Débats autour du RT8 (3)

Sur le rapport défense/sécurité : billet de Thomas Meszaro

Je pense que Grégory a raison: le champ militaire n’est pas devenu celui de la sécurité. Cela fait maintenant plusieurs années que je travaille sur les questions de sécurité et j’ai pu constater que le secteur de la défense gardait une relative autonomie par rapport à celui de la sécurité.

Ce qui m’a frappé, en tant qu’internationaliste, c’est que les questions de défense ont été progressivement écartées au profit des questions de sécurité, du moins en Relations internationales. Ceci est en partie la conséquence de l’élargissement du concept de sécurité et de la nature des menaces. Je pense aussi qu’il serait très intéressant de se plonger dans le débat sur le rapport entre défense et sécurité. Une approche combinée entre sociologie des relations internationales, théories des relations internationales et sociologie militaire  pourrait être constructive. Ce premier chantier pourrait être un moyen de souligner l’identité de la sociologie militaire tout en l’inscrivant dans une démarche plus globale et plurielle.

Thomas Meszaros

L’auteur est docteur en droit/science politique.

Débats autour du RT8 (2)

Dimensions du Débat

Les questionnements de Grégory renvoient hélas à une antienne de la sociologie militaire en France. Déjà évoquée lors de différentes réunions du RT8, et bien avant l’AFS par d’autres éminents chercheurs dans différents articles, cette question n’en demeure pas centrale, du moins en France, et n’est absolument pas tautologique. Cependant, reprenant quelques réflexions réalisées dans un travail en cours, ce billet m’inspire quelques remarques.

Tout d’abord il convient de distinguer deux dimensions dans le débat. La première, ontologique, est celle de la qualification de l’armée ou des forces armées : fait social/objet ou seulement terrain. La seconde est celle du positionnement de cette sociologie spécialisée dans le champ sociologique français et des éventuelles stratégies à développer pour assurer sa visibilité et sa pérennité. Les deux sont évidemment liées. Pour les deux, je renvoie, en bibliographie, à d’excellents travaux plus ou moins récents (thèses, articles) décrivant la sociogénèse (et les résistances) de cette discipline.

Ensuite, comme les lignes précédentes le laissent supposer, nous sommes dans un débat très franco-français. Malgré son caractère anecdotique, je conseille d’aller lire les entrées respectives « Sociologie militaire » et « Military Sociology«  sur Wikipédia). La version française insiste dès les premières lignes sur les difficultés de la discipline à se constituer de manière autonome, la version anglophone pas. Prophétie autoréalisatrice ou statut différent?

Enfin, il reste pour revenir sur la proposition de Grégory la notion d’élargissement par l’introduction de concepts plus fédérateurs, plus « Science politique ». Là encore, au regard des relations entretenues d’une part entre la Science politique et la Sociologie, et, d’autre part, entre la Sociologie militaire et la Science politique (je pense aux Relations internationales, et au phénomène Guerre), le débat reste pendant.
En conclusion, on ne peut faire l’économie de cette réflexion même si pendant ce temps le chantier se poursuit (et doit se poursuivre) par l’accumulation d’enquêtes et de résultats empiriques. Il n’y aura sûrement pas de consensus. Mais y-en-a-t-il ailleurs? Et ce questionnement riche, nécessaire, et toujours repris, n’est-il pas déjà, au-delà de l’expression d’une quête de légitimité institutionnelle, la preuve de l’existence d’un espace scientifique?

Bibliographie (non exhaustive)

Michel Louis Martin (1999), « Prometteur ou marginal ? Le champ de la sociologie militaire en France », Les Champs de Mars, n°6, p.5-36

Laure Bardiès (2009), Deux siècles de sociologie militaire en France (1815-1991) ; sociologie d’une sociologie, Thèse de doctorat en Sociologie (sous la direction de Bernard Boëne), Université Toulouse I

Débats autour du RT8

Dans quelle mesure redéfinir les contours du RT8 ? Billet de Grégory Daho

Sociologiquement, ça sent le piège, voire la notion vide de sens. Cependant pour les acteurs du champ militaire, ça compte (au moins dans les discours et les postures ce qui ont des incidences sur les pratiques).

