L’internat militaire

Alors que la journée d’études consacrée aux ficelles du métier de chercheur dans le contexte militaire approche, je vous présente  un moyen d’étudier le fait militaire à la lumière d’une approche de la sociologie de l’éducation.  Cette démarche s’inscrit à la fois dans une approche non spécifique de l’objet militaire1, et les aléas de mes lectures.

En l’occurrence, il s’agit de l’ouvrage de Philippe Glassman intitulé  «L’internat scolaire. Travail, cadre et construction de soi. » paru aux PUR dans la collection sens social au premier semestre 2012. Notre texte est moins une fiche de lecture qu’un essai invitant les sociologues militaires à sortir de leur bulle2 et les sociologues tout court à venir voir ce qui se passe chez nous.

Nous commencerons notre propos par l’analyse des internats militaires au regard des autres internats. Nous mettrons l’accent,  à partir de l’ouvrage précité, sur l’inscription des internats militaires dans le cadre interprétatif de l’auteur afin d’éclairer la notion de spécificité militaire. Nous conclurons sur le rapport qu’entretient le sociologue avec son terrain, son objet.

L’auteur étudie avec un corpus très fourni l’internat en France. Il écarte d’emblée les internats des CPGE pour se consacrer aux collèges et lycées. Ce choix est légitime en ce sens que l’auteur et ses disciples se consacrent au sens donné par les individus à son installation hors de sa famille et à l’idée d’une contrainte de scolarisation. [Glassman, 2012 : 19]. Cette mise au ban des CPGE ne nous arrange pas. Ce que nos recherches ont montré, c’est la difficulté en France à accéder au terrain « internat d’une CPGE » a fortiori militaire. D’une part il faut y avoir accès physiquement  (Glassman bénéficie d’un contrat de recherche lui ayant ouvert beaucoup de portes) et individuellement : le temps scolaire des CPGE n’est pas immédiatement accessible pour l’enquēte sociologique ; elle demande la confection d’un corpus divers;

Avant de présenter son corpus quantitatif et qualitatif l’auteur donne quelques précautions quant à ses intentions. Nous en retiendrons une qui nous a paru particulièrement saillante dans le domaine des internats militaires :

« L’objectif n’est pas de travailler ici sur le fonctionnement ou les dysfonctionnements des internats, ni sur leur « réussite « ou leurs « échecs » ; ce travail se situe dans le champ de la sociologie de l’éducation, non dans la sociologie des organisations »   [Glassman, 2012 : 24]

L’ambigüité du statut du chercheur doit être impérativement levée, a fortiori militaire, puisque les audits sont légions. Étrangères à la différence entre enquête sociologique et enquête d’audit, les forces doivent être rassurées par le chercheur.

Une inscription théorique ordonnée

« On se situe loin ici de la seule fonction d’accueil et d’hébergement, sans pour autant que ressurgisse l’idée d’un « dressage » qui a pu prévaloir en d’autres temps et que les travaux de Goffman ou de Foucault ont soulignée ; il n’est même pas certain que pour la majorité des établissements privés, on puisse encore parler, comme cela pouvait être le cas dans un collège jésuite des années 60 d’une « éducation totale »3 » [Glassman , 2012 : 40]

L’auteur préfèrera utiliser la notion de cadre (présent dans le titre de son ouvrage) [Glassman , 2012 : 125] qu’il estime moins forte que celle d’institution, et encore moinsh forte que celle d’institution totale acclimatée par Goffman. Cette notion présente plusieurs traits objectifs : un espace physique délimité (pas forcément fermé) ; un découpage du temps (rythmé et régulier) ; des permissions et des interdits ; des encadrants ; et enfin un système normatif explicite ou implicite. Et s’inscrit chez les individus  dans des représentations repérées par le sociologue : le cadre rythme, le cadre travail, le cadre protection et le cadre contrôle  [Glassman , 2012 : 129].

Cette inscription théorique semble une version épurée de celle de Goffman qui présente l’intérêt de fournir une grille de lecture et d’analyse au sociologue. Elle apparaît légitime au regard de l’évolution du personnel des internats et de son public. Pour faire simple, les cadres sont moins convertis aux logiques de l’institution et les internes « plus éduqués à l’auto contrôle qu’à une soumission passive à une force extérieure » [Glassman , 2012 : 172].

Voilà le modèle et il fonctionne !

Un petit village au nord de la Gaulle semble lui résister, le bougre : c’est celui des internats de la Défense nationale. Ici, contrairement au modèle que dresse Glassman « les éducateurs sont des militaires de carrière et veillent activement, avec les surveillants, à l’application des prescriptions réglementaires » [Glassman , 2012 : 172]. Là, le modèle des pensionnats 4, est une institution totale qui n’existe guère plus. Double coup au moral pour Marcel : arguments pour la « spécificité du militaire » ou formulation malheureuse de l’auteur ?

L’internat en CPGE militaire n’est pas un choix, juste un « prix à payer »

D’abord pour préparer un concours militaire dans un lycée militaire il faut faire un CPGE militaire : l’internat est obligatoire dans ce cas.5 Cela n’arrête pas l’enquête sociologique. En effet, quand un individu souligne qu’il n’avait pas le choix de l’internat militaire, il renseigne un choix rationnel, par exemple  en finalité : les avantages de cet internat (avoir un % de réussite au concours conséquent) dépassent les  désagréments. L’évidence  [Glassman , 2012 : 137] témoigne du primat accordé au résultat. Les élèves des CPGE sont plutôt des héritiers qui ont intégré, comme le souligne l’auteur, la connaissance et la reconnaissance des enjeux scolaires.

