La place des femmes militaires au sein des armées : un état des lieux

Claude Weber nous demande de relayer cet appel à communication d’une journée d’études. Cette journée d’études consacrée à la féminisation des forces et traitera plus spécifiquement du recrutement, de l’exercice du métier et des carrières. Dead-line : 15 juillet.

Le Centre de Recherches des Ecoles de Coëtquidan, par l’intermédiaire du pôle d’excellence « Action globale et Forces Terrestres » organise une journée d’études consacrée aux personnels militaires féminins. Intitulée « La place des femmes militaires au sein des armées : un état des lieux », la journée ambitionne en effet de replacer les réalités et enjeux inhérents à la présence des femmes en uniforme au centre des débats et analyses.

Conséquence directe de la professionnalisation des armées françaises en 1996 – au même titre que l’augmentation sensible de la population des civils de la défense ou encore de celle des minorités dites visibles – la féminisation a fait l’objet de multiples travaux et recherches dès l’annonce de la réforme. Parmi les nombreux écrits, colloques et autres conférences sur le thème, citons parmi les seuls Rapports publiés par le Centre d’Etudes en Sciences Sociales de la Défense (aujourd’hui intégré au sein de l’IRSEM, l’Institut de Recherche Stratégique de l’Ecole Militaire) : Bouchard Marie-Emilie, La féminisation des écoles d’officiers : Ecole de l’air, Ecole spéciale militaire, Ecole navale – Rapport n°2, novembre 1996, 39 p. ; Dufoulon Serge, Saglio Jean, Trompette Pascale, La différence perdue : la féminisation de l’équipage du Montcalm, document n°16, février 1999, 182 p. ; Clément Sylvie, Femmes et forces armées, document n°25, octobre 1999, 41 p. ; Loriot Daniel, Friedmann Guy, Benkara Leïla, Métiers de la défense : le choix des femmes, document n°43, novembre 2001 ; Burot-Beson Isabelle, Chellig Nadia, Les enjeux de la féminisation du corps des médecins des armées, document n°41, novembre 2001 ; etc. On retiendra encore la thèse de Katia Sorin publiée en juin 2003, Femmes en armes, une place introuvable ? Le cas de la féminisation des armées françaises (L’Harmattan, Coll. Logiques sociales).

Les travaux produits ont permis d’appréhender le défi d’intégration des femmes, de comprendre leurs difficultés, les pratiques discriminatoires subies, les logiques et contraintes organisationnelles à l’origine de parcours et trajectoires professionnelles singulières, le fait pour les hommes de vouloir mécaniquement affecter les femmes dans des fonctions médicales, administratives et sociales avec un souhait souvent similaire de ces dernières d’intégrer des fonctions jugées moins contraignantes, sans oublier une suppression tardive des quotas (1997). Malgré la pertinence des analyses et enseignements produits, le début des années 2000 a vu se réduire considérablement le flux des études menées sur la féminisation, résultant, en partie, d’une sorte de saturation ressentie tant du côté des décideurs et commanditaires militaires que parmi les universitaires et scientifiques concernés.
Une décennie s’est écoulée et il nous semble donc important de remettre cette problématique au cœur des débats rejoignant, à cet égard, l’initiative récente du gouvernement avec le lancement d’un plan d’action visant à combattre ces inégalités et pris à bras le corps par le Ministère de la défense ou encore un numéro de la revue Inflexions de 2011 (« Hommes et femmes, frères d’armes ? L’épreuve de la mixité »).

Dans une perspective multidisciplinaire et donnant également la parole aux praticiens, la journée d’étude (trois demi-journées seront certainement programmées) cherchera ainsi à réactualiser les enjeux évoqués ci-dessus et surtout d’établir d’éventuelles évolutions. Le débat autour des femmes dans les armées est celui autour de la féminité et de la masculinité – deux faces indissociables d’une même pièce – tant il est vrai que l’intrusion d’outsiders comme les femmes dans un univers traditionnellement masculin génère des résistances et la mobilisation d’éléments culturels à des fins de différenciation. Les débats devront permettre de questionner ces résistances et leurs manifestations et d’aborder les dimensions centrales que sont l’identité militaire, l’identité professionnelle tout autant que les représentations qui jouent un rôle majeur dans ce domaine. Enfin, si la manifestation est consacrée aux femmes militaires, il s’agira de veiller à ne pas tomber dans le piège de la spécificité car les problématiques abordées se retrouvent dans beaucoup d’autres milieux professionnels.

Les propositions de communications pourront se formuler autour de quatre thèmes :

– Un premier consacré au Recrutement des femmes militaires. Il devra permettre de faire le point sur les raisons qui poussent, aujourd’hui, les femmes à rejoindre les armées mais aussi les raisons qui peuvent expliquer pourquoi elles s’en détournent (motivations, attentes, fonctions privilégiées, catégories concernées, évolutions constatées, obstacles rencontrés, etc.). Ces premières interventions devront permettre d’établir une photographie de la situation de l’armée la plus féminisée en Europe – l’Armée française, d’opérer les distinctions nécessaires selon les armées ou encore les perspectives envisagées.

