiques de l’action militaire. L’imprévisibilité doit être intégrée en permanence et l’incertitude est autant celle de l’attitude de l’adversaire que du comportement de sa propre troupe. De la même manière, les risques et les aléas sont indissociables d’une analyse de la chose militaire, notamment dans sa finalité opérationnelle. Si le thème général de ce Congrès peut dès lors apparaître commun dans le champ de la sociologie militaire, qui plus est dans un contexte actuel d’intense activité opérationnelle, force est toutefois de constater que rares sont les travaux portant sur ces dimensions. La manière, par exemple, dont l’incertitude est intégrée dans la formation des militaires ou encore dont elle se gère au quotidien. Le Congrès constitue par conséquent une formidable occasion de remédier à cela.

Si le risque a toujours fait partie de la carrière des armes, il peut être intéressant de voir comment l’acceptation de ce risque a pu évoluer. La mort d’un militaire n’est plus aussi « naturelle » et admise que cela si l’on en juge les multiples réactions suite à la mort, lors d’une même opération, de dix soldats français à Uzbin en Afghanistan en 2008. Si l’imprévu a toujours caractérisé les conflits guerriers, les crises actuelles sont d’une complexité sans équivalent : adversaires peu ou pas identifiables ; logiques asymétriques ; imbrications de faits de guerre, d’actes terroristes, d’activités liées au grand banditisme, au crime organisé ou encore à divers trafics ; guerres au milieu des populations ; guerre de l’information et des opinions publiques avec une médiatisation en temps réel ; « victimisation » des morts au combat dans les discours politiques, innovations permanentes (arrivée des robots…), etc. Au-delà des seules finalité et action militaires, l’incertain peut tout autant être pensé dans le temps ordinaire, dès le temps de paix qui voit le militaire se préparer et au sein d’une institution qui ne cesse de se réformer depuis la fin des années 1990. La question budgétaire, les équipements et les moyens disponibles, les difficultés relatives au recrutement des effectifs et à leur fidélisation, les incertitudes inhérentes aux perspectives de carrière pour les personnels, l’interarmisation, l’établissement des bases de défense et la rationalisation du déploiement des personnels et structures sur le territoire, etc. sont autant d’exemples, non exhaustifs, pour lesquels, « penser et maitriser l’incertain et l’imprévisibilité » peuvent constituer un angle d’approche.

Pour tout renseignement, joindre Claude WEBER

Les propositions devront être soumises en ligne (uniquement ), sur espace personnel du site du congrès. Elles ne doivent pas être envoyées directement aux responsable des CR et des GT. Elles doivent être déposées avant le 15 février 2012. Dès qu’il sera possible de soumettre les résumés, nous vous ferons signe.

 

Illustration logo officiel du congrès.

 

Res Militaris Vol. 1, n° 3 – Été, 2011

Le dernier numéro de Res Militaris est désormais disponible, http://resmilitaris.net/index.php?ID=1013929

Le troisième numéro de Res Militaris traite de thèmes tout à la fois inhabituels et familiers. Un article (en français) examine le comportement d’officiers français engagés dans des négociations diplomatiques avant et pendant la Conférence de Dublin (2008) sur les armes à sous-munitions, qui conduira à l’interdiction de ces armes. Un autre (en anglais) aborde les questions relatives à la santé et à la forme physique des personnels militaires, et l’évolution qui affecte ces données ; il fournit, de manière fort utile, une revue de la littérature et une bibliographie récente sur ces sujets. Un troisième (en français) revient sur les débats autour de Clausewitz, pour situer les travaux et positions d’auteurs (Lénine, Ludendorff, Schmitt, Foucault, Girard) qui « retournent » la « Formule » clausewitzienne – la guerre comme continuation de la politique par d’autres moyens. Le quatrième et dernier article (en anglais) s’intéresse aux mesures destinées à améliorer le moral, le bien-être et les loisirs des militaires de l’US Army ; il attire l’attention sur l’influence qu’exercent ces mesures sur le niveau de préparation des forces et la fidélisation des personnels. (…)1

Lire la suite, c’est ici.

Je rappelle à nos lecteurs que nous suivons le flux RSS de cette revue. En bas à gauche de notre carnet, se trouvent, en effet, les derniers articles de Res Militaris.

  1. Il s’agit du début de la présentation qui en est faite sur le site   http://resmilitaris.net/index.php []

Délinquants encadrés par des militaires et serment d’allégeance aux armes : le retour de la physique sociale ?