Je me suis penché là-dessus (communication AFSP septembre 2011 + colloque IRSEM novembre 2011) en posant une question simple : certaines évolutions sémantiques (de la « défense » à la « sécurité », des « menaces » aux « risques », des « guerres » aux « crises ») traduisent-elles des transformations structurales du champ de la défense (dilatation, porosité, dilution des objets référents ou à l’inverse, recentrage sur le coeur de métier) ?.

Je ne savais pas où cette réflexion me mènerait ; et si je n’en n’ai pas fais le tour, j’en conclue partiellement, que non, le champ militaire n’est pas devenu le champ de la sécurité (ce dernier regroupant des secteurs encore largement autonomes et structurés).

Si l’on veut comprendre la perméabilité accrue du champ militaire aux autres secteurs civils, en termes de normes, de techniques et d’identité, la dilatation du champ de la défense en champ de la sécurité me semble être une fausse piste. Là où je voulais en venir : si cette question sent le piège tautologique, pouvons-nous, en qualité de « sociologue militaire » en faire l’économie ou faire semblant de l’ignorer (surtout s’il s’agit de la relativiser)?

Grégory Daho

Doctorant en sciences politiques – membre du RT8

 

 

 

Sociologie(s) militaire(s) ?

Un blog, deux réseaux

Nous proposons aux internautes intéressés par la sociologie militaire une présentation régulièrement mise à jour de son état. Une mise en réseau des sociologies militaires s’appuiera sur les deux réseaux de sociologies militaires francophones. Il s’agit d’une part du Réseau thématique n° 8 de l’Association française de sociologie (Sociologie du militaire : sécurité, armées et société RT8-AFS), et d’autre part du Groupe de travail 05 de l’association internationale des sociologues de langue française (Forces armées et société GT05-AISLF). Les responsables de chacun de ces groupes soutiennent ce carnet de recherche.

Une vocation plurielle

Le carnet Sociologies Militaires se veut pluriel. La socialisation de ce « champ » scientifique est portée par de multiples disciplines, à l’intérieur de celles-ci de multiples courants et figures fondatrices. Cela n’en fait pour autant un thème mou. L’objet de ce carnet est de présenter de manière cohérente et thématique les sociologies militaires s’appuyant sur des objets, des thématiques, des problématiques théoriques ou méthodologiques, non congruentes.

Un espace de discussion

Cette pluralité, qui se retrouve dans l’intitulé même de ce carnet, devrait être discutée.  J’invite les internautes intéressés  à se joindre à ce questionnement via les commentaires. Est-elle objectivement plurielle ? Je ne sais pas.  La pluralité évoquée risque-t-elle de remettre en question la fragile légitimité de notre champ ? C’est possible. L’emploi du champ lexical de la socialisation plurielle me semble une possibilité de rendre compte du poids de l’histoire de cette discipline en se protégeant de « l’illusion biographique » disciplinaire.

Ainsi, pour reprendre le descriptif de notre RT8, la sociologie militaire « croise nombre de champs de recherche pratiqués par les sociologues : la culture, la famille, la jeunesse, la mémoire, les mouvements sociaux, les organisations, les professions, les rapports sociaux de sexe, le travail, sans parler de la sociologie politique (l’Etat) et de la sociologie historique. » La « ligne directrice » de ce carnet se veut ouverte aux disciples connexes, aux terrains inédits et aux méthodes originales. Néanmoins, La présentation de cette diversité s’arrêtera là où le fait militaire ne sera plus expliqué par des faits sociaux issus de corpus empiriques.

 

Les commentaires sont désormais ouverts.