Atelier pluridisciplinaire de recherche sur la Guerre et la Paix 2012-2013

 Le programme de l’Atelier pluridisciplinaire de recherche sur la  Guerre et la Paix pour cette année universitaire est désormais en ligne sur le site de l’institut (http://www.institutguerreetpaix.com/pages/atelier–6851183.html).

Nous relayons le message de Sümbül Kaya.

Cette année, l’atelier a choisi de se pencher sur le thème « devenir combattant ». Comme l’année précédente, l’atelier se veut un espace de recherche et d’échanges
ouvert et pluridisciplinaire. A l’aide d’outils conceptuels et méthodologiques issus de champs disciplinaires variés, les intervenants seront invités à s’interroger sur  a définition du combattant, sur ses motivations et les causes de son engagement, sur l’émergence de cultures, d’identités et de solidarités guerrières, mais aussi sur les façons de prépare le corps l’esprit à l’expérience du combat.

Plusieurs interventions s’inscrivent dans les perspectives sociologiques du fait militaire. A suivre notamment l’intervention de Caroline Moricot. En sus, différentes sciences sociales éclairent le fait militaire : Histoire (antique,  moderne), Sciences politique, Droit, anthropologie..

Journées d’études :  » Armées et révolutions arabes « 

Le pôle « Action globale et forces terrestres  » du Centre de Recherche des écoles de Saint-Cyr Coëtquidan organise, les 26 et 27 septembre 2012 au cercle militaire de La Monnaie à Rennes, des journées d’études consacrées aux armées et révolutions arabes.

 

Plus d’infos, c’est ici.

A voir aussi, une interview de Claude Weber, c’est .

La socialisation des élèves officiers

Notre collègue et ami Claude Weber publie un ouvrage aux Presses Universitaires de Rennes. Nous attendons de pouvoir le lire dès sa sortie : « A Genoux les Hommes Debout les Officiers ». Le  travail ethnographique de M. Weber s’inscrit dans une recherche de plusieurs années en sociologie militaire. Cela prend du temps ;  le temps de la recherche n’est pas forcément le temps militaire. Ce n’est pas le cas ici.

Qui sont les Saints-Cyriens ? Comment se déroule la formation militaire, académique et humaine des futurs offi ciers de l’armée de Terre ?  Comment, à partir d’un ensemble d’individus, naît une promotion ? Que revêtent les traditions saint-cyriennes et comment se transmettent-t-elles de génération en génération d’élèves ? Pour la première fois, un chercheur a suivi, sans restriction, une promotion de l’École Spéciale Militaire de Saint-Cyr. Dans ce livre, Claude Weber nous fait partager ses trois années d’observations et nous fait pénétrer au sein de cette prestigieuse institution créée par Napoléon il y a plus de deux cents ans. Des activités d’instructions au fond des landes bretonnes jusqu’aux forêts inhospitalières de Guyane, l’auteur nous donne à voir le quotidien des élèves et de leurs cadres et formateurs. Ce travail inédit sur la socialisation s’adresse à tous ceux qui s’intéressent aux questions de Défense (élèves, cadres militaires et civils, qui sont passés par Saint-Cyr ou s’y destinent), et plus largement, aux chercheurs, étudiants et enseignants en sciences sociales.

Ethnologue de formation et travaillant depuis près de 20 ans sur les thématiques militaires, Claude Weber est actuellement Maître de Conférences en sociologie aux Écoles Militaires de Saint-Cyr Coëtquidan où il dirige le département de sociologie. Chercheur au sein du pôle d’excellence « Action globale et Forces terrestres » du Centre de Recherche des Écoles de Coëtquidan, il est également membre du CIAPHS (Centre Interdisciplinaire d’Analyse des Processus Humains et Sociaux – EA 2241) de l’université Rennes 2.

 

La pratique des sciences sociales en terrain militaire {MAJ}

L’appel à communications pour la journée d’études La pratique des sciences sociales en terrain militaire : une « opération spéciale » ? a vu sa  deadline  repoussée au 20 juin 2012. La journée d’étude sera du coup
repoussée également à la fin d’année. Vous trouverez les détails sur le lien ci-dessous :

http://calenda.revues.org/nouvelle24239.html

Merci à Claude d’avoir relayé l’information.

Briller sous l’épaulette : Compte rendu de lecture

Marcel nous propose sa lecture de l’article de Christel Coton, « Briller sous l’épaulette » Capital culturel et capital combattant dans le corps des officiers de l’armée de terre,  dont nous avions fait l’annonce dans un précédent billet.

Dès l’introduction, l’auteur s’inscrit explicitement dans le cadre d’une « sociologie de l’institution militaire » qui s’émancipe (1) d’une tradition américaine qui n’aborde les élites militaires qu’au prisme de ses homologues civils1 , et (2) d’une représentation néophyte et homogène du corps des officiers de l’AT (armée de terre). Nous proposons une relecture des propos de l’auteur en les inscrivant dans le cadre d’un modèle idéal typique de la carrière, qui fait écho, comme le suggère l’auteur, aux singularités des parcours de certains officiers [Hamelin, 2003].

Il s’agit, à l’échelle individuelle, de retracer les différentes étapes « les dispositifs de sélection et de consécration » institutionnels (p.17).  Le problème soulevé par l’auteur est celui de la circulation, de « transmutation » des capitaux en capital symbolique.

En effet, analyser le poids (dénié) des capitaux scolaires dans la carrière professionnelle des officiers conduit à s’interroger plus généralement sur tout ce qui permet la reconnaissance du capital scolaire et culturel dans un espace professionnel et social a priori distant des accréditations scolaires. (p.17)

Dans cette lecture diachronique plusieurs éléments mettent en avant la sélection en amont d’un capital scolaire par un concours à l’issue d’une CPGE. Ces classes, parfois militaires, préparent bien plus qu’aux épreuves scolaires du concours puisqu’elles (1) transmettent un capital combattant anticipé2, (2) et créent une rupture avec les élites scolaires dans le cadre d’une institution totale.3

Le capital scolaire crédité par la réussite au concours, le classement à l’entrée et le classement à la sortie de l’ESM (p.18) , et in fine le choix d’une arme combattante (p.23) constitue les éléments déterminants de l’entrée dans la carrière d’un officier de l’armée de terre.  La première partie de carrière offre des possibilités « d’action au feu » (p.20). Elles ne sont monnayables sur le marché de la légitimité que dans la mesure où ces actions sont offertes significativement4 aux individus ayant fait les choix de carrière les plus prisés (arme, régiment), eux-mêmes subordonnés aux différents classements « scolaires ». La réussite contingente  de l’exercice du commandement ou du terrain  n’est pas, « en théorie », reliée « aux qualités scolaires et académiques (p.22). Le prestige du terrain n’exerce pas un effet objectif sur la légitimité de l’individu et s’éprouve au prisme de « dispositions langagières et corporelles » créatrices de « réputations ». Ces dispositions objectivées par la sociologue s’incarnent dans :

[L’imposition] dans l’entre-soi en monopolisant les discours, en se distinguant dans le collectif et en apparaissant comme des « figures » reconnues dans le groupe. L’attention au langage et le goût pour le bon mot qui vont de pair avec l’entretien et le maintien de la face en public constituent des ressources à part entière dans les stratégies de distinction engagées entre officiers. (p.24)

L’utilisation régulière du registre sociologique bourdieusien souligne l’importance de la domination d’une élite dans le champ considéré. Celle-ci se reproduit en partie dans la transmission précoce (en amont du concours) des codes pour rentabiliser les ressources rares qui mènent à la légitimité et « aux étoiles ». Cette transmission s’effectue dans les corniches (lycée et CPGE militaires) . Ces institutions jouissent d’individus largement (pré)disposés à recevoir les « dits codes ». L’étude de ces « prédispositions » en CPGE militaires, voire en lycées militaires, demeure, même dans l’excellent article de Christel Cotton et dans la littérature sociologique, une boîte noire. Cela méritera un travail de déconstruction méthodique.

