RFI et La Croix donnent la parole à la sociologie militaire

La défenseDeux évènements retiennent notre attention estivale..

L’armée premier recruteur de France : interview du sociologue Eric Letonturier.

Edouard Zambeaux, journaliste à RFI, s’intéresse, dans son émission Microscopie, à la position de l’armée en termes de recrutement. Cette émission est proposée en deux parties (I et II). Vous pouvez dorénavant les écouter depuis notre carnet.

L’Armée, premier recruteur de France | 1ère partie |(19:30)
L’Armée, premier recruteur de France | 2ème partie |(26:31)

Sont interviewés le Colonel Conégéro, chef du bureau communication RH de l’armée de terre, et Eric Letonturier spécialiste de sociologie militaire, maître de conférence à l’université Paris Descartes, et responsable du réseau thématique 8 de la sociologie militaire.

 

J’ai écouté la seconde partie, voici un bref aperçu. Les idées de patriotisme et de la mort sont notamment évoquées. Elles brillent par leur absence  au début du recrutement. Le recruteur soutient l’idée que ces notions se développent lors de la « socialisation militaire ». Le sociologue parle plutôt d’abstraction du combat. L’égalité des chances et la diversité sociale sont présentées par le journaliste comme caractéristiques du recrutement des armées. Les civils posent la question de la spécificité du militaire : jusqu’à quel point les civils peuvent remplacer poste pour poste les militaires ?  Le sociologue parle de concurrence de légitimité. La banalisation est aussi évoquée. Pour le recruteur, non, la finalité c’est le combat et n’a pas d’équivalent par ailleurs. On comprend bien que le cœur de sa communication est concentré sur les groupes où les taux d’attrition sont les plus élevés : les « combattants ». Est-ce à dire que le militaire français est un combattant ? Celui visé par le recruteur, pour aller vite l’EVAT, l’est sans nul doute.

2001-2011, du service national au service civique

Un article dans la Croix, sous la plume de Pascal Charrier. Il met en perspective l’évolution récente du rapport de la « jeunesse » (excusez -moi de l’usage de la catégorie..) avec l’idée de service, la citoyenneté dans l’engagement.

Sont notamment interviewés trois sociologues : Vincenzo Cicchelli, Michel Fize, et Eric Letonturier.

Bibilographie

Bier B., Education et citoyenneté (coordonné par Bernard Bier et Joce Le Breton), 2007, Cahiers de l’action INJEP.
Bessin M., « Le recours au rite : l’exemple du service militaire », Agora Débats/Jeunesse, “ Rites et seuils, passages et continuités ”, n°28, 2ème trimestre 2002, pp. 34-45.
Pinto L., « L’armée, le contingent et les classes sociales« Actes de la recherche en sciences sociales. Numéro, vol. 1, no. 3, 1975.

Porteret V. (dir.), La Défense. Acteurs, légitimité, missions : perspectives sociologiques, Paris, L’Harmattan, « Logiques Sociales », 2007,

 

 

Sociologie(s) militaire(s) ?

Un blog, deux réseaux

Nous proposons aux internautes intéressés par la sociologie militaire une présentation régulièrement mise à jour de son état. Une mise en réseau des sociologies militaires s’appuiera sur les deux réseaux de sociologies militaires francophones. Il s’agit d’une part du Réseau thématique n° 8 de l’Association française de sociologie (Sociologie du militaire : sécurité, armées et société RT8-AFS), et d’autre part du Groupe de travail 05 de l’association internationale des sociologues de langue française (Forces armées et société GT05-AISLF). Les responsables de chacun de ces groupes soutiennent ce carnet de recherche.

Une vocation plurielle

Le carnet Sociologies Militaires se veut pluriel. La socialisation de ce « champ » scientifique est portée par de multiples disciplines, à l’intérieur de celles-ci de multiples courants et figures fondatrices. Cela n’en fait pour autant un thème mou. L’objet de ce carnet est de présenter de manière cohérente et thématique les sociologies militaires s’appuyant sur des objets, des thématiques, des problématiques théoriques ou méthodologiques, non congruentes.