– Un deuxième s’attachera à L’exercice du métier des armes. Les interventions devront aborder concrètement les réalités quotidiennes des femmes en uniforme tant du point de vue de l’activité en temps de paix et au quartier qu’en opération et au combat, et ce, dans la mesure du possible, avec une diversité de fonction, d’origine d’arme, de spécialités et d’armées. Diverses dimensions peuvent être questionnées : les relations avec les collègues, les compétences singulières ou une autre manière de servir, la vie en collectivité, les évolutions mises en évidence, les trajectoires et stratégies comportementales mises en place par les femmes, les violences faites aux femmes (harcèlement, viol) ainsi que les réponses apportées par les pouvoirs publics et les autorités militaires.

– Une troisième thématique traitera des carrières des femmes militaires. Il s’agira de dresser des constats relatifs aux parcours et carrières que font les femmes au sein des armées et de les analyser. Si le manque de visibilité des femmes aux plus hauts échelons de la hiérarchie militaire s’est longtemps expliqué par une suppression tardive des quotas (1997) ou encore par le fait qu’en cas d’arbitrage entre vie privée et vie professionnelle, les femmes faisaient tendanciellement davantage le choix de fonder une famille plutôt que de poursuivre leur carrière, qu’en est-il aujourd’hui ? Quid également de l’épineuse question des couples militaires et de leur gestion ? Quels types de carrière font les femmes en uniforme ? Qu’est-ce qui relève du choix librement consenti et de la contrainte supposée, réelle ou intériorisée ? Qu’en est-il de l’égalité réelle ? Etc.

– Et, enfin, le quatrième et dernier thème aura le souci de sortir du seul cas français et de comprendre et d’apprendre des armées étrangères et essentiellement européennes sur la question de l’intégration et de l’exercice du métier des armes par les femmes.

Lieu de la manifestation scientifique : Paris
Date : novembre 2013

Modalités de proposition d’une communication :

Langue de la proposition : français.
Langue de la journée d’études : français.

La proposition de contribution devra être présentée comme suit :
• 1. Coordonnées exactes (nom, prénom, fonction, établissement, adresse électronique) de chaque auteur.
• 2. Titre + Résumé de la proposition de 2 500 signes environ.

La proposition en format WORD, ODT ou PDF sera adressée par voie électronique à :
claude.weber@st-cyr.terre-net.defense.gouv.fr

Date limite de soumission des propositions : le 15 juillet 2013

Chaque proposition fera l’objet d’une évaluation par deux membres du comité scientifique.
Les auteurs des propositions retenues seront informés par voie électronique au plus tard le 15 septembre 2013.

Call for papers : ERGOMAS Conference in Madrid, Spain, June 4-7, 2013

Vous trouverez ci-dessous les appelsà communications de la prochaine conférence    » ERGOMAS Conference in Madrid, Spain, June 4-7, 2013″.

Peacekeeping and peace operations have expanded enormously over the last decade regarding violence. Within the framework of traditional peacekeeping operations as they were understood by the UN in 1956, the use of force was likely to be minimal. However, during complex conflicts within the context of the post-Cold War period, the traditional notion of self-defence has been broadened and the use of force during peace operations has been increased. Or, in other words, there has been a shift from a primarily reactive approach based on crisis response, to a proactive one that seizes the initiative and applies pressure on armed actors responsible for violence against the civilian populace. The norm relating to the use of force in peace operations has evolved from self-defence to mission defence.Consequently, the use of force has, on several occasions, contradicted the ideal of non-violence embodied by traditional peacekeeping. On the one hand, use of force, or at least the possibility of using coercion to defend themselves, gives UN, NATO or EU peacekeepers the credibility necessary for them to be efficient. On the other hand, the transition in peace operations from peacekeeping to peace enforcement (under Chapter VII) and the adaptation of the concept of self-defence to a context that more and more frequently requires the use of force entails numerous practical, strategic, political, sociocultural as well as moral challenges and risks for all levels involved. This panel invites papers that problematize the shift in peace operations to a heightened use of force and wants to critically discuss the numerous challenges and (moral) risks involved. Put differently: Can sustainable conflict transformation be reached via violence and an involvement in war “disguised” as peacekeeping?

Please send your abstracts (max. 200 words) until 28 February 2013 to marentomforde@suedsinn.de and to Karl.Yden@gri.gu.se.

 

De retour de la guerre. Femmes, autochtone et minorités ethniques : regards croisés

Nous vous invitons à lire cet appel à contribution sur le site de Calenda. La suite du résumé proposé ci-dessous est ici.