Bibliographie

Burawoy Michael, « La domination est-elle si profonde ? Au-delà de Bourdieu et de Gramsci », Actuel Marx, 2011/2 n° 50, p. 166-190.

Coton Christel, « Briller sous l’épaulette » Capital culturel et capital combattant dans le corps des officiers de l’armée de terre, Actes de la recherche en sciences sociales, 2012/1 n° 191-192, p. 14-27.

Darmon Muriel, « La notion de carrière : un instrument interactionniste d’objectivation », Politix. Revue des Sciences Sociales du Politique, vol. 21, n° 82, juin 2008, p. 149-167.

Hamelin Fabrice, « Le combattant et le technocrate. La formation des officiers à l’aune du modèle des élites civiles », Revue française de science politique, 2003/3 Vol. 53, p. 435-463.

Paveau Marie-Anne « Les frontières discursives de la militarité », Langage et société 4/2000 (n° 94), p. 45-74.

  1. L’auteur évoquera la référence aux élites civiles (p.22) pour souligner la volonté de maintenir les référents propres dans la sélection des élites militaires []
  2. L’auteur parle tour à tour « projections anticipées », de « dispositions spécifiquement militaires » dans la conclusion de son article. Le capital combattant est constitué par l’expérience combattante et de commandement, elle se rapproche du concept de militarité [Paveau, 2000]. []
  3. C’est la fameuse singularité développée par Hamelin []
  4. Voir les traitements préférentiels ceteris paribus dans les corps de troupe (p.23). []

Appel à communication : la pratique des sciences sociales en terrain militaire

Les membres du comité organisateur nous ont aimablement demandé de relayer leur appel concernant une journée d’étude dont vous trouverez les modalités recopiées ci-dessous. La version originale est ici. Nous nous réjouissons de la thématique de cet appel qui pose notamment la question de la scientificité de la pratique sociologique en terrain militaire.

APPEL À COMMUNICATIONS

JOURNÉE D’ÉTUDE

La pratique des sciences sociales en terrain militaire : une « opération spéciale » ?

Quelle(s) spécificité(s) du travail de recherche au sein des forces armées ?

L’étude sociologique et historique des armées s’est constituée comme un domaine spécialisé des sciences sociales, par sa littérature, ses références et ses concepts (Boëne, 1995, 2011 ; Gresle, 2005 ; Bardiès, 2008). Cette journée d’étude se donne pour objectif d’inverser les termes du raisonnement habituellement admis, qui postule que l’armée est spécifique par son statut et sa place dans l’ordre institutionnel de l’État- Nation (Boëne, 1990 ; Hamelin, 2000 ; Bardiès, 2011). La spécificité institutionnelle suffit-elle à fonder la spécificité d’un objet scientifiquement construit ?

Les sciences sociales ont franchi les enceintes des régiments et des administrations centrales de l’Armée (Pinto, 1975 ; Larmet, 1995 ; Weber, 2001 ; Martin et Pajon, 2011 ; Prévot, 2007 ; Coton, 2008 ; Deschaux-Beaume, 2011), sans compter les militaires s’étant faits historiens, sociologues ou ethnographes (Thiéblemont, 1983, 1999 ; Goya, 2004 ; Montagnon, 2008 ; Porte, 2011). Elles ont pourtant rarement interrogé la « spécificité militaire » sur le « terrain » de la recherche. Une spécificité susceptible d’affecter la manière de mener la recherche dans l’institution. Tout terrain de recherche présente des caractéristiques propres et des situations d’enquête découlent de cette particularité. Dans quelle mesure celles rencontrées dans les armées sont-elles spécifiques au regard des problématiques d’enquête auxquelles sont confrontées plus généralement les sciences sociales sur le terrain ?

Si la professionnalisation décidée en France en 1996 réorganise profondément l’institution (Gresle, 2003 ; Léger, 2003), ces transformations ne sont jamais abordées sous l’angle de la modification des conditions d’enquête pour le chercheur : la professionnalisation les rend-elle plus favorables qu’auparavant ? Sur ces différents points, la réflexion est quasi-inexistante, du moins, est-elle loin d’être systématique ; raison d’être de cette journée d’étude.

A partir des expériences concrètes de chercheurs, français et étrangers, au sein des forces armées, régulières ou non, nous voudrions, au travers de l’examen des conditions de la recherche en sciences sociales dans les armées, interroger la spécificité militaire in situ. L’observateur sur le terrain – quelle que soit sa discipline d’appartenance – est toujours en prise avec ce dernier, leur relation n’est pas empreinte de neutralité axiologique : les contraintes pesant sur le chercheur, les dispositifs institutionnels – au sein desquels enquêtent le sociologue (Bourdieu, Chamboredon et Passeron, 1968 ; Becker, 1970), l’ethnographe (Beaud et Weber, 2003, Bizeul, 2007) et l’historien (Jauffret, 2000, Henninger, 1999) – sont autant de perspectives pour penser empiriquement la prégnance de la spécificité militaire. Mais est-ce l’objet « Armée » qui est spécifique, ou est-ce l’apparente spécificité des situations d’enquête qui en crée l’illusion ? Existe-t-il réellement dans la pratique de la recherche, une spécificité militaire ? Afin de mettre cette spécificité en perspective, les contributions permettant une comparaison internationale seront les bienvenues.

La journée d’étude s’articulera autour de trois axes de réflexion :

  1. 1.      Le chercheur, l’institution militaire et le monde universitaire:

Il s’agit ici de parcourir les expériences de chercheurs, quels que soient leur discipline et leur milieu académique, sur le terrain des forces armées. La place donnée ou trouvée par le chercheur au sein de l’institution oriente la recherche, d’autant plus dans l’Armée, où une forte différenciation civils/militaires demeure structurante. Ainsi, les caractéristiques sociales (de genre, de classe, d’âge, ethnique, etc.), la trajectoire biographique du chercheur et sa relation à l’institution ont une incidence directe sur les conditions d’enquête. Par ailleurs, la stratégie d’enquête retenue n’est pas sans produire des effets sur la réception de ses travaux par le monde universitaire dont il est issu. Quelles sont les ressources (institutionnelles, familiales, etc.) mobilisables par l’enquêteur pour accéder et se mouvoir dans l’institution ? Ce point ouvre une réflexion sur les conditions d’engagement du chercheur sur son terrain : si certains semblent plus « difficiles » que d’autres (Boumaza et Campana, 2007), voire dangereux (Fournier, 2001), qu’en est-il des terrains dans l’armée ?

