Partir, Inflexions n°18 (actualisé)

La nouvelle livraison de la revue Inflexions nous propose un dossier sur le thème « Partir ».

Le fait de partir, pour un militaire, peut consister en l’action de quitter un compagnon, une famille, un groupe, un régiment, une vie sociale.. Cette privation initiale se double de l’absence du « parti » chez ceux qu’il laisse. On songe ici autant à l’accompagnement qui est proposé par l’institution aux familles, qu’au stress partagé lié à l’incertitude du retour. Il est l’essence de la spécificité militaire, avec par exemple les mutations, les Opex et Opint, les formations, la reconversion des carrières courtes..

Ce départ est aussi un acte positif : il est ici nécessaire (rusticité de l’adaptabilité à un contexte nouveau Vs routine), là revendiqué (motivation à l’engagement : « voir du pays »). Il peut en outre être vécu comme une expérience extra-ordinaire, dont le retour (« partir et revenir ») nécessite parfois un cadre médico-psychologique ou un accompagnement social.

Ces quelques dimensions, et d’autres, structurent ce nouvel opus1 en donnant la parole à des cinéastes, des juristes, des historiens, des sociologues.. civils et militaires2 .. En attendant de lire ce document, nous vous proposons le sommaire du numéro 18 de la revue Inflexions (2011)3. Nous avons rajouté les présentations des différents articles, reprises depuis le site d’inflexions.

(..)

DOSSIER
Pour être « une petite chandelle émerveillée de la vie »entretien avec Pierre Schoendoerffer
Comment peut-on s’en aller en guerre ? Inflexions a posé la question au cinéaste et romancier qui s’est confié avec chaleur, confiance et émotion. Le parcours d’une vie, l’annonce de projets et l’évocation de la mort, la sienne, celle qui met fin à tout départ.
Abraham, aventurier de Dieu et de l’humanitéFrançois Clavairoly
Partir est un geste éloquent. Et ce que dit ce geste est illustré de façon exemplaire dans la littérature biblique par la figure d’Abraham : partir est à la fois éloignement et retrouvailles.
« Engagez-vous, vous verrez du pays ! »Éric Deroo
Les armées françaises ont toujours fait appel aux images et aux slogans pour attirer des volontaires. Avec l’épopée coloniale, l’exotisme offre un nouvel argument de poids. La fascination pour l’Orient, le séjour initiatique outre-mer deviennent constitutifs d’une véritable culture, en particulier au sein des troupes de marine.
Un rêve saharien ?Jacques Frémeaux
Le Sahara, dont la conquête fut l’une des grandes entreprises impériales françaises, demeure sans doute un de ses mythes les plus marquants. Et contribua à former un type d’officier français qui sut partager la vie des nomades, les comprendre et imposer ses arbitrages.
Prendre le large. La vie de « marin de guerre »Arnaud Provost-Fleury
Partir constitue depuis toujours une destinée consubstantielle de la condition de marin, qu’il soit plaisancier, pêcheur ou militaire. Prendre la mer implique une relation particulière au bateau, à l’action, au milieu naturel, au danger, à la famille, au temps, à l’équipage, au commandement…
En photos… (ECPAD)
« Je vous dis à très bientôt »Nicolas Barthe
« Heureux en famille, heureux en amour, entouré d’amis, pourquoi je quitte ce monde doré pour six mois ? » Le témoignage d’un jeune lieutenant.
Carnet d’un sergentChristophe Tran Van Can
Difficulté de l’arrachement à la famille mais fierté d’être responsable de ses hommes et de tester « pour de vrai » ce qu’on a appris. Le sergent Tran Van Can livre ici des extraits du journal qu’il a tenu à l’occasion de sa mission en Afghanistan.
« Partir, c’est mourir un peu… » Nostalgies d’hier et d’aujourd’huiYann Andruétan
Louis XIV est inquiet. Ses meilleurs soldats, ses gardes suisses, sont pris de langueur lorsque résonne le Ranz des vaches. Paralysés par le « mal du retour », la « nostalgie ».
Légion étrangère : partir en chantant Benoît Durieux
Celui qui rejoint la Légion cherche à trouver autre chose, mais aussi à quitter son passé et à recommencer sa vie. Une fois engagé, sa quête se poursuit, son esprit tout entier tourné vers son prochain départ pour le combat. Et, cela, ce sont les chants de la Légion qui en parlent le mieux et nous révèlent son âme…
En chansons…
Vingt ans d’absence. Le cas des soldats marocains – Abdeslam Benali
Les très longues durées d’absence du militaire sont une particularité des forces armées royales marocaines. L’organisation traditionnelle des familles, les aides et solidarités permettent que le fonctionnement familial se stabilise avec l’éloignement du père.
Celles qui restentEmmanuelle Diolot
Pendant l’absence se met en place un jeu de dupe pour le bien de l’autre. Un jeu qui laisse des traces, d’autant que « celles qui restent » ne se sentent pas valorisées : « double peine » affirme l’auteur.
Il n’est pas plutôt revenu qu’il lui faut repartir !André Thiéblemont
Les soldats français sont aujourd’hui des semi-nomades. Ce qui n’est pas sans poser de problèmes. Sur le plan professionnel avec l’instauration implicite d’une hiérarchie de compétence fondée sur la participation aux opérations extérieures, mais aussi sur le plan familial et affectif.
Un choix assumé, des contraintes partagéesSéverine Barbier
Une grande majorité de jeunes recrues embrassent la carrière militaire dans le cadre d’une quête identitaire ou par tradition familiale. Elles n’ignorent pas que leur carrière sera ponctuée de nombreux déplacements, missions ou affectations à l’étranger. Quelles relations les militaires nouent-ils avec la notion de départ ?
Se préparer au départBertrand Noirtin
Plus que jamais, la préparation opérationnelle des forces doit intégrer les dimensions humaines, notamment la culture et l’organisation sociale des pays dans lesquels elles vont être projetées. C’est le rôle de l’École militaire de spécialisation de l’outre-mer et de l’étranger.
Quand la famille part aussi…Délia Dascalescu
Du départ en urgence, seul, pour une mission de courte durée, au départ de longue durée en famille, attendu et minutieusement préparé, les contraintes et les effets sont radicalement différents.
Quels enjeux pour ceux qui restent ? Regards sur les familles de militairesVirginie Vautier
Depuis la première guerre du Golfe, une attention particulière est portée au sein des armées aux conséquences psychiques des missions opérationnelles. Mais cette préoccupation est centrée sur le soldat. Qu’en est-il des familles ?
Partir en Algérie, partir d’AlgérieMarc Bressant
Entre 1956 et 1962, deux millions de jeunes Français « appelés sous les drapeaux » ont passé deux années de leur vie en Algérie. Dans quel état d’esprit sont-ils partis ? Qui étaient-ils devenus et que ressentaient-ils quand, deux ans plus tard, ils repartaient ?
Dromomanies militairesPatrick Clervoy
Dans les armées, la fugue prend le nom de désertion. Un fait grave. Or les experts du XIXe siècle ont regardé les fugueurs comme de grands malades, victimes d’une pathologie appelée « dromomanie ».