Student pledging to the flag, 1892.[Public domain]
Student pledging to the flag, Wikimedia

Pour Montesquieu, si l’honneur était le principe de gouvernement de la monarchie, la crainte celui du despotisme, c’est la vertu, « l’amour des lois de la patrie », « cet amour demandant une préférence continuelle de l’intérêt public au sien propre » qui assure le bon fonctionnement de la République. Avec sa disparition, « la république est une dépouille ; et sa force n’est plus que le pouvoir de quelques uns et la licence de tous » (dans le chapitre Du Principe de la démocratie dans l’Esprit des Lois).

Un certain nombre de travaux socio- logiques, puis de pamphlets, et enfin de discours politiques tendent à renforcer l’idée (le constat ?) que nous vivrions une crise sociale et démocratique, résultat de la perte d’une forme de vertu, proche de celle caractérisée par Montesquieu. La désertion du forum politique par nombre de citoyens, la multiplication des actes d’incivilité, l’augmentation de « l’insécurité » ou du « sentiment d’insécurité »1, la montée de l’individualisme (?) seraient les symptômes d’une remise en cause profonde du « vivre ensemble ». Sous cet angle, certains projets ou annonces récentes – un serment d’allégeance aux armes, une forme d’encadrement militaire des délinquants au sein des Établissements publics d’insertion de la Défense (Epide) – peuvent être perçus comme autant d’outils pouvant servir une forme d’ingénierie sociale et démocratique.

Une réponse militaire à la nouvelle question sociale ?

A une échelle historique réduite, ces récents éléments rejoignent un certain nombre d’initiatives de droite comme de gauche qui ont ponctué ces dernières années : la lecture obligatoire de la lettre de Guy Môquet dans les lycées, le souhait de la candidate Ségolène Royal en 2007 que tous les Français possèdent un drapeau national chez eux, ou encore les propositions récurrentes de remise en place du service national, et on en oublie…

Avec beaucoup plus de profondeur historique, tout ceci semble d’abord faire écho à la conception d’une armée outil de la réforme sociale telle que la concevait certains disciples de Saint-Simon dans la première moitié du 19ème siècle. Même si l’attitude des réformistes sociaux à l’égard de l’armée a pu beaucoup évoluer en même temps que le développement de la pensée socialiste dans les années qui suivirent, c’est une conception proche qui fut développée par la Troisième République, véritable période de production de notre mythologie républicaine. A travers le service militaire universel et obligatoire, c’est le sacre du Soldat-citoyen et de la « caserne éducatrice » qu’on institue2. En 1891, Lyautey soulignait :

Le régiment est quelque chose de plus qu’une grande famille : c’est une école. Le maître d’école se prolonge dans l’officier, qui est l’enseignant de la nation.3

Plus d’un siècle plus tard, même si le service militaire a disparu, l’armée (et les valeurs qui lui sont encore associées) semble encore pouvoir participer à une forme d’orthopédie sociale.

Selon la philosophie qui sous-tend les récentes propositions, les « pathologies » sociales précédemment évoquées pourraient être « corrigées », « soignées » par l’intervention de l’armée ou par l’adoption d’un certain nombre de valeurs et de comportements qu’on pourraient qualifier de martiaux. Ainsi décryptée, on retrouve bien certaines analyses d’une sociologie naissante. Bien que très critique à l’égard de ce dernier, Durkheim citait Herbert Spencer dans Les règles de la méthode sociologique :

(…) partant de ce principe que la coopération est l’essence de la vie sociale, il [H. Spencer] distingue les sociétés en deux classes suivant la nature de la coopération qui y domine. Il y a, dit-il, une coopération spontanée qui s’effectue sans préméditation durant la poursuite des fins d’un caractère privé ; il y a aussi une coopération consciemment instituée qui suppose des fins d’intérêt public nettement reconnues. Aux premières, il donne le nom de sociétés industrielles ; aux secondes, celui de militaires, et on peut dire de cette distinction qu’elle est l’idée mère de sa sociologie.4

Un décalage ?

Une fois rapidement identifiés les ressorts et la généalogie de ce recours, somme toute classique, à l’institution militaire au sens large se pose évidemment la question de sa pertinence et de sa future réussite. Il ne tient pas à nous de répondre ici à l’une ou l’autre de ces interrogations. Toutefois, on peut évoquer le décalage éventuel qui semble exister aujourd’hui entre la représentation d’une armée rêvée, idéalisée, issue de notre patrimoine républicain, et la réalité d’une institution qui s’est largement transformée tant par ses missions que par son fonctionnement au cours des trois dernières décennies.