2)      L’institution militaire et les sciences sociales et historiques :

Ce deuxième axe interroge l’organisation de la recherche par l’armée et l’impératif d’autonomie relative du chercheur. Le champ scientifique n’obéit pas nécessairement aux intérêts et aux temporalités du champ militaire, malgré l’existence d’instituts de sciences sociales au sein même des institutions militaires (Porteret, 2003 ; Jankowski et Vennesson, 2005). Quelles sont les conditions de la pratique de la recherche en milieu militaire et quelles sont les possibilités effectives de faire des sciences sociales au sein des armées ? Ainsi, l’accès à certaines sources peut s’avérer problématique. La classification, par exemple, contraint le chercheur dans ses stratégies de recherche, qui parfois passent par son engagement au sens littéral. Les réticences des militaires, le devoir de réserve, voire l’autocensure du chercheur « employé » par l’armée, peuvent constituer des obstacles à la pratique non utilitariste des sciences sociales et historiques au sein de l’institution militaire. Le soupçon d’instrumentalisation du chercheur par l’institution peut s’avérer un véritable obstacle à la réception des enquêtes commanditées par les armées au sein de la communauté universitaire. En histoire, la question des sources disponibles se pose avec acuité pour l’étude des conflits très contemporains, car, si leur enjeu politique s’estompe, elles ne sont pas pour autant rendues accessibles. Par ailleurs, quelles sont les conséquences induites par la gestion des archives militaires par l’institution elle-même ? Tout univers social oppose des résistances à l’objectivation, celles de l’Armée sont-elles spécifiques ?

3)      Le domaine militaire face à l’épreuve du terrain : quel objet pour la sociologie et l’histoire militaire ?

Enfin, ce troisième axe explore à la fois empiriquement et épistémologiquement les fondements de la notion de « spécificité militaire » et de ceux de la sociologie militaire. Quel est l’objet de la sociologie militaire ? Au regard des discussions pointées par Laure Bardiès (art. cité) et par les chercheurs associés au RT 08 de l’AFS, le domaine de la sociologie militaire ne serait pas clairement délimité. La sociologie militaire se limite-t-elle aux formes institutionnelles des armées des États modernes et à l’évolution de ces dernières ? Que faire de l’étude des forces armées « non conventionnelles » de type guérillas et insurrections ? Comment mener une sociologie du fait militaire dans un contexte qui fixe comme horizon quasi inaccessible pour le sociologue l’accès aux zones de combat ? Comment faire une sociologie militaire sans accéder aux théâtres d’opérations ? La sociologie militaire doit-elle se cantonner aux « routines quotidiennes » de l’armée et s’apparenter uniquement à une sociologie de la profession militaire ? De même, doit-elle exclusivement se focaliser sur les régiments de métropole au détriment de l’outremer ? La sociologie militaire peut-elle nourrir des questions de sociologie générale et ainsi se désenclaver d’une définition par « le sujet traité » ?

La détermination de sources valables pour la construction de l’objet de l’histoire militaire pose une même interrogation : du recueil de témoignages (Tourtier-Bonazzi, 1990), à l’étude des sources écrites (lettres, compte-rendu de mission) en passant par les sources visuelles (photographies, illustrations, films), la pluralité des sources et leur croisement s’avère être une nécessité, a fortiori pour l’étude des conflits très contemporains (Soulet, 2010). Pour autant, tout peut-il faire « source » ?

Autrement dit, les objets de la sociologie et de l’histoire militaire ont-ils une quelconque spécificité ou bien l’adjectif renvoie-t-il seulement à une sous-catégorisation du champ disciplinaire ?

Comité scientifique :

Julie Andurain (CDEF)

Christel Coton (Paris I – CESSP/CSE)

Sébastien Jakubowski (Agrosup Dijon – CLERCE)

Pascal Vennesson (IUE de Florence – RSCAS)

Claude Weber (Rennes II/ESM – CIAPHS)

Comité d’organisation :

Christophe Lafaye (IEP d’Aix-en-Provence – CHERPA – IRSEM)

Alicia Paya Pastor (Lille II – CERAPS – IRSEM)

Mathias Thura (EHESS – CMH/ETT – IRSEM)

 

Bibliographie indicative

Bardiès Laure, 2008, Deux siècles de sociologie militaire en France, Thèse, Université Toulouse-I-Sciences sociales.

Bardiès Laure, 2011, « Du concept de spécificité militaire », Année sociologique, 2011/2, vol. 61, pp. 273-295.

Becker Howard S., 1970, Sociological Work: Method and Substance, Chicago, Adeline Publishing.

Bizeul Daniel, 2007, « Que faire des expériences d’enquête ? Apports et fragilité de l’observation directe », Revue française de science politique, n°1, vol. 57, pp. 69-80.

Boëne Bernard, 1990, La spécificité militaire, Paris, Armand Coli.

Boëne Bernard, 1995, Émergence et développement d’une sociologie spécialisée : le cas de la sociologie militaire aux États-Unis, Thèse d’État, Université Paris-V-René Descartes.

Boëne Bernard, 2011, « Classiques des sciences sociales dans le champ militaire », Res Militaris, vol. 1, n°3 [en ligne].

Boumaza Magali et Campana Aurélie, 2007, « Enquêter en milieu « difficile ». Introduction », Revue française de science politique, 2007/1, vol. 57, pp. 5-25.

Bourdieu Pierre, Chamboredon Jean-Claude et Passeron Jean-Claude, 1968, Le métier de sociologue, Paris, Mouton.

Coton Christel, 2008, « Luttes de prestige entre pairs. Le cas des officiers de l’armée de terre », Sociétés contemporaines, n°72, pp. 15-35.

Deschaux-Beaume Delphine, 2011, « Enquêter en milieu militaire. Stratégie qualitative et conduite d’entretiens dans le domaine de la défense », Res Militaris, vol. 1, n°2 [en ligne].

Fournier Pierre, 2001, « Attention dangers ! Enquête sur le travail dans le nucléaire », Ethnologie française, n°1, vol. 31, pp. 69-80.

Goya Michel, 2004, La Chair et l’acier – L’armée française et l’invention de la guerre moderne 1914-1918, Tallandier.

Gresle François, 2003, « La « société militaire ». Son devenir à la lumière de la professionnalisation », Revue française de sociologie, n°44, vol. 4, pp. 777-798.

Gresle François, 2005, Sociologie du militaire, Paris, L’Harmattan

Hamelin Fabrice, 2000, La spécificité militaire, une construction institutionnelle. Le cas de la formation des officiers du génie au XIXe et XXe siècle, Thèse, Institut d’Études Politiques de Paris.

Henninger Laurent (dir.) et alii., 1999, Histoire militaire et sciences humaines, Bruxelles, Complexes.

Jankowski Barbara, Pascal Vennesson, 2005, « Les sciences sociales au ministère de la Défense : inventer, négocier et promouvoir un rôle », in Bezes Philippe et alii. (dir.), L’État à l’épreuve des sciences sociales. La fonction de recherche dans les administrations sous la Vème République, Paris, La Découverte.

Jauffret Jean-Charles, 2004 [2000], Soldats en Algérie, 1954-1962. Expériences contrastées des hommes du contingent, Paris, Éditions Autrement, 5e édition.

Larmet Gwenaël, 1995, « Comment devient-on camarade de régiment ? », Critiques sociales, n°7, pp. 3-28.

Léger Jean-François, 2003, «Pourquoi les jeunes s’engagent-ils aujourd’hui dans les armées ? », Revue française de sociologie, n°44, vol. 4, pp. 713-734.

Martin Clément et Pajon Christophe, 2011, « Max Weber, le charisme routinisé et l’armée de l’air. L’éducation charismatique au sein d’une école d’officiers », Année sociologique, 2011/2, vol. 61, pp. 383-405.

Montagnon Pierre, 2008, L’Histoire de la légion de 1831 à nos jours, Pygmalion, Paris.

Pinto Louis, 1975, « L’armée, le contingent et les classes sociales », Actes de la recherche en sciences sociales, vol. 1, n°3, pp. 18-40.

Porte Rémy, 2011, Chronologie commentée de la Première Guerre mondiale, Éditions Perrin.

