Colloque  » Les femmes militaires  » – 12 et 13 novembre 2013 à Paris

Claude Weber nous informe que le pôle « Action globale et forces terrestres » du centre de recherche des écoles de Saint-Cyr Coëtquidan organise un colloque consacré aux Femmes Militaires les 12 et 13 novembre 2013 à l’Hôtel des Invalides, Musée de l’Armée, Amphithéâtre Austerlitz à Paris.

Ce colloque a pour but de replacer les réalités et les enjeux inhérents à la présence des femmes en uniforme au centre des débats et analyses et d’établir un état des lieux des récentes évolutions.

Ces deux journées seront conclues par une intervention de Mme Françoise Gaudin, Haut-fonctionnaire à l’égalité des droits au sein du ministère de la Défense.

PHOTO1

Le programme c’est ici, le lien institutionnel, .

L’internat militaire

Alors que la journée d’études consacrée aux ficelles du métier de chercheur dans le contexte militaire approche, je vous présente  un moyen d’étudier le fait militaire à la lumière d’une approche de la sociologie de l’éducation.  Cette démarche s’inscrit à la fois dans une approche non spécifique de l’objet militaire1, et les aléas de mes lectures.

En l’occurrence, il s’agit de l’ouvrage de Philippe Glassman intitulé  «L’internat scolaire. Travail, cadre et construction de soi. » paru aux PUR dans la collection sens social au premier semestre 2012. Notre texte est moins une fiche de lecture qu’un essai invitant les sociologues militaires à sortir de leur bulle2 et les sociologues tout court à venir voir ce qui se passe chez nous.

Nous commencerons notre propos par l’analyse des internats militaires au regard des autres internats. Nous mettrons l’accent,  à partir de l’ouvrage précité, sur l’inscription des internats militaires dans le cadre interprétatif de l’auteur afin d’éclairer la notion de spécificité militaire. Nous conclurons sur le rapport qu’entretient le sociologue avec son terrain, son objet.

L’auteur étudie avec un corpus très fourni l’internat en France. Il écarte d’emblée les internats des CPGE pour se consacrer aux collèges et lycées. Ce choix est légitime en ce sens que l’auteur et ses disciples se consacrent au sens donné par les individus à son installation hors de sa famille et à l’idée d’une contrainte de scolarisation. [Glassman, 2012 : 19]. Cette mise au ban des CPGE ne nous arrange pas. Ce que nos recherches ont montré, c’est la difficulté en France à accéder au terrain « internat d’une CPGE » a fortiori militaire. D’une part il faut y avoir accès physiquement  (Glassman bénéficie d’un contrat de recherche lui ayant ouvert beaucoup de portes) et individuellement : le temps scolaire des CPGE n’est pas immédiatement accessible pour l’enquēte sociologique ; elle demande la confection d’un corpus divers;

Avant de présenter son corpus quantitatif et qualitatif l’auteur donne quelques précautions quant à ses intentions. Nous en retiendrons une qui nous a paru particulièrement saillante dans le domaine des internats militaires :

« L’objectif n’est pas de travailler ici sur le fonctionnement ou les dysfonctionnements des internats, ni sur leur « réussite « ou leurs « échecs » ; ce travail se situe dans le champ de la sociologie de l’éducation, non dans la sociologie des organisations »   [Glassman, 2012 : 24]

L’ambigüité du statut du chercheur doit être impérativement levée, a fortiori militaire, puisque les audits sont légions. Étrangères à la différence entre enquête sociologique et enquête d’audit, les forces doivent être rassurées par le chercheur.

Une inscription théorique ordonnée

« On se situe loin ici de la seule fonction d’accueil et d’hébergement, sans pour autant que ressurgisse l’idée d’un « dressage » qui a pu prévaloir en d’autres temps et que les travaux de Goffman ou de Foucault ont soulignée ; il n’est même pas certain que pour la majorité des établissements privés, on puisse encore parler, comme cela pouvait être le cas dans un collège jésuite des années 60 d’une « éducation totale »3 » [Glassman , 2012 : 40]

L’auteur préfèrera utiliser la notion de cadre (présent dans le titre de son ouvrage) [Glassman , 2012 : 125] qu’il estime moins forte que celle d’institution, et encore moinsh forte que celle d’institution totale acclimatée par Goffman. Cette notion présente plusieurs traits objectifs : un espace physique délimité (pas forcément fermé) ; un découpage du temps (rythmé et régulier) ; des permissions et des interdits ; des encadrants ; et enfin un système normatif explicite ou implicite. Et s’inscrit chez les individus  dans des représentations repérées par le sociologue : le cadre rythme, le cadre travail, le cadre protection et le cadre contrôle  [Glassman , 2012 : 129].