POUR NOURRIR LE DÉBAT
Afghanistan : comment en sortir ?Jean-Charles Jauffret
Au moment où la mort de Ben Laden marque un premier succès d’importance sur le terrorisme, il convient de s’interroger sur les diverses possibilités de sortie de crise en Afghanistan où les Américains et la quarantaine de nations qui composent la fias interviennent contre un ennemi diffus mais tenace depuis 2001.
Mesurer les violences sur le champ de bataille européen au XIXe siècleWalter Bruyère-Ostells
Quelle est l’évolution des formes de violences dans les batailles ? De l’usage intensifié de l’artillerie et de l’efficacité renouvelée des armes à feu individuelles, au combat à la baïonnette revisité par la vision héroïque des mémorialistes.
Droit et spécificité militaire – Emmanuel-Marie Peton
La spécificité militaire a souvent été étudiée d’un point de vue philosophique et sociologique. Or l’approche juridique permet également de comprendre son évolution.4

  1. Nous ne nous sommes pas encore procuré l’ouvrage. []
  2. Le lecteur averti fera le lien avec le sous-titre de la revue « civils et militaires : pouvoir dire » []
  3. http://www.ladocumentationfrancaise.fr/catalogue/3303334100185/index.shtml []
  4. http://inflexions.fr/revue/numero-18 []

Colloque « Armées de frontières, frontières des armées » le 02 décembre.

Le 2 décembre 2011 aura lieu un colloque  » Armées de frontières, frontières des armées », de 9h15 à 18h30, Salle Jean Monnet 56 rue Jacob 75006 Paris.

Cette manifestation est organisée avec le soutien de l’ANR Transtur : « Ordonner et transiger : modalités de gouvernement et d’administration en Turquie et dans l’Empire ottoman, du XIXe siècle à nos jours ».