Porteret Vincent, 2003, « A la recherche du nouveau visage des armées et des militaires français : les études sociologiques du Centre d’études en sciences sociales de la défense », Revue française de sociologie, n°44, vol. 4, pp. 799-822.

Prévot Emmanuelle, 2007, « Alcool et sociabilité militaire : de la cohésion au contrôle, de l’intégration à l’exclusion », Travailler, 2007/2, n°18, pp. 159-181.

Soulet Jean-François, 2010, L‘Histoire immédiate. Historiographie, sources et méthodes, Paris, Armand Colin.

Thiéblemont André, 1983, Les militaires sous le regard ethnographique, Revue Défense Nationale, n°06, pp.73-87.

Thiéblemont André, 1999, Cultures et logiques militaires, Paris, PUF.

Tourtier-Bonazzi Chantal (de) (sous dir.), Le Témoignage oral aux archives. De la collecte à la communication, Paris, Archives nationales, 1990.

Weber Claude, 2001, « Ethnographie en milieu militaire », Cahiers de publications doctorales de l’université de Strasbourg, n°2, pp. 79-91.

Déroulement de la journée d’étude

 

La journée d’étude se déroulera sous la forme de présentations organisées en tables rondes thématiques. Ces dernières seront suivies d’une discussion afin de mettre en perspective les différentes interventions et de générer un échange entre chercheurs et avec le public.

 

 

Mots-clefs :

Sciences sociales, institution militaire, méthodologie, observation, terrain, travail d’enquête

 

 

Modalité de soumission :

 

Les propositions ne devront pas excéder 7000 caractères (2 pages), espaces compris, titre inclus, bibliographie non incluse.

 

 

Une attention toute particulière sera portée à la présentation du terrain et des sources soutenant le propos de l’auteur. Les propositions permettant une mise en perspective internationale sont vivement encouragées, ainsi que celles apportant un éclairage depuis des institutions connexes aux forces armées.

 

 

Les contributeurs sont invités à faire figurer en page de garde de leur proposition une fiche de présentation précisant leurs noms, prénoms, statut et leurs rattachements institutionnels, qu’ils soient universitaires et/ou militaires (non compris dans les 7000 caractères).

 

 

Les propositions et les fiches de présentation sont à retourner au format suivant :

NOM-PRENOM-PROP.doc (docx, odt, pdf)

 

Elles sont à faire parvenir au comité organisateur à l’adresse suivante :

je.terrain.militaire@gmail.com

 

 

Date limite de candidature : 5 mai 2012

Sélection et réponse du comité : 15 juin 2012

Date de remise des papiers (15 pages environ) : fin du mois de septembre 2012

Date de la JE : début du mois de novembre 2012

Lieu : Paris (75000).

 

Contacts :

 

Christophe Lafaye : christophe.lafaye@gmail.com

Alicia Paya Pastor : aliciapaya@hotmail.fr

Mathias Thura : mathias.thura@ehess.fr

 

Appel à communications : Armées et révolutions arabes

Le Centre de Recherche des Écoles de Saint-Cyr Coëtquidan – pôle « Action globale et forces terrestres » organisera ses  Journées d’études 26 et 27 septembre, Cercle de la Monnaie (Rennes, 35). Vous trouverez ci dessous l’appel à contribution que le professeur Haddad nous a demandé de relayer. English version below

Les révolutions et les soulèvements populaires en cours dans la majeure partie du monde arabe ont souligné le rôle crucial que pouvaient jouer les forces armées intérieures dans les bouleversements politiques qui affectent les États de la région. Même si la plupart de ces pays ont été (ou sont toujours) gouvernés par les forces armées ou par des dirigeants issus de cette institution, les changements actuels prennent place dans des contextes socio-historiques et des configurations politiques diverses. De fait, ces armées ont eu un rôle différent dans l’histoire de leur pays respectif et entretiennent des relations particulières avec l’Etat, ainsi qu’avec les sociétés dont elles émanent. Cela étant et en dépit de ce large éventail dans les relations armées-États, plusieurs questions communes émergent. Qui sont ces forces armées ? Pourquoi ont-elles été longtemps considérées comme des acteurs mineurs ou au contraire majeurs sur les différentes scènes nationales ? Quels rôles peuvent jouer les militaires dans ce qui apparaît comme étant une nouvelle séquence politique pour les pays arabes ? Comment peuvent évoluer les relations armées-sociétés dans un proche avenir ? Ce rôle est d’autant plus crucial que ces pays sont confrontés à un paradoxe : s’il semble acquis que dans les transitions dites démocratiques, les militaires doivent être tenus éloignés de la vie politique intérieure, le chemin vers la transition ne saurait se dispenser d’une implication politique de ces mêmes forces armées.

Ce colloque consacré aux « Armées et révolutions arabes » tentera de répondre à ces questions. Cette manifestation accueillera également des contributions se penchant sur le rôle des armées dans les transitions démocratiques qui ont touché l’Amérique latine, le Portugal, l’Espagne, l’Afrique subsaharienne ou les pays de l’ancien bloc soviétique et qui permettront d’éclairer cette séquence historique inédite.

Les propositions de communication doivent être adressées avant le 30 juin 2012, par courrier électronique aux organisateurs, Saïd Haddad et Marie Baize-Robache, à l’adresse suivante : armees.revolutionsarabes@st-cyr.terre-net.defense.gouv.fr

Les résumés devront être rédigés en français ET en anglais, en une quinzaine de lignes, et accompagnés des coordonnées et de l’affiliation de l’auteur.

Date de notification : le 15 juillet 2012.

Date d’envoi des communications définitives : le 1er septembre 2012. Elles peuvent être rédigées en français OU en anglais.

Arab Armed Forces and Arab Revolutions

The ongoing revolutions or unrest in the Arab world underline the crucial roles of the domestic armed forces in the political changes which can affect the Arab states. Even if these countries have been (or are still) ruled by governments or political leaders from the armed forces, the current changes are taking place in different political contexts and structures. As a matter of fact, these armed forces played different role and have different relationships with the state and with their own social environment. Despite this large spectrum or variety of military-state profile, several common questions raise. Who are these Armed Forces? Why were they considered for many years as a minor actor or a major one on the domestic political theater? What future role can the militaries play in what is supposed to be a new political era? How can the civilians-militaries evolve? Dealing with all these questions, our colloquium will also try to discuss what it could be considered as a paradox: according to some democratic control of armed forces models, militaries have to be kept away from the political life but in the same time the transition path seems to need in some case a political military commitment. In a comparative perspective, this colloquium will accept also contributions concerning the role of the armed forces in societies moving towards democracy (Latin America, Portugal and Spain, Africa and former communist countries).

Abstracts should be sent, by e-mail, to the coordinators, Saïd Haddad and Marie Baize-Robache not later than June 30th 2012, at the following e-mail: armees.revolutionsarabes@st-cyr.terre-net.defense.gouv.fr

The abstract should not exceed fifteen lines, and the authors should specify their name, affiliation and address.

Submission of abstract: June 30th 2012

Acceptation: July 15th 2012

Submission of papers: September 1st 2012.