Comment l’armée en tant qu’expérience sociale colore-t-elle les épreuves qui jalonnent le retour à la vie civile des militaires ? Du point de vue historique et contemporain, ce colloque s’intéressera en particulier aux groupes minoritaires au sein de l’armée, mais occupant, depuis quelques années, une place importante dans l’historiographie militaire. Les femmes, les autochtones ou les minorités ethniques font-ils face à des épreuves singulières ? L’expérience du retour à la vie civile des anciens combattants ou des vétérans demeure relativement méconnue si ce n’est au travers des représentations médiatiques de jeunes vétérans meurtris physiquement, en détresse psychique ou de héros de guerre commémorant le souvenir de leurs camarades. Pour le dire autrement, les figures de la victime ou du héros s’imposent et révèlent en creux les enjeux de la construction d’un récit national. Afin d’explorer ces enjeux, ce colloque s’organisera selon deux axes distincts…1.

 

  1. Lire l’intégralité de cette annonce sur le site de Calenda : http://calenda.org/233106 []

La pratique des sciences sociales en terrain militaire {MAJ}

L’appel à communications pour la journée d’études La pratique des sciences sociales en terrain militaire : une « opération spéciale » ? a vu sa  deadline  repoussée au 20 juin 2012. La journée d’étude sera du coup
repoussée également à la fin d’année. Vous trouverez les détails sur le lien ci-dessous :

http://calenda.revues.org/nouvelle24239.html

Merci à Claude d’avoir relayé l’information.

Appel à communication : la pratique des sciences sociales en terrain militaire

Les membres du comité organisateur nous ont aimablement demandé de relayer leur appel concernant une journée d’étude dont vous trouverez les modalités recopiées ci-dessous. La version originale est ici. Nous nous réjouissons de la thématique de cet appel qui pose notamment la question de la scientificité de la pratique sociologique en terrain militaire.

APPEL À COMMUNICATIONS

JOURNÉE D’ÉTUDE

La pratique des sciences sociales en terrain militaire : une « opération spéciale » ?

Quelle(s) spécificité(s) du travail de recherche au sein des forces armées ?

L’étude sociologique et historique des armées s’est constituée comme un domaine spécialisé des sciences sociales, par sa littérature, ses références et ses concepts (Boëne, 1995, 2011 ; Gresle, 2005 ; Bardiès, 2008). Cette journée d’étude se donne pour objectif d’inverser les termes du raisonnement habituellement admis, qui postule que l’armée est spécifique par son statut et sa place dans l’ordre institutionnel de l’État- Nation (Boëne, 1990 ; Hamelin, 2000 ; Bardiès, 2011). La spécificité institutionnelle suffit-elle à fonder la spécificité d’un objet scientifiquement construit ?

Les sciences sociales ont franchi les enceintes des régiments et des administrations centrales de l’Armée (Pinto, 1975 ; Larmet, 1995 ; Weber, 2001 ; Martin et Pajon, 2011 ; Prévot, 2007 ; Coton, 2008 ; Deschaux-Beaume, 2011), sans compter les militaires s’étant faits historiens, sociologues ou ethnographes (Thiéblemont, 1983, 1999 ; Goya, 2004 ; Montagnon, 2008 ; Porte, 2011). Elles ont pourtant rarement interrogé la « spécificité militaire » sur le « terrain » de la recherche. Une spécificité susceptible d’affecter la manière de mener la recherche dans l’institution. Tout terrain de recherche présente des caractéristiques propres et des situations d’enquête découlent de cette particularité. Dans quelle mesure celles rencontrées dans les armées sont-elles spécifiques au regard des problématiques d’enquête auxquelles sont confrontées plus généralement les sciences sociales sur le terrain ?

Si la professionnalisation décidée en France en 1996 réorganise profondément l’institution (Gresle, 2003 ; Léger, 2003), ces transformations ne sont jamais abordées sous l’angle de la modification des conditions d’enquête pour le chercheur : la professionnalisation les rend-elle plus favorables qu’auparavant ? Sur ces différents points, la réflexion est quasi-inexistante, du moins, est-elle loin d’être systématique ; raison d’être de cette journée d’étude.

A partir des expériences concrètes de chercheurs, français et étrangers, au sein des forces armées, régulières ou non, nous voudrions, au travers de l’examen des conditions de la recherche en sciences sociales dans les armées, interroger la spécificité militaire in situ. L’observateur sur le terrain – quelle que soit sa discipline d’appartenance – est toujours en prise avec ce dernier, leur relation n’est pas empreinte de neutralité axiologique : les contraintes pesant sur le chercheur, les dispositifs institutionnels – au sein desquels enquêtent le sociologue (Bourdieu, Chamboredon et Passeron, 1968 ; Becker, 1970), l’ethnographe (Beaud et Weber, 2003, Bizeul, 2007) et l’historien (Jauffret, 2000, Henninger, 1999) – sont autant de perspectives pour penser empiriquement la prégnance de la spécificité militaire. Mais est-ce l’objet « Armée » qui est spécifique, ou est-ce l’apparente spécificité des situations d’enquête qui en crée l’illusion ? Existe-t-il réellement dans la pratique de la recherche, une spécificité militaire ? Afin de mettre cette spécificité en perspective, les contributions permettant une comparaison internationale seront les bienvenues.