Cette inscription théorique semble une version épurée de celle de Goffman qui présente l’intérêt de fournir une grille de lecture et d’analyse au sociologue. Elle apparaît légitime au regard de l’évolution du personnel des internats et de son public. Pour faire simple, les cadres sont moins convertis aux logiques de l’institution et les internes « plus éduqués à l’auto contrôle qu’à une soumission passive à une force extérieure » [Glassman , 2012 : 172].

Voilà le modèle et il fonctionne !

Un petit village au nord de la Gaulle semble lui résister, le bougre : c’est celui des internats de la Défense nationale. Ici, contrairement au modèle que dresse Glassman « les éducateurs sont des militaires de carrière et veillent activement, avec les surveillants, à l’application des prescriptions réglementaires » [Glassman , 2012 : 172]. Là, le modèle des pensionnats 4, est une institution totale qui n’existe guère plus. Double coup au moral pour Marcel : arguments pour la « spécificité du militaire » ou formulation malheureuse de l’auteur ?

L’internat en CPGE militaire n’est pas un choix, juste un « prix à payer »

D’abord pour préparer un concours militaire dans un lycée militaire il faut faire un CPGE militaire : l’internat est obligatoire dans ce cas.5 Cela n’arrête pas l’enquête sociologique. En effet, quand un individu souligne qu’il n’avait pas le choix de l’internat militaire, il renseigne un choix rationnel, par exemple  en finalité : les avantages de cet internat (avoir un % de réussite au concours conséquent) dépassent les  désagréments. L’évidence  [Glassman , 2012 : 137] témoigne du primat accordé au résultat. Les élèves des CPGE sont plutôt des héritiers qui ont intégré, comme le souligne l’auteur, la connaissance et la reconnaissance des enjeux scolaires.

L’institution militaire, un modèle de socialisation anticipatrice

Choisir cet exemple n’a rien d’exceptionnel. Robert K. Merton l’a fait lorsqu’il forgea ce concept. Pourtant,sans s’inscrire dans les débats classiques de la sociologie militaire6 l’auteur jette un pavé dans la marre.

« On retrouve cette visée de socialisation anticipatrice à un milieu professionnel dans l’école militaire visitée au cours de cette enquête ; la quasi-totalité des garçons et filles y est interne, et ce, d’autant plus que l’école recrute sur tout le territoire français. (…) Ils sont doute prédisposés, par l’éducation reçue dans leur milieu et par leur ambition professionnelle, à accepter ou supporter un certain nombre de contraintes qui pourraient, autrement, apparaître comme surprenantes » [Glassman , 2012 : 148]

Dans quelle tribu s’est retrouvé cet ethnologue ? La surprise, que nous avons repris dans la citation ci-dessus, est-elle celle du chercheur profane ? De l’ethnologue qui exotise son terrain et n’en restitue, au mieux, qu’une partie visible, au pire, la projection de ses propres représentations ? Poursuivons ce paragraphe :

« Si la chambre n’est pas jugée impeccable, c’est toute la chambrée qui écope d’une punition collective. Les élèves sont en uniforme toute la journée, les éducateurs, des militaires, veillent à ce que ne s’introduisent aucun « débraillé » qui vienne rompre le bel ordonnancement de la tenue réglementaire et répriment sévèrement les élèves dont « le tee shirt sort du pantalon » » [Glassman , 2012 : 148]

« Punitions collectives », « répressions sévères », « bel ordonnancement », références ambiguës aux départs d’internes qui ne s’y sont pas faits selon leurs « camarades ». Ce tableau, à peine monté par mon  propos, fait peur.