ARSS n°191-192

Le dernier opus des Actes de la recherche en sciences sociales n°191-192 présente, dans son dossier consacré aux « Légitimités culturelles Classes sociales et modes de domination (2) », un article de Christel Coton intitulé  Briller sous l’épaulette Capital culturel et capital combattant dans le corps des officiers de l’armée de terre. Nous reproduisons ci-dessous le résumé de cet article :

À l’armée comme ailleurs, les ressources scolaires et culturelles conditionnent l’accès aux plus hautes fonctions. Mais si l’institution militaire est de plus en plus engagée dans la mobilisation de critères et de dispositifs universitaires pour orchestrer la sélection de ses élites en interne, elle entretient également l’idée qu’en définitive, seules les qualités militaires peuvent motiver l’avancement de ses élites. L’enquête menée en milieu officier donne à voir combien capital scolaire et capital combattant ne sauraient être compris dans une stricte relation d’opposition. En effet, un certain nombre de dispositifs travaillent en réalité à convertir les dispositions scolaires des plus dotés de l’institution en capital combattant, c’est-à-dire en sources de reconnaissance toute personnelle, attestant du déploiement de qualités spécifiquement militaires. Cet article se propose d’étudier les processus institutionnels et sociaux qui autorisent, dans le corps des officiers, la conversion des titres scolaires et des ressources culturelles en capital symbolique, c’est-à-dire, dans le cas de l’armée de terre, en distinctions et qualités proprement militaires.

Le site lectures propose de faire un compte rendu de ce numéro de revue. Plus d’infos : http://lectures.revues.org/7930

Call for papers : Corps habillés. Politique des métiers de l’ordre

Nous reproduisons ci-dessous l’appel à contribution pour la revue Politique africaine. Merci à Emmanuelle Zolesio de me l’avoir transmis. English version below.

Corps habillés. Politique des métiers de l’ordre

Les corps habillés (i.e.: militaires, gendarmes, policiers, gardes nationaux, gardiens de préfectures, gardes frontières, forestiers, sapeurs pompiers, etc.) constituent un champ professionnel central dans les appareils d’Etat africains. Formant dans certains Etats jusqu’à près de la moitié des fonctionnaires, présents à tous les étages des appareils d’Etat, des carrefours de circulation aux antichambres du pouvoir, ils participent à plein du fonctionnement de l’Etat postcolonial. Redécouverts récemment par les organisations internationales et les bailleurs de fonds sur le mode de la « Réforme du Secteur de la Sécurité » (SSR), ils restent mal connus des sciences sociales. Alors que les acteurs non étatiques de l’exercice de la violence sont de mieux en mieux étudiés, les fonctionnaires en charge de l’exercice de la violence d’Etat restent un objet à explorer.

Prenant acte des impulsions venant de la recherche sur des terrains connexes (les milices, les trajectoires combattantes, la police coloniale, les administrations publiques africaines, les carrières des fonctionnaires, la coercition étatique et non-étatique, etc.), ce numéro se propose d’articuler perspectives historiques, sociologiques et anthropologiques, afin de mieux comprendre la formation des forces de l’ordre, les pratiques de leurs agents et les rapports qu’ils entretiennent avec le pouvoir d’Etat en Afrique. Se distinguant de deux poncifs, celui de l’homogénéité (« esprit de corps ») et celui de la fragmentation (« guerres des polices »), il s’attachera à retracer les caractéristiques communes, les croyances partagées, les circulations, mais aussi les tensions, les luttes de position et les conflits propres au champ des forces de l’ordre. En rompant avec les discours normatifs (type paradigme SSR) et téléologiques, les articles repenseront à nouveau frais les trajectoires collectives et individuelles des professionnels de l’ordre et leurs relations avec l’Etat. On mettra notamment l’accent les axes suivants:

            Socio-histoire d’un champ professionnel. Les institutions de maintien de l’ordre sont pour l’essentiel héritées de l’époque coloniale. Elles ont été étudiées le plus souvent de façon séparée, en reprenant les labels institutionnels. Il apparaît au contraire fécond d’envisager ces institutions comme un espace social, tout en mettant l’accent sur les projets successifs de (ré)organisation des forces de l’ordre. En quoi les compagnies de Tirailleurs Sénégalais, les Gardes Indigènes ou la Royal West African Frontier Force par exemple furent-ils les matrices des forces de l’ordre de leur territoire respectif ? Comment, à partir des troupes de conquête ou des premiers postes administratifs, se détachèrent progressivement les différentes institutions spécialisées, les corps et les unités participant des forces de l’ordre ? Les périodes clés sont aussi la période de la transmission de l’appareil sécuritaire durant les Indépendances, les années 1960 et 1970 où les forces de l’ordre des Etats post-coloniaux se forment, les années 1980 avec les politiques d’ajustement structurel, et les années 1990 où l’on observe un processus de démocratisation souvent accompagné d’une restauration autoritaire.

Cultures matérielles et représentations populaires. Habits de camouflage, AK47, talkie-walkie, machines à dactylographier : l’univers matériel des agents de l’ordre se double d’un univers symbolique qui organise d’une part l’opposition entre les membres de la profession et les non-initiés (qui ne portent pas uniforme, ne savent pas lire les insignes, n’ont pas d’arme, etc.), et d’autre part les oppositions internes à l’espace professionnel du maintien de l’ordre (« tenue » contre agents « en civil », porteurs de fusils contre porteurs de matraques, etc.). Quelles sont les langages et les mythes auxquels sont associées les forces de l’ordre ? Quelles sont les croyances partagées, les codes compris par tous, la doxa professionnelle des forces de l’ordre ? A l’inverse, où se situent les conflits symboliques, les luttes de classement, les enjeux de mémoire professionnelle? En quoi cet espace social est-il structuré par des idiomes professionnels (langage de l’uniforme, images de l’ordre, hexis corporelle, codes hiérarchiques, etc.) réglant à la fois l’unité et les distinctions d’un ensemble professionnel ?

Etre professionnel-le de l’ordre : carrières et trajectoires. Malgré un regain récent des travaux anthropologiques sur l’Etat au quotidien et les bureaucraties africaines, on sait encore peu de choses des carrières et des pratiques des agents des forces de l’ordre. Comment est-on recruté dans les armées et les polices africaines ? Dans les pays marqués par des conflits, notamment au Tchad, les agents passés par des écoles spécialisées travaillent au quotidien avec d’anciens rebelles intégrés à la faveur d’accords de paix. Comment se déroulent les carrières ? Comment les agents perçoivent-ils leur rôle ? Une attention particulière pourra notamment être portée aux procédures routinières et pratiques quotidiennes des forces de l’ordre.

            Luttes de position, conflits latents et violence. En raison de leur position spécifique au sein de l’Etat, les conflits internes aux forces de l’ordre sont des enjeux politiques centraux dans les Etats postcoloniaux (bagarres entre policiers et gendarmes à Dakar, mutineries au Niger, rebellions au Burkina-Faso, mais aussi retournements soudains, comme on l’a vu récemment notamment en Tunisie, en Egypte et en Libye, peut-être en Guinée et ailleurs). Trop souvent, ces conflits sont ramenés à une lutte univoque entre corps concurrents (le poncif de l’opposition entre militaires et policiers par exemple) ou encore à des luttes endémiques entre clans ou groupes ethniques (officiers du nord contre ceux du sud par exemple). Qu’en est-il vraiment des luttes de position au sein des forces de l’ordre ? Comment s’organisent les réseaux d’officiers, les liens verticaux entre individus de rangs différents, les alliances entre unités, compagnies et brigades ? Comment les hiérarchies au sein des forces de l’ordre sont-elles négociées, débattues, contestées ?

            Modes d’action politique. Situés à la fois au cœur de l’Etat et à la périphérie du champ bureaucratique, les agents de l’ordre disposent de moyens de pression. Dans de nombreux Etats, le pouvoir accorde une attention particulière aux revendications des agents de l’ordre. Pourtant, dans le même temps, les agents de l’ordre sont des fonctionnaires surveillés de près par les autorités (interdiction de syndicat, interdiction des grèves, code disciplinaire, baraquement et logements séparés, etc.). Les agents de maintien de l’ordre disposent-ils de modes spécifiques d’action politique ? Au-delà des coups d’Etat et du déclenchement de « nouvelles guerres » dont l’étude fut centrale respectivement dans les années 1970 et 1990, peut-on identifier un spectre plus large de modes d’action et d’expression politique propres aux forces de l’ordre ?

