Sociologie(s) militaire(s) ?

Un blog, deux réseaux

Nous proposons aux internautes intéressés par la sociologie militaire une présentation régulièrement mise à jour de son état. Une mise en réseau des sociologies militaires s’appuiera sur les deux réseaux de sociologies militaires francophones. Il s’agit d’une part du Réseau thématique n° 8 de l’Association française de sociologie (Sociologie du militaire : sécurité, armées et société RT8-AFS), et d’autre part du Groupe de travail 05 de l’association internationale des sociologues de langue française (Forces armées et société GT05-AISLF). Les responsables de chacun de ces groupes soutiennent ce carnet de recherche.

Une vocation plurielle

Le carnet Sociologies Militaires se veut pluriel. La socialisation de ce « champ » scientifique est portée par de multiples disciplines, à l’intérieur de celles-ci de multiples courants et figures fondatrices. Cela n’en fait pour autant un thème mou. L’objet de ce carnet est de présenter de manière cohérente et thématique les sociologies militaires s’appuyant sur des objets, des thématiques, des problématiques théoriques ou méthodologiques, non congruentes.

Un espace de discussion

Cette pluralité, qui se retrouve dans l’intitulé même de ce carnet, devrait être discutée.  J’invite les internautes intéressés  à se joindre à ce questionnement via les commentaires. Est-elle objectivement plurielle ? Je ne sais pas.  La pluralité évoquée risque-t-elle de remettre en question la fragile légitimité de notre champ ? C’est possible. L’emploi du champ lexical de la socialisation plurielle me semble une possibilité de rendre compte du poids de l’histoire de cette discipline en se protégeant de « l’illusion biographique » disciplinaire.

Ainsi, pour reprendre le descriptif de notre RT8, la sociologie militaire « croise nombre de champs de recherche pratiqués par les sociologues : la culture, la famille, la jeunesse, la mémoire, les mouvements sociaux, les organisations, les professions, les rapports sociaux de sexe, le travail, sans parler de la sociologie politique (l’Etat) et de la sociologie historique. » La « ligne directrice » de ce carnet se veut ouverte aux disciples connexes, aux terrains inédits et aux méthodes originales. Néanmoins, La présentation de cette diversité s’arrêtera là où le fait militaire ne sera plus expliqué par des faits sociaux issus de corpus empiriques.

 

Les commentaires sont désormais ouverts.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.