9h15-9h45    Introduction

Présentation du projet « Armées des frontières, frontières des armées »
Béatrice Hibou, CNRS/Sciences Po-CERI
Elise Massicard, IFEA, ANR Transtur, chercheur associé au CERI
Sümbül Kaya, Université Paris I, CRPS-CESSP
Gabriela Anouck Côrte-réal, Sciences Po-CEE
Du militaire au sécuritaire. Note sur le changement de notre perspective et de nos outils d’analyse
Elizabeth Picard, CNRS

9h45-11h15    Marchandisation de la sécurité et transformation organisationnelle des armées

Président et discutant : Jean Joana, Université Montpellier I-CEPEL
Institution, marché et politique. Les armées face à l’indifférence sociale
Sébastien Jakubowski, AgroSup Dijon / Eduter Recherche, Clersé CNRS-Université Lille I
Transformation des logiques de sécurité : nouveaux enjeux collectifs et risques sociétaux
Renaud Bellais, ENSTA Bretagne, chargé d’études économiques, Affaires publiques France, EADS
Vincent Boulanin, EHESS, SIPRI

11h15-11h30    Pause café

11h30-13h00    Guerre, contrôle et sécurisation
Président et discutant : Jean-François Bayart, CNRS/Sciences Po-CERI
Le marché global de la violence. Economie politique de la « guerre hors limite »
Mathieu Rigouste, Université Paris VIII, Institut Maghreb-Europe
Etatiser, nationaliser et sécuriser  les individus par l’expérience de la conscription et de la caserne en Turquie
Sümbül Kaya, Université Paris I, CRPS-CESSP

14h30-16h00   Redéploiement des relations militaro-policières : entre concurrence et coopération

Président et discutant : Gilles Favarel-Garrigues, CNRS/Sciences Po-CERI
Les conséquences de la révolution néo-libérale dans le champ militaire et policier en Italie
Salvatore Palidda, Université de Gênes, Italie
Euphémisation du militaire et militarisation de l’Etat : une reconfiguration de la coercition
Jean-Paul Hanon, ESM Saint Cyr et Sciences Po

16h00-16h15    Pause café

16h15-17h45    Armée rhizomatique ou la reconfiguration militaire par les marges

Président et discutant : Roland Marchal, CNRS/Sciences Po-CERI
L’armée et ses frontières : les transformations du dispositif sécuritaire « frontalier » israélien et l’externalisation des checkpoints
Shira Havkin, Sciences Po, CERI
Défense de la société et quotidiannisation du pouvoir militaire par les dons en Turquie
Gabriela Anouck Côrte-Réal, Sciences Po-CEE

17h45-18h15    Débat

18h15-18h30    Conclusion générale

Béatrice Hibou, CNRS/Sciences Po-CERI

Organisation :
Béatrice Hibou, CNRS/Sciences Po-CERI
Elise Massicard, IFEA, ANR Transtur, chercheur associé au CERI
Gabriela Anouck Côrte-Réal, Sciences Po-CEE
Sümbül Kaya, Université Paris I, CRPS-CESSP

L’uniforme militaire : la production d’une identité collective

Un billet d’Alexandre Rigal1

L’uniforme est un signe de distinction sociale envers les civils, envers les autres. L’objet modifie le rapport au corps : il le cache, le camoufle, le supprime, l’engonce, le contraint, le marque, l’esthétise. C’est ce rapport à soi du porteur de l’uniforme qui est à questionner, le rapport collectif de l’institution au corps du sujet, le rapport du sujet à son corps. L’uniforme est cet objet qui traduit le conflit entre singulier et collectif. La subjectivité du sujet disparaît, recouverte par l’uniforme, mais celui-ci est aussi couvert par lui, comme protégé par le collectif, à la fois repère rassurant et objet oppressif. Souvent, l’uniforme est un habit traditionnel géographiquement marqué, recoupant ainsi la définition du costume. Par ailleurs, l’uniforme est le symbole du monopole de la violence légitime. Il fait ainsi toute la différence entre la jacquerie, l’armée, la police, les mercenaires, les terroristes. Aussi terminons cette introduction par une sémiotique de l’uniforme. Le signe est une marque, naturelle ou conventionnelle, désignant pour quelqu’un un objet ou un concept, et destiné à être interprété par un tiers. L’uniforme est un signifiant dans la mesure où il se voit, se porte, selon trois critères : style, rituel, et mode. L’uniforme est un signifié dans la mesure où il exprime une identité collective.

Origine de l’uniforme militaire

Dans son étude des langues indo-européennes, Benveniste démontre par la linguistique, la tripartition originelle des fonctions sociales à l’intérieur des sociétés indo-européennes. Celles-ci sont structurées et hiérarchisées selon trois fonctions fondamentales, celles de prêtre, de guerrier, et d’agriculteur. En Inde ces castes s’appellent couleurs. En Iran, c’est également par la couleur de leurs vêtements que les trois classes se distinguaient : le blanc pour les prêtres, le rouge pour les guerriers, et enfin le bleu pour les cultivateurs (hommes du peuple)2. Divers drapeaux et de très nombreux uniformes sont tricolores. La division tripartite est la plus ancienne connue et constitue l’origine de l’uniforme. Dans un passé lointain déjà, des couleurs, des uniformes possédaient des propriétés classificatoires et différenciatrices.