L’étude d’un lycée militaire semblable7 met plutôt l’accent sur des cadres limitant les ardeurs des  jeunes qui se voient militaires avant que d’être ; un public composé en partie de pupilles de la Nation où les assistantes sociales ne chôment pas ; les punitions collectives sont prohibées dans les enceintes militaires; une vigilance envers le bizutage par la mise en place d’un cadre des traditions…

Ces deux positions questionnent l’éthos du chercheur et renvoient à un relativisme culturel, où :

« Une analyse des valeurs de la culture décrite qui s’opérerait  dans le langage de l’Etranger, c’est-à-dire par des références à des valeurs étrangères, serait en ce cas contre-sens symbolique généralisé, racisme pur si l’on préfère, puisqu’une telle description se ferait en même temps évaluation arbitraire de l’altérité en instaurant dans l’interprétation du sens un rapport inégal, dépourvu de tout répondant dans la réalité des rapports sociaux. » [Passeron, 1994 : 394]

La première position et la seconde renvoient donc à des postures déjà identifiées par le sociologue JC Passeron dans son « raisonnement sociologique » : la première, s’apparente, à mon sens,  à une forme de misérabilisme : en outre, elle se nourrit « d’un air navré [de] toutes les différences comme autant de manques » [Passeron, 1994 : 397] ;  la seconde, la mienne, s’apparente à une forme de populisme qui rend hommage à l’identité culturelle des dominés via la « méconnaissance chaleureuse des privations et des exclusions » de cette culture. [Passeron, 1994 : 397]

L’idée qu’une position éloignée de ces deux pôles est souhaitable pour le sociologue fleure bon l’évidence. On peut aussi estimer que cette posture est un objet sociologique puisque, dans un cas comme dans l’autre, le chercheur entretient un rapport axiologique non neutre. Ainsi,  objectiver le rapport que l’on entretient avec son terrain permet de mettre en perspective ses propres résultats.

Exemple ? Un chercheur militaire s’intéressant au fait militaire ne peut mettre de côté sa loyauté et son adhésion, voire son désenchantement envers l’Institution pour rédiger ses analyses ; elles sont à l’origine de son ethos  de chercheur ; elles sont aussi le produit d’une socialisation militaire s’incarnant dans une disposition apprise, objet sociologique par excellence.

 

 

Bibliographie

 

J-P. Faguer  (1991) « Les effets d’une « éducation totale ». Un collège jésuite, 1960. » Actes de la recherche en sciences sociales, n°86-87, p.25-43.

D. Glassman (2012), L’internat scolaire. Travail, cadre et construction de soi. Presses Universitaires de Rennes, collection Le sens social, premier semestre 2012, 260 pages

E. Goffman (1968), Asiles, Etude sur la condition sociale des malades mentaux, Éditions de Minuit, Paris, (1ère éd. 1961)

J.-C. Passeron (2006), Le raisonnement sociologique. L’espace non-popperien du raisonnement naturel, Paris, Nathan, 1991 670 pages

  1. pour aller vite, le fait militaire est étudié sans s’inscrire dans une histoire de la pensée de la sociologie militaire []
  2. Entendez champ scientifique de la sous discipline []
  3. Voir les travaux de Faguer JP []
  4. entendre internat long, c’est-à-dire rester le weekend []
  5. Un internat « long » comme précisé auparavant. []
  6. déjà montrés sur ce carnet ;  voir notamment l’opposition de l’auto sélection et socialisation []
  7. à paraître prochainement dans  la fameuse collection « thèse de doctorat » []

Délinquants encadrés par des militaires et serment d’allégeance aux armes : le retour de la physique sociale ?

Student pledging to the flag, 1892.[Public domain]
Student pledging to the flag, Wikimedia

Pour Montesquieu, si l’honneur était le principe de gouvernement de la monarchie, la crainte celui du despotisme, c’est la vertu, « l’amour des lois de la patrie », « cet amour demandant une préférence continuelle de l’intérêt public au sien propre » qui assure le bon fonctionnement de la République. Avec sa disparition, « la république est une dépouille ; et sa force n’est plus que le pouvoir de quelques uns et la licence de tous » (dans le chapitre Du Principe de la démocratie dans l’Esprit des Lois).

Un certain nombre de travaux socio- logiques, puis de pamphlets, et enfin de discours politiques tendent à renforcer l’idée (le constat ?) que nous vivrions une crise sociale et démocratique, résultat de la perte d’une forme de vertu, proche de celle caractérisée par Montesquieu. La désertion du forum politique par nombre de citoyens, la multiplication des actes d’incivilité, l’augmentation de « l’insécurité » ou du « sentiment d’insécurité »1, la montée de l’individualisme (?) seraient les symptômes d’une remise en cause profonde du « vivre ensemble ». Sous cet angle, certains projets ou annonces récentes – un serment d’allégeance aux armes, une forme d’encadrement militaire des délinquants au sein des Établissements publics d’insertion de la Défense (Epide) – peuvent être perçus comme autant d’outils pouvant servir une forme d’ingénierie sociale et démocratique.

