Agenda de la rentrée

L’équipe vous souhaite à tous et à toutes une bonne et heureuse année 2011  2012.1

Ce mois de Janvier, quatre évènements retiendront l’attention des amateurs de la sociologie militaire :

D’abord, Sociologie des identités militaires sous la direction d’Éric Letonturier devrait voir le jour. On en trouve mention, ici. Son contenu reste encore non précisé. Dans la tradition des précédents volumes sortis chez l’Harmattan, on s’attend à y retrouver, remaniées, quelques-unes des présentations de l’avant dernier congrès de l’AFS.2

Les Champs de Mars sortiront également un numéro (22) coordonné par Windy Marty et Frédéric Ramel : Rationalités des terrorismes. Le site de la DF propose d’ores et déjà un visuel et quelques mots de présentation, , et l’IRSEM propose un panorama plus complet du numéro, ici.

Avec le 11 Septembre, les réflexions sur les formes que peuvent revêtir le terrorisme international se sont considérablement développées. Les attentats de New York et Washington suscitèrent notamment un regain d’intérêt pour le facteur religieux afin d’expliquer l’engagement radical. Mais cet élargissement dans l’analyse n’a pas forcément résisté aux tendances majeures outre-atlantiques qui manifestent un engouement sans pareil pour l’outil statistique et les approches quantitatives. Dix ans après le 11 Septembre, ce numéro de Champs de mars offre une photographie de ce champ d’études traversée, notamment, par des débats entre approches classiques et approches critiques.  Il privilégie l’angle de la rationalité : les terroristes sont-ils rationnels ? Existe-t-il plusieurs types de rationalité en la matière ? Les travaux de Max Weber sur la rationalité sont-ils encore utiles aujourd’hui pour penser ces phénomènes ?  Loin des monographies consacrées à des groupuscules précis, il s’agit, ici, de se familiariser avec les outils à disposition du chercheur afin d’appréhender les rationalités sous-jacentes aux actes terroristes  et aux attentats-suicides.

La revue Inflexions sortira un numéro (19) « Le sport et la guerre », dont la sortie est prévue à la fin de ce mois de janvier. Le contenu (sous réserve) semble être le suivant :

Comparer l’incomparable ?
Leni Riefenstahl/Georges Perec : un olympisme martial
Convergences et limites
Un élément indispensable a la mission
La force physique au service de la victoire
D’une équitation utilitaire a une équitation sportive
Dopage et conduites dopantes
Des gestes de l’éducation physique aux gestes de la guerre
Georges Hebert et l’éducation virile et morale par la méthode naturelle
L’entrainement physique militaire et sportif aujourd’hui
Maurice Herzog, architecte d’une politique du sport comme grande cause nationale
Armées et sport de haut niveau
Alain Mimoun, soldat olympique assoiffe de France
1918 : football en guerre, football des campagnes

Et, pour finir, l’anniversaire de la mort de Pierre Bourdieu. Merci aux Inrocks de nous l’avoir rappelé. Ce serait formidable si un lecteur pouvait revenir sur les quelques contributions directes du sociologue au fait militaire. On pense surtout à l’un de ses disciples, Louis Pinto, qui avait fait une ethnographie de son service militaire dans un article qui fera date aux ARSS. Il y a tout de même quelques allusions aux grandes écoles militaires dans la Noblesse d’État. A suivre, donc.

Bibliographie

Éric Letonturier (dir.), Sociologie des identités militaires, Paris, L’Harmattan, coll. Logiques sociales, à paraître début 2012.

 

Crédits photo :

Flickr – The U.S. Army – Christmas Dinner in Iraq.jpg – libre de droits

  1. Vous l’aurez compris, la photo illustre les politiques américaines d’intégration des minorités visibles dans ses rangs militaires, par le biais d’une politique d’affirmative action volontariste. []
  2. La liste des intervenants  du RT n°8 au congrès parisien de l’afs (2009) se trouve à cette adresse : http://www.afs-socio.fr/formLivreProgB.php []

De la guerre urbaine à la ville en guerre

Le séminaire  « De la guerre urbaine à la ville en guerre » se déroulera le Mardi 10 janvier 2012- 12h30-14h00 à l’amphithéâtre de Bourcet- Ecole militaire.