Casernes, camps, commissariats : les lieux des forces de l’ordre. Parmi les lieux les mieux protégés des villes africaines se trouvent les camps militaires, les casernes, les commissariats, les maisons des combattants, les baraques, les buvettes des officiers, etc. Ces lieux protégés sont aussi parmi les plus surveillés par le pouvoir, inquiet de ce qu’il s’y passe (que l’on pense à Alassane Ouattara exigeant des familles qu’ils quittent les camps militaires ou à Alpha Condé voulant « encaserner les militaires »). Il s’agira ici de saisir ce qui se passe dans les lieux de formation, de travail et de socialisation des forces de l’ordre, mais aussi de réfléchir aux frontières entre les espaces réservés aux forces de l’ordre et les autres espaces de la vie sociale et économique. Dans certains contextes, le camp apparaît comme un espace à part sans être une hétérotopie. Ailleurs, par exemple au Tchad, les militaires restent rarement cantonnés dans leurs casernes. Comment les agents de l’ordre s’emparent-ils de ces lieux, comment y travaillent-ils, comment y vivent-ils avec ou sans leur famille ? Quels rôles jouent les événements tels que les fêtes nationales, les grandes manœuvres, ou les tournois de foot dans la socialisation des militaires et agents de l’ordre ?

Genre et forces de l’ordre. Les métiers de l’ordre restent, dans les pays considérés comme ailleurs, très majoritairement exercés par des hommes. L’approche de genre permet ici de mettre en évidence la division genrée du travail. Quelle est la part des femmes ? Dans quelles institutions, à quels rangs et à quelles fonctions sont-elles présentes ? Comment négocient-elles la division genrée du travail ? Quels capitaux mobilisent-elles dans ces mondes professionnels pensés comme masculins ? Les institutions de l’ordre participent en outre de la fabrique d’une masculinité postcoloniale qu’il convient d’étudier. Comment les autorités gèrent-elles les questions de la famille, de la sexualité, du corps et de l’intimité des agents de l’ordre ? Certains pays, comme le Bénin, se prévalent de forces féminines de maintien de l’ordre associées à un passé précolonial idéalisé. Pour d’autres pays, comme la Guinée, les forces féminines sont perçues comme participant d’un passé socialiste. D’autres, comme le Rwanda, semblent faire de la féminisation des forces de l’ordre un enjeu politique de rupture avec le passé. D’autres enfin, comme le Togo, tentent à échéance régulière, mais pour le moment sans grand succès, d’étendre aux femmes le recrutement policier et militaire. En quoi le recrutement féminin participe-t-il d’un nouveau discours sur la modernisation et la démocratisation des forces de l’ordre ?

Politiques de réforme entre le global et le local. Les forces de l’ordre et de sécurité font l’objet d’une attention croissante de la part des acteurs internationaux. Loin d’opposer le « global », le « national » et le « local », il s’agira de saisir les recompositions des forces de l’ordre dans le contexte de la diffusion transnationale de normes, de référents et de techniques dans le domaine de la sécurité. Quels sont les effets des programmes dits de Réforme du Secteur de la Sécurité (RSS) ? Quelles furent les conséquences des réformes passées (créations successives de nouvelles institutions, politiques d’ajustement structurel, réformes des années 1990 et 2000) ? Par quels moyens les acteurs internationaux tentent-ils d’influer, avec ou contre les Etats, sur les forces de l’ordre (stages de formation, workshops, campagnes d’information, livraisons de matériel, déploiements d’observateurs internationaux, etc.) ? L’enjeu n’est pas ici d’étudier les échecs ou les succès de ces politiques, mais de saisir ce qui est en jeu aux points de rencontre entre les agents des forces de l’ordre et les experts internationaux.

Calendrier

Les propositions d’une page maximum sont à envoyer à Marielle Debos et Joël Glasman jusqu’au 15 avril 2012. Les articles retenus seront attendus pour le 15 juin 2012. Après le processus d’évaluation conduit par Politique africaine, les articles acceptés paraîtront dans le dossier du numéro de décembre 2012.

Contact:

Marielle Debos, mdebos@u-paris10.fr

Joel Glasman, glasmanj@cms.hu-berlin.de

« Corps habillés ». The Politics of security forces
Occupations, careers, practices

The corps habillés (i.e. army volunteers, gendarmes, police staff, national guards, prefects’ guards, border guards, forest agents, firefighters, etc.) constitute a professional field that plays a central role in the apparatus of the African state. In some countries, they represent up to half of public sector employees. Involved at every level from road intersections to backroom politics, they participate in the daily functioning of the postcolonial state. Recently rediscovered by international organizations and funding agencies under the framework of the “Security Sector Reform” (SSR), they remain an under-studied field in social sciences. While non-state modes of regulation of violence are a growing field of study, little attention has been paid to state employees in uniform.

Building on current research in related fields (militias, combatants’ trajectories, colonial police, public administrations, state and non-state coercion), this special issue aims to establish connections between historical, sociological and anthropological approaches. It seeks to build a better understanding of security forces’ formation, of their agents’ practices as well as of their relations to state power in Africa. This issue breaks with the commonplace of the supposed homogeneity of security forces (“esprit de corps”) and moves beyond the perspective of the fragmentation. It aims to analyze shared patterns and beliefs, alliances as well as competition, tensions, and conflicts within the security forces. Breaking with normative (such as the SSR paradigm) and teleological perspectives, articles will analyse collective and individual trajectories as well as the study of the relations of state employees in uniform to the state.

Authors are invited to address the following issues:

Socio-history of a professional field. Security forces are mainly inherited from the colonial period. They have mostly been analyzed separately according to institutions’ labels. Moving beyond this trend, this issue seeks to analyze institutions as social spaces while placing emphasis on successive projects to (re)organize them. For example, to what extent were the Tirailleurs Sénégalais companies, the Indigenous Guards or the Royal West African Frontier Force the origins of security forces on the respective territory? How did conquest troops or administrative outposts progressively became specialized institutions? Key historical periods are also the transmission of the security apparatus at the Independence, the 1960s and 1970s when post-colonial security forces developed, the 1980s when they were affected by Structural Adjustment Programs, and the 1990s when democratization was often followed by authoritarian restoration.

Material culture and popular representations. Camouflage fatigues, AK47, talkie-walkie, typing machines: security forces’ material culture participates in the distinction between professionals and non-professionals (who neither wear uniform nor bear arms, who are not able to read insignia, etc.) as well as in the distinctions within this professional field (for example staff in uniform as opposed to staff in civilian clothes, staff bearing arms as opposed to staff bearing truncheons, etc.). What are the languages and myths associated with security forces? Are there shared beliefs and references? A professional doxa specific to security forces? Are there symbolic conflicts, struggles for social positions? To what extent is this social space structured by professional idioms (uniform, body hexis, and hierarchical codes) that regulate both the unity of this professional field and distinctions within it?

Security forces’ staff: careers and practices. Despite a recent interest in sociology and anthropology in the daily functioning of state bureaucracies, little is known on the careers and practices of security forces’ members. How do African armies and polices recruit? In countries characterized by recurrent conflicts, professional career security agents frequently work alongside former rebels who were appointed to positions within the army or the police after the signing of a peace agreement. How do their careers evolve? How do they perceive their role? Special attention will be paid to security forces’ routine procedures and daily practices.

