Actualités de la sociologie militaire

Sébastien Jakubowski nous signale la sortie de l’ouvrage de Caroline  Marchal  : Le politique et les hommages rendus aux soldats français morts en Afghanistan.

La quatrième de couverture se trouve ici : L’hommage politique aux soldats français morts en Afghanistan – Caroline Marchal

Nous essaierons de vous en proposer une lecture dans les semaines à venir.

J’en profite pour vous signaler la parution d’une offre d’emploi pouvant intéresser les jeunes diplômés en master 2 désirant s’orienter dans la sociologie militaire (dans l’armée de l’air).

Joyeuses Fêtes.

Colloque  » Les femmes militaires  » – 12 et 13 novembre 2013 à Paris

Claude Weber nous informe que le pôle « Action globale et forces terrestres » du centre de recherche des écoles de Saint-Cyr Coëtquidan organise un colloque consacré aux Femmes Militaires les 12 et 13 novembre 2013 à l’Hôtel des Invalides, Musée de l’Armée, Amphithéâtre Austerlitz à Paris.

Ce colloque a pour but de replacer les réalités et les enjeux inhérents à la présence des femmes en uniforme au centre des débats et analyses et d’établir un état des lieux des récentes évolutions.

Ces deux journées seront conclues par une intervention de Mme Françoise Gaudin, Haut-fonctionnaire à l’égalité des droits au sein du ministère de la Défense.

PHOTO1

Le programme c’est ici, le lien institutionnel, .

La place des femmes militaires au sein des armées : un état des lieux

Claude Weber nous demande de relayer cet appel à communication d’une journée d’études. Cette journée d’études consacrée à la féminisation des forces et traitera plus spécifiquement du recrutement, de l’exercice du métier et des carrières. Dead-line : 15 juillet.

Le Centre de Recherches des Ecoles de Coëtquidan, par l’intermédiaire du pôle d’excellence « Action globale et Forces Terrestres » organise une journée d’études consacrée aux personnels militaires féminins. Intitulée « La place des femmes militaires au sein des armées : un état des lieux », la journée ambitionne en effet de replacer les réalités et enjeux inhérents à la présence des femmes en uniforme au centre des débats et analyses.

Conséquence directe de la professionnalisation des armées françaises en 1996 – au même titre que l’augmentation sensible de la population des civils de la défense ou encore de celle des minorités dites visibles – la féminisation a fait l’objet de multiples travaux et recherches dès l’annonce de la réforme. Parmi les nombreux écrits, colloques et autres conférences sur le thème, citons parmi les seuls Rapports publiés par le Centre d’Etudes en Sciences Sociales de la Défense (aujourd’hui intégré au sein de l’IRSEM, l’Institut de Recherche Stratégique de l’Ecole Militaire) : Bouchard Marie-Emilie, La féminisation des écoles d’officiers : Ecole de l’air, Ecole spéciale militaire, Ecole navale – Rapport n°2, novembre 1996, 39 p. ; Dufoulon Serge, Saglio Jean, Trompette Pascale, La différence perdue : la féminisation de l’équipage du Montcalm, document n°16, février 1999, 182 p. ; Clément Sylvie, Femmes et forces armées, document n°25, octobre 1999, 41 p. ; Loriot Daniel, Friedmann Guy, Benkara Leïla, Métiers de la défense : le choix des femmes, document n°43, novembre 2001 ; Burot-Beson Isabelle, Chellig Nadia, Les enjeux de la féminisation du corps des médecins des armées, document n°41, novembre 2001 ; etc. On retiendra encore la thèse de Katia Sorin publiée en juin 2003, Femmes en armes, une place introuvable ? Le cas de la féminisation des armées françaises (L’Harmattan, Coll. Logiques sociales).

