L’IUS, one step beyond….

 

Chicago, quelques jours avant Halloween et le Hilton Palmer House… trois éléments qui feront immédiatement sens pour ceux qui s’intéressent à la sociologie militaire. La célèbre conférence de l’Inter-University Seminar on Armed Forces and Society (aussi éditeur de la non moins fameuse revue Armed Forces and Society) s’est en effet achevée dimanche matin 27 octobre sur les bords du Lac Michigan.

Malgré les craintes des effets du shutdown des Etats-Unis sur la participation, une nouvelle fois, la vénérable institution fut pendant quelques jours the place to be pour la sociologie militaire et plus généralement pour les sciences sociales appliquées aux affaires militaires. Plusieurs centaines de participants, des représentants de tous les continents, de très (trop ?) nombreux panels en parallèle… de quoi nourrir le plus boulimique des penseurs de la chose militaire.

Des genres de guerre au genre dans la guerre

Au-delà de la traditionnelle dimension pantagruélique de l’évènement – au total plus de 150 communications et environ 50 panels en parallèle, et plusieurs dizaine de nationalité représentées), que peut-on retenir de cette édition ? Il est évidemment difficile d’être exhaustif, l’auteur de ces lignes n’ayant pu par définition assisté à l’ensemble des communications.

Sans sombrer dans un trop fort impressionnisme voire à pointillisme, il semble qu’il soit possible de noter que l’influence (brûlante) de l’actualité guerrière de cette dernière décennie semble s’estomper.

Bien que certains panels fussent encore consacrés explicitement au terrorisme, à la contre insurrection ou au combat asymétrique, les thèmes classiques de la sociologie militaire ont repris le pas : identité militaire, relation civilo-militaire (conscription, relations politico-militaires, coopération civilo-militaire), profession et professionalisme, multinationalité, familles militaires, aires culturelles, etc. Si les conflits afghans et irakiens n’ont pas disparu des discours, il s’agit semble-t-il aujourd’hui plus d’en mesurer les conséquences dans les différentes problématiques générales du champ, que de les considérer comme des objets en soi.

Il s’agissait par exemple de la très stimulante communication d’Anthony King de l’université d’Exeter sur le combat urbain, selon une approche micro-sociologique. S’appuyant son prochain ouvrage, le sociologue anglais, à partir de l’observation et de l’analyse de la formation des forces spéciales,  présenta des pistes intéressantes sur l’avenir de la cohésion dans les unités militaires. Discutables et discutés, ses propos s’appuient sur l’hypothèse d’une rupture d’une importance comparable à celle identifiée par Morris Janowitz en son temps.

Parmi les thèmes mainstream de cette conférence, il convient de souligner le succès des panels consacrés au Gender Studies. Au nombre de trois, ils ont accueilli un public très nombreux. Autour de la figure tutélaire de Mady W. Segal, les différentes interventions ont souligné combien la question de la « féminisation des armées» – pour employer une terminologie plus répandue – était loin d’être close. Des politiques d’intégration dans les spécialités combattantes à l’effet de la présence des femmes en opérations, les diverses communications ont bien démontré combien le sujet restait pertinent.

Il est à souligner également le tenue de panels consacrés à des thèmes émergents comme la cyberdefense ou la « robotisation » de la guerre (même si on peut discuter de la pertinence de l’emploi du terme « robot ».

Ces quelques lignes, il faut à nouveau le souligner, n’ont pas vocation à rendre totalement compte de la conférence, mais à expliciter une vision forcément subjective de cette évènement.

Ambiance et vie administrative

Une demi-douzaine de chercheurs français était présente lors de cet évènement. Tous communicants, on pouvait compter parmi eux des membres du Centre de recherche de l’armée de l’air (CReA), du Centre de recherche des Ecoles de Coëtquidan (CREC) ainsi que de l’Institut de recherche stratégique de l’Ecole militaire (IRSEM). A l’échelle européenne, de très nombres centres ou laboratoires spécialisés dans la sociologie militaire et les questions de défense étaient également représentés.

Toujours très stimulante, cette conférence a permis de nombreux échanges qu’il n’est pas toujours possible d’avoir au regard du nombre parfois réduit du nombre de chercheurs spécialisés dans ce domaine.

Enfin la conférence de l’IUS a été l’occasion d’annoncer officiellement le changement de présidence. James Burk, sociologue, professeur à l’Université du Texas, spécialisé dans l’étude des relations civilo-militaire (et auteur de l’unique biographie de Morris Janowitz) a succédé à John Allen Williams, professeur de Science Politique à la Loyola University Chicago (spécialiste des politiques de défense et de sécurité américaine).

CP

Colloque  » Les femmes militaires  » – 12 et 13 novembre 2013 à Paris

Claude Weber nous informe que le pôle « Action globale et forces terrestres » du centre de recherche des écoles de Saint-Cyr Coëtquidan organise un colloque consacré aux Femmes Militaires les 12 et 13 novembre 2013 à l’Hôtel des Invalides, Musée de l’Armée, Amphithéâtre Austerlitz à Paris.

Ce colloque a pour but de replacer les réalités et les enjeux inhérents à la présence des femmes en uniforme au centre des débats et analyses et d’établir un état des lieux des récentes évolutions.

Ces deux journées seront conclues par une intervention de Mme Françoise Gaudin, Haut-fonctionnaire à l’égalité des droits au sein du ministère de la Défense.

PHOTO1

Le programme c’est ici, le lien institutionnel, .