La journée d’étude s’articulera autour de trois axes de réflexion :

  1. 1.      Le chercheur, l’institution militaire et le monde universitaire:

Il s’agit ici de parcourir les expériences de chercheurs, quels que soient leur discipline et leur milieu académique, sur le terrain des forces armées. La place donnée ou trouvée par le chercheur au sein de l’institution oriente la recherche, d’autant plus dans l’Armée, où une forte différenciation civils/militaires demeure structurante. Ainsi, les caractéristiques sociales (de genre, de classe, d’âge, ethnique, etc.), la trajectoire biographique du chercheur et sa relation à l’institution ont une incidence directe sur les conditions d’enquête. Par ailleurs, la stratégie d’enquête retenue n’est pas sans produire des effets sur la réception de ses travaux par le monde universitaire dont il est issu. Quelles sont les ressources (institutionnelles, familiales, etc.) mobilisables par l’enquêteur pour accéder et se mouvoir dans l’institution ? Ce point ouvre une réflexion sur les conditions d’engagement du chercheur sur son terrain : si certains semblent plus « difficiles » que d’autres (Boumaza et Campana, 2007), voire dangereux (Fournier, 2001), qu’en est-il des terrains dans l’armée ?

2)      L’institution militaire et les sciences sociales et historiques :

Ce deuxième axe interroge l’organisation de la recherche par l’armée et l’impératif d’autonomie relative du chercheur. Le champ scientifique n’obéit pas nécessairement aux intérêts et aux temporalités du champ militaire, malgré l’existence d’instituts de sciences sociales au sein même des institutions militaires (Porteret, 2003 ; Jankowski et Vennesson, 2005). Quelles sont les conditions de la pratique de la recherche en milieu militaire et quelles sont les possibilités effectives de faire des sciences sociales au sein des armées ? Ainsi, l’accès à certaines sources peut s’avérer problématique. La classification, par exemple, contraint le chercheur dans ses stratégies de recherche, qui parfois passent par son engagement au sens littéral. Les réticences des militaires, le devoir de réserve, voire l’autocensure du chercheur « employé » par l’armée, peuvent constituer des obstacles à la pratique non utilitariste des sciences sociales et historiques au sein de l’institution militaire. Le soupçon d’instrumentalisation du chercheur par l’institution peut s’avérer un véritable obstacle à la réception des enquêtes commanditées par les armées au sein de la communauté universitaire. En histoire, la question des sources disponibles se pose avec acuité pour l’étude des conflits très contemporains, car, si leur enjeu politique s’estompe, elles ne sont pas pour autant rendues accessibles. Par ailleurs, quelles sont les conséquences induites par la gestion des archives militaires par l’institution elle-même ? Tout univers social oppose des résistances à l’objectivation, celles de l’Armée sont-elles spécifiques ?

3)      Le domaine militaire face à l’épreuve du terrain : quel objet pour la sociologie et l’histoire militaire ?

Enfin, ce troisième axe explore à la fois empiriquement et épistémologiquement les fondements de la notion de « spécificité militaire » et de ceux de la sociologie militaire. Quel est l’objet de la sociologie militaire ? Au regard des discussions pointées par Laure Bardiès (art. cité) et par les chercheurs associés au RT 08 de l’AFS, le domaine de la sociologie militaire ne serait pas clairement délimité. La sociologie militaire se limite-t-elle aux formes institutionnelles des armées des États modernes et à l’évolution de ces dernières ? Que faire de l’étude des forces armées « non conventionnelles » de type guérillas et insurrections ? Comment mener une sociologie du fait militaire dans un contexte qui fixe comme horizon quasi inaccessible pour le sociologue l’accès aux zones de combat ? Comment faire une sociologie militaire sans accéder aux théâtres d’opérations ? La sociologie militaire doit-elle se cantonner aux « routines quotidiennes » de l’armée et s’apparenter uniquement à une sociologie de la profession militaire ? De même, doit-elle exclusivement se focaliser sur les régiments de métropole au détriment de l’outremer ? La sociologie militaire peut-elle nourrir des questions de sociologie générale et ainsi se désenclaver d’une définition par « le sujet traité » ?

La détermination de sources valables pour la construction de l’objet de l’histoire militaire pose une même interrogation : du recueil de témoignages (Tourtier-Bonazzi, 1990), à l’étude des sources écrites (lettres, compte-rendu de mission) en passant par les sources visuelles (photographies, illustrations, films), la pluralité des sources et leur croisement s’avère être une nécessité, a fortiori pour l’étude des conflits très contemporains (Soulet, 2010). Pour autant, tout peut-il faire « source » ?