Programme en ligne sur :www.irsem.defense.gouv.fr
Inscriptions : inscription.irsem@defense.gouv.fr

Intervenants :
Colonel Michel Goya, directeur du domaine d’études : « Nouveaux conflits » de l’IRSEM et Bénédicte Tratnjek, doctorante en géographie à l’université paris Sorbonne IV, rattachée à l’Irsem et auteure du blog « Géographie de la ville en guerre ».

PRÉSENTATION DES PROBLÉMATIQUES DU SÉMINAIRE :

« Comprendre la symbolique des lieux et la territorialisation de et par la violence est aujourd’hui un enjeu de la pacification des territoires dans les « bourbiers urbains ».

La recherche stratégique et doctrinale a intégré la question de la « guerre urbaine » et des « interventions militaires en zone urbaine », en pensant la ville comme un espace unique à plusieurs échelles : à l’échelle du monde, à l’échelle du pays ou à l’échelle de la ville, la « zone urbaine » est pensée comme une « zone de zones », stable dans l’espace et dans le temps, où l’intervention armée est complexifiée par la présence de la population et par les trois dimensions (sol, sous-sol, hauteurs des bâtiments).

Si ces aspects techniques de l’intervention militaire sont bien « acquis » et nécessaires, il n’en reste pas moins qu’à Bagdad ou Kaboul, les armées sont « embourbées » dans une impossible gestion de crise.

Déplacer le paradigme de la « guerre urbaine », permet de penser la reconstruction et la réconciliation des populations dans des espaces politiques en transition.

Cette approche par le local et le micro-local vise à replacer la population, mais aussi les belligérants, les réseaux criminels comme acteurs déstabilisateurs et les acteurs de la paix (militaires, humanitaires, médias…) au cœur de la réflexion. Elle vise la réintégration des spatialités dans la compréhension des processus politiques de déstabilisation, des processus sociaux de fragmentations urbaines, et dans la construction d’une « nouvelle » urbanité dans l’après-guerre. »

Voir le blog de Michel Goya :
http://lavoiedelepee.blogspot.com/2012/01/de-la-guerre-urbaine-la-ville-en-guerre.html

Et l’annonce sur le blog « Géographie de la ville en guerre » :
http://geographie-ville-en-guerre.blogspot.com/2011/12/de-la-guerre-urbaine-la-ville-en-guerre.html

Appel à consultance IRSEM C-2012-01

L’IRSEM lance un appel à consultance irsem  « IRSEM C-2012-01 ». Il s’agit d’une Etude comparative des livres blancs des 27 Etats-membres de l’Union européenne.
Plus d’informations, c’est ici :
http://www.irsem.defense.gouv.fr/spip.php?rubrique65

Les modalités de la candidature se trouvent ici : http://www.irsem.defense.gouv.fr/spip.php?article179

La date de clôture de cet appel est fixée au Vendredi 6 janvier 2012, 12h00.

Merci à Guillaume Pichard, responsable du Bureau des Etudes et de la Recherche doctorale, de nous avoir transmis l’information.

Colloque « Armées de frontières, frontières des armées » le 02 décembre.

Le 2 décembre 2011 aura lieu un colloque  » Armées de frontières, frontières des armées », de 9h15 à 18h30, Salle Jean Monnet 56 rue Jacob 75006 Paris.

Cette manifestation est organisée avec le soutien de l’ANR Transtur : « Ordonner et transiger : modalités de gouvernement et d’administration en Turquie et dans l’Empire ottoman, du XIXe siècle à nos jours ».

9h15-9h45    Introduction

Présentation du projet « Armées des frontières, frontières des armées »
Béatrice Hibou, CNRS/Sciences Po-CERI
Elise Massicard, IFEA, ANR Transtur, chercheur associé au CERI
Sümbül Kaya, Université Paris I, CRPS-CESSP
Gabriela Anouck Côrte-réal, Sciences Po-CEE
Du militaire au sécuritaire. Note sur le changement de notre perspective et de nos outils d’analyse
Elizabeth Picard, CNRS

9h45-11h15    Marchandisation de la sécurité et transformation organisationnelle des armées