Professional competition and violent struggles. Because security forces are central in the state apparatus, internal conflicts are highly politicized issues inpost-colonial states (fighting between policemen and gendarmes in Dakar, rebellions in Niger, or sudden reversals, as we have recently seen in Tunisia, Egypt and Libya). Too often, these conflicts are univocally seen as struggles among competing bodies(the stereotype of the oppositionbetween the military and police for example) or asendemic struggles among ethnic groups (officers from the north against officers from the south for example). This issue, in contrast, wishes to look at the effects of competition and conflicts within the security forces? How are networks and relationships organized: officers’ networks, vertical links among individuals ofdifferent ranks, alliances among units, brigades and companies? How are internal hierarchies within this very social space negotiated, debated, and challenged?

Modes of political action. Located both at the core of the state and at the periphery of the bureaucratic field, security forces agents resort to diverse tactical repertoires. In many countries, the government pays special attention to the corporatist claims of security forces personnel. However, policemen and soldiers are under the constant gaze of authorities (prohibition of trade unions and strikes, harsh disciplinary code, separatebarracks and housing, etc.). Do members of security forces have specific modes of political action? Beyond the coups and the outbreak of « new wars » whose studies were centralrespectively in the 1970s and 1990s, can we identify a broader spectrum of modes of action and political expression specific to security forces?

Barracks, camps, police stations: the social places of security forces. Among the most protected places of African cities are military camps, barracks, police stations, officers’ mess, etc. These places are also closely monitored by anxious state authorities (one thinks of Alassane Ouattara in Cote d’Ivoire requiring soldiers’ relativesto leave the camps or Alpha Conde in Guinea trying to keep soldiers confined in their barracks). In this respect, this special issue aims to understand what is at stake in spaces of training, work and socialization of men and women in uniform. It also aims to offer insights on the boundaries between these spaces and other spaces central in the social and economic life. In some contexts, the camp seems a separate and almost confined space. Elsewhere, the military rarely remain confined to their barracks. How do agents appropriate these spaces, how do they work, how do they live there with or without their relatives? Which role do events such as national holidays, training exercises orfootball tournaments play in the socialization of military and security forces staff?

Gender and security forces. Occupations linked to security in African countries as elsewhere are overwhelmingly seen as masculine. A gender approach will in the first place focus here on a gendered division of labour. What is the proportion of women in these institutions? Which functions, ranks and responsibilities do they have? How do they negotiate the gendered division of labour? Which specific resources and ideas can they mobilize in this field thought of as masculine? To which extent do these institutions partake in the construction of a postcolonial masculinity? How do authorities intervene in private and family matters, in issues of intimacy, body or sexuality? In some countries, like Benin, the presence of women in the army is seen as part of a (reinvented) precolonial tradition. In others, like Guinea, this is seen as part of a socialist past. In others, like Rwanda, the feminization of security forces is seen as a break with the recent past. Others, like Togo, made only unsuccessful attempts to extend the recruitment of police and army to women. To which extent do female recruitments and formations participate in narratives on the “modernization” and “democratization” of the state?

Security forces’ reforms between the global and the local. Security forces have increasingly been targeted by international programs. Far from opposing the « global », the « national » and the « local », the aim here is to analyze security forces’ recompositions in the context of the transnational dissemination of norms, standards and technical references in the field of security. What are the effects of Security Sector Reform (SSR) programs? What were the consequences of past reforms (successive creations of new institutions, structural adjustment policies, reforms of the 1990s and 2000s)? How do international actors attempt, with or against states institutions, to influence security forces’ practices (training courses, workshops, information campaigns, delivery of equipment, deployment of international observers, etc.)? The purpose here is not to study the failures or successes of these programs, but to grasp what is at stake at the intersection between local agents and international experts.

Deadlines :

Abstracts (maximum one page) should be sent to Marielle Debos and Joël Glasman before the 15th April 2012. Selected articles are expected on 15 June 2012. After the peer review evaluation conducted by Politique africaine, accepted articles will be published in the December 2012 issue.

Contact:

Marielle Debos, mdebos@u-paris10.fr

Joel Glasman, glasmanj@cms.hu-berlin.de

Call for Papers : RC01’s Interim Conference

RC 01 will have its Interim Conference in Maribor, Slovenia from 8-12 July 2012 08 – 12 July 2012. The overall theme is: Changes: The Military, Soldiers, Politics and Society Changes: The Military, Soldiers, Politics and Society.

Please respond to the following Call for Papers (interim conference call for papers) and send a paper proposal to the chair(s) of the panel of your choice.

The deadline for submitting paper proposals is 4 March 2012

François Gresle (1945-2012)

Les membres du bureau du RT8 au sein de l’AFS et les membres du réseau présentent leurs condoléances à la famille du Professeur François Gresle et souhaitent s’associer à leur douleur en lui rendant hommage. François Gresle a grandement contribué au développement et à l’institutionnalisation de la sociologie militaire en France en la fondant auprès des autorités militaires et en assurant sa reconnaissance académique dans l’univers scientifique sociologique. Premier responsable du réseau thématique 8 au sein de l’association française de sociologie, il a fortement participé à sa création lors, notamment, d’une réunion en mars 2003 à l’ENS Cachan à laquelle un certain nombre d’entre nous avaient déjà assisté. Ses publications et sa rigueur scientifique ont incontestablement apporté du crédit à ce champ de la sociologie. Chercheur mais aussi enseignant et formateur, François Gresle aura contribué à former un grand nombre de doctorants et de futurs docteurs en accompagnement de thèse ou par sa présence lors des jurys de soutenance.

Le sociologue François Gresle (†) était un des spécialistes de la sociologie du militaire. Un autre hommage lui a été rendu par deux de ses collègues de Paris I, Françoise Piotet et David Delfolie. Avec leur autorisation, nous le publions sur ce carnet :

« C’est avec une grande tristesse que nous avons appris le décès, à l’âge de 67 ans, de notre collègue et ami François Gresle, emporté par la maladie dont il souffrait depuis longtemps. Parmi les sociologues de sa génération, au sein d’une sociologie du travail dominé par les recherches portant sur le salariat et le monde ouvrier, les agriculteurs s’agissant des travailleurs indépendants, il est le seul à s’être intéressé au petit patronat qui a fait l’objet de sa thèse d’Etat soutenue en 1978 à la Sorbonne. Cette thèse, publiée en 1981 aux Presses Universitaires de Lille sous le titre L’univers de la boutique. Famille et métier chez les petits patrons du Nord, 1920-1975), demeure une référence majeure de la sociologie du travail. Commencée à Lille, sa carrière s’est poursuivie à l’Université de Paris 1 Panthéon-Sorbonne où il fut, de nombreuses années, un professeur apprécié par ses collègues et, plus important sans doute, par ses étudiants. Infatigable lecteur, il possédait une rare connaissance de l’histoire de la discipline comme en témoignent les deux tomes, plusieurs fois réédités, de son Histoire de la sociologie rédigés en collaboration avec Charles-Henri Cuin. Il a également été, parmi d’autres responsabilités, membre du comité de rédaction de la Revue Française de Sociologie. Fortement investi dans le rayonnement et la défense de notre discipline, il ne s’est jamais laissé enfermer dans une approche théorique restrictive ou dans une étroite spécialisation. Passionné par l’histoire militaire, il fut un des pionniers en France, non sans difficulté, à militer contre les préjugés pour une reconnaissance légitime de l’étude sociologique des objets relatifs aux armées. Outre ses écrits, dont Le service national (PUF, Que Sais-Je) et La « société militaire » : son devenir à la lumière de la professionnalisation (RFS, 2003/4, Vol. 44), ainsi que la direction de l’ouvrage Sociologie du milieu militaire (L’Harmattan), il a été à l’origine de diverses initiatives – séminaire thématique de DEA, relais avec le ministère de la Défense, création d’un RT de l’Association Française de Sociologie, etc. – qui ont contribué avec d’autres à ouvrir progressivement une voie pour la réalisation, aujourd’hui devenue courante, de travaux sur les militaires, leur institution et les multiples problématiques qui leur sont attachées. Il avait un caractère et des convictions affirmés. Toutefois, ceux qui l’ont connu de manière privilégiée, ses doctorants notamment, peuvent témoigner de sa générosité, de sa gentillesse, de sa profonde humanité tout autant que de sa rectitude morale et intellectuelle. Au-delà d’une fin de carrière rendue particulièrement douloureuse en raison des effets du terrible mal contre lequel il luttait avec dignité et discrétion, domine le sentiment d’une sincère gratitude mêlée d’estime de la part de tous ceux à qui il a tant donné. Notre communauté présente ses condoléances à sa famille et s’associe à sa douleur. »1

