Les femmes militaires, en chemin vers la normalité ?

Comme s’en est fait écho ce site, le Centre de recherche des Ecoles de Coëtquidan, organisait le 12-13 novembre 2013 un colloque consacré aux femmes militaires dans l’enceinte prestigieuse du Musée des Armées.

 Le préambule du programme annonçait qu’il s’agissait entre autres de réaliser un point sur la situation des femmes militaires aujourd’hui, alors que la féminisation semble avoir franchi une étape. De l’exclusion à l’égalité formelle (ouverture des carrières, spécialités, progression professionnelle), on en serait déjà à l’heure du bilan. La « question féminine » n’en serait plus tout à fait une, convergeant dès lors avec les conclusions du 7ème rapport du Haut comité d’évaluation de la condition militaire.

 Et effectivement, même si être une femme militaire représente encore pour certains une « contradiction de statuts »[1], les temps des pionnières semblent déjà révolus. C’est ce qu’ont tendu à confirmer tant les interventions universitaires, que les témoignages de femmes militaires invitées et judicieusement insérés dans le programme parmi les communications scientifiques. Plus nombreuses, plus présentes à tous les échelons et dans tous les secteurs, les femmes tendent à ne plus être perçues, ou de moins en moins souvent, comme exceptionnelles du simple fait de leur genre.

 Du panorama historique, en passant par les comparaisons interarmées et internationales, le colloque a tenté de fournir aussi un tableau plus nuancé que la seule affirmation des chiffres des taux de féminisation des forces armées. Ces nuances, de manière synthétique, concernent trois acceptions que l’on peut donner la normalité évoquée en titre.

 Tout d’abord, être une femme militaire, tant dans sa carrière (progression, métier) que dans son expérience vécue professionnelle, n’est pas une réalité unique. Plus concrètement, et au-delà du truisme, ce colloque a souligné que « l’être militaire » au féminin est multiple selon la composante considérée (Terre, Air, Marine, Gendarmerie) ou la nationalité. Sans sombrer dans un déterminisme fonctionnaliste ou le culturalisme, les emplois, les missions, les outils technologiques créent des environnements et des identités professionnels qui  rendent sensiblement différentes les réalités vécues par les femmes qui ont fait le choix de s’engager. S’il est possible de dégager des régularités, comme on va le voir, il n’existe pas non plus un « être militaire » féminin, une norme interarmées ou internationale. En ce sens, il n’y a pas de « normalité » des femmes militaires.

 Toutefois, les témoignages comme les analyses ont aussi tendu à prouver qu’être militaire quand on est une femme conduisait à une recomposition plus ou moins forte de l’identité féminine. Avec des acclimatations selon le degré de virilisation de l’identité militaire rencontrée, les femmes militaires semblent avoir en commun l’adoption de comportements « appropriés », de stratégies, devant faciliter leur intégration. Il fut ainsi possible de déceler des normes et des comportements partagés par les femmes militaires.

 Enfin, la normalité de la féminisation pourrait être à rechercher dans leur visibilité. Un intervenant souligna qu’il lui semblait que les femmes militaires étaient peu visibles dans les vecteurs de communication de la Défense. Par ailleurs, la « couverture » médiatique serait moins forte, le sensationnalisme ayant laissé place à un quotidien de la femme militaire. La « normalité » serait alors à chercher dans une forme d’anonymisation.

 En conclusion, on ne peut que féliciter les Ecoles de Coëtquidan de leur initiative et pour la liberté de ton et de parole qu’elles ont laissé aux participants. Si l’objectif a été atteint, le panorama réalisé, on peut espérer que d’autres évènements de cette nature suivront, et permettront d’aborder et d’approfondir certaines questions. En effet, s’il n’y a peut-être plus de « question féminine » dans les armées françaises, il reste des questions à résoudre comme l’intervention lors de ce colloque de Madame Françoise Gaudin, Haut fonctionnaire à l’égalité des droits pour le ministère de la Défense, l’a souligné.