Président et discutant : Jean Joana, Université Montpellier I-CEPEL
Institution, marché et politique. Les armées face à l’indifférence sociale
Sébastien Jakubowski, AgroSup Dijon / Eduter Recherche, Clersé CNRS-Université Lille I
Transformation des logiques de sécurité : nouveaux enjeux collectifs et risques sociétaux
Renaud Bellais, ENSTA Bretagne, chargé d’études économiques, Affaires publiques France, EADS
Vincent Boulanin, EHESS, SIPRI

11h15-11h30    Pause café

11h30-13h00    Guerre, contrôle et sécurisation
Président et discutant : Jean-François Bayart, CNRS/Sciences Po-CERI
Le marché global de la violence. Economie politique de la « guerre hors limite »
Mathieu Rigouste, Université Paris VIII, Institut Maghreb-Europe
Etatiser, nationaliser et sécuriser  les individus par l’expérience de la conscription et de la caserne en Turquie
Sümbül Kaya, Université Paris I, CRPS-CESSP

14h30-16h00   Redéploiement des relations militaro-policières : entre concurrence et coopération

Président et discutant : Gilles Favarel-Garrigues, CNRS/Sciences Po-CERI
Les conséquences de la révolution néo-libérale dans le champ militaire et policier en Italie
Salvatore Palidda, Université de Gênes, Italie
Euphémisation du militaire et militarisation de l’Etat : une reconfiguration de la coercition
Jean-Paul Hanon, ESM Saint Cyr et Sciences Po

16h00-16h15    Pause café

16h15-17h45    Armée rhizomatique ou la reconfiguration militaire par les marges

Président et discutant : Roland Marchal, CNRS/Sciences Po-CERI
L’armée et ses frontières : les transformations du dispositif sécuritaire « frontalier » israélien et l’externalisation des checkpoints
Shira Havkin, Sciences Po, CERI
Défense de la société et quotidiannisation du pouvoir militaire par les dons en Turquie
Gabriela Anouck Côrte-Réal, Sciences Po-CEE

17h45-18h15    Débat

18h15-18h30    Conclusion générale

Béatrice Hibou, CNRS/Sciences Po-CERI

Organisation :
Béatrice Hibou, CNRS/Sciences Po-CERI
Elise Massicard, IFEA, ANR Transtur, chercheur associé au CERI
Gabriela Anouck Côrte-Réal, Sciences Po-CEE
Sümbül Kaya, Université Paris I, CRPS-CESSP

Journée de la relève stratégique de l’Irsem du 24 novembre

Guillaume Pichard, Responsable des Études et de la Recherche doctorale de l’IRSEM et Chargé du pilotage des aides aux jeunes chercheurs nous demande aimablement de relayer cette annonce. Et bien soit. Nul doute que des sociologues du militaire1 seront de la partie.

Journée de la relève stratégique de l’Irsem du 24 novembre
2011 :LES ENGAGEMENTS STRATÉGIQUES FRANÇAIS : NOUVEAUX REGARDS
Éléments de réflexion pour l’actualisation du Livre blanc sur la défense et la sécurité nationale.

http://www.irsem.defense.gouv.fr/spip.php?article472

Depuis 2008, la multiplication des tensions régionales et des crises économiques ont amené de nombreux changements dans le contexte géostratégique. L’arc de crise défini par le Livre blanc sur la défense et la sécurité nationale de 2008, qui va de l’Atlantique à l’océan Indien a été confirmé, notamment avec le maintien des zones de crises et surtout avec les révoltes dans le monde arabe. Ces derniers évènements ont néanmoins laissé entrevoir de nouveaux enjeux, de nouveaux défis à traiter, pour notre stratégie, pour nos forces armées.
A l’heure où la France entame une réflexion sur l’actualisation de son Livre blanc, l’IRSEM sollicite des regards neufs, ceux des jeunes chercheurs rattachés à l’institut pour contribuer à cet effort. Menant depuis plusieurs années des travaux précurseurs sur des questions clefs, ces experts, pour la plupart jeunes docteurs ou doctorants, ont déjà proposé et publié des hypothèses que l’actualité a depuis vérifiées.
Lors de cette journée d’étude, seront ainsi abordés, avec eux, les ambitions et les engagements stratégiques de la France face aux enjeux internationaux contemporains, au regard de ses capacités opérationnelles.

de 09h00 à 18h00,  amphithéâtre des Vallières ,  Ecole Militaire, Paris.