Une réponse militaire à la nouvelle question sociale ?

A une échelle historique réduite, ces récents éléments rejoignent un certain nombre d’initiatives de droite comme de gauche qui ont ponctué ces dernières années : la lecture obligatoire de la lettre de Guy Môquet dans les lycées, le souhait de la candidate Ségolène Royal en 2007 que tous les Français possèdent un drapeau national chez eux, ou encore les propositions récurrentes de remise en place du service national, et on en oublie…

Avec beaucoup plus de profondeur historique, tout ceci semble d’abord faire écho à la conception d’une armée outil de la réforme sociale telle que la concevait certains disciples de Saint-Simon dans la première moitié du 19ème siècle. Même si l’attitude des réformistes sociaux à l’égard de l’armée a pu beaucoup évoluer en même temps que le développement de la pensée socialiste dans les années qui suivirent, c’est une conception proche qui fut développée par la Troisième République, véritable période de production de notre mythologie républicaine. A travers le service militaire universel et obligatoire, c’est le sacre du Soldat-citoyen et de la « caserne éducatrice » qu’on institue2. En 1891, Lyautey soulignait :

Le régiment est quelque chose de plus qu’une grande famille : c’est une école. Le maître d’école se prolonge dans l’officier, qui est l’enseignant de la nation.3

Plus d’un siècle plus tard, même si le service militaire a disparu, l’armée (et les valeurs qui lui sont encore associées) semble encore pouvoir participer à une forme d’orthopédie sociale.

Selon la philosophie qui sous-tend les récentes propositions, les « pathologies » sociales précédemment évoquées pourraient être « corrigées », « soignées » par l’intervention de l’armée ou par l’adoption d’un certain nombre de valeurs et de comportements qu’on pourraient qualifier de martiaux. Ainsi décryptée, on retrouve bien certaines analyses d’une sociologie naissante. Bien que très critique à l’égard de ce dernier, Durkheim citait Herbert Spencer dans Les règles de la méthode sociologique :

(…) partant de ce principe que la coopération est l’essence de la vie sociale, il [H. Spencer] distingue les sociétés en deux classes suivant la nature de la coopération qui y domine. Il y a, dit-il, une coopération spontanée qui s’effectue sans préméditation durant la poursuite des fins d’un caractère privé ; il y a aussi une coopération consciemment instituée qui suppose des fins d’intérêt public nettement reconnues. Aux premières, il donne le nom de sociétés industrielles ; aux secondes, celui de militaires, et on peut dire de cette distinction qu’elle est l’idée mère de sa sociologie.4

Un décalage ?

Une fois rapidement identifiés les ressorts et la généalogie de ce recours, somme toute classique, à l’institution militaire au sens large se pose évidemment la question de sa pertinence et de sa future réussite. Il ne tient pas à nous de répondre ici à l’une ou l’autre de ces interrogations. Toutefois, on peut évoquer le décalage éventuel qui semble exister aujourd’hui entre la représentation d’une armée rêvée, idéalisée, issue de notre patrimoine républicain, et la réalité d’une institution qui s’est largement transformée tant par ses missions que par son fonctionnement au cours des trois dernières décennies.


 

Photo sous licence  Wikimedia Commons[Public domain]

 

  1. Voir, Sébastien Roché, Tolérance zéro ? Incivilités et insécurité, Paris, Odile Jacob, 2002 ;  Laurent Muchielli, « Note statistique de (re)cadrage sur la délinquance des mineurs », Champ pénal/Penal field [En ligne], Confrontations, mis en ligne le 16 décembre 2009, Consulté le 27 septembre 2011. URL : http://champpenal.revues.org/7053 ; DOI : 10.4000/champpenal.7053 []
  2. Michel Auvray, L’âge des casernes. Histoire et mythes du service militaire, Paris, L’aube (col.essai), 1998. []
  3. Hubert Lyautey, « Du rôle social de l’officier dans le service universel », Revue des deux mondes, 1891. []
  4. Émile Durkheim, Les règles de la méthode sociologique, Paris, PUF(coll. Quadrige), 8ème éd., 1995, p. 21. []

Professions et Catégories Socio-professionnelles (PCS) des militaires (actualisé)

INSEEJe profite de ce magnifique mois d’août passé à « faire du quanti » (expression de sociologue qui signifie tester mes nouvelles lunettes sur le même fichier Excel 8 heures pas jour) pour faire un bref point sur la question suivante : comment coder les PCS des militaires français aujourd’hui?