Autrement dit, les objets de la sociologie et de l’histoire militaire ont-ils une quelconque spécificité ou bien l’adjectif renvoie-t-il seulement à une sous-catégorisation du champ disciplinaire ?

Comité scientifique :

Julie Andurain (CDEF)

Christel Coton (Paris I – CESSP/CSE)

Sébastien Jakubowski (Agrosup Dijon – CLERCE)

Pascal Vennesson (IUE de Florence – RSCAS)

Claude Weber (Rennes II/ESM – CIAPHS)

Comité d’organisation :

Christophe Lafaye (IEP d’Aix-en-Provence – CHERPA – IRSEM)

Alicia Paya Pastor (Lille II – CERAPS – IRSEM)

Mathias Thura (EHESS – CMH/ETT – IRSEM)

 

Bibliographie indicative

Bardiès Laure, 2008, Deux siècles de sociologie militaire en France, Thèse, Université Toulouse-I-Sciences sociales.

Bardiès Laure, 2011, « Du concept de spécificité militaire », Année sociologique, 2011/2, vol. 61, pp. 273-295.

Becker Howard S., 1970, Sociological Work: Method and Substance, Chicago, Adeline Publishing.

Bizeul Daniel, 2007, « Que faire des expériences d’enquête ? Apports et fragilité de l’observation directe », Revue française de science politique, n°1, vol. 57, pp. 69-80.

Boëne Bernard, 1990, La spécificité militaire, Paris, Armand Coli.

Boëne Bernard, 1995, Émergence et développement d’une sociologie spécialisée : le cas de la sociologie militaire aux États-Unis, Thèse d’État, Université Paris-V-René Descartes.

Boëne Bernard, 2011, « Classiques des sciences sociales dans le champ militaire », Res Militaris, vol. 1, n°3 [en ligne].

Boumaza Magali et Campana Aurélie, 2007, « Enquêter en milieu « difficile ». Introduction », Revue française de science politique, 2007/1, vol. 57, pp. 5-25.

Bourdieu Pierre, Chamboredon Jean-Claude et Passeron Jean-Claude, 1968, Le métier de sociologue, Paris, Mouton.

Coton Christel, 2008, « Luttes de prestige entre pairs. Le cas des officiers de l’armée de terre », Sociétés contemporaines, n°72, pp. 15-35.

Deschaux-Beaume Delphine, 2011, « Enquêter en milieu militaire. Stratégie qualitative et conduite d’entretiens dans le domaine de la défense », Res Militaris, vol. 1, n°2 [en ligne].

Fournier Pierre, 2001, « Attention dangers ! Enquête sur le travail dans le nucléaire », Ethnologie française, n°1, vol. 31, pp. 69-80.

Goya Michel, 2004, La Chair et l’acier – L’armée française et l’invention de la guerre moderne 1914-1918, Tallandier.

Gresle François, 2003, « La « société militaire ». Son devenir à la lumière de la professionnalisation », Revue française de sociologie, n°44, vol. 4, pp. 777-798.

Gresle François, 2005, Sociologie du militaire, Paris, L’Harmattan

Hamelin Fabrice, 2000, La spécificité militaire, une construction institutionnelle. Le cas de la formation des officiers du génie au XIXe et XXe siècle, Thèse, Institut d’Études Politiques de Paris.

Henninger Laurent (dir.) et alii., 1999, Histoire militaire et sciences humaines, Bruxelles, Complexes.

Jankowski Barbara, Pascal Vennesson, 2005, « Les sciences sociales au ministère de la Défense : inventer, négocier et promouvoir un rôle », in Bezes Philippe et alii. (dir.), L’État à l’épreuve des sciences sociales. La fonction de recherche dans les administrations sous la Vème République, Paris, La Découverte.

Jauffret Jean-Charles, 2004 [2000], Soldats en Algérie, 1954-1962. Expériences contrastées des hommes du contingent, Paris, Éditions Autrement, 5e édition.

Larmet Gwenaël, 1995, « Comment devient-on camarade de régiment ? », Critiques sociales, n°7, pp. 3-28.

Léger Jean-François, 2003, «Pourquoi les jeunes s’engagent-ils aujourd’hui dans les armées ? », Revue française de sociologie, n°44, vol. 4, pp. 713-734.

Martin Clément et Pajon Christophe, 2011, « Max Weber, le charisme routinisé et l’armée de l’air. L’éducation charismatique au sein d’une école d’officiers », Année sociologique, 2011/2, vol. 61, pp. 383-405.

Montagnon Pierre, 2008, L’Histoire de la légion de 1831 à nos jours, Pygmalion, Paris.

Pinto Louis, 1975, « L’armée, le contingent et les classes sociales », Actes de la recherche en sciences sociales, vol. 1, n°3, pp. 18-40.

Porte Rémy, 2011, Chronologie commentée de la Première Guerre mondiale, Éditions Perrin.