Pour télécharger la présentation des intervenants et des différentes tables rondes, c’est ici : Bio des intervenants

Les actes de la journée d’étude du  24 nov sont désormais disponibles.
http://www.irsem.defense.gouv.fr/spip.php?article531

  1. j’ai relevé la présence de Grégory Daho sur http://www.irsem.defense.gouv.fr/spip.php?article472 []

« Le soldat et la Nation »

Diploweb
Diploweb

Je vous invite à lire l’article de l’historienne Catherine DURANDIN sur http://www.diploweb.com/Le-soldat-et-la-Nation.html

A l’occasion des commémorations du 11 novembre 1918, Catherine Durandin s’interroge sur le lien qui unit en France l’Armée et la Nation. L’auteur construit sa réflexion sur des exemples récents en Afghanistan puis en Libye. C. Durandin constate que les Français ont une vision très fragmentaire de leur Armée. Tantôt, elle est vue comme « ces jeunes soldats mourant pour rien dans des opérations à éviter » parce que le sens fait défaut, tantôt elle est appréciée comme dans un « show » de technologie triomphante.1

  1. Le soldat et la nation http://www.diploweb.com/Le-soldat-et-la-Nation.html, publié le 4 novembre 2011 Copyright Novembre 2011-Durandin/Diploweb.com []

Le métier de sociologue.. militaire?

Pour inaugurer la rubrique « citations » (que j’emprunte à Socio Voce ), nous vous proposons d’abord les mots d’Éric Letonturier, repris dans sa présentation du numéro spécial de l’Année Sociologique « Valeurs, métier et action : évolutions et permanences de l’institution militaire »1. La pratique du métier doit interroger le sociologue. Cette interrogation porte sur la scientificité de ses choix théoriques, du recueil de son matériau, de son analyse, de sa valorisation, de son impact social et de son instrumentalisation.. Bon on a dit ça, mais jusqu’ici on avance en territoire connu.. Comment s’incarne, au quotidien, l’éventuelle spécificité de la sociologie militaire?

Plusieurs raisons peuvent être évoquées pour rendre compte de cette situation paradoxale et de ces conditions quasi structurelles, par delà les fortunes épisodiques de la discipline que révèle le travail de périodisation2. La spécificité, voire l’étanchéité, d’emblée supposée de l’objet même et de ses contenus propres, l’investissement lourd qu’implique, sans garantie de retour pour la carrière la connaissance fine d’un milieu très vaste et diversifié, l’accès difficile au terrain, les précautions méthodologiques particulières du dispositif d’enquête, et les enjeux de confidentialité expliquent la relative marginalisation scientifique de cet objet pris en charge, en grande partie, par l’institution elle-même au moyen d’organismes voués à sa propre expertise. [268]

 (…) Les phénomènes militaires feront l’objet de deux types d’investissement parallèles. Certains, incidemment, y verront une opportunité supplémentaire d’importer une conceptualisation du social selon les termes d’un programme formulé ailleurs ; d’autres, très spécialisés, en feront un domaine réservé pour exiger des expertises pointues en réponse, bien souvent, à des intérêts indigènes immédiats. [269]

A partir  « du concept de spécificité militaire », Laure Bardiès3 rajoute :

Et le fait est que semble se concentrer sur le thème de la spécificité militaire une bonne partie des difficultés rencontrées par la sociologie du domaine militaire4 pour être reconnue en tant que spécialité pleinement légitime. Existe-t-il quelque chose de particulier dans l’existence, le fonctionnement et l’action des armées qui justifie qu’on ne leur applique pas mécaniquement des grilles d’analyses issues de la sociologie des institutions, des organisations ou du conflit social? Ceux qui répondent par l’affirmative à cette question essaient, au travers du concept de spécificité militaire, de préciser quelles réalités sociales et culturelles particularisent les armées, de quelle manière et à quel degré.

Et, comme il est d’usage sur ce blog, le dernier mot va au « sociologue enrégimenté »5, que l’honnêteté m’oblige à transformer en sociologue « cockpitisé » (sic).