L’institution militaire, un modèle de socialisation anticipatrice

Choisir cet exemple n’a rien d’exceptionnel. Robert K. Merton l’a fait lorsqu’il forgea ce concept. Pourtant,sans s’inscrire dans les débats classiques de la sociologie militaire6 l’auteur jette un pavé dans la marre.

« On retrouve cette visée de socialisation anticipatrice à un milieu professionnel dans l’école militaire visitée au cours de cette enquête ; la quasi-totalité des garçons et filles y est interne, et ce, d’autant plus que l’école recrute sur tout le territoire français. (…) Ils sont doute prédisposés, par l’éducation reçue dans leur milieu et par leur ambition professionnelle, à accepter ou supporter un certain nombre de contraintes qui pourraient, autrement, apparaître comme surprenantes » [Glassman , 2012 : 148]

Dans quelle tribu s’est retrouvé cet ethnologue ? La surprise, que nous avons repris dans la citation ci-dessus, est-elle celle du chercheur profane ? De l’ethnologue qui exotise son terrain et n’en restitue, au mieux, qu’une partie visible, au pire, la projection de ses propres représentations ? Poursuivons ce paragraphe :

« Si la chambre n’est pas jugée impeccable, c’est toute la chambrée qui écope d’une punition collective. Les élèves sont en uniforme toute la journée, les éducateurs, des militaires, veillent à ce que ne s’introduisent aucun « débraillé » qui vienne rompre le bel ordonnancement de la tenue réglementaire et répriment sévèrement les élèves dont « le tee shirt sort du pantalon » » [Glassman , 2012 : 148]

« Punitions collectives », « répressions sévères », « bel ordonnancement », références ambiguës aux départs d’internes qui ne s’y sont pas faits selon leurs « camarades ». Ce tableau, à peine monté par mon  propos, fait peur.

L’étude d’un lycée militaire semblable7 met plutôt l’accent sur des cadres limitant les ardeurs des  jeunes qui se voient militaires avant que d’être ; un public composé en partie de pupilles de la Nation où les assistantes sociales ne chôment pas ; les punitions collectives sont prohibées dans les enceintes militaires; une vigilance envers le bizutage par la mise en place d’un cadre des traditions…

Ces deux positions questionnent l’éthos du chercheur et renvoient à un relativisme culturel, où :

« Une analyse des valeurs de la culture décrite qui s’opérerait  dans le langage de l’Etranger, c’est-à-dire par des références à des valeurs étrangères, serait en ce cas contre-sens symbolique généralisé, racisme pur si l’on préfère, puisqu’une telle description se ferait en même temps évaluation arbitraire de l’altérité en instaurant dans l’interprétation du sens un rapport inégal, dépourvu de tout répondant dans la réalité des rapports sociaux. » [Passeron, 1994 : 394]

La première position et la seconde renvoient donc à des postures déjà identifiées par le sociologue JC Passeron dans son « raisonnement sociologique » : la première, s’apparente, à mon sens,  à une forme de misérabilisme : en outre, elle se nourrit « d’un air navré [de] toutes les différences comme autant de manques » [Passeron, 1994 : 397] ;  la seconde, la mienne, s’apparente à une forme de populisme qui rend hommage à l’identité culturelle des dominés via la « méconnaissance chaleureuse des privations et des exclusions » de cette culture. [Passeron, 1994 : 397]

L’idée qu’une position éloignée de ces deux pôles est souhaitable pour le sociologue fleure bon l’évidence. On peut aussi estimer que cette posture est un objet sociologique puisque, dans un cas comme dans l’autre, le chercheur entretient un rapport axiologique non neutre. Ainsi,  objectiver le rapport que l’on entretient avec son terrain permet de mettre en perspective ses propres résultats.

Exemple ? Un chercheur militaire s’intéressant au fait militaire ne peut mettre de côté sa loyauté et son adhésion, voire son désenchantement envers l’Institution pour rédiger ses analyses ; elles sont à l’origine de son ethos  de chercheur ; elles sont aussi le produit d’une socialisation militaire s’incarnant dans une disposition apprise, objet sociologique par excellence.

 

 

Bibliographie

 

J-P. Faguer  (1991) « Les effets d’une « éducation totale ». Un collège jésuite, 1960. » Actes de la recherche en sciences sociales, n°86-87, p.25-43.

D. Glassman (2012), L’internat scolaire. Travail, cadre et construction de soi. Presses Universitaires de Rennes, collection Le sens social, premier semestre 2012, 260 pages

E. Goffman (1968), Asiles, Etude sur la condition sociale des malades mentaux, Éditions de Minuit, Paris, (1ère éd. 1961)

J.-C. Passeron (2006), Le raisonnement sociologique. L’espace non-popperien du raisonnement naturel, Paris, Nathan, 1991 670 pages

  1. pour aller vite, le fait militaire est étudié sans s’inscrire dans une histoire de la pensée de la sociologie militaire []
  2. Entendez champ scientifique de la sous discipline []
  3. Voir les travaux de Faguer JP []
  4. entendre internat long, c’est-à-dire rester le weekend []
  5. Un internat « long » comme précisé auparavant. []
  6. déjà montrés sur ce carnet ;  voir notamment l’opposition de l’auto sélection et socialisation []
  7. à paraître prochainement dans  la fameuse collection « thèse de doctorat » []

Briller sous l’épaulette : Compte rendu de lecture

Marcel nous propose sa lecture de l’article de Christel Coton, « Briller sous l’épaulette » Capital culturel et capital combattant dans le corps des officiers de l’armée de terre,  dont nous avions fait l’annonce dans un précédent billet.