Poursuivant son étude, Benveniste relève aussi chez Tacite, souvent partial mais significatif, que les barbares de la Germanie se servaient déjà de l’aura des uniformes :

Ces hommes farouches, pour enchérir encore sur leur sauvage nature, empruntent le secours de l’art et du temps : ils noircissent leurs boucliers, se teignent la peau, choisissent pour combattre la nuit la plus obscure. L’horreur seule et l’ombre qui enveloppe cette lugubre armée répandent l’épouvante : il n’est pas d’ennemi qui soutienne cet aspect nouveau et pour ainsi dire infernal ; car dans tout combat les yeux sont les premiers vaincus.3

Ce peuple, ce sont les Harii, terme qui signifie l’armée de Wotan. Ces barbares sont déguisés en soldats de l’armée des morts, l’armée du dieu de la guerre Wotan, qui correspond à Odin pour les peuples scandinaves. La modernité reprendra les uniformes représentant la divinité pour en faire des objets rationnels et qui rationalisent.

L’uniforme militaire moderne, un instrument de classification et de disciplinarisation

Les hommes de guerre se différencient par des costumes et des mises particulières, ils influencent fortement la mode de leur temps. Cependant, tant que le costume fut financièrement à leur charge et non imposé par une autorité tierce, on ne peut guère parler d’uniforme malgré les phénomènes mimétiques. Les légions romaines ne se rassemblaient pas simplement suivant leurs costumes, mais avant tout sur la foi de leurs étendards, étant donné qu’ils s’équipaient sur leur solde propre.

Au début du XVIIème siècle, le soldat c’est d’abord quelqu’un que l’on reconnaît de loin. Il porte en lui des signes naturels de sa vigueur et de son courage, les marques de sa fierté, son corps c’est le blason de sa force et de sa vaillance, d’où les critères physiques de recrutement longtemps en vigueur. À travers l’uniforme et l’uniformisation, se développe une rhétorique corporelle de l’honneur. Comme décrit par Foucault, le XVIIème et le XVIIIème siècles sont des périodes de rationalisation et de réduction des châtiments4. La disciplinarisation des corps et la médiatisation de leur traitement trouve un moyen efficace dans l’apparition de l’artifice disciplinaire qu’est l’uniforme moderne. L’uniforme devient le moyen symbolique de rompre avec le corps et l’animalité. Au courant de la seconde moitié du XVIIIème siècle, le soldat est devenu un objet, qui se fabrique, à la façon du corps machine de Descartes. Du corps inapte on produit la machine : les postures se redressent peu à peu, une contrainte calculée est imposée à chaque partie du corps. L’uniforme est la marque du corps perpétuellement disponible, outil d’ubiquité. Le paysan chassé, on lui a donné l’air du soldat en gommant ses traits caractéristiques. Les détenteurs du pouvoir à travers les institutions doivent valoriser l’assujettissement du soldat pour susciter la servitude volontaire. L’uniforme devient la condition de l’exercice de la puissance physique, son instrument par la médiatisation. L’uniforme individualise les corps et les fait circuler dans un réseau de relations qui garantissent l’obéissance des individus (plutôt qu’un étendard et un porte drapeau pour tous, il y a un uniforme par sujet). L’uniforme fait entrer le sujet dans un corps à corps avec l’institution, dont il était sorti symboliquement avec l’abolition des tatouages et autres marquages tégumentaires (Deslandres Yvonne, 2002)5.

Les raisons de l’adoption de l’uniforme sont multiples et hypothétiques. La plus simple est celle du besoin de reconnaissance des combattants, par rapport aux civils en arme, et des troupes ennemies. Une autre est celle du désir de reconnaissance et de prestige qu’on retrouve avec les uniformes de parade. La parade reprend d’ailleurs là les traits d’un comportement animal, qui simule le combat réel entre les deux animaux. C’est un moyen d’éviter les pulsions singulières, et de faire peur à l’ennemi. Reflets de la puissance et de la tradition de l’armée, les coiffes, les décorations, les épaulettes et les couleurs vives abondent. La fonction symbolique d’expression collective de l’uniforme est évidente quand il s’agit de l’armée de l’air : pourquoi a t-elle besoin d’un uniforme distinct alors que les pilotes ne sortent pas de l’appareil, si ce n’est pour forger une identité collective et renforcer le sentiment d’appartenance ?