 C.P.



[1] Emmanuelle Prevot, « Féminisation de l’armée de terre et virilité du métier des armes », Cahiers du Genre, 2010/1 (n° 48), p.81-101.

L’IUS, one step beyond….

 

Chicago, quelques jours avant Halloween et le Hilton Palmer House… trois éléments qui feront immédiatement sens pour ceux qui s’intéressent à la sociologie militaire. La célèbre conférence de l’Inter-University Seminar on Armed Forces and Society (aussi éditeur de la non moins fameuse revue Armed Forces and Society) s’est en effet achevée dimanche matin 27 octobre sur les bords du Lac Michigan.

Malgré les craintes des effets du shutdown des Etats-Unis sur la participation, une nouvelle fois, la vénérable institution fut pendant quelques jours the place to be pour la sociologie militaire et plus généralement pour les sciences sociales appliquées aux affaires militaires. Plusieurs centaines de participants, des représentants de tous les continents, de très (trop ?) nombreux panels en parallèle… de quoi nourrir le plus boulimique des penseurs de la chose militaire.

Des genres de guerre au genre dans la guerre

Au-delà de la traditionnelle dimension pantagruélique de l’évènement – au total plus de 150 communications et environ 50 panels en parallèle, et plusieurs dizaine de nationalité représentées), que peut-on retenir de cette édition ? Il est évidemment difficile d’être exhaustif, l’auteur de ces lignes n’ayant pu par définition assisté à l’ensemble des communications.

Sans sombrer dans un trop fort impressionnisme voire à pointillisme, il semble qu’il soit possible de noter que l’influence (brûlante) de l’actualité guerrière de cette dernière décennie semble s’estomper.

Bien que certains panels fussent encore consacrés explicitement au terrorisme, à la contre insurrection ou au combat asymétrique, les thèmes classiques de la sociologie militaire ont repris le pas : identité militaire, relation civilo-militaire (conscription, relations politico-militaires, coopération civilo-militaire), profession et professionalisme, multinationalité, familles militaires, aires culturelles, etc. Si les conflits afghans et irakiens n’ont pas disparu des discours, il s’agit semble-t-il aujourd’hui plus d’en mesurer les conséquences dans les différentes problématiques générales du champ, que de les considérer comme des objets en soi.

Il s’agissait par exemple de la très stimulante communication d’Anthony King de l’université d’Exeter sur le combat urbain, selon une approche micro-sociologique. S’appuyant son prochain ouvrage, le sociologue anglais, à partir de l’observation et de l’analyse de la formation des forces spéciales,  présenta des pistes intéressantes sur l’avenir de la cohésion dans les unités militaires. Discutables et discutés, ses propos s’appuient sur l’hypothèse d’une rupture d’une importance comparable à celle identifiée par Morris Janowitz en son temps.

Parmi les thèmes mainstream de cette conférence, il convient de souligner le succès des panels consacrés au Gender Studies. Au nombre de trois, ils ont accueilli un public très nombreux. Autour de la figure tutélaire de Mady W. Segal, les différentes interventions ont souligné combien la question de la « féminisation des armées» – pour employer une terminologie plus répandue – était loin d’être close. Des politiques d’intégration dans les spécialités combattantes à l’effet de la présence des femmes en opérations, les diverses communications ont bien démontré combien le sujet restait pertinent.

Il est à souligner également le tenue de panels consacrés à des thèmes émergents comme la cyberdefense ou la « robotisation » de la guerre (même si on peut discuter de la pertinence de l’emploi du terme « robot ».

Ces quelques lignes, il faut à nouveau le souligner, n’ont pas vocation à rendre totalement compte de la conférence, mais à expliciter une vision forcément subjective de cette évènement.