Dès l’introduction, l’auteur s’inscrit explicitement dans le cadre d’une « sociologie de l’institution militaire » qui s’émancipe (1) d’une tradition américaine qui n’aborde les élites militaires qu’au prisme de ses homologues civils1 , et (2) d’une représentation néophyte et homogène du corps des officiers de l’AT (armée de terre). Nous proposons une relecture des propos de l’auteur en les inscrivant dans le cadre d’un modèle idéal typique de la carrière, qui fait écho, comme le suggère l’auteur, aux singularités des parcours de certains officiers [Hamelin, 2003].

Il s’agit, à l’échelle individuelle, de retracer les différentes étapes « les dispositifs de sélection et de consécration » institutionnels (p.17).  Le problème soulevé par l’auteur est celui de la circulation, de « transmutation » des capitaux en capital symbolique.

En effet, analyser le poids (dénié) des capitaux scolaires dans la carrière professionnelle des officiers conduit à s’interroger plus généralement sur tout ce qui permet la reconnaissance du capital scolaire et culturel dans un espace professionnel et social a priori distant des accréditations scolaires. (p.17)

Dans cette lecture diachronique plusieurs éléments mettent en avant la sélection en amont d’un capital scolaire par un concours à l’issue d’une CPGE. Ces classes, parfois militaires, préparent bien plus qu’aux épreuves scolaires du concours puisqu’elles (1) transmettent un capital combattant anticipé2, (2) et créent une rupture avec les élites scolaires dans le cadre d’une institution totale.3

Le capital scolaire crédité par la réussite au concours, le classement à l’entrée et le classement à la sortie de l’ESM (p.18) , et in fine le choix d’une arme combattante (p.23) constitue les éléments déterminants de l’entrée dans la carrière d’un officier de l’armée de terre.  La première partie de carrière offre des possibilités « d’action au feu » (p.20). Elles ne sont monnayables sur le marché de la légitimité que dans la mesure où ces actions sont offertes significativement4 aux individus ayant fait les choix de carrière les plus prisés (arme, régiment), eux-mêmes subordonnés aux différents classements « scolaires ». La réussite contingente  de l’exercice du commandement ou du terrain  n’est pas, « en théorie », reliée « aux qualités scolaires et académiques (p.22). Le prestige du terrain n’exerce pas un effet objectif sur la légitimité de l’individu et s’éprouve au prisme de « dispositions langagières et corporelles » créatrices de « réputations ». Ces dispositions objectivées par la sociologue s’incarnent dans :

[L’imposition] dans l’entre-soi en monopolisant les discours, en se distinguant dans le collectif et en apparaissant comme des « figures » reconnues dans le groupe. L’attention au langage et le goût pour le bon mot qui vont de pair avec l’entretien et le maintien de la face en public constituent des ressources à part entière dans les stratégies de distinction engagées entre officiers. (p.24)

L’utilisation régulière du registre sociologique bourdieusien souligne l’importance de la domination d’une élite dans le champ considéré. Celle-ci se reproduit en partie dans la transmission précoce (en amont du concours) des codes pour rentabiliser les ressources rares qui mènent à la légitimité et « aux étoiles ». Cette transmission s’effectue dans les corniches (lycée et CPGE militaires) . Ces institutions jouissent d’individus largement (pré)disposés à recevoir les « dits codes ». L’étude de ces « prédispositions » en CPGE militaires, voire en lycées militaires, demeure, même dans l’excellent article de Christel Cotton et dans la littérature sociologique, une boîte noire. Cela méritera un travail de déconstruction méthodique.

Bibliographie

Burawoy Michael, « La domination est-elle si profonde ? Au-delà de Bourdieu et de Gramsci », Actuel Marx, 2011/2 n° 50, p. 166-190.

Coton Christel, « Briller sous l’épaulette » Capital culturel et capital combattant dans le corps des officiers de l’armée de terre, Actes de la recherche en sciences sociales, 2012/1 n° 191-192, p. 14-27.

Darmon Muriel, « La notion de carrière : un instrument interactionniste d’objectivation », Politix. Revue des Sciences Sociales du Politique, vol. 21, n° 82, juin 2008, p. 149-167.

Hamelin Fabrice, « Le combattant et le technocrate. La formation des officiers à l’aune du modèle des élites civiles », Revue française de science politique, 2003/3 Vol. 53, p. 435-463.

Paveau Marie-Anne « Les frontières discursives de la militarité », Langage et société 4/2000 (n° 94), p. 45-74.

  1. L’auteur évoquera la référence aux élites civiles (p.22) pour souligner la volonté de maintenir les référents propres dans la sélection des élites militaires []
  2. L’auteur parle tour à tour « projections anticipées », de « dispositions spécifiquement militaires » dans la conclusion de son article. Le capital combattant est constitué par l’expérience combattante et de commandement, elle se rapproche du concept de militarité [Paveau, 2000]. []
  3. C’est la fameuse singularité développée par Hamelin []
  4. Voir les traitements préférentiels ceteris paribus dans les corps de troupe (p.23). []

Financer sa thèse en sociologie militaire, quelques ingrédients

La parution récente des thèmes susceptibles d’être financés par le Ministère de la Défense français en SHS (Sciences humaines et sociales) est le prétexte pour évoquer la thèse de doctorat portant sur la sociologie militaire. J’en profite pour livrer quelques réflexions inspirées librement d’un cours de MTU (Méthodologie du Travail Universitaire) dispensé il y a quelque temps.

Pour faire (et soutenir) une thèse, quelques ingrédients me semblent importants. 1 : de l’envie, 2: l’opportunité et 3 : un cadre adéquat. Combien de thèses abandonnées par manque de motivation?1. L’opportunité renvoie au parcours scolaire précédant l’inscription en thèse, au rapport avec le directeur de mémoire de M2.. Le cadre, c’est le directeur de thèse, mais aussi l’équipe de recherche, l’éventuelle école doctorale (émulation, présentations devant ses pairs), et la sociabilité entre doctorants.