Les travaux produits ont permis d’appréhender le défi d’intégration des femmes, de comprendre leurs difficultés, les pratiques discriminatoires subies, les logiques et contraintes organisationnelles à l’origine de parcours et trajectoires professionnelles singulières, le fait pour les hommes de vouloir mécaniquement affecter les femmes dans des fonctions médicales, administratives et sociales avec un souhait souvent similaire de ces dernières d’intégrer des fonctions jugées moins contraignantes, sans oublier une suppression tardive des quotas (1997). Malgré la pertinence des analyses et enseignements produits, le début des années 2000 a vu se réduire considérablement le flux des études menées sur la féminisation, résultant, en partie, d’une sorte de saturation ressentie tant du côté des décideurs et commanditaires militaires que parmi les universitaires et scientifiques concernés.
Une décennie s’est écoulée et il nous semble donc important de remettre cette problématique au cœur des débats rejoignant, à cet égard, l’initiative récente du gouvernement avec le lancement d’un plan d’action visant à combattre ces inégalités et pris à bras le corps par le Ministère de la défense ou encore un numéro de la revue Inflexions de 2011 (« Hommes et femmes, frères d’armes ? L’épreuve de la mixité »).

Dans une perspective multidisciplinaire et donnant également la parole aux praticiens, la journée d’étude (trois demi-journées seront certainement programmées) cherchera ainsi à réactualiser les enjeux évoqués ci-dessus et surtout d’établir d’éventuelles évolutions. Le débat autour des femmes dans les armées est celui autour de la féminité et de la masculinité – deux faces indissociables d’une même pièce – tant il est vrai que l’intrusion d’outsiders comme les femmes dans un univers traditionnellement masculin génère des résistances et la mobilisation d’éléments culturels à des fins de différenciation. Les débats devront permettre de questionner ces résistances et leurs manifestations et d’aborder les dimensions centrales que sont l’identité militaire, l’identité professionnelle tout autant que les représentations qui jouent un rôle majeur dans ce domaine. Enfin, si la manifestation est consacrée aux femmes militaires, il s’agira de veiller à ne pas tomber dans le piège de la spécificité car les problématiques abordées se retrouvent dans beaucoup d’autres milieux professionnels.

Les propositions de communications pourront se formuler autour de quatre thèmes :

– Un premier consacré au Recrutement des femmes militaires. Il devra permettre de faire le point sur les raisons qui poussent, aujourd’hui, les femmes à rejoindre les armées mais aussi les raisons qui peuvent expliquer pourquoi elles s’en détournent (motivations, attentes, fonctions privilégiées, catégories concernées, évolutions constatées, obstacles rencontrés, etc.). Ces premières interventions devront permettre d’établir une photographie de la situation de l’armée la plus féminisée en Europe – l’Armée française, d’opérer les distinctions nécessaires selon les armées ou encore les perspectives envisagées.

– Un deuxième s’attachera à L’exercice du métier des armes. Les interventions devront aborder concrètement les réalités quotidiennes des femmes en uniforme tant du point de vue de l’activité en temps de paix et au quartier qu’en opération et au combat, et ce, dans la mesure du possible, avec une diversité de fonction, d’origine d’arme, de spécialités et d’armées. Diverses dimensions peuvent être questionnées : les relations avec les collègues, les compétences singulières ou une autre manière de servir, la vie en collectivité, les évolutions mises en évidence, les trajectoires et stratégies comportementales mises en place par les femmes, les violences faites aux femmes (harcèlement, viol) ainsi que les réponses apportées par les pouvoirs publics et les autorités militaires.

– Une troisième thématique traitera des carrières des femmes militaires. Il s’agira de dresser des constats relatifs aux parcours et carrières que font les femmes au sein des armées et de les analyser. Si le manque de visibilité des femmes aux plus hauts échelons de la hiérarchie militaire s’est longtemps expliqué par une suppression tardive des quotas (1997) ou encore par le fait qu’en cas d’arbitrage entre vie privée et vie professionnelle, les femmes faisaient tendanciellement davantage le choix de fonder une famille plutôt que de poursuivre leur carrière, qu’en est-il aujourd’hui ? Quid également de l’épineuse question des couples militaires et de leur gestion ? Quels types de carrière font les femmes en uniforme ? Qu’est-ce qui relève du choix librement consenti et de la contrainte supposée, réelle ou intériorisée ? Qu’en est-il de l’égalité réelle ? Etc.