Ambiance et vie administrative

Une demi-douzaine de chercheurs français était présente lors de cet évènement. Tous communicants, on pouvait compter parmi eux des membres du Centre de recherche de l’armée de l’air (CReA), du Centre de recherche des Ecoles de Coëtquidan (CREC) ainsi que de l’Institut de recherche stratégique de l’Ecole militaire (IRSEM). A l’échelle européenne, de très nombres centres ou laboratoires spécialisés dans la sociologie militaire et les questions de défense étaient également représentés.

Toujours très stimulante, cette conférence a permis de nombreux échanges qu’il n’est pas toujours possible d’avoir au regard du nombre parfois réduit du nombre de chercheurs spécialisés dans ce domaine.

Enfin la conférence de l’IUS a été l’occasion d’annoncer officiellement le changement de présidence. James Burk, sociologue, professeur à l’Université du Texas, spécialisé dans l’étude des relations civilo-militaire (et auteur de l’unique biographie de Morris Janowitz) a succédé à John Allen Williams, professeur de Science Politique à la Loyola University Chicago (spécialiste des politiques de défense et de sécurité américaine).

CP

Colloque  » Les femmes militaires  » – 12 et 13 novembre 2013 à Paris

Claude Weber nous informe que le pôle « Action globale et forces terrestres » du centre de recherche des écoles de Saint-Cyr Coëtquidan organise un colloque consacré aux Femmes Militaires les 12 et 13 novembre 2013 à l’Hôtel des Invalides, Musée de l’Armée, Amphithéâtre Austerlitz à Paris.

Ce colloque a pour but de replacer les réalités et les enjeux inhérents à la présence des femmes en uniforme au centre des débats et analyses et d’établir un état des lieux des récentes évolutions.

Ces deux journées seront conclues par une intervention de Mme Françoise Gaudin, Haut-fonctionnaire à l’égalité des droits au sein du ministère de la Défense.

PHOTO1

Le programme c’est ici, le lien institutionnel, .

Atelier pluridisciplinaire de recherche sur la Guerre et la Paix 2012-2013

 Le programme de l’Atelier pluridisciplinaire de recherche sur la  Guerre et la Paix pour cette année universitaire est désormais en ligne sur le site de l’institut (http://www.institutguerreetpaix.com/pages/atelier–6851183.html).

Nous relayons le message de Sümbül Kaya.

Cette année, l’atelier a choisi de se pencher sur le thème « devenir combattant ». Comme l’année précédente, l’atelier se veut un espace de recherche et d’échanges
ouvert et pluridisciplinaire. A l’aide d’outils conceptuels et méthodologiques issus de champs disciplinaires variés, les intervenants seront invités à s’interroger sur  a définition du combattant, sur ses motivations et les causes de son engagement, sur l’émergence de cultures, d’identités et de solidarités guerrières, mais aussi sur les façons de prépare le corps l’esprit à l’expérience du combat.

Plusieurs interventions s’inscrivent dans les perspectives sociologiques du fait militaire. A suivre notamment l’intervention de Caroline Moricot. En sus, différentes sciences sociales éclairent le fait militaire : Histoire (antique,  moderne), Sciences politique, Droit, anthropologie..

Retour sur la conférence de l’IUS (21-23 October 2011)

IUS
IUS

Inter-University Seminar on Armed Forces and Society Conference

21-23 October 2011

The Palmer House Hilton

Chicago, Illinois, USA

Organisée tous les deux ans, la conférence de l’Inter-University Seminar on Armed Forces and Society rassemble, comme son nom le laisse présager, des académiciens et des militaires intéressés par le fonctionnement des organisations militaires mais également par les dimensions sociales et sociétales qui y sont liées. D’années en années, cette association rassemble ainsi un nombre croissant de participants, plus de trois cents cette année encore. Parmi la cinquantaine de panels proposés, l’éventail des thèmes de recherche était fort riche : processus de démocratisation, résilience, relations civilo-militaires, profession militaire, recrutement, … etc. Certaines thématiques ont toutefois reçu une attention particulière ; c’était notamment le cas pour les trois panels se rapportant aux dix années écoulées depuis les attentats du 11 septembre. Un deuxième sujet d’étude particulièrement développé lors de cette dernière édition renvoyait aux dimensions socio-culturelles à l’œuvre dans les organisations militaires. Tantôt axé sur leurs implications opérationnelles ou davantage sur la mise en avant d’éléments de culture militaire, le nombre élevé de participants ayant abordé ce sujet d’étude reflète indéniablement l’intérêt accru de ces facteurs dans le milieu militaire… et c’est tant mieux !