Revenons sur mes stéréotypes. J’ai longtemps cru que Militaire du Rang = Classes populaires, Sous-officiers = classes moyennes , et Officiers = classes sup’. Ce serait trop facile : la sociologie est un sport de combat. Puis j’ai lu (si je le retrouve, je l’ajoute) que les officiers subalternes n’étaient pas dans la case « cadre » mais professions intermédiaires. Plutôt que de m’engager sur une longue introspection coûteuse (sinon ça marche pas, c’est le principe),  je reviens au fondamentaux, l’institut norvé.. l’INSEE : les nomenclatures PCS 2003. (« on ne dit plus CSP? », « non »)

Ainsi, comment coder les PCS des militaires? D’abord, il faut remonter au 4e niveau de précision. Ici, vous ne trouverez rien d’intéressant. Nous irons alors  , au 4e niveau de cette nomenclature. Dans une optique de partage, pour faire vivre ce carnet, et pour rendre service aux 5 sociologues francophones (à 5 près) qui ont l’utilité du codage fin des professions militaires, voici le résultat d’une ballade sur le site de l’INSEE, avec l’arbre hiérarchique (à trois niveaux) correspondant à la profession :

Officiers et officiers généraux

Profession 331a Personnels de direction de la fonction publique (Etat, collectivités locales, hôpitaux).. Général

3 Cadres et professions intellectuelles supérieures

32 Cadres de la fonction publique, professions intellectuelles et artistiques

33 Cadres de la fonction publique

Profession 334a Officiers des Armées et de la Gendarmerie (sauf officiers généraux)

3 Cadres et professions intellectuelles supérieures

32 Cadres de la fonction publique, professions intellectuelles et artistiques

33 Cadres de la fonction publique

Sous-officiers

Profession 452b Adjudants-chefs, adjudants et sous-officiers de rang supérieur de l’Armée et de la Gendarmerie

4 Professions Intermédiaires

41 Professions intermédiaires de l’enseignement, de la santé, de la fonction publique et assimilés

45 Professions intermédiaires administratives de la fonction publique

Profession 532a Gendarmes (de grade inférieur à adjudant)

5 Employés

51 Employés de la fonction publique

53 Policiers et militaires

Profession 532b Sergents et sous-officiers de grade équivalent des Armées (sauf pompiers militaires)

5 Employés

51 Employés de la fonction publique

53 Policiers et militaires

Hommes du rang

Profession 532a Gendarmes (de grade inférieur à adjudant)

5 Employés

51 Employés de la fonction publique

53 Policiers et militaires

Profession 532c Hommes du rang (sauf pompiers militaires)

5 Employés

51 Employés de la fonction publique

53 Policiers et militaires

Bon, ceci étant écrit, que peut-on en dire ? On retrouve la distinction des cadres (officiers généraux et officiers), dès le grade d’Aspirant (including Volontaire Aspirant, si si). Le grade d’élève officier, on le met où? Il doivent être considérés comme étudiants 8400? Non, ce sont des cadres 334a, comme Colonel. 😉

La distinction officier supérieur/ subalterne n’apparaît pas, le type de recrutement, non plus. Sauf erreur de ma part, ma psychanalyse attendra.

Seuls les Adjudants, Adjudants-chefs et Majors, sont considérés comme professions intermédiaires. Sauf.. l’adjudant de gendarmerie. Parmi les lecteurs de ce billet, quelqu’un peut-il m’expliquer ce qui, dans la carrière (les diplômes, les concours internes, la taille de la moustache)  justifie cette différence de traitement?

Sergents et hommes du rang sont considérés comme des employés. De recrutement bac minimum (souvent plus), les jeunes sous officiers, de mémoire, sont durant leur formation, deuxième classe puis caporal chef,  avant de devenir sergent. La seconde marche de l’escalier social est un peu plus haute que prévue!