Porteret Vincent, 2003, « A la recherche du nouveau visage des armées et des militaires français : les études sociologiques du Centre d’études en sciences sociales de la défense », Revue française de sociologie, n°44, vol. 4, pp. 799-822.

Prévot Emmanuelle, 2007, « Alcool et sociabilité militaire : de la cohésion au contrôle, de l’intégration à l’exclusion », Travailler, 2007/2, n°18, pp. 159-181.

Soulet Jean-François, 2010, L‘Histoire immédiate. Historiographie, sources et méthodes, Paris, Armand Colin.

Thiéblemont André, 1983, Les militaires sous le regard ethnographique, Revue Défense Nationale, n°06, pp.73-87.

Thiéblemont André, 1999, Cultures et logiques militaires, Paris, PUF.

Tourtier-Bonazzi Chantal (de) (sous dir.), Le Témoignage oral aux archives. De la collecte à la communication, Paris, Archives nationales, 1990.

Weber Claude, 2001, « Ethnographie en milieu militaire », Cahiers de publications doctorales de l’université de Strasbourg, n°2, pp. 79-91.

Déroulement de la journée d’étude

 

La journée d’étude se déroulera sous la forme de présentations organisées en tables rondes thématiques. Ces dernières seront suivies d’une discussion afin de mettre en perspective les différentes interventions et de générer un échange entre chercheurs et avec le public.

 

 

Mots-clefs :

Sciences sociales, institution militaire, méthodologie, observation, terrain, travail d’enquête

 

 

Modalité de soumission :

 

Les propositions ne devront pas excéder 7000 caractères (2 pages), espaces compris, titre inclus, bibliographie non incluse.

 

 

Une attention toute particulière sera portée à la présentation du terrain et des sources soutenant le propos de l’auteur. Les propositions permettant une mise en perspective internationale sont vivement encouragées, ainsi que celles apportant un éclairage depuis des institutions connexes aux forces armées.

 

 

Les contributeurs sont invités à faire figurer en page de garde de leur proposition une fiche de présentation précisant leurs noms, prénoms, statut et leurs rattachements institutionnels, qu’ils soient universitaires et/ou militaires (non compris dans les 7000 caractères).

 

 

Les propositions et les fiches de présentation sont à retourner au format suivant :

NOM-PRENOM-PROP.doc (docx, odt, pdf)

 

Elles sont à faire parvenir au comité organisateur à l’adresse suivante :

je.terrain.militaire@gmail.com

 

 

Date limite de candidature : 5 mai 2012

Sélection et réponse du comité : 15 juin 2012

Date de remise des papiers (15 pages environ) : fin du mois de septembre 2012

Date de la JE : début du mois de novembre 2012

Lieu : Paris (75000).

 

Contacts :

 

Christophe Lafaye : christophe.lafaye@gmail.com

Alicia Paya Pastor : aliciapaya@hotmail.fr

Mathias Thura : mathias.thura@ehess.fr

 

Appel à communications : Armées et révolutions arabes

Le Centre de Recherche des Écoles de Saint-Cyr Coëtquidan – pôle « Action globale et forces terrestres » organisera ses  Journées d’études 26 et 27 septembre, Cercle de la Monnaie (Rennes, 35). Vous trouverez ci dessous l’appel à contribution que le professeur Haddad nous a demandé de relayer. English version below

Les révolutions et les soulèvements populaires en cours dans la majeure partie du monde arabe ont souligné le rôle crucial que pouvaient jouer les forces armées intérieures dans les bouleversements politiques qui affectent les États de la région. Même si la plupart de ces pays ont été (ou sont toujours) gouvernés par les forces armées ou par des dirigeants issus de cette institution, les changements actuels prennent place dans des contextes socio-historiques et des configurations politiques diverses. De fait, ces armées ont eu un rôle différent dans l’histoire de leur pays respectif et entretiennent des relations particulières avec l’Etat, ainsi qu’avec les sociétés dont elles émanent. Cela étant et en dépit de ce large éventail dans les relations armées-États, plusieurs questions communes émergent. Qui sont ces forces armées ? Pourquoi ont-elles été longtemps considérées comme des acteurs mineurs ou au contraire majeurs sur les différentes scènes nationales ? Quels rôles peuvent jouer les militaires dans ce qui apparaît comme étant une nouvelle séquence politique pour les pays arabes ? Comment peuvent évoluer les relations armées-sociétés dans un proche avenir ? Ce rôle est d’autant plus crucial que ces pays sont confrontés à un paradoxe : s’il semble acquis que dans les transitions dites démocratiques, les militaires doivent être tenus éloignés de la vie politique intérieure, le chemin vers la transition ne saurait se dispenser d’une implication politique de ces mêmes forces armées.