François Gresle avait notamment dirigé l’ouvrage Sociologie du milieu militaire – Les conséquences de la professionnalisation sur les armées et l’identité militaire en 2005 chez l’Harmattan2. Alors président du RT8,  il avait notamment indiqué dans la préface :

Le premier des objectifs du réseau de Sociologie du militaire: sécurité armées et société ayant été créé dans le cadre de l’Association française de sociologie, qui elle-même venait de se constituer, est d’abord de favoriser la reconnaissance de cette thématique au sein de la discipline et, à terme, d’encourager les échanges avec d’autres réseaux afm de faire prendre conscience à tous de l’intérêt que peuvent présenter les recherches portant sur le milieu militaire. À cet effet, deux axes d’efforts complémentaires ont émergé du débat: a) considérer le monde militaire comme révélateur, sinon comme amplificateur de phénomènes sociaux de portée très générale; b) mettre en exergue les particularités de l’investigation scientifique en milieu militaire et les apports que ce dernier est susceptible d’offrir. Les difficultés auxquelles les chercheurs se heurtent ne sont pas négligeables: obstacles institutionnels qui viennent freiner la pénétration du milieu ainsi que le recueil des données; discours attendus et prédéterminés des acteurs eux-mêmes qui ont tendance à se draper dans leur fonction. Mais ces difficultés ne sauraient faire oublier les atouts que présente l’investigation du domaine, notamment sur le plan des concepts et des méthodes (voir la sociologie militaire anglo-saxonne dont les apports théoriques et méthodologiques en matière de sociologie ont été considérables).

Un autre objectif, plus pratique, est ressorti des interventions. Faire du réseau un espace d’information sur les travaux existants et aussi une instance de proposition pour le développement de la recherche et de l’enseignement universitaires dans ce domaine. [Gresle, 2005 : 9]3

Des membres du réseau actuel voudraient lui rendre hommage. Ils trouveront sur ce carnet une place à part entière.

  1. Vous trouverez cet hommage sur le site de l’AFS : http://www.afs-socio.fr/FI136/Avis.F.Gresle.doc []
  2. Vous trouverez un extrait de cet ouvrage, ici : http://www.google.fr/url?sa=t&rct=j&q=%22le%20premier%20des%20objectifs%20du%20r%C3%A9seau%20de%20sociologie%20du%20militaire%22&source=web&cd=1&ved=0CCMQFjAA&url=http%3A%2F%2Fwww.didactibook.com%2Fextract%2Fshow%2F54460&ei=rgM5T8DsNsy6hAeTyOWFAg&usg=AFQjCNGqssEEcbhoCsLL6W8QNPDDijsS8g&cad=rja []
  3. Gresle F. (ss la dir.) (2005), Sociologie du milieu militaire, l’Harmattan, 262p. []

Le militaire en opérations multinationales {MAJ}

Le militaire en opérations multinationales
Le militaire en opérations multinationales

La thèse de doctorat de  Delphine Resteigne vient d’être publiée aux éditions Bruylant  sous le titre suivant :

Le militaire en opérations multinationales. Regards croisés en Afghanistan,  en Bosnie, au Liban.

Vous trouverez toutes les informations utiles sur la page de l‘éditeur

 

Voici la 4ème de couverture :

Au cours de ces dernières années, les forces armées de différents pays ont de plus en plus été amenées à travailler sur les mêmes théâtres d’opérations. C’est ce cadre multinational et de spécialisation croissante, mais aussi les interactions avec les intervenants civils et les populations locales qui caractérisent les missions actuelles. Et, même si les décisions d’engagement restent fixées en dernier ressort par les gouvernements nationaux, la configuration multinationale et modulaire des forces est devenue inévitable. Pour mieux comprendre ces contextes professionnels particuliers, la première partie de ce livre s’attache tout d’abord à retracer les principaux changements rencontrés dans les organisations militaires. Traditionnellement considérées comme des milieux homogénéisés par une culture organisationnelle forte et cohésive, cette première partie relève les éléments de différenciation qui les ont rendu progressivement plus diverses. Le deuxième volet propose ensuite une analyse empirique de trois études de cas menées en Afghanistan, en Bosnie-Herzégovine et au Liban et décrit minutieusement la vie quotidienne des militaires déployés ainsi que les principaux déterminants de collaboration observés. Sur base d’entretiens et d’observations menées in situ, l’auteur s’attache ainsi à dépeindre la dimension multinationale des opérations actuelles à travers ses facteurs organisationnels et culturels, en montrant combien ces milieux présentent non seulement des avantages mais aussi d’importants défis pour des militaires davantage habitués à une unité de commandement.1

F de Saint Victor a publié une recension de cet ouvrage:

Du fait de différents facteurs (géopolitiques, économiques, technologiques, socio-culturels, etc.), l’action des forces armées a, ces dernières années, de plus en plus tendance à s’inscrire dans un cadre multi acteurs. Il est caractérisé à la fois par la présence en un même lieu de contingents de différentes nationalités ainsi que par la présence à un niveau élevé d’acteurs civils (population, experts, etc.). Ces caractéristiques ne sont pas sans conséquences pour l’action des militaires. Elles influencent au quotidien sur le plan organisationnel et culturel leur mission.  S’appuyant pour son étude sur le cas des militaires belges, Delphine Resteigne décrypte ces rapports entre acteurs et propose une modélisation de la coopération militaire pour aider à comprendre les pratiques observées et les interactions. Pour cette enseignante en sociologie à l’École Royale Militaire belge, ce travail est l’aboutissement d’un doctorat qui s‘appuie sur une importante enquête de terrain. Les entretiens, les observations et les questionnaires ayant été menés auprès de militaires belges, en garnison et en opérations, principalement au Liban, en Bosnie et en Afghanistan… (lire la suite)
La revue DSI a fait de même :
Sociologue de défense en poste à l’Ecole Royale Militaire de Bruxelles, Delphine Resteigne livre dans cet ouvrage la substantifique moelle de sa thèse de doctorat, durant la préparation de laquelle elle a été amenée à suivre les militaires belges en opération en Afghanistan, au Liban et en Bosnie. Elle y a alors mené des recherches sur les environnements multinationaux et leurs impacts sur les armées, de la vie au quotidien jusqu’aux questions de gestion des forces en opération… (lire la suite)

  1. http://www.bruylant.be/st/nl/fiche.php?id=14095 []