Ainsi, l’absence de reconnaissance et de valorisation des recherches sur ce champ conduit de jeunes sociologues, soucieux d’appliquer des schèmes de lectures faisant d’eux des sociologues professionnels, à « redécouvrir la roue » dans un champ qui leur semble vierge, et si extérieur, que le travail de rupture avec les prénotions est quasiment instantané.[47]

(…) Instrument de caractérisation de l’objet, cette analyse méthodologique peut permettre aussi de souligner les difficultés communes aux sociologues du militaire et à leurs confrères. Trois points principaux : la rupture objectivante, l’accès au terrain, l’immersion et l’observation. [48]

  1. Letonturier É., « Présentation », L’Année Sociologique, 2011, vol. 61. n°2, p.268 -269 []
  2. Martin M.L. , 1999, « Prometteur ou marginal ? Le champ de la sociologie militaire en France », Les champs de Mars, 6, 5-36. []
  3. Bardiès L., « Du concept de spécificité militaire »,  L’Année Sociologique, 2011, vol. 61. n°2, p.274 []
  4. (…)Voir l’introduction de la thèse d’état de Bernard Boëne, Emergence et développement d’un sociologie spécialisée, le cas de la sociologie militaire aux Etats -unis (Boëne, 1995) []
  5. Pajon C. , « Le sociologue enrégimenté : méthodes et techniques d’enquête en milieu militaire », in Gresle F. (dir.), Sociologie du milieu militaire, les conséquences de la professionnalisation sur les armées et l’identité militaire, Paris, L’Harmattan, p.45-56 []

Congrès international de l’IPSA : Call for papers

IPSA

Le 22ème Congrès Mondial IPSA de Science Politique se tiendra à Madrid, en Espagne. Attention deadline le 17 octobre!

http://www.ipsa.org/sites/default/files/madrid2012_save_the_date.pdf

Deux thématiques retiennent notre attention. La science politique étant un axe non négligeable des sociologies militaires, nous nous en faisons l’écho. La langue des 7 « panels » est l’anglais. En ce qui concerne la suite de ce billet, un coup de clique important m’a été fourni par un traducteur en ligne. Excusez-moi par avance pour les incompréhensions. Voici, donc les deux thématiques proposées, avec les posters déjà soumis:

Panels in Armed Forces and Society RC24

Armed Forces and Society: Learning from Regional Cases
Armed Forces and Society: Leadership Lessons in Civil-Military Relations
Civil-Military Relations and the Arab Spring

Panels in Military’s Role in Democratization RC44

Future of military or the military in future
Changing role of military in the 21st century
Comparative study of military’s role in two or more countries
Changing role of military within a country with special focus on Nigeria

L’ensemble des « research commitees » est ici.

Logo

Le délai pour soumettre des propositions de papiers pour le Congrès Mondial IPSA de Science Politique a été prolongé au 17 octobre pour promouvoir la participation la plus grande.
Pour proposer une communication, il faut créer un compte sur le site Web IPSA et soumettre ensuite votre papier ici .

La liste des propositions acceptées est, comme vous l’avez remarqué ci-dessus, déjà disponible. Vous pouvez spécifier le thème et le panel (jury) pour votre soumission, ou vous pouvez soumettre votre papier de façon globale ( sans affiliation à un panel préexistant). La notification concernant les propositions sera envoyée après le 2 décembre 2011. Le délai pour compléter les communications soumis reste le 10 novembre 2011.

Merci à Jonskinowitch et Naultskaya d’avoir relayé l’information!

Congrès de l’AISLF à Rabat en 2012 (actualisé)

Le prochain congrès de l’Association internationale des sociologues de langue française aura lieu à Rabat au Maroc l’été 2012.

Dans le programme  disponible sur le site de l’AISLF, Penser l’incertain, les trois axes de ce congrès seront :

AISLF1. À l’épreuve de l’incertain

2. Agir face à l’incertain

3. Les défis de l’incertain

Pour plus de renseignements, voici l’adresse du congrès :

http://congres2012.aislf.org/

Nous vous relayons l’appel à communication du GT05 . Il est désormais en ligne sur le site de l’AISLF: http://congres2012.aislf.org/pages/page42.php