Pour faire une bonne thèse, il vaut mieux un financement : pour des raisons bien évidemment pratiques, mais également scolaires et symboliques. Pratique, parce qu’un investissement intellectuel coûte du temps. A priori nous disposons d’un « capital temps » limité. Scolaire, parce que dans votre futur dossier de qualification aux fonctions de MCF auprès du CNU (Le Conseil national des universités) ou de recrutement (quel qu’il soit) cela fait plus sérieux. D’autant qu’à priori Financement= dossier de financement = sélection. Cela fait partie des signes distinctifs dans un univers concurrentiel. Symbolique, parce que, une fois sur le terrain, par exemple militaire, la légitimité du sociologue, à fortiori débutant, me semble nécessaire. Cela peut contribuer à une insertion plus facile. Cela oblige dans l’univers des sociologies militaires, à concilier une demande institutionnelle, et les exigences sociologiques (universitaires).2

Après on peut se demander, comment choisir son directeur de thèse?3 Mon opinion est qu’il faut trouver un barycentre entre4 reconnaissance par ses pairs, investissement « doctoral » du cadre, et soutien professionnel dans l' »après thèse ». Ces informations ne sont pas forcément disponibles..

En parallèle se pose la question, sur quoi vais-je me lancer? Pour certains le sujet choisit davantage qu’il n’est choisi.. A méditer, notamment dans la désormais incontournable socio analyse de votre future thèse de doctorat. Le thème de la thèse (en toute hypothèse) mérite qu’on s’y attarde puisque l’on peut identifier des sujets porteurs (par exemple financés..). Ces informations sont disponibles. Des économistes parleront de transparence de l’information..5

C’est l’objet de ce dernier paragraphe. En effet, sous l’égide de la DGA (Direction générale de l’Armement), une quinzaine de thèses en sciences sociales seront financées (plutôt co-financées) en 2012. Les thématiques SHS sont ici. En sociologie militaire, au moins deux organismes peuvent financer votre futur travail doctoral. J’ai opéré une première sélection en ne gardant que celles qui, à priori, étaient liées à la sociologie militaire. Il y a les thématiques soutenues par la DGA et celles par l’IRSEM :

Thématiques SHS DGA

(1) Nouvelles menaces, nouveaux modes d’actions, nouveaux acteurs, nouvelles organisations, nouveaux espaces d’information, et nouveaux conflits : quelles perspectives et quelles conséquences ?
(3) Europe de la défense: évolutions budgétaires, institutionnelles et industrielles, aspects culturels et organisationnels.
(4) Culture et diversité au sein des forces.
(6) Aspects socioculturels des acteurs (forces, centre de commandement, populations…) liés à la réalisation des opérations militaires avec ou sans usage de la force ; compréhension de « l’autre » .
(8)  Sciences et technologie, culture morale, éthique et défense.

La thématique « Homme et système » n’est pas à exclure à priori, puisque « (…), les thématiques de thèses, affichées pour le domaine Homme et systèmes dans la liste des thématiques « sciences dures » peuvent être abordées sous une dimension majoritaire voire exclusive par les champs des sciences humaines et sociales. »6

Thématique soutenue par l’IRSEM

(6)  Défense et société7

Le calendrier est assez précis, ne ratez pas les étapes.

Bibliographie

Piriou Odile (1999)  “La Sociologie des sociologues”. Formation, identité, profession. ENS Éditions. Paris  France.

Terray Emmanuel (1996), “Réflexions sur la violence symbolique”, in Actuel Marx: “Autour de Pierre Bourdieu”, n.20, 2ème semestre 1996.

La formation par la recherche. Site de la DGA http://www.ixarm.com/Theses-DGA

  1. Je ne sais pas. C’est juste de la rhétorique.. Plus sérieusement Howard Becker parle du principe de plaisir au niveau du compromis entre demande personnelle et institutionnelle. Le carnet de recherche ACT (Aspects concrets de la thèse) présente, entre autres, cet aspect. Voir http://act.hypotheses.org/1406 []
  2. La connaissance et la reconnaissance des « intérêts indigènes immédiats » me semblent particulièrement important dans notre domaine pour éviter tout effet d’imposition, de violence symbolique. On pourra voir notamment http://sociomili.hypotheses.org/730 []
  3. La question peut ne pas se poser. Merci de passer ce paragraphe. []
  4. Ces critères ne sont pas exhaustifs. []
  5. voir la définition en cinq moments de la concurrence pure et parfaite, par exemple sur Wikipedia. Relayer l’information, c’est aussi cela. []
  6. http://www.ixarm.com/IMG/pdf/Thematiques_SHS_2012.pdf []
  7. Vous conviendrez que ce thème est plutôt ouvert. []

Partir, Inflexions n°18 (actualisé)

La nouvelle livraison de la revue Inflexions nous propose un dossier sur le thème « Partir ».

Le fait de partir, pour un militaire, peut consister en l’action de quitter un compagnon, une famille, un groupe, un régiment, une vie sociale.. Cette privation initiale se double de l’absence du « parti » chez ceux qu’il laisse. On songe ici autant à l’accompagnement qui est proposé par l’institution aux familles, qu’au stress partagé lié à l’incertitude du retour. Il est l’essence de la spécificité militaire, avec par exemple les mutations, les Opex et Opint, les formations, la reconversion des carrières courtes..