– Et, enfin, le quatrième et dernier thème aura le souci de sortir du seul cas français et de comprendre et d’apprendre des armées étrangères et essentiellement européennes sur la question de l’intégration et de l’exercice du métier des armes par les femmes.

Lieu de la manifestation scientifique : Paris
Date : novembre 2013

Modalités de proposition d’une communication :

Langue de la proposition : français.
Langue de la journée d’études : français.

La proposition de contribution devra être présentée comme suit :
• 1. Coordonnées exactes (nom, prénom, fonction, établissement, adresse électronique) de chaque auteur.
• 2. Titre + Résumé de la proposition de 2 500 signes environ.

La proposition en format WORD, ODT ou PDF sera adressée par voie électronique à :
claude.weber@st-cyr.terre-net.defense.gouv.fr

Date limite de soumission des propositions : le 15 juillet 2013

Chaque proposition fera l’objet d’une évaluation par deux membres du comité scientifique.
Les auteurs des propositions retenues seront informés par voie électronique au plus tard le 15 septembre 2013.

The French Way of War

Notre collègue Sebastien Jakuboswki a été interviewé dans le New York Times dans le cadre d’un  article paru hier sur « the french way of war ».

(…) The French have an all-volunteer military, which distances the population further from the cost of war and makes soldiers “less visible to the populace at large,” notes Sébastien Jakubowski, a sociologist at the University of Lille who studies the army. It has also made the army more popular, with an approval rating of between 80 and 90 percent, he says.

But in another change from the past, the French expect that a decision to use the military will be based on clear moral criteria, Mr. Jakubowski said. And the French take some pride in playing a leading role from a moral foundation, even if French national interests are also at play, pushing other allies to act.

Mr. Jakubowski cited an interview in Le Figaro on Jan. 3 with the American neoconservative historian Robert Kagan, whose study of American and European attitudes toward the use of force, comparing America to Mars and Europe to Venus, was much caricatured but highly influential.(…) 1

 

 

 

  1. Lire la suite de l’article sur le site du NYT, c’est ici : http://www.nytimes.com/2013/01/20/sunday-review/the-french-way-of-war.html?smid=fb-share&_r=1& []

Bourse de thèse : campagne de candidature

Le ministère de la défense attribue chaque année une douzaine de bourses de thèses, d’une durée de deux ou trois ans dans le domaine des sciences de l’homme et de la société, pour des travaux ayant trait aux questions de défense et de sécurité. L’IRSEM est partenaire de cette campagne pilotée par la Délégation générale pour l’armement (DGA) et encadre par la suite les doctorants pendant la durée de leur thèse.

Date limite de dépôt des dossiers de candidature : 15 avril 2013

 Détails de la campagne de candidature

 Soutien financier de l’IRSEM

Merci à Guillaume Pichard de nous avoir envoyé l’information.

Bonne année à tous.

 

Call for papers : ERGOMAS Conference in Madrid, Spain, June 4-7, 2013

Vous trouverez ci-dessous les appelsà communications de la prochaine conférence    » ERGOMAS Conference in Madrid, Spain, June 4-7, 2013″.