Un espace de discussion

Cette pluralité, qui se retrouve dans l’intitulé même de ce carnet, devrait être discutée.  J’invite les internautes intéressés  à se joindre à ce questionnement via les commentaires. Est-elle objectivement plurielle ? Je ne sais pas.  La pluralité évoquée risque-t-elle de remettre en question la fragile légitimité de notre champ ? C’est possible. L’emploi du champ lexical de la socialisation plurielle me semble une possibilité de rendre compte du poids de l’histoire de cette discipline en se protégeant de « l’illusion biographique » disciplinaire.

Ainsi, pour reprendre le descriptif de notre RT8, la sociologie militaire « croise nombre de champs de recherche pratiqués par les sociologues : la culture, la famille, la jeunesse, la mémoire, les mouvements sociaux, les organisations, les professions, les rapports sociaux de sexe, le travail, sans parler de la sociologie politique (l’Etat) et de la sociologie historique. » La « ligne directrice » de ce carnet se veut ouverte aux disciples connexes, aux terrains inédits et aux méthodes originales. Néanmoins, La présentation de cette diversité s’arrêtera là où le fait militaire ne sera plus expliqué par des faits sociaux issus de corpus empiriques.

 

Les commentaires sont désormais ouverts.

Congrès de l’AFS à Grenoble

Congrès de l’Association française de sociologie – Grenoble 2011

Le rendez vous de l’association française de sociologie avance à grands pas.  Voici les communications qui ont été retenues par le RT8 :  Sociologie du militaire : sécurité, armées et société. L’innovation dans les armées s’illustrera en trois moments : L’armée, organisation innovante ? (mardi 14h30)  Méthodes et la socialisation militaire (mardi à 17h), Engagement individuel et création de soi au sein de l’institution militaire (mercredi 14h30). Les trois sessions se tiendront en IEP8.

Je rappelle ci dessous les interventions du RT 8 telles qu’elles apparaissent sur le site de l’Association Française de Sociologie :

RT 8 Session 1 – mardi 5 juillet 2011 – 17h/19h en IEP 8 en IEP 8. L’armée, organisation innovante (animation : Clément Martin)

Christophe Pajon Les bases de défense, l’autre visage de l’interarmisation : un cas d’isomorphisme structurel
Thomas Meszaros Les actions civilo-militaires dans les processus de sécurisation en sortie de crise : une expression du Smart power ?

RT 8 Session 2 – mardi 5 juillet 2011 – 17h/19h en IEP 8. Méthodes et socialisation militaire (animation : Christophe Pajon)

Clément Martin S’engager dans l’armée de l’air française : portraits sociologiques d’officiers.
Delphine Deschaux-Beaume Enquêter en milieu militaire : stratégie qualitative et conduite d’entretiens dans le domaine de la défense.
Audrey van Ouytsel L’intégration des officiers béninois dans l’armée de leur pays au terme de leur cursus de formation en Belgique: entre espoirs et désillusions.

Audrey Van Ouystel, malade, s’est excusée.

RT 8 Session 3 – mercredi 6 juillet 2011 – 14h30/16h30 en IEP 8. Engagement individuel et création de soi au sein de l’institution militaire (animation : Eric Letonturier)

Eric Letonturier Devenez vous-même. Création de soi et institution militaire
Grégory Daho Engagements individuels, mobilisations collectives et transformations organisationnelles au sein des armées françaises. Le cas de l’émergence du groupe civilo-militaire (CIMIC).

RT 8 Session 4 -mercredi 6 juillet 2011 – 17h/19h en IEP 8. Assemblée générale du RT 8

Étaient Présents : Eric letonturier (responsable du RT8), Christophe Pajon, Thomas Meszaros, Delphine Deschaux-Beaume, Clément Martin, Grégory Daho et Sebastien Jakubowski.

Eric Letonturier vient de communiquer (12 octobre) le CR de l’AG qui s’est tenue à Grenoble. Les destinataires sont les membres du bureau du RT8.