 

Photo sous licence  Wikimedia Commons[Public domain]

 

  1. Voir, Sébastien Roché, Tolérance zéro ? Incivilités et insécurité, Paris, Odile Jacob, 2002 ;  Laurent Muchielli, « Note statistique de (re)cadrage sur la délinquance des mineurs », Champ pénal/Penal field [En ligne], Confrontations, mis en ligne le 16 décembre 2009, Consulté le 27 septembre 2011. URL : http://champpenal.revues.org/7053 ; DOI : 10.4000/champpenal.7053 []
  2. Michel Auvray, L’âge des casernes. Histoire et mythes du service militaire, Paris, L’aube (col.essai), 1998. []
  3. Hubert Lyautey, « Du rôle social de l’officier dans le service universel », Revue des deux mondes, 1891. []
  4. Émile Durkheim, Les règles de la méthode sociologique, Paris, PUF(coll. Quadrige), 8ème éd., 1995, p. 21. []

Les champs de Mars n°21 : Les civils dans les conflits armés

Un nouvel opus de la revue, publiée à la Documentation française,  est sorti récemment. Le fidèle lecteur remarquera que le C2SD a laissé sa place à l’IRSEM, au moins sur la couverture. Cette revue, dont le premier numéro, daté automne hiver 1996 intitulé « La réforme de la défense : enjeux et société », fête donc ses 15 ans. Sa période de mutation, étape du développement marquant une transition, aura duré deux ans, c’est-à-dire depuis le précédent numéro, « Conflits actuels : continuité ou mutation? » (Champs de Mars n°20) en 2009.

Le texte ci-dessous reproduit la 4e de couverture issue du site de la DF1:

Le lien civil-conflit paraît évident : la discrimination entre combattants et non-combattants a marqué la littérature juridique et les réflexions sur la protection des personnes vulnérables dans les conflits armés. Exemples à l’apui, les articles de cette nouvelle livraison interrogent autant les civils dans la guerre (militarisation de la société civile, fragilisation de l’économie, blocus dans l’approvisionnement en vivres…) voire les civils contre la guerre (gestion des conflits par les civils via le rétablissement de l’économie, de la vie politique, de la société civile, participation à la réflexion sur la défense civile, sur la protection des populations dans les guerres…)?

La coordinatrice de ce numéro en a fait un billet qui précise son contenu. Il s’agit de Tratnjek Bénédicte, doctorante en géographie à l’IRSEM. Son billet est ici.


  1. Bénédicte Tratnjek (coord.), 2011, « Les civils dans les conflits armés », Champs de Mars, n°21, La Documentation française,Paris, 172 p. []

Être militaire dans l’armée de terre (actualisé)

L’ouvrage sur le métier militaire dans l’armée de terre est maintenant effectivement sorti.

Sébastien Jakubowski et Claude Weber, maîtres de conférences en sociologie respectivement à AgroSup Dijon et aux écoles de Saint-Cyr vont prochainement publier aux Editions Lieux-Dits (Lyon) un ouvrage qui s’intitule « Etre militaire dans l’armée de terre ».

Cet ouvrage destiné à un large public vient élargir une collection consacrée aux métiers d’aujourd’hui. Le but est de donner des informations à tous ceux qui souhaiteraient s’engager dans l’armée de terre ou mieux connaître l’institution militaire. L’ouvrage devrait être disponible en octobre.

Vous pouvez désormais télécharger la couverture de cet ouvrage en format pdf : Etre militaire

Ci dessous, vous trouverez la quatrième de couverture :

« L’uniforme représente le pays. On peut aller jusqu’au sacrifice pour lui. Je me suis engagé pour servir, pour être là au déploiement. » Sergent-chef, 21 ans.

15 000 recrutements en 2009, dont 5 000 femmes : l’armée de terre est en pleine restructuration, mais elle est aussi le premier employeur de France. Être militaire aujourd’hui, c’est être un soldat professionnel qui exerce l’un des 400 métiers de l’armée : mécanicien, tireur d’élite, informaticien… Le soldat est devenu plus qualifié, il utilise des armements technologiquement pointus et travaille dans le cadre de coalitions internationales.

Mais être militaire, c’est aussi ne pas exercer un métier comme un autre. C’est se mettre au service de la France, accepter de nombreuses contraintes comme les missions à l’étranger ; accepter aussi de devoir tuer, et consentir à mettre sa vie en danger pour servir des intérêts supérieurs et protéger celle de ses camarades. Cet ouvrage présente l’organisation complexe de l’armée et rend compte des réalités quotidiennes des militaires, de la formation jusqu’aux opérations de guerre. Un guide précieux pour qui compte intégrer l’armée, que ce soit en tant que militaire du rang, sous-officier, officier ou réserviste.