Peacekeeping and peace operations have expanded enormously over the last decade regarding violence. Within the framework of traditional peacekeeping operations as they were understood by the UN in 1956, the use of force was likely to be minimal. However, during complex conflicts within the context of the post-Cold War period, the traditional notion of self-defence has been broadened and the use of force during peace operations has been increased. Or, in other words, there has been a shift from a primarily reactive approach based on crisis response, to a proactive one that seizes the initiative and applies pressure on armed actors responsible for violence against the civilian populace. The norm relating to the use of force in peace operations has evolved from self-defence to mission defence.Consequently, the use of force has, on several occasions, contradicted the ideal of non-violence embodied by traditional peacekeeping. On the one hand, use of force, or at least the possibility of using coercion to defend themselves, gives UN, NATO or EU peacekeepers the credibility necessary for them to be efficient. On the other hand, the transition in peace operations from peacekeeping to peace enforcement (under Chapter VII) and the adaptation of the concept of self-defence to a context that more and more frequently requires the use of force entails numerous practical, strategic, political, sociocultural as well as moral challenges and risks for all levels involved. This panel invites papers that problematize the shift in peace operations to a heightened use of force and wants to critically discuss the numerous challenges and (moral) risks involved. Put differently: Can sustainable conflict transformation be reached via violence and an involvement in war “disguised” as peacekeeping?

Please send your abstracts (max. 200 words) until 28 February 2013 to marentomforde@suedsinn.de and to Karl.Yden@gri.gu.se.

 

De retour de la guerre. Femmes, autochtone et minorités ethniques : regards croisés

Nous vous invitons à lire cet appel à contribution sur le site de Calenda. La suite du résumé proposé ci-dessous est ici.

Comment l’armée en tant qu’expérience sociale colore-t-elle les épreuves qui jalonnent le retour à la vie civile des militaires ? Du point de vue historique et contemporain, ce colloque s’intéressera en particulier aux groupes minoritaires au sein de l’armée, mais occupant, depuis quelques années, une place importante dans l’historiographie militaire. Les femmes, les autochtones ou les minorités ethniques font-ils face à des épreuves singulières ? L’expérience du retour à la vie civile des anciens combattants ou des vétérans demeure relativement méconnue si ce n’est au travers des représentations médiatiques de jeunes vétérans meurtris physiquement, en détresse psychique ou de héros de guerre commémorant le souvenir de leurs camarades. Pour le dire autrement, les figures de la victime ou du héros s’imposent et révèlent en creux les enjeux de la construction d’un récit national. Afin d’explorer ces enjeux, ce colloque s’organisera selon deux axes distincts…1.

 

  1. Lire l’intégralité de cette annonce sur le site de Calenda : http://calenda.org/233106 []

Faire des sciences sociales en terrain militaire : une opération spéciale ?

 

 

Nous avons le plaisir de relayer l’annonce de la journée d’étude  (Programme Journée d’étude 7 février 2013) consacrée et l’épistémologie et la méthodologie de notre sous discipline.

Journée d’étude – IRSEM
Jeudi 07 février 2013, Amphithéâtre Louis – École militaire

À propos
Comment les armées se laissent-elles saisir par les sciences sociales et quel(s) type(s) de résistances sont-elles susceptible d’opposer à la démarche scientifique ? Voici la double question que cette journée d’étude propose d’explorer, au coeur même de l’institution, à partir d’expériences d’enquête concrètes.

Il s’agira de nourrir une réflexion sur les problématiques posées à l’autonomie relative du chercheur par l’ordre institutionnel militaire et la culture de ses membres. La rencontre entre deux mondes professionnels aux temporalités, exigences et attentes différentes n’est pas sans effet sur la manière de pratiquer la recherche et sur les sciences qui en sont le produit.
De l’accès aux terrains d’enquête au respect de la confidentialité en passant par le devoir de réserve, quelles sont les conditions de la pratique de la recherche en milieu militaire ? Quelles opérations le chercheur effectue-t-il pour contourner ces obstacles et faire des sciences sociales au sein des armées alors que les logiques universitaires et militaires ne coïncident pas forcément ?
L’enjeu de cette journée d’étude portera sur la relation entre le chercheur, l’institution militaire et le monde universitaire.
Écrire à inscription.irsem@defense.gouv.fr en précisant vos titre, grade, fonction, organisme, nom et prénom

Atelier pluridisciplinaire de recherche sur la Guerre et la Paix 2012-2013

 Le programme de l’Atelier pluridisciplinaire de recherche sur la  Guerre et la Paix pour cette année universitaire est désormais en ligne sur le site de l’institut (http://www.institutguerreetpaix.com/pages/atelier–6851183.html).