La lutte contre la désertion fournit un argument supplémentaire à l’adoption de l’uniforme. Le port d’un vêtement spécial paré de nombreux boutons et passementeries, et fait de tissus très colorés, chose rare alors, rend caduque toute tentative d’en dissimuler l’origine ou d’en changer l’apparence. Il faut aussi ajouter l’attrait certain de l’uniforme, à une époque où la situation de militaire était encore plus porteuse d’honneur.

L’action de Louvois, ministre de Louis XIV

Les uniformes apparaissent lors de périodes historiques en corrélation avec la constitution d’un état ou d’un pouvoir fort, ayant une volonté centralisatrice et intégratrice. Ils sont des attributs de la puissance. On peut avancer l’hypothèse fonctionnaliste selon laquelle l’habitude de fournir à un corps de troupe des habits semblables serait une mesure économique. Alors que Vauban rassemble les troupes royales dans les casernes, Louvois, secrétaire d’état français à la guerre de 1662 à 1691, fit adopter les premiers habits gris, de la couleur naturelle de la laine, afin d’éviter les frais de teinture des draps. Il était moins coûteux d’acheter le drap par grandes quantités et de faire des costumes sur un seul patron. L’armure métallique a par ailleurs pratiquement disparu sous Louis XIV. En France, le gris constitue la couleur de l’infanterie. Dans le même temps, le rouge et le bleu sont le domaine réservé de la Maison royale et de certains régiments étrangers ; ce furent les ordonnances de Louvois, ministre de Louis XIV de 1670 et 1690, qui imposèrent l’uniforme, préconisant l’habit blanc-gris avec parements rouges, veste ou gilet et culotte bleus, rouges ou blancs, les trois couleurs des Bourbon et comme coiffure, le lampion ou tricorne en feutre noir, avec cocarde aux couleurs du colonel en rappel des blasons médiévaux, les colonels étant de la noblesse d’épée 6 . Louis XIV vers 1690 va mettre en oeuvre l’uniformisation généralisée des militaires de la maison du roi. La maison du roi est réservée aux riches nobles du plus haut rang. Le monarque utilise l’uniforme pour priver l’aristocratie du privilège de posséder une identité familiale et un nom propre. Les uniformes sont tricolores : bleu, rouge et blanc. Le justaucorps à brevet, pièce de vêtement si convoitée était justement à ces couleurs. Il semble que hiérarchie et discipline dans les armées furent les soucis constants de Louvois.7 À partir de 1779, l’infanterie française est en blanc, avec un habit, une veste et une culotte de tricot doublée de toile ; les formes de l’habit sont dégagées, et il comporte une particularité qui ne passera qu’à la fin du siècle définitivement dans le costume civil, des revers ou pièces cousues aux devants de l’habit pouvant se croiser sur la poitrine, où ils se boutonnaient. Les dragons étaient en vert, la cavalerie en bleu. Voici à titre d’exemple la description de l’uniforme de l’infanterie de Pierre Carles:

L’habillement du fantassin se présente ainsi : Une ample chemise de grosse toile blanche, fermée au col par une cravate de toile blanche bouclée sur la nuque ou nouée sur le devant. Une culotte de drap emboîtant le genou et dont la doublure de toile sert de caleçon ; elle boutonne devant par une brayette et audessus et à l’extérieur de chaque genou. Des bas de drap qui se roulent au-dessus de la culotte et sont fixés sous le genou de celle-ci par des jarretières à boucles. Les Suisses ont des culottes à fermeture archaïque par des rubans, qui sont bouffantes et le bas passe sous le genou de la culotte. Une veste à manches boutonnant devant et descendant à mi-cuisse, en drap. Un justaucorps, ancêtre de l’habit, en drap, boutonnant devant par une rangée de boutons, plus rarement deux ; ce justaucorps descend jusqu’aux jarretières, de façon à toucher le sol quand l’homme est à genoux ; il juponne légèrement à partir de la taille et il est fendu derrière et sur chaque hanche (où il forme des plis), ces fentes pouvant être ornées de boutons. En principe, le justaucorps de 1691 n’a pas de collet. Les manches s’évasent pour former des parements retroussés et boutonnés sur l’avant-bras sous le pli du coude. Les poches horizontales, plus rarement verticales, sont fermées par une pattelette boutonnée; l’ouverture de la poche est environ à trois travers de main au-dessus du bas du justaucorps. Le justaucorps s’orne d’un grand nombre de boutons en cuivre ou en étain du même diamètre et dont la couleur et la disposition varient avec les corps. Aux pieds le fantassin a des souliers en cuir noir, à bouts carrés, à hauts talons de bois. Ils sont semblables par paires et ne se différencient que par la façon de disposer la boucle de métal en laissant libre une des extrémités de la lanière de fermeture. Sur la tête, il a un chapeau de feutre noir aux larges bords roulés plutôt que relevés, à la forme basse et aplatie du dessus. L’avant de l’aile gauche porte une ganse où l’on peut fixer des rubans.8

Le pouvoir se sert de l’uniforme comme d’un moyen de contrôle et d’attrait. L’uniforme fut longtemps un symbole d’ascension sociale. C’est que l’uniforme militaire confère légitimité et autorité, puisqu’il représente une forme du monopole de la violence des uns, sur les autres (Weber). Cette période marque le point de départ de l’expansion de l’uniforme moderne, et de sa définition.

