Congrès de l’AISLF à Rabat en 2012 (actualisé)

Le prochain congrès de l’Association internationale des sociologues de langue française aura lieu à Rabat au Maroc l’été 2012.

Dans le programme  disponible sur le site de l’AISLF, Penser l’incertain, les trois axes de ce congrès seront :

AISLF1. À l’épreuve de l’incertain

2. Agir face à l’incertain

3. Les défis de l’incertain

Pour plus de renseignements, voici l’adresse du congrès :

http://congres2012.aislf.org/

Nous vous relayons l’appel à communication du GT05 . Il est désormais en ligne sur le site de l’AISLF: http://congres2012.aislf.org/pages/page42.php

 « Discerner dans la complexité. Décider dans l’incertitude. Agir dans l’adversité », telles s’expriment et se résument depuis quelques années les aptitudes au commandement recherchées dans le cadre de la formation initiale des officiers de l’armée de terre française aux Écoles militaires de Saint-Cyr Coëtquidan. « Penser et maitriser l’incertain » et agir dans le « brouillard de la guerre » sont, en effet, depuis toujours des caractéristiques de l’action militaire. L’imprévisibilité doit être intégrée en permanence et l’incertitude est autant celle de l’attitude de l’adversaire que du comportement de sa propre troupe. De la même manière, les risques et les aléas sont indissociables d’une analyse de la chose militaire, notamment dans sa finalité opérationnelle. Si le thème général de ce Congrès peut dès lors apparaître commun dans le champ de la sociologie militaire, qui plus est dans un contexte actuel d’intense activité opérationnelle, force est toutefois de constater que rares sont les travaux portant sur ces dimensions. La manière, par exemple, dont l’incertitude est intégrée dans la formation des militaires ou encore dont elle se gère au quotidien. Le Congrès constitue par conséquent une formidable occasion de remédier à cela.

Si le risque a toujours fait partie de la carrière des armes, il peut être intéressant de voir comment l’acceptation de ce risque a pu évoluer. La mort d’un militaire n’est plus aussi « naturelle » et admise que cela si l’on en juge les multiples réactions suite à la mort, lors d’une même opération, de dix soldats français à Uzbin en Afghanistan en 2008. Si l’imprévu a toujours caractérisé les conflits guerriers, les crises actuelles sont d’une complexité sans équivalent : adversaires peu ou pas identifiables ; logiques asymétriques ; imbrications de faits de guerre, d’actes terroristes, d’activités liées au grand banditisme, au crime organisé ou encore à divers trafics ; guerres au milieu des populations ; guerre de l’information et des opinions publiques avec une médiatisation en temps réel ; « victimisation » des morts au combat dans les discours politiques, innovations permanentes (arrivée des robots…), etc. Au-delà des seules finalité et action militaires, l’incertain peut tout autant être pensé dans le temps ordinaire, dès le temps de paix qui voit le militaire se préparer et au sein d’une institution qui ne cesse de se réformer depuis la fin des années 1990. La question budgétaire, les équipements et les moyens disponibles, les difficultés relatives au recrutement des effectifs et à leur fidélisation, les incertitudes inhérentes aux perspectives de carrière pour les personnels, l’interarmisation, l’établissement des bases de défense et la rationalisation du déploiement des personnels et structures sur le territoire, etc. sont autant d’exemples, non exhaustifs, pour lesquels, « penser et maitriser l’incertain et l’imprévisibilité » peuvent constituer un angle d’approche.

Pour tout renseignement, joindre Claude WEBER

Les propositions devront être soumises en ligne (uniquement ), sur espace personnel du site du congrès. Elles ne doivent pas être envoyées directement aux responsable des CR et des GT. Elles doivent être déposées avant le 15 février 2012. Dès qu’il sera possible de soumettre les résumés, nous vous ferons signe.

 

Illustration logo officiel du congrès.

 

Sociologie(s) militaire(s) ?

Un blog, deux réseaux

Nous proposons aux internautes intéressés par la sociologie militaire une présentation régulièrement mise à jour de son état. Une mise en réseau des sociologies militaires s’appuiera sur les deux réseaux de sociologies militaires francophones. Il s’agit d’une part du Réseau thématique n° 8 de l’Association française de sociologie (Sociologie du militaire : sécurité, armées et société RT8-AFS), et d’autre part du Groupe de travail 05 de l’association internationale des sociologues de langue française (Forces armées et société GT05-AISLF). Les responsables de chacun de ces groupes soutiennent ce carnet de recherche.

Une vocation plurielle

Le carnet Sociologies Militaires se veut pluriel. La socialisation de ce “champ” scientifique est portée par de multiples disciplines, à l’intérieur de celles-ci de multiples courants et figures fondatrices. Cela n’en fait pour autant un thème mou. L’objet de ce carnet est de présenter de manière cohérente et thématique les sociologies militaires s’appuyant sur des objets, des thématiques, des problématiques théoriques ou méthodologiques, non congruentes.

Un espace de discussion

Cette pluralité, qui se retrouve dans l’intitulé même de ce carnet, devrait être discutée.  J’invite les internautes intéressés  à se joindre à ce questionnement via les commentaires. Est-elle objectivement plurielle ? Je ne sais pas.  La pluralité évoquée risque-t-elle de remettre en question la fragile légitimité de notre champ ? C’est possible. L’emploi du champ lexical de la socialisation plurielle me semble une possibilité de rendre compte du poids de l’histoire de cette discipline en se protégeant de “l’illusion biographique” disciplinaire.

Ainsi, pour reprendre le descriptif de notre RT8, la sociologie militaire “croise nombre de champs de recherche pratiqués par les sociologues : la culture, la famille, la jeunesse, la mémoire, les mouvements sociaux, les organisations, les professions, les rapports sociaux de sexe, le travail, sans parler de la sociologie politique (l’Etat) et de la sociologie historique.” La “ligne directrice” de ce carnet se veut ouverte aux disciples connexes, aux terrains inédits et aux méthodes originales. Néanmoins, La présentation de cette diversité s’arrêtera là où le fait militaire ne sera plus expliqué par des faits sociaux issus de corpus empiriques.

 

Les commentaires sont désormais ouverts.