Nous relayons le message de Sümbül Kaya.

Cette année, l’atelier a choisi de se pencher sur le thème « devenir combattant ». Comme l’année précédente, l’atelier se veut un espace de recherche et d’échanges
ouvert et pluridisciplinaire. A l’aide d’outils conceptuels et méthodologiques issus de champs disciplinaires variés, les intervenants seront invités à s’interroger sur  a définition du combattant, sur ses motivations et les causes de son engagement, sur l’émergence de cultures, d’identités et de solidarités guerrières, mais aussi sur les façons de prépare le corps l’esprit à l’expérience du combat.

Plusieurs interventions s’inscrivent dans les perspectives sociologiques du fait militaire. A suivre notamment l’intervention de Caroline Moricot. En sus, différentes sciences sociales éclairent le fait militaire : Histoire (antique,  moderne), Sciences politique, Droit, anthropologie..

Journées d’études :  » Armées et révolutions arabes « 

Le pôle « Action globale et forces terrestres  » du Centre de Recherche des écoles de Saint-Cyr Coëtquidan organise, les 26 et 27 septembre 2012 au cercle militaire de La Monnaie à Rennes, des journées d’études consacrées aux armées et révolutions arabes.

 

Plus d’infos, c’est ici.

A voir aussi, une interview de Claude Weber, c’est .

La socialisation des élèves officiers

Notre collègue et ami Claude Weber publie un ouvrage aux Presses Universitaires de Rennes. Nous attendons de pouvoir le lire dès sa sortie : « A Genoux les Hommes Debout les Officiers ». Le  travail ethnographique de M. Weber s’inscrit dans une recherche de plusieurs années en sociologie militaire. Cela prend du temps ;  le temps de la recherche n’est pas forcément le temps militaire. Ce n’est pas le cas ici.

Qui sont les Saints-Cyriens ? Comment se déroule la formation militaire, académique et humaine des futurs offi ciers de l’armée de Terre ?  Comment, à partir d’un ensemble d’individus, naît une promotion ? Que revêtent les traditions saint-cyriennes et comment se transmettent-t-elles de génération en génération d’élèves ? Pour la première fois, un chercheur a suivi, sans restriction, une promotion de l’École Spéciale Militaire de Saint-Cyr. Dans ce livre, Claude Weber nous fait partager ses trois années d’observations et nous fait pénétrer au sein de cette prestigieuse institution créée par Napoléon il y a plus de deux cents ans. Des activités d’instructions au fond des landes bretonnes jusqu’aux forêts inhospitalières de Guyane, l’auteur nous donne à voir le quotidien des élèves et de leurs cadres et formateurs. Ce travail inédit sur la socialisation s’adresse à tous ceux qui s’intéressent aux questions de Défense (élèves, cadres militaires et civils, qui sont passés par Saint-Cyr ou s’y destinent), et plus largement, aux chercheurs, étudiants et enseignants en sciences sociales.

Ethnologue de formation et travaillant depuis près de 20 ans sur les thématiques militaires, Claude Weber est actuellement Maître de Conférences en sociologie aux Écoles Militaires de Saint-Cyr Coëtquidan où il dirige le département de sociologie. Chercheur au sein du pôle d’excellence « Action globale et Forces terrestres » du Centre de Recherche des Écoles de Coëtquidan, il est également membre du CIAPHS (Centre Interdisciplinaire d’Analyse des Processus Humains et Sociaux – EA 2241) de l’université Rennes 2.