Les activités ‘sociales’ ont eu également la part belle lors de cette conférence de l’IUS et, comme chaque année, la réception suivie du banquet fut organisée à la fin du premier jour. Lors de cette soirée, deux Morris Janowitz career achievement awards ont été remis à des sociologues qui se sont distingués par leur carrière exceptionnelle. Le premier fut remis par James Burk à Christopher Dandeker, titulaire de la chaire de sociologie militaire au Département War Studies du King’s College London. Le second fut remis par le Président d’ERGOMAS, René Moelker, à Mady Wechsler Segal, professeure émérite de sociologie à l’université du Maryland. Armé d’aiguilles à tricoter, il a retracé, dans un discours teinté d’humour, le parcours professionnel de Mady.

Lors de la traditionnelle « levée de mains » organisée lors du lunch du samedi, on apprendra également qu’un nombre relativement élevé de participants assistaient pour la première fois à cette conférence, avec notamment beaucoup de jeunes participants… ce qui laisse présager le meilleur pour les années à venir. John A. Williams, Président de l’IUS, a ensuite félicité Patricia Shields pour le formidable travail qu’elle a effectué depuis 10 ans pour Armed Forces and Society et, en cadeau, lui a remis l’ensemble des volumes qu’elle a édité sous un format relié.

Malgré les limitations budgétaires rencontrées dans la plupart des armées et qui ont contraint certains ‘habitués’ à ne pas pouvoir participer à la présente édition, cette conférence fur un vrai succès tant par la qualité des présentations proposées que par la convivialité qui y régnait.

Delphine Resteigne

Chaire de Sociologie

Ecole Royale Militaire, Bruxelles

Afghanistan, au nom du peuple français

France Inter

Émission « Interception » du dimanche 11 septembre 2011: Afghanistan au nom du peuple français

A l’occasion du dixième anniversaire du 11 septembre 2001, des séries de reportages et documentaires en tous genres se consacrent au rappel des faits et/ou à l’analyse des conséquences de ces événements sur les relations internationales mais aussi sur notre pays et notre armée. C’est, dans ce cadre-là, qu’Alain Le Gouguec (Journaliste à France Inter) a réalisé un reportage sur la présence des militaires français en Afghanistan. Il a cherché à mieux comprendre le sentiment d’indifférence qu’éprouvent certains militaires, blessés ou pas, à leur retour de mission. Le reportage s’intitule : « Afghanistan : au nom du peuple français », France Inter, Emission « Interception » par Alain Le Gouguec. Il a été diffusé ce dimanche 11 septembre 2011 à 9h15.

Evidemment, il est possible de le réécouter sur le site de France Inter. Vous trouverez la ressource « embeed », puis le  lien ci-dessous.

A noter enfin que Sébastien Jakubowski, sociologue du militaire, maître de conférences en sociologie à AgroSup Dijon / Eduter Recherche est interviewé à la fin du reportage.

http://www.franceinter.fr/emission-interception-afghanistan-au-nom-du-peuple-francais
http://www.franceinter.fr/player/reecouter?tools=export&content=140461

Réseaux sociaux et militaires

Un réseau social : des militaires expatriés

Croisée par « hasard » pendant les après midis thématiques de l’AFS, la sociologue Catherine Comet nous a présenté une analyse des réseaux sociaux de militaires expatriés d’un pays occidental. Il s’agit d’une étude de cas d’une escroquerie.