Les auteurs : Sociologues et enseignants-chercheurs, ils sont spécialisés dans l’étude du monde militaire. Sébastien Jakubowski est maître de conférences à AgroSup Dijon. Claude Weber est maître de conférences aux Écoles militaires de Saint-Cyr Coëtquidan où il dirige le département de sociologie.

Afghanistan, au nom du peuple français

France Inter

Émission « Interception » du dimanche 11 septembre 2011: Afghanistan au nom du peuple français

A l’occasion du dixième anniversaire du 11 septembre 2001, des séries de reportages et documentaires en tous genres se consacrent au rappel des faits et/ou à l’analyse des conséquences de ces événements sur les relations internationales mais aussi sur notre pays et notre armée. C’est, dans ce cadre-là, qu’Alain Le Gouguec (Journaliste à France Inter) a réalisé un reportage sur la présence des militaires français en Afghanistan. Il a cherché à mieux comprendre le sentiment d’indifférence qu’éprouvent certains militaires, blessés ou pas, à leur retour de mission. Le reportage s’intitule : « Afghanistan : au nom du peuple français », France Inter, Emission « Interception » par Alain Le Gouguec. Il a été diffusé ce dimanche 11 septembre 2011 à 9h15.

Evidemment, il est possible de le réécouter sur le site de France Inter. Vous trouverez la ressource « embeed », puis le  lien ci-dessous.

A noter enfin que Sébastien Jakubowski, sociologue du militaire, maître de conférences en sociologie à AgroSup Dijon / Eduter Recherche est interviewé à la fin du reportage.

http://www.franceinter.fr/emission-interception-afghanistan-au-nom-du-peuple-francais
http://www.franceinter.fr/player/reecouter?tools=export&content=140461

Que sont les Héros devenus ?

« Que sont les Héros devenus ? » :

Revue Inflexions N° 16, 2011 (dir. A. Thiéblemont), La Documentation française.

Compte rendu de lecture de Christophe Pajon

Revue Inflexions n°16La question mise en titre de ce numéro de la revue Inflexions suggère évidemment un début de réponse. Les interrogations soulevées et auxquelles les auteurs tentent de répondre sont cependant bien plus nombreuses au regard de la densité de cet opus dirigé par André Thiéblemont. Notre époque produit-elle encore des héros ? Y-a-t-il encore d’ailleurs une place pour ces derniers ici-bas ? Qu’est-ce qui fait un héros ? Quelle place sociale est accordée à la mort au regard du traitement du héros et de l’héroïsme ? N’y-a-t-il d’héroïsme que militaire ?

Les quatorze contributions et l’entretien avec Dominique Schnapper offrent un éclairage disciplinaire diversifié ainsi que des objets originaux et des perspectives stimulantes. Leur format et le choix d’écarter un appareillage théorique trop explicite peuvent parfois dérouter, mais correspondent au credo de cette revue qui se veut un lieu d’échanges et de débat entre civils et militaires. Par ailleurs, malgré la diversité des approches, la ou les lignes éditoriales qui traversent ce numéro lui donnent une véritable cohérence. Un effort constant pour alterner régulièrement entre le héros-concept et ses diverses incarnations historiques ou contemporaines apparaît clairement. Cependant, ce sont deux principaux axes qui retiennent l’attention : d’une part, celui classique de la tension entre approches individualiste et holiste appliquées au cas du héros et, d’autre part, celui de la condition historique du héros.

L’essence du héros

Ainsi, la nature individuelle et/ou holiste de l’essence du héros constitue, sans que cela soit fait de manière systématique ou explicite dans l’ensemble des contributions, une tension récurrente. Chercher à définir le héros peut ainsi conduire dans un premier temps à l’essentialiser, voire à le « naturaliser ». Il s’agit par exemple de mettre en évidence des éléments distinctifs dans les comportements, non seulement héroïques (extra-ordinaires), mais aussi quotidiens, des individus qualifiés de héros. Ceci tend alors, non pas à occulter, mais à réduire l’importance de la réception sociale de ces actes.

La contribution originale de Michel Goya sur les As de l’aéronautique militaire relève de cette perspective. En soulignant les ressorts psychologiques de l’accès de ces derniers au statut de « héros », il tend finalement à insister sur le caractère irréductiblement individuel de l’héroïsation, phénomène allant jusqu’à la transformation physiologique :

On s’est aperçu en effet que l’accumulation des victoires et des honneurs diminuait la pression sanguine (et donc les risques cardiaques), accroissait le taux de spermatozoïdes et de testostérone, ce qui augmente considérablement la confiance en soi (p.19).