Ce départ est aussi un acte positif : il est ici nécessaire (rusticité de l’adaptabilité à un contexte nouveau Vs routine), là revendiqué (motivation à l’engagement : « voir du pays »). Il peut en outre être vécu comme une expérience extra-ordinaire, dont le retour (« partir et revenir ») nécessite parfois un cadre médico-psychologique ou un accompagnement social.

Ces quelques dimensions, et d’autres, structurent ce nouvel opus1 en donnant la parole à des cinéastes, des juristes, des historiens, des sociologues.. civils et militaires2 .. En attendant de lire ce document, nous vous proposons le sommaire du numéro 18 de la revue Inflexions (2011)3. Nous avons rajouté les présentations des différents articles, reprises depuis le site d’inflexions.

(..)

DOSSIER
Pour être « une petite chandelle émerveillée de la vie »entretien avec Pierre Schoendoerffer
Comment peut-on s’en aller en guerre ? Inflexions a posé la question au cinéaste et romancier qui s’est confié avec chaleur, confiance et émotion. Le parcours d’une vie, l’annonce de projets et l’évocation de la mort, la sienne, celle qui met fin à tout départ.
Abraham, aventurier de Dieu et de l’humanitéFrançois Clavairoly
Partir est un geste éloquent. Et ce que dit ce geste est illustré de façon exemplaire dans la littérature biblique par la figure d’Abraham : partir est à la fois éloignement et retrouvailles.
« Engagez-vous, vous verrez du pays ! »Éric Deroo
Les armées françaises ont toujours fait appel aux images et aux slogans pour attirer des volontaires. Avec l’épopée coloniale, l’exotisme offre un nouvel argument de poids. La fascination pour l’Orient, le séjour initiatique outre-mer deviennent constitutifs d’une véritable culture, en particulier au sein des troupes de marine.
Un rêve saharien ?Jacques Frémeaux
Le Sahara, dont la conquête fut l’une des grandes entreprises impériales françaises, demeure sans doute un de ses mythes les plus marquants. Et contribua à former un type d’officier français qui sut partager la vie des nomades, les comprendre et imposer ses arbitrages.
Prendre le large. La vie de « marin de guerre »Arnaud Provost-Fleury
Partir constitue depuis toujours une destinée consubstantielle de la condition de marin, qu’il soit plaisancier, pêcheur ou militaire. Prendre la mer implique une relation particulière au bateau, à l’action, au milieu naturel, au danger, à la famille, au temps, à l’équipage, au commandement…
En photos… (ECPAD)
« Je vous dis à très bientôt »Nicolas Barthe
« Heureux en famille, heureux en amour, entouré d’amis, pourquoi je quitte ce monde doré pour six mois ? » Le témoignage d’un jeune lieutenant.
Carnet d’un sergentChristophe Tran Van Can
Difficulté de l’arrachement à la famille mais fierté d’être responsable de ses hommes et de tester « pour de vrai » ce qu’on a appris. Le sergent Tran Van Can livre ici des extraits du journal qu’il a tenu à l’occasion de sa mission en Afghanistan.
« Partir, c’est mourir un peu… » Nostalgies d’hier et d’aujourd’huiYann Andruétan
Louis XIV est inquiet. Ses meilleurs soldats, ses gardes suisses, sont pris de langueur lorsque résonne le Ranz des vaches. Paralysés par le « mal du retour », la « nostalgie ».
Légion étrangère : partir en chantant Benoît Durieux
Celui qui rejoint la Légion cherche à trouver autre chose, mais aussi à quitter son passé et à recommencer sa vie. Une fois engagé, sa quête se poursuit, son esprit tout entier tourné vers son prochain départ pour le combat. Et, cela, ce sont les chants de la Légion qui en parlent le mieux et nous révèlent son âme…
En chansons…
Vingt ans d’absence. Le cas des soldats marocains – Abdeslam Benali
Les très longues durées d’absence du militaire sont une particularité des forces armées royales marocaines. L’organisation traditionnelle des familles, les aides et solidarités permettent que le fonctionnement familial se stabilise avec l’éloignement du père.
Celles qui restentEmmanuelle Diolot
Pendant l’absence se met en place un jeu de dupe pour le bien de l’autre. Un jeu qui laisse des traces, d’autant que « celles qui restent » ne se sentent pas valorisées : « double peine » affirme l’auteur.
Il n’est pas plutôt revenu qu’il lui faut repartir !André Thiéblemont
Les soldats français sont aujourd’hui des semi-nomades. Ce qui n’est pas sans poser de problèmes. Sur le plan professionnel avec l’instauration implicite d’une hiérarchie de compétence fondée sur la participation aux opérations extérieures, mais aussi sur le plan familial et affectif.
Un choix assumé, des contraintes partagéesSéverine Barbier
Une grande majorité de jeunes recrues embrassent la carrière militaire dans le cadre d’une quête identitaire ou par tradition familiale. Elles n’ignorent pas que leur carrière sera ponctuée de nombreux déplacements, missions ou affectations à l’étranger. Quelles relations les militaires nouent-ils avec la notion de départ ?
Se préparer au départBertrand Noirtin
Plus que jamais, la préparation opérationnelle des forces doit intégrer les dimensions humaines, notamment la culture et l’organisation sociale des pays dans lesquels elles vont être projetées. C’est le rôle de l’École militaire de spécialisation de l’outre-mer et de l’étranger.
Quand la famille part aussi…Délia Dascalescu
Du départ en urgence, seul, pour une mission de courte durée, au départ de longue durée en famille, attendu et minutieusement préparé, les contraintes et les effets sont radicalement différents.
Quels enjeux pour ceux qui restent ? Regards sur les familles de militairesVirginie Vautier
Depuis la première guerre du Golfe, une attention particulière est portée au sein des armées aux conséquences psychiques des missions opérationnelles. Mais cette préoccupation est centrée sur le soldat. Qu’en est-il des familles ?
Partir en Algérie, partir d’AlgérieMarc Bressant
Entre 1956 et 1962, deux millions de jeunes Français « appelés sous les drapeaux » ont passé deux années de leur vie en Algérie. Dans quel état d’esprit sont-ils partis ? Qui étaient-ils devenus et que ressentaient-ils quand, deux ans plus tard, ils repartaient ?
Dromomanies militairesPatrick Clervoy
Dans les armées, la fugue prend le nom de désertion. Un fait grave. Or les experts du XIXe siècle ont regardé les fugueurs comme de grands malades, victimes d’une pathologie appelée « dromomanie ».