 « Discerner dans la complexité. Décider dans l’incertitude. Agir dans l’adversité », telles s’expriment et se résument depuis quelques années les aptitudes au commandement recherchées dans le cadre de la formation initiale des officiers de l’armée de terre française aux Écoles militaires de Saint-Cyr Coëtquidan. « Penser et maitriser l’incertain » et agir dans le « brouillard de la guerre » sont, en effet, depuis toujours des caractéristiques de l’action militaire. L’imprévisibilité doit être intégrée en permanence et l’incertitude est autant celle de l’attitude de l’adversaire que du comportement de sa propre troupe. De la même manière, les risques et les aléas sont indissociables d’une analyse de la chose militaire, notamment dans sa finalité opérationnelle. Si le thème général de ce Congrès peut dès lors apparaître commun dans le champ de la sociologie militaire, qui plus est dans un contexte actuel d’intense activité opérationnelle, force est toutefois de constater que rares sont les travaux portant sur ces dimensions. La manière, par exemple, dont l’incertitude est intégrée dans la formation des militaires ou encore dont elle se gère au quotidien. Le Congrès constitue par conséquent une formidable occasion de remédier à cela.

Si le risque a toujours fait partie de la carrière des armes, il peut être intéressant de voir comment l’acceptation de ce risque a pu évoluer. La mort d’un militaire n’est plus aussi « naturelle » et admise que cela si l’on en juge les multiples réactions suite à la mort, lors d’une même opération, de dix soldats français à Uzbin en Afghanistan en 2008. Si l’imprévu a toujours caractérisé les conflits guerriers, les crises actuelles sont d’une complexité sans équivalent : adversaires peu ou pas identifiables ; logiques asymétriques ; imbrications de faits de guerre, d’actes terroristes, d’activités liées au grand banditisme, au crime organisé ou encore à divers trafics ; guerres au milieu des populations ; guerre de l’information et des opinions publiques avec une médiatisation en temps réel ; « victimisation » des morts au combat dans les discours politiques, innovations permanentes (arrivée des robots…), etc. Au-delà des seules finalité et action militaires, l’incertain peut tout autant être pensé dans le temps ordinaire, dès le temps de paix qui voit le militaire se préparer et au sein d’une institution qui ne cesse de se réformer depuis la fin des années 1990. La question budgétaire, les équipements et les moyens disponibles, les difficultés relatives au recrutement des effectifs et à leur fidélisation, les incertitudes inhérentes aux perspectives de carrière pour les personnels, l’interarmisation, l’établissement des bases de défense et la rationalisation du déploiement des personnels et structures sur le territoire, etc. sont autant d’exemples, non exhaustifs, pour lesquels, « penser et maitriser l’incertain et l’imprévisibilité » peuvent constituer un angle d’approche.

Pour tout renseignement, joindre Claude WEBER

Les propositions devront être soumises en ligne (uniquement ), sur espace personnel du site du congrès. Elles ne doivent pas être envoyées directement aux responsable des CR et des GT. Elles doivent être déposées avant le 15 février 2012. Dès qu’il sera possible de soumettre les résumés, nous vous ferons signe.

 

Illustration logo officiel du congrès.

 

Res Militaris Vol. 1, n° 3 – Été, 2011

Le dernier numéro de Res Militaris est désormais disponible, http://resmilitaris.net/index.php?ID=1013929

Le troisième numéro de Res Militaris traite de thèmes tout à la fois inhabituels et familiers. Un article (en français) examine le comportement d’officiers français engagés dans des négociations diplomatiques avant et pendant la Conférence de Dublin (2008) sur les armes à sous-munitions, qui conduira à l’interdiction de ces armes. Un autre (en anglais) aborde les questions relatives à la santé et à la forme physique des personnels militaires, et l’évolution qui affecte ces données ; il fournit, de manière fort utile, une revue de la littérature et une bibliographie récente sur ces sujets. Un troisième (en français) revient sur les débats autour de Clausewitz, pour situer les travaux et positions d’auteurs (Lénine, Ludendorff, Schmitt, Foucault, Girard) qui « retournent » la « Formule » clausewitzienne – la guerre comme continuation de la politique par d’autres moyens. Le quatrième et dernier article (en anglais) s’intéresse aux mesures destinées à améliorer le moral, le bien-être et les loisirs des militaires de l’US Army ; il attire l’attention sur l’influence qu’exercent ces mesures sur le niveau de préparation des forces et la fidélisation des personnels. (…)1

Lire la suite, c’est ici.