Les sources de la « surhumanité » du héros sont aussi à découvrir dans sa quête spirituelle individuelle, comme le propose Monique Castillon dans son analyse de la pensée de Bergson et de Péguy. « Est héroïque l’action qui fait aspirer à un nouveau mode de vie morale » (p.36). On touche alors au religieux non pas seulement dans la sacralisation de la figure du héros reconnu, mais dans la mystique chrétienne ou politique qui animerait le héros.

Cette recherche de ce qui distingue le héros, ou plutôt des marques d’héroïsme qui le font, est récurrent dans la galerie de portraits que nous offrent de nombreux articles – astronaute ou cosmonaute, ancien otage dans la contribution de Patrick Clervoy ; officiers choisis pour « donner » leur nom à des promotions d’élèves-officiers chez Xavier Boniface.

La dimension sociale du héros

Ces contributions, si elles insistent sur le héros-individu, laissent cependant poindre, plus ou moins explicitement, la dimension sociale du héros. En effet, « hors du commun », « exceptionnel », « surhumain » sont autant d’expressions servant à qualifier le héros, mais qui induisent a minima qu’il existe un système d’évaluation sociale. Plus encore, l’individu accède au statut de héros lorsqu’il est reconnu socialement, lorsque son essence héroïque aura été « objectivée » au travers d’actes que des témoignages confirmeront, essence qui sera finalement consacrée institutionnellement. Cette dimension du héros, l’autre pôle de la tension évoquée plus haut, est largement illustrée et déconstruite dans différentes contributions.

Il s’agit de traiter des mécanismes socio-historiques et politiques qui vont conduire à l’émergence d’un panthéon et à sa perpétuation. Claude Weber, Michaël Bourlet, Frédéric Dessberg soulignent les liens étroits qu’entretiennent les héros et les traditions au sein de l’Ecole Spécial Militaire de Saint-Cyr dans le processus de formation identitaire. Ils rejoignent également la problématique de l’article déjà évoqué de Xavier Boniface, selon laquelle la figure du « héros » élu (le parrain choisi) est à la fois un révélateur de la représentation que se font les futurs officiers d’eux-mêmes et un enjeu institutionnel. L’institution, ou plutôt l’institutionnalisation, surgit nettement dans la description/témoignage que nous fournit Bruno Dary du retour des corps des soldats tués en opérations, entre appropriation sociale et reconnaissance du don réalisé par les familles. Le héros peut devenir alors politique. La description par Jean-Clément Martin des évolutions de la période révolutionnaire, faisant rapidement passer du statut de héros à celui de criminel, est ainsi particulièrement éclairante. D’un autre coté, les analyses autour des figures de Louis-Nathaniel Rossel, Dreyfus ou Picquart renforce la démonstration soulignant le caractère contingent des valeurs, à la fois au sein d’une société mais aussi à travers le temps, qui conduisent certains à être qualifiés de héros, parfois pour un temps donné, et d’autres pas du tout.

Enfin, sorte de boucle démonstrative, se pose la question de l’existence en-soi du héros… L’arbre qui tombe au milieu de la forêt est-il bruyant même si personne ne l’entend ? André Thiéblemont tente de répondre à cette question en distinguant héros et héroïsme. L’héroïsme peut exister sans qu’il soit reconnu, fêté ou commémoré, le héros non.

Héros et individualisme

Cette forme de relativisme – l’un des auteurs ne parle-t-il d’ailleurs pas du « héros, modèle à géométrie variable » (François Goguenheim, p. 108)- nous amène alors au deuxième axe qui traverse selon nous ce numéro d’Inflexions. Il s’agit de l’observation, non teintée parfois de normativité, de l’inadéquation actuelle entre ce qui fait, ou faisait, le héros et les valeurs individualistes de nos démocraties, de la démocratie « providentielle » pour reprendre le concept de Dominique Schnapper, interviewée. Si chaque société historiquement située possède ses héros ou leur fait porter des valeurs particulières selon les époques, nous serions aujourd’hui dans une société dont les valeurs seraient antinomiques à toute forme d’héroïsation. Rappelant certaines analyses de Fustel de Coulange dans La Cité antique1, on s’interroge alors à voix haute sur la capacité de nos militaires à se sacrifier pour des valeurs qui ne sont plus celles de la société environnante. La nature complexe et évolutive du héros (le « grand homme », le « personnage historique » sont-ils des héros ou des catégories distinctes ?) conduit alors certains à proposer – ou à admettre – un processus de civilianisation du héros, « de construire des héros non violents » (Marc Tourret, p. 102).