POUR NOURRIR LE DÉBAT
Afghanistan : comment en sortir ?Jean-Charles Jauffret
Au moment où la mort de Ben Laden marque un premier succès d’importance sur le terrorisme, il convient de s’interroger sur les diverses possibilités de sortie de crise en Afghanistan où les Américains et la quarantaine de nations qui composent la fias interviennent contre un ennemi diffus mais tenace depuis 2001.
Mesurer les violences sur le champ de bataille européen au XIXe siècleWalter Bruyère-Ostells
Quelle est l’évolution des formes de violences dans les batailles ? De l’usage intensifié de l’artillerie et de l’efficacité renouvelée des armes à feu individuelles, au combat à la baïonnette revisité par la vision héroïque des mémorialistes.
Droit et spécificité militaire – Emmanuel-Marie Peton
La spécificité militaire a souvent été étudiée d’un point de vue philosophique et sociologique. Or l’approche juridique permet également de comprendre son évolution.4

  1. Nous ne nous sommes pas encore procuré l’ouvrage. []
  2. Le lecteur averti fera le lien avec le sous-titre de la revue « civils et militaires : pouvoir dire » []
  3. http://www.ladocumentationfrancaise.fr/catalogue/3303334100185/index.shtml []
  4. http://inflexions.fr/revue/numero-18 []

Les champs de Mars n°21 : Les civils dans les conflits armés

Un nouvel opus de la revue, publiée à la Documentation française,  est sorti récemment. Le fidèle lecteur remarquera que le C2SD a laissé sa place à l’IRSEM, au moins sur la couverture. Cette revue, dont le premier numéro, daté automne hiver 1996 intitulé « La réforme de la défense : enjeux et société », fête donc ses 15 ans. Sa période de mutation, étape du développement marquant une transition, aura duré deux ans, c’est-à-dire depuis le précédent numéro, « Conflits actuels : continuité ou mutation? » (Champs de Mars n°20) en 2009.

Le texte ci-dessous reproduit la 4e de couverture issue du site de la DF1:

Le lien civil-conflit paraît évident : la discrimination entre combattants et non-combattants a marqué la littérature juridique et les réflexions sur la protection des personnes vulnérables dans les conflits armés. Exemples à l’apui, les articles de cette nouvelle livraison interrogent autant les civils dans la guerre (militarisation de la société civile, fragilisation de l’économie, blocus dans l’approvisionnement en vivres…) voire les civils contre la guerre (gestion des conflits par les civils via le rétablissement de l’économie, de la vie politique, de la société civile, participation à la réflexion sur la défense civile, sur la protection des populations dans les guerres…)?

La coordinatrice de ce numéro en a fait un billet qui précise son contenu. Il s’agit de Tratnjek Bénédicte, doctorante en géographie à l’IRSEM. Son billet est ici.


  1. Bénédicte Tratnjek (coord.), 2011, « Les civils dans les conflits armés », Champs de Mars, n°21, La Documentation française,Paris, 172 p. []

Professions et Catégories Socio-professionnelles (PCS) des militaires (actualisé)

INSEEJe profite de ce magnifique mois d’août passé à « faire du quanti » (expression de sociologue qui signifie tester mes nouvelles lunettes sur le même fichier Excel 8 heures pas jour) pour faire un bref point sur la question suivante : comment coder les PCS des militaires français aujourd’hui?

Revenons sur mes stéréotypes. J’ai longtemps cru que Militaire du Rang = Classes populaires, Sous-officiers = classes moyennes , et Officiers = classes sup’. Ce serait trop facile : la sociologie est un sport de combat. Puis j’ai lu (si je le retrouve, je l’ajoute) que les officiers subalternes n’étaient pas dans la case « cadre » mais professions intermédiaires. Plutôt que de m’engager sur une longue introspection coûteuse (sinon ça marche pas, c’est le principe),  je reviens au fondamentaux, l’institut norvé.. l’INSEE : les nomenclatures PCS 2003. (« on ne dit plus CSP? », « non »)

Ainsi, comment coder les PCS des militaires? D’abord, il faut remonter au 4e niveau de précision. Ici, vous ne trouverez rien d’intéressant. Nous irons alors  , au 4e niveau de cette nomenclature. Dans une optique de partage, pour faire vivre ce carnet, et pour rendre service aux 5 sociologues francophones (à 5 près) qui ont l’utilité du codage fin des professions militaires, voici le résultat d’une ballade sur le site de l’INSEE, avec l’arbre hiérarchique (à trois niveaux) correspondant à la profession :

Officiers et officiers généraux

Profession 331a Personnels de direction de la fonction publique (Etat, collectivités locales, hôpitaux).. Général

3 Cadres et professions intellectuelles supérieures

32 Cadres de la fonction publique, professions intellectuelles et artistiques

33 Cadres de la fonction publique

Profession 334a Officiers des Armées et de la Gendarmerie (sauf officiers généraux)