Je rappelle à nos lecteurs que nous suivons le flux RSS de cette revue. En bas à gauche de notre carnet, se trouvent, en effet, les derniers articles de Res Militaris.

  1. Il s’agit du début de la présentation qui en est faite sur le site   http://resmilitaris.net/index.php []

Être militaire dans l’armée de terre (actualisé)

L’ouvrage sur le métier militaire dans l’armée de terre est maintenant effectivement sorti.

Sébastien Jakubowski et Claude Weber, maîtres de conférences en sociologie respectivement à AgroSup Dijon et aux écoles de Saint-Cyr vont prochainement publier aux Editions Lieux-Dits (Lyon) un ouvrage qui s’intitule « Etre militaire dans l’armée de terre ».

Cet ouvrage destiné à un large public vient élargir une collection consacrée aux métiers d’aujourd’hui. Le but est de donner des informations à tous ceux qui souhaiteraient s’engager dans l’armée de terre ou mieux connaître l’institution militaire. L’ouvrage devrait être disponible en octobre.

Vous pouvez désormais télécharger la couverture de cet ouvrage en format pdf : Etre militaire

Ci dessous, vous trouverez la quatrième de couverture :

« L’uniforme représente le pays. On peut aller jusqu’au sacrifice pour lui. Je me suis engagé pour servir, pour être là au déploiement. » Sergent-chef, 21 ans.

15 000 recrutements en 2009, dont 5 000 femmes : l’armée de terre est en pleine restructuration, mais elle est aussi le premier employeur de France. Être militaire aujourd’hui, c’est être un soldat professionnel qui exerce l’un des 400 métiers de l’armée : mécanicien, tireur d’élite, informaticien… Le soldat est devenu plus qualifié, il utilise des armements technologiquement pointus et travaille dans le cadre de coalitions internationales.

Mais être militaire, c’est aussi ne pas exercer un métier comme un autre. C’est se mettre au service de la France, accepter de nombreuses contraintes comme les missions à l’étranger ; accepter aussi de devoir tuer, et consentir à mettre sa vie en danger pour servir des intérêts supérieurs et protéger celle de ses camarades. Cet ouvrage présente l’organisation complexe de l’armée et rend compte des réalités quotidiennes des militaires, de la formation jusqu’aux opérations de guerre. Un guide précieux pour qui compte intégrer l’armée, que ce soit en tant que militaire du rang, sous-officier, officier ou réserviste.

Les auteurs : Sociologues et enseignants-chercheurs, ils sont spécialisés dans l’étude du monde militaire. Sébastien Jakubowski est maître de conférences à AgroSup Dijon. Claude Weber est maître de conférences aux Écoles militaires de Saint-Cyr Coëtquidan où il dirige le département de sociologie.

Afghanistan, au nom du peuple français

France Inter

Émission « Interception » du dimanche 11 septembre 2011: Afghanistan au nom du peuple français

A l’occasion du dixième anniversaire du 11 septembre 2001, des séries de reportages et documentaires en tous genres se consacrent au rappel des faits et/ou à l’analyse des conséquences de ces événements sur les relations internationales mais aussi sur notre pays et notre armée. C’est, dans ce cadre-là, qu’Alain Le Gouguec (Journaliste à France Inter) a réalisé un reportage sur la présence des militaires français en Afghanistan. Il a cherché à mieux comprendre le sentiment d’indifférence qu’éprouvent certains militaires, blessés ou pas, à leur retour de mission. Le reportage s’intitule : « Afghanistan : au nom du peuple français », France Inter, Emission « Interception » par Alain Le Gouguec. Il a été diffusé ce dimanche 11 septembre 2011 à 9h15.

Evidemment, il est possible de le réécouter sur le site de France Inter. Vous trouverez la ressource « embeed », puis le  lien ci-dessous.

A noter enfin que Sébastien Jakubowski, sociologue du militaire, maître de conférences en sociologie à AgroSup Dijon / Eduter Recherche est interviewé à la fin du reportage.

http://www.franceinter.fr/emission-interception-afghanistan-au-nom-du-peuple-francais
http://www.franceinter.fr/player/reecouter?tools=export&content=140461