Il ne s’agit là que d’un bref aperçu d’un numéro très dynamique et original – on pense ici par exemple à l’analyse de l’œuvre du réalisateur Pierre Schoendoerffer proposée par Yann Andruétan. Enfin, il est évidemment possible d’apporter quelques critiques, mais qui sont d’abord le signe d’une envie d’aller plus loin.

On peut regretter ainsi l’absence de l’utilisation de la typologie des suicides d’E. Durkheim, alors que le terme « sacrifice » est souvent employé dans les développements évoqués. Bien qu’à reprendre et à « acclimater », l’application du concept de suicide altruiste aurait pu se révéler très productive (Cf., par exemple, Jeffrey W. Riemer (1998), « Durkheim’s « Heroic Suicide » in Military Combat », Armed Forces and Society, Vol. 25, N°1, p. 103-120). En restant parmi les classiques de la sociologie, les analyses wébériennes – le concept de Berserker (guerrier frénétique) ainsi que le rôle du sacré et de l’exemple dans la production de la domination – ne sont pas non plus mobilisées. Enfin, sûrement plus discutable, l’hypothèse d’ostracisation du guerrier/héros proposé par René Girard dans son « La violence et le sacré »2aurait pu éclairer d’un jour intéressant le processus d’héroïsation. Selon René Girard, en sacralisant le héros, en le mettant à la marge de la société en raison de sa « surhumanité », de son exceptionnalité, on écarte du même coup l’un de ses principes constitutifs, la violence, antisociale par excellence. Ainsi, la négation actuelle du héros suggérée par certains auteurs n’apparaitrait alors, peut-être, plus totalement différente en ses fins de la construction et de la sacralisation d’individus qualifiés de héros. C’est en effet toujours la violence qu’il faut mettre à distance.

On l’aura compris… dans tous les cas, un numéro à parcourir…


  1. Fustel De Coulanges, La cité antique, Flammarion, 1984. []
  2. René Girard (1972), La violence et le sacré, Hachette (coll. Pluriel, ed. 1998). []

Professions et Catégories Socio-professionnelles (PCS) des militaires (actualisé)

INSEEJe profite de ce magnifique mois d’août passé à « faire du quanti » (expression de sociologue qui signifie tester mes nouvelles lunettes sur le même fichier Excel 8 heures pas jour) pour faire un bref point sur la question suivante : comment coder les PCS des militaires français aujourd’hui?

Revenons sur mes stéréotypes. J’ai longtemps cru que Militaire du Rang = Classes populaires, Sous-officiers = classes moyennes , et Officiers = classes sup’. Ce serait trop facile : la sociologie est un sport de combat. Puis j’ai lu (si je le retrouve, je l’ajoute) que les officiers subalternes n’étaient pas dans la case « cadre » mais professions intermédiaires. Plutôt que de m’engager sur une longue introspection coûteuse (sinon ça marche pas, c’est le principe),  je reviens au fondamentaux, l’institut norvé.. l’INSEE : les nomenclatures PCS 2003. (« on ne dit plus CSP? », « non »)

Ainsi, comment coder les PCS des militaires? D’abord, il faut remonter au 4e niveau de précision. Ici, vous ne trouverez rien d’intéressant. Nous irons alors  , au 4e niveau de cette nomenclature. Dans une optique de partage, pour faire vivre ce carnet, et pour rendre service aux 5 sociologues francophones (à 5 près) qui ont l’utilité du codage fin des professions militaires, voici le résultat d’une ballade sur le site de l’INSEE, avec l’arbre hiérarchique (à trois niveaux) correspondant à la profession :

Officiers et officiers généraux

Profession 331a Personnels de direction de la fonction publique (Etat, collectivités locales, hôpitaux).. Général

3 Cadres et professions intellectuelles supérieures

32 Cadres de la fonction publique, professions intellectuelles et artistiques

33 Cadres de la fonction publique

Profession 334a Officiers des Armées et de la Gendarmerie (sauf officiers généraux)

3 Cadres et professions intellectuelles supérieures

32 Cadres de la fonction publique, professions intellectuelles et artistiques

33 Cadres de la fonction publique

Sous-officiers

Profession 452b Adjudants-chefs, adjudants et sous-officiers de rang supérieur de l’Armée et de la Gendarmerie