3 Cadres et professions intellectuelles supérieures

32 Cadres de la fonction publique, professions intellectuelles et artistiques

33 Cadres de la fonction publique

Sous-officiers

Profession 452b Adjudants-chefs, adjudants et sous-officiers de rang supérieur de l’Armée et de la Gendarmerie

4 Professions Intermédiaires

41 Professions intermédiaires de l’enseignement, de la santé, de la fonction publique et assimilés

45 Professions intermédiaires administratives de la fonction publique

Profession 532a Gendarmes (de grade inférieur à adjudant)

5 Employés

51 Employés de la fonction publique

53 Policiers et militaires

Profession 532b Sergents et sous-officiers de grade équivalent des Armées (sauf pompiers militaires)

5 Employés

51 Employés de la fonction publique

53 Policiers et militaires

Hommes du rang

Profession 532a Gendarmes (de grade inférieur à adjudant)

5 Employés

51 Employés de la fonction publique

53 Policiers et militaires

Profession 532c Hommes du rang (sauf pompiers militaires)

5 Employés

51 Employés de la fonction publique

53 Policiers et militaires

Bon, ceci étant écrit, que peut-on en dire ? On retrouve la distinction des cadres (officiers généraux et officiers), dès le grade d’Aspirant (including Volontaire Aspirant, si si). Le grade d’élève officier, on le met où? Il doivent être considérés comme étudiants 8400? Non, ce sont des cadres 334a, comme Colonel. 😉

La distinction officier supérieur/ subalterne n’apparaît pas, le type de recrutement, non plus. Sauf erreur de ma part, ma psychanalyse attendra.

Seuls les Adjudants, Adjudants-chefs et Majors, sont considérés comme professions intermédiaires. Sauf.. l’adjudant de gendarmerie. Parmi les lecteurs de ce billet, quelqu’un peut-il m’expliquer ce qui, dans la carrière (les diplômes, les concours internes, la taille de la moustache)  justifie cette différence de traitement?

Sergents et hommes du rang sont considérés comme des employés. De recrutement bac minimum (souvent plus), les jeunes sous officiers, de mémoire, sont durant leur formation, deuxième classe puis caporal chef,  avant de devenir sergent. La seconde marche de l’escalier social est un peu plus haute que prévue!

Dernières questions. Il est fait référence aux officiers de carrière, « Militaires de carrière ayant un grade d’officier supérieur ou subalterne ». Quid des sous contrat? On les a oublié? La statistique publique a eu le nez fin.. Les mauvaises langues diront qu’elle a repris les catégories indigènes. En ce qui concerne les Sous-officiers aux grades de Sergent ou Sergent Chef (à priori sous contrat), l’administrateur nous dit « Sous-officiers subalternes de l’armée de l’air, de l’armée de terre et de la marine, servant « après la durée légale » ». Cette durée légale renvoie à la conscription?

La pyramide statistique française, par un système de classement arbitraire (ce n’est pas péjoratif ici) renseigne sur la perception administrative (socio-démographique, certes, politique assurément) de l’institution militaire à un moment donné. Pour info, il y a un très bon papier sur les PCS, l’arbitraire nécessaire de toute convention. Il s’agit d’un article issu de l’ouvrage de Serge Bosc, Stratification et classes sociales : La société française en mutation. Vous noterez qu’une réédition sortira ce mois-ci. (pas de lien commercial)

Pierre Bourdieu disait (en tout cas écrivait, enfin de mémoire..) que les données brutes n’existaient pas,  » les données ne sont pas données, mais construites ». La citation exacte, retrouvée le 18 octobre 2011, est :

(…) en sociologie, « les données », même les plus objectives sont obtenues par l’application de grilles (classes d’âge, tranches de revenus, etc.) qui engagent des présupposés théoriques et laissent par là échapper une information qu’aurait pu appréhender une autre construction des faits. (…) « les faits ne parlent pas ».1

(…) Rien n’est plus faux que l’idée que « les faits parles d’eux mêmes » (…) Les faits sont produits par et pour les luttes pour l’imposition du sens et de la valeur du monde social.2

  1. Bourdieu P., Chamboredon J.C., Passeron J.C., Le métier de sociologue, 1968, Editions Mouton-Bordas, p62-65 []
  2. Bourdieu P., A.R.S.S., n°61, mars 1986, p.2 []

Valeurs, métier et action : évolutions et permanences de l’institution militaire

La revue l’Année sociologique, dans son deuxième numéro de 2011, consacre un dossier à la sociologie militaire.

 Il ne s’agit pas à proprement parlé d’une première hexagonale puisqu’une autre revue, la revue française de sociologie, avait présenté, par le passé, des numéros spéciaux où la chose militaire était étudiée sous l’angle de la sociologie1.

Ce mouvement participe d’un processus, déjà bien amorcé, de légitimation de notre champ (sous discipline, espace social) au sein de la communauté des sociologues francophones2. Les précédents épisodes étaient coordonnés par des sociologues comme François Gresle, Bernard Boëne, et Michel-Louis Martin. Le premier épisode, sauf erreur de ma part, avait souligné, dès 1961, la contingence du travail du sociologue militaire.

Dans cet ensemble qui peut paraître disparate, nous avons voulu montrer la diversité d’un sujet multidimensionnel plutôt que de donner une vue cavalière générale. N’ayant pour rôle ni de développer une éthique sociale, ni de suivre l’actualité politique, la Revue Française de Sociologie s’est donnée une tâche bien définie en publiant ce numéro spécial : susciter l’intérêt et la recherche sur un sujet d’importance majeure et mal exploré.3

 

Nous reproduisons ci dessous la présentation qui en est faite par l’éditeur. Vous trouverez ici même, à sa sortie, prévue  le 26 octobre 2011, des fiches de lectures de contributeurs de ce numéro.