Ce colloque consacré aux « Armées et révolutions arabes » tentera de répondre à ces questions. Cette manifestation accueillera également des contributions se penchant sur le rôle des armées dans les transitions démocratiques qui ont touché l’Amérique latine, le Portugal, l’Espagne, l’Afrique subsaharienne ou les pays de l’ancien bloc soviétique et qui permettront d’éclairer cette séquence historique inédite.

Les propositions de communication doivent être adressées avant le 30 juin 2012, par courrier électronique aux organisateurs, Saïd Haddad et Marie Baize-Robache, à l’adresse suivante : armees.revolutionsarabes@st-cyr.terre-net.defense.gouv.fr

Les résumés devront être rédigés en français ET en anglais, en une quinzaine de lignes, et accompagnés des coordonnées et de l’affiliation de l’auteur.

Date de notification : le 15 juillet 2012.

Date d’envoi des communications définitives : le 1er septembre 2012. Elles peuvent être rédigées en français OU en anglais.

Arab Armed Forces and Arab Revolutions

The ongoing revolutions or unrest in the Arab world underline the crucial roles of the domestic armed forces in the political changes which can affect the Arab states. Even if these countries have been (or are still) ruled by governments or political leaders from the armed forces, the current changes are taking place in different political contexts and structures. As a matter of fact, these armed forces played different role and have different relationships with the state and with their own social environment. Despite this large spectrum or variety of military-state profile, several common questions raise. Who are these Armed Forces? Why were they considered for many years as a minor actor or a major one on the domestic political theater? What future role can the militaries play in what is supposed to be a new political era? How can the civilians-militaries evolve? Dealing with all these questions, our colloquium will also try to discuss what it could be considered as a paradox: according to some democratic control of armed forces models, militaries have to be kept away from the political life but in the same time the transition path seems to need in some case a political military commitment. In a comparative perspective, this colloquium will accept also contributions concerning the role of the armed forces in societies moving towards democracy (Latin America, Portugal and Spain, Africa and former communist countries).

Abstracts should be sent, by e-mail, to the coordinators, Saïd Haddad and Marie Baize-Robache not later than June 30th 2012, at the following e-mail: armees.revolutionsarabes@st-cyr.terre-net.defense.gouv.fr

The abstract should not exceed fifteen lines, and the authors should specify their name, affiliation and address.

Submission of abstract: June 30th 2012

Acceptation: July 15th 2012

Submission of papers: September 1st 2012.

Call for Papers : RC01’s Interim Conference

RC 01 will have its Interim Conference in Maribor, Slovenia from 8-12 July 2012 08 – 12 July 2012. The overall theme is: Changes: The Military, Soldiers, Politics and Society Changes: The Military, Soldiers, Politics and Society.

Please respond to the following Call for Papers (interim conference call for papers) and send a paper proposal to the chair(s) of the panel of your choice.

The deadline for submitting paper proposals is 4 March 2012

Congrès international de l’IPSA : Call for papers

IPSA

Le 22ème Congrès Mondial IPSA de Science Politique se tiendra à Madrid, en Espagne. Attention deadline le 17 octobre!

http://www.ipsa.org/sites/default/files/madrid2012_save_the_date.pdf

Deux thématiques retiennent notre attention. La science politique étant un axe non négligeable des sociologies militaires, nous nous en faisons l’écho. La langue des 7 « panels » est l’anglais. En ce qui concerne la suite de ce billet, un coup de clique important m’a été fourni par un traducteur en ligne. Excusez-moi par avance pour les incompréhensions. Voici, donc les deux thématiques proposées, avec les posters déjà soumis:

Panels in Armed Forces and Society RC24

Armed Forces and Society: Learning from Regional Cases
Armed Forces and Society: Leadership Lessons in Civil-Military Relations
Civil-Military Relations and the Arab Spring

Panels in Military’s Role in Democratization RC44

Future of military or the military in future
Changing role of military in the 21st century
Comparative study of military’s role in two or more countries
Changing role of military within a country with special focus on Nigeria

L’ensemble des « research commitees » est ici.

Logo

Le délai pour soumettre des propositions de papiers pour le Congrès Mondial IPSA de Science Politique a été prolongé au 17 octobre pour promouvoir la participation la plus grande.
Pour proposer une communication, il faut créer un compte sur le site Web IPSA et soumettre ensuite votre papier ici .

La liste des propositions acceptées est, comme vous l’avez remarqué ci-dessus, déjà disponible. Vous pouvez spécifier le thème et le panel (jury) pour votre soumission, ou vous pouvez soumettre votre papier de façon globale ( sans affiliation à un panel préexistant). La notification concernant les propositions sera envoyée après le 2 décembre 2011. Le délai pour compléter les communications soumis reste le 10 novembre 2011.

Merci à Jonskinowitch et Naultskaya d’avoir relayé l’information!

Congrès de l’AISLF à Rabat en 2012 (actualisé)

Le prochain congrès de l’Association internationale des sociologues de langue française aura lieu à Rabat au Maroc l’été 2012.