4 Professions Intermédiaires

41 Professions intermédiaires de l’enseignement, de la santé, de la fonction publique et assimilés

45 Professions intermédiaires administratives de la fonction publique

Profession 532a Gendarmes (de grade inférieur à adjudant)

5 Employés

51 Employés de la fonction publique

53 Policiers et militaires

Profession 532b Sergents et sous-officiers de grade équivalent des Armées (sauf pompiers militaires)

5 Employés

51 Employés de la fonction publique

53 Policiers et militaires

Hommes du rang

Profession 532a Gendarmes (de grade inférieur à adjudant)

5 Employés

51 Employés de la fonction publique

53 Policiers et militaires

Profession 532c Hommes du rang (sauf pompiers militaires)

5 Employés

51 Employés de la fonction publique

53 Policiers et militaires

Bon, ceci étant écrit, que peut-on en dire ? On retrouve la distinction des cadres (officiers généraux et officiers), dès le grade d’Aspirant (including Volontaire Aspirant, si si). Le grade d’élève officier, on le met où? Il doivent être considérés comme étudiants 8400? Non, ce sont des cadres 334a, comme Colonel. 😉

La distinction officier supérieur/ subalterne n’apparaît pas, le type de recrutement, non plus. Sauf erreur de ma part, ma psychanalyse attendra.

Seuls les Adjudants, Adjudants-chefs et Majors, sont considérés comme professions intermédiaires. Sauf.. l’adjudant de gendarmerie. Parmi les lecteurs de ce billet, quelqu’un peut-il m’expliquer ce qui, dans la carrière (les diplômes, les concours internes, la taille de la moustache)  justifie cette différence de traitement?

Sergents et hommes du rang sont considérés comme des employés. De recrutement bac minimum (souvent plus), les jeunes sous officiers, de mémoire, sont durant leur formation, deuxième classe puis caporal chef,  avant de devenir sergent. La seconde marche de l’escalier social est un peu plus haute que prévue!

Dernières questions. Il est fait référence aux officiers de carrière, « Militaires de carrière ayant un grade d’officier supérieur ou subalterne ». Quid des sous contrat? On les a oublié? La statistique publique a eu le nez fin.. Les mauvaises langues diront qu’elle a repris les catégories indigènes. En ce qui concerne les Sous-officiers aux grades de Sergent ou Sergent Chef (à priori sous contrat), l’administrateur nous dit « Sous-officiers subalternes de l’armée de l’air, de l’armée de terre et de la marine, servant « après la durée légale » ». Cette durée légale renvoie à la conscription?

La pyramide statistique française, par un système de classement arbitraire (ce n’est pas péjoratif ici) renseigne sur la perception administrative (socio-démographique, certes, politique assurément) de l’institution militaire à un moment donné. Pour info, il y a un très bon papier sur les PCS, l’arbitraire nécessaire de toute convention. Il s’agit d’un article issu de l’ouvrage de Serge Bosc, Stratification et classes sociales : La société française en mutation. Vous noterez qu’une réédition sortira ce mois-ci. (pas de lien commercial)

Pierre Bourdieu disait (en tout cas écrivait, enfin de mémoire..) que les données brutes n’existaient pas,  » les données ne sont pas données, mais construites ». La citation exacte, retrouvée le 18 octobre 2011, est :

(…) en sociologie, « les données », même les plus objectives sont obtenues par l’application de grilles (classes d’âge, tranches de revenus, etc.) qui engagent des présupposés théoriques et laissent par là échapper une information qu’aurait pu appréhender une autre construction des faits. (…) « les faits ne parlent pas ».1

(…) Rien n’est plus faux que l’idée que « les faits parles d’eux mêmes » (…) Les faits sont produits par et pour les luttes pour l’imposition du sens et de la valeur du monde social.2

  1. Bourdieu P., Chamboredon J.C., Passeron J.C., Le métier de sociologue, 1968, Editions Mouton-Bordas, p62-65 []
  2. Bourdieu P., A.R.S.S., n°61, mars 1986, p.2 []

Valeurs, métier et action : évolutions et permanences de l’institution militaire

La revue l’Année sociologique, dans son deuxième numéro de 2011, consacre un dossier à la sociologie militaire.

 Il ne s’agit pas à proprement parlé d’une première hexagonale puisqu’une autre revue, la revue française de sociologie, avait présenté, par le passé, des numéros spéciaux où la chose militaire était étudiée sous l’angle de la sociologie1.