Évolutions et réduction progressive de la portée symbolique de l’uniforme

Au cours du XIXème siècle, le confort et l’hygiène prévalent progressivement comme la nécessité d’échapper à la vue de l’ennemi amènent les autorités à revoir leur point de vue sur les modalités pratiques de l’uniforme.

À la Révolution, l’uniforme ne change pas de forme, mais il adopte les couleurs nationales, habit bleu, veste blanche, col rouge et bicorne. Sous l’Empire, il prend la forme du frac (variante du queue de pie). Cette forme disparaîtra en 1845 au profit de la tunique boutonnée du haut en bas, bleu marine sur le pantalon rouge garance, les pans pouvant se relever pour faciliter la marche ou pour monter à cheval. L’accès à l’uniforme de toute la population masculine par la conscription ou le volontariat participe à répandre dans la population entière le désir d’accès à l’ancien privilège, au prestige de l’uniforme. À l’instar de la pratique du duel par exemple, l’égalisation des conditions se fait par le haut et la reprise de pratiques aristocratiques (Norbert Elias).

À la fin du siècle, le pragmatisme l’emporte, l’uniforme perd en partie ses fonctions de prestige sous l’effet de la banalisation de l’objet, puisque tous les hommes y ont désormais accès et que les pratiques aristocratiques perdent leur attrait. L’uniforme devient un moyen de camouflage dans un renversement complet des valeurs originelles de l’habit, vidé de sens. Les Allemands choisissent des uniformes vert de gris, les Anglais instruits par la guerre des Boers, passent des tuniques écarlates au kaki. En France, peut-être en raison de la traditionnelle lutte pour les marqueurs de l’aristocratie, le flamboyant de l’uniforme perdurera un peu. En 1915, les troupes françaises passeront du bleu rouge, au bleu horizon. En 1914, l’armée française est équipée de capotes de couleur dite « gris de fer bleuté » et de pantalons et képi de couleur dite « garance » nom de l’élément de teinture. Très visibles de loin, ces uniformes sont totalement inadaptés aux nouvelles armes que sont les mitrailleuses, les soldats se faisant abattre en grand nombre à distance. Le commandement français, averti sur la nécessité pour ses soldats d’arborer des couleurs discrètes, ne choisit pas le kaki, mais le bleu horizon. On pense en effet qu’un soldat se voit d’abord de loin, donc près de la ligne bleue du ciel, il s’agit de le camoufler. Ces uniformes sont produits dès 1914, et distribués à partir de fin 1914 à début 1915. Les troupes coloniales et la légion étrangère sont elles dotées d’uniformes jaune moutarde. L’armée française avait pourtant expérimenté un grand nombre de couleurs camouflantes avant 1914, mais le prestige de l’uniforme joua sans doute un rôle dans l’absence de modification des couleurs. D’ailleurs lit-on dans la presse,

J’ai tenu à protester en faveur du légendaire pantalon garance que les soldats de France n’ont pas toujours porté, mais qui est devenu la caractéristique même de notre soldat moderne, l’uniforme consacré par la gloire, et je dirai sacré par la défaite.9

Les débats à la Chambre des députés se font l’écho de cette pensée. Le ministre de la Guerre, Estienne, venu devant la commission de l’armée justifier ses demandes de crédits, écrit : « Supprimer le pantalon rouge ? Non ! Le pantalon rouge, c’est la France ! ». L’évolution de l’uniforme a en outre été marquée par les deux passions démocratiques reconnues par Tocqueville :

Il y a en effet une passion mâle et légitime pour l’égalité qui excite les hommes à vouloir être tous forts et estimés. Cette passion tend à élever les petits au rang des grands ; mais il se rencontre aussi dans le cœur humain un goût dépravé pour l’égalité, qui porte les faibles à vouloir attirer les forts à leur niveau, et qui réduit les hommes à préférer l’égalité dans la servitude à l’inégalité dans la liberté.10

La fin de la seconde guerre mondiale marque la fin progressive de l’uniforme en tant qu’objet de distinction et de privilège, quand tout individu de l’espèce humaine est reconnu comme sujet humain, comme même et non plus comme autre, à travers la pensée universaliste s’imposant au XXème siècle après la seconde guerre mondiale.