Outre une belle leçon d’anonymisation des résultats d’une enquête ex post, cette présentation a mis en avant les liens de confiance. D’abord des individus (militaires expatriés dans les années 80-90) entre eux, puis envers ceux qui, issus de l’institution,  suscitent la confiance et s’en servent pour l’escroquerie.  Une nouvelle fois, cela me fait penser au papier de Pinto qui, parlant de la conscription, évoquait le « bon soldat » en tant que dépositaire de « dispositions serviles ».

Des échanges, suite à cette communication, en annoncent peut-être d’autres. Le background sur l’identité militaire mériterait d’être réinvesti! Une analyse en termes de réseaux (sur un terrain militaire et/ou en sociologie militaire) existe-t-elle d’ores et déjà ?

A suivre, donc..

Bibliographie

Comet Catherine, 2011, « Anatomy of a Fraud : Trust and Social Networks », Bulletin de méthodologie sociologique, n° 110, p. 45-57

Pinto Louis. L’armée, le contingent et les classes sociales. In: Actes de la recherche en sciences sociales. Vol. 1 N°3, mai 1975. Les catégories de l’entendement professoral. pp. 18-40.

RFI et La Croix donnent la parole à la sociologie militaire

La défenseDeux évènements retiennent notre attention estivale..

L’armée premier recruteur de France : interview du sociologue Eric Letonturier.

Edouard Zambeaux, journaliste à RFI, s’intéresse, dans son émission Microscopie, à la position de l’armée en termes de recrutement. Cette émission est proposée en deux parties (I et II). Vous pouvez dorénavant les écouter depuis notre carnet.

L’Armée, premier recruteur de France | 1ère partie |(19:30)
L’Armée, premier recruteur de France | 2ème partie |(26:31)

Sont interviewés le Colonel Conégéro, chef du bureau communication RH de l’armée de terre, et Eric Letonturier spécialiste de sociologie militaire, maître de conférence à l’université Paris Descartes, et responsable du réseau thématique 8 de la sociologie militaire.

 

J’ai écouté la seconde partie, voici un bref aperçu. Les idées de patriotisme et de la mort sont notamment évoquées. Elles brillent par leur absence  au début du recrutement. Le recruteur soutient l’idée que ces notions se développent lors de la « socialisation militaire ». Le sociologue parle plutôt d’abstraction du combat. L’égalité des chances et la diversité sociale sont présentées par le journaliste comme caractéristiques du recrutement des armées. Les civils posent la question de la spécificité du militaire : jusqu’à quel point les civils peuvent remplacer poste pour poste les militaires ?  Le sociologue parle de concurrence de légitimité. La banalisation est aussi évoquée. Pour le recruteur, non, la finalité c’est le combat et n’a pas d’équivalent par ailleurs. On comprend bien que le cœur de sa communication est concentré sur les groupes où les taux d’attrition sont les plus élevés : les « combattants ». Est-ce à dire que le militaire français est un combattant ? Celui visé par le recruteur, pour aller vite l’EVAT, l’est sans nul doute.

2001-2011, du service national au service civique

Un article dans la Croix, sous la plume de Pascal Charrier. Il met en perspective l’évolution récente du rapport de la « jeunesse » (excusez -moi de l’usage de la catégorie..) avec l’idée de service, la citoyenneté dans l’engagement.

Sont notamment interviewés trois sociologues : Vincenzo Cicchelli, Michel Fize, et Eric Letonturier.

Bibilographie

Bier B., Education et citoyenneté (coordonné par Bernard Bier et Joce Le Breton), 2007, Cahiers de l’action INJEP.
Bessin M., « Le recours au rite : l’exemple du service militaire », Agora Débats/Jeunesse, “ Rites et seuils, passages et continuités ”, n°28, 2ème trimestre 2002, pp. 34-45.
Pinto L., « L’armée, le contingent et les classes sociales« Actes de la recherche en sciences sociales. Numéro, vol. 1, no. 3, 1975.

Porteret V. (dir.), La Défense. Acteurs, légitimité, missions : perspectives sociologiques, Paris, L’Harmattan, « Logiques Sociales », 2007,