Dernières questions. Il est fait référence aux officiers de carrière, « Militaires de carrière ayant un grade d’officier supérieur ou subalterne ». Quid des sous contrat? On les a oublié? La statistique publique a eu le nez fin.. Les mauvaises langues diront qu’elle a repris les catégories indigènes. En ce qui concerne les Sous-officiers aux grades de Sergent ou Sergent Chef (à priori sous contrat), l’administrateur nous dit « Sous-officiers subalternes de l’armée de l’air, de l’armée de terre et de la marine, servant « après la durée légale » ». Cette durée légale renvoie à la conscription?

La pyramide statistique française, par un système de classement arbitraire (ce n’est pas péjoratif ici) renseigne sur la perception administrative (socio-démographique, certes, politique assurément) de l’institution militaire à un moment donné. Pour info, il y a un très bon papier sur les PCS, l’arbitraire nécessaire de toute convention. Il s’agit d’un article issu de l’ouvrage de Serge Bosc, Stratification et classes sociales : La société française en mutation. Vous noterez qu’une réédition sortira ce mois-ci. (pas de lien commercial)

Pierre Bourdieu disait (en tout cas écrivait, enfin de mémoire..) que les données brutes n’existaient pas,  » les données ne sont pas données, mais construites ». La citation exacte, retrouvée le 18 octobre 2011, est :

(…) en sociologie, « les données », même les plus objectives sont obtenues par l’application de grilles (classes d’âge, tranches de revenus, etc.) qui engagent des présupposés théoriques et laissent par là échapper une information qu’aurait pu appréhender une autre construction des faits. (…) « les faits ne parlent pas ».1

(…) Rien n’est plus faux que l’idée que « les faits parles d’eux mêmes » (…) Les faits sont produits par et pour les luttes pour l’imposition du sens et de la valeur du monde social.2

  1. Bourdieu P., Chamboredon J.C., Passeron J.C., Le métier de sociologue, 1968, Editions Mouton-Bordas, p62-65 []
  2. Bourdieu P., A.R.S.S., n°61, mars 1986, p.2 []

14 juillet et analyse axiologique

J’adhère à la proposition précédente dans son esprit. Vive l’approche anthropologique et sociologique… Les analyses présentées dans l’ouvrage dirigé par A. Thiéblemont sur les « Cultures et logiques militaires », en illustration de ce carnet, offrent des modèles indiscutables1.

<p>Cultures et logiques militaires</p>

Un nuance toutefois, car le débat actuel peut aussi faire en soi l’objet d’une analyse en termes de valeurs, très riche, de la place des armées dans le débat et le champ politique.

Tout d’abord, la position de la candidate d’Europe Ecologie – Les Verts Eva Joly est idéologiquement cohérente, je la cite :J’ai rêvé que nous puissions remplacer ce défilé [militaire] par un défilé citoyen où nous verrions les enfants des écoles, où nous verrions les étudiants, où nous verrions aussi les seniors défiler dans le bonheur d’être ensemble, de fêter les valeurs qui nous réunissent, [elle ajoute]: Ce n’est pas des valeurs que nous portons […]. Je pense que le temps est venu de supprimer les défilés militaires du 14-Juillet parce que ça correspond à une autre période.2

Cette opinion est logique avec une écologie politique, qui est aussi ontologiquement pacifiste. On a tendance à l’oublier en France, mais le débat autour de l’abandon du nucléaire comme source d’énergie n’est par exemple pas déconnecté de son usage militaire. Les mouvements de l’extrême-gauche et d’une partie de la gauche des années 70 étaient en cela explicites.

Une instrumentalisation identitaire

Toutefois, l’idée que le militaire et ses valeurs sont archaïques et totalement incompatibles avec celles d’une société moderne industrialisée est ancienne, et n’est pas forcément liée à un pacifisme internationaliste de gauche, comme le laisse entendre les réactions suscitées par la déclaration de Madame Joly. Ces dernières sont aussi révélatrices de l’instrumentalisation identitaire de l’institution du 14 juillet: Du citoyen pas citoyen, on glisse vers le Français/pas Français. Étonnement (on peut jouer les candides), les avis étaient plus pondérés dans le rapport parlementaire n°3605 du 29 juin 2011 sur le droit de la nationalité autour de la transformation du défilé du 14 juillet. M. Martin Hirsch [y propose]