Aujourd’hui qu’en est-il de l’uniforme ?

Sans service militaire, avec le remplacement du policier visible par la caméra qui voit, la recherche du confort, de la performance ou du camouflage, l’uniforme perd son caractère symbolique dans le réel. Il ne disparaît pas en tant qu’objet de définition d’une identité collective et d’appartenance à un groupe. Mais son accès généralisé entraîne la perte de prestige, puisque les modifications de son style sont en contradiction avec l’objectif de départ de visibilité et de distinction envers les civils. Le kaki, ou le beige ne sont pas des couleurs ou des motifs valorisés socialement, ils sont surtout nécessaires au camouflage.

Au contraire, l’uniforme est présent sans cesse dans les imaginaires et les représentations, au cinéma, dans le roman, en peinture, dans la mode et l’habillement. On ne compte plus les manteaux militaires, les trench-coats, les déguisements, etc. L’uniforme devient ainsi objet de représentations quotidiennes, sans référence à un pouvoir institutionnel, un objet standard que tous peuvent acheter sans condition de force ou d’honneur particulières. Si le style de l’habit initial subsiste, il a perdu par la commercialisation, et la diffusion massive à la suite des guerres mondiales, la légitimation des supports institutionnels et sociaux, constitués depuis le XVIIIème siècle, perdant alors son aura.

  1. L’auteur est étudiant en M2 à Sciences po Lyon et en M2 recherche en communication. Vous trouverez des éléments plus détaillés, ici : http://collectif-confluence.fr/domaines/communication/auteurs-communication/alexandre-rigal.html []
  2. Benveniste Émile, 1989, Le vocabulaire des institutions indo-européennes, Livre 3, Chapitre 1 « la tripartition des fonctions », Paris, Les Éditions de Minuit, pp. 279-292. []
  3. Benveniste, Emile, 1974, Le vocabulaire des institutions indo-européennes, Livre 1, Section 2, Chapitre 8 « la fidélité personnelle », Paris, Les Éditions de Minuit, pp. 112-113. []
  4. Foucault Michel, 1993, Surveiller et punir, collection Tel, Gallimard []
  5. Deslandres Yvonne, 2002, Le costume, image de l’Homme, Institut français de La Mode []
  6. Carles Pierre, 1996, « L’infanterie du roi de France à la mort de Louvois », Histoire, économie et société, 15e année, n°1. pp. 57- 73. []
  7. Le Flem Jean-Paul, 1996,« Le marquis de Louvois ou le service de Mars (1641-1691) », Histoire, économie et société, 15e année, n°1. pp. 49-56 []
  8. Carles Pierre, 1996, « L’infanterie du roi de France à la mort de Louvois », Histoire, économie et société,15e année, n°1. pp. 66-67 []
  9. L’Illustration, n° 2459, 12 avril 1890 []
  10. Alexis de Tocqueville, 1990, De la démocratie en Amérique, T. I, première partie, chap. III, Vrin []

Journée de la relève stratégique de l’Irsem du 24 novembre

Guillaume Pichard, Responsable des Études et de la Recherche doctorale de l’IRSEM et Chargé du pilotage des aides aux jeunes chercheurs nous demande aimablement de relayer cette annonce. Et bien soit. Nul doute que des sociologues du militaire1 seront de la partie.

Journée de la relève stratégique de l’Irsem du 24 novembre
2011 :LES ENGAGEMENTS STRATÉGIQUES FRANÇAIS : NOUVEAUX REGARDS
Éléments de réflexion pour l’actualisation du Livre blanc sur la défense et la sécurité nationale.

http://www.irsem.defense.gouv.fr/spip.php?article472

Depuis 2008, la multiplication des tensions régionales et des crises économiques ont amené de nombreux changements dans le contexte géostratégique. L’arc de crise défini par le Livre blanc sur la défense et la sécurité nationale de 2008, qui va de l’Atlantique à l’océan Indien a été confirmé, notamment avec le maintien des zones de crises et surtout avec les révoltes dans le monde arabe. Ces derniers évènements ont néanmoins laissé entrevoir de nouveaux enjeux, de nouveaux défis à traiter, pour notre stratégie, pour nos forces armées.
A l’heure où la France entame une réflexion sur l’actualisation de son Livre blanc, l’IRSEM sollicite des regards neufs, ceux des jeunes chercheurs rattachés à l’institut pour contribuer à cet effort. Menant depuis plusieurs années des travaux précurseurs sur des questions clefs, ces experts, pour la plupart jeunes docteurs ou doctorants, ont déjà proposé et publié des hypothèses que l’actualité a depuis vérifiées.
Lors de cette journée d’étude, seront ainsi abordés, avec eux, les ambitions et les engagements stratégiques de la France face aux enjeux internationaux contemporains, au regard de ses capacités opérationnelles.

de 09h00 à 18h00,  amphithéâtre des Vallières ,  Ecole Militaire, Paris.