La livraison d’octobre 2011 (vol. 61, n° 2) de L’Année sociologique est consacrée à l’institution militaire. Les études réunies par Éric Letonturier portent sur les valeurs qui l’animent, les logiques professionnelles qui la traversent et les finalités opérationnelles qui lui sont assignées. La spécificité militaire, la représentativité des armées, leur reconnaissance sociale ou encore les lieux de mémoire de la guerre et la gestion des émotions sur les théâtres d’opération constituent quelques-uns des thèmes qui s’y trouvent abordés.

Valeurs, métier et action : évolutions et permanences de l’institution militaire
Études réunies et présentées par Éric Letonturier

É. Letonturier, Présentation
L. Bardiès, Du concept de spécificité militaire
S. Jakubowski, L’institution militaire confrontée aux réformes organisationnelles
É. Letonturier, Reconnaissance, institution et identités militaires
B. Boëne, La représentativité des armées et ses enjeux
C. Martin, C. Pajon, Max Weber, le charisme routinisé et l’armée de l’air. L’éducation charismatique au sein d’une école d’officiers
L. Weibull, La gestion des émotions dans les opérations en faveur de la paix
N. Léonhard, Les relations civils-militaires en Allemagne entre « post-héroïsme » et poids du passé : le monument aux morts de la Bundeswehr

Note de lecture
B. Valade, À propos de La Sociologie comme science
Analyses bibliographiques générales


 

 

  1. Revue française de sociologie. 1961, 2-2. Guerre – Armée – Société. ; Revue française de sociologie. 1978, 19-3. Revue française de sociologie. 1981, 22-1. Revue française de sociologie. 2003, 44-4. []
  2. Laure Bardiès (2008), Deux siècles de sociologie militaire en France (1815-1991) ; sociologie d’une sociologie, Thèse de doctorat en Sociologie (sous la direction de Bernard Boëne), Université Toulouse I []
  3. Présentation. In: Revue française de sociologie. 1961, 2-2. Guerre – Armée – Société. p. 3. []

Défilé militaire le 14 juillet : un fait social

« Eva Joly subit son baptême du feu, bien que ce terme soit pour elle un peu trop militaire.. »

Ainsi se clôt un reportage de France 3 consacré à la proposition d’Eva Joly, de supprimer le défilé militaire du 14  juillet. Cela illustre, selon moi, la difficulté de présenter objectivement les tenants et les aboutissants de ce fait social. Je n’évoque pas les réactions verbales violentes de part et d’autre de l’échiquier politique. Tout juste pourrait-on y voir des indicateurs d’une norme sociale. En effet, pour reprendre Durkheim, on mesure la norme à l’aune de la réaction contre ceux qui la transgressent.

Nous arrivons donc à nous représenter, d’une manière précise, le domaine de la sociologie. Il ne comprend qu’un groupe déterminé de phénomènes. Un fait social se reconnaît au pouvoir de coercition externe qu’il exerce ou est susceptible d’exercer sur les individus ; et la présence de ce pouvoir se reconnaît à son tour soit à l’existence de quelque sanction déterminée, soit à la résistance que le fait oppose à toute entreprise individuelle qui tend à lui faire violence.1

Serait-il possible de créer un espace où chacun puisse discuter avec une forme de neutralité axiologique de l’usage du 14 juillet?

Son impact sur le lien armée-nation? Sur la place (temporelle) dans un régiment de la préparation de ce défilé? Son impact en terme de sociabilité interne (cohésion)? de motivation? Cela suscite-t-il des vocations (recrutement)? Cela nourrit-t-il l’antimilitarisme? Les français sont-ils indifférents? A contrario, peut-on estimer le coût de cette manifestation? S’il est possible de raisonner en économiste, peut-on qualifier les retombées internes et externes de ce défilé militaire?  Le défilé du 14 juillet, une tradition? Nationale? Républicaine? L’histoire militaire pourrait nous rappeler le rôle de ce moment annuel. Éventuellement ses utilisations politiques..


  1. Émile Durkheim, Les règles de la méthode sociologique, 1894, page 21. []

Réseaux sociaux et militaires

Un réseau social : des militaires expatriés

Croisée par « hasard » pendant les après midis thématiques de l’AFS, la sociologue Catherine Comet nous a présenté une analyse des réseaux sociaux de militaires expatriés d’un pays occidental. Il s’agit d’une étude de cas d’une escroquerie.

Outre une belle leçon d’anonymisation des résultats d’une enquête ex post, cette présentation a mis en avant les liens de confiance. D’abord des individus (militaires expatriés dans les années 80-90) entre eux, puis envers ceux qui, issus de l’institution,  suscitent la confiance et s’en servent pour l’escroquerie.  Une nouvelle fois, cela me fait penser au papier de Pinto qui, parlant de la conscription, évoquait le « bon soldat » en tant que dépositaire de « dispositions serviles ».

Des échanges, suite à cette communication, en annoncent peut-être d’autres. Le background sur l’identité militaire mériterait d’être réinvesti! Une analyse en termes de réseaux (sur un terrain militaire et/ou en sociologie militaire) existe-t-elle d’ores et déjà ?

A suivre, donc..

Bibliographie

Comet Catherine, 2011, « Anatomy of a Fraud : Trust and Social Networks », Bulletin de méthodologie sociologique, n° 110, p. 45-57

Pinto Louis. L’armée, le contingent et les classes sociales. In: Actes de la recherche en sciences sociales. Vol. 1 N°3, mai 1975. Les catégories de l’entendement professoral. pp. 18-40.