(…) que les jeunes du service civique prennent part au défilé militaire du 14 juillet, éventuellement vêtus d’une tenue spécifique. Dans son esprit, il s’agirait d’un moyen de matérialiser symboliquement le lien maintenu entre les jeunes et la nation malgré l’abandon du service militaire et de montrer qu’il existe diverses possibilités de la servir qui valent sa reconnaissance à l’occasion de la fête nationale. L’Italie a fait ce choix en faisant défiler à côté des membres de ses forces armées ceux qui accomplissent un service national au service de la cohésion nationale, que ce soit par l’intermédiaire des collectivités territoriales ou des associations.3

Outre qu’aujourd’hui, des représentants de la sécurité civile ou de la police nationale sont au coté des militaires, le défilé resterait plus militaire que citoyen (mais les militaires sont-ils moins citoyens?).

Le reflet d’une société

Finalement, l’approche comparative (peu ou pas de défilé en Allemagne, folklore populaire militariste dans certains Etats sud-américains) ou historique nous rappelle d’abord que cette manifestation révèle beaucoup de choses sur ce que les individus et la société valorisent à un moment donné et dans un contexte donné. Le contenu axiologique de l’institution évolue et est vécu de manière différente (voir Les Lieux de Mémoire de P. Nora4, ou plus précisément, Pierre Vallin, « Fête, mémoire et politique : les 14 juillet en Limousin (1880- 1914)5, ou encore les débats autour du bicentenaire de 1989).


 

  1. Thieblemont A., Cultures et logiques militaires, Paris, Puf, 1999 []
  2. Le Monde, daté du 14/07/11. []
  3. Rapport parlementaire n°3605 du 29 juin 2011 consulté le 14 juillet 2011, http://www.assemblee-nationale.fr/13/pdf/rap-info/i3605.pdf, p.125-126. []
  4. Nora P., Les Lieux de mémoire, Gallimard (Bibliothèque illustrée des histoires), Paris, 3 tomes : t. 1 La République (1 vol., 1984), t. 2 La Nation (3 vol., 1986), t. 3 Les France (3 vol., 1992) []
  5. Vallin P., « Fête, mémoire et politique : les 14 juillet en Limousin (1880- 1914) », Revue française de science politique, 32e année, n°6, 1982. pp. 949-972 []

Défilé militaire le 14 juillet : un fait social

« Eva Joly subit son baptême du feu, bien que ce terme soit pour elle un peu trop militaire.. »

Ainsi se clôt un reportage de France 3 consacré à la proposition d’Eva Joly, de supprimer le défilé militaire du 14  juillet. Cela illustre, selon moi, la difficulté de présenter objectivement les tenants et les aboutissants de ce fait social. Je n’évoque pas les réactions verbales violentes de part et d’autre de l’échiquier politique. Tout juste pourrait-on y voir des indicateurs d’une norme sociale. En effet, pour reprendre Durkheim, on mesure la norme à l’aune de la réaction contre ceux qui la transgressent.

Nous arrivons donc à nous représenter, d’une manière précise, le domaine de la sociologie. Il ne comprend qu’un groupe déterminé de phénomènes. Un fait social se reconnaît au pouvoir de coercition externe qu’il exerce ou est susceptible d’exercer sur les individus ; et la présence de ce pouvoir se reconnaît à son tour soit à l’existence de quelque sanction déterminée, soit à la résistance que le fait oppose à toute entreprise individuelle qui tend à lui faire violence.1

Serait-il possible de créer un espace où chacun puisse discuter avec une forme de neutralité axiologique de l’usage du 14 juillet?

Son impact sur le lien armée-nation? Sur la place (temporelle) dans un régiment de la préparation de ce défilé? Son impact en terme de sociabilité interne (cohésion)? de motivation? Cela suscite-t-il des vocations (recrutement)? Cela nourrit-t-il l’antimilitarisme? Les français sont-ils indifférents? A contrario, peut-on estimer le coût de cette manifestation? S’il est possible de raisonner en économiste, peut-on qualifier les retombées internes et externes de ce défilé militaire?  Le défilé du 14 juillet, une tradition? Nationale? Républicaine? L’histoire militaire pourrait nous rappeler le rôle de ce moment annuel. Éventuellement ses utilisations politiques..


  1. Émile Durkheim, Les règles de la méthode sociologique, 1894, page 21. []