Pour télécharger la présentation des intervenants et des différentes tables rondes, c’est ici : Bio des intervenants

Les actes de la journée d’étude du  24 nov sont désormais disponibles.
http://www.irsem.defense.gouv.fr/spip.php?article531

  1. j’ai relevé la présence de Grégory Daho sur http://www.irsem.defense.gouv.fr/spip.php?article472 []

« Le soldat et la Nation »

Diploweb
Diploweb

Je vous invite à lire l’article de l’historienne Catherine DURANDIN sur http://www.diploweb.com/Le-soldat-et-la-Nation.html

A l’occasion des commémorations du 11 novembre 1918, Catherine Durandin s’interroge sur le lien qui unit en France l’Armée et la Nation. L’auteur construit sa réflexion sur des exemples récents en Afghanistan puis en Libye. C. Durandin constate que les Français ont une vision très fragmentaire de leur Armée. Tantôt, elle est vue comme « ces jeunes soldats mourant pour rien dans des opérations à éviter » parce que le sens fait défaut, tantôt elle est appréciée comme dans un « show » de technologie triomphante.1

  1. Le soldat et la nation http://www.diploweb.com/Le-soldat-et-la-Nation.html, publié le 4 novembre 2011 Copyright Novembre 2011-Durandin/Diploweb.com []

Retour sur la conférence de l’IUS (21-23 October 2011)

IUS
IUS

Inter-University Seminar on Armed Forces and Society Conference

21-23 October 2011

The Palmer House Hilton

Chicago, Illinois, USA

Organisée tous les deux ans, la conférence de l’Inter-University Seminar on Armed Forces and Society rassemble, comme son nom le laisse présager, des académiciens et des militaires intéressés par le fonctionnement des organisations militaires mais également par les dimensions sociales et sociétales qui y sont liées. D’années en années, cette association rassemble ainsi un nombre croissant de participants, plus de trois cents cette année encore. Parmi la cinquantaine de panels proposés, l’éventail des thèmes de recherche était fort riche : processus de démocratisation, résilience, relations civilo-militaires, profession militaire, recrutement, … etc. Certaines thématiques ont toutefois reçu une attention particulière ; c’était notamment le cas pour les trois panels se rapportant aux dix années écoulées depuis les attentats du 11 septembre. Un deuxième sujet d’étude particulièrement développé lors de cette dernière édition renvoyait aux dimensions socio-culturelles à l’œuvre dans les organisations militaires. Tantôt axé sur leurs implications opérationnelles ou davantage sur la mise en avant d’éléments de culture militaire, le nombre élevé de participants ayant abordé ce sujet d’étude reflète indéniablement l’intérêt accru de ces facteurs dans le milieu militaire… et c’est tant mieux !

Les activités ‘sociales’ ont eu également la part belle lors de cette conférence de l’IUS et, comme chaque année, la réception suivie du banquet fut organisée à la fin du premier jour. Lors de cette soirée, deux Morris Janowitz career achievement awards ont été remis à des sociologues qui se sont distingués par leur carrière exceptionnelle. Le premier fut remis par James Burk à Christopher Dandeker, titulaire de la chaire de sociologie militaire au Département War Studies du King’s College London. Le second fut remis par le Président d’ERGOMAS, René Moelker, à Mady Wechsler Segal, professeure émérite de sociologie à l’université du Maryland. Armé d’aiguilles à tricoter, il a retracé, dans un discours teinté d’humour, le parcours professionnel de Mady.

Lors de la traditionnelle « levée de mains » organisée lors du lunch du samedi, on apprendra également qu’un nombre relativement élevé de participants assistaient pour la première fois à cette conférence, avec notamment beaucoup de jeunes participants… ce qui laisse présager le meilleur pour les années à venir. John A. Williams, Président de l’IUS, a ensuite félicité Patricia Shields pour le formidable travail qu’elle a effectué depuis 10 ans pour Armed Forces and Society et, en cadeau, lui a remis l’ensemble des volumes qu’elle a édité sous un format relié.

Malgré les limitations budgétaires rencontrées dans la plupart des armées et qui ont contraint certains ‘habitués’ à ne pas pouvoir participer à la présente édition, cette conférence fur un vrai succès tant par la qualité des présentations proposées que par la convivialité qui y régnait.

Delphine Resteigne

Chaire de Sociologie

Ecole Royale Militaire, Bruxelles