Dans le programme  disponible sur le site de l’AISLF, Penser l’incertain, les trois axes de ce congrès seront :

AISLF1. À l’épreuve de l’incertain

2. Agir face à l’incertain

3. Les défis de l’incertain

Pour plus de renseignements, voici l’adresse du congrès :

http://congres2012.aislf.org/

Nous vous relayons l’appel à communication du GT05 . Il est désormais en ligne sur le site de l’AISLF: http://congres2012.aislf.org/pages/page42.php

 « Discerner dans la complexité. Décider dans l’incertitude. Agir dans l’adversité », telles s’expriment et se résument depuis quelques années les aptitudes au commandement recherchées dans le cadre de la formation initiale des officiers de l’armée de terre française aux Écoles militaires de Saint-Cyr Coëtquidan. « Penser et maitriser l’incertain » et agir dans le « brouillard de la guerre » sont, en effet, depuis toujours des caractéristiques de l’action militaire. L’imprévisibilité doit être intégrée en permanence et l’incertitude est autant celle de l’attitude de l’adversaire que du comportement de sa propre troupe. De la même manière, les risques et les aléas sont indissociables d’une analyse de la chose militaire, notamment dans sa finalité opérationnelle. Si le thème général de ce Congrès peut dès lors apparaître commun dans le champ de la sociologie militaire, qui plus est dans un contexte actuel d’intense activité opérationnelle, force est toutefois de constater que rares sont les travaux portant sur ces dimensions. La manière, par exemple, dont l’incertitude est intégrée dans la formation des militaires ou encore dont elle se gère au quotidien. Le Congrès constitue par conséquent une formidable occasion de remédier à cela.

Si le risque a toujours fait partie de la carrière des armes, il peut être intéressant de voir comment l’acceptation de ce risque a pu évoluer. La mort d’un militaire n’est plus aussi « naturelle » et admise que cela si l’on en juge les multiples réactions suite à la mort, lors d’une même opération, de dix soldats français à Uzbin en Afghanistan en 2008. Si l’imprévu a toujours caractérisé les conflits guerriers, les crises actuelles sont d’une complexité sans équivalent : adversaires peu ou pas identifiables ; logiques asymétriques ; imbrications de faits de guerre, d’actes terroristes, d’activités liées au grand banditisme, au crime organisé ou encore à divers trafics ; guerres au milieu des populations ; guerre de l’information et des opinions publiques avec une médiatisation en temps réel ; « victimisation » des morts au combat dans les discours politiques, innovations permanentes (arrivée des robots…), etc. Au-delà des seules finalité et action militaires, l’incertain peut tout autant être pensé dans le temps ordinaire, dès le temps de paix qui voit le militaire se préparer et au sein d’une institution qui ne cesse de se réformer depuis la fin des années 1990. La question budgétaire, les équipements et les moyens disponibles, les difficultés relatives au recrutement des effectifs et à leur fidélisation, les incertitudes inhérentes aux perspectives de carrière pour les personnels, l’interarmisation, l’établissement des bases de défense et la rationalisation du déploiement des personnels et structures sur le territoire, etc. sont autant d’exemples, non exhaustifs, pour lesquels, « penser et maitriser l’incertain et l’imprévisibilité » peuvent constituer un angle d’approche.

Pour tout renseignement, joindre Claude WEBER

Les propositions devront être soumises en ligne (uniquement ), sur espace personnel du site du congrès. Elles ne doivent pas être envoyées directement aux responsable des CR et des GT. Elles doivent être déposées avant le 15 février 2012. Dès qu’il sera possible de soumettre les résumés, nous vous ferons signe.

 

Illustration logo officiel du congrès.

 

Appels à consultance et à communication

Le premier appel a été envoyé par l’IRSEM. Il s’agit d’un appel à consultance « IRSEM C-2011-15 : Conseiller, éduquer, entraîner : la formation d’armées étrangères. Étude comparative des politiques et des pratiques : Afrique-Asie-Afghanistan des années 1950 à 2010 ».

Date de clôture de l’appel à consultance : vendredi 02 septembre 2011 à 17h00 (cahier des charges et modalités de candidatures accessibles à l’adresse suivante:

http://www.irsem.defense.gouv.fr/spip.php?rubrique65

Le second appel à communication concerne un colloque intitulé « Pratiques militaires et globalisation, XIXe-XXe siècles. Combattre, administrer, acculturer », qui se déroulera les 31 mai, 1er et 2 juin 2012 à l’Institut d’Etudes Politiques d’Aix-en-Provence. Date limite d’envoi des propositions : 10 octobre 2011.

En ce qui concerne le second appel à communications, toutes les informations utiles se trouvent chez nos confrères carnetiers de l’IRHIS, Institut de Recherches Historiques du Septentrion.

Merci à Thomas Meszaros pour nous avoir signalé ces deux appels.