Ce mouvement participe d’un processus, déjà bien amorcé, de légitimation de notre champ (sous discipline, espace social) au sein de la communauté des sociologues francophones2. Les précédents épisodes étaient coordonnés par des sociologues comme François Gresle, Bernard Boëne, et Michel-Louis Martin. Le premier épisode, sauf erreur de ma part, avait souligné, dès 1961, la contingence du travail du sociologue militaire.

Dans cet ensemble qui peut paraître disparate, nous avons voulu montrer la diversité d’un sujet multidimensionnel plutôt que de donner une vue cavalière générale. N’ayant pour rôle ni de développer une éthique sociale, ni de suivre l’actualité politique, la Revue Française de Sociologie s’est donnée une tâche bien définie en publiant ce numéro spécial : susciter l’intérêt et la recherche sur un sujet d’importance majeure et mal exploré.3

 

Nous reproduisons ci dessous la présentation qui en est faite par l’éditeur. Vous trouverez ici même, à sa sortie, prévue  le 26 octobre 2011, des fiches de lectures de contributeurs de ce numéro.

La livraison d’octobre 2011 (vol. 61, n° 2) de L’Année sociologique est consacrée à l’institution militaire. Les études réunies par Éric Letonturier portent sur les valeurs qui l’animent, les logiques professionnelles qui la traversent et les finalités opérationnelles qui lui sont assignées. La spécificité militaire, la représentativité des armées, leur reconnaissance sociale ou encore les lieux de mémoire de la guerre et la gestion des émotions sur les théâtres d’opération constituent quelques-uns des thèmes qui s’y trouvent abordés.

Valeurs, métier et action : évolutions et permanences de l’institution militaire
Études réunies et présentées par Éric Letonturier

É. Letonturier, Présentation
L. Bardiès, Du concept de spécificité militaire
S. Jakubowski, L’institution militaire confrontée aux réformes organisationnelles
É. Letonturier, Reconnaissance, institution et identités militaires
B. Boëne, La représentativité des armées et ses enjeux
C. Martin, C. Pajon, Max Weber, le charisme routinisé et l’armée de l’air. L’éducation charismatique au sein d’une école d’officiers
L. Weibull, La gestion des émotions dans les opérations en faveur de la paix
N. Léonhard, Les relations civils-militaires en Allemagne entre « post-héroïsme » et poids du passé : le monument aux morts de la Bundeswehr

Note de lecture
B. Valade, À propos de La Sociologie comme science
Analyses bibliographiques générales


 

 

  1. Revue française de sociologie. 1961, 2-2. Guerre – Armée – Société. ; Revue française de sociologie. 1978, 19-3. Revue française de sociologie. 1981, 22-1. Revue française de sociologie. 2003, 44-4. []
  2. Laure Bardiès (2008), Deux siècles de sociologie militaire en France (1815-1991) ; sociologie d’une sociologie, Thèse de doctorat en Sociologie (sous la direction de Bernard Boëne), Université Toulouse I []
  3. Présentation. In: Revue française de sociologie. 1961, 2-2. Guerre – Armée – Société. p. 3. []

Appel à projet européen, 7e PCRD

Les nouveaux appels européens du 7e Programme Cadre de Recherche et Développement, sont sortis le 20 juillet de cette année.  Une date importante, donc, puisqu’il s’agit en outre des accords de Genève (1954) et des premiers pas de l’homme sur la lune (1969)..

eurosfaire

Nous retiendrons le programme « spécifique coopération  » qui présente 10 thèmes et 4 appels conjoints ou coordonnés, dont deux thématiques peuvent intéresser les lecteurs de ce carnet de recherche : « security » et « space »

Thématique 9 : Security

Vous trouverez le point d’entrée de cette thématique ici.  Le document de référence, en anglais et au format pdf se trouve .

Les objectifs (en anglais) de cet appel, ne me semblent pas exclure à priori, les études sociologiques. Soyez indulgents pour la traduction de « courtoisie » depuis l’anglais. Elles pourraient viser, dans les objectifs du document déjà cité, à « développer les connaissances pour construire les capacités pour répondre aux besoins » de différentes sous thématiques . Je retiens notamment : la sécurité des citoyens par rapport au terrorisme tout en respectant les droits fondamentaux du citoyen, la sécurité à l’échelle européenne civile, et enfin la coopération entre les fournisseurs et les utilisateurs pour les « solution de sécurité civile ».

La date de clôture est fixée au 23 novembre 2011, à 17h.

Thématique 10 : Space

Vous retrouverez les informations utiles ici.

Cet appel sera clos le 23 novembre 2011 à 17h00

Merci à Lyon Ingénierie Projets d’avoir relayé l’information.